Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Position de thèseLes représentations du tourisme «...

Position de thèse

Les représentations du tourisme « arctique » et leurs voix internes

Hannelene Schilar
Traduction de Tim Freytag
Cet article est une traduction de :
‘Arctic’ tourism representations and the voices within [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
'Arktische' Tourismusrepräsentationen und die Stimmen Darin [de]

Texte intégral

I. Idée et problème

1La question et la problématique inhérente aux représentations simplifiées du tourisme posent une quête permanente au sein des études sur le tourisme. Si l’on part du principe que les destinations se font concurrence pour attirer les touristes, les significations multiples des peuples, des lieux et des cultures s’effondrent en des images unifiées. En conséquence, cela implique que la construction de ces représentations doit s’accompagner de processus de sélection de certaines représentations par rapport à d’autres, ce qui soulève des questions du pouvoir. Il faut alors reconsidérer les questions suivantes : Quelles sont les images qui sont soulevées et celles qui sont supprimées ? Qui ou quoi est inclus ou exclu ? Quelles voix sont entendues ou réduites au silence ? Quelle est l’histoire qui est racontée ? Il convient de garder à l’esprit que cette dynamique de pouvoir ne doit pas être apparente ou forcée, mais peut être subtile et naturalisée dans le discours et la pratique locale.

2La thèse présentée aborde ces questions de manière qualitative dans le contexte du tourisme dans le nord de la Fennoscandie, qui s’étend sur le nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande. Dans ces régions, les constructions touristiques typiques peuvent par exemple inclure l’ « Arctique », le « Nord », l’ « Éloignement », la « Laponie », la « Zone sauvage » ou l’ « Indigène », ce qui laisse entendre la présence réelle (et présumée) de la population Sami, commercialisée comme « le seul peuple indigène d’Europe ». Tout en travaillant sur des images d’ « altérité », les représentations touristiques omettent simultanément d’autres aspects locaux qui peuvent être industriels, urbains, universitaires ou modernes. En outre, des catégories telles que « Laponie » ou « les Samis » rassemblent des zones et des personnes complexes en groupes unitaires, négligeant ainsi l’hétérogénéité existante au sein de ces groupes. Dans cette veine, il est avancé qu’il y a une « arctification » et une « indigénisation » en cours, qui peuvent être considérées comme une action et un discours politiques (Viken et Müller, 2017). En outre, on se demande dans quelle mesure ces processus peuvent être façonnés par les structures (post-) coloniales. Cela peut par exemple concerner des questions d’appropriation culturelle et d’action indigène, en particulier lorsqu’il s’agit de symboles particuliers, d’artisanat et d’autres formes d’expression culturelle, qui sont interprétés et construits en tant que « Samis ».

II. Objectif

3Par conséquent, si les représentations touristiques aplatissent les significations des personnes, des lieux et des cultures, en travaillant par l’essentialisation du discours et l’exercice du pouvoir, il est nécessaire de mener des recherches pour déconstruire et mettre en question les processus qui sous-tendent ces représentations. En conséquence, les discours et les pratiques produisant des images spécifiques doivent être déballés afin de comprendre les façons dont ils peuvent discriminer ou restreindre l’action.

4Structuré de manière cumulative, le travail de thèse consiste en cinq articles développés selon deux axes principaux. Dans un premier temps, l’objectif était de saisir plus largement quelles représentations sont effectivement utilisées dans le contexte du nord de la Fennoscandie et de comprendre les façons dont elles sont co-construites par les différents acteurs, en tenant compte notamment des acteurs touristiques locaux. Dans une seconde position, l’objectif était plus étroitement de déconstruire les discours et les pratiques entourant les souvenirs et les objets artisanaux, en interprétant ces derniers comme des représentations touristiques tangibles, où de multiples significations et constructions se manifestent. Cet intérêt a ouvert un triangle théorique dans le travail en étudiant l’interaction locale entre le tourisme, les identités ethniques et les objets souvenirs/artisanaux.

III. Cadre conceptuel

5Illustrant ces dynamiques sous-jacentes, le document 1 rassemble les multiples concepts dans un cadre unique.

Document 1 : Cadre conceptuel

Document 1 : Cadre conceptuel

6Le cadre s’écarte de la compréhension du tourisme comme une pratique, où les personnes, les lieux et les objets se rencontrent et interagissent. Le tourisme fonctionne comme un cadre pour ces interactions, qui est symbolisé par le cercle qui les maintient ensemble à un moment particulier ou dans une perspective spécifique. Lorsque les gens parlent et agissent, ils produisent alors des discours divers, ce qui est illustré par la bulle de parole intérieure. Dans le contexte du tourisme, il peut s’agir de discours sur l’altérité, l’authentification, l’ethnicisation, l’indigénisation ainsi que d’autres constructions linguistiques ou incarnées. Ainsi, les individus et les groupes contribuent à la co-construction de représentations, qui peuvent par exemple être basées sur le lieu avec sa nature ou la culture des gens. Comme ces représentations ne sont cependant pas complètes ou égales dans la mesure où elles pourraient représenter l’hétérogénéité locale actuelle et inclure des voix démocratiquement, elles entraînent également une dynamique de pouvoir, qui peut se répercuter sur les individus ou les groupes. Cette dynamique est saisie par la flèche circulaire, où la co-construction des représentations implique l’exercice du pouvoir, qui peut alors à nouveau interférer avec les personnes ainsi que parfois façonner physiquement des lieux ou des objets. La figure résume donc le problème global abordé dans la thèse, à savoir que les représentations qui sont continuellement produites dans un contexte touristique peuvent être avantageuses et discriminatoires pour certaines personnes ou voix.

