Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4-5Patrimoine mondial, tourisme et d...

Texte intégral

1L’ensemble des textes réunis dans ce numéro spécial (double) analysent le rôle que le tourisme et le patrimoine, et plus particulièrement le patrimoine mondial, peuvent jouer conjointement dans le développement du continent africain, et leur relation avec les principes, y compris injonctifs, du développement durable.
Répondre à ce questionnement implique des raisonnements scalaires qui ne sont pas dénués d’embûches, de partis-pris et d’idéologies. Il convient ainsi de disséquer cette question dans ses composantes implicites ou explicites, avant de proposer, éventuellement, des éclairages nouveaux.

2Y répondre implique en effet de poser, dans un premier temps les questions du rapport entre tourisme et développement ; du rapport entre patrimoine et tourisme ; du rôle (supposé plus marquant) que le patrimoine mondial peut jouer dans cette relation au développement par le biais du tourisme… Dans un deuxième temps, cela implique de questionner une éventuelle « spécificité africaine » dans la construction de cette triple relation « patrimoine (mondial) – tourisme – développement ». Comment interviennent les spécificités, constatées ou supposées, du patrimoine africain et du (ou des) patrimoine(s) en Afrique ? Comment ces spécificités patrimoniales impactent-elles le tourisme, créant à leur tour les conditions d’un développement ? Inversement, de quelle façon les spécificités du tourisme en Afrique contribuent-elles à l’émergence de patrimoines facteurs de développement ? Enfin, peut-on analyser, dans ce contexte, la durabilité sociale, économique, environnementale, du développement par le tourisme et le patrimoine ?

3L’entrée par le patrimoine mondial – plutôt que par le patrimoine en général – est privilégiée du fait de l’exacerbation sur ces sites de tendances plus généralement observées autour du patrimoine. Le patrimoine mondial représente aujourd’hui une importante « caisse de résonnance » des politiques patrimoniales et de leur réception. Il se situe au cœur d’enjeux considérables (d’image, de marketing local, de tourisme, etc. mais les enjeux politiques et géopolitiques sont également à prendre en compte, la logique « patrimoine mondial » interférant avec les logiques d’Etat) (Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2012). De plus, elle permet de situer plus clairement ces enjeux dans une approche comparatiste avec d’autres régions dans lesquelles l’action de l’UNESCO joue un rôle catalyseur (Salin, 2002), et de décloisonner les approches par aires géographiques en tenant en compte les circulations de notions, modèles, experts et expertises (Istasse, 2011).

4La question du rapport entre patrimoine mondial et tourisme, et au-delà entre patrimoine, tourisme et développement, a été explorée au cours des dernières années dans un grand nombre d’écrits. La revue de la littérature effectuée par les auteurs (Gravari-Barbas et Jacquot, 2008), fondée sur un corpus comprenant l’analyse de nombreux articles, études et rapports, mettait en évidence l’absence d’un lien direct et univoque entre inscription sur la Liste du patrimoine mondial et développement touristique, et au-delà avec le développement local (Prud’homme, 2008). Il est ainsi important de saisir et d’analyser les conditions qui permettent le développement.

  • 1 En effet, la distinction souvent opérée entre l’Afrique subsaharienne et les pays du Maghreb et Mac (...)

5Le choix d’un numéro spécial consacré au patrimoine mondial en Afrique est fondé sur l’hypothèse que l’analyse des cas africains peut apporter un éclairage spécifique sur les questions du tourisme, du patrimoine et du développement durable. Il ne s’agit par conséquent pas uniquement d’une entrée « régionale », par ailleurs problématique dans ses limites continentales1. La nature des patrimoines en Afrique, inscrits sur la liste du patrimoine mondial, induit des questionnements spécifiques ayant trait à la définition de la répartition nature/culture ou bien à aux origines coloniales de plusieurs parmi eux (Khadi, 2005). Une grande partie des patrimoines inscrits sur la liste du patrimoine mondial a en effet trait à des épisodes particulièrement douloureux, liés à la colonisation ou à l’esclavage. Ils font coexister, sur la même liste, les héritages des anciens colonisateurs et des colonisés. Ce fait induit des questionnements spécifiques quant à leur présentation touristique, leur interprétation (Dann & Seaton, 2001) et, de façon plus générale, sur les mises en récit des rapports de force et de domination qui y sont liées, dans un contexte postcolonial.

6Ce texte introductif est organisé en quatre sections. La première aborde la notion et les contours du patrimoine et du patrimoine mondial en Afrique ; la deuxième aborde la question du tourisme et des rapports qu’il entretient avec le patrimoine, en particulier mondial, sur le continent africain ; la troisième explore la relation qu’entretiennent le tourisme et le patrimoine avec le développement – un focus particulier est fait sur les implications des communautés locales et la capacité du tourisme et du patrimoine de créer des dynamiques d’empowerment ; la quatrième présente les thématiques transversales des textes réunis dans ce numéro.

7Au-delà de la présentation des textes réunis ici, l’enjeu est d’explorer, à partir de ces territoires, de nouvelles façons de concevoir les multiples relations entre « patrimoine – tourisme – développement ». Sommes-nous devant des approches qui prolongent les acquis sur le tourisme et le patrimoine tels qu’ils ont été construits dans les pays du Nord, ou bien peut-on déceler, autour de ces notions, un « southern turn » théorique (Comaroff & Comaroff, 2011) ? Sans s’enfermer dans un esthétisme d’une différence patrimoniale africaine ou dans un supposé pragmatisme de la réalité touristique, il s’agit de créer des matériaux de pensée qui pourraient permettre de revisiter le paradigme de la relation patrimoine et tourisme tel qu’il a été écrit, depuis plus de deux siècles, depuis l’occident européen.

