Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Pendant et après l’URSS. Comment ...

Résumé

Le discours portant sur la géopolitique touristique ramène incontestablement vers un des cas historiques qui a touché le tourisme mondial : celui du tourisme en URSS. Ce gigantesque pays rassemblant 15 républiques a réussi à construire une tradition touristique insolite entre le tourisme domestique de masse et le tourisme international contrôlé par l’unique société INTOURIST.
Après la dissolution de cette entité géopolitique, les espaces post-soviétiques représentant aujourd’hui un champ d’études particulièrement curieux sont entrés dans une nouvelle étape de la construction de leurs secteurs touristiques offrant en même temps de nouveaux publics au tourisme international. En termes de tourisme domestique et d’accueil, il s’agit plus spécifiquement d’espaces en (re)construction permanente due aux changements historiques et politiques ainsi qu’aux discours identitaires et mémoriels marquant, par ailleurs, leurs paysages patrimoniaux respectifs. L’Ukraine et la Géorgie deviennent alors deux exemples symboliques dans leur quête de « désoviétiser » leurs dynamiques touristiques à travers le changement des discours politiques amenant d’un côté à la guerre des monuments et des mémoires, mais également à la « mythologisation » et la « folklorisation » de leurs espaces touristiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article évalué par les pairs
Note aux lecteurs : toutes les citations des textes russes et ukrainiens sont traduites par l'auteur avec la référence aux textes originaux en note de bas de page.

Texte intégral

Introduction

1La mondialisation qui s’est accéléré depuis les années 90 a contribué au développement continu des mobilités devenues partie intégrante de la vie humaine, tant pour le travail que pour le plaisir. De surcroit, le tourisme transformé en « industrie du développement » « s'est ramifié, diversifié et multiplié au point de devenir l'un des plus importants secteurs économiques mondiaux et parmi ceux qui croissent le plus vite ». (Sarrasin, et al., 2012). D’ailleurs, cette activité quasi industrialisée dépend en premier lieu de la stabilité « pas seulement politique » « dont l’importance dépasse souvent celle des attraits naturels et culturels » (Sarrasin 2004b) des espaces et territoires qui se positionnent en tant que destinations touristiques.

2Le discours portant sur la géopolitique touristique ramène incontestablement vers un des cas historiques qui a touché le tourisme mondial : celui du tourisme en URSS. Ce gigantesque pays rassemblant 15 républiques a réussi à construire une tradition touristique insolite étudiée jusqu’à présent dans les pays post-soviétiques (Abramov et Tonkoshkur, 2010 ; Bagdasaryan et al., 2007 ; Ivanov, 2016 ; Lysikova, 2011 ; Orlov et Popov, 2019) et dans le monde occidental (Coeuré, 2012 ; Mazuy, 2002).

  • 1 Discours mené par les médias et les gouvernements des deux pays en question (l’Ukraine et la Géorgi (...)

3L’espace post-soviétique représente un champ d’études particulièrement curieux. Dès leur sortie de la zone historique ceinte de frontières fermées, les ex-républiques soviétiques sont devenues « à la fois des pays d’accueil mais aussi des pays de départ de touristes à l’étranger » (Matelly, 2013) offrant ainsi un nombre important d’individus prêts à découvrir de nouveaux horizons qui s’ouvraient après de longues années de fermeture. En termes de tourisme domestique et d’accueil, il s’agit plus spécifiquement d’espaces en (re)construction permanente due aux changements historiques et politiques ainsi qu’aux discours identitaires et mémoriels marquant, par ailleurs, leurs paysages patrimoniaux respectifs. De ce fait, les exemples de l’Ukraine et de la Géorgie, toutes deux héritières de cette tradition touristique mais s’identifiant également comme « frères connaissant les mêmes malheurs historiques »1, seront présentés ci-dessous afin de comprendre le caractère paradoxal des évolutions touristiques et patrimoniales de ces deux espaces.

  • 2 La société pansoviétique du tourisme international, autrement dit l’unique tour opérateur soviétiqu (...)

4Cette publication a donc pour objectif de mettre en évidence au travers d’une approche pluridisciplinaire certains aspects géopolitiques du tourisme dans les deux pays en question. Aussi, il a paru important de mettre en jeu l’approche diachronique avec un clin d’œil à la réalité touristique de l’époque soviétique. Une parenthèse historique introduisant ce phénomène comme un soft power politique débute logiquement cette réflexion. Malgré l’inaccessibilité des données statistiques officielles concernant le tourisme à cette période, le but d’identifier la place et le rôle des deux républiques dans la globalité des dynamiques touristiques de l’URSS a nécessité l’étude iconographique des affiches de l’INTOURIST2 (documents considérés de nos jours comme patrimoine matériel et immatériel de l’époque soviétique). Enfin, la période moderne est présentée à travers l’analyse comparative des discours politiques, leurs interprétations scientifiques ainsi que la connaissance pratique et l’observation des terrains.

I. Le tourisme soviétique : un soft-power politique insolite

5Le contexte historique de transformation de la Russie tsariste en une nouvelle entité idéologique et l’apparition d’un nouveau géant sur l’arène politique et économique mondiale a sans doute eu ses conséquences sur l’histoire du tourisme à l’échelle mondiale. Malgré de nombreux débats et critiques, le tourisme soviétique a su occuper une place particulière dans l’histoire des pratiques touristiques en se caractérisant comme une activité marquée d’une forte emprunte idéologique. Celle-ci reste toujours lisible en dépit des démarches de désoviétisation des espaces dans les articulations politiques, les mentalités et les comportements touristiques que l’on rencontre dans les sociétés post-soviétiques.

  • 3 La date définitive de la constitution de l’Union des 15 républiques soviétiques socialistes est 194 (...)

6Du fait de l’histoire commune à partir de la création de l’URSS des 15 républiques3, l’étude du développement des activités touristiques sur ces territoires reste insaisissable et se limite par l’analyse des tendances générales émanant de l’Etat totalitariste. La politique touristique et par conséquent patrimoniale dictée par le pouvoir centralisé s’inscrit alors dans les évolutions historiques et les croisements des enjeux géopolitiques de tout l’espace soviétique. Il est presque impossible de définir la part des républiques et de leurs destinations dans le tourisme pan-soviétique. Parlant plus précisément de l’Ukraine et de la Géorgie, cette première partie donnera la possibilité de mieux définir l’image globale des deux républiques dans la promotion touristique pan-soviétique destinée aux touristes étrangers.

  • 4 Traduit du russe. Texte original : « показательно, что за весь период существования в СССР междунар (...)

7Pourtant, le tourisme soviétique ne se limite pas au tourisme international. D’ailleurs, ce type du tourisme le plus discuté et critiqué pour son aspect purement idéologique n’est pas représentatif de tout le secteur touristique soviétique. C’est plutôt son caractère géopolitisé et par conséquent multivoque, controversé, ambigu qui suscite autant de débat et d’intérêt. « Il est significatif que pendant toute la période de l’existence du tourisme international en URSS aucun colloque n’a été consacré à sa théorie ni à son histoire »4 (Orlov et Popov, 2019, p. 15).

A. Le tourisme soviétique interne comme outil majeure de l’éducation des masses

  • 5 « L'Amitié des peuples est une expression conçue par les dirigeants du Parti communiste pour illust (...)
  • 6 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « молода радянська держава визначила завдання – поставити (...)
  • 7 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « Про зняття пам’ятників, що були споруджені на честь царі (...)
  • 8 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « спорудження барел’єфів, стел, пам’ятників, які стали пер (...)

8Pour l’élite politique soviétique, le tourisme présente dès le début un soft power destiné à unir, éduquer et orienter des populations hétérogènes. Afin d’implanter la nouvelle idéologie marxiste – léniniste auprès d’une population principalement ouvrière et paysanne, le nouveau pouvoir met en avant les atouts du nouveau projet politique « plus prometteur pour le pays, à la fois égalitaire et modernisateur » en matière « d’amélioration relative des conditions de vie et de revenus » mais aussi « d’infrastructures, de moyens de transport, et surtout d’alphabétisation et plus généralement d’investissements éducatifs, scientifiques et sanitaires » (Piketty, 2019, p. 679). Dans le cadre de l’élargissement des frontières soviétiques, le tourisme interne devient donc pour le pouvoir soviétique proclamant « l’amitié des peuples »5 l’outil majeur de canalisation des masses populaires, leur donnant ainsi la possibilité de découvrir « l’autre » - les autres peuples mais aussi leurs territoires, paysages, cultures et traditions ainsi que le progrès industriel et technique qui leur est associé. Par ailleurs, « le jeune Etat soviétique a défini comme tâche de mettre au service d’une nouvelle société des biens culturels hérités par le peuple des époques antérieures en formant ainsi sa propre culture prolétaire »6 (Abramov et Tonkoshkur, 2010, p. 113). Il n’empêche que la nouvelle idéologie avait également pour objectif de créer une nouvelle mémoire collective et d’en effacer au maximum les traces et les marques de l’époque précédente. De ce fait sort en 1918 le décret de Lénine « sur le retrait des monuments érigés en l’honneur des tsars et de leurs officiers, et la préparation de projets de monuments de la révolution socialiste russe »7 édictant ainsi la soviétisation des territoires qui se résume par l’installation « des bas-reliefs, des stèles, des statues qui sont devenus les premiers objets des nouvelles visites guidées et des activités touristiques »8 (Abramov et Tonkoshkur, 2010, p. 114). 

9De manière générale, l’évolution du tourisme soviétique s’effectue en deux périodes historiques majeures coupées par un évènement géopolitique global : avant (1917 – 1939) et après (1945 – 1991) : la Deuxième guerre mondiale. Pourtant, cette périodisation marque en premier lieu l’évolution législative et par conséquent le changement des principaux acteurs – institutions et organismes chargés du développement et activités touristiques.

  • 9 Traduit du russe. Texte original : « стахановца характеризовала "строгая дисциплинированность, устр (...)

