Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Position de thèseÉtude de l’hivernité urbaine, ana...

Position de thèse

Étude de l’hivernité urbaine, analyse d’un récit de construction identitaire montréalais

Myriam Guillemette
Traduction(s) :
Study of urban winterity, analysis of Montreal’s narrative identity [en]

Texte intégral

1La relation scientifique entre la ville et l’hiver demeure un sujet relativement peu étudié, et ce, en particulier dans un contexte nord-américain. Il s’agit d’un constat inattendu considérant les diverses répercussions de l’hiver sur la configuration de la ville, sur le mode de vie de ses résidents et sur sa mise en tourisme. L’hiver est défini (De la Soudière, 1993 ; Hamelin, 2002a) comme étant plus qu’un simple fait climatique. Il est décrit comme un fait social et culturel, notamment du fait de ses multiples répercussions sur un ensemble de facteurs. C’est ce que l’on peut traduire par le terme d’hivernité, un des divers néologismes qui ont trait au Nord créés par le géographe Louis-Edmond Hamelin (2002b).

2L’hiver se caractérise par un double rôle, il résulte d’une diversité de représentations et génère en retour des représentations. Nous entendons par représentations l’idée qu’on « se » représente un objet considéré et, par extension ; tout l’univers imaginaire associé (Orillard, 2003). Il est donc ce que l’on peut qualifier d’objet de représentation (Arcand, 1999 ; De la Soudière, 1993 ; Hamelin, 1993 ; Walter, 2014). Un second objet défini par ce même principe de double rôle est la ville (Morisset et al., 1999). La ville peut aussi être considérée comme un phénomène complexe en raison, entre autres, de la diversité des acteurs qu’elle mobilise et des intérêts divergents qui peuvent les opposer (Morisset 2015). La relation entre ces deux objets nous amène à considérer les représentations en lien avec l’expérience touristique hivernale dans un contexte urbain, nous interrogeant ainsi sur l’adaptabilité touristique de l’hivernité.

3Le contexte socio-historique de notre recherche révèle le rôle de premier plan de la saison hivernale dans la société québécoise. On constate une transformation des représentations de l’hiver à partir de la fin du XIXe siècle qui correspond à l’amplification d’un mouvement provincial d’urbanisation. Ce mouvement s’insère dans les derniers temps du parcours d’adaptation des Québécois à l’hiver. On reconnait l’existence de trois phases principales entre le XVIe siècle et le XIXe siècle (Lamontagne, 1983 ; Provencher, 1986). La première de ces phases est l’appréhension, engendrée par une méconnaissance du climat du territoire de la Nouvelle-France chez les premiers pionniers européens. L’acclimatation graduelle de la vie hivernale conduit à une phase d’adaptation dans laquelle le rapport entre l’habitant et l’hiver est perfectionné et où de nouvelles techniques de subsistance sont développées. On identifie finalement la phase de domestication caractérisée par une intégration totale de la saison hivernale dans la société et dont le déclin correspond à l’accroissement d’un mouvement d’exode rural provincial à la fin du XIXe siècle. La principale hypothèse que l’on trouve dans la littérature quant à la transformation qui s’opère à partir de la fin du XIXe siècle suggère une incompatibilité entre ces deux objets. La thèse vise à approfondir cette relation par la caractérisation de la ville et de l’hiver en tant qu’objets de représentation.

4Notre recherche consiste plus précisément en une étude inductive qui analyse la construction des représentations hivernales du résident de la ville. Montréal en constitue dans ce cas-ci le point focal, en raison de son rôle en tant qu’archétype d’un milieu urbain fortement caractérisé par une saison hivernale. Nous analysons l’influence du milieu urbain sur la construction des représentations hivernales des Montréalais à travers l’étude des représentations hivernales des résidents de Montréal depuis la fin du XIXe siècle (1883-2019). La recherche met plus particulièrement l’accent sur trois éléments distincts, soit la modulation des représentations hivernales à travers les espaces construits, les identités, ainsi que les imaginaires de Montréal, et ce, afin de répondre à notre question de recherche principale : « Dans le contexte urbain montréalais, quelles sont les représentations hivernales et comment se construisent-elles ? »

