Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Quand le tourisme actualise les m...

Quand le tourisme actualise les mémoires : des actes géopolitiques, des géopolitiques en actes

Isabelle Lefort et Dominique Chevalier
Traduction(s) :
When tourism refreshes memories: geopolitical acts, geopolitics in action [en]
Quando il turismo rinnova le memorie: atti geopolitici e geopolitica in atti [it]

Résumé

L'article propose une analyse du tourisme de mémoires dans une perspective géopolitique. Un premier temps consacré à l'invention et au déploiement de ce tourisme dans différents contextes, permet d'en rendre compte comme étant doublement géopolitique : par les mémoires qu'il mobilise et par les moments historiques qui le rendent (plus ou moins) recevables. Opérateur de mémoires, ce tourisme est symétriquement actant de relations géopolitiques. L'analyse des dispositifs et de pratiques effectives du tourisme de mémoires permet enfin de discuter la réception des messages portés par les structures dédiées.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Article évalué par les pairs

Texte intégral

Partager un moment inoubliable avec une famille ouïgoure, c'est être invité à rester le temps d'une soirée parmi eux et goûter aux plats traditionnels dans un cadre convivial. Heureux de partager leur nourriture et de rencontrer des peuples d'une autre culture, les Ouïgours accueillent les voyageurs à bras ouverts 1 .

1Parce que le tourisme est aujourd'hui un fait social total, il mobilise, fait advenir et circuler, systémiquement, des flux de personnes et de capitaux mais, tout autant, des imaginaires et des expériences (Boukhris et Chapuis, 2016). Or, cette combinaison économico-culturelle n'est possible que par l'évolution continuée d'une offre elle-même indexée aux conditions géopolitiques. A l'échelle internationale, l'ouverture de pays longtemps fermés - de l'immense Chine au petit Cuba - a ainsi dilaté les destinations mises sur le marché, tandis que l'UNESCO négocie l'acceptation par ses États membres d'une labellisation de géosymboles de l'Humanité, parties prenantes de l'attractivité touristique. Aux échelles des grandes régions du Monde, pour les géants asiatiques comme pour l'ancien bloc soviétique, leur ouverture aux marchés touristiques mondialisés a bousculé les hiérarchies héritées des bassins touristiques. Aux échelles nationales des vieux pays touristiques, les enjeux d'attractivité accentués par un contexte concurrentiel accru (Sacareau, Taunay, Peyvel, 2015) conduisent les acteurs du système touristique à décliner toujours plus finement les offres.

2C'est dans ces contextes multiscalaires que les pratiques touristiques mémorielles des passés conflictuels (Hertzog, 2017 ; Chevalier, 2017) se sont fortement déployées. Combinées au processus majeur de patrimonialisation (Lazzarotti, 2017), elles ont d’ailleurs pris tant de place dans les sphères politiques contemporaines que les différents acteurs (publics et privés) en charge de la stratégie, du pilotage et de la mise en œuvre touristique les mobilisent, au même titre que d'autres ressources territorialisées (Rieutort et Spindler, 2015). Ce passé-ci, devenu ainsi ressource touristique, présente toutefois une caractéristique géopolitique intrinsèque : c'est que les moments historiques dont ils témoignent (guerre, génocide, extermination, dictature, décomposition/recomposition territoriale) véhiculent (et continuent de véhiculer) des valeurs, idéologiques et politiques. Leur mobilisation dans le champ touristique présuppose dès lors une étape préalable de pacification et de négociation (Hourcade, 2015), par la reconnaissance même des faits et de ce qui les a motivés. La valorisation de la ressource mémorielle par le tourisme du même nom est ainsi fondamentalement géopolitique, dans la mesure où les acteurs et les lieux concernés participent de contextes en tension idéologique.

3Ce faisant, ce type d'offre touristique constitue un laboratoire privilégié pour analyser la complexité des relations entre Histoire et Mémoire (Dosse, 1998), toujours idéologiquement et géopolitiquement situées : par la sélection de lieux et l'élaboration de récits, elle rend compte de l'état de leurs tensions, plus ou moins pacifiées. En exposant (ou non) des mémoires, elle en atteste la véridicité (ou en oublient les faits). Le tourisme de mémoire2 est dès lors, doublement géopolitique3. D’une part, en actant que telles ou telles mémoires méritent d’être distinguées, il contribue à les stabiliser, à rendre accessibles et visitables des lieux "où ont eu lieu" et/ou contribue à la création de nouveaux lieux commémoratifs intégrés aux tops des sight seeing4. D’autre part, leur invention, comme géosymbole, s’inscrit dans des moments géopolitiques marqués par des désirs de pacification oscillant entre construction pacifique (européenne), reconnaissance (peuples autochtones, passés esclavagistes), bouleversements idéologiques à l'œuvre (Russie, ex-républiques soviétiques), émergence de nouvelle donne géoéconomique (Vietnam, Cambodge) ou enjeux de puissance (Chine).

4Une même appellation dans le champ opérationnel de l'ingénierie touristique et des dispositifs génériques (mémoriaux, itinéraires, muséographie immersive, pratiques expérientielles) préside ainsi à ce tourisme, déployé pourtant dans des moments et contextes géopolitiques – guerre froide, décolonisation, post-chute des murs, ... - fort différents. C'est précisément ces coexistence et coprésence de situations hétérogènes qu'analyse l'article, en rassemblant un panel d'offres du début des années 2020 présentes sur le marché du tourisme mémoriel. Ces matériaux empiriques provenant de terrains de recherches, de supports promotionnels de sites et de discours politiques permettent des analyses multiscalaires, certes non exhaustives, mais suffisamment caractérisées pour que l'on puisse faire ici l'hypothèse qu'ils soient analytiquement opératoires. La sélection des cas étudiés est donc volontairement plurielle. Elle exemplifie, au- delà de périodes, d'échelles d'intervention et de stratégies de communication différentes, une pluralité d'objectifs économiques, territoriaux et mémoriels donc politiques, dans leur inscription géopolitique, à l'intersection opérationnelle de la politique et de son inscription dans l'espace.

5Après avoir mis en perspective les caractéristiques de son invention (Hobsbawm et Ranger, 2006), nous aborderons la mise en tourisme des mémoires à travers le prisme des opérateurs puis des actants et de leurs effets en termes de relations géopolitiques. Dans les deux cas ils agissent sur l’espace social et politique ; les opérateurs utilisent l’espace, les mémoires et ses ressources en fonction des circonstances qui se présentent tout comme les actants (mémoriaux, artefacts, propos et photographies postées sur les réseaux sociaux). Enfin, l'analyse de dispositifs et de pratiques effectives, aux échelles fines des touristes, en explore les réceptions et leurs enjeux. In fine, l'article met en question l'efficacité/l'efficience de l'ensemble de cette offre qui promeut des pratiques d'apprentissage telles qu'elles constituent un moyen d'œuvrer à des processus géopolitiques de réconciliation et pacification.

I. Invention et extension d'un tourisme de mémoire

6Le tourisme de mémoire, considérée dans ses dimensions thanatopiques (Folio, 2016), n’est pas nouveau ; les ruines des champs de bataille (guerre de Sécession aux États-Unis, campagne franco-prussienne en 1870, Grande Guerre) sont déjà l’occasion de pèlerinages et de visites touristiques. Toutefois, il s’amplifie rapidement dans la foulée mémorielle des années 1970 qui mobilise et rend impérative, collectivement, la reconnaissance des exactions du régime nazi. Le contexte de « mondialisation de la mémoire » (Rousso, 2007), agrège à la fois des régimes d’historicité (Hartog, 2003), des régimes mémoriels (Michel, 2015) et des régimes de spatialités (Chevalier, 2017) qui ne sont pas sans répercussions géopolitiques. Si le terme peut a priori sembler maladroit, il apparaît toutefois que ce tourisme participe bien à une valorisation de ces mémoires, et le terme "valoriser" s'entend ici doublement : à la fois reconnaître et construire la valeur symbolique de lieux où "ont eu lieu" et leur octroyer une valeur économique localisée.

A. Du devoir au tourisme de mémoire

7L'analyse de ce phénomène s'adosse d'abord à la reconnaissance des dimensions spatiales de la mémoire, initialement développée à partir des années 1970 dans la littérature anglophone, période où émergent les premiers travaux mettant en évidence la spécificité idéologique et technique du génocide des juifs (notamment ceux de Hannah Arendt, Raul Hilberg, Saul Friedländer, George Mosse, Ian Kershaw, Peter Novick, Tom Segev).

8Dès lors, la mémoire devient un argument/instrument quasi incontournable, mobilisé par divers groupes sociaux et acteurs politiques. Les ondes de choc de la Shoah (Lindenberg, Garapon et Padis, 2008) en impulsent d’autres, accoudées à la décolonisation, la fin de la guerre du Viêt Nam, aux conflits au Proche Orient, qui ne sont pas sans conséquences sur la mise en tourisme de ces lieux.

  • 5 12 biens sont aujourd'hui classés selon ce critère. Parmi eux, six correspondent à une mémoire expl (...)