Le patrimoine mondial en Afrique : les apories d’une répartition mondiale imparfaite

8La notion moderne du patrimoine, définie dans la bibliographie occidentale au cours des dernières décennies (Choay, 1992 ; Andrieux, 2011 ; Harrison, 2013), recouvre un ensemble d’éléments sélectionnés et réarticulés permettant aux sociétés non seulement de reconcevoir et ré-imaginer leur passé (Ashworth, 2008) mais aussi de se représenter leur présent. Loin d’être le résultat d’approches et de processus neutres et décontextualisés, le patrimoine est le fruit de tractations, de sélections, de renégociations, impliquant plusieurs acteurs dans des relations de force et de pouvoir (Graham, Ashworth & Tunbridge, 2000). La patrimonialisation, en tant que processus de production d’artefacts et mentefacts investis par des valeurs (affectives, historiques, symboliques, économiques…), obéit en effet à des dynamiques diversifiées en fonction de ses contextes sociaux et spatiaux-temporels (Di Giovine, 2009 ; Orbasli, 2007). Les fondements historiques de la notion l’ancrent clairement dans le monde européen (Babelon & Chastel, 2008 ; Gravari-Barbas & Guichard Anguis, 2003). Jusqu’à assez récemment, ils semblaient dessiner, à l’envers, des « territoires du vide » dans d’autres contextes géographiques.

9L’Afrique semblait ainsi échapper à la « folie patrimoniale » (Jeudy, 1990) qui a caractérisé le monde occidental dans la deuxième moitié du 20e siècle (Choay, 1992), en dépit de politiques patrimoniales menées dans le contexte des empires coloniaux, que ce soit à travers la protection des sites pensés comme naturels, telles les chutes Victoria (McGregor, 2003), l’archéologie (Galitzine-Loumpet, Gorshenina & Rapin, 2012), ou l’identification des monuments historiques et des traditions (Arrif, 1994 ; Girard, 2006). De façon plus générale, plusieurs analyses (Calas, Marcel & Delfosse, 2011) mettent en évidence le déficit d’institutionnalisation du patrimoine en Afrique, y compris dans des contextes urbains, a priori plus propices à la patrimonialisation : « la plupart des villes africaines n’ont pas de musées dignes de ce nom. Peu d’entre elles disposent d’un véritable inventaire de leur patrimoine naturel et culturel. Beaucoup n’ont pas de mécanismes de classement ou de sauvegarde de leur patrimoine. Bien peu sont informées de la Convention du patrimoine mondial. Ici, on peut à bon droit parler d’une fracture, qui fait courir à l’Afrique un risque de marginalisation comme cela arrive dans d’autres secteurs de la vie économique et sociale » (Craterre-ENSAG, Convention France-UNESCO, 2006).

  • 2 Gaston Zossou, propos recueillis par E. de Roux, Le Monde, 2 mai 2001.

10Même si certains auteurs insistent sur la nécessité de concevoir les natures matérielle et immatérielle des patrimoines dans leur continuité (Bouchenaki, 2004) ou leur co-production (Goody, 2004) plutôt que dans leur opposition, les caractéristiques différentes de la patrimonialisation en Afrique et, a fortiori, les spécificités des patrimoines africains, moins emprunts de monumentalité, et davantage marqués par leur côté vivant et évolutif, sont souvent mises en évidence (Gravari-Barbas & Guichard-Anguis, 2003 ; Maurel, 2012). Comme l’a souligné l’ancien ministre de la culture du Bénin2, le patrimoine matériel ne représente qu’une petite partie du patrimoine culturel africain : « les Africains se sont laissés posséder par des esprits plutôt que d’investir dans le monumental. Ils ont fait le choix d’un patrimoine moins tangible où dominent la danse, la musique, le chant, le récit ». Dans le cadre de la politique du patrimoine mondial, les différentes évolutions catégorielles (paysage culturel vivant, patrimoine immatériel) ont ainsi pu apparaître comme autant de façons d’inclure les patrimoines de nouvelles aires géographiques (Taylor & Lennon, 2010), moins marquées par la notion de monument historique.

11En dépit d’une pluralisation de la notion du patrimoine mondial de façon à intégrer ces enjeux interculturels (Gravari-Barbas & Jacquot, 2013), et d’une volonté des diverses organisations internationales d’opérer un équilibre thématique et géographique de la reconnaissance patrimoniale, la composition et le nombre des sites du patrimoine mondial africain traduit des difficultés spécifiques.

  • 3 L’Afrique centrale est une des zones les plus concernées par l’inscription sur la liste du patrimoi (...)

12Celui-ci est caractérisé par un nombre bien moins important que celui qu’on trouve en Europe et, dans un moindre degré, en Asie ou dans les Amériques ; par la prédominance des sites naturels qui semble dénoter, directement ou indirectement, une certaine difficulté ou une réticence à reconnaitre les patrimoines culturels ; et par une fragilité certaine, marquée par le nombre des sites du patrimoine mondial inscrits sur la liste du patrimoine en péril3.

  • 4 La Somalie et le Soudan du Sud n’ont pas signé la Convention du patrimoine mondial. Djibouti, la Gu (...)
  • 5 Braconnage, déforestation, guerre civile, terrorisme, extraction sauvage de minerais, perte de la b (...)

13Cent-vingt-huit biens en Afrique, localisés dans 37 pays4, sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013. Le nombre de sites varie entre neuf pour l’Ethiopie ou le Maroc et zéro pour quatorze autre pays ayant ratifié la convention mais n’ayant pas proposé pour l’instant de sites à l’inscription (ou s’étant limités à l’inscription de sites sur la liste indicative). Les premiers sites africains inscrits sur la liste en 1978, dès la conception de celle-ci, sont culturels : ainsi l’île de Gorée au Sénégal et les églises creusées dans le roc de Lalibela en Ethiopie. L’Afrique comporte par ailleurs le plus important pourcentage de sites inscrits sur la liste du patrimoine en péril, représentant près de 13 % des sites africains (44 % de l’ensemble des sites inscrits sur la liste du patrimoine en péril). Les raisons de l’inscription sur le patrimoine en péril sont diverses5, mais semblent globalement indiquer des difficultés en termes de gestion des biens inscrits.

  • 6 La « Stratégie globale pour une liste du patrimoine équilibrée, représentative et crédible » a été (...)

