Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaLes sites patrimoniaux exceptionn...

Varia

Les sites patrimoniaux exceptionnels, une ressource pour les territoires

Article évalué par les pairs
Magali Talandier, Françoise Navarre, Jean-François Ruault, Laure Cormier, Pierre-Antoine Landel et Nicolas Senil
Traduction(s) :
Outstanding heritage sites, a resource for the territories [en]
Llocs patrimonials excepcionals, un recurs per als territoris [ca]

Résumé

Les sites patrimoniaux exceptionnels condensent dans les territoires qui les accueillent des enjeux de développement économique, de gestion financière, de gouvernance, d’appropriation et de préservation du patrimoine. Sources d’attractivité, mais également facteurs de tensions, quels impacts socio-économiques locaux peut-on attendre de ces sites d’exception, tels que ceux membres du réseau des Grands Sites de France ou encore ceux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO ? Pour répondre à cette question, l’article mobilise la notion de ressource territoriale, afin d’appréhender l’impact du site eu égard au contexte territorial et à la coordination des acteurs locaux. A partir d’une étude quantitative et qualitative réalisée en France, les résultats soulignent l’existence d’au moins trois types d’impacts et de processus. Les sites exceptionnels peuvent être soit une ressource ordinaire, qui accentue les dynamiques ou les conflits selon les cas ; soit une ressource latente, en manque d’activation ; soit enfin un puissant levier de transformation locale. Loin du miracle patrimonial escompté, ces analyses montrent à quel point la coordination entre les acteurs publics et privés est essentielle pour faire du patrimoine une véritable ressource pour les territoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une minorité de sites sont en gestion privée, comme le Pont du Gard ou encore la Basilique de Vezel (...)
  • 2 Le Réseau des Grands Sites de France (RGSF) réunit les sites classés parmi les plus prestigieux et (...)
  • 3 La directrice du RGSF était d’ailleurs membre du comité de pilotage constitué par le PUCA.
  • 4 Les auteurs remercient tout particulièrement Raphaël Besson, Philippe Estèbe, Manon Loisel, Gilles (...)

1La décentralisation a doté l’échelon local davantage de moyens et de compétences en compensation d’un surcroît de coûts et de responsabilités. La nature et l’importance de ces coûts sont cependant inégales, selon le contexte et les problématiques rencontrées localement. Au-delà du dualisme désormais classique entre le contexte urbain et le contexte rural, l’existence de sites patrimoniaux d’exception – de par leur reconnaissance internationale ou de leurs problématiques de gestion – introduit des charges supplémentaires auprès des collectivités qui en assurent très majoritairement la gestion1 et l’ouverture au public. Aussi, l’un des arguments avancés pour justifier et faire accepter un transfert des coûts vers l’échelon local est l’existence supposée d’une compensation en termes de retombées économiques. Sur ce terrain de discussion, le financement et l’entretien des sites patrimoniaux font l’objet de nombreuses négociations, parfois conflictuelles, entre les Etats et les différents échelons de gouvernance locale. C’est dans ce contexte que le Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA), en France, a lancé en 2014 un programme de recherche sur le thème des sites exceptionnels et de leurs impacts pour le développement local. Le caractère d’exception a été alors entendu, soit à l’aune des difficultés singulières de gestion et de réhabilitation pour les 41 membres du Réseau des Grands Sites de France2, soit au regard de la reconnaissance hors du commun conférée par le label UNESCO (au nombre de 39 en France). Pour l’équipe de recherche, l’objectif était de s’appuyer sur ces deux réseaux constitués d’acteurs du patrimoine3 et ce, à la fois afin de sélectionner les sites sur des critères de prestige et d’enjeux de gestion, mais aussi de faciliter le futur travail d’enquête et de terrain. Cette modalité de sélection avait en outre le mérite de ne pas mettre directement l’accent sur un critère de fréquentation touristique. Ce dernier aurait eu tendance à porter seulement attention aux sites qui produisent de facto des effets économiques liés au tourisme Les résultats de cette recherche menée durant quatre années interrogent les conséquences socio-économiques des sites patrimoniaux exceptionnels en tant que ressource territoriale (Talandier et al., 2019 ; Ruault et Talandier, 2020)4.

2En effet, la théorie de la ressource territoriale postule qu’il existe des coordinations territorialisées d’acteurs œuvrant pour activer et mobiliser localement des ressources utiles au développement (Gumuchian et Pecqueur, 2007). Les collectivités territoriales peuvent être considérées comme des institutions qui régulent et influencent le comportement des acteurs dans la limite de leur périmètre administratif. Ce faisant, pour que le patrimoine soit une ressource pour une collectivité locale, encore faut-il qu’il y ait des coordinations d’acteurs territorialisés pour valoriser le patrimoine, et qu’ainsi des disparités territoriales soient mises à nu.

3Dans la littérature, la question de l’implication des acteurs territoriaux dans la construction du patrimoine en tant que ressource est généralement absente et ce, bien que l’on prête au patrimoine la qualité d’être un facteur d’activité économique et un levier de développement économique local (Keser, 2016 ; Dans et González, 2019 ; Cernea, 2001). Une abondante littérature, à la fois académique et professionnelle, fait état des impacts économiques du patrimoine (Navrud et al., 2002 ; Mourato, 2002 ; Mason, 2005 ; Rudokas et al., 2019) ; au travers notamment des effets de la dépense touristique sur l’emploi, des revenus, de l’investissement ou encore des prix immobiliers (Lazrak et al., 2014) ; et eu égard aux impacts tant directs, qu’indirects ou induits (Bowitz et Ibenholt, 2009). Dans bien des cas, le patrimoine est décrit comme une ressource en tant que programme d’investissement (Tomaney et al., 2010 ; Dalmas et al., 2015), comme un capital, tant culturel (Greffe, 2004 ; Rypkema et al., 2011) que productif – entraînant le développement de nouveaux services et revenus (González, 2014 ; Throsby, 2003).

4Font pleinement débat la qualité des retombées en termes d’emplois (Caffyn et Lutz, 1999), la réalité des coûts pour les collectivités locales (Bowitz et Ibenholt, 2009) et des nuisances – comme par exemple le risque d’exclusion des populations locales (Horáková, 2013) – mais parallèlement, il demeure l’idée récurrente que le patrimoine local peut constituer un avantage compétitif et qualitatif dans le jeu de la concurrence territoriale (Bole et al., 2013).

5La théorie de la ressource territoriale autorise à penser que le lien entre patrimoine et développement se noue dans la réussite de processus de coordination d’acteurs territoriaux. Pour que les effets escomptés en termes d’investissement et d’activités soient au rendez-vous, il faut une certaine stabilité de l’économie locale sur le temps long, une stabilité de la communauté, afin d’offrir des services touristiques dans la durée. Ils requièrent également une approche par consensus et le déploiement d’une ressource patrimoniale (Ashworth, 2003). Negussie (2006) insiste en ce sens sur le fait que le management patrimonial doit prendre en compte les spécificités économiques et culturelles des contextes locaux, mais également nationaux (Nyseth et Sognnaes, 2013 ; Conway, 2014). Aussi, sur ces différents points, il est difficile de cerner si l’exceptionnalité d’un site patrimonial facilite ou complique la valorisation du patrimoine en tant que ressource. Il semble même que le lien entre l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et le développement économique local soit assez ténu. Ce lien se présente comme une chaîne à plusieurs maillons (Prud’homme et al., 2008). Un premier maillon relie inscription et attractivité patrimoniale, un deuxième relie attractivité patrimoniale et tourisme, un troisième relie tourisme et développement local. Or, chacun de ces maillons rend la chaîne fragile et incertaine. Les enjeux économiques, mais également les retombées identitaires (Debarbieux, 2012), culturelles des sites exceptionnels dépendent de la capacité de mobilisation et de gestion des acteurs tant publics que privés (Gravari-Barbas et al., 2014 ; 2016).

6Les travaux académiques laissent donc penser que le patrimoine, y compris lorsqu’il est reconnu comme étant exceptionnel, peut avoir un impact positif sur les territoires, à condition que cette ressource fasse l’objet d’une construction territoriale (Gravari-Barbas, 2002). Ainsi, la prise en compte du contexte local et des jeux d’acteurs parait déterminante.

