Navegação – Mapa do site

InícioNuméros19Tourismes et Géopolitiques : acte...

Texto integral

1Ce numéro « Tourismes et Géopolitiques : acteurs, enjeux, pratiques », accueilli par la revue Via, rassemble des articles qui témoignent de l'importance et de la diversité de l'actualité de ces thématiques de recherche. Et après que les revues Téoros1 en 2004 et Hérodote2 en 2007 lui ont consacré chacune un numéro spécial, il n'est pas inintéressant de cerner la façon dont les chercheurs s'en saisissent aujourd'hui. Téoros avait valorisé, autour de son appel « le tourisme au risque du politique », les effets et incidences des crises et instabilités internationales, y compris le terrorisme, sur l'offre et les pratiques d'un tourisme devenu mondialisé. Hérodote, dans "Géopolitique du tourisme" et le choix du singulier pour les deux termes avait privilégié les analyses portant sur les effets d'inégalités et de dominations ainsi que sur les enjeux de « rivalités de pouvoirs sur des territoires aux dimensions fort différentes : depuis le planétaire et l’international jusqu’aux quartiers touristiques et aux stations balnéaires » (Giblin, 2007).

2L'appel pour la revue Via invite, par la pluralisation des termes « tourismes » et « géopolitiques », à un traitement élargi du « géopolitique », ce dernier ne concernant pas uniquement les relations entre États, mais prenant en charge toutes les dimensions conflictuelles - idéologiques, territoriales, culturelles - que le secteur touristique soulève dans l'élaboration de son offre comme dans les pratiques effectives qu'il suscite.

3C'est ainsi qu'au-delà de la diversité des terrains (Chine, Laos, Népal, Ukraine, Géorgie, Portugal, Israël, France, entre autres), au-delà des types de tourisme - religieux, ethnique, mémoriel, écologique - ou de pratiques – focus sur les modes d'hébergements ou de visites –, il est loisible d'identifier au moins trois lignes de force. Ces dernières rendent compte de dimensions géo-politiques à l'œuvre dans l'ensemble du système touristique contemporain. Elles participent même, précisément, des évolutions en cours les plus significatives : mobilisation du social et du culturel comme « ressources », élaboration de récits situés - porteurs d'attractivité - à l'intersection idéologique et politique de l'Histoire et de la Mémoire, nouvelles donnes des valeurs de "l'authenticité" et de "l'identité". Les articles ici rassemblés documentent et exemplifient les processus d'un tourisme, fait social total, systémiquement producteur et produit d'une mondialisation dont les logiques de marché sont indissociables, à toutes les échelles, de la conception des offres et de la motivation des demandes.

41) La première concerne l'instrumentalisation du secteur touristique comme soft power. Faire du tourisme un levier de respectabilité internationale, tout en engrangeant les devises qu’il génère, n'est certes pas un phénomène récent (Matelly, 2013). Aujourd’hui, l’Arabie Saoudite ou la Chine jouent cette carte. Mais d'autres modes de soft power, plus subtils, ont également cours, misant sur des intentions responsables (éthique par exemple) ou culturelles (tourisme ethnique), prenant place à l'intérieur même des évolutions du secteur touristique.

5C'est ainsi que l'article « Tourisme et « éco-ethnicité » : les enjeux d’un soft power environnemental pour les minorités de l’Asie d’altitude (Chine, Laos, Népal) » de F. Landy et al., interroge à partir de trois terrains asiatiques les effets induits par une offre éco-ethnique et son efficacité en termes touristiques. Les auteurs montrent comment à la fois l’éco-ethnicité peut participer de la construction d'un imaginaire touristique contemporain, et en retour, procurer aux minorités un levier utile pour négocier des droits avec les pouvoirs locaux ou chercher des soutiens auprès d’organisations écologistes « globales ». Cette « arme des faibles » (Scott, 1985) s'invite, plus ou moins ouvertement, dans l'offre touristique pour contrer des situations de marginalisation socioculturelle ou politique.

6L'article de D. Chevalier et I. Lefort, « Quand le tourisme actualise les mémoires », souligne quant à lui la façon dont l'Union européenne par l'intermédiaire de ses itinéraires culturels, promeut géopolitiquement une identité commune, destinée à élaborer un nouveau récit, partagé, au-delà des histoires nationales singulières, et par-delà des mémoires blessées.

72) La deuxième ligne de force qui rassemble ces textes témoigne de la combinaison multiscalaire incontournable des conflits et/ou des enjeux politiques, des échelles locales ou régionales jusqu'aux échelles internationales. Dit autrement, ils exemplifient avec évidence la façon dont des offres touristiques ponctuelles, localement territorialisées, s'inscrivent et résonnent à des échelles plus vastes. Ce faisant, le champ touristique illustre un encastrement géopolitique à tous les niveaux, indissociable des enjeux économiques et culturels mondialisés. Les rivalités de pouvoir et les conflits inhérents s'y déploient et documentent le pluriel de « géopolitiques » de l'Appel. Et ce d'autant plus que la déclinaison contemporaine des qualificatifs thématiques du tourisme en permet le jeu dans les sphères culturelle, écologique, patrimoniale ou religieuse, même si évidemment aucune de ces appellations ne fonctionne de façon autonome.