14Malgré les actions entreprises au cours des dernières années par l’UNESCO pour rééquilibrer les disparités régionales d’une liste initialement conçue selon les standards et par les expertises issus du monde occidental (Harrison, 2013), la situation évolue lentement, du moins quantitativement. Plusieurs chercheurs insistent sur les déséquilibres qui persistent à caractériser la liste du patrimoine mondial (Frey & Steiner, 2011 ; Frey & Lasse, 2012), malgré les initiatives prises par l’UNESCO (en particulier la « stratégie globale pour une liste du patrimoine équilibrée, représentative et crédible » mise en place en 1994)6. Steiner et Frey (2011) ont ainsi montré que non seulement le déséquilibre ne s’est pas estompé mais qu’au contraire il s’est prononcé depuis la mise en place de la stratégie globale. Ces difficultés ont été pointées par la 35e session du Comité du patrimoine mondial (2011) qui s’est penchée sur l’évaluation de la Stratégie globale et de l’initiative PACTe. Bertacchini et Saccone (2011) ont par ailleurs mis en évidence que l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial dépend de conditions institutionnelles et économiques et qu’elle est sujette à des considérations des retombées escomptées par les Etats et les experts qui participent au processus de sélection. Ils pointent par ailleurs le caractère très politique de la sélection et le rôle des pays et des experts participant au Comité du patrimoine mondial (Brumann, 2012). Dans cette quasii-concurrence pour l’inscription sur la liste à laquelle se sont historiquement livrés les pays européens, et dans laquelle sont plus récemment entrés, de façon particulièrement active, certains pays comme la Chine, la plupart des pays africains, y compris les « poids lourds » du tourisme en Afrique, paraissent démunis.

15La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée en 2003 participe d’une volonté de faire évoluer cet état des faits (Smith & Akagawa, 2009). L’initiative lancée à la réunion de Marrakech en 1997, entérinée par les proclamations des chefs d’œuvre entre 2001 et 2005, puis par l’application de la Convention 2003, pose en effet la question des liens entre patrimoine et communautés, via la sauvegarde des pratiques, des rituels et des traditions qui fondent le patrimoine immatériel. C’est un élément du patrimoine africain, la place Jemaa El-Fnaa à Marrakech, qui a contribué de façon significative à la conceptualisation de la notion du patrimoine culturel immatériel (PCI) (Schmitt, 2008). Selon Loulanski (2006) celle-ci marque un mouvement vers une conception anthropocentrée et fonctionnelle du patrimoine, comprenant trois aspects principaux étroitement liés l’un à l’autre : des monuments vers les hommes, des objets aux fonctions, et par conséquent de la préservation vers l’utilisation et le développement durables. Le patrimoine ne se limite plus aux objets, et n’a plus comme objectif principal leur préservation matérielle, mais évolue de plus en plus vers une notion synonyme de « tout ce qui remplit la fonction de l’héritage culturel » (Muller, 1998, p. 399). Ainsi le patrimoine est de plus en plus étroitement associé à son contexte social, perçu comme une construction sociale, produite et définie par les individus et les groupes sociaux.

  • 7 Dans l’intention et le mode de fonctionnement, cette liste est très différente de celle du patrimoi (...)

16Or, presque dix ans après sa ratification, cette liste « bis »7 comporte comparativement peu de biens africains (dix-neuf inscrits en 2012 sur plus de deux-cent-cinquante biens inscrits globalement). Plus que la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, elle constitue un témoignage poignant de la difficile construction d’une politique patrimoniale en Afrique, à la fois notionnellement et opérationnellement.

17Pourtant, cette situation semble aujourd’hui évoluer. On observe une reconnaissance de plus en plus active, voire militante, des patrimoines en Afrique. Celle-ci est le produit de plusieurs processus actuellement en cours, parmi lesquels l’action de l’UNESCO, grâce à sa vaste projection internationale, joue certainement un rôle central, voire déterminant – et ce, malgré les difficultés d’application « globale » des valeurs de la liste du patrimoine mondial pointées plus haut. Ces échanges transnationaux et expertises en mouvement résultent également du développement des relations bilatérales induites par la coopération décentralisée entre sites du patrimoine mondial (Craterre-ENSAG / Convention France-UNESCO, 2006), par exemple entre Albi et Abomey, ou le Val de Loire et le Niger, le patrimoine devenant alors un « référent circulant » (Istasse, 2011) condition de possibilité de ces échanges et adaptations transnationales.

18Ces nouvelles réalités patrimoniales sont également visibles à travers un nombre important de publications récentes portant sur les patrimoines africains, aussi bien par des chercheurs et universitaires (Anderson & Grove, 1987 ; Dieke, 2000 ; Akama & Sterry, 2002 ; Boswella & O’Kane, 2011 ; Calas, Marcel & Delfosse, 2011) que des acteurs du terrain ou des ONG, en particulier du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO (Aveling & Debonnet, 2010 ; White & Vande weghe, 2008 ; Craterre-ENSAG / Convention France-UNESCO, 2006).

  • 8 Session « Villes africaines et patrimoines » organisée dans le cadre du sommet « Africités III » à (...)

19Plusieurs initiatives cherchent ainsi à mettre le patrimoine au centre des problématiques sociales, culturelles et économiques en Afrique. En 2003, le Centre du patrimoine mondial de l’Unesco portait officiellement la question du patrimoine auprès des collectivités locales africaines8, marquant ainsi l’intérêt croissant de celles-ci pour leur patrimoine et sa valorisation.

20A l’évidence, l’inscription sur la liste du patrimoine mondial a gagné en puissance en Afrique au cours des dernières années, quoique de façon géographiquement différenciée sur le continent, posant la question des rapports entre inscriptions au patrimoine mondial et stratégies touristiques, notamment nationales.., et au-delà aux instrumentalisations en cours du patrimoine mondial à des niveaux scalaires variés.

Le tourisme et le patrimoine en Afrique : enjeux, ambiguïtés, questionnements

21Plusieurs textes associent le patrimoine mondial à l’enjeu du développement touristique du continent africain (AIMF, s.d ; Spenceley, 2005), indiquant le rôle moteur que peut constituer le patrimoine (a fortiori mondial) pour le tourisme et, au-delà, pour le développement local en Afrique.

  • 9 Voir à ce sujet les Baromètres Internationaux publiés par l’OMT.