9Dans ce contexte, la convention UNESCO (1972) qui promeut la fabrication d'une nouvelle échelle patrimoniale, internationale, entreprend de classer des lieux de mémoires douloureuses au titre du critère VI : " être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle" 5. Les conséquences en sont plurielles, et notamment l'UNESCO établit une catégorisation distinguant la "valeur exceptionnelle" de certains lieux de mémoires (Auschwitz 1979, Gorée 1978, Hiroshima 1996). Cette patrimonialisation est alors à comprendre comme une action volontaire visant à « la mutation d’un bien ordinaire en bien distingué » (Bondaz et al., 2014, p. 11), si bien que les processus patrimoniaux, tout comme les processus mémoriels, s’inscrivent dans un vaste réseau de relations sociales, économiques, culturelles et politiques (Berliner et Bortolotto, 2013 ; Guillaud et al., 2016).

10C'est donc la dimension universelle qui peut ainsi les qualifier doublement. Cette initiative (géopolitique) a ultérieurement servi de matrice à une multitude d'autres lieux de mémoires qui en ont repris le projet éducatif. Les instances internationales – UNESCO (Cousin, 2008), OMT, UE – font le pari de la mission éducative de valeurs universelles à transmettre de génération à génération. En Europe de l'Ouest, l'ouverture de lieux dédiés aux mémoires douloureuses se structure progressivement : ponctuellement d'abord puis de façon plus systématique, mise en réseaux internationalement, en s'appuyant sur cette visée (Hertzog, 2013 ; Lazzarotti et Violier, 2007).

11Dans les aires régionales anciennement colonisées, les revendications postcoloniales aboutissent aussi à la reconnaissance internationale de trois lieux où les mémoires sont douloureuses. Mais valoriser le passé colonial (architecture, urbanisme, équipement) pour le promouvoir touristiquement demeure une pratique marginale dans les offres de ces États, qui préfèrent généralement mettre l'accent sur leurs ressources paysagères, environnementales ou de cultures locales (plages sénégalaises Petite-Côte et Grande-Côte), en occultant des lieux dramatiques du moment colonial ; le canal des Pangalanes à Madagascar, dont la construction coûta la vie à des milliers de Malgaches, peine à voir son histoire reconnue6 et sa valorisation touristique décoller. L'invention et la promotion d'un tourisme de mémoire comme offre localisée s'inscrit ainsi dans un cadre où sont négociés intérêts économiques, politiques de développement et attractivité territoriale.

B. Le tourisme de mémoire : recyclage, propagande et...revendications géopolitiques

  • 7 Téoros en 2004 et Hérodote en 2007 ont consacré un numéro spécial sur cette thématique.

12La Chute du Mur de Berlin et celle du bloc soviétique ont fortement transformé les cartes du tourisme international : leur "ouverture" met en branle de nouvelles populations, émettrices et réceptrices. L'activité touristique participe alors activement à cette reconfiguration géopolitique7. Conjointement, la nécessité de multiplier les offres (en fonction des segments de marchés émergents ou à repositionner) génère une mise en tourisme de ressources tous azimuts : du matériel à l'immatériel, du culturel au naturel. Cette dilatation de l'offre touristique est à la fois impulsée par une mondialisation accrue qui cherche à intensifier et rentabiliser des échanges (Équipe MIT, 2005 ; Coëffé, Pébarthe et Violier, 2007) et par son nécessaire symétrique d'affirmation des singularités, conçues comme des ressources territoriales spécifiques, à forte valeur ajoutée.

13À l'Est de l’ancien Rideau de Fer, il s'agit d'un ajustement progressif mais complexe, parce que traversé de tensions géopolitiques continuées. Durant la période des blocs, les pays organisaient le secteur touristique (lieux, hébergements, activités), en ciblant le bien-être des populations (sport, aériums) et la découverte des réalisations du régime (Kroni, 2016 ; Moroz, 2020). On observe désormais un réinvestissement des héritages ante-soviétiques (bâtis religieux, manifestations culturelles) mais aussi, de façon plus ponctuelle, une valorisation des lieux d'internement du goulag. Le ministère du Tourisme de Yakoutie projette ainsi de promouvoir trois anciens camps du Goulag de l’est de la Sibérie (Dalstroi, Yanstroi et Senduchensky) en attractions touristiques8. L'intérêt pour cet archipel pénitentiaire se manifeste d'ailleurs jusque dans la capitale moscovite où un musée de l’histoire du Goulag a été inauguré en 2001(Chevalier, 2019). A rebours, l'invasion russe en Ukraine a enclenché une « dépatrimonialisation » : redénomination des rues et places, destruction de la statuaire à la gloire du régime communiste. Très rapidement, le conflit russo-ukrainien et la suite des "lois de désoviétisation", ont retiré des listes patrimoniales ce qui « porte l’idéologie du régime communiste » (Moroz, 2020). Ces rebuts mémoriels autrefois vénérés s’amassent dans des parcs, telles des scories désormais fragiles … et deviennent de haut-lieux touristiques pour les « ostalgiques », ou ceux qui le sont moins. C’est le cas du Centre panrusse des expositions à Moscou qui réunit sur 200 ha une collection de statues et de pavillons ornés de fresques à la gloire des travailleurs et de la puissance soviétique ou du Memento Park à Budapest.

14Cette étape, reconnaître (ou pas) comme tels des lieux de mémoires constitue le premier moment, nécessaire, de leur mise en tourisme. Trois modalités y concourent. À l'échelle des États, quand un consensus idéologique et une stratégie prévalent, la promotion des moments historiques des combats et de leurs victimes valorise le régime en place et mobilise explicitement leurs mémoires ; ainsi, le complexe souterrain des tunnels de Cu Chi, près de Ho Chi Minh Ville accueille chaque année environ vingt millions de visiteurs de différentes nationalités (Chevalier et Lefort, 2016).

15A contrario, en l'absence de doxa nationale, c'est à l'échelle d'acteurs individuels que des offres touristiques voient le jour. Dans la lointaine Kolyma, pour permettre aux visiteurs et aux touristes de vivre au plus près une « journée type » d’Ivan Denissovitch9, Vladimir Svertelov, matricule M-1241, endosse chaque semaine l’uniforme de travail portant son matricule pour se rendre au mémorial baptisé « Le masque de l’affliction, inauguré à Magadan en 1996. En 1994, il a fondé ici un musée privé consacré au goulag (...) »10. Ces dispositifs touristiques sont ponctuels, nullement intégrés à une stratégie touristique structurée et promue comme telle, comme l'atteste a contrario l'offre touristique autour du lac Baïkal11. Ciblée sur la "nature", elle ignore le camp d'internement proche, resté en l'état. À l'échelle nationale, la Russie met en place une tout autre politique de développement touristique12.

16Sous la forme d'investissements beaucoup plus conséquents, des opérateurs privés recyclent des infrastructures héritées de la période nazie. Ainsi à Prora sur les rivages de la Baltique. Le régime hitlérien y avait conçu en 1936 un équipement touristique de très grande ampleur (immense bâtiment de 4,5 kilomètres de long sur l’île de Rugen), pour accueillir 20.000 vacanciers, sous l’égide de l'organisation Kraft durch Freude "La force dans la joie". Avec la guerre, ce village de vacances devint hôpital militaire, puis après 1945, caserne pour les soldats de la RDA, avant d’être abandonné avec la réunification ; il fut cependant classé monument historique en 1994 (et visité au titre de sa dimension architecturale : 500.000 visiteurs par an avant la période du Covid). Un consortium a réinvesti cet équipement pour le transformer en appartements de luxe destinés au tourisme littoral de la Baltique. Dès la réalisation de la première phase de l'opération, une partie de la population locale a manifesté le souhait d'y voir héberger un mémorial13, déplorant que le capitalisme ait, dans une version moderne, finalement réalisé le projet initial du national-socialisme.

17Ces trois exemples expriment clairement la relation incontournable entre reconnaissance des mémoires et actualités géopolitiques qui peut, selon les cas s’appuyer sur une promotion idéologique nationale, comme au Vietnam (Peyvel, 2009), s’exprimer en contexte géopolitique fragile (Russie), ou contribuer au recyclage économique de lieux, comme en ex-RDA.

C. Le tourisme de mémoire : en miroir des situations géopolitiques

  • 14 Le cas d’Oradour-sur-Glane est par ailleurs politiquement complexe (Fouché, 2011) car il s’inscrit (...)
  • 15 Et aujourd’hui ce sont des inscriptions négationnistes qui apparaissent, comme celles qui ont été p (...)

18Ce tourisme s’appuie sur la valeur des lieux (Debarbieux, 1993 ; Gentelle, 1995 ; Piveteau, 1995 ; Grataloup, 1996 ; équipe MIT, 2005). Il en actualise les mémoires le temps de la visite, les visibilise, les maintient vivantes ; mais toujours en fonction des représentation présentes du passé qui en agence le récit. Ainsi à Oradour-sur-Glane au début des années 1970, les plaques funéraires stipulaient « assassiné.e par les Boches »14. Au début des années 2000, avec la perspective de l’édification du Centre de la mémoire, la disparition des derniers témoins, et sans doute le contexte de construction de l’UE, des inscriptions plus sobres sont venues les remplacer comme si mémoires et plaques s’étaient ajustées aux nouvelles attentes15.

