Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Développement territorial, touris...

Résumé

Cet article étudie, par une analyse géopolitique critique, les conflits locaux autour des projets d’aménagement, qui pourraient menacer l’environnement, le développement économique et/ou les aménités paysagères des sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il étudie notamment le cas de la construction contestée d'un barrage hydroélectrique au Portugal, à proximité de la Région viticole de l'Alto Douro, site classé au Patrimoine mondial. Les questions touristiques sont essentielles dans les sites, où l’inscription au patrimoine mondial, qui peut apporter des revenus substantiels, est menacée par le projet de développement. Ces conflits d’aménagement sont d'abord des conflits d'intérêts entre différentes parties prenantes, agissant à différentes échelles et défendant leurs propres préoccupations et perceptions, des manifestants locaux aux représentants des États au Comité du Patrimoine mondial. Comme pour d’autres types de conflits, l’inscription au Patrimoine mondial renforce le conflit d’aménagement en suscitant des intérêts multiples, répondant à des logiques fonctionnelles, patrimoniales, paysagères et identitaires contradictoires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article évalué par les pairs

Texte intégral

Introduction

1En Europe, l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO est régulièrement remise en question par le développement de projets d’aménagement, qui pourraient altérer leurs caractères spécifiques et/ou les paysages des sites concernés. Ainsi, se pose la question de la faisabilité de mener des projets d’aménagement dans des espaces protégés. Est-ce que l’inscription au Patrimoine mondial empêche toute évolution ou renouveau des sites classés et de leur voisinage immédiat, les transformant en vastes zones muséifiées ? Au-delà de ce questionnement à propos des contraintes d’aménagement dans les sites classés, d’autres enjeux apparaissent, à la fois économiques et géopolitiques.

2En effet, si ces projets sont contestés parce qu’ils pourraient remettre en cause le classement UNESCO, ils le sont également pour leur impact sur l’environnement local et sur le voisinage dans un mécanisme de protestation plus fréquent, la contestation étant devenue quasiment systématique pour tout projet d’aménagement (Subra, 2007). Ainsi, le maintien ou non du classement est devenu une question centrale dans les conflits d’aménagement autour de ces sites. En effet, la désinscription de la liste du Patrimoine mondial est perçue par les acteurs du tourisme et de certains secteurs économiques locaux comme un risque substantiel pour l’attractivité locale. Le label iconique de l’UNESCO est considéré, dans certains sites, comme un formidable levier pour attirer touristes et investissements, et pour promouvoir le territoire. Lionel Prigent (2011) explique certes que « le label « patrimoine mondial » n’est pas une recette magique de développement : il n’est à ce jour ni une condition nécessaire ni une condition suffisante », et de nombreux autres travaux (Beck, 2006 ; Hall, 2006 ; Prud’homme et al., 2008) arrivent à la même conclusion. Cependant, de nombreux acteurs politiques et économiques locaux font encore la corrélation entre inscription et développement touristique (Prigent, 2011), ou du moins, s’inquiètent de l’impact d’une éventuelle désinscription sur le prestige du site et sur son image qualitative, comme l’expriment certains acteurs rencontrés dans le cadre de cette étude. Ainsi, cette menace est utilisée par les opposants aux projets d’aménagement dans ou à proximité des sites classés au Patrimoine mondial, au nom des activités économiques et touristiques.

3Cet article entend ainsi étudier les conflits d’aménagement dans les sites classés au Patrimoine mondial, en s’intéressant particulièrement aux enjeux et aux représentations liés au tourisme. Il s’appuie sur une approche géopolitique critique pour analyser comment l’attractivité touristique et les enjeux économiques dans ces territoires renforcent la contestation de certains projets d’aménagement/de développement non touristiques et les conflits d’intérêt entre de nombreux acteurs : riverains, écologistes, investisseurs, professionnels du tourisme, États, Comité du Patrimoine mondial (CPM), experts en environnement et en patrimoine, etc.

I. L’approche géopolitique locale et les heritage studies

  • 1 “The study of the relationships between geographical features and international politics”.

4Les enjeux économiques et touristiques dans les sites classés au Patrimoine mondial ont déjà été largement décrits et étudiés, notamment à travers l’analyse des interactions et des stratégies d’acteurs (Gravari-Barbas, 2004, 2005 ; Gravari-Barbas et Jacquot, 2012, 2013 ; Pedersen, 2002 ; Rautenberg, 2003). Cet article propose d’utiliser une approche de géopolitique locale pour analyser ces enjeux. Si la géopolitique classique est « l’étude des relations entre les configurations géographiques et la politique internationale1 » (Dahlman, 2009, p. 97), construite à l’échelle étatique ou interétatique, la géopolitique locale peut s’apparenter à une approche de géopolitique critique, car celle-ci privilégie une analyse à une échelle plus grande.

  • 2 “Unveil the manner in which politicians discursively construct geopolitical spaces, often by manipu (...)