22Parallèlement, l’Organisation Mondiale du Tourisme9 montre que le continent africain participe pleinement de la croissance du tourisme international, passant de 10 millions de touristes internationaux en 1987 à plus de 50 millions en 2010, avec des taux de croissance à l’échelle continentale conformes aux tendances globales. Ainsi le tourisme international en Afrique a cru de 6 % par an entre 2005 et 2012 (UNWTO, 2013).

  • 10 Même si la place du Zimbabwe est à relativiser aujourd’hui du fait de l’effondrement du pays (Mutan (...)

23Rappelons toutefois qu’il est difficile, sinon impossible, de parler de façon générale du tourisme en Afrique et de ses rapports avec le patrimoine et le développement (Boswell & O’Kane, 2011), du fait des situations très différentes dans les 54 pays du continent. Entre les pays africains les plus développées touristiquement et ceux qui le sont moins, voire pas du tout, les écarts sont beaucoup plus importants que ceux qui peuvent être observés comparativement entre les différents pays européens. Si le Kenya en Afrique de l’est, les iles Maurice et les Seychelles dans l’Océan Indien, le Maroc et la Tunisie dans le Maghreb, l’Afrique du Sud et Zimbabwe10 au Sud ou la Côte d’Ivoire et le Sénégal à l’Ouest constituent des exemples d’une mise en tourisme parfois considérable, d’autres pays, voire la majorité, restent en retrait des flux touristiques (Dieke, 2000 ; Rogerson, 2007).

24Par ailleurs, comme le rappelle Richards (2000), et à l’exception des pays du Maghreb, même les pays africains qui représentent des « histoires à succès » sur le plan touristique, développent un produit touristique international peu diversifié, limité aux safaris et au tourisme balnéaire ou bien adressé à des populations touristiques ciblées. Selon le même auteur, même les pays comme la Côte d’Ivoire ou le Sénégal qui ont développé un tourisme patrimonial, s’adressent à un segment du marché essentiellement composé d’Africains-Américains ou d’autres diasporas.

25La question des rapports entre tourisme et patrimoine se pose en effet de façon spécifique dans le continent africain, parce que la notion du patrimoine et le développement touristique ont connu des trajectoires différentes. Le tourisme en Afrique étant resté en grande partie à l’écart des grands mouvements touristiques qui ont caractérisé la deuxième partie du XXe siècle, il est censé incarner désormais au mieux les nouveaux paradigmes du tourisme se situant aux antipodes du tourisme dit de masse. Ainsi, les écrits et les analyses sur le tourisme en Afrique présentent souvent son côté « durable », « participatif » et « éthique », tout en mettant en garde contre un développement du tourisme en Afrique qui suivrait le modèle européen et le développement d’un système touristique fondé sur la mise en valeur des ressources patrimoniales monumentales au détriment d’une approche plus diffuse et partagée (Principaud, 2010).

  • 11 Plusieurs publications institutionnelles articulent le développement touristique à ces objectifs (R (...)

26Nous voyons ainsi émerger une littérature « prescriptive » du tourisme africain, qui devrait, afin d’accomplir le nouveau rôle qui lui est désormais attribué comme moteur du développement et de réduction de la pauvreté11, être fondé sur les particularités du patrimoine africain. Comme par ailleurs la nature « vivante » du patrimoine africain signifie que sa mise en valeur dépend de la « bonne santé » de l’artisanat et des traditions, les rapports entre tourisme et patrimoine mettent les communautés locales au centre, à travers la promotion du capacity-building (Koutra & Edwards, 2012). Le développement du tourisme et du patrimoine est en général abordé (Spenceley, 2004 & 2005) comme une possibilité pour garantir l’empowerment des populations locales, s’inscrivant ainsi dans un tournant opéré par les organisations internationales, quant à l’articulation entre tourisme, patrimoine et développement durable (Hawkins & Mann, 2007 ; Galla, 2012). Dans l’hypothèse d’un développement touristique qui ne sera pas mis en cause par les défis économiques, sociaux et environnementaux contemporains et à venir, l’Afrique représente, selon plusieurs analyses, un potentiel de développement touristique considérable (Christie, 2001 ; Akama & Sterry, 2002). Le tourisme est alors investi d’une mission importante : participer au développement économique et social du continent.

  • 12 « Programme sur le Patrimoine mondial et le Tourisme Durable » adopté par le Comité du patrimoine m (...)

27Dans ces processus, le patrimoine mondial joue un rôle central, à la fois par sa visibilité et par l’effet vertueux, anticipé et performatif de l’inscription, au moment où le Centre du patrimoine mondial articule de façon accrue le patrimoine et les objectifs de développement, par la médiation du tourisme12 (Gravari-Barbas & Jacquot, 2013). Les publications du Centre du patrimoine mondial insistent sur les qualités du développement touristique africain basé sur la culture et le patrimoine et investissent le tourisme d’une mission : « tourism will, therefore, assist in removing existing stereotypes and misrepresentations of indigenous African cultures. In this regard, cultural tourism may well contribute to the promotion of international harmony and cross-cultural understanding » (ATLAS, 2000, p. 14).

28A l’opposé de ces approches certes porteuses d’espoir mais prescriptrices et encore à advenir, plusieurs chercheurs pointent des réalités plus nuancées. Le tourisme, en tant que phénomène « glocal » résulte aussi bien d’initiatives locales, voire micro-locales que des réalités impulsées par la mondialisation. Comme le souligne P. Urquhart (s.d.) « the growth path of tourism in African countries often depends on the precarious interaction of small businesses with the giants of the global economy and the unpredictable forces of globalization ». En tant que produit global du capitalisme tardif, le tourisme devient un secteur important d’investissement étranger en Afrique, potentiellement porteur d’exclusivités (Akama, 2004 ; Meyer, 2010).