19Ce tourisme fonctionne dès lors comme un opérateur de mémoires. En exploitant touristiquement des lieux dédiés, les acteurs qui les portent comme les visiteurs qui les pratiquent contribuent de concert à les réaliser, au sens où ils les rendent réels, et en rendent l'expérience - l'épreuve - non seulement possibles mais surtout souhaitables pour leur dimension éducative (Gensburger et Lefranc, 2017). En 2018, dans cette optique de pédagogie actionnelle (Lebrun et Tutiaux-Guillon, 2016), à l’apogée des commémorations du centième anniversaire de la Grande Guerre, des enseignants d’histoire-géographie ont décidé d’emmener leur classe de lycéens et lycéennes dormir dans les tranchées afin qu'ils puissent approcher les conditions de vie des poilus16. Cette expérience aurait très bien pu être proposée à des touristes, tant ces deux figures (scolaires/touristes) se ressemblent : toutes deux suivent des « guides » impliqués dans une volonté et un désir de transmettre des savoirs dans lesquels se mêlent plaisir, innovations pédagogiques et didactiques, et instruction. Dans les comptes des entreprises touristiques, les scolaires sont parties des "touristes" ...

20Si les motifs des exemples cités diffèrent, ces opérations mémorielles dessinent toutefois une commune trajectoire géopolitique en trois paliers. Reconnaître des lieux en tant que haut-lieux car des événements s'y sont passés et que des acteurs estiment nécessaire de les faire connaître (goulags), se reconnaître collectivement comme partie prenante de ces événements (Américains et Vietnamiens du Vietnam et de la diaspora visitent ensemble les tunnels et entendent le même discours récité par les guides), se reconnaître mutuellement dans le partage des mémoires (routes culturelles de l'UE).

21Ces étapes sont indissociables de leurs contextes politiques et géopolitiques ; et, semblablement, les narrations, les agencements voire les tentatives/tentations d’instrumentalisations ou d’effacement des lieux de mémoire.

II. Tourisme : un opérateur politique de mémoires et un actant des relations géopolitiques

22Pour accueillir les visiteurs et mettre à leur disposition les matériaux historiques et artefacts qui témoignent de ce qui a eu lieu, le principe du mémorial et/ou du centre d'interprétation prévaut. L’exemple d’Oradour-sur-Glane où les ruines du village ont été classées tout de suite après-guerre, en 1946, est à ce titre éloquent, comme en témoignent le site web du musée : « Le temps accomplissant son oeuvre de dissolution, les ruines seules ne suffiraient bientôt plus à perpétuer un message de mémoire et de paix. Le moment était venu de fixer cette mémoire spécifique par la création d’un centre dit d’interprétation (inauguré le 16 juillet 1999), ne présentant ni objet ni collection, mais permettant au visiteur d’effectuer un cheminement explicite, historique et pédagogique dans le parcours de l’exposition permanente, complétant l’aspect émotionnel et mémoriel irremplaçable du village martyr conservé. Le centre de la mémoire constitue l’accès aux ruines du village martyr ». Au demeurant, d'autres villages martyrs, comme celui de Dortan dans l’Ain, restent dans l'ombre.

A. Reconnaître les mémoires : un processus toujours en tension

  • 17 Mais cela ne signifie pas que ces mémoires le sont à tout jamais. Qu’un groupe dominé accède à l’es (...)

23L'édification de ces mémoriaux/centres de visites ne manque pas de révéler des tensions idéologiques et politiques, voire des concurrences mémorielles qui peuvent laisser dans l'ombre ou maintenir invisibles d'autres mémoires17. La Maison des Enfants d’Izieu demeure, sur le plan historique, reconnue comme le lieu où, au petit matin du 6 avril 1944, 44 enfants et 7 éducateurs présents furent raflés et déportés sur ordre de Klaus Barbie. La Maison est restée dans l’oubli jusqu’au procès de Barbie, en 1987, qui visibilise alors définitivement la rafle d’Izieu dans le paysage mémoriel français. Inaugurée le 24 avril 1994, elle est aujourd'hui le troisième lieu de la « Mémoire nationale des victimes des persécutions racistes et antisémites et des crimes contre l’humanité » reconnue par décret, avec le Vélodrome d’hiver et le Camp de Gurs. Si les commémorations s’organisent autour de la mémoire des enfants raflés et déportés, personne n’évoque (ou très rarement) les 70 enfants sauvés par la colonie, absents le jour de la rafle.

  • 18 La résistance sur le Plateau a été initiée par trois pasteurs, Charles Guillon, André Trocmé et Edo (...)
  • 19 « L’autre aspect qui provoque la colère des communes voisines, c’est en effet l’attrait touristique (...)

24À rebours, le village du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) reste célèbre uniquement pour le sauvetage des juifs. En 1990, le mémorial de Yad Vashem lui a d’ailleurs décerné, au nom de l’État d’Israël, le titre de « Juste parmi les nations" (Gensburger, 2010). En 2013, un musée, Lieu de mémoire et d’histoire, a ouvert ses portes dans la commune (Cabanel, Joutard, Sémelin et Wieviorka, 2013). Toutefois, cette appropriation politique mémorielle suscite quelques conflits et controverses18 avec les communes voisines. En témoignent les réactions à la pose d’un panneau touristique en août 2017 sur la RN88 par la mairie qui rappelle le sauvetage de plus de 3.000 juifs pendant la guerre (Document 1). D'aucuns estiment que les élus du Chambon tentent de manière indécente de s’approprier les actes héroïques de leurs aînés, et d’en tirer avantage, notamment à des fins touristiques19.

B. Déstabilisations et stabilisations mémorielles toujours politiques

  • 20 Cf. les réactions émises pour critiquer le rapport remis par Benjamin Stora au président de la Répu (...)

25Certains faits historiques demeurent des objets mémoriels vifs20, comme l’atteste le Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie, qui n’a finalement pas ouvert ses portes en 2015 comme prévu. Le gros œuvre était pourtant terminé, les vitrines achetées, 3000 pièces rassemblés, les prêts avec le Musée du quai Branly et le MuCEM ajustés, l’exposition permanente en cours d’élaboration et la première exposition temporaire « L’Algérie et la France au miroir de la Grande Guerre » labellisée par la Mission du centenaire…

  • 21 Le Monde, 29 mai 2014
  • 22 Marc Ferro, Benjamin Stora, Jean-Robert Henry et Sylvie Thénault, notamment, y déplorent le triple (...)

26Initialement, le projet devait être celui d'un Musée de l’œuvre française en Algérie, porté dès 2002 par le maire et président de la communauté d’agglomération, G. Frêche, qui affichait plutôt l'objectif de montrer l’influence 'positive' de la France en Algérie, en mettant en avant la mémoire univoque des rapatriés. Après son décès en 2010, son successeur, J.-P. Moure, choisit de réorienter la perspective muséographique en rebaptisant le musée « Histoire de la France et de l’Algérie » (Henry, 2018). L’entreprise était bien avancée lorsque Ph. Saurel, tout juste élu maire (DVG) de la ville, notifia sa rétractation à la presse locale le 14 mai 2014 et déclara préférer « un centre d’art contemporain capable d’attirer 800 000 visiteurs par an [plutôt qu’un musée de l’Algérie qui aura cinq visiteurs par jour] »21. Dans les jours qui suivirent, le Conseil scientifique du Musée rédigea une pétition sous forme de lettre ouverte à l’édile montpelliérain, signée par plus de mille personnes22.

27Cet exemple montre comment les échelles locales et nationales interfèrent et réaffirme la dimension (géo)politique des musées comme pièces majeures d'un dispositif touristique. Parce que constituer des collections pour ouvrir un musée, c'est toujours renvoyer à des collectifs (Micoud, 1996), un musée mémoriel ne peut que révéler les tensions/conflits politiques et géopolitiques en suspens. La promotion d'un tourisme de mémoire fonctionne dès lors toujours en tension entre mémoires devenues collectivement entendables et celles qui le sont moins ou pas (encore). La mise en tourisme sélectionne des mémoires et les synchronise à son actualité. Elle fonctionne comme un puissant producteur et transmetteur mémoriel.

  • 23 Rapport du comité de Réflexions et de Propositions sur la Traite des Noirs à Bordeaux.

28Si à Nantes, une nouvelle visite « Quartier du négoce au temps de l'esclavage » participe de l'offre de la métropole, à Bordeaux, la reconnaissance de la traite est plus délicate. Sous l'impulsion continuée de l'Association emmenée par Karfa Dialo, une réponse a finalement été donnée par le Musée d'Aquitaine qui y consacre désormais quatre salles, plus une plaque commémorative sur les quais. Mais il n'a été possible d'installer ni un mémorial dans l'espace public bordelais ni un cheminement mémoriel. Le Rapport du comité de Réflexions et de Propositions sur la Traite des Noirs à Bordeaux souligne que « Bordeaux est une ville à vocation manifestement internationale, avec en son sein des minorités africaines et antillaises significatives. Cette vocation la désigne pour faire la jonction de toutes les initiatives mémorielles présentes ou futures sur la façade atlantique, depuis Liverpool (le plus grand port négrier) jusqu’à Lisbonne en passant par Bristol (ville jumelée de Bordeaux) et les ports français. Nantes a entrepris un travail de mémoire il y a plus de dix ans sur son passé de traite par l’intercession d’une association (Les anneaux de la mémoire) et d’un élu (Maître Chotard), maire-adjoint. Le Maire de La Rochelle a émis le souhait d’agir en concertation avec d’autres villes. Il est en contact avec une association nouvellement créée qui se propose d’oeuvrer dans la même perspective : activer la mémoire. Bordeaux pourrait être le point focal d’une mise en commun, donc en réseau, de tout ce qui se fait ou se conçoit en la matière »23. In fine, la municipalité bordelaise préfère piloter un réseau international européen, où les responsabilités sont géographiquement et nationalement partagées, plutôt que de mettre en place, dans son propre espace public une reconnaissance bien repérable du commerce triangulaire. Comme le note Renaud Hourcade (2015), à la différence de l’exemple nantais, aucun élu bordelais n’a fait de la mémoire de l’esclavage sa « cause » politique. Le dossier, traité avec défiance, est resté une pierre d’achoppement pour l’image de la ville.