5L’élément construit constitue le premier point d’ancrage de la thèse, documentée par l’étude de la construction de la ville souterraine située au centre-ville de Montréal. La ville souterraine fait référence à un réseau piétonnier protégé d’une longueur d’environ 35 km, situé au centre-ville de Montréal, qui permet de relier près de 2000 commerces ainsi que diverses stations de métro, universités et bâtiments d’intérêts (Hustak, 2018 ; Office de consultation publique de Montréal, 2017). Cette première étude nous a permis de révéler l’ambivalence des Montréalais face à la saison hivernale par l’analyse des représentations face aux diverses périodes de construction de cet aménagement depuis les années 1960.

6Nous avons ensuite entamé la documentation de l’élément identitaire dans le cadre duquel deux sujets opposés ont été étudiés. Mentionnons premièrement l’appropriation du statut de ville hivernale-ville nordique dans la presse dans une visée principalement touristique. Depuis les années 1990, plusieurs documents promotionnels et articles de journaux révèlent le recours aux termes Ville hivernale et Ville nordique pour caractériser l’identité de Montréal. L’emploi de ces termes peut en effet être vu comme un effort entamé à l’échelle provinciale afin de valoriser le tourisme hivernal. Cela s’inscrit également à l’intérieur d’une stratégie de marketing pour lutter contre la saisonnalité du tourisme, c’est-à-dire la variation de la demande touristique en fonction des saisons, qui mène ainsi à des « basses » et des « hautes » saisons (Chaire de Tourisme Université du Québec à Montréal, 1998). On proposait, au cours des années 1990, de redéfinir l’image du tourisme d’hiver. Cette stratégie correspond également à une transformation de l’offre touristique de Montréal amorcée au cours de la décennie précédente. En effet, les années 1980 marquent les débuts de l’ère de l’évènementiel, dont la caractéristique principale est l’utilisation des festivals dans l’optique de « reconstruire l’image de Montréal » (Pilette et Kadri, 2005).

7Nous avons étudié dans le cadre du même élément le phénomène des snowbirds. Ce terme fait référence, de façon générale, à un groupe d’individus qui se reloge au cours de la saison hivernale dans une région plus tempérée (Blondeau, 2017). Cette locution fait plus spécifiquement référence, depuis les années 1970, à une communauté de retraités qui va passer l’hiver dans le sud (Sullivan et Stevens, 1982). Nous pouvons résumer de façon sommaire l’analyse menée dans le cadre de cet élément par la mention de la présence d’un discours identitaire dominant et celle d’un contre-discours représenté par les snowbirds, figure de négation d’une unité sociétale et représentation d’un tourisme de masse. La capacité de résistance hivernale et la fierté qui lui est associée deviennent, dans ce cas, des marqueurs identitaires. À l’opposé de ce mouvement, nous avons observé comment le désir de fuir l’hiver peut finalement être considéré comme un trait identitaire. L’une des constantes de l’étude de cet élément est l’idéalisation hivernale qui révèle l’ambivalence qui caractérise le rapport des Montréalais avec l’hiver. Il est nécessaire d’omettre certains aspects négatifs de la saison hivernale lorsque l’on tente d’unifier la population autour de cet élément commun et de créer une identité collective potentiellement commercialisable.

8L’élément imaginaire est le dernier élément de la thèse. Nous nous devons de souligner son importance, considérant sa vocation essentiellement touristique. Nous avons examiné dans ce cas-ci l’institution des carnavals d’hiver de Montréal inspirée, du moins partiellement, des veillées rurales québécoises. Nous avions, lorsque nous avons dressé l’état de la question, observé comment ces veillées étaient un des éléments intégrant de l’adaptation des premiers arrivants à l’hiver dans le contexte québécois. Ces événements qui ont lieu dans les campagnes québécoises à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle privilégient la danse et les rassemblements entre amis et familles à l’intérieur du logis. L’isolation du village qu’engendre l’hiver correspond également à un repli sur soi de la communauté. Le carnaval, comme nous le concevons dans cette étude de l’élément imaginaire, correspond à un transfert urbain de ces traditions et à la création d’une identité touristique de la municipalité.