5Selon des auteurs comme Gearoid Ó Tuathail (1996) ou John Agnew (2003), la géopolitique critique se focalise moins sur l’analyse des stratégies d’acteurs et davantage sur leurs discours (Ó Tuathail, Agnew, 1992 ; Müller, 2010). Elle cherche à « montrer la manière dont les politiciens construisent de manière discursive des espaces géopolitiques, souvent en manipulant des faits géographiques à des fins stratégiques2 » (Dahlman, 2009, p. 98). De plus, la géopolitique critique analyse les rivalités entre tous les acteurs à toutes les échelles, non seulement les dirigeants d’États ou les militaires, mais aussi les élus locaux, les ONG, les écologistes, les associations citoyennes, les groupes de pression, les firmes, etc. L’approche géopolitique locale, qui s’est développée en France à partir des années 1980, notamment par les travaux de Philippe Subra (2016) et de Barbara Loyer dans le sillage de ceux d’Yves Lacoste et de Béatrice Giblin, peut être qualifiée de démarche critique. En effet, ces géographes utilisent une approche critique des discours et des représentations contradictoires pour aborder ce qui apparait alors comme des champs d’études nouveaux en géopolitique, comme les processus électoraux, l’immigration, les identités régionales et locales, la ségrégation, les conflits sociaux ou les processus d’aménagement du territoire, dans des territoires de la grande échelle comme des villes ou des régions. Leur méthodologie est basée sur l’analyse des perceptions et des représentations de tous les acteurs impliqués dans des « rivalités de pouvoir sur un territoire » (Lacoste, 1995, p. 3).

6Dans le cadre de cette approche critique, le patrimoine est intrinsèquement un enjeu géopolitique, tout comme le tourisme (Giblin, 2007). En effet, la question de la préservation du patrimoine est liée aux enjeux spatiaux et aux préoccupations des géographes, comme le paysage, la protection environnementale, l’aménagement ou le développement économique. De plus, les perceptions du patrimoine, et donc de la nécessité de sa protection/préservation, sont très subjectives et étroitement liées aux références identitaires de chaque population, peuple ou nation. Ainsi, selon Maria Gravari-Barbas et Vincent Veschambre (2003, p. 71), « la référence au patrimoine apparaît donc intimement liée à des enjeux d’appropriation de l’espace et par là même, à des conflits entre groupes sociaux qui cherchent à se placer, à faire valoir leurs revendications, à construire ou à contrôler des territoires, bref, à construire la société. » Les arguments pour défendre le patrimoine deviennent alors des discours véritablement géopolitiques.

  • 3 “politics, conflicts and dispute are at the centre of land use planning. Conflict arises because of (...)

7D’ailleurs, plusieurs travaux récents ont montré l’emprise des États sur le CPM, dans le processus d’inscription des sites comme dans leur gestion (Meskell, 2015 ; Meskell et al., 2015 ; Bertacchini et al., 2015). Ils montrent de plus que le contexte international contemporain tend à remettre en question les équilibres traditionnels de puissance et de pouvoir au sein de l’UNESCO. En effet, l’influence d’États comme la Chine, l’Inde le Brésil ou l’Afrique du Sud s’est renforcée au cours des vingt dernières années, modifiant les processus de prises de décision usuels au sein du CPM et imposant davantage de multilatéralisme. Lynn Meskell (2015, p. 226) explique que « au cours des dernières années, le Comité du Patrimoine mondial est devenu de plus en plus politisé et conflictualisé (…). Dans cette perspective, les rapports politiques autour de l’inscription d’un site au Patrimoine mondial ne sont pas différents de ces débats internationaux tendus sur le désarmement nucléaire ou le changement climatique3 ». Dans ce contexte, l’ICOMOS et d’autres experts en archéologie, en patrimoine ou en environnement sont souvent critiqués par les ambassadeurs et les représentants politiques des États non-européens. Les délégués des États émergeants dénoncent l’approche eurocentrée des enjeux du patrimoine et du développement économique dans leurs rapports, et cherchent à contrebalancer la domination historique des États « occidentaux » sur le CPM (Frey et al., 2013). La position de chaque État au CPM est alors avant tout déterminée par des questions de prestige national et d’affirmation identitaire, des intérêts touristiques domestiques, des arrangements politiques ou des ententes internationales sur des enjeux économiques, culturels ou stratégiques. Le Patrimoine mondial apparait bien comme un enjeu géopolitique international.

8Des sites inscrits au Patrimoine mondial sont même des cibles délibérées de conflits et de guerre, comme par exemple la vieille ville de Sana’a au Yémen, les ruines de Palmyre en Syrie, le temps de Preah Vihear au Cambodge ou les monuments de Tombouctou au Mali. Plusieurs auteurs ont déjà analysé les enjeux géopolitiques internationaux de l’appropriation culturelle ou le rôle du Patrimoine mondial et de l’UNESCO dans des guerres ou des rivalités interétatiques (Silverman, 2010 ; Van der Auwera, 2012 ; Meskell, 2015). Cet article entend aborder la notion de conflit géopolitique dans une approche plus large. En effet, la protection de plusieurs sites classés au Patrimoine mondial est un enjeu dans des conflits géopolitiques locaux, devenant un argument central des opposants à des projets d’aménagement.

  • 4 Dans le cadre de l’étude de cas proposée dans cet article, sur la région viticole du Haut-Douro, 11 (...)

