Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19CartesTourisme et terrorisme internatio...

Cartes

Tourisme et terrorisme international : une approche cartographique

Daniel Dory
Traduction(s) :
Tourism and international terrorism: a cartographic approach [en]

Résumé

Le tourisme et les touristes sont sous la menace constante d’actes terroristes aux conséquences potentiellement considérables. Trois cartes fournissent des éléments d’analyse sur cette question et permettent de visualiser à la fois l’identité nationale des victimes et les différents impacts des attentats sur l’activité touristique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

terrorisme, victimes, tourisme
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le terrorisme constitue une menace permanente pour les touristes et les infrastructures touristiques. Même si les attentats qui les prennent pour cibles sont relativement rares, leur impact humain, médiatique et économique est souvent considérable. On peut apprécier la permanence de cette relation complexe entre tourisme et terrorisme à l’aide du graphique suivant, qui représente la fréquence des incidents pour la période 1970-2019 à partir des données de la Global Terrorism Database (GTD).

Document 1 : Distribution temporelle des actes terroristes contre des touristes et/ou infrastructures touristiques.

Document 1 : Distribution temporelle des actes terroristes contre des touristes et/ou infrastructures touristiques.

GTD, réalisation : H. Théry

2On y constate que rares sont les années où, quelque part dans le monde, l’activité touristique n’est pas visée par des actes terroristes liés à des conflits locaux et/ou globaux. Pourtant, malgré cette évidence, les contacts entre spécialistes et praticiens du tourisme et chercheurs spécialisés dans les études sur le terrorisme (ou terrorism studies, Dory 2020b) sont épisodiques dans le meilleur des cas, quand ils ne sont pas inexistants et, rares sont les travaux qui prennent le tourisme pour objet dans le champ des études sur le terrorisme. Pour remédier partiellement à cette situation, il nous a semblé opportun d’engager une recherche complémentaire à celle qui a abouti à la formulation d’un cadre théorique d’analyse géopolitique des relations entre tourisme et terrorisme (Dory, 2020a). Cette fois en centrant la démarche sur les potentiels qu’offre la cartographie pour approfondir la réflexion tant sur la nature vectorielle de l’identité dominante des victimes du terrorisme, que sur les différents impacts du terrorisme sur le tourisme. Pour en comprendre mieux la portée il est nécessaire de proposer auparavant un bref état de la question sur la base de la littérature spécialisée.

I. L’approche géographique des relations tourisme-terrorisme

  • 1 Ce qui ne garantit toutefois pas toujours la qualité des résultats, comme le démontre notamment l’a (...)

3La recherche géographique sur le terrorisme est à la fois récente (Baghat et Medina, 2013 ; Medina et Hepner, 2013 ; Dory, 2019 ; Dory 2020b ; Théry et Dory, 2021a ; Théry et Dory, 2021b), et principalement concentrée sur les lieux et types d’attentats, la territorialité des acteurs et les caractéristiques des différents espaces concernés par l’acte terroriste, (par exemple : Nunn, 2007 ; Webb et Cutter, 2009 ; Walther et Retaillé, 2010). La réalisation du support cartographique à ces travaux ne présente pas de difficultés particulières (phénomènes ponctuels et/ou cartes choroplèthes pour rendre compte de l’intensité différentielle d’une variable sur une surface donnée)1. Cette orientation de la recherche a, en outre, bénéficié d’un recours croissant aux SIG (Guo et al., 2007 ; Medina et al., 2011 ; Eisman et al., 2017, Farrell et al., 2019). En revanche, si l’on passe de l’analyse de l’acte terroriste proprement dit (Dory, 2017a) à l’étude des attentats en fonction de l’identité des victimes, et plus particulièrement de leur discrimination suivant la variable « nationalité », on entre dans un terrain jusqu’à présent inexploré.

  • 2 Ainsi, par exemple, pour Enders et Sandler (2002, p. 148) : « When an incident is planned in one co (...)
  • 3 Sur ce point, voir : Dory, 2019.