29La mise en œuvre d'un tourisme de mémoire est nécessairement assujettie à sa recevabilité, par les acteurs concernés, de la reconnaissance des passés et selon des gradients dont les réglages géopolitiques s'opèrent historiquement à grand rayon de courbure. Mais, des résistances locales demeurent. Ainsi de Vichy (Haas, 2002) qui fut, de 1940 à 1944, la capitale de l'État français. En 1992, pour les 50 ans des grandes rafles, Serge Klarsfeld et quelques amis s'y déplacent avec la ferme intention d'apposer deux plaques en haut des escaliers menant à la porte d'entrée de l'immeuble correspondant à l’ancien Hôtel du Parc, qui abrita le cœur de l'administration française durant l'Occupation et les appartements privés de Pétain. Il fallut un an pour qu'un compromis soit trouvé avec la mairie, et que la stèle soit officiellement inaugurée, juste en face de l’immeuble. À Vichy, ce petit mémorial constitue d'ailleurs l'une des très rares évocations du « passé qui ne passe pas », (Conan & Rousso, 1994) : une seule visite thématique a été récemment proposée par l'Office de Tourisme. Si, à première vue, l’architecture du Second empire et de la Belle époque semble avoir facilité l’étouffement du souvenir de ce moment historique et nourrit l'image touristique de la station thermale, Audrey Mallet (2019) montre combien la réalité s’avère plus complexe. Certes, Vichy reste une anomalie dans le paysage mémoriel français de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, contrairement à ce que les élus successifs auraient souhaité, l’invisibilisation de la guerre n’y a pas définitivement enterré le souvenir de l’État français. L’autrice de « Vichy contre Vichy. Une capitale sans mémoire » a créé une application "Vichy 1939-1945"24 permettant d’effectuer une visite guidée du Vichy des années de guerre en complète autonomie.

C. Le tourisme de mémoires : un actant des relations géopolitiques

  • 25 Tourisme culturel et conscience de l’Europe. La prise de conscience collective des hauts lieux cult (...)
  • 26 Document ICCE (97) 11t – Actes du séminaire sur les itinéraires culturels, « Enjeux de la citoyenne (...)
  • 27 Extrait de la résolution CM/Res (2013) 66 confirmant l’établissement de l’Accord partiel élargi sur (...)

30Le territoire européen constitue un laboratoire de choix pour analyser les relations mémorielles entre États. En Europe de l'Ouest, c'est dès les années 1960 qu'émerge le besoin d'une « prise de conscience collective des hauts lieux culturels de l’Europe et de leur incorporation dans la civilisation de loisirs" 25. Il faut toutefois attendre la réunification allemande puis l'intégration à l'UE des États ex-socialistes pour que, dans ce nouveau contexte géopolitique, des dispositifs plus structurels mettent en œuvre un travail de pacification des mémoires par un traitement culturel. Les Itinéraires culturels en constituent un élément important depuis 1987 (Guérin, 2008) : « ce “système” d’itinéraires culturels peut être utile pour “raccommoder” les fissures existant dans la construction européenne. Il est possible de le comparer à un canevas où la trame et les fils sont fournis par les institutions, par les gouvernements, par les grandes décisions politiques et c’est à nous, citoyens, de broder, c’est à nous de réaliser la plus belle œuvre"26. Ces itinéraires sont un moyen, politique, pour l'UE, de réaliser le passage d'une entité Europe à une identité européenne (Berti et al., 2015), en particulier depuis l'élargissement aux pays d'Europe médiane ex-socialiste : ce « projet de coopération culturelle, éducative, patrimoniale et touristique visant à développer et promouvoir un itinéraire ou une série d’itinéraires fondés sur un chemin historique, un concept, une personne ou un phénomène culturel de dimension transnationale présentant une importance pour la compréhension et le respect des valeurs européennes communes »27. Parmi les plus récents, la Route du Rideau de fer (2019) et la route de la Libération de l'Europe (2019) dont les deux pays membres les plus orientaux sont l'Allemagne et la république tchèque.

31Leurs objectifs ? Promouvoir, via le voyage et le tourisme, une pédagogie collective et une appropriation par les citoyens d'Europe d'une histoire élaborée pour être commune, porteuse d'un autre récit que les récits historiques nationaux. Leur mise en œuvre est ce faisant clairement de géopolitique interne, sous la forme d'une "utopie" européenne (Gaillard, 2017), comme nouvelle réalité possible (Ricœur, 1997) : « En ce sens, on peut dire que ces acteurs et les projets qu’ils portent et qu’ils défendent rendent l’Europe sensible car à taille humaine, tout autant qu’ils la rendent communicable au sens de la communication comme mise en commun, comme participation, comme communion » (Gaillard, 2017).

III. Dispositifs et narrations : quand la géopolitique orchestre le tourisme de mémoire

  • 28 Le Massacre de Nankin fait partie du passé douloureux de la Chine, perpétré par l’armée japonaise e (...)
  • 29 Construit en mémoire de toutes les victimes des attentats du 11 septembre 2001, celles des deux tou (...)
  • 30 Le génocide des Tutsis au Rwanda se déroule du 7 avril 1994 jusqu’au 17 juillet 1994

32Les dispositifs touristiques mémoriels sont confrontés à une gageure difficile à résoudre : comment agencer, aménager - parfois ménager - le passé, pour envisager le monde contemporain et à venir ? Les mémoriaux de la Shoah constituent des références incontournables en la matière : le Mémorial de Massacre de Nankin28, le Mémorial du 11 Septembre de New York29, le Mémorial du génocide de Kigali30 et bien d’autres rassemblent, de la même façon, des témoignages, films, photographies, les noms des victimes inscrits sur les murs, des œuvres d’art dans les musées et les jardins qui peuvent les jouxter, ainsi qu'une salle de réflexion pour penser et éventuellement se projeter, avant de quitter les lieux. Une exposition agence des objets avec l’intention (constitutive) de les rendre accessibles à ses publics (Davallon, 1999). Les similitudes des dispositifs mémoriaux observables depuis les années 1990 se caractérisent par la récurrence des mêmes principes scénographiques qui y président et visent des objectifs identiques : que chaque visiteur, par ailleurs porteur de sa propre histoire, puisse après son passage, témoigner.

A. Dispositifs expérientiels et expériences contrastées

  • 31 Sobibor, l’un des trois camps de « l’opération Reinhardt » construit en 1942, avait été créé avec d (...)
  • 32 Ce camp avait connu un soulèvement des prisonniers au mois d’octobre 1943 pendant lequel des dizain (...)

33Ainsi du musée de Sobibor31 inauguré en octobre 2020. Orné de lignes brisées en bois pour symboliser la rampe de chemin de fer qui menait au camp, le centre des visiteurs et le musée ont été construits précisément sur l’emplacement des baraquements où les prisonniers devaient se dévêtir avant de se rendre dans les chambres à gaz. À l’intérieur, un parcours chronologique et thématique relate l’histoire du centre de mise à mort et de la Shoah dans la Pologne occupée par les nazis. L’extérieur s’immisce dans le dispositif par des fenêtres horizontales, permettant d’embrasser l’endroit où les prisonniers ont tué des officiers SS au début de la révolte32. Une maquette aussi fidèle que possible reconstitue l’entièreté du camp. L'exposition rassemble 700 objets - pratiquement tous trouvés lors de fouilles effectuées sur le site depuis 2000 – présentés sur une longue table de 25 mètres pour retracer les étapes de la vie des victimes, de la liberté à la mort. Ces petites choses intimes - bijoux, médicaments, vêtements, étiquettes, accessoires de toilettes – sont tout ce qui reste des déportés.

34Les concepteurs d'exposition y élaborent des stratégies narratives récurrentes : les collections et les archives sont exposées avec un soin muséographique tout particulier porté à la mise en récit (origine des victimes, chronologie des événement), à leur charge émotionnelle, et à la transmission de valeurs d'humanité. Les dispositifs témoignent, par l'exposition des preuves, et escomptent une réception individuelle telle qu'elle assurera le passage de témoin. Les vertus éducatives et pédagogiques attendues y sont primordiales et plurielles : encourager une identification aux victimes, provoquer des émotions peut-être jamais ressenties pour ces mémoires-là, conforter des messages. Pratiquer ces lieux et ces salles pour faire rempart à d'autres barbaries. Au Mémorial du Massacre de Nankin, un dispositif a d’ailleurs spécifiquement été conçu pour « mettre ses pas » dans un cheminement de moulages d’empreintes de pieds de rescapés et rescapées du Massacre. Au cours de cette « promenade du souvenir », les visiteurs s’appliquent ainsi à poser, plus ou moins délicatement leurs pieds dans les différentes traces disposées sur le sol  (Chevalier, 2018).