10Le tourisme lui-même restant comme tous les secteurs d’économie soviétique sous le contrôle permanent de l’Etat se distingue par l’apparition de formes à caractère purement soviétique telles que le tourisme de masse domestique, l’excursionnisme de masse, le tourisme dit sauvage et le tourisme de cure. L’Etat développe donc un produit touristique unique orienté vers le consommateur international domestique. C’était donc l’offre qui créait la demande. Les principales valeurs sociétales cultivées au fur et à mesure par la politique étatique accompagnant l’idéologie marxiste-léniniste deviennent désormais des axes-clé de la propagande touristique. L’élan a été donné dans les années 1930 lorsqu’il fallait former la société ouvrière structurée, instruite et cultivée. Le Stakhanoviste « caractérisé par une discipline stricte, sans excès de conduite, un modèle de propreté, de netteté, de culture au travail comme dans sa vie privée »9 (Volkov, 1996) est alors devenu l’archétype d’un citoyen soviétique idéal. C’est ainsi que dans le but de l’éducation des masses, l’Etat entreprend d’offrir diverses activités touristiques en visant comme objectif l’amélioration de la santé, l’élargissement des connaissances idéologiques et culturelles ainsi que la formation de la valeur de la famille comme cellule de la société soviétique (Cf. Document 1)

Document 1: Affiches touristiques soviétiques destinées aux touristes domestiques

Document 1: Affiches touristiques soviétiques destinées aux touristes domestiques

De gauche à droite : Sois touriste, voyage à travers le pays natal ; Le tourisme est la voie vers la santé ; Du repos sain aux travailleurs !; Partez en vacances en famille

Travellers’ club, 2014

11Afin d’offrir les meilleures conditions de repos aux travailleurs, le patrimoine dit « tsariste » est requalifié et réaménagé pour servir à la classe prolétarienne régnante : les anciens palais aristocrates sont transformés en sanatorium et maisons de repos du prolétariat dans les zones balnéaires et de cure ; certaines églises et cathédrales sont désacralisées et transformés en salles d’orgue.

12L’évolution touristique des espaces soviétiques d’après – guerre poursuit la même tradition : instruction et amélioration de la santé des ouvriers et de leur famille dans le cadre de l’amitié des peuples. Une nouvelle dimension réunificatrice apparaît à cette période : la mise en mémoire de l’héroïsme soviétique pendant la Grande Guerre Patriotique.

B. Le tourisme réceptif ou le « pèlerinage politique » ?

  • 10 Traduit du russe. Texte original : « После революции 1917 г. и последовавшей за ней Гражданской вой (...)

13« L’un des éléments les plus énigmatiques du moment communiste que connut l’Europe au XXème siècle » (Coeuré, 2012, p. 9) fut l’ouverture de la frontière soviétique à la réception de touristes étrangers. Effectivement, en 1920 « la politique extérieure du gouvernement soviétique s’est axée sur le renforcement de l’image internationale du pays »10 (Voronkova et al., 2016) dont l’objectif était plutôt économique. L’industrialisation forcée dans le contexte de la Nouvelle économie politique nécessitait des fonds financiers importants que l’Etat a décidé de compléter avec les revenus issus du tourisme international, en mettant en valeur la réussite de la classe prolétarienne dans la lutte pour sa liberté. Le processus définit par Ivanov (2016) comme « endoctrinement des touristes » avait pour but « de ne montrer au voyageur que ce que l’on veut qu’il voie » (Tassou, 2019). Il s’agissait de faire découvrir aux étrangers « capitalistes » « le pays du socialisme triomphant » (Voronkova et al., 2016) comprenant la vie des travailleurs et le progrès industriel et technique – principes et doctrines majeurs apparaissant tout au long de l’histoire du tourisme soviétique. Le deuxième point fort qui était mis en avant était la société construite sur les principes de l’internationalisme, avec les relations interéthniques harmonieuses et amicales (Cf. Document 2). Une telle image démonstratrice du « socialisme triomphant » s’avérait une opposition politique directe au système et sociétés connaissant l’existence de la discrimination raciale.

Document 2: Affiches INTOURIST "Invitation en URSS"

Document 2: Affiches INTOURIST "Invitation en URSS"

De gauche à droite : « 100 peuples vous invitent à visiter l’URSS »,

https://medium.com/​@propagandopolis/​trips-to-the-ussr-1005937bf8a7, consulté le 22 janvier 2020 ; « Visitez l’URSS, le pays du premier cosmonaute »
https://www.alamyimages.fr/​photos-images/​vintage-soviet-intourist-travel-poster-ussr.html, consulté le 22 janvier 2020.

  • 11 Société pansoviétique pour les relations culturelles avec l’étranger (1925-1958).
  • 12 Traduit du russe. Texte original : « корректировать их дорожные впечатления приводило к тому, что с (...)

14En ce qui concerne les touristes dans les années de l’entre-deux-guerres, ces derniers étaient principalement des « militants ou sympathisants communistes » (Aucouturier, 2002) qui s’y rendaient pour « découvrir un système politique » (Mazuy, 2002, p. 8 ; Pattieu, 2009) de cet « eldorado idéologique » l’étude du patrimoine et de la culture de ces espaces n’arrivant qu’en second plan. Cette pratique touristique, comparée parfois à une forme de « pèlerinage » (Mazuy, 2002 ; Tassou, 2019) demeurait bien évidemment sous le contrôle total de l’Etat par le truchement de l’œil vigilant de deux entreprises étatiques « la VOKS11 et INTOURIST chargées d’encadrer les voyageurs et de sélectionner les sites à voir » (Tassou, 2019). Pourtant, compte-tenu de la méfiance idéologique vis-à-vis des étrangers dits « capitalistes » et surtout de la volonté de « faire des corrections dans leurs impressions de voyage amenait à ce que l’accompagnement par un guide-interprète soviétique était une condition obligatoire pour tous les touristes étrangers individuels ou en groupe organisé, même si ceux-là parlaient parfaitement bien le russe »12 (Popov, 2017). Aucune évolution historique ni l’adoussicement du régime après la mort de Staline (1953) n’a alors changé la situation. Les touristes internationaux, et peu importe le but de leur voyage, devaient être contrôlés et donc acompagnés et divertis tout au long de leur séjour.

15Pourtant, mis à part « l’endoctrinement » qui comprenait en soi la mise en patrimoine du triomphe de l’idéologie et de « la fierté pour le pays » (Voronkova et al., 2016), le discours soviétique s’étendaient entre autres à la mise en valeur touristique des particularités culturelles voire folkloriques des peuples soviétiques grâce à sa doctrine de « l’amitié des peuples ». Dans ce contexte, « le patriotisme soviétique fonctionnait comme pratique de communication visant à créer une nouvelle identité » (Vorokova et al., 2016). La géographie de cette valorisation peut être lue dans l’iconographie des affiches promotionnelles de l’INTOURIST considérées aujourd’hui comme de vraies œuvres d’art et faisant l’objet de collections privées et d’expositions patrimoniales. Même si on y retrouve la réalisation de la mission principale d'INTOURIST - la formation de l'opinion publique dans les pays capitalistes en faveur de l'URSS – elles permettent d’identifier les thématiques touristiques et surtout les destinations soviétiques offertes aux touristes internationaux. Ces documents iconographiques ont servi de leviers dans la création et le développement des principes marketing touristiques soviétiques lorsque la création d'une image touristique positive du pays était fondée sur le développement d'une image mariant les symboles et les marqueurs nationaux officiels et officieux, démontrant le niveau de développement socio-économique et culturel. La visualisation de l'attractivité touristique du pays était réalisée grâce à la représentation de son espace géographique (See USSR), des images régionales (Visitez Caucase, l’Asie Centrale, See Ukraine…), urbaines (Kiev, Leningrad, Tbilissi, Batum, Baku), naturelles (Venez chasser en URSS ; La riviera soviétique) et éthniques (100 peuples vous invitent à visiter l’URSS …), ou des réalisations soviétiques plus importantes (Dniproghès, Aéronautique …).

C. L’Ukraine et la Géorgie dans le discours iconographique de l’INTOURIST

16Compte tenu du manque ou de l’inaccessibilité de l’information textuelle portant sur les dimensions géographiques et patrimoniales des destinations soviétiques, l’unique source permettant de construire une image mentale de l’offre touristique soviétique se trouve dans l’iconographie de l’INTOURIST dont la majeure partie date des années précédant la Deuxième guerre mondiale - période où l’empreinte idéologique est considérée comme la plus forte dans la communication et les pratiques du tourisme international. La représentation cartographique (Cf. Document 3) dévoile les espaces avec leurs paysages patrimoniaux mis en valeur. Il s’agit de la carte produite entre 1929 – 1934. Ces dates restent approximatives et ont une explication historique : la société INTOURIST fonctionne à partir de 1929, d’autant plus que Kharkov marquée comme capitale de la RSS d’Ukraine l’a été entre 1919 et 1934. Il est logique que certains territoires européens d’après la Guerre (Galicie, Moldavie, pays Baltes) ne fasse pas encore partie du pays.

  • 13 Traduit du russe. Texte original : « место, благоприятное для оздоровления, занятий лечебными проц (...)
  • 14 Le barrage a été construit entre 1923 et 1927, inauguré et mis en exploitation en 1927. La statue L (...)

17De manière générale, « durant la période soviétique, la Géorgie faisait figure d’heureuse exception culturelle et économique » (Radvanyi, 2011, p. 169) : la Géorgie était l’un des uniques exemples de l’espace soviétique ayant sauvegardé et exporté sa culture et sa cuisine traditionnelle. En effet, le pays se présentait comme une perle culturelle, gastronomique et paysagère gardant le statut d’une des destinations favorites des soviétiques. En ce qui concerne le tourisme international (Cf. Document 3, Zoom 1), la Géorgie se dessine donc comme le pays présentant une attractivité balnéaire (le bord de la mer Noire), montagnarde (la chaine de Caucase du Sud) et les villes de Tiflis (Tbilissi) et Kutais – « portes méridionales de la montagne » (Radvanyi et Thorez, 1976). Les territoires d’Abkhazie « avec sa célèbre végétation présentant certains caractères subtropicaux » (Radvanyi et Thorez, 1976) et d’Adjarie se positionnaient comme « lieux propices à l’amélioration de la santé avec les cures et le climat subtropical, la nature exotique et les paysages montagnards. Pour ces raisons, toute une infrastructure d’institutions de cures thermales, d’hôtels, de sanatoriums et de maisons de repos y a été construite » 13  (Voronkova et al., 2016). L’image de pays de cures est d’ailleurs renforcée par la présence des bains historiques de la capitale Tiflis (nom historique de Tbilisi) sans oublier l’aspect découlant du progrès technique soviétique avec Kutais, deuxième ville industrielle du pays après la capitale, et Zages, barrage hydroélectrique sur le fleuve Kura et son monument Lénine14, marqueur du communisme.