7Notre hypothèse centrale est ainsi construite autour de ces deux éléments. Tout d’abord, nous considérons que l’impact territorial dépendra d’effets structurels locaux. Un site patrimonial situé dans un territoire industriel n’aura, par exemple, pas les mêmes retombées locales qu’un site situé dans un territoire touristique et attractif. Ensuite, nous postulons que le rôle des acteurs locaux est déterminant pour réellement activer ou valoriser la ressource patrimoniale. Ainsi, le patrimoine serait une ressource latente, qui nécessite une réelle activation, ou valorisation locale, pour devenir une ressource territoriale (Landel et Sénil, 2009). Une approche spatiale a été mise en place sur la base d’une mobilisation de méthodes mixtes (quantitatives et qualitatives). Cette méthodologie nous permet d’appréhender les impacts socio-économiques des sites étudiés en lien avec les caractéristiques des territoires dans lesquels ils se situent, mais également les processus de valorisation et de coordination des acteurs qui conditionnent ces impacts.

8L’article est organisé en trois parties. Après avoir présenté notre méthodologie, nous développons nos résultats, en insistant tout d’abord sur les contextes structurels locaux, puis sur les jeux d’acteurs autour de la notion de ressource territoriale.

I. Une méthodologie mixte

  • 5 Le protocole complet de la recherche conduite pour le PUCA a également inclus une typologie environ (...)

9L’usage de méthodes mixtes revient à privilégier une combinaison de méthodes qualitatives et quantitatives plutôt que de donner la priorité à l’un des deux paradigmes de recherche. Cette démarche se prête bien à notre double objectif : mesurer l’impact du patrimoine dans un contexte spécifique local d’une part et d’autre part, identifier quelles sont les tensions éventuelles auxquelles les acteurs des sites sont confrontés, quelle est leur mobilisation pour les dépasser. Analyser l’impact socio-économique du patrimoine sur le territoire suppose à la fois l’utilisation de données chiffrées (emplois, revenus, attractivité touristique, éléments fiscalo-financiers…), mais aussi la prise en compte des attributs sociaux et culturels (trajectoires historiques du territoire, systèmes de gouvernance…). La question de l’impact touristique est l’une des composantes étudiées. La méthode de recherche repose sur 3 phases majeures de collecte et de traitement de matériaux : une analyse typologique (sur la base de données socio-économiques), une campagne d’entretiens et leur analyse pour 7 terrains d’étude en France ; une analyse quantitative (mettant en évidence l’impact des sites sur le développement socio-économique local)5.

  • 6 Ont été retenues les désignations officielles des sites patrimoniaux ayant fait l’objet d’une label (...)

10Une base de données a d’abord été construite pour les 70 sites patrimoniaux exceptionnels en France. Un premier travail typologique a permis de caractériser les sites dans leur contexte territorial. Sept terrains d’étude ont ensuite été choisis pour leur représentativité des contextes identifiés : le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, le Marais Poitevin, la Baie de Somme, le Canal du Midi, les Ocres du Roussillon, la Grotte Chauvet-Gorges de l’Ardèche et le centre-ville reconstruit du Havre6. Une campagne d’entretiens a été conduite afin de rendre compte des enjeux et problématiques auxquels sont confrontés les acteurs locaux publics et privés dans des sites patrimoniaux exceptionnels (liste des personnes rencontrées en annexe 1).

11Nous explicitons à présent quelles sont nos échelles d’analyse et nos principes de l’analyse quantitative effectuée.

A. Sites et échelles d’analyse

12Nous avons considéré les 70 sites patrimoniaux présents en France métropolitaine, reconnus comme exceptionnels du fait de leur renommée et/ou en raison des problématiques de gestion qu’ils suscitent, ayant de ce fait donné lieu soit à une inscription sur la liste du patrimoine mondial UNESCO, soit à une reconnaissance au titre du Réseau des Grands Sites de France (documents 1 et 2).

Document 2 : Les sites UNESCO

Document 2 : Les sites UNESCO

A partir de https://whc.unesco.org/​fr/​list/​

  • 7 Le fait de retenir ces EPCI voisins induit d’inévitables effets de dilatation des périmètres qui ne (...)
  • 8 Même si les sites exceptionnels sont « multiterritoriaux », se jouant alors des périmètres administ (...)

13L’analyse quantitative des impacts économiques est menée à plusieurs échelles, afin de caractériser le site dans son contexte (document 3). La plus petite échelle considérée est celle de la commune - voire des communes - où est implanté le site. Cette échelle est extrêmement précise puisque la France compte plus de 35 000 communes, dont 75 % ont moins de 1 000 habitants. Nous pouvons caractériser le site et observer son impact au plus près de son lieu d’implantation. Dans la suite du texte, nous parlerons du site pour qualifier cette échelle d’observation. Notre seconde échelle d’analyse est celle du ou des territoires du site, définie par les intercommunalités ou établissements publics de coopération communale à fiscalité propre (EPCI) dans lesquels est situé le site. D’un point de vue socio-économique, on peut en effet considérer que les impacts majeurs du site dépassent largement les limites – étroites – de la maille communale et qu’ils se manifestent en premier lieu dans les communes alentours. Par ailleurs, le périmètre intercommunal est bien celui au sein duquel s’exercent les compétences en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, de réalisation d’équipements de proximité, mises à l’épreuve par les tensions que suscitent les sites exceptionnels, notamment en matière gestion des (sur)fréquentations et de nécessités de préservation. En outre, le développement territorial met en jeu des systèmes de flux et de liens qui se jouent à différentes échelles. Aussi, au-delà du site lui-même (communes) et du territoire ou du contexte dans lequel il se situe (EPCI), des effets de propagation, d’entrainement atteignent les territoires voisins. De ce fait, nous retenons, comme troisième échelle d’analyse, les EPCI limitrophes7. Afin de saisir les particularités imputables aux sites exceptionnels, les EPCI des sites et limitrophes sont positionnés au regard des moyennes nationales valant pour les intercommunalités8.

Document 3 : Les sites patrimoniaux exceptionnels dans leur contexte territorial, échelles d’analyse

Document 3 : Les sites patrimoniaux exceptionnels dans leur contexte territorial, échelles d’analyse

Réalisation des auteurs d’après UNESCO et Grands Sites de France

14Note : Les sites Unesco et Grands sites de France sont définis à l’échelle de la commune ou des communes qui les accueillent ; le territoire du site est déterminé par l’EPCI (ou les EPCI) qui contient la ou les communes du site ; les territoires limitrophes sont définis par les EPCI contigus, limitrophes, à ou aux EPCI contenant les sites.

B. Construction d’une base de données socio-économiques localisées

15L’approche quantitative repose sur la construction d’une base de données socio-économiques inédites à l’échelle des communes et des intercommunalités françaises pour tenir compte des trois échelles d’analyse (commune(s) du site, EPCI du site et EPCI limitrophes, comparés à la moyenne des autres EPCI français à fiscalité propres)

16Les variables utilisées pour l’analyse quantitative sont présentées dans l’annexe 2. Elles sont choisies pour répondre à quatre postulats concernant l’impact des sites en tant que ressource territoriale :

  • Le site exceptionnel est une ressource touristique et sa présence a des incidences sur la fréquentation du territoire (analyse du potentiel d’accueil touristique, des emplois et des bases économiques touristiques ;

  • Le site exceptionnel est une ressource économique susceptible de dynamiser différents secteurs d’activité du territoire (calculs des bases économiques ; analyse sectorielle des emplois) ;

  • Le site exceptionnel est une ressource pour le développement local (analyse des fondamentaux du développement à travers la démographie, les revenus des ménages, le profil de la population).

17L’analyse de ces variables, en un instant donné et en dynamique, nous permet de définir une typologie des sites dans leurs territoires, puis d’analyser les dynamiques territoriales.

II. Des contextes territoriaux variés

  • 9 La sélection des sites d’études en France – cibles du travail d’enquête sur le terrain – fait suite (...)

18Afin de caractériser les sites dans leur contexte territorial et d’orienter la sélection des sept cas d’études français9, nous avons mené une analyse en composantes principales sur les variables définies précédemment. Cette méthode associée à l’utilisation des Rhô de Spearman permet, lors de la construction des axes, de neutraliser les valeurs extrêmes, particulièrement présentes en analyse spatiale. Ensuite, une classification ascendante hiérarchique (CAH) a été conduite sur les trois premières composantes principales, qui expliquent 65 % de l’inertie totale du nuage de points (détails en annexe 3). Cette méthode est appliquée aux différentes échelles étudiées.