9Dans cette approche, les principales sources d’information de cette étude ont été des entretiens directs avec des acteurs ciblés, la veille qualitative de la presse régionale et des blogs, réseaux sociaux et sites internet des acteurs impliqués, et un important travail de terrain4 (2011, 2013 et 2018), qui ont permis de mieux comprendre la construction des discours contradictoires. Cet article développe plus particulièrement un cas d’étude, celui de la Région viticole du Haut-Douro, une destination touristique majeure du Portugal, inscrite depuis 2001 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, où des militants écologistes, des acteurs du tourisme et des riverains se sont mobilisés pour protester contre la construction d’un barrage hydroélectrique.

II. Aménagement, patrimoine et conflits géopolitiques locaux

  • 5 “politics, conflicts and dispute are at the centre of land use planning. Conflict arises because of (...)

10Les processus d’aménagement, surtout s’ils amènent un changement dans l’usage du territoire, sont des sources de conflits. Barry Cullingworth et Vincent Nadin (2006, p. 2) expliquent même que « la politique, les conflits et les rivalités sont au cœur de l'aménagement du territoire [planning]. Les conflits surviennent en raison des demandes concurrentes pour l’utilisation des terres, à cause des effets d'externalité qui apparaissent lorsque l'utilisation des terres change et à cause de la répartition inégale des coûts et des avantages résultant du développement. S'il n'y avait pas de conflits, il n'y aurait pas besoin d’aménagement [planning]. En effet, l’aménagement [planning] pourrait utilement être défini comme le processus par lequel le gouvernement résout les litiges relatifs à l'utilisation des terres5. »

11En effet, alors que les premières oppositions à des projets d’aménagement apparaissent dans les années 1950, elles sont de plus en plus nombreuses à partir des années 1970, pour devenir systématiques et symptomatiques pour tout projet d’importance relative (Dziedzicki, 2003 ; Bailoni, 2013), qu’il s’agisse d’équipements énergétiques (centrales, barrages, éoliennes, etc.), infrastructures de transport (routes, voies ferrées, aéroports, etc.), tout autre type d’équipements publics potentiellement pourvoyeurs de nuisances, projets de renouveau urbain, programmes immobiliers provoquant d’expansion urbaine, etc. Ces litiges devenus courants et généralisés illustrent « la banalisation de la contestation » (Subra, 2007, p. 128).

12Les conflits d’aménagement sont des jeux d’acteurs, qui confrontent des ambitions divergentes, des perceptions contradictoires et des intérêts personnels et collectifs, à propos de l’évolution d’un territoire. L’opposition nait d’enjeux locaux, mais également globaux, notamment à propos de la protection de l’environnement. Les opposants sont classiquement des riverains, des écologistes, des citoyens engagés, des élus, des associations et sociétés d’histoire locale ou de défense du patrimoine, des acteurs économiques, des lobbyistes ou des corporations (Wolsink, 1994 ; Dziedzicki, 2003). Leur mobilisation et leurs discours sont souvent similaires et partagés, même si leurs motivations initiales et leurs profils divergent.

13Ainsi, ces conflits d’aménagement – notion recoupant celles de conflit d’usage ou de conflit environnemental – sont des rivalités géopolitiques, dans lesquels les arguments sont construits à partir de représentations de la singularité du territoire et de ce que doit être le bon développement et les bonnes évolutions du territoire, de l’environnement et des paysages. Ce sentiment de singularité du territoire est souvent issu de la volonté de défendre des éléments patrimoniaux, et contribue à définir l’identité locale, le patrimoine jouant le rôle de « ciment identitaire » (Gravari-Barbas et Veschambre, 2003, p. 73). Ainsi, les opposants à un projet d’aménagement cherchent à préserver l’environnement, éviter les nuisances et la pollution, protéger un patrimoine ou un paysage iconique, mais aussi défendre ce qui est perçu comme des éléments de l’identité locale (Bailoni, 2013).

14De plus, la singularité du patrimoine est parfois soulignée par des labels, comme l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette forme de reconnaissance peut renforcer l’attractivité touristique du site, et donc, peut lui conférer une valeur économique substantielle (Bertacchini et Saccone, 2012 ; Cassel et Pashkevich, 2014 ; Frey et Steiner, 2011 ; Frey et al., 2013). Pour Lynn Meskell (2015, p. 226), le classement au Patrimoine mondial est un « business politique ». Dans ce cas, toute évolution du site et de son paysage peut remettre en question et affecter la viabilité de cette valeur et des activités touristiques induites. Ainsi, chaque projet d’aménagement peut causer un conflit d’intérêt entre les développeurs et les acteurs locaux, avec des logiques contradictoires « préservation versus exploitation, appropriation locale versus mise en tourisme » (Gravari-Barbas et Veschambre, 2003, p. 76). L’enjeu du conflit n’est plus uniquement les caractéristiques du projet, mais c’est aussi le maintien du classement ou du label pour le site. En effet, l’UNESCO peut directement protester contre un projet d’aménagement et aller jusqu’à retirer un site de la liste du Patrimoine mondial, comme ce fut le cas en 2009, quand le CPM a décidé de déclasser la Vallée de l’Elbe à Dresde, en raison de la construction d’un pont routier à quatre voies traversant le périmètre et portant atteinte à la Valeur Universelle Exceptionnelle telle qu’elle avait été définie lors de l’inscription.

