Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Éditorial

Texte intégral

  • 1 Ce choix a été organisé par le groupe suisse New Open World Corporation (NOWC), les votes étant rec (...)
  • 2  http://www.unesco.org/new/pt/brasilia/culture/world-heritage/list-of-world-heritage-in-brazil/#c10 (...)

1Prononcer le mot « Brésil » évoque généralement, chez des interlocuteurs européens, des images qui ont presque toutes à voir avec ses principales attractions touristiques : Brasília, la forêt amazonienne ou les chutes d’Iguaçu, les églises baroques de Salvador da Bahia. La plus fameuse d’entre elles, le Christ du Corcovado, dominant la baie de Rio de Janeiro et son Pain de sucre, a même été élue une des “nouvelles sept merveilles du monde”1. Le pays ne compte pas moins de douze sites inscrits au Patrimoine culturel de l’Humanité par l’Unesco (dont Brasília, en 1987) et sept à son patrimoine naturel2.

2Le pays n’est pourtant pas une grande destination touristique internationale. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, il n’arrivait en 2012 qu’au 38e rang mondial avec 5,6 millions de touristes (la même année la France, première destination mondiale, en a reçu 83 millions) et au 38e rang mondial pour les recettes, avec 6,6 milliards de dollars (les États-Unis étant en tête avec 128 milliards). À l’échelle mondiale il vient donc, comme toute l’Amérique du Sud, bien loin derrière l’Europe, l’Asie et les Caraïbes, car il souffre de la distance par rapport aux grands foyers émetteurs de touristes, d’une image de violence endémique qui inquiète les visiteurs potentiels et de la concurrence d’autres pays similaires : c’est notamment le cas dans le domaine balnéaire, une plage tropicale au Brésil ressemblant beaucoup à une plage tropicale antillaise ou thaïlandaise.

3Cela ne veut pas dire pour autant que le tourisme ne joue pas de rôle dans la structuration du pays, car il s’appuie sur un marché national de 200 millions d’habitants, dont le niveau de vie et les dépenses touristiques ont beaucoup progressé dans les dernières décennies. Cela a permis de construire un secteur touristique puissant et bien structuré, de divers types et dans plusieurs régions du pays. Le tourisme balnéaire de masse y est évidemment dominant, mais d’autres formes sont également présentes : villes historiques comme Ouro Preto, dans l’État du Minas Gerais ; sites naturels comme les champs de dunes blanches des Lençois maranhenses ; fermes-hôtels comme les somptueuses fazendas de café du XIXe siècle dans la vallée du Paraíba do Sul, entre Rio de Janeiro et São Paulo.

Photo 1 : Sites touristiques brésiliens

Photo 1 : Sites touristiques brésiliens

De haut en bas et de gauche à droite : la baie de Rio de Janeiro, Ouro Preto (Minas Gerais), les champs de dunes des Lençois maranhenses (Maranhão), fazenda du XIXe siècle dans la vallée du Paraíba (São Paulo).

Photos Hervé Théry.

4Dans ce numéro, deux articles analysent d’abord la situation du tourisme au Brésil. L’article de tête montre que le tourisme intérieur y est très actif (59 millions de touristes et 190 millions de voyages). Il peut être analysé de façon précise grâce à des publications officielles, disponibles en ligne. Elles comportent d’abondantes données chiffrées et dont on peut tirer des cartes qui aident à situer ses points forts et les flux.

5Anderson Pereira Portuguez et Vanda Aparecida da Silva Alves confirment le rôle de ce tourisme national dans leur article intitulé « La croissance de la classe moyenne des régions intérieures du Brésil et son impact sur le tourisme intérieur ». Deux processus expliquent la récente croissance de la classe moyenne brésilienne à l’intérieur des terres au cours de la période comprise entre les années 1980 et 2000 : une migration vers ces régions en quête d’une meilleure qualité de vie, notamment dans les villes moyennes, et l’augmentation dans la couche « C » des consommateurs brésiliens, souvent appelée la « nouvelle classe moyenne ».

6Les articles suivants analysent des exemples de destinations touristiques représentatives de la diversité des situations dans ce pays-continent.

7Carla Moura de Paulo et Neli Aparecida de Mello-Théry s’attachent aux « Politiques publiques, dynamiques territoriales, acteurs des expériences locales du tourisme de paysages : l’exemple du Pantanal », cette immense zones humide (140 000 km2) qui est un des paradis des bird watchers et autres adeptes du tourisme de nature. Leur objectif est de mettre en évidence la relation entre les transformations survenues dans le Pantanal depuis qu’il est devenu une destination touristique et les actions de politique publique qui peuvent influencer le processus. Le texte traite donc de la politique du tourisme, de son organisation et de sa gouvernance, de sa relation avec la politique environnementale et analyse le rôle de ces politiques Pantanal, à plusieurs échelles.

8Marcos Tarlombani Silveira et Adyr Balestreri Rodrigues ont choisi le cas de Florianópolis, capitale de l’État du Santa Catarina, réputée comme une ville au paysage hors pair où la nature et l’urbanisme s’assemblent harmonieusement, et qui trouve dans le tourisme l’une de ses sources majeures de revenus. Leur article, « L’urbanisation touristique au Brésil : Le cas de Florianópolis », vise à présenter les transformations socio-spatiales promues par le tourisme dans la ville de Florianópolis, en particulier celles qui découlent directement du développement touristique.