19Au niveau des EPCI, l’axe 1 de l’ACP oppose les territoires résidentiels et touristiques aux territoires productifs et socialement fragilisés. L’axe 2 différencie les EPCI très dynamiques en termes de développement (variation positive de la population, des emplois, des revenus, attractivité migratoire) aux EPCI moins performants, voire en déclin économique et démographique. Enfin, l’axe 3 permet de repérer les EPCI caractérisés par une population plutôt aisée (part de cadres et revenu élevé sur-représentés), aux EPCI socialement moins favorisés.

20Sur la base des trois premières composantes principales, les résultats de la CAH nous permettent de distinguer six types de territoires :

  • Type 1 : Les grands pôles urbains et leur proche périphérie qui se distinguent par une forte densité de population, une part des cadres importante, de hauts niveaux de revenus et une base productive élevée.

  • Type 2 : Les hauts-lieux du tourisme sont caractérisés par leur attractivité touristique mais aussi résidentielle. Plus d’un tiers des bases économiques sont liées au tourisme et la population de retraités y est plus importante qu’ailleurs. Le solde migratoire est positif.

  • Type 3 : Les EPCI résidentiels dynamiques se caractérisent par une base résidentielle importante, une forte progression de la population, des emplois, des revenus. Ils peuvent être touristiques, mais contrairement au type 2, ce n’est jamais leur première fonction.

  • Types 4 : Les territoires productifs en déclin se caractérisent par une base productive importante et des évolutions de la population, des emplois et des revenus négatives ou faibles.

  • Type 5 : Les territoires productifs dynamiques présentent comme les précédents des bases productives importantes, mais combinées cette fois avec une évolution positive des variables de développement territorial. Certains de ces espaces peuvent être touristiques, mais ce n’est jamais leur première vocation.

  • Type 6 : Les territoires moins typés présentent des bases productives, résidentielles et touristiques plutôt dans la moyenne nationale. Leur dynamisme économique (tous secteurs confondus) et démographique est très modéré.

21Moins de la moitié des communes abritant un site exceptionnel sont touristiques (32 cas), 8 sont productives (2 dynamiques et 6 en déclin), 10 sont situées dans des pôles urbains, 11 sont de type résidentiel et enfin, 8 apparaissent moins typés (document 4).

Document 4 : Typologie socio-économique des sites dans leur contexte territorial

Document 4 : Typologie socio-économique des sites dans leur contexte territorial

Calculs et élaboration des auteurs, d’après Insee, DGI, Accoss, Drees, CAF

22La cartographie de ces types souligne une concentration dans le Nord des EPCI productifs ou industriels, le plus souvent en déclin socio-économique et démographique. Ce type de territoires est également présent dans certains espaces ruraux du centre de la France. Ces territoires ont souvent été pénalisés par les processus de désindustrialisation que la crise de 2008 n’a fait qu’accentuer. La Baie de Somme et le Bassin minier Nord-Pas-de-Calais ont été sélectionnés comme terrains d’études pour illustrer ce type de territoires. La présence de sites patrimoniaux exceptionnels dans ces contextes post-industriels difficiles permet-elle de changer de trajectoire de développement ?

23Les territoires productifs dynamiques ne répondent pas à une distribution spatiale particulière et sont présents dans l’ensemble du territoire. En leur sein, on trouve des sites touristiques ou résidentiels (les Deux Caps et les Dunes de Flandres) qui pourraient entraver le développement des activités exportatrices créatrices de richesses, mais également permettre au territoire de diversifier son économie. Le site du Marais Poitevin a été choisi comme terrain pour mieux éclairer ces questions.

24Au sud de la Loire se concentrent les espaces résidentiels et touristiques. Leur situation parait plutôt favorable en termes de dynamiques des emplois, de revenus et de population. Se pose, néanmoins ici, la question du degré de dépendance au tourisme et des pressions qui peuvent s’exercer sur le site. Emblématiques de ce type de configuration, le Canal du Midi qui relie Toulouse à la méditerranée et les Ocres de Roussillon en Provence ont été choisis comme terrains d’études pour représenter ce type de configuration.

25Enfin, parmi les EPCI moins typés, on observe une forte présence de sites patrimoniaux situés dans une ville de taille moyenne (Théâtre antique et Arc de Triomphe d’Orange, la cathédrale de Bourges, par exemple).

26Cette typologie nous a permis de caractériser les sites (communes) dans leur contexte territorial (EPCI d’appartenance et EPCI limitrophes). L’analyse des impacts des sites sur le développement territorial doit à la fois prendre en considération cette diversité de situations locales, mais introduire également les dynamiques locales.

III. Les sites exceptionnels, une ressource complexe et non systématique

27Nous avons calculé, pour chaque couple « site-territoires » issu de la typologie (soit 10 types) et chaque échelle d’observation (3 échelles + moyenne nationale), les indicateurs de développement touristique, économique, sociodémographique et, à titre illustratif, des indicateurs fiscalo-financiers (annexe 2). Un extrait de l’ensemble des résultats obtenus (soit 40 tableaux de 50 variables) est présenté en annexe 4 à l’échelle des EPCI des sites (chiffres repris au fil du texte à titre d’exemples). L’analyse statistique a été complétée par des entretiens en face à face. Les questions posées portaient sur le contexte territorial ; la gestion du site ; les impacts du site ; les mises en tension ; la mise en réseau ; les projections à moyen terme. Les résultats nous ont conduits à identifier trois principaux processus de valorisation du patrimoine en tant que ressource territoriale.

28Nous proposons de distinguer tout d’abord les cas pour lesquels le site constitue une ressource parmi d’autres. Malgré leur valeur patrimoniale exceptionnelle, le développement socio-économique n’est pas spécifique à la présence du site. Dans ces territoires, le site vient, au mieux, conforter une dynamique économique existante, risquant alors de renforcer une hyper-spécialisation touristique. Dans d’autres contextes, le site apparait, au contraire, comme un levier de développement équilibré du territoire permettant d’enclencher une dynamique diversifiée. Il permet de créer des emplois dans différents secteurs d’activité et on observe un accroissement des variables de potentiel d’accueil ou d’activités touristiques dans des contextes plutôt productifs. Enfin, un troisième cas distingue les sites et territoires peu dynamiques, pour lesquels la présence d’un patrimoine exceptionnel n’entraine finalement pas de développement socio-économique ou touristique. Ici, les sites semblent être à l’état de ressources latentes, le patrimoine y est insuffisamment valorisé.

A. Les sites exceptionnels, une ressource territoriale parmi d’autres

29Ici, les sites patrimoniaux exceptionnels renforcent la dynamique globale du territoire et constituent une ressource parmi d’autres. Cette catégorie rassemble les types suivants : pôle urbain, site touristique ou résidentiel dans un territoire touristique ou résidentiel, site résidentiel ou productif dynamique dans un territoire productif dynamique (cf. annexe 5 pour le détail des sites).

30Globalement, ces sites et territoires ont en commun d’avoir une croissance démographique, le plus souvent liée à un solde naturel et migratoire positif. La population augmente, par exemple à l’échelle de l’EPCI du site, de 2 à 5,7 % entre 2009 et 2014 selon le type de configuration (annexe 4). Le revenu par habitant augmente en moyenne de 19 % et génère de nouveaux emplois notamment dans le secteur de la consommation, y compris touristique (de 4 % à 14 % sur la période observée à l’échelle des EPCI). Les entretiens ont en revanche révélé que dans ces contextes socio-économiques favorables, le site n’emporte pas la priorité des politiques publiques locales. Il faut toutefois distinguer les contextes très touristiques de ceux qui le sont moins.

31Des sites qui accentuent l’attrait touristique

32Dans le cas des sites touristiques situés dans des territoires touristiques ou résidentiels, plusieurs risques ressortent des analyses statistiques, et des entretiens.

33Il y a tout d’abord un risque d’hyper-spécialisation économique et donc de dépendance au secteur du tourisme. Les analyses quantitatives montrent que les emplois touristiques progressent, à la fois dans le site et hors du site. Le tourisme constitue le principal levier de développement économique du territoire. Dépendre uniquement de ces activités expose le territoire aux aléas de la demande extérieure, comme nous avons pu le voir avec la pandémie du coronavirus. Les destinations sont largement soumises à la concurrence internationale, mais aussi aux chocs conjoncturels. Dans les Gorges de l’Ardèche ou dans les communes situées à proximité de la Grotte Chauvet, les risques de fragilité économique et fiscale sont réels.