15Plusieurs sites classés au Patrimoine mondial sont concernés par des conflits d’aménagement, et les enjeux du développement touristiques sont questionnés sous différents aspects. Il y a plusieurs exemples en Europe, espace qui se caractérise par une forte concentration de sites UNESCO, par un secteur du tourisme très développé et générant des revenus significatifs, et par de fortes contestations à propos de l’aménagement du territoire. Par exemple, le projet de redéveloppement d’un centre commercial des années 1960-70 et de construction d’un nouvel hôtel à l’architecture futuriste dans le périmètre du centre-ville d’Edimbourg inscrit au Patrimoine mondial, a provoqué un conflit d’aménagement, posant la question de l’apparente incompatibilité entre la conservation et le réaménagement dans des zones classées. Des débats similaires existent également à Florence et Séville, deux destinations touristiques majeures dont les principales attractions sont classées au Patrimoine mondial. Le cas de Bath peut également être cité : dans cette ville très touristique du Sud-Ouest de l’Angleterre classée au Patrimoine mondial, l’aménagement de parkings et d’un système de park-and-ride – pour mieux accueillir les touristes – est contesté car il pourrait altérer les paysages ruraux environnants. Par ailleurs, le Port marchand de Liverpool est même inscrit sur la liste du Patrimoine mondial en péril, à cause des programmes de renouveau urbain sur d’anciennes friches portuaires en bordure du périmètre classé, le projet « Liverpool Waters » (Jones, 2015). Le centre historique de Vienne est également sur cette liste du Patrimoine mondial en péril, à cause du projet « Heumarkt Neu » prévoyant la construction d’une tour d’habitations de 66 mètres de hauteur, contre les 43 mètres autorisés, au cœur d’un quartier reconstruit après la Seconde Guerre mondiale sans attrait architectural particulier. La ville est tellement dépendante du tourisme que la perte du label UNESCO pourrait avoir des conséquences sur son attractivité.

16Tous ces conflits géopolitiques locaux sont provoqués par les enjeux divergents du développement et de la protection. Le tourisme apparait souvent menacé par ces projets d’aménagement, qui pourraient porter atteinte aux ressources patrimoniales et les aménités paysagères appréciées par les touristes. À chaque fois, les questions du rôle, de la position et des actions de l’UNESCO sont posées, et l’inscription au Patrimoine mondial est remise en question. La vallée iconique du Douro au Portugal s’est retrouvée au cœur de ce type de conflit et de débat.

III. La vallée du Douro : un haut-lieu touristique au Portugal, un classement au Patrimoine mondial menacé

  • 6 La formule est reprise systématiquement par les acteurs du projet depuis son lancement, notamment p (...)

17Dans sa stratégie de transition énergétique, le Portugal a entrepris de renforcer sa production d’électricité à partir de ressources renouvelables. Pour cela, il a lancé en 2007 ce qu’il a décrit comme « le plus important projet hydroélectrique d’Europe depuis au moins 25 ans »6. Ce projet, appelé PNBEPH (Programa Nacional de Barragens com Elevado Potencial Hidroeléctrico), prévoit la construction de huit nouveaux barrages. Ils doivent accompagner le développement de l’énergie éolienne. Leurs réservoirs d’importantes capacités permettraient alors de réduire les fluctuations interannuelles et journalières de la production d’électricité éolienne et hydraulique. En effet, ces réservoirs peuvent être remplis par pompage de l’aval vers l’amont, en utilisant l’électricité au moment des surplus de production des éoliennes (Bailoni, Deshaies, 2014).

18Toutefois, même si ces barrages et leurs réservoirs peuvent être considérés comme des équipements indispensables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ils sont également considérés comme des sources de nuisance au niveau local, notamment pour les paysages et les écosystèmes. Ces projets sont ainsi contestés, provoquant des conflits géopolitiques locaux. La principale opposition est apparue dans la vallée du Rio Tua, un affluent du Douro. EDP (Energias de Portugal), le principal producteur et distributeur d’électricité au Portugal, a construit un barrage de 108 mètres de haut, à environ un kilomètre de la confluence. Son réservoir s’étend sur 27 kilomètres en amont. La centrale doit produire de l’ordre de 585 GWh annuellement. La construction a commencé en 2011 et, malgré la contestation et les recours, elle s’est achevée en 2017 et le barrage est entré en service.

19D’un côté, EDP, l’État portugais qui a financé en partie le projet, les principaux partis politiques et beaucoup d’élus locaux ont soutenu cet investissement de 370 millions d’euros, en expliquant que le barrage créera de l’énergie propre et renouvelable, car permettant de réduire les émissions de carbone (une réduction de l’ordre de 470 000 tonnes de CO2 annuellement par rapport à un centrale thermique à charbon). EDP ajoute que ce barrage est essentiel pour augmenter l’efficience de l’énergie éolienne et son réservoir doit être considéré comme une réserve d’énergie.