IV. Approche méthodologique et travail de terrain

7Dans ce contexte, la ligne méthodologique globale de la thèse adopte une approche discursive du tourisme, cherchant à déconstruire les divers discours d’altérité, d’authentification ou d’ethnicisation, en tenant compte en particulier des voix des entrepreneurs touristiques locaux (Pietikäinen et Dufva, 2006). Les discours sont compris comme des moyens intertextuels de (re)produire continuellement des significations et des normes dans des contextes sociaux spécifiques.

8Cette approche reflète une évolution constante des études sur le tourisme vers des compréhensions plus critiques, constructivistes et processuelles. Cohen et Cohen (2012), par exemple, cherchent à déplacer l’attention de la recherche de l’ « authenticité » à l’ « authentification », c’est-à-dire aux processus de quelque chose qui est légitimé comme étant authentique. Viken et Müller (2017) parlent également d’ « indigénisation » au lieu d’ « indigénéité » pour souligner cette nature processuelle. Ce changement d’approche s’explique par le type de questions qui sont posées ; par exemple, au lieu de se demander « qu’est-ce qu’un souvenir authentique », il peut être plus pertinent d’examiner « comment un certain objet est authentifié ou construit en tant que souvenir », et de même pour les processus d’altérité, d’indigénisation, etc. L’objectif analytique d’une telle approche n’est donc pas de déterminer si une déclaration est « vraie » en soi, mais de voir comment des objets ou des concepts sont constitués par des processus de légitimation ou de normalisation.

9Concrètement, la thèse est basée sur un travail de terrain approfondi et des entretiens avec des acteurs touristiques locaux dans le nord de la Fennoscandie dans les années 2015/2016. Dans la première phase de recherche, il s’agissait principalement d’entrepreneurs du tourisme de plein air (7 personnes interrogées), tandis que dans la deuxième phase de recherche, plus étendue, il s’agissait de personnes qui vendaient et/ou fabriquaient des souvenirs et des objets artisanaux (35 personnes interrogées). Les entretiens ont suivi une ligne directrice semi-structurée, permettant aux conversations de se développer de manière ouverte et flexible. Les interprétations analytiques suivantes sont basées sur la compréhension que les connaissances créées entre la personne interrogée et le chercheur doivent être considérées comme intersubjectives et situées. Par conséquent, la thèse comprend une réflexion approfondie sur les multiples positions de l’auteur.

10Une autre considération méthodologique notable est que les partenaires d’entretien n’ont pas été choisis en fonction de leur appartenance ethnique, mais uniquement en fonction de leur travail dans le domaine du tourisme. Suivant une approche barthienne (Barth, 1969), cela a permis d’éviter de pré-catégoriser l’ethnicité, par exemple chez les Samis et les non-Samis, ce qui a permis d’aborder (ou non) la question de l’ethnicité dans les entretiens.

Principales conclusions

11Les résultats ont montré en premier lieu que les différentes parties prenantes du nord de la Fennoscandie co-construisent la destination en tant que destination arctique, hivernale, éloignée, nordique, sauvage, traditionnelle ainsi qu’indigène. Il est à noter que les acteurs locaux semblent détenir le pouvoir et l’agence dans ces processus de construction.

12Deuxièmement, en abordant les souvenirs, le travail a illustré la complexité du concept. Si les vendeurs et les artisans participant à ce projet de recherche avaient tendance à parler de leurs produits comme d’objets d’art, de produits de design nordique, de bijoux ou d’artisanat, et rejetaient souvent le terme « souvenir », il était pourtant entendu que ces mêmes objets pouvaient devenir des souvenirs dans l’interaction avec les touristes. Grâce à des processus d’authentification, tels que le récit ou l’étiquetage, des significations sont co-construites pour ces objets. Alors que d’autres études supposent une séparation claire entre « souvenirs » et « artisanat », les travaux ont mis en évidence la fluidité de ces catégories.

13De même, dans la littérature scientifique, les souvenirs sont souvent considérés comme des objets de sens d’un point de vue touristique, mais sont moins pris au sérieux du point de vue du local ou du vendeur. Les entretiens ont toutefois mis en évidence la manière dont différents objets – qu’ils soient produits en masse ou fabriqués à la main – peuvent avoir une signification pour les individus au niveau local ; par le biais de ces objets, ils peuvent participer à la décision de ce qui représente leur région, ils peuvent vouloir mettre l’accent sur le local ou le durable, ainsi qu’exprimer leur sens de l’esthétique ou leur personnalité.