  • 33 On retrouve cette dynamique dans les travaux portant sur les visites de Ground Zero (cf. sur ce poi (...)
  • 34 Récurrence de cette phrase dans les livres d’or des musées de mémoires douloureuses, systématiqueme (...)

35Cette incorporation, cette imprégnation, c'est ce que nombres de visiteurs disent chercher ici, de façon tangible, matérielle et concrète, ce qui n’était jusque-là qu'approché par la voie (et la voix) des medias, des livres et des manuels d’histoire33 : « il faut venir ici pour en prendre vraiment conscience » est une phrase récurrente des livres d’or34.

36Mais certains ne se conforment pas au prisme normatif implicite et attendu du respect de ces lieux paradigmatiques (Knafou, 2012). Ainsi ces visiteurs du camp de Buchenwald, qui, frustrés de ne pouvoir aller skier librement sont expressément venus faire de la luge le 15 janvier 2021 sur les monticules des charniers35? Déjà, en mars 2019, le musée d’Auschwitz-Birkenau avait publié un message sur Twitter. « Quand vous venez à Auschwitz, souvenez-vous que vous êtes sur un site où un million de personnes ont été tuées. Respectez leur mémoire. Il y a de meilleurs endroits pour apprendre à marcher en équilibre sur des rails que sur le site qui symbolise la déportation de centaines de milliers de personnes vers leur mort » (Document 2). La mise en scène de soi sur les photos souvenirs est une pratique bien connue et fort ancienne des pratiques touristiques, mais elle prend, à cet endroit, une tonalité autre et polémique (Chevalier et Lefort, 2016). A Berlin, le Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe est très prisé par les selfographes. L’artiste allemand Shahak Shapira met en abyme ces pratiques avec son projet Yolocaust (Chevalier, 2021) : il a récupéré un certain nombre de selfies et photographies publiés sur les réseaux sociaux et les a retravaillés pour les insérer aux clichés d’archives des cadavres de déportées. Puis, à son tour, il a (re)mis en ligne ces images, dénonçant ainsi artistiquement cette conflagration des mémoires et des souvenirs.

Document 2 : Tweet du Musée d’Auschwitz-Birkenau. 20 Mars 2019

Document 2 : Tweet du Musée d’Auschwitz-Birkenau. 20 Mars 2019

B. Transformer le tourisme de mémoires expérientiel en tourisme transformationnel et rêver d’une géopolitique apaisée ?

  • 36 Cf notamment les travaux de Bernard-Donals M. (2005) ; Feldman J. (2010) ; Jonchery A. et Biraud S. (...)

37Que viennent chercher les touristes en ces lieux ? Une expérience ? Un témoignage ? Une « leçon de vie » ? Une volonté de pouvoir construire du commun ? Assouvir une curiosité ? Sans doute un mélange complexe et très intime de ces diverses motivations36, d'autant que ces visites s'inscrivent dans des bassins d'offres où la pluralité est la règle : en Pologne des billets conjoints permettent de visiter Cracovie, Auschwitz, et la mine de sel « Wieliczka » ; au Rwanda, les visites associent Parc des Volcans, Parc de l’Akagera et Mémorial du génocide à Kigali ; à Gorée, on visite la Maison des Esclaves mais aussi ses alentours (bâtiments coloniaux) et on achète des produits artisanaux ; à Besançon, la Citadelle se visite avec un billet combiné pour le zoo et le Musée de la Résistance. Le tourisme de mémoire n'est qu'un fragment des parcours touristiques.

38Pour certains lieux, la motivation est exprimée. C'est le cas des touristes afro-américains issus de la diaspora africaine qui viennent visiter l’île de Gorée et de la Maison des Esclaves (musée le plus fréquenté du Sénégal). Leurs déplacements revêtent une dimension pèlerine, voire de « voyage initiatique » (Fourcade, 2010). Le retour à une « terre d’origine » suscite de fortes émotions (Document 3) qui résultent d’une quête d’identité (Bachimon, Decroly et Knafou, 2016). En ces lieux, et à travers eux se rejouent les constructions identitaires racialisées issues du passé (Fouéré, 2020). À propos de Gorée, A. Gaye a bien montré (2020) comment, au-delà de l’esclavage et de la conquête coloniale, la Maison des Esclaves fait lieu au sein d'un réseau géopolitique où l’Europe, l’Amérique et l’Afrique peuvent concourir à la dénonciation de l’esclavage et la traite négrière comme crimes contre l’Humanité.

Document 3 : Inscription sur le livre d’or de la Maison des Esclaves. Gorée. Février 2017

Document 3 : Inscription sur le livre d’or de la Maison des Esclaves. Gorée. Février 2017

Cliché D. Chevalier

Document 4 : La Maison des Esclaves avec son célèbre escalier à double-révolution.

Document 4 : La Maison des Esclaves avec son célèbre escalier à double-révolution.

En dessus, la porte du Voyage sans retour. « La » photo souvenir la plus récurrente prise par les touristes. Février 2017

Cliché D. Chevalier

  • 37 Concernant cette Porte du Voyage, haut-lieu symbolique et de controverses historiographiques, cf. A (...)

39Ouvrant sur la mer, un passage a été creusé dans les murs de l’esclaverie : la Porte du Voyage sans retour, par laquelle les esclaves partaient vers les Amériques (Document 4). C’est précisément à cette Porte, lieu de condensation (Debarbieux, 1995) de la mémoire de l’esclavage37 que, le 22 février 1992, le Pape Jean Paul II a demandé pardon à l’Afrique (« Nous implorons le pardon du ciel ») parce que beaucoup de prêtres bénissaient les navires négriers avant leur départ. La liste est longue des personnalités politiques qui s'y sont rendu, octroyant au site sa valeur symbolique, parce qu'au plus près du mot, il rassemble.

  • 38 Il s’agit de la manière dont le passé est rejoué. Le reenactment procède d'un dialogue passé/présen (...)

40La récurrence des scénographies et des muséographies est à l'image des mantras pacifistes (« plus jamais ça »), du moins dans les lieux où une convergence mémorielle s'est stabilisée (Gensburger et Lefranc, 2017). Elles se fondent sur le principe du reenactment 38: que cette visite mémorable initie, instille, conforte la valeur des messages et assure une transmission efficiente. C'est donc à l’échelle individuelle de sa réception que concourt l’esthétisation des dispositifs. Esthétisation, aux deux sens du terme : esthétique comme modalité perceptive et immédiate d'être au lieu (loin des discours historiques scolaires ou médiatiques) ; esthétique comme traduction artistique de l'esprit de ces lieux (architecture, statuaire, agencement paysager). Mais, de l'esthétisation à la cosmétisation des émotions (présentations soignées, matériaux bien ordonnés, et donc ...mise en ordre des récits), la ligne de crête est étroite qui séparerait d'une formule de « parc à thèmes » émotionnel. Les dispositifs de monstration, quasiment interchangeables, quels que soient les faits évoqués, donnent des « os à ronger » à un public possiblement friand de sensations fortes, au risque d’une standardisation des émotions.

C. Des visites qui croisent des projets politiques

  • 39 Cf. les incidents lors du colloque international des 21 et 22 février 2019 à l’EHESS : « La nouvell (...)
  • 40 Entre 2000 et 2011, les ouvrages de l’historien américain d’origine polonaise, Jan Tomasz Gross - L (...)
  • 41 Le site enregistre des fréquentations toujours croissantes : en 2019, 2,32 millions de visiteurs so (...)

41En Pologne et en Hongrie, le travail de réconciliation qui garantissait la recherche historique depuis l’ouverture démocratique post-1989 se trouve désormais menacé (Potel, 2016 ; Behr, 2018) par le gouvernement polonais dirigé par le parti nationaliste ultraconservateur Droit et Justice de J. Kaczynski qui se charge dorénavant de réécrire l’Histoire (Behr, 2015). Cette nouvelle « politique historique » vise à minorer, voire à nier, la participation des populations polonaises dans la traque et la mise à mort des Juifs de Pologne39. Ce discours farouchement nationaliste rompt avec l’évolution qui, depuis une quinzaine d’années, avait conduit les Polonais à regarder en face la longue et complexe histoire des Juifs de Pologne (Gross, 2002 ; 2010) 40, telle qu’elle reste, pourtant, racontée dans le musée POLIN de Varsovie inauguré en 2013 (Document 5). La thèse principale du musée ne laisse subsister aucun doute : la Pologne ne serait pas la même sans les Juifs, et les Juifs ne seraient pas les mêmes sans la Pologne. La visite du musée s’impose désormais dans les « tours mémoriels » et B. Kirsenblatt-Gimblett, conservatrice en cheffe de l’exposition permanente, évoque, dans un entretien qu’elle a accordé à Paul Gradvohl en 2018 le cas de touristes israéliens commençant à associer la visite à Auschwitz-Birkenau41 avec un passage au musée POLIN.