4Pourtant, la caractéristique définitionnelle du terrorisme dit « international » ou « transnational », consiste précisément dans le fait que les acteurs (et/ou commanditaires) de l’acte terroriste ont une nationalité différente de celle du pays où ils opèrent, et/ou de celle de leurs victimes2. Il en découle, donc, que l’identification des victimes en fonction de leur nationalité fait partie des critères permettant de caractériser cette forme de terrorisme. A quoi s’ajoute le fait que si l’on différencie chez les victimes de la violence politique, trois types principaux d’identité, ce point acquiert une importance majeure. En effet, on peut distinguer des victimes en fonction de leur identité personnelle (un roi, président, ministre, ou tout autre personnage jugé nuisible ou odieux) faisant l’objet d’un assassinat politique; une identité fonctionnelle (membre d’un gouvernement, de la Police ou de l’Armée…) le plus souvent cible d’opérations de guérilla ; et une identité vectorielle, qui fait de la victime (et de sa souffrance) le support d’un message que l’acteur terroriste veut transmettre à différentes audiences : (gouvernement(s), soutiens de la cause, ennemis et compétiteurs, etc.)3. Dans cette perspective on comprend aisément que la nationalité des victimes constitue un élément important, voire décisif, de leur capacité vectorielle.

5Pour approfondir cette problématique il est intéressant de recourir (aussi) à une recherche concernant les représentations cartographiques permettant de visualiser efficacement l’aspect transnational des actes terroristes à partir des identités nationales des victimes. Tentative, à notre connaissance, jamais encore réalisée dans la littérature spécialisée. Pour ancrer la réflexion dans un univers empirique contrôlable, on focalisera notre propos sur les impacts du terrorisme sur un secteur d’activité mondialisé par excellence : le tourisme international, dont la relation avec le terrorisme, déjà assez longue et parfois spectaculaire, a fait l’objet de nombreux travaux (Richter ; Waugh, 1986 ; Baker, 2014 ; Lutz ; Lutz, 2018 ; Dory, 2020a). En prenant ainsi pour objet le touriste (international) comme cible du terrorisme, cette recherche parviendra à mieux cerner les conditions d’activation d’une identité vectorielle particulièrement efficace. En ce sens on peut dire que le touriste étranger constitue en quelque sorte la victime « idéale » d’un acte terroriste conçu comme la mise en œuvre d’une technique violente de communication. Car en s’attaquant à ce type de cible la médiatisation de l’attentat (et de la cause dont se réclament les terroristes) est assurée à un niveau impossible à atteindre en assassinant uniquement des citoyens du pays hôte, surtout s’il s’agit d’une localité éloignée peu couverte par les médias globaux dominants.

6Pour parvenir à une représentation satisfaisante des attentats transnationaux les plus « purs », on s’intéressera d’abord aux attaques qui prennent spécifiquement des touristes pour cible, et où, par conséquent, se manifeste un impact direct du terrorisme sur le tourisme (international). On comparera ensuite ce type d’attentats avec ceux qui, sans viser les touristes en particulier, ont néanmoins un impact induit sur le tourisme, car ils se produisent dans des lieux (aéroports, avions, restaurants, transports en commun de villes touristiques, etc.) également fréquentés par les touristes. Enfin, un impact contextuel (sur l’image-pays et/ou d’une région ou site touristique) se produit à la suite d’attentats qui sans concerner le tourisme en tant que tel, affectent plus ou moins durablement la réputation d’une destination touristique.

II. Les attentats terroristes à impact direct sur le tourisme (et les touristes)

7Pour visualiser cette catégorie d’actes terroristes on a choisi de représenter les attentats suivants qui sont les plus meurtriers visant directement des touristes entre 2002 et 2018. Il s’agit de :

  • 4 Le dénombrement exact des victimes d’attentats terroristes est souvent compliqué pour les personnes (...)

8● Bali, (12 octobre 2002), plus de 200 morts, dont 152 étrangers4.

9● Tunisie : Musée du Bardo, (18 mars 2015), 21 touristes étrangers et un policier tunisien tués ; plage près de Sousse, (26 juin 2015), 38 morts étrangers.