34Les pressions environnementales exercées par les pics d’affluence touristique sont également sources de conflits. La sur-fréquentation du Massif des Ocres (jusqu’à 450 000 visiteurs par an déclarés par les gestionnaires du site), concentrée au cours des mois de juillet et août, engendre une forte dégradation du milieu. La mise en péril du site a d’ailleurs conduit les acteurs du territoire à s’engager dans une Opération Grand Site pour gérer les flux de visiteurs. Cette problématique des flux témoigne aussi de l’existence de coûts dont la gestion est nécessaire pour que le site patrimonial soit une ressource et non un fardeau.

35Face à ces enjeux, les réglementations urbanistiques et paysagères ont tendance à se multiplier, notamment pour réguler les différents usages. Bien qu’utiles, ces dispositifs peuvent, dans certains cas, favoriser le développement des activités lucratives (touristiques) au détriment d’autres. Il y a alors un risque de voir cette hyper-spécialisation se renforcer puisque nous sommes dans une économie de cueillette plus facile à entretenir qu’à infléchir. Cette logique peut être renforcée par les dynamiques fiscalo-financières et par les investissements des collectivités. Une situation économiquement favorable peut favoriser un haut niveau de dépenses et encourager les investissements réalisés. Ce qui a été créé par le passé génère ensuite des rigidités et freine les possibilités pour l’avenir.

36Ce risque d’hyper-spécialisation touristique est parfois contrebalancé par une attractivité résidentielle. Une forme de concurrence peut alors s’installer entre le site, accessible pour les ménages aisés qui s’y installent définitivement, et les espaces périphériques qui accueillent les familles avec enfants et les ménages plus modestes. Dans ce type de configurations, le développement touristique est surtout le fait du site lui-même et se propage finalement peu aux territoires limitrophes. Ce constat (Canal du Midi, Massif des Ocres) ou cette crainte (dans le cas de la Grotte Chauvet) créent des situations de conflits d’usage et de fonctions, entre un site touristique à préserver et un territoire qui doit faire face à un essor rapide de sa population et de ses activités économiques. Il peut s’ensuivre une fragmentation des intérêts et des acteurs qui ne partagent pas la même vision, le même récit autour du site qui peine à fédérer. Par exemple, dans les territoires traversés par le Canal du Midi, le tourisme n’est pas toujours lié à l’usage du Canal ou à la proximité de ses abords. Les campagnes de l’arrière-pays méditerranéen, ou bien encore des villes comme Carcassonne ou Toulouse ont d’autres ressources touristiques que le Canal. De nombreux villages traversés par le Canal subissent également une forte pression résidentielle, à l’image de celle qui prévaut dans ces régions attractives du Sud de la France, indépendamment de la présence du site. De ce fait, on accorde une moindre attention et de moindres moyens pour son entretien. Le Canal apparait même pour certains maires de village interrogés comme un verrou de développement du fait des exigences de préservation patrimoniale. Le désintérêt voire même l’altération de cette ressource sur certains tronçons (bâtiments d’entreprises, déchetterie, pollution agricole) ont suscité de fortes craintes au niveau régional et national concernant la perte éventuelle de la labellisation Unesco. Les retombées touristiques du Canal sont donc très disparates d’une ville à l’autre, selon l’aménagement des berges (et la présence par exemple de restaurants), l’existence ou non de constructions remarquables (écluses de Fonserane, par exemple). De plus, la pression résidentielle peut s’avérer être un frein à la dynamique touristique, la fiscalité pouvant accentuer ce processus puisque la valeur locative, ou base d’imposition, d’une résidence secondaire est proche de 2 400 €, alors que celle d’une résidence principale s’élève à un peu plus de 3 000 €, rapportant donc plus à la collectivité locale. Les sources de tension entre les acteurs locaux et nationaux concernant la gestion des sites sont ainsi particulièrement prégnantes dans ce type de configuration site-territoire.

37Des sites qui diversifient la dynamique productive des territoires

38Dans le cas de sites situés dans des territoires productifs, les enjeux et sources de conflits sont d’une autre nature. Les acteurs interrogés expliquent devoir arbitrer entre le maintien d’activités économiques productives (industrielles ou agricoles) et la préservation des qualités environnementales ou paysagères du site. La question, par exemple, d’une agriculture extensive versus intensive est régulièrement posée. Le Marais Poitevin illustre bien ce cas de figure. Le paysage du Marais mouillé, hérité des aménagements du 19eme siècle, est labellisé Grand Site de France ; alors que juste à côté, le Marais desséché accueille une agriculture moderne et intensive. Le recul considérable de la partie mouillée du Marais résulte d’une incapacité à maîtriser les contradictions des politiques nationales (culture intensive du maïs versus protection de l’environnement) relayée dans les tensions locales (agriculteurs versus associations environnementales). Conséquence de ces tensions, le Marais poitevin a perdu son appellation de Parc National pendant une dizaine d’années.

  • 10 Le statut de site classé, commun à la majorité des sites étudié, oblige l’octroi d’une autorisation (...)

39Les réglementations visant à protéger les sites patrimoniaux exceptionnels contribuent à limiter l’implantation d’activités qui seraient fiscalement lucratives10. Celles-ci trouvent alors dans les EPCI limitrophes, moins réglementés, un espace favorable à leur essor. On a de ce fait pu observer une certaine dynamique des emplois d’intermédiation, comme par exemple la logistique ou autres services courants aux entreprises dans les intercommunalités voisines du site. Les règles de fiscalité, mais cette fois sur les activités économiques, peuvent accentuer ces mécanismes de séparation des intérêts. Ainsi, les contributions sur la valeur ajoutée des entreprises sont, en €/emploi, quasiment indifférentes au type d’emploi et de territoire. En revanche, cela n’est pas vrai pour les Contributions Foncières des Entreprises qui progressent en fonction des mètres carrés de sol occupés. Le modèle productif intensif aura donc des incidences sur le modèle fiscal par le biais de l’emprise au sol plutôt que par celui de la nature de l’activité (type d’emplois) ou de sa dynamique (valeur ajoutée). La coopération entre les territoires pour planifier et accompagner ce type de partage des fonctions économiques parait essentielle pour dépasser les conflits d’usage à proximité du site. Elle suppose alors une prise en charge interterritoriale des coûts et des bénéfices du site.

40Un apaisement des tensions par la coopération interterritoriale et la diversification économique

41Concernant la diversification économique, elle nous parait particulièrement pertinente à développer pour les sites touristiques situés dans des territoires qui le sont également afin d’apaiser les tensions et les risques induits par cette hyper-spécialisation. Plusieurs cas d’études nous ont montré l’intérêt qu’il y aurait à renouer avec la fonction productive initiale du site. Par exemple, l’envasement du Canal du Midi est dû à la perte de sa fonction fluviale pour le transport de marchandises. En effet, le passage des péniches permettait, à l’époque, de draguer les fonds du Canal. Aujourd’hui, les bateaux de croisière à fonds plats n’assurent plus cet entretien et créent, en pleine saison touristique, de réels embouteillages fluviaux, excluant toute autre forme d’exploitation. De plus, cette activité de navigation de plaisance est gérée par une poignée d’entreprises internationales, qui vendent des croisières sur le Canal, comme partout ailleurs dans le Monde. Face aux problèmes d’entretien du Canal, la menace d’une perte de la labellisation Unesco est posée. Remettre en fonction cette voie navigable à des fins de transport, qui plus est dans un contexte de transition écologique, pourrait contribuer à son entretien et amener de nouveaux acteurs autour de la table des négociations. Le retour à la fonction initiale du site, voire du territoire, vaut par exemple pour le Massif des Ocres en Provence. La société Okhra exploite à nouveau les mines d’ocres, et à ce titre les entretient. L’arrivée de ce nouvel acteur a permis d’initier un projet de territoire ambitieux autour de la couleur. Les entretiens et les retours d’expérience indiquent ainsi que les acteurs publics pourraient être force de proposition pour déceler puis pour impulser des initiatives nouvelles, autour d’aménités et de services peu ou pas présents/qui font défaut dans un esprit de mixité fonctionnelle et sociale.

42De plus, des coopérations interterritoriales et des gouvernances élargies seraient favorables à la pérennité des sites et des ressources locales, à un développement durable et transversal, conjuguant les divers intérêts, publics et privés. Dans le cas du Canal du midi, ce type de coopération entre les collectivités riveraines (communes, intercommunalités, départements) favorise l’essor d’aménagements cohérents des berges à des fins, par exemple, de mobilité durable (vélo).