  • 15 Le barrage hydroélectrique sur le fleuve Dnipro, construit entre 1927 et 1932, mis en exploitation (...)
  • 16 Bâtiment administratif du gouvernement, construit dans le style constructiviste en 1928

18De son côté, l’Ukraine reste marquée par plusieurs dimensions patrimoniales (Cf. Document 3, Zoom 2) : le Sud – Est industriel (Donbass, Dnipropetrovsk, Dniprohès15, Krivoy Rog), la capitale constructiviste (Kharkov avec son bâtiment administratif du Gosprom16), le Nord culturel (les églises et les monastères de Kiev et Chernihov), l’Ouest médiéval (la forteresse médiévale à Kamenets Podolsk). Par ailleurs, on remarque le paysage rural (paysans, maisons traditionnelles, zone du Dnipro à Tcherkassy) - paysage typique ukrainien qui traverse le pays du Nord au Sud – Ouest et s’arrête à Odessa, le port maritime, et dans les zones de réserve naturelle des steppes du Sud.

Document 3 : Carte touristique de la partie européenne de l’URSS. INTOURIST, années 1930

Document 3 : Carte touristique de la partie européenne de l’URSS. INTOURIST, années 1930

Bibliothèque nationale de France (gallica.bnf.fr ; consulté le 22 janvier, 2020)

19Les mêmes aspects figurent dans l’iconographie des affiches. Les espaces ukrainiens et géorgiens apparaissent donc dans les invitations générales vers les zones géographiques (See Caucasus, See USSR, See Ukraine) ou les villes (Cf. Documents 4 et 5). Au demeurant, les destinations urbaines restent encore plus limitées que sur la carte. Les seules villes répertoriées dans le corpus des affiches accessibles sont Tbilissi et Batum pour la Géorgie, Odessa, Kharkov et Kiev pour l’Ukraine. Le symbolisme ouvert ou caché laisse entrevoir une allusion au régime patrimonialisé et sa mise en tourisme à travers les couleurs symboliques du communisme, les éléments industriels ou les représentants des populations paysannes ethniques ou ouvrières. Dans ce contexte, les images des paysannes ou travailleuses en habits traditionnels avec les produits agricoles locaux peuvent être interprétées comme annonçant la « féminisation des sociétés régionales aux mœurs patriarcales » (Voronkova et al., 2016) – les transformations engendrées par la politique interne soviétique faisant de la femme un membre de la société à part entière, impliquée dans divers secteurs de la production nationale. Reste donc à deviner le message transmis au touriste cible. Etait-il question de renforcer encore une fois l’opposition au monde capitaliste en affichant ses mouvements féministes ?

Document 4 : Affiches INTOURIST : Ukraine et ses villes

Document 4 : Affiches INTOURIST : Ukraine et ses villes

INTOURIST, 1930 - 1960

Document 5 : Affiches INTOURIST : Géorgie et ses espaces.

Document 5 : Affiches INTOURIST : Géorgie et ses espaces.

INTOURIST, 1930 - 1960

20Bien évidemment, ces images ne donnent pas l’état des lieux complet des représentations touristiques construites autour des républiques soviétiques. Pour ceci, il serait nécessaire de procéder à l’étude des discours textuels et iconographiques des guides touristiques de l’époque. Néanmoins, demeurant les premiers documents visuels influenceurs de la prise de décision grâce aux images et slogans accrocheurs, ils présentent aujoud’hui une richesse intellectuelle et artistique importante.

II. Le post-soviétisme : quels modèles de valorisation touristique pour les territoires ukrainiens et géorgiens ?

A. Le tourisme au sein des nouvelles politiques des Etats indépendants

21Dans l’espace post-soviétique, le tourisme a connu de fortes transformations idéologiques et nationales suite à la chute de l’URSS. Sur le plan social et par conséquent économique « le démantèlement de l’Union soviétique et de son appareil productif en 1990 – 1991 conduisit tout d’abord à une chute du niveau de vie en 1992-1995 » (Piketty, 2019, p. 693)Malgré la disparition du « rideau de fer », la persistance d’un pouvoir d’achat suffisamment faible ne permettait pas à une grande partie de la population post-soviétique de se rendre en voyage ni dans le pays ni ailleurs. De nombreuses familles se retrouvant séparées par les frontières établies entre les nouveaux Etats indépendants privilégiaient donc de se déplacer pour voir leurs parents, devenus « étrangers », et non de se lancer dans la découverte de nouveaux horizons. De surcroit, la société voit « arriver sur scène des oligarques et des grands pillages d’actifs publics » (Piketty, 2019, p. 693)Cette nouvelle classe accompagnée d’une élite politique spécifique forment une clientèle touristique souvent capricieuse attirée par le tourisme de luxe plus généralement basé en dehors de leurs pays.

22Avec la stabilisation des économies nationales alors que les populations ont progressivement retrouvé leur capacité économique de voyager, les espaces post-soviétiques sont devenus des « donneurs » touristiques. Les touristes post-soviétiques de la fin XX – début XXI siècles s’intègrent ainsi dans les flux touristiques mondiaux, quittant leurs territoires en faveur des pays du « monde capitaliste » jusqu’alors fermés.

23Pour ce qui est du secteur du tourisme intérieur et réceptif, les espaces connaissent des transformations identitaires et patrimoniales dues aux nouvelles politiques de la construction nationale utilisant de nouveaux discours identitaires et historiques. Ces derniers deviennent par conséquent des marqueurs identitaires intégrés dans la construction des stratégies d’attractivité touristique nationales.

24Quels sont donc ces discours ?

25Pour Titov V, Bushuyev V et Samokhvalov N. (2015) les nouvelles politiques nationales survenues suite à la chute de l’URSS se caractérisent en premier lieu par les politiques d’histoire définies comme « métamorphose de l’histoire existante ». Les chercheurs attirent l’attention sur son caractère contradictoire, conflictuel souvent instrumentalisé en raison des intérêts de l’élite politique (Titov et al., 2015). Manifestement, par analogie à l’installation du régime communiste (Abašin, 2012), les gouvernements post-soviétiques ont adapté les mêmes méthodes d’influence : « la comparaison avec le pouvoir politique précédent » passant par « l’élaboration d’une idéologie de l’indépendance » où « les références à l’histoire occupent une place centrale » (Abašin, 2012). Cette politique de construction nationale des Etats indépendants est décrite par Letnyakov D. (2016) et ensuite Churakov, D. (2018) comme fondée sur « le discours postcolonial » accentuée par « le retour dans l’Europe », « les guerres de mémoires », « les conflits des identités » et « l’épanouissement de l’ethnocentrisme ».

  • 17 Traduit du russe. Texte original : « Десоветизация означает замену советских политических интересов (...)

26Du fait que les anciennes républiques soviétiques n'étaient pas homogènes sur le plan ethnoculturel et qu'en outre, après l'effondrement de l'Union soviétique, elles ont été obligées de traverser une douloureuse transformation sociale et économique, les élites de ces États ont dès le départ été confrontées à la mission de légitimer le nouvel Etat indépendant. Pour cela, il était nécessaire de créer une nation politique avec ses propres mythes et récits, de justifier la légalité de ses frontières, de former un sentiment de solidarité autour de la mémoire commune. C’est pourquoi, partageant un héritage soviétique commun et ayant pour objectif de justifier la restructuration de la vie sociale et politique, les gouvernements post-soviétiques recourent à la « désoviétisation ». Ce processus se détermine comme l’ « invention de nouvelles frontières de standardisation ethno-soviético-culturelle » (Letnyakov, 2016) à travers l’élimination de « la mémoire officielle liée aux souvenirs de l’époque soviétique » (Abašin, 2012) et « le remplacement des intérêts et des symboles politiques soviétiques par les nouveaux éléments nationaux »17 (Kuznetsova, 2001). Dans ce contexte, les discours mémoriels et les articulations patrimoniales acquièrent rapidement un ton postcolonial où l’idée de la « standardisation culturelle » est considérée comme une condition nécessaire à la modernisation nationale d’après les modèles des Etats Nations européens (Kuznetsova, 2001).

27Compte-tenu du caractère postcolonial identitaire des politiques étatiques, le fait touristique dans ces ex-républiques soviétiques devient objet d’une nouvelle restructuration. Celle dernière se caractérise par deux éléments clé : la nouvelle mémoire collective politisée et la « folklorisation » des images et des paysages patrimoniaux.

B. Les évolutions touristiques en Ukraine et en Géorgie : mise en parallèles (géo)politiques

28L’Ukraine et la Géorgie présentent deux exemples frappant du passage douloureux vers les discours identitaires postcoloniaux où l’on retrouve certains parallèles (géo)politiques. Le secteur touristique dans le cadre de cet état de transition se retrouve « témoin mué » et « arme politique » à la fois.

29Espaces touristiques - témoin muet de la politique mémorielle

  • 18 La grande famine en Ukraine et dans le Kuban en 1932 – 1933.
  • 19 Le Musée de Tbilissi se trouve sur l’avenue centrale la ville, entre la philharmonie et la place ce (...)