9Nous avons procédé, dans le cadre de notre analyse, à la définition de ce que nous avons qualifié comme l’imaginaire hivernal. Nous avons défini ce terme en fonction de l’identité collective, de l’imaginaire de la ville (Morisset, 2011), de l’imaginaire du Nord (Chartier, 2018) et de l’imaginaire collectif (L’Italien-Savard, 2012). L’imaginaire hivernal prenait également en compte la compétition entre les villes, qui détient un rôle déterminant dans le processus de différenciation d’une ville et dans la définition de cette identité touristique mentionnée précédemment (Bautès et Guiu, 2010). Nous en sommes arrivées, à partir de ces différents fragments conceptuels, à la formulation de notre propre définition opérationnelle : « Inspirée de l’idée de l’imaginaire de la ville qualifié par son double sens ainsi que de l’identité collective, l’imaginaire hivernal de la ville transmet des mythes quant à la façon dont cette dernière « vit » son hiver et comment elle se transforme en fonction de la saison hivernale, et ce, dans une visée touristique ».

10Nous voulions, par la formulation de cette idée, donner un sens à la saison hivernale dans un contexte de promotion de la ville. Notre analyse a témoigné du fait que l’objectif de popularisation des carnavals d’hiver et la lutte à la saisonnalité du tourisme exigeaient de créer une image de la ville basée sur l’adaptation hivernale. Une caractéristique importante de la création de cette image était la mobilisation de symboles hivernaux dits « authentiques ». Notre analyse nous a permis d’identifier trois catégories parmi ces symboles exploitables dans la mise en tourisme de la ville. Nous faisons référence ici aux éléments naturels, aux éléments sportifs ainsi qu’aux éléments sociaux ou évènementiels. Soulignons ici le rôle de monuments comme le palais de glaces, ainsi que celui de l’ensemble des sports d’hiver ainsi que des symboles faisant partie intégrante du folklore hivernal, comme le traineau à chiens, la raquette et la ceinture fléchée. L’idée était de « vendre » une certaine image avec l’intention ultime d’attirer le visiteur étranger.

Document n° 1 : Symboles hivernaux « authentiques »

Document n° 1 : Symboles hivernaux « authentiques »

Guillemette, 2019

11L’étude des différents carnavals nous a permis d’observer comment ce mouvement, entamé par les entités privées et publiques, était motivé par son potentiel économique dès ses premières éditions. Si la mobilisation des traditions hivernales demeure constante dans l’ensemble des éditions du carnaval depuis la fin du XIXe siècle, nous avons toutefois noté, dans le cas des plus récentes éditions, une tentative de modernisation de la symbolique hivernale. Les éléments les plus importants qui se dégagent de l’analyse de l’imaginaire hivernal sont la transposition directe de l’identité collective en tant que composante principale de cet imaginaire et le rôle considérable de l’idéalisation hivernale dans la diffusion de cet imaginaire. L’analyse menée afin de documenter cet élément nous a finalement permis de faire état du rôle de l’expérience personnelle dans l’appropriation de cet imaginaire par l’usager. Notre étude nous a finalement permis de constater dans ce sens que, malgré la création d’un imaginaire hivernal, cet imaginaire n’est pas forcément intégré par l’utilisateur de l’hiver, qu’il soit résident ou touriste, en raison du rôle considérable tenu par l’expérience personnelle dans la définition des représentations hivernales de chacun. Notre recherche remet ainsi en question l’appropriation des images touristique par le visiteur lorsque celles-ci sont basées sur cette notion d’hivernité.

Haut de page

Bibliographie

Arcand, B. (1999), Abolissons l’hiver, Les Éditions du Boréal, Montréal.