29Selon certains chercheurs, les principes fondateurs de l’UNESCO qui consistent à « apporter la paix dans l’esprit des hommes » correspondent, in fine, peu à ce qui est observé sur le terrain (Edson, 2004). Selon Boswell et O’Kane (2011), le tourisme et le patrimoine, a fortiori mondial, contribuent à transformer l’espace en une mosaïque de lieux de concentration touristique à côté d’autres demeurant enclavés et à l’écart des dynamiques économiques. Dans le contexte du continent africain, ceci est à mettre en rapport avec le contexte postcolonial (Hall & Tucker, 2004), qui caractérise une grande partie des patrimoines culturels en Afrique. Les projets patrimoniaux qui se mettent en place dans un contexte postcolonial ne sont pas exempts de nouveaux storytellings mobilisés pour (re)écrire l’histoire : « In the postcolony, heritage is also an important memory device » (Anheier & Isar 2011, cité in Boswell & O’Kane, 2011). Ainsi, malgré le fait que cela peut rappeler des mémoires traumatiques, les patrimoines des dominations restent prégnants : « heritage remains vitally important to local senses of self. Even contested (i.e. colonial) heritage cannot be easily erased so that a ‘new’ narrative, which excludes the painful recollection of slavery and colonisation, can be realised » (Boswell & O’Kane, 2011). Ceci peut encourager la nécessaire réappropriation des patrimoines traumatiques par les populations locales, mais à condition que les nouveaux récits prennent en compte la diversité des messages patrimoniaux et de leurs destinataires, à la fois locaux et extérieurs.

30Le développement du tourisme autour du patrimoine mondial se heurte en Afrique à plusieurs difficultés.

31Tout d’abord, le contexte politique rend la situation difficile sinon impossible pour le tourisme dans certaines parties du continent africain, y compris là où quelques années auparavant il semblait constituer un scénario de développement économique crédible et prometteur, comme le montrent D. Cissouma Togola et S. Al Karjousli (n° 1/2014), dans le contexte géopolitique de montée du terrorisme.

  • 13 L’inscription de la ville de Rabat en 2012 inclut à la fois la ville arabo-musulmanne et la « ville (...)

32Ensuite, la coexistence, sur le continent, des patrimoines africains avec des patrimoines d’origine européenne, souvent héritages et reliques des colonisations (Addo, 2011), complexifie davantage le développement touristique et ses finalités. « Une différence de conception fondamentale s’établit donc à ce niveau entre la conception d’un patrimoine européen dont l’assise est l’héritage et celle d’un patrimoine africain qui pour une bonne part est chargé de fonction, qui n’a de sens que par l’utilisation qui en est faite, ou par le symbolisme qu’il transmet » (Ouallet, 2003). Selon Boswell et O’Kane (2011), les patrimoines indigènes sont gérés selon les approches de mise en valeur et de gestion touristique calées sur des pratiques issues des pays occidentaux et/ou gérés par des acteurs internationaux, induisant des rapports particuliers entre le patrimoine et les communautés locales. Mais on peut également évoquer les difficultés de prise en compte des patrimoines issus de la colonisation (Sinou, 2005) y compris dans des pays touristiques. La faible valorisation de l’architecture coloniale à Casablanca (Cohen & Eleb, 2004) ou en République démocratique de Congo (Robert, n° 1/2014) est un exemple de ces difficultés (même si les inscriptions récentes au patrimoine mondial ne font plus l’opposition entre patrimoine vernaculaire et patrimoine colonial13).

33Finalement, le développement du tourisme se heurte aux imaginaires touristiques (Graburn & Gravari-Barbas, 2011 a, b) européens particulièrement prégnants ayant produit depuis des siècles des représentations consolidées de l’Afrique et de ce à quoi elle est associée. La littérature, la photographie, les films, ont contribué à produire une image stéréotypée de l’altérité africaine. N. Salazar (2009) souligne ainsi que la campagne promotionnelle de Tanzanie « Tanzania – Authentic Africa » réussit à encapsuler les images du Wild Eden (Adams & McShane, 1996) produites par Hollywood, depuis Tarzan jusqu’à Out of Africa, en passant par Gorillas on the Mist, Born Free ou The Lion King.Selon certains auteurs, le développement du tourisme culturel en Afrique s’inscrit toujours dans la continuité et la perpétuation de ces imaginaires (Welsh, 2000) avec tout ce que cela induit comme limitations et difficultés, en tension avec la fabrique d’imaginaires nationaux par le biais du tourisme (Fursich & Robins, 2004 ; Bondaz, 2009).

Tourisme, patrimoine mondial et développement durable

  • 14 Le volet environnemental est bien mois développé ici du fait de l’orientation des textes réunis.

34Dans ce contexte, le tourisme et le patrimoine mondial peuvent-ils constituer un scenario crédible pour le développement durable en Afrique ?
La question de la « durabilité » du développement par le patrimoine et le tourisme est ici introduite de façon réflexive, calée sur les problématiques émergentes au sein de plusieurs organisations internationales et en particulier l’UNESCO : ainsi la politique du patrimoine mondial est marquée par l’intégration croissante des enjeux du développement durable (par exemple avec le plan d’action adopté à Paraty en 2010). Une telle convergence désigne deux choses : la prise en compte des initiatives « labellisées » durables (par exemple le programme tourisme durable du Centre du patrimoine mondial), et la prise en compte de critères qui pourraient assurer la durabilité du développement, via en particulier la redistribution des ressources et l’implication des populations14. Nous prenons ainsi en compte les discours (prescripteurs et injonctifs) et leurs effets sur le terrain.

35Dans le cas de l’Afrique, le développement jusqu’à présent modeste du tourisme, combiné avec ce qui est perçu comme un « potentiel » patrimonial (la diversité des traditions et des héritages bâtis, la majesté des paysages), a conduit à l’émergence de nouveaux discours et actions misant sur le tourisme comme facteur de développement (Christie & Crompton, 2001 ; World Bank, 2010, The State of Tourism in Africa, 2010). Or, plusieurs chercheurs estiment que la contribution du tourisme à l’économie africaine a été souvent surestimée (Mowforth & Munt, 2003 ; Dieke, 2000). La question qui émerge est alors : qui profite finalement du développement du tourisme et qui capte les investissements internationaux sur le continent ? Salazar (2009), s’appuyant sur Goodman (2002), rappelle que les mécanismes de redistribution vers les populations locales sont rares et inopérants. Par exemple, les retombées locales des six mille visiteurs journaliers des chutes de Victoria en Zambie, un des sites touristiques les plus importants dans la partie Sud du continent africain, restent particulièrement limitées malgré le « potentiel énorme » du site : « About than 18 hotels and lodges operate around Victoria Falls and most of them import their food stuffs and supply for guests from Lusaka and neighbouring countries like South Africa » (African World Heritage Fund, s.d.). Or la plupart des exemples de sites du patrimoine mondial tendent à montrer que cette situation est la norme plutôt que l’exception.