30La désoviétisation, ce processus incontournable car « construit autour de l’opposition entre deux acteurs historiques antagonistes, ceux qui souffrent et ceux qui apportent la souffrance, ceux que l’on identifie comme la « nation » et ceux que l’on désigne comme « l’empire » (Abašin 2012), prend des formes bien particulières dans les Etats en question. Les nouveaux discours et politiques de mémoire historique sont mis en place 10 ans après la chute de l’URSS. Les gouvernements : celui de Mikheil Saakashvili (2003) en Géorgie et de Victor Iouchthenko (2004) en Ukraine formés après les révolutions de couleur ont choisi comme axe principal la construction des nations avec des valeurs pro-occidentales. Les nouvelles politiques nationales se sont donc propagées et popularisées par le biais de la création de panthéons des héros nationaux, des lieux et des musées consacrés à la mémoire collective nationale. Une telle politique est souvent comparée à une « quête de « génocides perdus » (Abašin, 2012) : l’Ukraine vit une quasi sacralisation de Holodomor18 par le biais de la création de mémoriels et de musées parlant de cette période historique d’autant plus que « depuis 2006, en Ukraine et en Géorgie ont été ouverts des Musées de l’occupation soviétique »  (Abašin, 2012). Pourtant, le terme de musée semble ambitieux dans les deux cas. En réalité, il s’agit de simples expositions. Celle de Géorgie, partie intégrante du Musée national de Tbilissi, à travers son concept muséographique transmet un message sur l’histoire sombre du pays. De son côté, l’exposition ukrainienne est une modeste collection de documents mis à disposition des visiteurs. Par la muséographie des deux « musées » il est facile de comprendre que celui de Tbilissi porte davantage le coloris idéologique anti-soviétique que le « musée » ukrainien. La localisation dans l’espace urbain 19souligne l’importance attribuée par le gouvernement géorgien au message que l’exposition est supposée transmettre au public. Ce n’est pas le cas de son homologue ukrainien qui fait plutôt penser à une exposition organisée au sein des archives et non à un musée d’importance nationale.

  • 20 En Géorgie : le conflit abkhazo-géorgien en 1992 – 1993 et 2008, la guerre pour Ossétie du Sud en 2 (...)
  • 21 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « Слід нагадати, що явище «декомунізації» не є прямим нас (...)
  • 22 Traduit du russe : Вождь пролетариата

31De surcroit, les conflits géopolitiques internes et externes avec la Russie qui ont conduit à la fragmentation territoriale des pays20 et à l’installation des « frontières de facto » (Bachelet, Duquesney, Merle, 2017 ; Bachelet, Richard, 2019) ont contribué à la mise en œuvre de la « désoviétisation » radicale suivant le modèle lituano-polonais »21 (Kyslyuk, 2016) soutenue par les lois « Interdisant le symbolisme et la propagande des régimes totalitaristes communiste et fascistes » (votées en 2011 en Géorgie et 2015 en Ukraine). Pourtant, si en Géorgie ce processus géré par l’élite politique s’est déroulé sous forme plus ou moins paisible, l’Ukraine ayant connu des étapes de désoviétisation pacifiste avant 2015 développe un champ de bataille patrimonial rentré dans l’histoire comme « Léninopad » ou « chute de Lénine » - destruction sauvage des monuments au « leader du prolétariat »22 entrainant la « vandalisation » d’autres monuments mémoriels soviétiques. Comme conséquence, certains paysages urbains (ex. la place de la Liberté de Kharkov) ont vu apparaître des lacunes voire des ruines paysagères, endommageant ainsi l’attractivité touristiques des espaces.

32Par ailleurs, comme une suite logique aux lois dites de « décommunisation » et dans le but de donner la possibilité légale aux deux Ukraines de commémorer leurs héros, l’élite politique ukrainienne a pris la décision de remplacer le concept de la Grande Guerre patriotique « chargé émotionnellement » par « sa fonction de consolidation de la population de l’URSS en communauté unique » (Letnyakov, 2016) par le concept plus neutre : celui de la Deuxième guerre mondiale. En effet, pour entrer davantage dans les détails, l’Ukraine de l’Est, majoritairement russophone avec la mémoire collective forte de la Grande Guerre patriotique et l’Ukraine de l’Ouest, majoritairement ukrainophone, historiquement collaborationniste avec l’Allemagne hitlérienne. Dans ce contexte les panthéons héroïques des deux Ukraines se retrouvent opposés et confrontés avec la commémoration des soldats soviétiques à l’Est et des combattants nationalistes antisoviétiques dirigés par Stepan Bandera à l’Ouest (la Galicie et territoires limitrophes). Cette fragmentation instrumentalisée politiquement de la mémoire collective est d’autant plus élargie par le fait d’incorporer de nouveaux éléments mémoriels liés à la guerre pour l’Ukraine sur le Maïdan et dans le Donbass. La muséographie et la scénographie mémorielles ukrainiennes font donc objet d’une cohabitation notamment touristique des mémoires opposées : soviétique vs contemporaine antisoviétique (Cf. Documents 6 à 8).

  • 23 Le surnom soviétique de Staline.
  • 24 Le vrai nom de famille de Joseph Staline.

33La Géorgie peut également servir d’exemple de paradoxes mémoriels mis en patrimoine où le secteur touristique puise ses attractivités. Malgré l’image centrale antisoviétique incarnée dans le Musée de l’occupation soviétique à Tbilissi, le pays possède une fierté nationale totalement opposée. La Patrie du « père des peuples » 23sauvegarde et met en valeur à l’échelle nationale l’héritage directement lié à la personnalité de Ioseb Djougachvili24. La ville de Gori (ville natale de Staline) a construit son attractivité touristique grâce au Musée – maison J. Staline ainsi que la voiture de chemin de fer inscrite par le gouvernement géorgien sur la liste du patrimoine culturel mobile. D’après INTERFAX (2019), ce complexe mémoriel consacré au culte du leader soviétique est le site touristique le plus visité en Géorgie.

34En dehors de cette tension de l’héritage soviétique contre l’antisoviétique si visible dans le tourisme, les deux Etats dans leurs politiques économiques respectives misent sur le développement du secteur touristique. Comme durant les années 1930 de la période soviétique, les gouvernements placent leurs espoirs dans les revenus que le tourisme pourrait apporter. Ces espoirs sont donc retranscrits dans les projets stratégiques et leurs réalisations à l’échelle nationale.

Document 6 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kharkov

Document 6 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kharkov

De gauche à droite : Mémoriel au Holodomor ; Statue de la Mère Patrie au mémoriel de la Gloire consacré à la Grande guerre patriotique.

© Nataliia Moroz, juillet 2019

Document 7 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kiev

Document 7 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kiev

De gauche à droite : Kiev, ville héroïne, Stèle à la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique sur la place de la Victoire ; Exposition consacrée aux évènements du Maïdan 2013-2014, place de l’Indépendance.

© Nataliia Moroz, novembre 2018

Document 8 : Mémoire soviétique vs antisoviétique au Musée du mémoriel « Vysota Konyeva, Solonitsevka, région de Kharkov

Document 8 : Mémoire soviétique vs antisoviétique au Musée du mémoriel « Vysota Konyeva, Solonitsevka, région de Kharkov

De haut en bas : Espace muséographique consacré à l’occupation fasciste et à la libération de Kharkov pendant la Grande Guerre Patriotique ; Espace muséographique consacré à la guerre dans le Donbass.

© Nataliia Moroz, juillet 2019

35Les stratégies nationales touristiques : leçon provenant de la Géorgie

  • 25 ex-président de la Géorgie (2004 – 2013) et ex-gouverneur de la région d’Odessa en Ukraine (2015-20 (...)

36Les faits touristiques géorgiens et ukrainiens deviennent parfois un soft power dans le cadre des discours postcoloniaux, antirusses et pro-européens. Cette hypothèse découle du discours prononcé par M. Saakashvili25 auprès du parlement ukrainien en 2016 au sujet du développement du tourisme en Ukraine . Il s’agissait du partage d’expériences et d’idées stratégiques au plus haut niveau gouvernemental. Malgré le statut controversé de la personnalité de Saakashvili, l’Ukraine à certaines échelles locales (comme celle de la ville de Kharkov) continue des échanges d’expériences avec les professionnels géorgiens du secteur public. De ce fait, l’analyse de leur contexte géopolitique proposé dans le texte qui suit sera basée sur le discours de l’ex président géorgien (le texte du discours dans l’Annexe). Ce choix méthodologique s’explique par le fait que la Géorgie a connu son boom touristique pendant les années de présidence de M. Saakashvili ce qui se confirme aussi par l’opinion des simples Géorgiens lors des conversations quasi anthropologiques sur le terrain. « En réalité, notre « boom » touristique a commencé après l'invasion russe en 2008. Nous avons pris une décision philosophique : soit nous nous plaignons au monde entier qu'ils nous occupent, nous oppriment, soit nous cachons généralement tous ces faits et ne parlons que du côté positif de la Géorgie » (Saakashvili, 2016)

37Le terrain touristique géorgien actuel (le centre et certaines zones périphériques) a vécu une forme de « folklorisation » voire « mythologisation » afin d’aller vers une image attractive possédant une identité purement géorgienne. « L’objectif est surtout de montrer la Géorgie comme un pays accueillant et moderne » (Bachelet et Richard, 2019) mais également un Etat européen avec une longue histoire antérieure aux influences de la Russie. Pour ceci, le mythe de Colchide et ses interactions avec la Grèce antique est activement mis en discours et en scène dessinant ainsi une ligne de continuité entre le royaume antique et la Géorgie moderne: en 2000 Tbilissi a pu célébrer le 3000ème anniversaire de l'État national (Letnyakov, 2016).

38Il semble que des objectifs identiques soient mis en exergue sur des terrains ukrainiens avec toutefois une différence : l’Ukraine possède une importante quantité de sites et d’objets patrimoniaux sauvegardés à l’opposé de la Géorgie où l’élite politique a dû inventer « tous les centres des vieilles villes, tout simplement parce qu’ils n’existaient pas avant … » . « L’Ukraine n’est pas la Russie » est l’énoncé crucial de l’image identitaire ukrainienne rencontrée, entre autres, dans les spots publicitaires. Le message touristique renforce la représentation du pays avec ses propres identités civilisationnelles et historiques (l’Etat de Kiev – premier Etat des slaves de l’Est et l’arrivée du christianisme au XXe siècle, l’Etat de Galicie, l’Etat des Cosaques etc.), style de vie et mentalité (la culture classique européenne et la culture traditionnelle et folklorique des paysans ukrainiens), autrement dit « un pays européen à qui depuis 350 ans la Russie empêche de vivre en Europe » (Letnyakov, 2016).