Bautès, N. and Guiu, C. (2010). "Cheminements autour de l’identité urbaine", in Gérardot, M. (Ed.), La France en ville, Atlande Clefs Concours, Neuilly-sur-Seine, pp. 119-126.

Blondeau, H. (2017), "Québec French in Florida North American Francophone Language Practices on the Road", Journal of Transnational American Studies, vol. 8 No. 1, pp. 1-19.

Chaire de Tourisme Université du Québec à Montréal. (1998), La saisonnalité Analyse et stratégies pour l’industrie touristique, Cercle de Tourisme du Québec, Montréal.

Chartier, D. (2018), Qu’est-ce que l’imaginaire du Nord, Principes éthiques, Presses de l’Université du Québec, Québec.

De la Soudière, M. (1993), "Mauvais temps morte saison. Un patrimoine paradoxal", Les Annales de la recherche urbaine, vol. 61 No. 1, pp. 51-54.

Hamelin, L.-E. (1993), "Les Québécois face à l’hivernie laurentienne", Québec francais, vol. 88, pp. 85-88.

Hamelin, L.-E. (2002a), Discours du Nord, Rapport no 35, Université Laval, Québec.

Hamelin, L.-E et Lavallé, M-C. (2002b), Le Québec par des mots : l’Hiver et le Nord, Université de Sherbrooke, Sherbrooke.

Hustak, A. (2018), Exploring Montreal’s Underground City, Véhicule Press, Montréal.

L’Italien-Savard, I. (2012), "L’imaginaire québécois : thèmes et mythes", Québec français, vol. 164 No. 1, pp. 32-37.

Lamontagne, S.-L. (1983), L’hiver dans la culture québécoise, Institut québécois de recherche sur la culture, Québec.

Morisset, L. K., Noppen, L. and Saint-Jacques, D. (1999), "Entre la ville imaginaire et la ville identitaire de la représentation à l’espace", in Morisset, L. K, Noppen, L. and Saint-Jacques, D. (Ed.), Ville imaginaire Ville identitaire échos de Québec, Éditions Nota bene, Québec, pp. 5-36.

Morisset, L. K. (2011), "Pour une herméneutique de la forme urbaine. Morphogénétique et sémiogénétique de la ville", in Morisset, L. K. and Breton, M-E. (Ed.), La ville, phénomène de représentation, Presses de l’Université du Québec, Québec, pp. 33-59.

Morisset, L. K. (2015), "Introduction, Entre l’image des villes et l’imaginaire des collectivités l’avenir du génie du lieu, Variations sur une trahison". in Morisset, L. K. (Ed.), S’approprier la ville, Le devenir-ensemble du patrimoine urbain aux paysages culturels, Presses de l’Université du Québec, Québec, pp. 1-16.

Office de consultation publique de Montréal. (2017), Quel avenir pour notre centre-ville ? Les orientations de la stratégie centre-ville Rapport de consultation publique, Office de consultation publique de Montréal, Montréal.

Orillard, C. (2003), "Contrôler l’image de la ville", Labyrinthe, vol. 15 No. 2, available at : https://www.cairn.info/revue-labyrinthe-2003-2-page-.html (accessed 17 May 2017)

Pilette, D. et Kadri, B. (2005), Le tourisme métropolitain Le cas de Montréal, Presses de l’Université du Québec, Québec.

Sullivan, A. D. and Stevens, A. S. (1982), "Snowbirds : Seasonal migrants to the sunbelt", Research on aging, vol. 4 No. 2, pp. 159-177.

Ville de Montréal. (2018), "Réseau sous terrain (RESO)", available at : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8957,99645639&_dad=portal&_schema=PORTAL (accessed 20 December 2018)

Walter, F. (2014), Hiver, Histoire d’une saison, Éditions Payot & Rivages, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n° 1 : Symboles hivernaux « authentiques »
Crédits Guillemette, 2019
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Guillemette, « Étude de l’hivernité urbaine, analyse d’un récit de construction identitaire montréalais », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6330 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6330

Haut de page

Auteur

Myriam Guillemette

Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search