B. Les sites, une ressource au service de la transformation des territoires

43Dans les contextes productifs en déprise socio-économique, la problématique est autre : un retournement de situation suppose l’activation, par les acteurs locaux, de l’ensemble des leviers possibles. Les sites patrimoniaux constituent l’une de ces ressources mobilisables pouvant susciter un changement d’image tout en capitalisant sur l’identité locale et sur les atouts du territoire. En effet, la notion de ressource territoriale implique à la fois l’existence d’une spécificité locale (ici un site patrimonial) et une réelle mobilisation des acteurs locaux pour mettre en œuvre un projet de valorisation autour de cette ressource. Ainsi, une ressource peut être dans un état latent, exister dans un territoire sans pour autant être un facteur de développement local. C’est le processus d’activation de la ressource par les acteurs locaux qui en détermine la capacité à générer des retombées positives pour le territoire.

44La Baie de Somme et le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais illustrent ces processus. Tous ces territoires ont en commun d’avoir subi une désindustrialisation massive de leur économie et une paupérisation de leur population. Si la présence d’un site exceptionnel dans ces contextes difficiles ne peut à elle seule résoudre tous les problèmes économiques et sociaux, des signaux positifs, imputables à l’activité touristique du site, sont repérables.

45Globalement, ces espaces restent marqués par de faibles performances démographiques. On y constate une stagnation voire une diminution de la population (entre +1 % et -1 % entre 2009 et 2014) en raison de soldes migratoires stables ou négatifs (0 ou -1 %). En revanche, la ou les communes abritant les sites patrimoniaux enregistrent un accroissement du potentiel d’accueil touristique, mais aussi des emplois dans des secteurs induits par la présence de touristes. Ces effets semblent, qui plus est, s’étendre au reste des communes de l’intercommunalité dans lesquels ils sont implantés (de 0,5 % à 1,2 % pour le PAT sur l’ensemble de l’EPCI, ou bien encore +8,8 % par exemple pour l’emploi touristique dans les EPCI de sites productifs). On mesure donc une hausse des emplois touristiques, mais aussi plus largement des emplois de consommation des ménages, notamment dans le domaine culturel. Ces éléments repérables quantitativement sont encourageants et laissent entrevoir un possible rééquilibrage des bases économiques dans ces espaces post-industriels. Ce frémissement économique dans les activités tournées vers les ménages s’accompagne d’un essor des activités de services aux entreprises et d’autres fonctions support, cette fois dans les intercommunalités limitrophes. Impacts directs sur les activités liées au tourisme et impacts indirects sur les fournisseurs et sous-traitants se cumulent et profitent à la ou aux communes du site et aux espaces environnants. Les enquêtes qualitatives soulignent la forte mobilisation des acteurs locaux autour de cette ressource patrimoniale exceptionnelle. La valorisation de ces sites fait partie d’une stratégie de développement territorial plus large. Le site est considéré comme vecteur d’une identité nouvelle, à la fois fédératrice, valorisante et vectrice d’attractivité économique. Ainsi le Bassin minier Nord-Pas-de-Calais est-il inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que « paysage culturel évolutif vivant » depuis 2012. Cette inscription dans un contexte de crise économique et sociale du territoire reposait sur deux ambitions :

  • la mobilisation du patrimoine national au service d’une dynamique métropolitaine portée par Lille (projets du musée Louvre-Lens) ;

  • la trajectoire de transition écologique locale à l’image de la commune de Loos-en-Gohelle très active au sein du réseau des villes en transition. Ici, les enquêtés perçoivent la labellisation UNESCO comme un facteur facilitant le processus de transformation de « l’archipel noir », image associée aux anciennes mines de charbon, en « archipel vert » à vocation écologique et sociale.

46Au Havre, ville portuaire détruite pendant la 2e Guerre Mondiale et pour partie reconstruite par l’architecte Auguste Perret, la patrimonialisation se situe dans une démarche de projet urbain. Le Havre a su créer une bifurcation dans sa trajectoire urbaine en passant d’une ville reconstruite mal vécue et dénigrée, à une ville architecturalement remarquable.

47La volonté de s’inscrire dans des dynamiques touristiques classiques s’appuie sur l’aménagement et la valorisation des spécificités locales. Dans ces contextes anciennement industriels, la fréquentation touristique certes croissante mais néanmoins modérée n’occasionne pas de pressions ou de conflits marqués. Elle peut au contraire orienter les attentes de sortie de crise sociale et économique que connait le Nord-Pas-de-Calais.

  • 11 Dans cette région littorale traditionnellement pauvre, la chasse et la pêche familiale ont longtemp (...)

48Le cas de la Baie de Somme est en ce sens un peu différent. Dans un contexte de région productive plutôt en déclin industriel, a émergé un espace touristique attractif. De vivrière11, la Baie est devenue culturelle et événementielle. L’Opération Grand Site a été lancée en 2002 pour réhabiliter des secteurs naturels sensibles, lutter contre l’érosion de milieux fragiles, œuvrer pour la réouverture des grands paysages de la Baie, mais également pour trouver des réponses en termes de maîtrise des flux de visiteurs. Contrairement aux deux cas précédents, les élus enquêtés nous ont rapporté une gêne d’une partie des habitants face au développement de l’activité touristique : troubles de jouissance, prolifération des parkings payants, hausse du prix des maisons, pratiques de chasse limitées... Le tourisme n’en demeure pas moins un levier économique essentiel dans ce contexte territorial peu dynamique, tel que nous avons pu le mesurer dans la construction typologique et les analyses quantitatives. Du côté de la fiscalité, ce frémissement favorable se confirme pour la Baie de Somme puisque le niveau de richesse fiscale – modeste voire très modeste – a eu tendance à croître plus nettement qu’en moyenne.

49Les cas présentés semblent ainsi indiquer que les dynamiques territoriales, notamment lorsqu’elles sont négatives, ne sont pas irréversibles. Les sites constituent alors un atout. Sous réserve de la mobilisation des forces vives présentes localement et de leur inscription dans une stratégie d’ensemble, ils participent alors de la diversification et du renouvellement des ressources, et du développement économique local.

C. Les sites exceptionnels, une ressource latente

50Enfin, dans certains cas, la présence d’un site patrimonial exceptionnel ne permet pas de dynamiser l’économie du territoire. Si l’on se réfère aux travaux sur la ressource territoriale, le patrimoine peut alors être considéré comme une ressource latente, en manque d’activation par les acteurs locaux (François et al., 2013). Cette situation est observée dans les sites dits plutôt équilibrés selon la typologie établie et sans particularités fortes au regard des variables retenues.

51Ce ne sont ni des territoires productifs, ni résidentiels, ni touristiques, par exemple. Ils ne se caractérisent pas non plus par leur densité (pôle urbain), ou par un profil de population résidente spécifique. Ce manque de spécialisation socio-économique génère une situation de stagnation démographique et de faible dynamisme économique. Ces configurations territoriales s’observent très souvent dans des villes petites ou moyennes et leur EPCI respectifs, qui subissent actuellement en France (et plus largement en Europe) une crise socio-économique liée à leur passé industriel et à un déficit de positionnement stratégique, que ce soit en termes d’économie, d’image, de culture… à l’instar d’Amiens, Troyes, Orange…

52Dans ces communes et leurs EPCI, on constate une stagnation de la population (0 % à 2 % selon les types à l’échelle des EPCI) en raison de soldes migratoires et naturels atones. On note un recul des emplois sur la période 2009-2014 (-1 %), alors qu’ils progressent généralement ailleurs. Le revenu par habitant progresse (de 18 % à 20 %), mais cette croissance reste néanmoins plus modérée que dans les autres territoires. Enfin, on note que le potentiel d’accueil touristique (cf. liste des variables en annexe 2) ne progresse pas, voire diminue. Ce résultat est le signe d’un désintérêt touristique et d’une perte d’attractivité des sites et de leurs territoires environnants.