  • 26 Référence faite par Saakashvili concernant la visite du prince de Monaco à Batum (lire l’Annexe).
  • 27 M. Saakashvili
  • 28 Référence au projet d’aménagement de la ville d’Anaklia « présenté lors d’un forum consacré à la «  (...)
  • 29 L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud

39La « mythologisation » des espaces touristiques devient pour la Géorgie le moyen politique d’attirer l’attention des touristes mais aussi celle de l’élite politique mondiale26. Les inventions patrimoniales flagrantes voire épatantes de Sighnahi (MS27 : « j'ai dit : "Construisons une nouvelle ville sur ces collines". Maintenant la ville ressemble à une ville du XVIème siècle »), de Batum (MS : « la place Piazza, je l’ai construite à partir de zéro comme si elle existait dès le XVe siècle ») ou de la forteresse Rabat (MS : « Tout cela n’existait pas. Nous l’avons inventé et l’avons fait construire. Et maintenant, c’est un grand centre touristique » sous l’inspiration des photos de la forteresse de Belgorod-Dnistrovski dans la région d’Odessa) en font preuve. Ces projets touristiques, surtout dans la zone de la frontière de facto, sont caractérisés par Bachelet A., Duquesney L. et Merle T. (2019) comme une « théâtralisation de l’espace national » visant le but proprement géopolitique : présenter la Géorgie comme « une vitrine alléchante paisible et prospère »28 non seulement aux touristes potentiels mais principalement aux populations des territoires sécessionnistes29 afin de leur donner envie de se réintégrer en tant qu’ « autonomies politiques au sein d’un système fédéral géorgien » (Bachelet et Richard, 2019).

40L’ex président géorgien a donc proposé un scénario similaire à l’Ukraine sur l’Ile des Serpents avec la création d’un « Las Vegas » ukrainien : « Nous avons tout le temps peur qu’on nous la reprenne. Il suffit d’en faire un gigantesque centre de jeux : y construire un hôtel de 600 chambres et en faire un brand mondialement connu – tout le monde saura donc que dans la mer Noire il y a un miracle absolu » (Saakashvili, 2016). Effectivement l’île se retrouvant dans la Mer Noire, plus précisément dans la zone aquatique entre le littoral de la région d’Odessa et de la Crimée annexée à la Russie, pourrait donner vie aux projets ambitieux géorgiens non réalisés car, pour l’homme politique ukrainien d’origine géorgienne « dans la lutte contre le même empire », « sauver l’Ukraine signifie aussi sauver la Géorgie » (Herbecq, 2017). Pourtant les changements véloces sur l’arène politique de ces deux Etats post-soviétiques ne permettent pas d’identifier la régularité des stratégies touristiques. Il faut attendre les résultats des politiques des nouveaux gouvernements pour pouvoir faire des conclusions sur la continuité des occurrences géopolitiques dans le tourisme des deux pays.

Conclusion

41La chronologie des évolutions stratégiques des secteurs touristiques laisse conclure qu’à partir de l’Indépendance, l’Ukraine a suivi certains exemples et leçons donnés par le terrain géorgien. Le passé soviétique commun devient facteur majeur d’apparition du concept des peuples frères, d’autant plus sur le plan politique et historique que mental et culturel. Les secteurs touristiques des deux pays suivent donc le même modèle de transformations « du soviétique au post-soviétique » qui se caractérisent par la commercialisation de l’activité, l’ouverture du tourisme international prévalant sur le tourisme domestique et le passage du « modèle patriotique au modèle hédoniste » (Lysikova, 2011). L’intégration des discours postcoloniaux et anti-impérialistes dans tous les domaines entrainent souvent des guerres de monuments reflétées dans les paysages patrimoniaux de certains espaces et sites touristiques ukrainiens et géorgiens. En revanche, ces récits antisoviétiques ignorent ou taisent les effets positifs que cette histoire aurait laissés (Abašin, 2012) en tant qu’héritage d’autant qu’apparaît aujourd’hui une « tendance de la mise à la mode du brand soviétique comme inversion culturelle du temps » y compris la mémoire sociale du tourisme et du patrimoine soviétiques qu’on retrouve dans les archives, les photos et les affiches (Lysikova, 2011). Reste à savoir comment ces discours évolueront suite à la crise sanitaire mondiale (COVID 19).

42La stratégie touristique géorgienne découlant du principe « beaucoup de choses dans le tourisme sont inventées » (Saakashvili, 2016) voit d’ailleurs la réapparition de la tradition touristique soviétique. La dernière découle d’une part de produit touristique national « founded on its natural beauty and wide-ranging ecological zones(Metreveli et Timothy, 2010) car malgré les efforts politiques, « la fréquente référence à un royaume mythifié cache mal le déficit identitaire ancré dans l’ère moderne, et en particulier, l’absence d’État unifié avant l’arrivée des Russes ». (Radvanyi, 2011, p. 168)

  • 30 Traduit du russe. Texte original : « Региональные варианты исторической памяти постсоветской Украин (...)

43L’Ukraine, à son tour, devrait prendre en compte les « particularités régionales de la mémoire historique »30 de son état post-soviétique (Kozlov, 2014). Comme son « histoire longue y a laissé de multiples fissures » et marqueurs territoriaux, il serait sans doute plus judicieux d’élaborer des concepts d’attractivité touristique autour de cet héritage historique, notamment soviétique.

Haut de page

Bibliographie

Abašin, S. (2012), « La Désoviétisation Dans La Politique Mémorielle De L’Ouzbékistan Indépendant. Le Musée De La Mémoire Des Victimes Des Répressions », Revue d’études comparatives Est-Ouest. 2012, Vol. 1 (43), pp. 47-72.

Abramov, V .V.. et Tonkoshkur, M.V. (2010), Histoire du tourisme, manuel [Історія туризму: підруч. ], Kharkov : KNAME, 2010. p. 294.

Aucouturier, M. (2002), « Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir? », Cahiers du monde russe. Russie-Empire russe-Union soviétique et États indépendants. 2002, Vol. 43 (43/4), pp. 724-725.

Bachelet, A., Duquesney, L. J. et Merle, T. (2017), « Conflits de souveraineté et frontières contestées. Les États de facto de l’espace post-soviétique », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies. 2017, Vol. 18, available at : https://journals.openedition.org/pipss/4303#quotation (accessed 27 January 2020)

Bachelet, A. et Richard, Y. (2019), « La construction de la frontière de facto abkhazo-géorgienne, entre enjeux sécuritaires, politiques et identitaires », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique. 2019, Vol. 36, available at : https://journals.openedition.org/espacepolitique/5691 (accessed 27 January 2020)

Bagdasaryan, V., Orlov, I., Shnayder, Y., Fedulin, A. and Mazin K. (2007), Le miroir soviétique : le tourisme international en URSS en 1930 – 1970 [Советское зазеркалье: иностранный туризм в СССР в 1930-1980-е годы ], Moscou : Forum, 2007. p. 256.

Chometowski, G. (2009), L'Amitié des peuples à travers l'objectif de la caméra soviétique : politique des nationalités et cinéma en URSS de 1928 à 1941, Paris : Institut d'études politiques, 2009. p. 753.

Churakov, D. (2018), «  Les « guerres de mémoire » et des modernes conflits locaux » [ " Войны памяти" и локальные конфликты современности ], Enseignement de l’histoire militaire en Russie et à l’étranger, 2018, pp. 421-431.

Coeuré, S. (2012), Cousu de fil rouge. voyage des intellectuels français en union soviétique: Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris : Cnrs, 2012. p. 384.

Herbecq, J. F. (2017), « Mikhaïl Saakachvili: le retour de l'ex-président géorgien devenu apatride aura-t-il lieu? », RTBF.BE, avalable at :
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_mikhail-saakachvili-le-retour-de-l-ex-president-georgien-devenu-apatride-aura-t-il-lieu?id=9699721, (accessed at 29 January 2020)

INTERFAX (2019), « La wagon persnnel de Stalin a obtenu le statut du patrimoine culturel mobilier » [ Личному вагону Сталина присвоили в Грузии статус движимого памятника культурного наследия ], INTERFAX, avalable at : https://www.interfax.ru/world/689687 (accessed at 26 January 2020)

INTOURIST. (1930 – 1960), «  Affiches « Intourist » destinées aux étrangers, 1930-1960 » [ Плакаты "Интуриста" для иностранцев, 1930 - 1960-e ], Propaganda history, avalable at : https://propagandahistory.ru/1862/Plakaty-Inturista-dlya-inostrantsev--1930-1960-e-g/ (accessed at 20 January 2020)

INTOURIST, (env. 1930), «European part of U. S. S. R. Pictorial map », Bibliothèque nationale de France, avalable at : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53121084j, (accessed at 22 January 2020)

Ivanov, А. А. (2016), « Politization of incoming tourism in USSR during the period of the cold war: causes and consequences », [ Политизация въездного туризма в СССР в период холодной войны: причины и последствия ], Service and Tourism : Current Challenges, 2016, Vol. 10 (4), pp. 71-79, avalable at : https://ru.calameo.com/read/004251076d2130b16d4bb (accessed 22 January 2020)

Kozlov S.V. (2014), « Regional variants of the historical memory of post-Soviet Ukraine »

[ Региональные варианты исторической памяти постсоветской Украины ], Values and meanings. 2014, Vol. 6 (34), pp. 20 -31, available at : https://cyberleninka.ru/article/n/regionalnye-varianty-istoricheskoy-pamyati-postsovetskoy-ukrainy (accessed 12 January 2020)

Kuznetsova, S.. (2001), «  Nation-building in the post-Soviet borderlands: The politics of nat. identities/Smith G., Law V., Wilson A. et al.-L.: Cambridge univ. press, 1998.-XIII, 293 p. » Central Asia: 10 years of Independance. 2001, pp. 52-57, available at : https://elibrary.ru/item.asp?id=21632437& (accessed 25 January 2020)

Kyslyuk, K. (2016), « Memorial landscape of Ukrainian culture: the past and the present » [ Меморіальний ландшафт української культури: минуле та сучасність ], Filosovska dumka. 2016, Vol. 3, pp. 90-105.