10● Sinaï, (31 octobre 2015), 217 morts.

11Le document 2 permet d’abord de distinguer la part (en chiffres réels) des morts locaux dans chaque cas, puis de percevoir l’ample distribution des victimes létales suivant leur nationalité. Cette carte, qui synthétise les quatre attentats montre aussi de légères variantes à partir du cas balinais, sans doute celui dont la structure est la plus théoriquement représentative, sinon de tous les attentats similaires, en tout cas de ceux qui correspondent le mieux aux intentions d’acteurs terroristes œuvrant à une médiatisation maximale de leur acte, et par conséquent de leur cause. On a choisi de fusionner les deux attentats survenus en Tunisie en raison de leur proximité temporelle, de leur similitude en matière de choix des cibles et (surtout) en raison du rattachement organisationnel commun des acteurs. La concentration des victimes en termes de nationalité de l’explosion en vol du charter russe de Metrojet au-dessus de la péninsule du Sinaï, s’explique évidement par la nature de la cible, et par l’intention des terroristes de frapper spécifiquement la Russie pour la punir de sa participation à la lutte contre l’Etat Islamique en Syrie.

Document 2 : Les trois attentats terroristes les plus meurtriers ciblant des touristes (2002-2018)

Document 2 : Les trois attentats terroristes les plus meurtriers ciblant des touristes (2002-2018)

III. Les attentats à impact induit sur le tourisme

12Trois attentats s’étant produits en 2016 permettent de rendre compte cartographiquement de ce type d’actes terroristes. Il s’agit de deux cas où des aéroports ont été ciblés, soit seuls (Istamboul), soit au cours d’une opération multisites (Bruxelles) ; ainsi qu’une attaque au camion-bélier dans un espace public densement fréquenté (Nice) :

13● Bruxelles, (aéroport de Zaventem ; métro Maelbeek), (22 mars 2016), 16+16 = 32 morts.

14● Istamboul, (aéroport), (28 juin 2016), 45 morts.

15● Nice, (Promenade des Anglais), (14 juillet 2016), 86 morts.

Document 3 : Trois attentats à impact induit sur le tourisme en 2016

Document 3 : Trois attentats à impact induit sur le tourisme en 2016

16La carte du document 3 met en évidence à la fois une certaine similitude avec la configuration résultante de la catégorie antérieure, et une claire différence portant sur la proportion beaucoup plus élevée de victimes locales. Dans le cas de Nice on a, pour des raisons de simplicité, négligé l’effet multiplicateur dû aux cas de binationalité.

IV. Les attentats à impact contextuel sur le tourisme

17Concernant cette catégorie d’actes terroristes, qui n’affectent qu’indirectement le tourisme pour autant qu’ils se produisent dans des pays ou régions qui sont par ailleurs des destinations touristiques, deux séries d’attentats perpétrés en 2017 ont été pris en compte. Pour l’Europe, on a retenu les cas ayant entrainé la mort d’un minimum de 10 personnes :

18● Saint Pétersbourg, (métro), (3 avril 2017), 15 morts.

19● Manchester (salle de concert), (22 mai 2017), 22 morts.

20● Barcelone et Cambrils, (attaque multisite), (17 et 18 août 2017), 15+1 = 16 morts.

  • 5 La base de données START utilisée pour élaborer le GTI inclut, comme actes de terrorisme, un ensemb (...)

21Pour le reste du monde on a retenu les trois attentats (incontestablement terroristes5) les plus meurtriers répertoriés dans le Global Terrorism Index 2018 (p. 81) :

22● Mogadiscio, (14 janvier 2017), 588 morts (environ).

23● Sehwan (Pakistan), (16 février 2017), 91 morts (environ)

24● Bir al-Abed, (Sinaï), (24 novembre 2017), 311 morts (environ).

25Ces six attentats, qui se produisent dans des contextes géopolitiques variés, mais relevant tous de l’islamisme jihadiste, sont conçus pour affecter principalement des rapports de forces locaux. Cette particularité se manifeste nettement dans l’identité nationale des victimes, telle qu’elle est représentée par la carte du document 4.