53Par ailleurs, ces espaces sont pénalisés par le déclin des activités d’exportation (de -4 % à -13 %), non compensé, cette fois, par l’essor des services aux entreprises ou aux ménages (-5 % et -3 %). Dans ces localités peu dynamiques, la présence d’un site, aussi exceptionnel soit-il, ne permet pas de générer un attrait touristique et une dynamique socio-économique. Dans ce contexte, la question, cette fois, du territoire ressource pour le patrimoine est posée. En effet, si l’on peut remarquer dans certains cas un léger effet « site » en termes de taux d’emplois touristiques, la dynamique, lorsqu’elle existe, reste très modeste (+2 % d’évolution des emplois touristiques sur la période observée pour l’EPCI) et ne suffit pas à générer du développement territorial. Ici, la connexion entre ces sites exceptionnels et le développement du territoire reste largement sous-effective. La présence du site ne génère pas de dynamique économique locale, ni au niveau de la commune ou des communes accueillant le site, ni à fortiori, l’échelle plus vaste des EPCI du site.

54Le patrimoine exceptionnel, comme tout autre patrimoine finalement, sera une ressource territoriale, si le territoire est, à son tour, une ressource pour le site. Un lien de réciprocité unit le patrimoine et le territoire. Sans cette volonté d’intégrer pleinement le patrimoine dans un projet de territoire, le site est vécu comme une contrainte de plus, un verrou et un coût, plutôt que comme une ressource potentielle, à la fois économique, sociale et écologique.

Conclusion

55Les résultats de cette recherche menée en combinant méthodes quantitatives et qualitatives soulignent le fait que les configurations qui relient un site patrimonial à son territoire sont très différentes d’une région à l’autre. Ceci a des implications sur les modes de gestion et de gouvernance qui doivent alors pouvoir admettre une certaine malléabilité pour s’adapter au contexte local. Selon des facteurs structurels, mais aussi selon la capacité de coordination des acteurs, l’impact des sites exceptionnels sur les territoires peut être très variable. Le patrimoine est à même de constituer autant un levier, qu’un verrou, de développement. Dans tous les cas de figure observés et quelle que soit l’exceptionnalité du patrimoine, pour qu’il devienne ressource, le patrimoine doit être activé, valorisé par les acteurs locaux. Les frémissements socio-économiques favorables autour de sites situés dans des territoires en forte difficulté laissent entrevoir de possibles revirements, en lien avec la présence des éléments patrimoniaux.

56S’ils confirment la possibilité de construire une dynamique de reconversion économique et culturelle autour du patrimoine, ils mettent aussi en évidence la fragilité de certains équilibres à l’image de la Baie de Somme. Dans les territoires déjà dynamiques, le site vient compléter une offre touristique, résidentielle ou productive existante. Il ne constitue pas un apport exceptionnel, malgré ses qualités patrimoniales, et peut même venir amplifier des tensions. L’une des solutions pour apaiser ces conflits tient dans la diversification des fonctions économiques, à laquelle le patrimoine peut contribuer en renouant notamment avec son histoire. Pour toutes ces raisons, il serait sans doute utile de tester, d’expérimenter sur quelques cas emblématiques, une nouvelle génération de plans de gestion et de préservation des sites, qui intègrent, dès l’amont, une véritable stratégie de développement économique pour le territoire. Les cas étudiés et les retours d’expérience laissent entendre, pour leur concrétisation, la réunion de plusieurs conditions nécessaires. L’une d’elles repose sur la capacité des acteurs locaux à intégrer la multi-territorialité des sites, ces derniers se jouant finalement des périmètres administratifs, des logiques tant horizontales que verticales. Ils appellent de la sorte des modes de gouvernance qui rompent avec les pratiques « routinisées », qui soient ouverts à des innovations. Une autre suppose encore d’intégrer, dans la conception des solutions adoptées, les logiques tant des passants que celles des sédentaires : cette intégration apparait résolument comme une des clés pour apaiser les conflits d’usage qui ne manquent pas de se présenter, avec plus ou moins d’acuité. Une autre passe encore par la prise en compte simultanément des enjeux, bien souvent antagonistes, de préservation et de valorisation : la conciliation des temporalités (du temps court du développement et du temps long du patrimoine) comme des modèles économiques des parties prenantes est ainsi un incontournable. Dans la mesure encore où l’intérêt des sites n’est pas purement local, le rôle des instances étatiques comme celui des institutions en charge de la labellisation puis de la perpétuation des sites sont primordiaux. Fédérer ces différents enjeux, intérêts et parties prenantes pourrait-il advenir en dépassant les préoccupations, certes majeures, relevant du dynamisme socio-économique, en les inscrivant dans des perspectives transversales qui seraient finalement celles d’un développement durable ?

Annexes

Annexe 1 : Liste des personnes interviewées lors de la phase de terrain

Désignation de l’interview

Désignation de la personne enquêtée

n° 

Terrain

Qualité

1

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargé de mission du syndicat mixte EDEN 62

2

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargé de mission ENS, Département du Nord

3

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargé de mission, CPIE Chaine des Terrils

4

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargée de mission du syndicat mixte EDEN 62

5

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargée de promotion, Office de Tourisme et du Patrimoine de Lens-Liévin

6

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Chargés de mission aménagement et grands projets, Département du Nord

7

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Conseil départemental du Pas de Calais à Arras

8

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Délégué général d’Euralens

9

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Directeur de l’Agence d’Urbanisme de l’Artois

10

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Directeur d’études Observation - Prospective de la mission Basson Minier Nord-Pas-de-Calais

11

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Directrice de la Mission Bassin Minier

12

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Directrice de l’association Bassin Minier UNESCO

13

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Doctorante CIFRE à la Mairie à Loos en Gohelle

14

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Doctorante de l’Université d’Artois

15

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

DREAL Hauts de France

16

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Maire de Loos en Gohelle

17

Canal du Midi

Association "Vivre le canal"

18

Canal du Midi

Chargée de mission sur les sites classés à l’UNESCO, DREAL Midi-Pyrénnées

19

Canal du Midi

Chargée du mission "Observatoire du tourisme" de la CCI de Narbonne

20

Canal du Midi

Co-président du club économique "Toulouse au fil de l’o"

21

Canal du Midi

Directeur du service tourisme de Beziers agglomération

22

Canal du Midi

Maire de Sallèles d’Aude

23

Canal du Midi

Maître de conférences à l’Université Toulouse Le Mirail

24

Canal du Midi

Préfet de l’Aude

25

Canal du Midi

Responsable développement local, Voies Navigables de France

26

Canal du Midi

Responsable gestion quantitative eau Est Audois - risques naturels, Chambre d’agriculture de l’Aude

27

Canal du Midi

Responsable Pôle économique du Pays Haut Languedoc et Vignobles

28

Canal du Midi

Voies navigables de France

29

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Agence de développement territorial de l’Ardèche

30

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Caverne du Pont d’Arc

31

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Chargé de mission du Conservatoire Régional des Espaces Naturels

32

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Chargé de mission ENS, Département de l’Ardèche

33

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Chargée de mission Chauvet-UNESCO, État - Région Auvergne-Rhône-Alpes - Ardèche

34

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Directeur du Syndicat mixte Espace de restitution de la Grotte Chauvet

35

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Directrice du Syndicat de Gestion des Gorges de l’Ardèche

36

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Maire de Vallon Pont d’Arc

37

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Président du Pays d’Art et d’Histoire du Vivarais méridional

38

Grotte Chauvet & OGS Gorges de l’Ardèche

Responsable du pôle développement à l’Agence de développement territorial de l’Ardèche

39

GS Baie de Somme

Ancien Maire Le Crotoy, ex-Conseiller général

40

GS Baie de Somme

CCI Littoral Normand-Picard, Abbeville

41

GS Baie de Somme

Chambre Agriculture de la Somme

42

GS Baie de Somme

Conseiller départemental, Maire Saint-Valéry

43

GS Baie de Somme

Conservatoire du Littoral, Délégation Manche Mer du Nord

44

GS Baie de Somme

Directeur de l’Environnement au Syndicat mixte Baie de Somme

45

GS Baie de Somme

Directeur de Somme Tourisme

46

GS Baie de Somme

Directeur général d’Amiens Aménagement, ex-Directeur du syndicat mixte Baie de Somme

47

GS Baie de Somme

Direction Régionale de la SNCF

48

GS Baie de Somme

Ex-président de l’association des ramasseurs de salicornes de la Baie de Somme

49

GS Baie de Somme

Maire de Rue

50

GS Baie de Somme

Président de l’Association "Rando Nature"