Letnyakov, D. (2016), « Nation-Building : Identity Policies in Post-Soviet States », Mir Rossii. 2016, Vol. 25 (2), pp. 144-167, available at : https://cyberleninka.ru/article/n/sozdavaya-natsiyu-politika-identichnosti-v-postsovetskih-gosudarstvah (accessed 12 Janvier 2020)

Lysikova, O. (2011), « Tourism as the exploration of space-time: the mobility of collective memory » [ Туризм как освоение пространства-времени: мобильность коллективной памяти ], Theory and practice of social development. 2011, Vol. 7, pp. 95-100.

Matelly, S. (2013), « Le tourisme, un objet géopolitique », Revue internationale et stratégique. 2013, Vol. 2 (90), pp. 57-69.

Mazuy, R. (2002), Croire plutôt que voir?: voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris : Odile Jacob, 2002. p. 325.

Metreveli, M. et Timothy, D. J. (2010), « Effects of the August 2008 War in Georgia on Tourism and its Resources », Tourism, progress and peace. 2010, pp. 134-147.

Moroz, N. (2020), Patrimoines, patrimonialisation, dépatrimonialisation. Quelles images et quelles pratiques touristiques pour l’Ukraine ?, Thèse de doctorat en Géographie, Aménagement, Urbanisme sous la dir. D’I. Lefort. Lyon, 2020, p. 593.

Orlov, I. et Popov, A. (2019), Through the Iron Curtain. See USSR !. Foreign tourists and the ghost of Potemkin villages, Сквозь «железный занавес». Sее USSR!. Иностранные туристы и призрак потемкинских деревень], s.l. : Litres, 2019, p. 490.

Pattieu, S. (2009), « Voyager en pays socialiste avec Tourisme et travail », Vingtième Siècle. Revue d'Histoire. 2009, Vol. 2, pp. 63-77.

Piketty, T. (2019), Capital et idéologie, Paris : le Seuil, 2019. p. 1224.

Popov, A. (2017), « Lost in translation: Intourist's guides and translators and justification of Soviet reality », [ Lost in translation: гиды-переводчики «Интуриста» и оправдание советской действительности ], New literary review. 2017, Vol. 1, pp. 54-65.

Radvanyi, J. (2011), Les États postsoviétiques. Identités en construction, transformations politiques, trajectoires économiques, Paris : Armand Colin, 2011. p. 272, available at : https://www-cairn-info.bibelec.univ-lyon2.fr/les-etats-postsovietiques--9782200271633.htm (accessed 12 January 2020)

Radvanyi, J. et Thorez, P. (1976), « Le tourisme dans le Caucase. In Annales de géographie », Annales de géographie. 1976, pp. 178-205, available at : https://www.jstor.org/stable/23450115?read-now=1&seq=1#page_scan_tab_contents (accessed 27 January 2020)

Saakashvili, M. (2016), « Ukraine peut devenir un paradis touristique", discours de l'ex président de la Géorgie à la Verkhovna Rada d'Ukraine » [ Україна може стати туристичним раєм], Saakashvili Mikeil - page youtubes, 2016, available at : https://www.youtube.com/watch?v=Dqbdtm7ao88&feature=youtu.be&fbclid=IwAR08EACRHkKdsDWI0x4vncci_ylfyQKYG8l05bPl434gefL2mIK0gLxWMsM (accessed 12 January 2020)

Sarrasin, B. (2004a), « Le tourisme, au risque du politique », Téoros. 2004, Vol. 23-1, pp. 3-4.

Sarrasin, B. (2004b), « Risque politique et tourisme : Nouveautés et continuités », Téoros. 2004, Vol. 23-1, pp. 12-22.

Sarrasin, B., Tardif, J. et Arreola Flores, G. (2012), « Tourisme et lutte contre la pauvreté : de la confusion des termes à la construction d’un discours scientifique ? », Téoros. 2012, Vol. 31-2, pp. 51-59, available at : https://journals-openedition-org.bibelec.univ-lyon2.fr/teoros/2329#quotation (accessed 11 January 2020)

Tassou, B. (2019), « André Gide et le tourisme en Union Soviétique », Histoire à la BNF. 2019, available at : https://histoirebnf.hypotheses.org/8131 (accessed 20 January 2020)

Titov, V.V., Bushuyev, V ;V. and Samohvalov, N.A. (2015), « Historical policy in the former Soviet Union states: an attempt of conceptual understanding », [ Историческая политика в государствах бывшего СССР: попытка концептуального осмысления ], Social and humanitarian knowledge, 2015, Vol. 2, available at : https://cyberleninka.ru/article/n/16567348 (accessed 12 January 2020)

TRAVELERS’ CLUB. (2014), «USSR posters about Tourism » [ Плакаты СССР о туризме ] available at : http://kp74.ru/plakaty-sssr-o-turizme.html (accessed 11 January 2020)

Volkov, V.V. (1996), « La conception de la culturalité, les années 1935 – 1938 : la civilisation soviétique et le quotidien de l'’poque stalinienne » [ Концепция культурности, 1935-1938 годы: советская цивилизация и повседневность сталинского времени ], Revue sociologique. 1996, Vol. 1-2, pp. 194-213.

Voronkova L. P., Afanasiev O.E., Marmer L.I. (2016), « Historical posters of « INTOURIST » at sources of forming tourist image of the country » [ Исторические плакаты «Интуриста»: у истоков формирования туристского имиджа страны ], Service and Tourism : Current Challenges,. 2016, Vol. 10 (4), pp. 41-61, avalable at : https://ru.calameo.com/read/004251076d2130b16d4bb (accessed 22 January 2020)

Haut de page

Annexe

ANNEXE

Discours de M. Saakashvili (ex Président de la Géorgie et ex Gouverneur de la région d’Odessa) concernant le développement du tourisme devant le gouvernement ukrainien à la Verkhovna Rada en 2016 (parlement ukrainien)

Texte du discours traduit par l'auteur

« L'Ukraine a un potentiel touristique époustouflant.

La Géorgie a toujours été un pays en guerre, il y a eu des provocations, il y a eu des conflits. En réalité, notre boom touristique a commencé après l'invasion russe en 2008. Nous avons pris une décision philosophique : soit nous nous plaignons au monde entier qu'ils nous occupent, nous oppriment, soit nous cachons généralement tous ces faits et ne parlons que du côté positif de la Géorgie ; soit nous nous concentrons sur l'avenir, soit nous pensons comment ressembler à de très misérables victimes d'agression.

Et il en y a autant de ces victimes dans le monde – tout le monde en est fatigué : la petite Géorgie, même la grande Ukraine – tout le monde s’en lasse si rien de positif n'est offert.

Par conséquent, lorsque nous avons Lviv, Tchernivtsi, Odessa, il y a Kiev, il y a Chernihiv, il y a Poltava, vous pouvez faire une excursion d'une journée de Kiev à Tchernihiv ou Poltava. Mais pour cela, il est nécessaire de faire le centre de Poltava - il est bien conservé, mais il peut toujours être amélioré.

Je vais vous dire une chose : en Géorgie, nous avons inventé tous les centres des vieilles villes, tout simplement parce qu’ils n’existaient pas avant.

Nous avons pris le petit village de montagne de Sighnaghi et j'ai dit : "Construisons une nouvelle ville sur ces collines". Maintenant la ville ressemble à une ville de XVIème siècle. Tout le monde a oublié qu’en réalité la ville est récente. Nous l’avons appelée la ville d’amour où on peut se marier 24 heures sur 24. Ainsi, nous avons réussi à générer des foules de visiteurs. Les gens s’en fichaient. Ils voulaient croire que la ville existait depuis le XVIème siècle et qu’il était possible d’organiser et fêter un mariage 24 h sur 24 (MS montre les images de la ville sur les diapos). Les toits rouges – rien de tout cela n’existait. Il y avait uniquement un terrible sovkhoz soviétique minable, la population locale partait. Maintenant, le coût des appartements et des maisons a augmenté de 100 fois en raison du développement – c’est d’ailleurs ce que le tourisme apporte. Voici Sighnaghi.

Batum (montre des photos de Batumi). En fait, Batum était pratiquement une petite ville, une petite ville minable de l'ère soviétique, personne ne l'a développée. Comment avons-nous procédé ? Tout était simple : nous avons cru que la ville avait des perspectives, nous avons organisé le partenariat public – privé. Nous avons annoncé aux business : « Nous construisons des routes, nous allons changer tous les égouts et les canalisations, nous faisons tout. Nous vous offrons les terres gratuitement. Si vous voulez construire un hôtel 5 étoiles, nous allons même vous payer les travaux. Si vous voulez construire un petit hôtel, la terre est gratuite pour vous. Vous voulez un terrain particulier ? Il suffit de payer le résident, de construire un restaurant là-bas, d’organiser le logement au deuxième ou troisième étage pour ce résident pour qu’il vive dans de meilleures conditions et non comme avant, dans une caserne au milieu d’un marécage ». Il est nécessaire d’avoir une politique publique

Qu’est – ce que la politique publique ? C’est quand vous croyez vous – mêmes en votre pays, quand vous l’aimez. Nous émettions cet amour nous – mêmes.

Où est-ce que l’élite politique ukrainienne part en vacances ? Va-t-elle à Zatoka qui est dans un état terrible ? Bien sûr que NON ! Ceux qui sont aisés ne s’y rendent pas. Soyons honnêtes ! Ils inventent des prétextes pour ne pas y aller et préfèrent se reposer à Monaco, cette ville ennuyeuse et terrible. En effet, qu’y a-t-il à faire à Monaco si ce n’est observer toutes ces gueules si habituelles ? C’est vrai!