Document 5 : Varsovie. Musée POLIN (architectes Rainer Mahlamäki, Ilmari Lahdelma, 2013)

Document 5 : Varsovie. Musée POLIN (architectes Rainer Mahlamäki, Ilmari Lahdelma, 2013)

Monument aux Héros du Ghetto (Nathan Rapoport, 1948) en premier plan. 3 décembre 2018

Cliché D. Chevalier

42Dans une logique nationaliste comparable, un nouveau mémorial sculpté par Peter Raab Parkanyi a été érigé en 2014, à Budapest. Il figure un aigle de bronze qui déploie une aile menaçante sur l’archange Gabriel, symbole de la Hongrie innocente. Cette statue allégorique érigée place de la Liberté, l’une des principales places de Budapest, présente le pays comme une victime du troisième Reich. Ses détracteurs le qualifient de « révisionniste » parce qu'il passe sous silence la responsabilité du régime de Horthy dans la déportation des Juifs de Hongrie. Si l’enjeu de cette édification n’est bien évidemment pas touristique, le contre-mémorial érigé par un collectif d’habitants et d’historiens en réaction à ce monument controversé est devenu quasi incontournable pour les touristes qui visitent la capitale hongroise. Des bougies, des photographies, des objets personnels ayant appartenu aux déportés sont exposés, à la fois en signe de protestation et de commémoration. Cet espace symbolique sert également de lieu d’expression citoyenne : des débats et des rassemblements y sont régulièrement organisés, et les touristes viennent observer, par choix ou par hasard, les objets et affiches exposées.

43D’autres œuvres mémorielles érigées dans la ville au tournant des années 2000 rappellent les rafles qui ont conduit hommes, femmes et enfants, en plein cœur de l’hiver, au bord du Danube. C’est notamment le cas des Chaussures au bord du Danube, œuvre de Gyula Pauer et Can Togay (2005), qui évoque les fusillades commises sur ces rives (Document 6). La « Promenade des chaussures sur le Danube » constitue une halte recommandée dans les guides touristiques. Ces souliers de toutes tailles rappellent qu’ici, dépouillés de leurs vêtements et de leurs chaussures, par une température frisant les moins 20°, des hommes, des femmes et des enfants, ont été placés en rang, face au fleuve, avant d’être fusillés. Mais ces Chaussures au bord du Danube ne permettent toutefois pas aux touristes d’identifier précisément les victimes commémorées : les plaques en fonte disposées en trois endroits ne mentionnent pas qu’elles étaient juives, bien que ce soit précisément pour cette raison qu’elles ont été assassinées : « À la mémoire des victimes tuées dans le Danube par des miliciens du Parti des Croix fléchées en 1944-1945. Érigé le 16 avril 2005 ».

Document 6 : Budapest. Les Chaussures au bord du Danube. Œuvre de Can Togay et Gyula (2005).

Document 6 : Budapest. Les Chaussures au bord du Danube. Œuvre de Can Togay et Gyula (2005).

Bronze de chaussures d’hommes, de femmes et d’enfants disposées sur une cinquantaine de mètres. Février 2017

Cliché D. Chevalier

Conclusion

44C'est donc bien en actes et en contextes que le tourisme actualise les mémoires : ceux des acteurs locaux, des gouvernements et des instances internationales & des touristes eux-mêmes. Sur la scène touristique mondialisée s'élaborent et se jouent des récits collectifs dont la stabilisation n'est jamais assurée. Dès lors, ce tourisme est loin de se présenter comme un théâtre universel des mémoires : sa cartographie (lieux/territoires) et sa topologie (lieux/réseaux) sont indexés à des contextes géopolitiques et idéologiques, mouvants et conflictuels parce qu'historiques. Conjointement, tabler sur une transmission individuelle de valeurs d'humanité par l'immédiateté esthétique, sensible, d'une relation personnelle à des événements politiques collectifs n'assure en rien une réception adéquate du message. Le présent en atteste, quand le tourisme domestique et international se presse en Chine malgré les campagnes internationales de dénonciation de la persécution des Ouighours ou qu'une ONG dénonçait encore en 2012 des safaris humains au sud de la Birmanie42. On peut douter que les pratiques touristiques, par le pragmatique reenactment mis en œuvre, puissent constituer le seul bon rempart au négatif de la mémoire, l'oubli.

Haut de page

Bibliographie

Andreeva-Jourdain, E. (2016), « Le pari de la durabilité à Sotchi sur le littoral russe de la mer Noire », Mondes du Tourisme [En ligne], Hors-série | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 08 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1176 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tourisme.1176

Antichan, S. (2020), « Les mémoriaux post-attentats et leurs publics », Les mémoriaux du 13 novembre, Gensburger S. et Truc G. (dir.), Éditions EHESS, Paris, pp. 63-83.

Bachimon, Ph., Decroly, J.-M. et Knafou, R. (2016), « Expériences touristiques et trajectoires de vie. Rapports à la nostalgie », Via Tourism Review, n° 10, pp. 1-20.

Behr, V. (2015), « Genèse et usages d’une politique publique de l’histoire », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 46, n° 3, pp. 21-48.

Behr, V. (2018), « Histoire du temps présent et politique en Pologne », Les Cahiers Sirice, Vol. 21, n° 2, pp. 121-137.

Berliner, D. et Bortolotto, C. (2013), « Introduction. Le monde selon l’Unesco », Gradhiva, n° 18, pp. 4-21.

Bernard-Donals, M. (2005), « Conflations of Memory: Or, What They Saw at the Holocaust Museum after 9/11”, CR. The New Centennial Review, vol. 5, n° 2, pp. 73-106.

Berti, E. et al. (2015), « Chapitre II. Itinéraires culturels – De l’idée au projet », Conseil de l’Europe éd., Gestion des itinéraires culturels : de la théorie à la pratique. Vademecum des Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe. Conseil de l'Europe, pp. 35-111.

Bondaz, J., Graezer Bidea, F., Isnart, C. and Leblon, A. (Dir.) (2014), Relocaliser les discours sur le “patrimoine” », Les vocabulaires locaux du « patrimoine » : traductions, négociations et transformations, Lit, Berlin, pp. 9-30.

Boukhris L. et Chapuis A., 2016, « Circulations, espace et pouvoir – Penser le tourisme pour penser le politique », L’espace Politique, vol. 28, n° 1.

Cabanel, P., Joutard, Ph., Sémelin, J. et Wieviorka A. (2013), La Montagne Refuge, Accueil et sauvetage de Juifs autour du Chambon-sur-Lignon, éditions Albin Michel.

Chevalier, D. (2021), « Commémorer la Shoah : les politiques, les touristes et les marchands », L’Espace Politique [Online], vol. 41, n. 2, Online since 23 February 2021, connection on 23 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/8548 

Chevalier, D. (2019), « Spatialisation des musées consacrés à la Shoah », in Survie des Juifs en Europe. Persécutés, sauveteurs, Justes. Ouvrage coordonné par Corinne Bonafoux, Olivier Vallade et le réseau Memorha, pp. 184-192.

Chevalier, D. (2018), « Que deviennent les mémoires douloureuses aux musées : un universel métissé ? », Mondes du Tourisme [En ligne], vol. 14 mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1769 ;

Chevalier, D. (2017), Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah. Préface de Denis Peschanski, Édition L’Harmattan, collection Géographie et cultures, dirigée par Catherine Fournet-Guérin.

Chevalier, D. et Lefort, I. (2016), « Le touriste, l’émotion et la mémoire douloureuse », in « Géographies, géographes et émotions », Carnets de géographes n°9, coordonnés par Pauline Guinard et Bénédicte Tratnjek. http://cdg.revues.org/644

Coëffé, V., Pébarthe H. et Violier P. (2007), « Mondialisations et mondes touristiques », L'Information géographique, vol. 71 n° 2, pp. 83-96.

Conan, E. et Rousso, H. (1994), Vichy, un passé qui ne passe pas, Fayard.

Cousin, S. (2008), « L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un “bon tourisme” », Civilisations, vol. 57, nos 1-2, pp. 41-56.

Davallon, J. (1999), L’exposition à l’œuvre, stratégie de communication et médiation symbolique, l'Harmattan, Paris.

Debarbieux, B. (1993), « Du haut lieu en général et du mont Blanc en particulier », L’Espace Géographique, vol. 22, n° 1, 5-13, https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1993_num_22_1_3123

Debarbieux, B. (1995), « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », Espace géographique, tome 24, n°2, pp. 97-112.

Dosse, F. (1998), « Entre histoire et mémoire : une histoire sociale de la mémoire », numéro thématique « Mémoire et histoire », Raison présente, n°128, pp. 5-24.

Équipe MIT, (2005), Tourismes 2. Moments de lieux, Belin, coll. Mappemonde, Paris.

Ernst, S. (2009), « L’identité mémorielle. Généalogie d’un tropisme contemporain ». Collège international de Philosophe. « Rue Descartes », vol. 4, n° 66, pp. 100-112.

Feldman, J. (2010), Above the Death Pits, Beneath the Flag. Youth Voyages to Poland and the Performance of Israeli National Identity, Berghahn Books, New York.

Folio, F. (2016), « Dark tourism ou tourisme mémoriel symbolique ? », Téoros [Online], 35, 1 | 2016, Online since 05 September 2016, connection on 22 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/2862

Fouché, J. (2011), « L'aura des ruines d'Oradour ». Les cahiers Irice, vol. 1, n° 7, pp. 63-72.