9Maria Helena Lenzi, dans sa position de thèse « Marques des absences dans l’espace : implications des images de la ville dans la planification urbaine de Florianópolis » avance que c’est dans une situation où le tourisme est pratiquement une politique privée que la notion de développement durable a été diffusée à Florianópolis. Ce choix consolide une lecture hégémonique du paysage, légitimée par les organismes d’aménagement urbain et touristique qui, en utilisant de façon rhétorique les concepts du discours environnemental et des arguments fondés sur l’usage conscient et « durable » de la nature (au nom des générations futures et de la biosphère elle-même), favorisent non seulement la publicité de la ville mais aussi des stratégies de gentrification et d’expulsion des pauvres et de tous ceux qui ne soient pas en accord avec les paramètres privés du « durable ».

10Dans un registre différent, qui complète la typologie des cas brésiliens, Diomira M.C.P. Faria, rend compte d’une « Recherche sur les visiteurs des musées d’art – éléments pour une gestion efficace ». L’article vise à étudier le tourisme culturel en se centrant sur les visiteurs des musées d’art, par une caractérisation socio-économique des habitués du Musée d’art contemporain d’Inhotim, dans le Minas Gerais, qui rassemble sur une superficie d’environ 100 hectares une collection d’art contemporain et un jardin botanique. Ouvert à la fin de 2006, il a reçu plus de 250 000 visiteurs en 2011. Comparant ces résultats avec ceux des musées situés dans différentes villes d’Espagne, le texte offre des informations utiles pour une gestion efficace des entreprises culturelles au Brésil.

11La même auteure dans son article « Du bassin minier au bassin de la cachaça : le développement et la culture dans les régions minières », trace un parallèle entre le nord de l’État du Minas Gerais et la région Nord-Pas de Calais. Ces régions ont l’une et l’autre connu des cycles de développement économique fondés sur la mine. L’expérience française pourrait ainsi aider à l’élaboration d’actions de pré et post-traitement des exploitations minières. Un plan régional de développement a été élaboré. Il consiste en une série de propositions visant à minimiser les impacts négatifs des entreprises minières, exploiter les synergies potentielles entre le potentiel de production et d’autres alternatives existantes. Parmi celles-ci figure la cachaça, une boisson typique brésilienne (analogue au rhum agricole antillais). Celle qui est produite dans le Minas Gerais est un produit reconnu de bonne qualité. Sa production dans la région ouvre des alternatives économiques, pouvant impliquer d’autres choix pour l’aménagement du territoire, incitant la promotion du tourisme et apportant des possibilités de diversification économique et d’inclusion sociale.

12Le dernier article, « Paraty, atouts de localisation et valorisation du patrimoine historique », porte sur la ville de Paraty, dans l’État de Rio de Janeiro, l’un des sites touristiques les plus fréquentés du Brésil, l’une de vingt premières destinations du pays et l’une des cinq premières pour les visiteurs français et anglais. Le tourisme ne s’y est pourtant développé que depuis une cinquantaine d’années, les principaux facteurs de sa croissance récente étant son exceptionnelle localisation et les nouvelles routes qui ont permis la redécouverte et la valorisation de son patrimoine historique, bien préservé par une longue période d’isolement.

13Sans épuiser la variété des types de tourisme au Brésil, ces quelques cas en montrent la diversité et les enjeux économiques, sociaux et territoriaux. Ces textes et images sont une première approche des potentiels, limitations, effets d’entraînement et conflits du, ou plutôt des, tourismes brésiliens.

Haut de page

Notes

1 Ce choix a été organisé par le groupe suisse New Open World Corporation (NOWC), les votes étant recueillis dans le monde entier par internet et appels téléphoniques gratuits (au total plus de 100 millions de votes). Les sept gagnants ont été présentés au public lors d’une cérémonie tenue le 7 Juillet 2007 à Lisbonne. Le symbole de Rio de Janeiro entre ainsi dans la nouvelle liste des merveilles du monde avec six autres sites: la Grande Muraille de Chine, la cité hellénistique de Petra, en Jordanie, la cité inca de Machu Picchu, au Pérou, la cité maya Chichen Itza, au Mexique, le Colisée de Rome et le tombeau du Taj Mahal, en Inde.

2  http://www.unesco.org/new/pt/brasilia/culture/world-heritage/list-of-world-heritage-in-brazil/#c1048555

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Sites touristiques brésiliens
Légende De haut en bas et de gauche à droite : la baie de Rio de Janeiro, Ouro Preto (Minas Gerais), les champs de dunes des Lençois maranhenses (Maranhão), fazenda du XIXe siècle dans la vallée du Paraíba (São Paulo).
Crédits Photos Hervé Théry.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Éditorial », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.664

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Creda, UMR7227 CNRS-Université Sorbonne Nouvelle - Professor visitante, Universidade de São Paulo (USP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search