Je me souviens très bien du moment où j’ai amené le prince Albert à Batoum – eh bien, j’ai voyagé avec lui dans de nombreux sites géorgiens –à 21 h, il s’est assis sur la place Piazza (la place que je venais d’inventer 3 ans auparavant, je l’ai construite à partir de zéro comme si elle existait dès le XVe siècle), il y est resté toute la nuit jusqu’à 6 h du matin en buvant du vin et ne voulait aller nulle part. Batoum est beaucoup plus intéressant que Monaco, je le comprends.

Nous avons tout construit pour ne pas avoir envie d’aller où que ce soit. Et c’était le moment où nous avons cru que le pays avait des perspectives. Vous devez donc faire pareil !

Qu’est-ce que j’aurais fait ? Tout d’abord, j’aurais défini les zones touristiques. Prenons comme exemple le centre d’Odessa. C’est le patrimoine mondial ! Il s’est retrouvé entre les mains des bandits absolus qui le détruisent méthodiquement. L’immeuble de rapport de Roussov, par exemple, (MS montre l’image sur la diapo) est pratiquement détruite. C’est un trésor mondial, il ne doit pas être entre les mains et sous la gestion des décideurs voyous ! Il faut donc et sans aucune ambiguité annoncer des zones touristiques et les retirer des mains des bandits !

(…)

Exproprier la forteresse de Bielgorod – Dnistrovsk qui avaient été lâchée aux autorités locales qui sont aussi mafieuses. Au fait, qu’est-ce qu’ils peuvent faire là-bas ?

Montrez la forteresse Rabat en Géorgie (MS montre les photos sur les diapos). Tout cela n’existait pas. Nous l’avons inventé et l’avons fait construire. Et maintenant c’est un grand centre touristique. Lors de la construction de cette forteresse, j’ai pris les photos de Bielgorod – Dnistrovsk et j’ai copié beaucoup d’éléments. Les pierres des murs que vous avez sont réelles !

Beaucoup de choses dans le tourisme sont inventées. Dubrovnik, par exemple. Il semble qu’il a toujours été comme il est aujourd’hui. Au fait, c’est Tito qui l’a inventé.

Et donc, il faut faire de la même manière ! Par conséquent, il faut reprendre toute cette propriété patrimoniale et créer une autorité centrale et il faut passer au développement. Par exemple, il faut créer de bonnes routes bordées de vignes menant aux plages d’Odessa. 50 km de plages ! Vous ne trouverez plus une longueur pareille de plage en Europe, les plages avec un climat maritime suffisamment sec pendant 4 ou 5 mois par an ! Il faut y amener les investisseurs. Il faut y développer une industrie du jeu. L’île des Serpents, par exemple. Nous avons tout le temps peur qu’on nous la reprenne. Il suffit d’en faire un gigantesque centre de jeux : y construire un hôtel de 600 chambres et en faire un brand mondialement connu – tout le monde saura donc que dans la mer Noire il y a un miracle absolu. C’est facile ! Mais pour cela, il faut avoir une volonté politique ICI (parlant du gouvernement, du parlement).

Je suis allé en Transcarpathie. Pas un ministre ukrainien n’y a mis son pied ces dernières années. Il y a là, par exemple, un complexe plus important que Borjom. Sauf que le Borjom est connu dans le monde entier. Et vous avez retiré la licence de l’aéroport d’Ouzhgorod et personne ne s’occupe de ce problème. Le parlement ukrainien ressemble au Triangle des Bermudes, quiconque arrive ici disparaît pour l’Ukraine, et l’Ukraine n’existe plus pour lui. Et pour développer le pays il suffit d’avoir une volonté et une vision fortes. Nous devons croire que c’est possible, et en Ukraine, je vous le dis, c’est 100 % possible, il suffit d’aimer le pays, parce que sans amour rien ne peut être fait. L’Ukraine a tout sauf un cerveau dans son gouvernement. J’espère qu’un nouveau gouvernement arrivera en Ukraine, celui qui croira en son pays, celui qui l’aimera et le développera.

Un grand merci à tout le monde.

Texte original du discours en russe, dactylographié à partir du vidéo en ligne sur le canal youtube officiel de Mikheli Saakashvili,

« В Украине сногсшибательнейший потенциал туризма.

Грузия была все время воюющей страной, были провокации, были конфликты. Реально, у нас бум туризма начался после российского вторжения в 2008 году. Мы приняли философское решение: или мы жалуемся всему миру, что нас оккупируют, нас угнетают, в нас стреляют, или мы вообще замалчиваем все эти факты и говорим только о позитивной стороне Грузии; или мы ориентируемся на будущее, или мы думаем, как выглядеть очень жалкими жертвами агрессии.

А этих жертв столько в мире – они всем надоели; маленькая Грузия, даже большая Украина – от нее все устают, если ничего позитивного не предложить. Поэтому, когда у нас есть Львов, Черновцы, Одесса, есть Киев, есть Чернигов, есть Полтава, можно сделать дневной тур из Киева в Чернигов или Полтаву. Но для этого надо сделать центр Полтавы - он неплохо сохранился, но можно сделать лучше.

Я вам так скажу, в Грузии мы все выдумывали центра старых городов, их не было. Мы взяли маленькое горное селение Сигнахи и я сказал : «Давай вообще построим новый город на этих холмах». Сейчас он выглядит как город 16 века. Все забыли, что он там не стоит с 16 века. Назвали его городом любви, что там можно жениться круглые сутки. И повалили люди. Им было пофиг. Им хотелось верить, что он с 16 века там стоит и всегда там женились 24 часа в сутки. (показывает картинки города) Красные крыши – ничего этого не было вообще. Там был ужасный захудалый советский совхоз, люди оттуда сбегали. Сейчас стоимость квартир и домов возросла ровно в 100 раз в результате развития – это, к слову, что приносит туризм. Это Сигнахи.

Батум (показывает картинки Батуми). На самом деле Батум был практически пгт, захудалый меленький городишко советского времени, никто его не развивал. И как мы сделали? Мы сделали все очень просто : мы поверили, что там есть перспектива. и мы сделали паблик прайвет партнершип. Мы говорили бизнесу : «Вот мы проводим дороги, мы меняем полностью канализацию, мы все делаем, мы даем вам бесплатно землю. Хотите строить 5 звездочную гостиницу, мы еще вам за это доплатим деньги… Хотите строить маленькую – просто бесплатно. Хотите забрать эту землю, просто заплатите этому жителю, постройте там ресторан, на втором – третьем этаже постройте ему дом, пусть он там живет, потому что он жил там в бараках на болоте». Надо иметь государственную политику.

Что такое государственная политика? Это когда ты сам веришь в свою страну, сам любишь ее. Мы сами излучали, что мы страну любим.

Где украинская элита отдыхает? Она отдыхает в Затоке, которая в ужасном состоянии? Конечно, практически нет! Те, которые серьезные, они там не отдыхают, давайте скажем честно, они выдумывают способы, чтобы отдохнуть в ужасном, скучном, мерзком Монако, правда. Это так, потому что, что там в Монако делать, кроме как смотреть на одни приевшиеся рожи? Правда!

Я хорошо помню, когда я привез принца Альберта в Батум, ну я с ним проехал по многим местам Грузии, он просто сел в 9 вечера на главную прощадь Пьяццу, которую я просто придумал за 3 года до этого, с нуля построил так, как будто она тоже стояла там с 15 века, и он там сидел до 6 утра, пил вино и никуда не хотел уходить. Батум намного интереснее чем Монако, я его понимаю. Мы построили все такое, что нам не было интересно никуда ездить. И это, когда мы сами поверили, что в стране есть перспектива. Так надо это делать!

Что бы я сейчас сделал? Во-первых, я бы обьявил туристические зоны. Например, центр Одессы. Центр Одессы – это мировое наследие. Он попал в руки абсолютных бандерлогов. Они методично разрушают центр Одессы. Например, дом Руссова (показывает картинку) – разрушено. Это мировое сокровище, это не может быть просто в руках какого-нибудь жулика девелопера. Надо объявить туристические зоны, изъять из их рук все это однозначно.

Или например Каменец Подольский . 80 км от Черновцов. Это один комплекс.

Изъять Белгород – Днестровскую крепость, которую передали местным бандитским властям. Ну что они могут там сделать?

Покажите крепость Рабат ( Грузия ) ( показывает слайд), Вот этого всего на месте не было, мы все это выдумали и построили. И это сейчас большой туристический центр. Когда я строил эту крепость, я взял фотографии Белгород - Днестровского и копировал многие вещи. У вас эти камни настоящие.

Многие вещи в туризме выдуманы. Дубровник, например. Вроде он есть и всегда был. На самом деле его Тито придумал. И так надо делать. Поэтому надо это имущество забрать, создать центральный орган, и надо развивать. Надо вывести, например, на одесские пляжи дороги. 50 км пляжей… нет больше в Европе оставшихся пляжей с таким сухим морским климатом в течении 4 – 5 месяцев в году. Привести туда дороги, окруженные виноградниками, привезти туда инвесторов и развить. Игорный бизнес развить. Например, есть остров Змеиный. Все время боимся: отнимут или не отнимут, высадятся или не высадятся… . Остров Змеиный надо просто сделать большим игорным центром. Построить гостиницу на 600 номеров и сделать мировой бренд: все будут знать, что в Черном море есть абсолютное чудо. Запросто. Но для этого надо иметь политическую волю здесь (в парламенте, в правительстве).

Я был в Закарпатье. Там не было ни одного украинского министра за последние несколько лет. Там есть, например, комплекс, который лучше, чем Боржоми. Только Боржоми все знают, его никто не знает. У Ужгородского аэропорта отобрали лицензию, и никто этим вопросом не занимается.

