Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19RecensionTourisme et guerre

Recension

Tourisme et guerre

Sébastien Jacquot
Traduction(s) :
Tourism and War [en]

Texte intégral

1Bertram Gordon, War Tourism, Second World War France From Defeat and Occupation to the Creation of Heritage, Cornell University Press, Ithaca and London, 2018

2Yves-Marie Évanno, Johan Vincent, Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Éditions Codex, 2019

3La connexion entre guerre et tourisme est souvent appréhendée du point de vue du tourisme post-conflit, afin de visiter les champs de bataille ou les lieux de mémoire. Or deux ouvrages publiés récemment étendent le périmètre du tourisme de guerre, en considérant aussi la question du tourisme en temps de guerre, jusque-là peu étudiée, comme le rappelait l’historien John Walton en 1996. En effet, le tourisme a bien persisté durant les deux guerres mondiales, à la fois à travers les permissions des soldats, les stations et hôtels restés ouverts malgré tout, et les préoccupations des différents acteurs soucieux d’imaginer l’après-conflit. En outre, ces millions de soldats, venus du monde entier, évoquent les paysages et rencontres, et diffusent via leur correspondances ou à leur retour des imaginaires des lieux parcourus. Tourisme et guerre ne sont pas chacun la parenthèse de l’autre : sous de multiples formes le tourisme a perduré durant les conflits, à l’arrière-front, dans des zones dédiées aux permissions des soldats ; le tourisme de mémoire a commencé dès le conflit, avec la visite des champs de bataille sur les traces d’un proche disparu.

4War Tourism, par Bertram M. Gordon, historien étatsunien, a été publié en 2018 et porte sur le tourisme pendant et après la Seconde Guerre Mondiale en France. Le sous-titre reprend explicitement les différentes périodes : Second World War France From Defeat and Occupation to the Creation of Heritage. L’ouvrage aborde le tourisme lié à la Seconde Guerre mondiale en France à la fois durant le conflit et au-delà, à travers les récits et pratiques touristiques auxquels il a donné lieu.

5L’auteur évoque le tourisme en France et à Paris avant le conflit, notamment les représentations qu’en ont les Allemands, et l’influence de l’ouvrage Gott in Frankreich (Dieu est-il français), publié en 1929, qui donne une vision idéalisée mais passéiste de la France, qui explique les formes du tourisme nazi en France. Tout d’abord, le tourisme est une façon de signifier la domination politique : le récit de la victoire nazie prend la forme du livre-photo mettant en scène Hitler dans plusieurs sites touristiques, dont la Tour Eiffel, tandis que la Ligne Maginot et le site de Compiègne (lieu de signature de l’armistice de 1918 et de 1940, par souci de revanche) deviennent des hauts-lieux manifestant la supériorité allemande. Paris et la France deviennent zone de repos pour les soldats des autres fronts, ou destination de gratification pour les militaires et civils allemands, reconduisant les stéréotypes touristiques : la romance et le sexe, la gastronomie, la bonne vie. Un contrôle nazi est instauré sur le tourisme en uniforme, en organisant des circuits, en réservant des zones aux Allemands, mais aussi en tentant de contrôler les mœurs des soldats. La culture française est mise en avant, parfois protégée, comme façon de magnifier la capacité des Allemands à l’apprécier et en jouir, manifestant là leur supériorité.

6Certains Français ont également été touristes durant l’Occupation, avec le maintien de congés payés, encourageant à un retour à la terre, valorisant le folklore régional, encourageant la randonnée ou l’engagement en faveur du patrimoine. Toutefois ce tourisme reste de courte distance, du fait de la séparation entre deux France. L’organisation du tourisme est aussi transformée. L’infrastructure touristique a été mise au service de la guerre, jusqu’au choix de Vichy, alors station thermale, comme capitale du régime de Vichy. Les structures, politiques et ambitions du tourisme sont aussi redessinées durant la guerre (création des comités régionaux du tourisme, organisations professionnelles), y compris au sein de mouvements résistants (Tourisme et Travail).

7Les trois derniers chapitres évoquent la mémoire et le tourisme post-Seconde Guerre mondiale, notamment à partir des lieux du débarquement et de la Libération, et les différents imaginaires construits sur les sites associés à la guerre. La difficulté d’une mise en tourisme de l’occupation et des lieux associés à Vichy est également analysée, reprenant l’idée d’une occultation des responsabilités françaises, évoqué par d’autres historiens (Paxton, Rousset).

8Tourisme et Grande Guerre est un ouvrage collectif, dirigé par Yves-Marie Evanno et Johan Vincent, tous deux historiens. Il rassemble des contributions sur les croisements entre tourisme et Première Guerre mondiale, de 1914 à 2019, analysant autant le tourisme en temps de guerre que les formes touristiques qui en découlent. 28 études de cas, dont 18 en français, 9 en langue anglaise et 1 en espagnol, portent sur le lien entre tourisme et Grande Guerre en France principalement, mais aussi en Ecosse, au Portugal, en Autriche, Macédoine, Suisse, Espagne, Italie, et Belgique.

9L’ouvrage est divisé en trois parties. La première partie, avec 8 contributions, évoque le tourisme en temps de guerre, de deux perspectives différentes. Tout d’abord se pose la question du maintien du tourisme dans les lieux touristiques, notamment les stations, comme en Ecosse (par A. Durie) ou en Autriche (S. Malzner), ou les tentatives de développement du tourisme dans les zones épargnées par la guerre comme en Algarve au Portugal (J. M. Vieira Rodrigues), tandis que San Sebastian bénéficie jusqu’en 1917 de la neutralité espagnole (C. Larrinaga). La seconde perspective concerne le tourisme des soldats, durant leurs permissions plus ou moins encadrés : les soldats américains dans la zone de repos du Dauphiné organisée par la YMCA (L. Perrin), les soldats canadiens à Paris (J. Martin). Le soldat est aussi le voyageur, comme le poilu d’Orient à Salonique (F. Schaeffer), voire le prisonnier allemand, officier ou notable, assigné à résidence dans les infrastructures touristiques, provoquant ressentiment de la part de la population mais devenant aussi spectacle (R. Richard).