20De l’autre côté, les opposants ont formé la plateforme Salvar o Tua, « Sauver le Tua », rassemblant les militants de petits partis écologistes ou d’extrême-gauche, des organisations écologistes, des acteurs économiques locaux et des associations de riverains. Ils dénonçaient en premier lieu l’impact environnemental du barrage et de son réservoir sur les écosystèmes de la vallée. Le Rio Tua était en effet décrit comme « l’une des dernières rivières sauvages d’Europe », même si cette expression est finalement très fréquemment évoquée à propos de beaucoup de cours d’eau européens concernés par des conflits d’aménagement. Les opposants ont également milité pour la sauvegarde des paysages traditionnels et de l’identité culturelle de la région, menacés selon eux par les installations hydroélectriques et les lignes à haute tension. De plus, ils ont contesté la destruction d’une voie ferrée qui passait en fond de vallée et était décrite comme un élément de patrimoine. Ils expliquaient que la ligne aurait pu être redéveloppée à des fins touristiques. Enfin, les viticulteurs locaux se sont opposés au barrage par crainte des impacts du réservoir et de la masse d’eau sur le climat local et l’humidité ambiante, et donc sur la qualité future du vin.

21Dans la première phase du conflit, en amont de la construction du barrage, les opposants ont essentiellement argumenté sur la protection de l’environnement, des paysages et du petit patrimoine local. Ils ont organisé des actions d’opposition classiques, comme des manifestations, happenings camps éphémères, pétitions, etc. Ils ont également exploité les expériences d’autres conflits d’aménagement au Portugal et en Europe, notamment la contestation des barrages du Rio Minho et du Rio Côa, abandonnés à la suite de mobilisations au nom de la protection du patrimoine (Bailoni, Deshaies, 2014 ; Gonçalves, 2001 ; Wateau, 2010). Cependant, ces premières actions contre le projet du barrage de Foz Tua n’ont pas abouti.

22Alors, dans une seconde phase, les opposants ont cherché à accentuer leurs actions, impliquant de nouveaux acteurs et mobilisant autour des enjeux économiques et touristiques. Ils ont alors décidé d’alerter l’UNESCO montrant que le projet pourrait avoir des effets irrémédiables sur la Région viticole du Haut-Douro, inscrite sur la liste du Patrimoine mondial depuis 2001. Le CPM avait alors estimé que « la longue tradition [viticole] a produit un paysage culturel d'une beauté exceptionnelle qui est en même temps le reflet de son évolution technologique, sociale et économique »7. S’il n’est pas dans la zone classée, le site du barrage se trouve à proximité immédiate de la limite de ce périmètre, ainsi que de la zone de production du porto. Son impact visuel est ainsi important depuis la vallée du Douro et la zone classée, de même que celui de la ligne à haute tension. Par cette action, les opposants posent la question du maintien de la Région viticole du Haut Douro sur la liste du Patrimoine mondial. La perte du classement UNESCO aurait des effets désastreux sur le prestige, l’attractivité touristique et l’économie de l’ensemble du Portugal. Cette menace a mobilisé les acteurs du tourisme et de la viticulture de la zone classée et au-delà, contre le barrage (Melo, 2011).

  • 8 Le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO mandate l’ICOMOS (International Council on Monument and (...)

23L’UNESCO a réagi et a envoyé sur place des experts de l’ICOMOS8. Leur rapport a conclu que le barrage aurait des effets « sévères » et « irréversibles » sur les paysages (ICOMOS, 2011). Le CPM a alors décidé de mener des analyses complémentaires en 2012. Le gouvernement portugais a quant à lui demandé à EDP de ralentir – mais pas de stopper – les travaux jusqu’à la décision finale de l’UNESCO.

24EDP a alors cherché à contrer les principales critiques des experts de l’ICOMOS et des opposants. Edouardo Souto de Moura, l’un des plus célèbres architectes du Portugal et lauréat du prestigieux Prix Pritzker, a été recruté par la compagnie pour trouver des solutions pour réduire l’impact visuel du barrage. Dans son rapport, la principale proposition est d’enterrer en partie la centrale et de reconstituer des terrasses agricoles au-dessus, incorporant des éléments locaux comme des pierres de granite ou des oliviers. Si ses propositions restent très limitées et absolument pas révolutionnaires, EDP a acheté une image, une réputation et une caution architecturale. EDP a repris ces mesures dans son projet amendé, ainsi que l’engagement de financer un musée d’histoire locale et de nouvelles infrastructures touristiques, de loisir et de transport autour du réservoir. L’entreprise veut ainsi montrer que le barrage sera finalement une opportunité de développement économique et d’attractivité touristique. EDP a également expliqué que les équipements hydroélectriques font pleinement partie de l’identité culturelle et des paysages du bassin du Douro, car huit autres barrages préexistent, permettant de réguler le débit du Douro et la navigation de bateaux touristiques depuis Porto. Ainsi, EDP a lancé une véritable stratégie d’acceptabilité, voire une campagne marketing pour promouvoir son projet.

  • 9 “É uma decisão vergonhosa e que envergonha a própria Unesco. (…) Ficou provado que quem manda na Un (...)
  • 10 “Um verdadeiro crime contra o património, o ambiente e o desenvolvimento local”.