14Dans le droit fil d’autres études, les travaux ont souligné l’interaction complexe entre l’ethnicité (ou l’indigénéité) et la dynamique du tourisme ; si le tourisme permet d’une part de célébrer l’ethnicité, ou la culture locale plus largement, il favorise d’autre part la commercialisation de cette dernière. Lorsque les symboles ethniques sont alors interprétés pour être incorporés dans des souvenirs ou des objets artisanaux, ces objets deviennent politiques. Les résultats ont montré que différentes personnes tracent des frontières ethniques différentes concernant (1) ce qu’elles considèrent comme approprié, (2) qui, selon elles, devrait être utiliser, vendre et fabriquer certains symboles ou objets, ainsi que (3) où elles perçoivent des limites à franchir.

15Parallèlement, diverses normes transgressent les discours des entretiens individuels. Aujourd’hui, beaucoup de gens interprètent le « Sáminess » comme un attribut attractif, en contraste avec sa stigmatisation historique. En conséquence, l’artisanat sami est souvent considéré comme plus attrayant et vendu à des prix plus élevés que les autres produits artisanaux locaux ; dans l’interaction avec les touristes, cette dynamique peut être renforcée. Enfin, cette construction était également présente dans la division linguistique entre « Sami » et « non-Sami » ; ces catégories étaient utilisées au niveau local pour parler des objets, des personnes, des magasins, des écoles d’artisanat et des communautés. Si ces catégorisations visent à protéger la culture, elles excluent également les personnes et créent un fossé, tout en faisant des Samis une catégorie homogène.

Haut de page

Bibliographie

Barth, F. (1969), Ethnic groups and boundaries : The Social Organization of Culture Difference, Universitetsforlaget, Oslo.

Cohen, E. and Cohen, S. A. (2012), Authentication : Hot and cool. Annals of Tourism Research, 39(3), pp. 1295-1314. doi : 10.1016/j.annals.2012.03.004

Pietikäinen, S. and Dufva, H. (2006), Voices in discourses : Dialogism, Critical Discourse Analysis and ethnic identity. Journal of Sociolinguistics, 10(2), pp. 205-224. doi :10.1111/j.1360-6441.2006.00325.x

Viken, A. and Müller, D. K. (2017), Tourism and Indigeneity in the Arctic, Channel View Publications, Bristol.

Papers

Keskitalo, E. C. H., Schilar, H., Heldt Cassel, S., and Pashkevich, A. (2019), “Deconstructing the indigenous in tourism. The production of indigeneity in tourism-oriented labelling and handicraft/souvenir development in Northern Europe”, Current Issues in Tourism. doi : 10.1080/13683500.2019.1696285

Schilar, H., & Keskitalo, E. C. H. (2018), “Ethnic boundaries and boundary-making in handicrafts : examples from northern Norway, Sweden and Finland”, Acta Borealia, 35(1), pp. 29-48. doi :10.1080/08003831.2018.1456073

Schilar, H., & Keskitalo, E. C. H. (2018), “Elephants in Norway : Meanings and authenticity of souvenirs from a seller/crafter perspective”, Tourism, Culture and Communication, 18(2), pp. 85-99. doi :10.3727/109830418X15230353469483

Schilar, H., & Keskitalo, E. C. H. (2018), “Tourism Activity as an Expression of Place Attachment - Place Perceptions and Experiences among Tourism Actors in the Jukkasjärvi Area, Northern Sweden”, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, 18, pp. 42-59. doi :10.1080/15022250.2017.1389123

Keskitalo, E. C. H., & Schilar, H. (2016), “Co-Constructing “Northern” Tourism Representations Among Tourism Companies, DMOs and Tourists. An Example from Jukkasjärvi, Sweden”, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, 17(4), pp. 402-422. doi :10.1080/15022250.2016.1230517

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Cadre conceptuel
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hannelene Schilar, « Les représentations du tourisme « arctique » et leurs voix internes », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6372

Haut de page

Auteur

Hannelene Schilar

Hannelene Schilar est une chercheuse en tourisme qui s’intéresse à l’étude du tourisme avec ses interrelations complexes et critiques. Elle a terminé ses études de master en géographie humaine à l’Université d’Umea, dans le nord de la Suède. Dans ce contexte géographique, elle a mené des travaux de terrain approfondis sur (1) les randonneurs solitaires dans le nord de la Fennoscandie et (2) le tourisme, les souvenirs et l’ethnicité dans ces régions. En 2020, elle a soutenu sa thèse de doctorat sur « Les représentations du tourisme arctique et leurs voix internes » à l’Université de Freiburg. Elle continue de s’intéresser aux études critiques sur le tourisme, aux travaux qualitatifs approfondis ainsi qu’aux questions méthodologiques. hannelene.schilar@geographie.uni-freiburg.de

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Tim Freytag

Universität Freiburg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search