Fouéré, M. (2020), « Muséifier la traite et l’esclavage à Zanzibar. Vérité, contre-vérité et incertitude au marché aux esclaves », Ethnologie française, vol. 50 n° 1, pp. 109-124.

Fourcade, M.-B. (2010), « Tourisme des racines. Expériences du retour », Téoros, vol. 29, n° 1, pp. 3-7.

Gaillard, M. (2017), « Les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe : entre européanité revendiquée et utopie européenne », Hermès, La Revue, vol. 77, n° 1, pp. 71-77.

Gaye, A. (2020), Tourisme et patrimoine culturel : valorisations, enjeux et stratégies de développement local à l’île de Gorée et en pays Bassari (Sénégal) », Mondes du Tourisme [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/2907

Gensburger, S. et Lefranc, S. (2017), À quoi servent les politiques de mémoire ? Presses de Sciences Po, Paris.

Gensburger, S. (2010), Chapitre 2 / Entrepreneurs de mémoire et configuration française. Dans S. Gensburger, Les Justes de France : Politiques publiques de la mémoire, Presses de Sciences Po, Paris, pp. 51-71.

Gentelle, P. (1995), « Haut lieu », L’Espace géographique, vol. 24, n° 2, pp. 135-138,

https://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1995_num_24_2_3366

Guillaud, D., Juhé-Beaulaton, D., Cormier-Salem, M-Ch., et Girault, Y. (dir.), (2016), Ambivalences patrimoniales au Sud: mises en scène et jeux d’acteurs, IRD, Karthala, Paris.

Gradvohl, P. (2018), « POLIN, le musée de l’Histoire des juifs polonais au défi d’une géographie insaisissable : Entretien avec Barbara Kirshenblatt-Gimblett », Monde(s), vol. 2, n° 14, pp. 165-177.

Grataloup, C. (1996), Lieux d'Histoire. Essai de géohistoire systématique, Reclus / La Documentation française, Paris.

Gross, J.T. (2002), Les Voisins, Fayard, Paris.

Gross, J.T. (2010), La peur. L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz, Calmann-Lévy.

Guérin, M.-A. (2008), « Le patrimoine culturel, instrument de la stratégie de légitimation de l'Union européenne. L'exemple des programmes Interreg », Politique européenne, vol. 25, n° 2, pp. 231-251.

Haas, V. (2002), Approche psychosociale d'une reconstruction historique. Le cas vichyssois. Les cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, Éd. de l'Université de Liège, vol. 53, pp. 32-45. halshs-01559497

Hartog, F. (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, La librairie du XXIe siècle, Seuil.

Henry, J-R. (2018), « L’histoire aux prises avec les mémoires. L’exemple du musée avorté de Montpellier sur l’histoire de la France et de l’Algérie », L’Année du Maghreb, vol. 19, pp. 133-164. 

Hertzog, A. (2013), « Quand le tourisme de mémoire bouleverse le travail de mémoire », Espaces tourisme & loisirs, Espaces, n° 313.

Hertzog, A. (2017), ‘Tourisme de mémoire, tourisme mémoriel, tourisme des racines’ in Fagnoni, E., Les espace du tourisme et des loisirs, Armand Colin, Paris.

Hobsbawm, E., et Ranger., T. (2006), L'Invention de la tradition, Éditions Amsterdam, Paris, (éd. originale : The Invention of Tradition, 1983).

Hourcade, R. (2015), L’espace des politiques mémorielles locales. Variables territoriales et part du national dans quatre anciens ports négriers de France et du Royaume-Uni. Revue internationale de politique comparée, vol. 22, n°1, pp. 59-82.

Jonchery, A. et Biraud, S. (2016), Visiter en famille. Socialisation et médiation des patrimoines, La Documentation française, Paris.

Knafou, R. (2012), « Auschwitz, lieu touristique ? », Via Tourism Review, vol. 1, Online since 16 March 2012, connection on 23 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1593 

Kroni, P. (2016), Les fictions du tourisme albanais — Des images et des lieux toujours en chantier, Thèse de Doctorat, non publiée, Université Lumière Lyon2.

Lazzarotti, O. (2017), « Le patrimoine, une mémoire pas comme les autres », L'Information géographique, vol. 81, n°2, pp. 12-31.

Lazzarotti, O. and Violier, Ph. (dir.) (2007), Tourisme et Patrimoine : un moment du Monde, Presses universitaires d’Angers, Angers.

Lebrun, J. et Tutiaux-Guillon, N. (2016), « Des disciplines scolaires en mutation : Regards croisés France, Québec… et ailleurs », Spirale - Revue de recherches en éducation, vol. 58, pp. 3-7.

Legucka, A. (2013), « New Geopolitics - What is actually "New"? », The copernicus journal of political studies, vol. 1, n° 1.

Lindenberg, D., Garapon, A. et Padis, M-O. (2008), « Les ondes de choc de la Shoah », Esprit, vol. 3, n° 3-4, pp. 80-87.

Mallet, A. (2019), Vichy contre Vichy : une capitale sans mémoire, Belin, Paris.

Michel, J. (2015), Devenir descendant d’esclave. Enquête sur les régimes mémoriels, Presses Universitaires de Rennes.

Micoud, A. (1996), Musée et patrimoine : deux types de rapport aux choses et au temps ?. Hermès, La Revue, vol. 2, n° 20, pp. 115-123.

Moroz, N. (2020), Patrimoines, patrimonialisation, dépatrimonialisation : quelles images et quelles pratiques touristiques pour l'Ukraine ? Thèse de Doctorat, non publiée, Université Lumière Lyon2.

Peyvel, E. (2009), L'émergence du tourisme domestique au Viet-Nam : lieux, pratiques et imaginaires, Thèse de Doctorat, Université de Nice.

Piveteau, J.-L. (1995), Temps du territoire. Continuités et ruptures dans la relation de l'homme à l'espace, Éditions Zoé, Genève.

Potel, J.-Y. (2016), « Un nouveau récit national pour la Pologne », Mémoires en jeu, n°1, Editions Kimé.

Ricoeur, P. (1997), L’Idéologie et l’Utopie, Le Seuil.

Rieutort L. et Spindler J. (2015), Le tourisme de mémoire. Un atout pour les collectivités territoriales, L’Harmattan, Paris.

Rousso, H. (2007), « Vers une mondialisation de la mémoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 94, no2, pp. 3‑10.

Sacareau I., Taunay B. et Peyvel E. (dir.) (2015), La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d’une pratique, PUR, Rennes.

Sather-Wagstaff, J. (2011), Heritage That Hurts : Tourists in the Memoryscapes of September 11, Routledge, Londres-New-York.

Stora, B. (2021), Rapport intitulé « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie », https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/278186.pdf

Truc, J. (2015), « Venir à Ground Zero, se souvenir du 11-Septembre. », EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, 2015 | Mis en ligne le 28 avril 2015, consulté le 28.04.2015. URL : https://www.espacestemps.net/articles/venir-a-ground-zero-se-souvenir-du-11-septembre/

Haut de page

Notes

1 http://www.chineescapade.com/guide-touristique/Turpan/diner-chez-ouigours.html : le terme de génocide culturel est régulièrement employé pour évoquer la répression subie par la population ouigour.

2 Nous évoquerons le terme mémoire tantôt au singulier, tantôt au pluriel, en fonction du sens employé. Au singulier, la mémoire évoquera une catégorie d’analyse communément partagée en sciences sociales ; au pluriel, les mémoires examineront des expressions mémorielles spécifiques.

3 Il ne s’agit pas ici de (re)faire une épistémologie du terme. Nous renvoyons notamment les lecteurs et les lectrices au numéro thématique de l’Espace politique consacré à un état des lieux de la géographie politique et de la géopolitique.

https://journals.openedition.org/espacepolitique/4327#tocto1n2 ou à l’article de Agnieszka Legucka (2013).

4 https://www.partir-a-new-york.com/visites-incontournables/visiter-le-9-11-memorial-du-11-septembre-a-ground-zero

Lobservatoire-de-la-One-World-Trade/d687-5250P22

https://www.getyourguide.fr/cracovie-l40/visite-guidee-d-une-journee-a-auschwitz-birkenau-t54910/

https://lespepitesdumonde.com/2018/12/27/visite-de-choeung-ek-killing-fields-de-phnom-penh/

5 12 biens sont aujourd'hui classés selon ce critère. Parmi eux, six correspondent à une mémoire explicitement douloureuse : le quartier du vieux pont de la vieille ville de Mostar en Bosnie-Herzégovine ; le site archéologique du quai de Valongo au Brésil ; les forts et châteaux de Volta, d’Accra et ses environs et des régions centrales et ouest ; le Mémorial de la Paix d'Hiroshima (Dôme de Genbaku) ; Auschwitz-Birkenau en Pologne ; l’Ile de Gorée au Sénégal.

6 https://www.madagascar-tribune.com/Debut-de-la-rehabilitation-du-canal-des-Pangalanes-25017-25017-25017-25017-25017.html

7 Téoros en 2004 et Hérodote en 2007 ont consacré un numéro spécial sur cette thématique.

8 https://www.theguardian.com/world/2014/mar/26/russia-sakha-republic-yakutia-proposes-tourist-camps-former-gulags

9 Titre du roman d’Alexandre Soljenitsyne, publié en 1962, dans lequel l’auteur décrit les conditions de vie dans un camp du Goulag au début des années 195O.