36Deux dimensions sont présentes dans les analyses : l’intégration du patrimoine à un objectif de type pro-growth, avec les créations d’emplois liés, permettant de palier à des problèmes de pauvreté, et l’approche pro-poor, visant à éliminer la production de nouvelles marginalités liées au développement touristique, y compris dans des sites patrimoniaux. Leur point de rencontre (pro-poor growth policies) (Gerosa, 2003) désigne les modalités de prise en compte des populations locales fragiles dans les projets de développement.

  • 15 UK Department for International Development
  • 16 Cette démarche repose sur une critique des modes de développement touristique attentifs à la seule (...)

37Certaines études semblent démontrer empiriquement, et dans un éventail de destinations, la validité de la thèse centrale du tourisme dit « pro-pauvre » [à savoir que le secteur peut avoir des liens étroits avec les populations pauvres (Spenceley, 2010), en fonction des politiques publiques menées et les comportements des entreprises (Meyer, 2007)]. Selon le DFID15 (1999), le tourisme, significatif (2 % du PIB et 5 % de la valeur des exportations) dans 11 des 12 pays avec le plus grand nombre de populations pauvres (vivant avec moins de 1 US$ par jour), peut être un outil efficace de développement et de lutte contre la pauvreté en contribuant au « redéveloppement » des espaces ruraux et urbains fragilisés si il est mené dans une démarche « pro-poor16 » (DFID, 1999). Michell et Faal (2007, 2008), dans leur étude sur les liens entre tourisme et pauvreté en Gambie, estiment que plus de la moitié du montant total consacré au tourisme est dépensé en Gambie – dont environ 14 % sont perçus par les pauvres. Ils avancent que l’ampleur des retombées s’explique par l’occurrence des « petites dépenses » et par l’existence d’une association professionnelle de secteur informel très active.

38Toutefois, des disparités géographiques apparaissant dans les effets du pro-poor tourism, conduisent à mettre en garde contre le recours à des diagnostics ou prescriptions politiques standard. Les politiques pro-poor semblent souvent insuffisantes à modifier les dynamiques économiques de domination (Harrison, 2012), voire s’insèrent dans les logiques de libéralisation économique au lieu de la mise en place de politiques redistributrices (Schilcher, 2007). Dans certains cas également peut être identifiée une instrumentalisation de « l’argument du développement local » (Cousin, 2007).

  • 17 Voir le numéro d’Alternatives Sud, « Expansion du tourisme : gagnants et perdants, points de vue du (...)

39Un ensemble de recherches pose également la question d’une pérennisation des inégalités du fait de l’importance des investissements étrangers et de l’externalisation des bénéfices17, voire de la façon dont le tourisme peut entretenir des situations de marginalité. Les politiques nationales de développement touristique n’assurent pas nécessairement un développement local équilibré (Sinclair, 1998).

40De façon plus générale, la question de la participation des communautés locales aux projets de développement se heurte, selon Chirikure et al (2010), au fait qu’elles ne se sentent pas toujours concernées par les patrimoines susceptibles d’être mis en valeur, à cause de la longue histoire d’évictions territoriales en Afrique pendant les occupations coloniales qui ont provoqué une séparation des communautés de leurs patrimoines. Les chercheurs soulignent le fait que dans le Sud de l’Afrique, la longue histoire des déplacements forcés et le système de gestion des parcs Nationaux posent des problèmes en termes d’identification des communautés et des acteurs qui peuvent être associés aux projets patrimoniaux et touristiques. Chirikure et al (2010, p. 38) soulignent ainsi la différence des pays comme l’Ethiopie, moins touchés par l’aliénation coloniale, où les communautés locales de Lalibela ou d’Aksum continuent d’avoir des relations fortes avec le patrimoine vu non seulement comme une médiation avec leur passé mais aussi comme une ressource mobilisable au présent (Bridonneau, ce numéro).

  • 18 Comme le montrent plusieurs études concernant le tourisme de mémoire, articulé aux touristes Nord-A (...)

41Mais au-delà de ces approches désormais classiques, la question des impacts du tourisme mérite d’être déconstruite. L’analyse en terme d’impacts, qu’ils soient positifs ou négatifs, apparaît trop unilatérale (Cazes, 1989 & 1992). Les touristes eux-mêmes participent au processus de valorisation : ils ne font pas que « consommer » l’espace, ils le marquent aussi par diverses formes d’appropriations, par leurs pratiques, leurs représentations, projections de sens et de valeurs18 (Edensor, 1998 ; Gravari-Barbas, 2012). Dans une perspective anthropologique, le tourisme permet également de légitimer un patrimoine aux yeux des habitants. Ainsi, en termes d’impacts, Hall & Lew (1998) rappellent qu’il s’agit plutôt d’opérer une lecture systémique des rapports entre patrimoine et tourisme, à travers leurs interrelations, et d’entendre dans « impacts » l’expression « tourism-related change », permettant d’indiquer à la fois l’interdépendance des phénomènes et leur multidimensionnalité. En effet, le tourisme fait appel à une double réalité (Sharpley, 2011) : il se présente à la fois comme une activité qui s’inscrit pleinement dans l’économie de marché et comme un phénomène socio-culturel particulièrement complexe car intrinsèquement lié aux enjeux du développement. L’économie touristique entretient un rapport étroit avec le territoire, lieu d’expression de la culture et de sa diversité, et sur lequel le touriste se déplace, produit et consomme. Cette relation systémique patrimoine-tourisme orientée vers le développement durable implique toutefois la prise en compte des populations locales dans les « transactions » et les échanges avec les touristes.

