Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18PhotosEn conversation avec un édifice t...

Photos

En conversation avec un édifice touristique

Hannelene Schilar
Traduction de Maria Gravari-Barbas
Cet article est une traduction de :
In conversation with a tourism edifice [en]

Texte intégral

Juin 2015, fonte des structures touristiques, IceHotel, Jukkasjärvi, Suède

Juin 2015, fonte des structures touristiques, IceHotel, Jukkasjärvi, Suède

1J’ai pris cette photo en juin 2015 lors de mon travail de terrain dans le nord de la Suède. Je me souviens encore très bien de l’ambiance de ce moment, alors que je me tenais là, seule dans la boue, sous le soleil qui brillait. La scène évoquait quelque chose de fort et d’humoristique en moi, et je me suis mise à rire tout seule.

2En tant que chercheure débutante en tourisme, j’avais entendu parler et même écrit sur ce lieu, sans l’avoir visité avant ce jour-là. Le lieu est réputé au-delà des frontières suédoises et est visité par des touristes qui viennent de loin. Il est l’un des fleurons du tourisme suédois, représentant un lieu magique, artistique et arctique. Ce jour-là, je me suis retrouvé devant le célèbre (et premier du genre) IceHotel. Seulement, c’était l’été, et il fondait.

3Depuis son idée initiale en 1990, l’IceHotel est reconstruit chaque année à partir de la glace prélevée sur la rivière Torne qui coule à ses côtés. De décembre à avril, le site attire dix mille touristes dans un petit village appelé Jukkasjärvi, à proximité de la ville de Kiruna reliée au monde grâce à son aéroport. Tous les touristes ne viennent pas pour passer la nuit à l’hôtel, mais aussi en tant que visiteurs de jour pour simplement admirer la façon dont différents artistes ont conçu les chambres, les salles, le bar et même l’église qui font partie du spectacle. L’hôtel et son succès illustrent également le changement de saison du tourisme dans le nord de la Suède, où la saison hivernale est de plus en plus importante et attrayante. Des attributs qui semblaient auparavant faire obstacle au tourisme, tels que l’obscurité, le froid et l’éloignement relatif, sont maintenant romancés et utilisés par le marketing touristique.

4Les images que j’avais vues auparavant de l’IceHotel étaient enchanteresses : de la glace bleue brillante et claire sur laquelle la lumière du soleil brille le jour et se réfléchit sur des décors soignée, l’obscurité environnante la nuit, l’attrait du silence et des aurores boréales dansantes au-dessus. Pour moi, il a longtemps incarné un point d’attraction sur ma carte du Nord : j’étais tout d’abord vraiment curieuse de voire les lieux ; ensuite, visiter l’IceHotel représentait dans ma carrière de chercheure nordique en tourisme une sorte de rite de passage afin de pouvoir dire que maintenant, moi aussi, j’ai été là.

5Cet été-là, je devais faire un travail de terrain sur l’artisanat et le tourisme dans la région de Kiruna, en passant par l’IceHotel. Pourtant, dans l’agitation du travail de terrain, je n’avais pas eu le temps de réfléchir à quoi pourrait ressembler cet endroit au début de l’été. Je me suis donc rendue sur place et j’ai trouvé l’IceHotel dans l’état qu’on le voit sur la photo. Cela m’a beaucoup amusée. J’ai surtout été saisie par le contraste entre son état parfait en haute saison, représenté sur les images que je connaissais, et l’état pitoyable dans lequel je l’ai trouvé. J’avais presque envie de lui dire : "Il reste beaucoup de boue de ta splendeur !" et peut-être l’édifice s’est-il lui-même amusé de son état.

6Personne n’était là pour garder ses restes et pour m’empêcher d’errer au milieu de ses structures nues. J’ai marché dans la boue et sur des lourds tas de neige. Pendant que je marchais, j’ai eu l’impression que l’édifice me répondait et nous avons partagé un moment de limpidité. Notre conversation a porté sur le tourisme bien sûr, et plus concrètement sur les représentations. Alors qu’en surface, le tourisme a un caractère léger, apparemment apolitique (Shanks, 2009), où les prédominent les images belles et polies, sous la surface on trouve beaucoup de désordre et des luttes de pouvoir sur ses représentations. Ce jour-là, en me tenant dans les restes de l’IceHotel, j’ai eu l’impression de voir et de sentir en dessous ses structures chaotiques et dénudées. Je pouvais presque entendre se disputer les planches de bois et le dernier souffle de la neige fondante.

7J’ai quitté la scène avec un sentiment de joie - ce sont ces aspects désordonnés du tourisme auxquels je pense quand je dis que je m’intéresse à la recherche en tourisme. Ce plaisir et cette compréhension du tourisme sont saisis dans cette photographie qui est pour moi spectaculaire à sa manière.

Haut de page

Bibliographie

Shanks, C. (2009), “The global compact : The conservative politics of international tourism”, Futures, 41(6), 360–366. DOI : 10.1016/j.futures.2008.11.004

Haut de page

Table des illustrations

Titre Juin 2015, fonte des structures touristiques, IceHotel, Jukkasjärvi, Suède
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hannelene Schilar, « En conversation avec un édifice touristique », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6366

Haut de page

Auteur

Hannelene Schilar

Hannelene Schilar est une chercheuse en tourisme qui s'intéresse à l'étude du tourisme avec ses interrelations complexes et critiques. Elle a terminé ses études de master en géographie humaine à l'Université d'Umea, dans le nord de la Suède. Dans ce contexte géographique, elle a mené des travaux de terrain approfondis sur (1) les randonneurs solitaires dans le nord de la Fennoscandie et (2) le tourisme, les souvenirs et l'ethnicité dans ces régions. En 2020, elle a soutenu sa thèse de doctorat sur « Les représentations du tourisme arctique et leurs voix internes » à l'Université de Freiburg. Elle continue de s'intéresser aux études critiques sur le tourisme, aux travaux qualitatifs approfondis ainsi qu'aux questions méthodologiques. hannelene.schilar@geographie.uni-freiburg.de

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Maria Gravari-Barbas

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search