Document 4 : Six attentats à impact contextuel (éventuel) sur le tourisme en 2017

Document 4 : Six attentats à impact contextuel (éventuel) sur le tourisme en 2017

Conclusion

26Les trois cartes présentées ici permettent d’explorer un thème jusqu’à présent négligé dans la recherche géographique sur le terrorisme, à savoir celui de l’identité nationale des victimes d’attentats. Pour y parvenir on a choisi de représenter des actes terroristes aux impacts directs, induits et contextuels sur le tourisme international, dans la mesure où ce secteur particulièrement sensible offre un champ d’observation privilégié pour la compréhension des logiques inhérentes au terrorisme transnational. Enfin, les options cartographiques retenues ont permis de parvenir à des cartes simples, aisément lisibles et comparables.

Haut de page

Bibliographie

Baghat, K., Medina, R. (2013), “An Overview of Geographical Perspectives and Approaches in Terrorism Research”, Perspectives on Terrorism, Vol. 7, N° 1, pp. 38-72.

Baker, D. (2014), “The Effects of Terrorism on the Travel and Tourism Industry”, International Journal of Religious Tourism and Pilgrimage, Vol. 2, N° 1, pp. 58-67.

Dory, D. (2017), « L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles », L’Espace Politique, N° 33, (en ligne), https://journals.openedition.org/espacepolitique/4482

Dory, D. (2017b), Compte rendu de : Mathieu Guidère, « Atlas du terrorisme islamiste. D’Al Qaïda à Daech », L’Espace Politique, (en ligne), https://journals.openedition.org/espacepolitique/4055

Dory, D. (2019), « Le terrorisme comme objet géographique : un état des lieux », Annales de Géographie, N° 728, p. 5-36.

Dory, D. (2020a), « Terrorisme et tourisme : pour un cadre d’analyse géopolitique », Sécurité Globale, N° 21, pp. 75-103.

Dory, D. (2020b), « Les Terrorism studies à l’heure du bilan », Sécurité Globale, N° 22, pp. 123-142.

Eisman, E. et al. (2017), “Developing a geographically weighted complex systems model using open-source data to highlight locations vulnerable to becoming terrorist safe-havens”, Annals of GIS, Vol. 23, N° 4, pp. 251-267.

Enders, W., Sandler, T. (2002), “Patterns of Transnational Terrorism, 1970-1999 : Alternative Time-Series Estimates”, International Studies Quarterly, Vol. 46, pp. 145-165.

Farrell, M. et al. (2019), “Geographical approaches in the study of terrorism”, in : Chenoweth E. et al. (eds.), The Oxford Handbook of Terrorism, Oxford University Press, Oxford, pp. 238-250.

Global Terrorism Index 2018, Institute for Economics & Peace, Sidney.

Guidère, M. (2017), Atlas du terrorisme islamiste, Autrement, Paris.

Guo, D. et al. (2007), “Visualizing patterns in a global terrorism incident database”, Environment and Planning B, Vol. 34, pp. 767-784.

Lutz, B., Lutz, J. (2018), “Terrorism and tourism in the Caribbean : a regional analysis”, Behavioral Sciences of Terrorism and Political Aggression, (Preprint).

Medina, R. et al. (2011), “A Geographic Information Systems (GIS) Analysis of Spatiotemporal Patterns of Terrorist Incidents in Iraq 2004-2009”, Studies in Conflict & Terrorism, Vol. 34, N° 11, pp. 862-882.

Medina, R., Hepner, G. (2013), The Geography of International Terrorism, CRC Press, Boca Raton.

Mickolus, E. (2018a), Terrorism Worldwide 2016, McFarland, Jefferson.

Mickolus, E. (2018b), Terrorism Worldwide 2017, McFarland, Jefferson.

Nunn, S. (2007), “Incidents of Terrorism in the United States”, The Geographical Review, Vol. 97, N° 1, pp. 89-111.