51

GS Baie de Somme

Président de l’Association du chemin de fer touristique de la Baie de Somme

52

GS Baie de Somme

Président de l’association Picardie Nature

53

GS Baie de Somme

Présidente de l’Association Baie de Somme Zéro Carbone

54

GS Marais Poitevin

Chargée de mission, Office du tourisme Niort - Marais Poitevin

55

GS Marais Poitevin

Directeur de l’office du tourisme Niort - Marais Poitevin

56

GS Marais Poitevin

Directeur de la Maison du Marais Poitevin

57

GS Marais Poitevin

Maire de Coulon

58

GS Marais Poitevin

Maire de Saint-Hilaire-la-Palud, Présidente du syndicat de Pays du Marais Poitevin des Deux-Sèvres

59

GS Marais Poitevin

Président du syndicat des propriétaires fonciers du Marais

60

GS Marais Poitevin

Présidente de la Coordination pour la défense du Marais Poitevin

61

GS Marais Poitevin

Responsable du Développement Grand Site de France, PNR Marais Poitevin

62

OGS Massif des Ocres

Chargé de mission architecture du PNR du Luberon

63

OGS Massif des Ocres

Chargé de mission culture, Communauté de Communes Pays d’Apt Luberon

64

OGS Massif des Ocres

Chargée de mission "Réserve naturelle géologique", PNR du Luberon

65

OGS Massif des Ocres

Chargée de mission ENS, Département du Vaucluse

66

OGS Massif des Ocres

Conseiller municipal d’Apt, Vice président de la communauté de communes Apt Luberon en charge du tourisme, de l’opération grand site et du développement durable

67

OGS Massif des Ocres

Directeur de l’office de tourisme du Pays d’Apt

68

OGS Massif des Ocres

Gérant de la SARL Arcano "Mines de Bruoux"

69

OGS Massif des Ocres

Gérante et consultante de GEM.ORCA SARL d’Aix-en-Provence

70

OGS Massif des Ocres

PDG du Conservatoire des ocres et de la couleur Ôkhra

ANNEXE 2 : Liste des variables socio-économiques et fiscalo-financières

ANNEXE 2 : Liste des variables socio-économiques et fiscalo-financières

Le tableau présente l’ensemble des variables utilisées pour les analyses quantitatives des 70 sites français étudiés. Ces variables servent à la réalisation de la typologie des sites et dans leur contexte territorial (typo) et/ou au calcul des dynamiques de développement économique (dyn). Enfin, à titre illustratif, nous avons également observé quelques indicateurs fiscalo-financiers (ill).

ANNEXE 3 : Résultats de l’ACP

ANNEXE 3 : Résultats de l’ACP

ANNEXE 4 : Dynamiques socio-économiques et démographiques à l’échelle des EPCI des sites exceptionnels

ANNEXE 4 : Dynamiques socio-économiques et démographiques à l’échelle des EPCI des sites exceptionnels

Sont présentés ici les résultats obtenus pour les EPCI des 70 sites exceptionnels, ventilés par type. Les mêmes calculs ont été réalisés à l’échelle des communes des sites, des EPCI limitrophes.

ANNEXE 5 : Récapitulatif des profils-types et terrains d’études

Item (type de ressource…)

Type de site

Type de territoire

Nb de cas identifiés en France

Terrain d’étude en France

Terrain d’étude en Europe

Le site est une ressource parmi d’autres

Touristique

Touristique

Massif des Ocres, Grotte de Chauvet-Gorges de l’Ardèche

Touristique

Résidentiel

Canal du Midi

Résidentiel

Productif dynamique

Marais Poitevin

La vallée viticole du Piémont

Productif dynamique

Productif dynamique

Le Locle - La chaux-de-fonds,

Pôle urbain

Pôle urbain

Centre-ville Le Havre

Résidentiel

Résidentiel

Vallée Ananas

Le site est un levier de développement

Touristique

Productif en déclin

Baie de Somme

Emscher Park

Productif en déclin

Productif en déclin

Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Le site est une ressource latente

Touristique

Equilibré

Temples de Malte

Equilibré

Equilibré

A titre indicatif, nous situons nos cas d’études européens dans la typologie. Le lecteur intéressé pour ces cas pourra consulter l’ouvrage Talandier et al. 2019, op. cit.

Haut de page

Bibliographie

Ashworth, G. J. (2003), “Heritage, identity and places : For tourists and host communities”, Tourism in destination communities, pp. 79-97.

Bole, D., Pipan, P., and Komac, B. (2013), “Cultural values and sustainable rural development : A brief introduction”, Acta geographica Slovenica, 53(2), pp. 367-370.

Bowitz, E., and Ibenholt, K., (2009), “Economic impacts of cultural heritage–Research and perspectives”, Journal of cultural heritage, 10(1), pp. 1-8.

Caffyn, A., Lutz, J. (1999), “Developing the heritage tourism product in multi-ethnic cities”, Tourism management, 20(2), pp. 213-221.

Cernea, M. M., (2001), Cultural heritage and development : a framework for action in the Middle East and North Africa, The World Bank.

Conway, F. J. (2014), “Local and public heritage at a World Heritage site”, Annals of Tourism Research, 44, pp. 143-155.

Dalmas, L., Geronimi, V., Noël, J. F., and Sang, J. T. K. (2015), “Economic evaluation of urban heritage : An inclusive approach under a sustainability perspective”, Journal of Cultural Heritage, 16(5), pp. 681-687.

Dans, E. P., González, P. A. (2019), “Sustainable tourism and social value at World Heritage Sites : Towards a conservation plan for Altamira, Spain”, Annals of Tourism Research, 74, 68-80.

Debarbieux, B. (2012), « Tourisme, imaginaires et identités : inverser le point de vue », Via. Tourism Review, 1.

François, H., Hirczak, M., et Senil, N. (2013), « De la ressource à la trajectoire : quelles stratégies de développement territorial ? », Géographie, économie, société, 15(3), pp. 267-284.

González, P. A. (2014), “From a given to a construct : Heritage as a commons”, Cultural studies, 28(3), pp. 359-390.

Gravari-Barbas, M., Jacquot, S. (2014), Patrimoine mondial et développement : au défi du tourisme durable, PUQ, Paris.

Gravari-Barbas, M., Bourdeau, L., and Robinson, M. (2016), World Heritage and tourism : from opposition to co-production, in World Heritage, Tourism and Identity, Routledge, pp. 13-36.

Gravari-Barbas, M. (2002), « Le patrimoine territorial. Construction patrimoniale, construction territoriale : vers une gouvernance patrimoniale », ESO, 18.

Greffe, X. (2004), “Is heritage an asset or a liability ?”, Journal of cultural heritage, 5(3), pp. 301-309.

Gumuchian, H., Pecqueur, B. (2007), “La ressource territoriale”, (No. halshs-00265070).

Horáková, H. (2013), “Whose Countryside ? Contested Development in the New Rural Recreational Localities in Czechia from the Perspective of the Countryside Capital/Čí venkov ? Problematika rozvoje v nových rekreačních lokalitách v Česku z perspektivy venkovského kapitálu”, European Countryside, 5(1), pp. 21-37.

Keser, H. Y. (2016), “Culture economy for economic development : assesments on cultural heritage in Turkey”, Eur. Sci. J., 12(28), pp. 38-50.

Landel, P. A., Senil, N., (2009), « Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, Dossier 12.

Lazrak, F., Nijkamp, P., Rietveld, P., and Rouwendal, J. (2014), “The market value of cultural heritage in urban areas : an application of spatial hedonic pricing”, Journal of Geographical Systems, 16(1), pp. 89-114.

Mason, R. (2005), “Economics and historic preservation”, Washington, DC : The Brookings Institution, pp. 35-100.

Mourato, S., Mazzanti, M. (2002), “Economic valuation of cultural heritage : evidence and prospects”, in de la Torre M. (Ed.), Assessing the Values of Cultural Heritage, The Getty Conservation Institute, Los Angeles.

Navrud, S., and Ready, R. C. (Eds.), (2002), Valuing cultural heritage : Applying environmental valuation techniques to historic buildings, monuments and artifacts, Edward Elgar Publishing.

Negussie, E. (2006), “Implications of neo-liberalism for built heritage management : Institutional and ownership structures in Ireland and Sweden” Urban Studies, 43(10), pp. 1803-1824.

Nyseth, T., Sognnæs, J. (2013), “Preservation of old towns in Norway : Heritage discourses, community processes and the new cultural economy”, Cities, 31, pp. 69-75.