25A la suite de nouvelles expertises et de nouveaux rapports (WHC, ICOMOS, IUCN, 2013), le CPM a décidé en juin 2013 de conserver la Région viticole du Haut Douro sur la liste, et a seulement demandé quelques amendements techniques sur les lignes à haute tension et l’approvisionnement en eau. Le gouvernement portugais et EDP se sont réjouis de cette décision, et bien entendu, les opposants l’ont dénoncée. Ils ont regretté que le CPM n’ait pas suivi les recommandations du rapport d’expertise de l’ICOMOS. Ainsi, João Branco, vice-président de Quercus, une organisation écologiste impliquée dans Salvar o Tua, a déclaré qu’il s’agissait « d’une décision honteuse qui déshonore l’UNESCO. (…) Elle montre que les vrais dirigeants de l’UNESCO sont les gouvernements qui la financent. (…) Les gouvernements savent désormais qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec le Patrimoine mondial9 » (cité dans Público, le 19 juin 2013). Joanaz de Melo, membre de GEOTA, une autre organisation écologiste, considère que cette décision est « un véritable crime contre le patrimoine, l’environnement et le développement local10 » (cité dans Expresso, le 19 juin 2013). Les opposants ont alors poursuivi leur mobilisation, en tentant de nouveaux recours auprès les tribunaux et instances européennes, sans pour autant obtenir gain de cause.

  • 11 “Pyramids would never have been built if ICOMOS and the World Heritage Committee had been there”.
  • 12 Le barrage de Foz Tua, ainsi que cinq autres situés dans le bassin hydrographique du Douro, ont été (...)

26L’analyse de ces conflits d’aménagement montre que, dans ces contextes, les réponses de l’UNESCO sont souvent dénoncées et considérées comme trop conciliantes avec les aménageurs et les promoteurs. Les opposants souhaiteraient des réactions plus fermes du CPM. Cependant, si des enjeux locaux sont à l’origine de ces conflits, l’UNESCO est une organisation intergouvernementale, financée par ses États membres. La position des États répond souvent à des intérêts à l’échelle nationale voire internationale, alors que ces litiges entre les acteurs de l’aménagement, du patrimoine et du tourisme concernent surtout des enjeux à l’échelle locale. Il y a une contradiction d’échelles entre des opposants locaux qui régissent à propos d’intérêts locaux, et les représentants des États et des gouvernements qui agissent auprès du CPM en tant qu’acteurs internationaux. L’analyse des décisions prises par le Comité montrent que les recommandations des experts sont de plus en plus souvent ignorées en faveur d’accords géopolitiques entre les représentants des États (Meskell et al., 2015 ; Bertacchini et al., 2015). Si le Comité décide que tel site est désinscrit de la liste du Patrimoine mondial ou ajouté à la liste des sites en péril, cette résolution repose souvent sur des considérations géopolitiques, plutôt que sur des critères réellement environnementaux, culturels ou patrimoniaux, malgré les recommandations des experts. À propos de l’affaire du Haut Douro, Meskell et al. (2015) citent Vinay Sheel Oberoi, l’ambassadeur indien à l’UNESCO, qui critique les recommandations de l’ICOMOS de 2012, en expliquant que « les pyramides n’auraient jamais été construites si l’ICOMOS et le Comité du Patrimoine mondial avaient existé11 ». Dans ce contexte, la session du CPM de 2012 a décidé de ne pas inscrire la Région viticole du Haut Douro sur la liste du Patrimoine mondial en danger. Si le Portugal est une nation européenne avec une longue histoire de conquête, de colonisation et de domination d’une partie du monde, le principal actionnaire d’EDP, constructeur du barrage de Foz Tua, était alors la China Three Gorges Corporation, qui avait racheté des parts gouvernementales en 2011 au moment de la privatisation de la compagnie pendant la crise économique12.

Conclusion

  • 13 “Might the creation of World Heritage for the purposes of peace and cooperation actually be just a (...)
  • 14 “uncomfortable question”

27Deux remarques permettent de montrer les spécificités géopolitiques de ces conflits d’aménagement autour de sites classés au Patrimoine mondial et autour des enjeux du tourisme. Premièrement, alors que Lynn Meskell (2015, p. 234) pose la question « la création du patrimoine mondial à des fins de paix et de coopération pourrait-elle finalement être tout simplement un élément constitutif de conflit et de rivalité ?13 » à propos des guerres en Crimée, au Mali et en Syrie, où les sites classés sont clairement des cibles stratégiques, symboliques et médiatiques, cette « question gênante14 » pourrait aussi être posée à propos des conflits d’aménagement et de ceux liés aux enjeux du tourisme. En effet, ces litiges sont certainement plus intenses et plus importants parce qu’ils concernent des sites inscrits au Patrimoine mondial et que ce label est une source majeure de retombées touristiques. Ainsi, le classement renforce la conflictualité, quel que soit le type de conflit, la nature et l’échelle des enjeux.