8À une échelle locale voire micro-locale, l’article de Victor Piganiol, « Airbnb ou la géopolitique (mondialisée) d’un hébergement touristique contesté. De la disruption magnifiée aux conflictualités généralisées... » montre à la fois l’émergence et l’existence de nouveaux conflits, mêlant des acteurs aux pratiques et aux représentations parfois contradictoires – l’hôte et le touriste, l’hôte et le résident « d’à côté », le touriste et le résident permanent – liés au déploiement de l’activité d’hébergement Airbnb.

9Sur un autre thème éminemment conflictuel, l'article de Caroline Rozenholc-Escobar, « Implications, acteurs et leviers géopolitiques du tourisme. Israël/Palestine : ce que nous disent les lieux du religieux » illustre de façon paradigmatique les enjeux d'un tourisme dédié à la pratique religieuse (le pèlerinage), dans ses lieux originels et ses duplicatas jusqu'aux parcs à thèmes, eux-mêmes puissants vecteurs de transmission idéologique. Ce type d'offres signe la postmodernité des sociétés du loisir et de l'edutainment. Au terrain israélo-palestinien, toujours en tensions conflictuelles, fait écho celui des jeunes Républiques d'Ukraine et de Géorgie, confrontées, dans leurs volontés d'ouverture touristique, aux problématiques géopolitiques de l'héritage du bloc soviétique. L'article de Nataliia Moroz, « Pendant et après l’URSS. Comment les Etats post-soviétiques (re)construisent leur secteur touristique ? L’exemple de l’Ukraine et de la Géorgie » documente de façon éclairante les enjeux de promotion d'une offre singulière, élaborant de nouveaux récits identitaires à visée d'attractivité touristique.

103) La troisième thématique à l'œuvre dans ce numéro met en perspective les relations fortes entre patrimoines et contextes géopolitiques. La question patrimoniale recouvrant les problématiques d'identités territoriale et idéologique, il est évident que sa mobilisation dans le cadre de la fabrication et de la promotion d'offres touristiques ne peut que se retrouver confronter à des enjeux politiques et géopolitiques. L'inflation patrimoniale, à toutes les échelles, constituent aujourd'hui un vecteur puissant de mise en tourisme. Cette « patrimondialisation »3 touristique alimente de nouveaux produits comme de nouvelles destinations au sein desquels le classement UNESCO tient une place très particulière par son échelle internationale comme par ses qualifications universelles. L'article de Mark Bailoni, « Développement territorial, tourisme et protection des sites classés au Patrimoine mondial : enjeux de conflits géopolitiques » analyse, en particulier à partir de l'exemple de la vallée de l'Alto Douro les conflits que génère la coexistence d'un périmètre classé UNESCO et d'un projet à valeur économique de barrage hydroélectrique. Les enjeux de classement sont également au cœur des problématiques de mémoires qu'exemplifie l'article de D. Chevalier et d'I. Lefort, centré sur les mémoires douloureuses.

11En conclusion, bien que la période actuelle se trouve fortement marquée par l’épidémie du Covid 19 et la restriction des déplacements (le tourisme international a chuté de 82% en Asie-Pacifique sur les dix premiers mois de 2020 selon l’Organisation Mondiale du Tourisme UNWTO-OMT), penser le tourisme à travers toutes ses dimensions géopolitiques invite indubitablement à réfléchir aux superpositions de rapports antagonistes voire de frontières - étatiques, culturelles, mémorielles, sociales – qui façonnent les relations de pouvoirs et produisent les mondes sociaux. C’est bien là une des qualités principales de ce numéro que de nous le rappeler.

Topo da página

Bibliografia

Giblin, B. (2007), « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, vol. 127, no. 4, pp. 3-14.

Matelly, S. (2013), « Le tourisme, un objet géopolitique », Revue internationale et stratégique, vol. 90, no. 2, pp. 57-69.

Sarrasin, B. (2004), « Le tourisme, au risque du politique », Téoros [Online], 23-1 | 2004, Online since 20 November 2017, connection on 12 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/2283

Scott, J. C. (1985), Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, Yale University Press, New Haven.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Dominique Chevalier e Isabelle Lefort, « Tourismes et Géopolitiques : acteurs, enjeux, pratiques », Via [Online], 19 | 2021, posto online no dia 26 julho 2021, consultado o 29 novembro 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6519

Topo da página

Autores

Dominique Chevalier

MCF-HDR, Université Lyon1, Laboratoire EVS (UMR5600)

Artigos do mesmo autor

Isabelle Lefort

PU, Université Lyon2, Laboratoire EVS (UMR5600)

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search