Richter, L., Waugh, W. (1986), “Terrorism and tourism as logical companions”, Tourism Management, Vol. 7, N° 4, pp. 230-238.

Théry, H., Dory, D. (2021a), « Espace-temps du terrorisme », Conflits, N°33, pp. 47-50.

Théry, H., Dory, D. (2021b), « Solhan : cartographier le terrorisme et la dynamique territoriale d’une insurrection », Mappemonde, N° 131, en ligne : https://journals.openedition.org/mappemonde/6129

Walther, O., Retaillé, D. (2010), Sahara or Sahel? The fuzzy geography of terrorism in West Africa, CEPS Working Paper N° 35.

Webb, J., Cutter, S. (2009), “The Geography of U.S. Terrorist Incidents, 1970-2004”, Terrorism and Political Violence, Vol. 21, N° 3, pp. 428-449.

Haut de page

Notes

1 Ce qui ne garantit toutefois pas toujours la qualité des résultats, comme le démontre notamment l’atlas de Guidère (2017), dont on peut consulter un compte rendu : Dory, (2017b).

2 Ainsi, par exemple, pour Enders et Sandler (2002, p. 148) : « When an incident is planned in one country but executed in another, it is a transnational event. The kidnapping or assassination of a citizen from another country in a host country is a transnational terrorist act, as is a bombing directed at one or more foreign citizens… ». Bien que pas assez discriminante concernant la spécificité du terrorisme, cette formulation permet de saisir l’essentiel du phénomène.

3 Sur ce point, voir : Dory, 2019.

4 Le dénombrement exact des victimes d’attentats terroristes est souvent compliqué pour les personnes tuées (les seules qu’on retiendra ici), et presque impossible pour les blessés. En effet, ces nombres varient suivant les sources disponibles et les moments où l’information est recueillie. Ainsi, par exemple, des victimes peuvent mourir plusieurs jours, voire semaines, après l’attentat ; être comptées en double si elles ont séjourné dans deux hôpitaux, présenter des problèmes d’identification, etc. ; beaucoup de blessés légers n’ont pas recours à une structure de soins susceptible de les enregistrer… Ces variations, qui concernent généralement de faibles effectifs ne sont pas de nature à affecter la démarche cartographique. Dans tous les cas on a eu recours aux meilleurs sources pour la recherche sur le terrorisme : la GTD (Global Terrorism Database) de l’Université du Maryland (www.start.umd.edu); les différents volumes édités par Edward Mickolus concernant le terrorisme international (voir, par exemple : Mickolus, 2018a et b) ; les livraisons successives du Global Terrorism Index (www.economicsandpeace.org); ainsi que les données contenues périodiquement dans la rubrique « contre-terrorisme » de DSI Défense et Sécurité Internationale. Lorsque cela fut jugé utile, Wikipedia fut également consulté en dernier recours. Dans tous les cas l’évaluation des victimes létales exclut les auteurs des attentats.

5 La base de données START utilisée pour élaborer le GTI inclut, comme actes de terrorisme, un ensemble de cas qui relèvent davantage des exécutions de masse (par l’EI en Irak et Syrie, par exemple), ou encore des actions diverses commises par une organisation désignée comme « terroriste » dans un contexte insurrectionnel ou de guerre civile. On a donc dû procéder à une analyse au cas par cas, pour retenir, après les deux premières attaques, incontestablement terroristes, l’action pakistanaise classée seulement en 13ième position.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Distribution temporelle des actes terroristes contre des touristes et/ou infrastructures touristiques.
Crédits GTD, réalisation : H. Théry
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/7223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Document 2 : Les trois attentats terroristes les plus meurtriers ciblant des touristes (2002-2018)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/7223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Document 3 : Trois attentats à impact induit sur le tourisme en 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/7223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Document 4 : Six attentats à impact contextuel (éventuel) sur le tourisme en 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/7223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Dory, « Tourisme et terrorisme international : une approche cartographique », Via [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 26 juillet 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/7223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.7223

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences HDR à l’Université de La Rochelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search