Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19PhotoDharamsala : Station entre revend...

Photo

Dharamsala : Station entre revendications identitaires et développement touristique.

Ellina Mourtazina
Traduction(s) :
Dharamsala: A tourist hub caught between identity claims and tourism development [en]

Texte intégral

Figure : Les rues de Dharamsala, Himachal Pradesh, Inde. octobre 2018

Figure : Les rues de Dharamsala, Himachal Pradesh, Inde. octobre 2018

1Capturé dans la station touristique de Dharamsala au Nord de l’Inde, ce cliché photographique interroge l’articulation qui existe entre revendications identitaires tibétaines et tourisme international. En parcourant les artères principales de ce hub touristique situé au pied de l’Hymalaya indien, les touristes de passage ne peuvent passer outre un paysage urbain tapissé de fresques murales, affiches et slogans. Ce patchwork visuel est composé tantôt de publicités - faisant la promotion de l’offre touristique régionale - tantôt de messages politiques prônant un « Tibet Libre ». Ces derniers sont principalement des visuels qui exposent les portraits de prisonniers politiques tibétains prétendument détenus par le gouvernement chinois. Plus largement, ce type d’action sont autant de signes qui visent à célébrer la culture tibétaine et à sensibiliser, voire à engager le regard touristique (Urry, 1990) international en faveur de la « cause tibétaine» dans un contexte de conflit sino-tibétain.

2En espace d’un demi-siècle, le territoire de cette ancienne hill station de l’Empire britannique est devenu conjointement le lieu de résidence d’une importante communauté tibétaine en exile et un haut lieu d’un tourisme culturel et spirituel. Aujourd’hui, surnommé «Little Tibet», «Littre Lhassa» ou encore « ShangriLa », Dharamsala est devenue une zone de contacte (Bruner, 2005) où s’articulent des enjeux économiques et géopolitiques liés aux mobilités à la fois touristiques et migratoires : un lieu où se soutiennent mutuellement les projections romanticisées d’une culture tibétaine et les espoirs d’un futur retour à la terre promises (Bishop, 1989; Lopez, 1998)

3Orienté vers la culture tibétaine et les spiritualités bouddhistes, le développement touristique

4à Dharamsala, dès ses débuts dans les années 1980, a oscillé entre nécessités économiques et stratégies identitaires. Le tourisme s’est constitué comme une importante source de revenus et comme moyen d’action militante. Sur fond d’une sympathie exponentielle de l’opinion publique envers les communautés tibétaines exilées, à Dharamsala le tourisme a été investi (par certains membres actifs de ces collectivités) comme levier d’action et moyen de médiatisation de la lutte pour un Tibet indépendant. Ces revendications identitaires et territoriales se sont traduites notamment par une instrumentalisation et mise en scène du culturel. À travers des cours de langue, peinture, cuisine, dance, médecine tibétaine, mais aussi des spectacles folklorique, des tandems de langues, des programmes de volontariat et de parrainage, les touristes peuvent se familiariser avec l’histoire Tibet et les trajectoires de vie des exilés.

5Bien que la question tibétaine se manifeste à travers des spatialités qui ne sont plus géographiquement situées uniquement sur le plateau tibétain, mais déterritorialisées sur une échelle mondiale, les représentations du Tibet dans la communauté diasporique à Dharamsala sont néanmoins investies de l’image d’unité et de cohésion nationale. « One people, one nation : fifty years of resistence » scandait un slogan longtemps affiché sur un des carrefours de la station. Or comme le montre Yeh (2007), cette mise en scène d’une culture tibétaine forte, unie et solidaire tend à homogénéiser des réalités complexes vécues au quotidien au sein même de la communauté tibétaine à Dharamsala et simplifier les rapports entre touristes et hôtes.

Haut de page

Bibliographie

Bishop, P. (1989), The Myth of Shangri-La: Tibet, Travel Writing and the Western Creation of Sacred Landscape, Athlone Press, London.

Bruner, E.M. (2005), Culture on Tour: Ethnographies of Travel, The University of Chicago Press, Chicago.

Lopez, D.S. (1998), Prisoners of Shangri-La: Tibetan Buddhism and the West, The University of Chicago Press, Chicago.

Urry, J. (1990), The Tourist Gaze: Leisure and Travel in Contemporary Societies, Sage, London ; Newbury Park.

Yeh, E.T. (2007), “Exile Meets Homeland: Politics, Performance, and Authenticity in the Tibetan Diaspora”, Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 25, pp. 648–667.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Les rues de Dharamsala, Himachal Pradesh, Inde. octobre 2018
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ellina Mourtazina, « Dharamsala : Station entre revendications identitaires et développement touristique.  », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 21 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6933

Haut de page

Auteur

Ellina Mourtazina

Université de Lausanne, ellina.mourtazina@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search