Prud’homme, R., Gravari-Barbas, M., Jacquot, S., Talandier, M., Nicot, B. H. et Odzirlik, B. (2008), « Les impacts socio-économiques de l’inscription d’un site sur la liste du patrimoine mondial : trois études », Unpublished report prepared for the UNESCO World Heritage Committee. Available from the author of this study.

Ruault, J. F., Talandier, M. (2020), “Are outstanding cultural heritage sites useful territorial resources for community development ?”, in Dissart, J.C. and Seigneuret, N. (Eds.), Local Resources, Territorial Development and Well-being, Edward Elgar Publishing.

Rudokas, K., Landauskas, M., Gražulevičiūtė-Vilneiškė, I., and Viliūnienė, O. (2019), “Valuing the socio-economic benefits of built heritage : Local context and mathematical modelling”, Journal of Cultural Heritage, 39, pp. 229-237.

Rypkema, D., Cheong, C., and Mason, R. (2011), “Measuring economic impacts of historic preservation”, Advisory Council on Historic Preservation.

Throsby, D. (2003), “Determining the value of cultural goods : How much,or how little) does contingent valuation tell us ?”, Journal of cultural economics, 27(3-4), pp. 275-285.

Talandier, M., Navarre, F., Cormier, L., Landel, P. A., Ruault, J. F., and Senil, N. (2019), Outstanding heritage sites-A resource for territories, Ebook, PUCA, Paris, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02298543/document

Talandier, M., Navarre, F., Cormier, L., Landel, P. A., Ruault, J. F., et Senil, N. (2019), Les sites patrimoniaux exceptionnels, une resource pour les territories, PUCA, Paris.

Tomaney, J., Pike, A., and Rodríguez-Pose, A. (2010), “Local and regional development in times of crisis”, Environment and Planning A, 42(4), pp. 771-779.

Haut de page

Notes

1 Une minorité de sites sont en gestion privée, comme le Pont du Gard ou encore la Basilique de Vezelay, y compris lorsque la gestion est confiée à un établissement ad hoc (notamment pour les sites inscrits à l’UNESCO), les collectivités locales, principalement les communes et leurs intercommunalités, sont les principaux financeurs – directs et indirects – de la gestion des sites.

2 Le Réseau des Grands Sites de France (RGSF) réunit les sites classés parmi les plus prestigieux et les plus fréquentés de France où se manifestent de complexes difficultés de gestion et/ou de réhabilitation. La labellisation est l’ultime reconnaissance d’une démarche aboutie de gestion et/ou de réhabilitation du site.

3 La directrice du RGSF était d’ailleurs membre du comité de pilotage constitué par le PUCA.

4 Les auteurs remercient tout particulièrement Raphaël Besson, Philippe Estèbe, Manon Loisel, Gilles Novarina pour leur implication dans le projet de recherche.

5 Le protocole complet de la recherche conduite pour le PUCA a également inclus une typologie environnementale (mobilisée comme appui pour la connaissance des spécificités des sites retenus comme terrains d’étude), une typologie fiscalo-financière (utilisée à titre illustratif), une enquête auprès des gestionnaires des 70 sites (complétant le matériau qualitatif recueilli pour les 7 terrains d’étude), et un travail de terrain réalisé sur 5 sites européens Emscher Park en Allemagne, Vallée d’Ananas en Espagne, Piémont en Italie, Chaux-de-fonds – Locle en Suisse, les sites mégalithiques de Malte. Les résultats de l’ensemble de la démarche sont présentés dans Talandier et al., 2019.

6 Ont été retenues les désignations officielles des sites patrimoniaux ayant fait l’objet d’une labellisation (UNESCO, RGSF) ou d’une reconnaissance sous forme d’Opération Grand Site (RGSF).

7 Le fait de retenir ces EPCI voisins induit d’inévitables effets de dilatation des périmètres qui ne font que reproduire la diversité dans l’étendue même des sites et qui sont à l’image de leur diversité.

8 Même si les sites exceptionnels sont « multiterritoriaux », se jouant alors des périmètres administratifs et institutionnels, nous privilégions néanmoins la prise en compte des communes et de leurs groupements, en tant que leurs représentants élus sont détenteurs de pouvoirs de décision (concernant la gestion, la préservation…) des sites, de pouvoirs de taxer et de dépenser pour les besoins de l’action publique conduite localement, en lien avec la présence des éléments patrimoniaux. Ceci assure par ailleurs la comparabilité entre sites et territoires, tous les lieux n’étant pas systématiquement impliqués dans d’autres types de périmètres ou de zonages d’action (Scot, PNR, Contrats de développement…).

9 La sélection des sites d’études en France – cibles du travail d’enquête sur le terrain – fait suite à des délibérations au sein de l’équipe de recherche et avec l’aval du comité de pilotage, afin d’être représentatif d’une certaine diversité des morphologies de site, des contextes territoriaux et patrimoniaux. Il s’agissait par exemple de représenter les différents morphotypes entre les sites ponctuels (avec peu de points d’entrée) et ceux de forte étendue, les grands linaires, les ensemble patrimoniaux multi-sites, etc. Surtout, l’équipe s’est assuré d’une représentation des différents types de site résultant de notre typologie statistique.

10 Le statut de site classé, commun à la majorité des sites étudié, oblige l’octroi d’une autorisation d’urbanisme spéciale à tout projet susceptible de modifier l’état ou l’aspect du site. Comme dans le Marais Poitevin ou dans la ville reconstruite du Havre, cette protection est régulièrement complétée par d’autres dispositions réglementaires, telles que celles d’une Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), et ce, afin de renforcer la politique de protection du paysage. Les gestionnaires de site sont aussi invités, en particulier au sein du RGSF, à étendre leurs mesures de protection aux espaces environnants les monuments classés. Plus largement, les enjeux d’image des Grands Sites de France ou des sites classés à l’UNESCO exercent une pression régulatrice sur les autorisations d’urbanisme.

11 Dans cette région littorale traditionnellement pauvre, la chasse et la pêche familiale ont longtemps joué le rôle d’activité de subsistance.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Les Grands Sites de France
Crédits A partir de http://www.grandsitedefrance.com/​images/​stories/​pdf/​cartes/​carte-membres-rgsf.pdf
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Document 2 : Les sites UNESCO
Crédits A partir de https://whc.unesco.org/​fr/​list/​
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Document 3 : Les sites patrimoniaux exceptionnels dans leur contexte territorial, échelles d’analyse
Crédits Réalisation des auteurs d’après UNESCO et Grands Sites de France
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Document 4 : Typologie socio-économique des sites dans leur contexte territorial
Crédits Calculs et élaboration des auteurs, d’après Insee, DGI, Accoss, Drees, CAF
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre ANNEXE 2 : Liste des variables socio-économiques et fiscalo-financières
Légende Le tableau présente l’ensemble des variables utilisées pour les analyses quantitatives des 70 sites français étudiés. Ces variables servent à la réalisation de la typologie des sites et dans leur contexte territorial (typo) et/ou au calcul des dynamiques de développement économique (dyn). Enfin, à titre illustratif, nous avons également observé quelques indicateurs fiscalo-financiers (ill).
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre ANNEXE 3 : Résultats de l’ACP
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre ANNEXE 4 : Dynamiques socio-économiques et démographiques à l’échelle des EPCI des sites exceptionnels
Légende Sont présentés ici les résultats obtenus pour les EPCI des 70 sites exceptionnels, ventilés par type. Les mêmes calculs ont été réalisés à l’échelle des communes des sites, des EPCI limitrophes.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Talandier, Françoise Navarre, Jean-François Ruault, Laure Cormier, Pierre-Antoine Landel et Nicolas Senil, « Les sites patrimoniaux exceptionnels, une ressource pour les territoires », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6380

Haut de page

Auteurs

Magali Talandier

Professeure en urbanisme et aménagement, Université Grenoble Alpes, UMR PACTE, magali.talandier@univ-grenoble-alpes.fr

Françoise Navarre

Maitre de conférences, Ecole d’Urbanisme de Paris, UMR Lab’Urba

Jean-François Ruault

Chargée de recherche, INRAE

Laure Cormier

Maitre de conférences, Université de Tours, UMR CITERES

Pierre-Antoine Landel

Maitre de conférences, Université Grenoble Alpes, UMR PACTE

Articles du même auteur

Nicolas Senil

Ingénieur de recherche, Université Grenoble Alpes, UMR PACTE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search