10 Lia Motskobili, « Tourisme. La Kolyma, sa nature enchanteresse, ses vestiges du goulag », Courrier international, 09/09/2004. Sur le tourisme en Russie, cf Ekaterina Andreeva-Jourdain (2016).

11 Marie Jego, « Olkhon, du goulag au tourisme », Le Monde, 23/07/2013, https://www.lemonde.fr/europe/article/2013/07/23/olkhon-du-goulag-au-tourisme_3451592_3214.html

12 cf https://www.geo.fr/voyage/la-russie-decidee-a-redorer-son-blason-avec-le-tourisme-196766

13 https://www.swissinfo.ch/fre/prora--le-colosse-qui-ne-veut-pas-se-laisser-oublier/6784850

14 Le cas d’Oradour-sur-Glane est par ailleurs politiquement complexe (Fouché, 2011) car il s’inscrit dans une mémoire nationale longtemps fragmentée (rôle des Alsaciens Malgré-Nous).

15 Et aujourd’hui ce sont des inscriptions négationnistes qui apparaissent, comme celles qui ont été peintes en août 2020 sur le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane.

16 https://www.liberation.fr/france/2018/04/30/pas-si-simple-de-trouver-une-tranchee-ou-dormir_1646659/

17 Mais cela ne signifie pas que ces mémoires le sont à tout jamais. Qu’un groupe dominé accède à l’espace public et ces mémoires peuvent sortir de l’ombre. Il suffit que quelqu'un collecte des archives, des témoignages pour que de nouveaux schémas narratifs émergent et se fassent connaître.

18 La résistance sur le Plateau a été initiée par trois pasteurs, Charles Guillon, André Trocmé et Edouard Theis, attachés à leur tradition protestante. L’édile qui a porté le projet du Lieu de mémoire au Chambon est Mme E. Wauquiez (catholique). Les diverses controverses avec les communes voisines s’inscrivent ainsi dans des clivages religieux, politiques, géographiques et mémoriels.

19 « L’autre aspect qui provoque la colère des communes voisines, c’est en effet l’attrait touristique que représente ce panneau. Certains habitants du Chambon reprochent d’ailleurs à leur mairie de vouloir faire commerce de ce passé et de cette mémoire […]. Entre 10 et 15.000 touristes viennent chaque année au Chambon-sur-Lignon, notamment pour visiter le lieu de mémoire in https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-chambon-sur-lignon-terre-de-justes-un-panneau-cree-la-polemique-sur-la-n88-1503945307

20 Cf. les réactions émises pour critiquer le rapport remis par Benjamin Stora au président de la République, en janvier 2021. Pour les mémoires de cette guerre, Raphaëlle Branche évoque l’irruption de « prurits mémoriels » https://laviedesidees.fr/Histoire-et-memoire-de-la-guerre-d.html

21 Le Monde, 29 mai 2014

22 Marc Ferro, Benjamin Stora, Jean-Robert Henry et Sylvie Thénault, notamment, y déplorent le triple gâchis intellectuel, financier et politique de ce qui n’aurait pu que renforcer le positionnement montpelliérain et participer, à l’échelle nationale, à un processus de réconciliation franco-algérien. Dans le Sud de la France, c’est plutôt la nostalgérie qui domine.

23 Rapport du comité de Réflexions et de Propositions sur la Traite des Noirs à Bordeaux.

24 https://play.google.com/store/apps/details?id=com.acoustiguidemobile.am_vichy&fbclid=IwAR1oEKMXtFVLhAIVSAl1DAPf1oyJlrbSA8RehS75vylzaIdbRDWUO7x5qHA

25 Tourisme culturel et conscience de l’Europe. La prise de conscience collective des hauts lieux culturels de l’Europe et leur incorporation dans la civilisation des loisirs, rapport présenté par D. Pouris et C.A. Beerli, Groupe de travail « L’Europe continue », Strasbourg, 13 et 14 oct. 1964, Conseil de la coopération culturelle, no 9.

26 Document ICCE (97) 11t – Actes du séminaire sur les itinéraires culturels, « Enjeux de la citoyenneté et du développement durable », 1996. Introduction de José Maria Ballester, chef de la division du Patrimoine culturel au Conseil de l’Europe.

27 Extrait de la résolution CM/Res (2013) 66 confirmant l’établissement de l’Accord partiel élargi sur les itinéraires culturels (APE) et adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe le 18 décembre 2013.

Tous les pays membres de ces Itinéraires ne sont pas obligatoirement membres de l'UE, comme le montrent l'itinéraire de l'héritage andalous (Maroc, Égypte, Liban, Jordanie et Tunisie) ou celui du patrimoine juif (Turquie et Azerbaïdjan mais sans Israël).

28 Le Massacre de Nankin fait partie du passé douloureux de la Chine, perpétré par l’armée japonaise en 1937.

29 Construit en mémoire de toutes les victimes des attentats du 11 septembre 2001, celles des deux tours jumelles du World Trade Center mais aussi celles du Pentagone et de Shanksville

30 Le génocide des Tutsis au Rwanda se déroule du 7 avril 1994 jusqu’au 17 juillet 1994

31 Sobibor, l’un des trois camps de « l’opération Reinhardt » construit en 1942, avait été créé avec des chambres à gaz où 180 000 Juifs ont péri.

32 Ce camp avait connu un soulèvement des prisonniers au mois d’octobre 1943 pendant lequel des dizaines de Juifs étaient parvenus à s’enfuir, survivant finalement à la guerre.

33 On retrouve cette dynamique dans les travaux portant sur les visites de Ground Zero (cf. sur ce point Joy Sather-Wagstaff (2011), Gérome Truc (2015), Antichan (2020).

34 Récurrence de cette phrase dans les livres d’or des musées de mémoires douloureuses, systématiquement parcourus lors de chaque visite par les auteures.

35 https://www.bbc.com/news/world-europe-55676147

36 Cf notamment les travaux de Bernard-Donals M. (2005) ; Feldman J. (2010) ; Jonchery A. et Biraud S. (2016) …

37 Concernant cette Porte du Voyage, haut-lieu symbolique et de controverses historiographiques, cf. Aliou Gaye (2020).

38 Il s’agit de la manière dont le passé est rejoué. Le reenactment procède d'un dialogue passé/présent, souvent même d'historicités plurielles, cf. Anne Bénichou : https://entre-temps.net/le-reenactment-en-questions-entretien-avec-anne-benichou/

39 Cf. les incidents lors du colloque international des 21 et 22 février 2019 à l’EHESS : « La nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah ». https://ahcesr.hypotheses.org/1592

40 Entre 2000 et 2011, les ouvrages de l’historien américain d’origine polonaise, Jan Tomasz Gross - Les Voisins (2002), La Peur (2008) et Zlote zniwa (2011) – ont suscité en Pologne des débats et des controverses d’ampleur nationale qui ont conduit à un réexamen global des relations judéo-polonaises sous l’Occupation.

41 Le site enregistre des fréquentations toujours croissantes : en 2019, 2,32 millions de visiteurs soit près de 170.000 visiteurs supplémentaires par rapport à 2018, elle-même année record.

42 https://www.consoglobe.com/tourisme-une-ong-denonce-les-ignobles-safaris-humains-cg

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Panneau touristique sur la RN88
Crédits https://www.francebleu.fr/​infos/​societe/​le-chambon-sur-lignon-terre-de-justes-un-panneau-cree-la-polemique-sur-la-n88-1503945307 28 août 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-1.png
Fichier image/png, 238k
Titre Document 2 : Tweet du Musée d’Auschwitz-Birkenau. 20 Mars 2019
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-2.png
Fichier image/png, 264k
Titre Document 3 : Inscription sur le livre d’or de la Maison des Esclaves. Gorée. Février 2017
Crédits Cliché D. Chevalier
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Document 4 : La Maison des Esclaves avec son célèbre escalier à double-révolution.
Légende En dessus, la porte du Voyage sans retour. « La » photo souvenir la plus récurrente prise par les touristes. Février 2017
Crédits Cliché D. Chevalier
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Document 5 : Varsovie. Musée POLIN (architectes Rainer Mahlamäki, Ilmari Lahdelma, 2013)
Légende Monument aux Héros du Ghetto (Nathan Rapoport, 1948) en premier plan. 3 décembre 2018
Crédits Cliché D. Chevalier
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-5.png
Fichier image/png, 979k
Titre Document 6 : Budapest. Les Chaussures au bord du Danube. Œuvre de Can Togay et Gyula (2005).
Légende Bronze de chaussures d’hommes, de femmes et d’enfants disposées sur une cinquantaine de mètres. Février 2017
Crédits Cliché D. Chevalier
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6894/img-6.png
Fichier image/png, 1001k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lefort et Dominique Chevalier, « Quand le tourisme actualise les mémoires : des actes géopolitiques, des géopolitiques en actes », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6894

Haut de page

Auteurs

Isabelle Lefort

PU, Université Lyon2, Laboratoire EVS (UMR5600)

Articles du même auteur

Dominique Chevalier

MCF-HDR, Université Lyon1, Laboratoire EVS (UMR5600)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search