10La seconde partie, composée de 8 chapitres, évoque les actions menées par les acteurs du tourisme (hôteliers, syndicats professionnels, maisons d’édition, …) ou les pouvoirs publics, à la fois pour maintenir une activité touristique durant la guerre et préparer l’après-guerre. A Saint-Malo, entre « pragmatisme » et « accommodements » se maintiennent pratiques et locaux touristiques (E. Le Gall). En Suisse, la chute du tourisme international durant la guerre entraîne une concurrence par les prix entre hôteliers, nécessitant de nouvelles régulations, ainsi qu’une réduction des coûts en réformant la cuisine en hôtel (M. Narindal). Les réflexions sur l’après-guerre se traduisent par la mise en place d’un Office du tourisme national comme en Suisse (A. A. Hoppler), ou l’importation d’autres façons d’organiser le tourisme, depuis les Etats-Unis (G. Della-Vedova). Les préoccupations nationalistes de contrôle des étrangers ont imposé dans les hôtels britanniques l’obligation de tenir un registre des visiteurs, qui perdure au-delà du conflit (K. James). Le conflit provoque également une reconfiguration des maisons d’édition, qui éditent des guides destinés aux soldats durant le conflit, puis confèrent une dimension nationaliste aux guides, avec l’émergence des Guides Bleus (H. Morlier). Ces guides jouent un rôle essentiel dans la découverte des champs de bataille, comme le montre l’analyse des différentes générations de guides, de l’après-guerre à nos jours (M. Conelly et T. Godden). De fait, le tourisme de mémoire est préparé durant le conflit lui-même, avec les premières visites des tranchées et champs de bataille, et réflexions des Etats à ce sujet (V. Morgavero).

11La troisième partie enfin rassemble 12 contributions, consacrées aux mises en tourisme de l’après-guerre. Une partie des contributions évoque la fabrique des lieux de mémoire, au prisme de lieux particuliers (le Hartmannswillerkopf en Alsace, par N. Lefort ; le Grand Couronné par O. Verdier), des sensibilités des visiteurs (via l’étude d’un journal intime par F. Jagielski), ou des politiques de développement touristique par le tourisme des champs de bataille (dans les Vosges, par P. Alexandre). D’autres contributions considèrent des groupes spécifiques de visiteurs et les enjeux mémoriels qui en découlent : les Allemands à Verdun dans l’entre-deux guerre (J. Roy), la fascisation de la mémoire de la guerre des vétérans italiens en France (P. L. Buzzi), le rôle des associations de vétérans dans la mise en mémoire de la Grande Guerre en Italie (U. Pavan Dalla Torre), et les touristes australiens dans la Somme, en lien avec les investissements australiens pour le Centenaire (C. Dupuis). Les mémoires apparaissent ainsi dans leurs facettes nationales. Enfin, 4 contributions portent sur la constitution d’entités génériques du tourisme de mémoire : le passage d’une visite des champs de bataille à celle des mémoriaux (S. Gregor), la définition du « paysage de guerre » dans les guides à travers les époques via l’exemple d’Eparges (N. Mariotti), le monument aux morts dans les différentes communes de France (F. David), les musées de guerre et la recherche de nouvelles modalités de narration en lien avec de nouveaux publics (C. I. Artico).

12Le parti pris des deux ouvrages est la possibilité d’étudier ensemble le tourisme en temps de guerre (par les soldats en permission ou le maintien de formes touristiques loin du front) et les formes prises par le tourisme après la guerre. Le tourisme en temps de guerre manifeste des continuités avec des imaginaires pré-existant et révèle des idéologies du tourisme et du rapport entre populations. Toutefois, la période post-conflit peut aussi s’inscrire en rupture : des haut-lieux, de nouvelles interprétations attachées aux territoires émergent, ainsi que des imaginaires, véhiculés par les politiques publiques mais aussi les récits des soldats. Le tourisme de l’après-conflit est pensé, préparé voire planifié bien avant la fin de la guerre, par une diversité d’acteurs (anciens combattants, hôteliers, maisons d’édition, acteurs publics, sociétés de transport, etc.). Le conflit donne aussi lieu à de nouvelles pratiques de visite, différenciées : le tourisme est un opérateur de fabrique de mémoires de la guerre (et pas seulement une catégorie de pratique attachée aux espaces post-conflit).

13Au final, dans les deux ouvrages se joue l’intégration de la guerre aux vies quotidiennes, que ce soit sous la forme d’un faire avec (continuer la saison touristique malgré le conflit, profiter des permissions), d’un tourisme traduisant des idéologies particulières ou un nouveau rapport de domination à instituer et donner à voir (comme en France occupée), ou de la façon dont le tourisme pendant et après la guerre en constitue une tentative pour comprendre le conflit, de le rendre significatif, malgré quelques critiques sur la marchandisation des mémoires.

Haut de page

Bibliographie

Walton J., (1996), “Leisure towns in wartime : the impact of the First World War in Blackpool and San Sebastian”, Journal of contemporary history, 31, 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jacquot, « Tourisme et guerre », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/7090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.7090

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search