28Deuxièmement, la question des échelles est essentielle à prendre en compte pour analyser ces rivalités de pouvoir : si les enjeux sont souvent essentiellement locaux, ils s’inscrivent dans des questions de relations internationales. Ainsi, une approche géopolitique classique à l’échelle internationale est indispensable pour compléter une analyse géopolitique critique locale. Le processus d’inscription d’un site sur la liste du Patrimoine mondial prend certes en compte des enjeux géopolitiques internationaux et correspond à une véritable négociation diplomatique. Cependant, il s’apparente également à un jeu d’acteurs locaux, au moment de monter le dossier et de le promouvoir, mais aussi et surtout au moment de gérer le site une fois celui-ci inscrit. Les enjeux de développement et de protection, parfois contradictoires, entrainent alors de véritables rivalités de pouvoir sur l’usage du territoire, où se confrontent logiques fonctionnelles, patrimoniales, paysagères et identitaires. L’inscription au Patrimoine mondial renforce bien le conflit d’usage/d’aménagement, apparaissant soit comme une contrainte supplémentaire, soit comme une source d’intérêts et de retombées économiques non négligeables, soit comme un élément de plus à défendre particulièrement mobilisateur, car, par définition, reconnaissant une valeur universelle exceptionnelle au territoire.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J.A. (2003), Geopolitics: Re-visioning World politics, 2nd edition, Routledge, New-York.

Bailoni, M. (2013), « Aménager un espace idéalisé : identité et conflits dans la campagne anglaise », Revue Géographique de l’Est, vol. 52, n° 3/4.

Bailoni, M. et Deshaies, M. (2014), « Le Portugal et le défi de la transition énergétique : enjeux et conflits », Cybergeo, n° 696.

Beck, W. (2006), “Narratives of World Heritage in travel guidebooks”, International Journal of Heritage Studies, vol. 12, n° 6, pp. 521-535.

Bertacchini, E., Liuzza, C. and Meskell, L. (2015), “Shifting the balance of power in the UNESCO World Heritage Committee: an empirical assessment”, International Journal of Cultural Policy, vol. 21, n° 1, pp. 1-21.

Bertacchini, E. and Saccone, D. (2012), “Toward a political economy of World Heritage”, Journal of Cultural Economics, vol. 36, n° 4, pp. 327-352.

Cassel, S. and Pashkevitch, A. (2014), “World Heritage and tourism innovation: Institutional frameworks and local adaptation”, European Planning Studies, vol. 22, n° 8, pp. 1625-1640.

Cullingworth, B. and Nadin, V. (2006), Town and country planning in the UK, 14th edition, Routledge, Abingdon.

Dahlman, C.T. (2009), “Geopolitics”, in C. Gallagher, C.T. Dahlman and al. (eds), Key concepts in Political Geography, Sage, London, pp. 87-98.

Dziedzicki, J.-M. (2003), « Au-delà du NIMBY : le conflit d’aménagement, expression de multiples revendications », in Melé, P., Larrue, C. et Rosemberg, M. (eds.), Conflits et territoires, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, pp. 35-64.

Frey, B., Pamini, P. and Steiner, L. (2013), “Explaining the World Heritage list: An empirical study”, International Review of Economics, vol. 60, n° 1, pp. 1-19.

Frey, B. and Steiner, L. (2011), “World Heritage list: Does it make sense? International Journal of Cultural, Policy”, vol. 17, n° 5, pp. 555-573.

Giblin, B. (2007), « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, n° 127, pp. 3-14.

Gonçalves, M.E. (2001), O Caso de Foz Côa : um laboratório de análise sociopolítica, Edições 70, Lisbon.

Gravari-Barbas, M. (2004), « Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre - Rapports entre le jeu des acteurs et la production de l’espace », Annales de Géographie, n° 640, pp. 588-611.

Gravari-Barbas, M. (ed.) (2005), Habiter le patrimoine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Gravari-Barbas, M. et Jacquot, S. (eds.) (2012), Patrimoine mondial et gouvernance des destinations touristiques, Actes des journées de la Chaire UNESCO “Culture, Tourisme, Développement”.

Gravari-Barbas, M. et Jacquot, S. (eds.) (2013), Touristes et habitants dans les sites du Patrimoine mondial, Actes des journées de la Chaire UNESCO “Culture, Tourisme, Développement”.

Gravari-Barbas, M. et Veschambre, V. (2003), « Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits », in Melé, P., Larrue, C. et Rosemberg, M. (eds.), Conflits et territoires, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, pp. 67-82.

Hall, C. (2006), “World Heritage, Tourism and Implementation: What Happens after Listing?”, in Fyall, A. and Leask, A., Managing World Heritage Sites, Oxford, Butterworth-Heinemann, pp. 18-32.

ICOMOS (2011), Advisory mission to Alto Douro Wine Region (Portugal) to consider the impacts of the proposed hydro-electric Foz Tua Dam project, UNESCO, Paris.

Jones, P. (2015), “Modelling urban futures. A study of architectural models of Liverpool Waters”, City, vol. 19, n° 4, pp. 463-479.

Lacoste, Y. (1995), Dictionnaire de Géopolitique, Flammarion, Paris.

Melo, J.J. (2011), “Impact of nature and cultural tourism in Tua Vale”, in Proceedings of IAIA Conference 2011.

Meskell, L. (2015), “Gridlock: UNESCO, global conflict and failed ambitions”, World Archaeology, vol. 47, n° 2, pp. 225-238.

Meskell, L., Liuzza, C., Bertacchini, E. and Saccone, D. (2015), “Multilateralism and UNESCO World Heritage: decision-making, States Parties and political processes”, International Journal of Heritage Studies, vol. 21, n° 5, pp. 423-440.

Müller, M. (2010), “Doing discourse analysis in Critical Geopolitics”, L’Espace Politique, vol. 12.