42Dès lors, les travaux, notamment de géographes, tendent à revisiter les discours établis qui insistent souvent sur le rôle destructeur du patrimoine par des masses touristiques (Deprest, 1997). Le patrimoine n’a de sens qu’inséré dans la société (Gravari-Barbas, 2005). La découverte touristique du patrimoine constitue un moment du monde, marqué, en particulier, par un véritable engouement patrimonial (Lazzarotti & Violier 2007), qui se traduit par un processus de patrimonialisation généralisé qui s’empare d’objets de plus en plus variés pour les remettre au « goût du jour », croyant effacer l’usure du temps qui guette inexorablement les signes du passé.

Présentation du numéro spécial Via@ sur « Patrimoine Mondial, Tourisme et développement » en Afrique

43Les articles réunis dans ce numéro abordent des problématiques transversales. Plusieurs apports peuvent être ici évoqués :

44La question de l’empowerment des communautés locales est fortement présente (A. Payen ; P. Ouoko & A. Ouallet ; D. Cissouma Togola & S. Al Karjousli ; M. Tchindjang & M. H. Etoga ; I. Cloquet ; E. Magnani) et semble représenter un des verrous majeurs du développement local articulé au patrimoine mondial et au tourisme.

45Ainsi, Ariane Payen montre que le projet pilote d’écotourisme communautaire développé en 2003 par l’Union Européenne dans le Parc National de Loango, au Gabon, n’a pas réussi à créer une adhésion locale. Pire, malgré les efforts des porteurs de projets, et neuf ans après le lancement des activités, on constate une participation décroissante de la population locale. L’auteur liste un vaste ensemble de freins qui empêchent l’appropriation des projets par les communautés locales : investissements internationaux opaques, manque de charte et d’engagements quant aux recrutements des habitants, course et concurrence entre les différentes ONG pour obtenir les financements et les aides, etc.

46Ces conclusions ne sont pas différentes de celles d’Isabelle Cloquet (ce numéro), concernant un Parc National du même pays, inscrit sur la liste du patrimoine mondial (Parc de la Lopé), Ces résultats corroborent nombreuses analyses montrant que les projets touristiques à « vocation durable » ne présentent que des bilans médiocres en termes d’implication et d’appropriation des activités par les populations locales (par exemple Oheneba, 2011).

47Toutefois, loin d’être analysée comme une confrontation binaire entre « locaux » et extérieurs, la question des « communautés locales » est bien plus complexe (Tchindjang & Etoga, n° 1/2014). Les conflits et l’exploitation concernent les différentes communautés locales dans un jeu de tensions multiples entre communautés locales, autorités locales, gouvernement central et ONG internationales. Dans cette tension tout le monde ne tire pas son épingle du jeu de la même façon. En dépit du succès de la notion de communauté, emblématisée par la reprise par le Comité du patrimoine mondial de la notion à Christchurch (Nouvelle-Zélande) en 2007, ou mise au Centre de la Convention du Patrimoine culturel immatériel de 2003, il s’agit d’éviter de réifier cette notion ou d’en adopter une vision romantique pour au contraire être attentif à leurs constructions et lignes de fractures et pluralisations (Waterton & Smith, 2010). Alors que des groupes sociaux sont laissés pour compte, certains habitants s’insèrent parfois avec une grande habileté dans le jeu local-global qui se tisse autour des sites du patrimoine mondial, comme le montre pertinemment M. Bridonneau (ce numéro).

48L’analyse du rôle des touristes, maillon essentiel de la triangulation entre communautés locales et acteurs, moins exploré dans ce recueil des textes, pourrait s’avérer déterminante dans la compréhension de ce qui se noue en Afrique autour du patrimoine mondial. M. Bridonneau montre ainsi de façon saisissante l’implication des touristes « engagés » dans l’économie locale – mais aussi les limites locales intrinsèques de cet engagement.

49Les textes réunis invitent ainsi à rester prudents quant aux capacités du tourisme sur les sites du patrimoine mondial à servir de base pour le développement durable. Ils mettent en évidence le grand déséquilibre entre le pouvoir communicationnel du « label » patrimoine mondial et ses réalités sur le terrain. Le territoire africain se révèle un laboratoire extraordinaire mais aussi douloureux des difficultés de mise en place d’une « charte de qualité » liée au « label » patrimoine mondial. La grande disparité des situations, les difficultés de gestion sur le terrain, l’implication – ou pas – des autorités locales, régionales ou nationales, génère des réalités observables très contrastées. L’investissement ou non des acteurs représente en ce sens le deuxième enjeu de la création d’un projet de développement autour du tourisme et du patrimoine mondial.

50A la question posée en introduction : « le tourisme et le patrimoine mondial, dans leur relation mutuelle et réciproque, peuvent-ils constituer un scenario crédible pour le développement durable en Afrique ? », les textes réunis ici hésitent à répondre positivement. Mais ce que nous retiendrons ici, plus que la réponse stricto sensu à la question, est le caractère performatif du processus qui se met en place. La généralisation du discours vertueux sur le développement durable intègre déjà les dispositifs mettant le patrimoine et le tourisme – durable – au centre des initiatives adoptées.

  • 19 Plusieurs travaux (Rogerson, 2007 ; Moswete & Darley, 2011) rappellent le déficit d’études sur le t (...)

51L’ensemble des articles réunis dans ce numéro propose ainsi l’exploration des particularités, des avancées et des apories du tourisme « patrimonial » et de ses rapports au développement durable dans le contexte mouvant et évolutif du continent africain. Les coordinateurs de ce numéro invitent le lecteur à lire les textes de façon croisée, transversale et réflexive. Plus que de prendre connaissance avec des cas d’étude en soi passionnants, plus même qu’à cerner les spécificités intrinsèques des questionnements sur le continent africain19, il s’agit de considérer ce dernier comme un territoire-laboratoire des mécanismes induits par le patrimoine mondial, qui réinterroge aussi cette production, dans un espace qui représente aujourd’hui un des « fronts pionniers » du tourisme.

Haut de page

Bibliographie

Adams J.S. & McShane T.O., 1996, The myth of wild Africa : conservation without illusion (2nd ed.), Berkeley, University of California Press.