Украинский парламент как Бермудский треугольник, то кто сюда попадает, пропадает для Украины, а Украина исчезает для них. И чтоб развиваться, надо просто иметь сильную волю и виденье. Надо верить, что это возможно, а в Украине это 100 % возможно, надо любить свою страну, потому что без любви такие вещи не делаются. Надо ощущать свою землю, и тогда никто ее у нас не заберет. В Украине есть все, кроме мозгов у правительства. Надеюсь, на новое правительство Украины, которое поверит в свою страну, которое будет ее любить и развивать.

Щиро дякую! »

Haut de page

Notes

1 Discours mené par les médias et les gouvernements des deux pays en question (l’Ukraine et la Géorgie). Il s’agit de l’histoire soviétique commune interprétée aujourd’hui comme l’occupation des pays par l’Union soviétique et le soutien réciproque lors des évènements (géo)politiques intervenues dans les Etats indépendants, notamment les révolutions de couleur (la Révolution des roses en Géorgie en 2003 et la Révolution Orange en Ukraine en 2004 et les conflits territoriaux internes (l’Abkhazie (1993, 2008) et l’Ossétie du Sud (2008) en Géorgie, la Crimée et le Donbass (2014) en Ukraine) et les territoires perdus (la Crimée pour l’Ukraine et l’Ossétie et l’Abkhazie pour la Géorgie), et donc les aspirations et craintes géopolitiques telles que l’envie d’être en Europe et s’éloigner de la Russie, etc… .

2 La société pansoviétique du tourisme international, autrement dit l’unique tour opérateur soviétique créé en 1929 qui avait « avait alors deux grands axes de fonctionnement : la création et la promotion de circuits touristiques pour des touristes étrangers et l’organisation de leur séjour sur le territoire de l’URSS (N. Moroz, 2020, p. 134).

3 La date définitive de la constitution de l’Union des 15 républiques soviétiques socialistes est 1940 avec l’adhésion des pays baltes et de la Moldavie. Par ailleurs, la constitution de l’URSS et de ses frontières s’effectuait au fur et à mesure entre 1919 et 1945. Par exemple, la RSS d’Ukraine a rejoint l’URSS en 1922 sachant que ces territoires de l’Ouest (Galicie, Transcarpatie, Bukovine) ont été rattachés définitivement entre 1939 et 1945 tandis que la Géorgie est devenue république socialiste soviétique en 1936.

4 Traduit du russe. Texte original : « показательно, что за весь период существования в СССР международного туризма не было проведено ни одной конференции, посвященной его теории и истории »

5 « L'Amitié des peuples est une expression conçue par les dirigeants du Parti communiste pour illustrer la transformation de la politique des nationalités en URSS au milieu des années trente. Cette Amitié des peuples prônée par Staline à la veille de l'adoption de la nouvelle Constitution soviétique de 1936 marquait selon lui la fin des dissensions interethniques grâce à la construction du socialisme. D'un point de vue politique, cette expression était perçue par les dirigeants bolcheviques comme une métaphore permettant l'unité des républiques et régions nationales dans une même communauté politique » (Chometowski, 2009).

6 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « молода радянська держава визначила завдання – поставити на службу новому суспільству культурні цінності, що були успадковані народом від попередніх епох, створивши при цьому свою пролетарську культуру ».

7 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « Про зняття пам’ятників, що були споруджені на честь царів і їхніх слуг, і виготовлення проектів пам’ятників Російської Соціалістичної революції ».

8 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « спорудження барел’єфів, стел, пам’ятників, які стали першими об’єктами нових революційних виставкових екскурсій і туристських заходів ».

9 Traduit du russe. Texte original : « стахановца характеризовала "строгая дисциплинированность, устранение распущенности", "подлинный стахановец должен быть образцом чистоты, опрятности, культурности и на работе и в своем личном быту" »

10 Traduit du russe. Texte original : « После революции 1917 г. и последовавшей за ней Гражданской войной, ни о каком туризме не могло быть и речи. Но в 1920-е гг. отношения с Западом начинают меняться. Внешнеполитический курс Советского правительства был направлен на укрепление международного престижа.»

11 Société pansoviétique pour les relations culturelles avec l’étranger (1925-1958).

12 Traduit du russe. Texte original : « корректировать их дорожные впечатления приводило к тому, что сопровождение советским гидом-переводчиком было обязательным условием для всех иностранных туристских групп и индивидуальных туристов, даже если они прекрасно владели русским языком ».

13 Traduit du russe. Texte original : « место, благоприятное для оздоровления, занятий лечебными процедурами на фоне субтропического климата, экзотической природы, горных ландшафтов. Для этого в регионе создавалась сеть курортных лечебных учреждений, санаториев, курортных гостиниц, домов отдыха ».

14 Le barrage a été construit entre 1923 et 1927, inauguré et mis en exploitation en 1927. La statue Lénine, une des plus grande statue (hauteur 17 mètres) installée en 1927 et démontée en 1991.

15 Le barrage hydroélectrique sur le fleuve Dnipro, construit entre 1927 et 1932, mis en exploitation en 1932.

16 Bâtiment administratif du gouvernement, construit dans le style constructiviste en 1928

17 Traduit du russe. Texte original : « Десоветизация означает замену советских политических интересов и символов новыми национальными »

18 La grande famine en Ukraine et dans le Kuban en 1932 – 1933.

19 Le Musée de Tbilissi se trouve sur l’avenue centrale la ville, entre la philharmonie et la place centrale, sur un des principaux itinéraires touristiques de la ville. Le musée ukrainien est difficilement identifiable sur les cartes touristiques de Kiev.

20 En Géorgie : le conflit abkhazo-géorgien en 1992 – 1993 et 2008, la guerre pour Ossétie du Sud en 2008, comme pour conséquence la proclamation de la république autonome d’Ossétie et l’installation de la frontière entre l’Abkhazie et la Géorgie . En Ukraine : la guerre civile précédée des tensions du Maïdan en 2013, comme conséquence la guerre dans le Donbass avec la volonté de la région de proclamer l’autonomie et l’annexion de la Crimée à la Fédération de la Russie en 2014.

21 Traduit de l’ukrainien. Texte original : « Слід нагадати, що явище «декомунізації» не є прямим наслідком ухвалення низки відповідних законів у травні 2015 року. Покволом воно відбувалося впродовж усього періоду незалежності, являючи собою щось середнє між «ресовєтизацією» за білорусько-придністровськими зразками і радикальною «десовєтизацією» за литовсько-польськими моделями »

22 Traduit du russe : Вождь пролетариата

23 Le surnom soviétique de Staline.

24 Le vrai nom de famille de Joseph Staline.

25 ex-président de la Géorgie (2004 – 2013) et ex-gouverneur de la région d’Odessa en Ukraine (2015-2016)

26 Référence faite par Saakashvili concernant la visite du prince de Monaco à Batum (lire l’Annexe).

27 M. Saakashvili

28 Référence au projet d’aménagement de la ville d’Anaklia « présenté lors d’un forum consacré à la « nouvelle route de la soie » chinoise. (…) Elle devait posséder un port de marchandises, un port de plaisance, des gratte-ciels, une gare, un aéroport, une zone résidentielle, un quartier d’affaires et une plage aménagée avec des installations balnéaires et des hôtels luxueux. En 2011, Mikhaïl Saakashvili a inauguré le premier hôtel sur la place d’Anaklia. Le bord de mer a été aménagé et un centre de loisir aquatique a été construit du côté géorgien de la frontière de facto. Mais le projet a été finalement abandonné ». (Bachelet, A. and Richard, Y., 2019)

29 L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud

30 Traduit du russe. Texte original : « Региональные варианты исторической памяти постсоветской Украины »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1: Affiches touristiques soviétiques destinées aux touristes domestiques
Légende De gauche à droite : Sois touriste, voyage à travers le pays natal ; Le tourisme est la voie vers la santé ; Du repos sain aux travailleurs !; Partez en vacances en famille
Crédits Travellers’ club, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Document 2: Affiches INTOURIST "Invitation en URSS"
Légende De gauche à droite : « 100 peuples vous invitent à visiter l’URSS »,
Crédits https://medium.com/​@propagandopolis/​trips-to-the-ussr-1005937bf8a7, consulté le 22 janvier 2020 ; « Visitez l’URSS, le pays du premier cosmonaute »https://www.alamyimages.fr/​photos-images/​vintage-soviet-intourist-travel-poster-ussr.html, consulté le 22 janvier 2020.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Document 3 : Carte touristique de la partie européenne de l’URSS. INTOURIST, années 1930
Crédits Bibliothèque nationale de France (gallica.bnf.fr ; consulté le 22 janvier, 2020)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Document 4 : Affiches INTOURIST : Ukraine et ses villes
Crédits INTOURIST, 1930 - 1960
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Document 5 : Affiches INTOURIST : Géorgie et ses espaces.
Crédits INTOURIST, 1930 - 1960
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Document 6 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kharkov
Légende De gauche à droite : Mémoriel au Holodomor ; Statue de la Mère Patrie au mémoriel de la Gloire consacré à la Grande guerre patriotique.
Crédits © Nataliia Moroz, juillet 2019
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Document 7 : Mémoire soviétique vs antisoviétique à Kiev
Légende De gauche à droite : Kiev, ville héroïne, Stèle à la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique sur la place de la Victoire ; Exposition consacrée aux évènements du Maïdan 2013-2014, place de l’Indépendance.
Crédits © Nataliia Moroz, novembre 2018
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Document 8 : Mémoire soviétique vs antisoviétique au Musée du mémoriel « Vysota Konyeva, Solonitsevka, région de Kharkov
Légende De haut en bas : Espace muséographique consacré à l’occupation fasciste et à la libération de Kharkov pendant la Grande Guerre Patriotique ; Espace muséographique consacré à la guerre dans le Donbass.
Crédits © Nataliia Moroz, juillet 2019
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nataliia Moroz, « Pendant et après l’URSS. Comment les Etats post-soviétiques (re)construisent leur secteur touristique ? L’exemple de l’Ukraine et de la Géorgie », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6689

Haut de page

Auteur

Nataliia Moroz

ATER au département Tourisme, UFR Temps et Territoires, Université Lyon 2, Docteure en Géographie, UMR 5600 – Environnement, Ville, Société

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search