Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours23|2023 - LES DESTINATIONS « LUNE...

23|2023 - LES DESTINATIONS « LUNE DE MIEL » : LE VISIBLE ET L’ENVERS DU DECOR

Date limite de réception des résumés : 30 septembre 2022
Date limite de réception des articles finalisés : 30 janvier 2023

COORDINATION

Philippe BACHIMON, Université d’Avignon

Nelson Graburn, Université de Californie à Berkeley

Maria Gravari-Barbas, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Santorin : Un couple chinois se prend en photo avant le mariage, devant le coucher du soleil qui attire également plusieurs autres touristes

Image 10000000000002A4000003F96763C370DFD154AC.jpg

Image 10000000000002A4000003F47DEEF9F4427D7749.jpg

© Maria Gravari-Barbas, 2016

L’appel à articles de la Via cherche à explorer un ensemble de facettes liées au tourisme matrimonial, romantique et de lune de miel (McKercher, Bauer, 2003), dans un contexte de ‘liquid love’ (Bauman, 2003) et d’évolutions notables du mariage, des relations matrimoniales et plus généralement des relations amoureuses d’une part ; et d’évolutions des mobilités touristiques d’autre part.

L’événementiel matrimonial est une industrie touristique en expansion. Le mariage, proprement dit, qui devient un événement (mise en scène, prestations, hébergement, restauration...) largement "touristifié", est suivi par un voyage de noce (lune de miel), parfois financé par les cadeaux des invités au mariage. Précèdent à cela aussi les enterrements de vie de garçon et de jeune fille, qui sont devenus des séjours touristiques (un weekend en général) festifs.

Plusieurs situations peuvent être mentionnées :

- Le tourisme matrimonial avec ses destinations imposées telles que Reno (divorce avant mariage), Las Vegas mais aussi Tahiti ou les Châteaux de la Loire en France. Au-delà des destinations parfois lointaines, ce tourisme matrimonial inclut un ensemble de prestataires tels que châteaux, mas, traiteurs, animateurs... ou encore les Riads, les Ranchs ou les Isbas...

- Des destinations « Lune de miel » se sont affirmées, et certaines ont acquis, parfois de longue date, une renommée internationale (Santorin, Bora Bora, Capri, Venise…) ou nationale (Jeju en Corée du Sud).

-Des « destinations romantiques » (Zhu, 2018) plus généralement qui concernent un voyage en couple pour des célébrations de vie commune – anniversaire de mariage ou de rencontre, voyages en vue de resouder un couple…

Les problématiques de ce numéro de Via sont diverses et entrecroisées.

Elles cherchent à saisir les lieux - les destinations du tourisme matrimonial, lune de miel, romantique… Quelle géographie esquissent-ils à l’échelle du globe (Seongseop, Agrusa, 2005 ; Bertella G. 2017) ? Dans la mesure, où à travers ces voyages le Jardin d’Éden "perdu" est recherché : Quels sont ces Paradis terrestres de substitution ? Où se trouvent-ils aujourd’hui dans les imaginaires des couples, quels qu’ils soient (Walters and Cassel, 2016) ? Quels sont les clichés et les stéréotypes que véhicule la promotion de ces destinations ? Et quelles les relations de domination de cette industrie matrimoniale touristique globalisée ? (Rydzik et al, 2021).

Ces questions sont posées de façon dynamique et historique : de nouvelles destinations lune de miel ont émergé au cours des dernières années ou décennies, diversifiant ainsi les destinations romantiques historiques (même si la plupart de ces destinations historiques maintiennent toujours leur place comme c’est le cas de Paris). Quelles sont ces destinations émergentes pourra être une ultime question posée.

Ces questions posées renvoient à celle des acteurs qui produisent ces destinations. Qui sont-ils, comment fonctionnent-ils, dans un croisement d’échelles allant du prestataire local, au positionnement national ou international ? Et quels sont les produits proposées (types d’hôtellerie, croisières, visites, événements…) ?

Elles concernent aussi la problématique des imaginaires : qu’est-ce qu’un lieu « romantique » pour des touristes de différentes provenances et origines ? Comment perçoit-on le caractère romantique d’une destination en fonction de ses différentes cultures et origines ? Celle des pratiques, parfois très règlementées, voir ritualisées, qui sont derrière ce tourisme – visite de préparation, avec le photographe… sont posées.

Partant du constat d’un ensemble de lieux et de prestataires spécialisés à l’échelle du globe, ainsi que d’une demande affirmée des couples, c’est donc sur les lieux, les acteurs, les imaginaires et les pratiques du tourisme « romantique » qu’invite à se pencher ce Numéro de Via.

Bibliographie indicative

Bauman Z., 2003, Liquid love, Cambridge : Polity Press.

Bertella G. 2017, The Emergence of Tuscany as a Wedding Destination : The Role of Local Wedding Planners, Tourism Planning and Development, 14(1), 1–14.

McKercher B., Bauer T., 2003, Conceptual framework of the nexus between tourism, romance and sex, in Thomas G. Bauer, Kaye Sung Chon, Bob McKercher, Sex and Tourism : Journeys of Romance, Love, and Lust, Routledge.

Rydzik A. Agapito D., Lenton Ch. 2021, Visibility, power and exclusion : The (un)shifting constructions of normativity in wedding tourism brochures, Annals of Tourism Research, Volume 86. 

Seongseop Kim S., Agrusa J., 2005, The positioning of overseas honeymoon destinations, Annals of Tourism Research, vol. 32, No. 4, pp. 887–904.

Walters N. , Cassel S. 2016, Still a white paradise ? Photographic representations of Jamaica as a tourism destination, Tourism, Culture and Communication, 16 (1) pp. 69-73

Zhu Y., 2018, Heritage and Romantic Consumption in China, Amsterdam : Amsterdam University Press

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search