Ó Tuathail, G. (1996), Critical Geopolitics: The politics of writing global space, University of Minnesota Press, Minneapolis.

Ó Tuathail, G. and Agnew, J.A. (1992), “Geopolitics and discourse”, Political Geography, vol. 11, n° 2, pp. 190-204.

Pedersen, A. (2002), Managing tourism at World Heritage sites, UNESCO World Heritage Centre, Paris.

Prigent, L. (2011), « Le patrimoine mondial est-il un mirage économique ? », TÉOROS, vol. 30, n° 2, pp. 6-16.

Prud’homme, R., Gravari-Barbas, M., Jacquot, S., Talandier, M., Henri-Nicot, B. et Odzirlik, B. (2008), Les impacts socio-économiques de l’inscription d’un site sur la liste du patrimoine mondial : trois études, Rapport de recherche, UNESCO.

Rautenberg, M. (2003), « Comment s'inventent de nouveaux patrimoines : usages sociaux, pratiques institutionnelles et politiques publiques en Savoie », Culture et musées, vol. 1, n° 1, pp. 19-40.

Silverman, H. (2010), “Border wars: the ongoing temple dispute between Thailand and Cambodia and UNESCO’s World Heritage list”, International Journal of Heritage Studies, vol. 17, n° 1, pp. 1-21.

Subra, P. (2007), Géopolitique de l’aménagement du territoire, A. Colin, Paris.

Subra, P. (2016), Géopolitique locale, A. Colin, Paris.

Van der Auwera, S. (2012), “Contemporary conflict, nationalism and the destruction of cultural property during armed conflict: A theoretical framework”, Journal of Conflict Archaeology, vol. 7, n° 1, pp. 49-65.

Wateau, F. (2010), « Contester un barrage : anthropologie d’un processus de gestion sociale à Alqueva (Portugal) », in Schneier-Madanes, G. (ed.), L’eau mondialisée : la gouvernance en question, La Découverte, Paris, pp. 271-284.

WHC, ICOMOS, IUCN (2013), Report of the joint reactive monitoring mission – Alto Douro Wine Region, UNESCO, Paris.

Wolsink, M. (1994), “Entanglement of interests and motives: assumptions behind the NIMBY-theory on facility siting”, Urban Studies, vol. 31, n° 6, pp. 851-866.

Haut de page

Notes

1 “The study of the relationships between geographical features and international politics”.

2 “Unveil the manner in which politicians discursively construct geopolitical spaces, often by manipulating geographical facts for strategic purposes”.

3 “politics, conflicts and dispute are at the centre of land use planning. Conflict arises because of the competing demands for the use of land, because of the externality effects that arise when the use of land changes, and because of the uneven distribution of costs and benefits which results from development. If there were no conflicts, there would be no need for planning. Indeed, planning might usefully be defined as the process by which government resolves disputes about land uses.”

4 Dans le cadre de l’étude de cas proposée dans cet article, sur la région viticole du Haut-Douro, 11 entretiens ont été effectués auprès d’élus locaux, représentants associatifs opposés au barrage de Foz Tua et producteurs viticoles. La presse régionale et nationale portugaise, ainsi que les blogs et pages Facebook des opposants, ont également été de précieuses sources d’information.

5 “politics, conflicts and dispute are at the centre of land use planning. Conflict arises because of the competing demands for the use of land, because of the externality effects that arise when the use of land changes, and because of the uneven distribution of costs and benefits which results from development. If there were no conflicts, there would be no need for planning. Indeed, planning might usefully be defined as the process by which government resolves disputes about land uses.”

6 La formule est reprise systématiquement par les acteurs du projet depuis son lancement, notamment par Iberdrola, producteur d’électricité d’origine espagnole chargée de construire plusieurs barrages sur le Rio Tamega : https://www.iberdrola.com/quem-somos/linhas-negocio/projetos-emblematicos/projeto-tamega

7 Extrait du site web du Patrimoine mondial : http://whc.unesco.org/fr/list/1046/

8 Le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO mandate l’ICOMOS (International Council on Monument and Sites), organisation non-gouvernementale indépendante qui expertise les candidatures de nouveaux sites pour la liste ou qui contrôle la gestion des sites déjà classés.

9 “É uma decisão vergonhosa e que envergonha a própria Unesco. (…) Ficou provado que quem manda na Unesco são os governos, são eles que a financiam. (…) Os governos ficaram agora a saber que podem fazer o que quiserem com o Património Mundial.”

10 “Um verdadeiro crime contra o património, o ambiente e o desenvolvimento local”.

11 “Pyramids would never have been built if ICOMOS and the World Heritage Committee had been there”.

12 Le barrage de Foz Tua, ainsi que cinq autres situés dans le bassin hydrographique du Douro, ont été vendus par EDP à un consortium français dominé par Engie, en décembre 2019.

13 “Might the creation of World Heritage for the purposes of peace and cooperation actually be just a constitutive of conflict and competition?”

14 “uncomfortable question”

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mark Bailoni, « Développement territorial, tourisme et protection des sites classés au Patrimoine mondial : enjeux de conflits géopolitiques  », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6823

Haut de page

Auteur

Mark Bailoni

Géographe, maître de conférences
Université de Lorraine, LOTERR (EA 7304)
mark.bailoni@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search