Addo E., 2011, “European heritage and cultural diversity : the bricks and mortar of Ghana’s tourism industry”, Journal of Contemporary African Studies, vol. 29, n° 4, Octobre, pp. 405-425.

African World Heritage Fund, s.D., World Heritage Sites and Sustainable Tourism, Victoria Falls, WH site.

AIMF, s.d. Patrimoine culturel et enjeux territoriaux en Afrique francophone. Appui aux politiques locales.

Akama J. & Sterry P. (ed.), 2002,“Cultural tourism in Africa : strategies for the new millennium”, Proceedings of the ATLAS Africa International Conference, December 2000, Mombasa, Kenya.

Akama J., 2004, “Neocolonialism, dependency and external control of Africa’s tourism industry. A case study of wildlife safari tourism in Kenya”, in Hall M., Tucker H. (dir), Tourism and Postcolonialism : Contested Discourses, Identities and Representations, London, Routledge, pp. 140-152.

Anderson D. & Grove R., 1987, “The scramble for Eden : past, present and future in African conservation”, in Anderson D. and Grove R. (eds), Conservation in Africa. People, policies and practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Andrieux J.-Y. (dir.), 2011, Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Anheier H., Isar Y.R., 2011, Heritage, memory and identity, London, Los Angeles, New Delhi & Singapore, Sage.

Arrif A., 1994, « Le paradoxe de la construction du fait patrimonial en situation coloniale, le cas du Maroc », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 73, n° 1, pp. 153-166.

Ashworth G.J., 2004, “Tourism and the heritage of atrocity : Managing the heritage of the South African apartheid for entertainment”, in Singh, T.V., Tourism seeks new horizons, CABI Basingstoke.

Ashworth G. J., 2008,“Heritage : De ?nitions, delusions and dissonances”, in Almoeda R.& al.(eds.), Heritage 2008. World Heritage and Sustainable Development, 3–9, Lisbon, Green Lines Institute for Sustainable Development.

Aveling C., Debonnet G., 2010, Patrimoine mondial dans le bassin du Congo, Paris, UNESCO.

Babelon J. P., Chastel A., 2008, La notion de patrimoine, Paris, Editions Liana Levi.

Bertacchini E., Saccone D., 2011, “Embracing diversity, correcting inequalities : towards a new global governance for the UNESCO World Heritage”, Journal of Cultural Economics, vol. 17, n° 3, Juin, pp. 278-288.

Bondaz J., 2009, « Imaginaire national et imaginaire touristique, L’artisanat au Musée national du Niger », Cahiers d’études africaines, 2009/1, n. 193-194, pp. 365-390.

Bourdeau L., Gravari-Barbas M., Robinson M., (eds), 2012, Tourisme et Patrimoine Mondial, Laval, Presses Universitaires de Laval.

Boswell R, O’Kane D, 2011, “Introduction : Heritage management and tourism in Africa”, Journal of Contemporary African Studies, vol. 29, n° 4, Octobre, pp. 361-369.

Bouchenaki M., 2004, « Editorial, Définition du patrimoine Culturel Immatériel », Museum Intenational, vol. 56, n° 221 – 222, pp. 6-12.

Brumann Ch., 2012, “The virtues of multilateral ethnography in the UNESCO World Heritage arena”, communication à l’Association of Critical Heritage Studies, Goteborg.

Calas B., Olivier M., Delfosse Cl., 2011, « Patrimonialisations en Afrique », Géographie et cultures, n° 79, pp. 5-10.

Cazes G., 1989, « Le mirage touristique dans les pays pauvres : réflexion à partir de quelques exemples de l’Afrique noire francophone », in Singaravelou P. (dir.), Pauvreté et développement dans les pays tropicaux (Hommage à Guy Lasserre), Bordeaux, CEGET-CNRS, pp. 319-330.

Cazes G., 1992, Tourisme et tiers-monde- un bilan controversé – les nouvelles colonies de vacances ?, Paris, l’Harmattan (coll. Tourismes et Sociétés), tome 2, pp. 176-184.

Chirikure Sh., Manyanga M., Ndoro W.& Pwiti G., 2010,“Unfulfilled promises ? Heritage management and community participation at some of Africa’s cultural heritage sites”, International Journal of Heritage Studies, vol. 16, n° 1-2, pp 30-44.

Christie I.T., Crompton D.E., 2001, Tourism in Africa, Africa Region Working Paper Series n° 12.

Choay F. 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil.

Cousin S., 2007, « L’argument du développement local par le tourisme », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 170, pp 11-13.

Craterre-ENSAG / Convention France-UNESCO, 2006, Patrimoine culturel et développement local.

Deprest F., 1997, Enquête sur le tourisme de masse : l’écologie face au territoire, Paris, Belin.

Dann G.M.S, Seaton A.V., 2001, Slavery, contested heritage and thanatourism, New York, Haworth Hospitality Press.

Di Giovine M., 2009, UNESCO, world heritage and tourism, Lanham, Boulder, New York, Toronto & Plymouth, Lexington Books.

Dieke P.U.C., 2000, “The nature and scope of the political economy of tourism development in Africa”, in Dieke P.U.C. (ed), The political economy of tourism development in Africa, New York, Cognizant Communication Corporation, pp. 1-28.

Department for International Development (DFID), 1999, Tourism and Poverty Elimination : Untapped Potential, London, DFID.

Edson G., 2004, “Heritage : pride or passion, product or service ?”, International Journal of Heritage Studies, vol. 10, n° 4, pp. 333-348.

Edensor T., 1998, Tourists at the Taj, Performance and Meaning at a Symbolic Site, London, Routledge.

Eleb M., Cohen J.-L., 2004, Casablanca, Mythes et figures d’un aventure urbaine, Paris, Hazan.

Eloundou L., Odiaua I., 2012, Patrimoine mondial Africain, une diversité remarquable, Paris, UNESCO.

Frey B., Lasse S., 2011, “World Heritage List : does it make sense ?”, International Journal of Cultural Policy, vol. 17, n° 5, Novembre, pp. 555–573.

Fursich E., Robins M., 2004, “Visiting Africa : Constructions of Nation and Identity on Travel Websites”, Journal of Asian and African Studies, 39, pp. 133-152.

Galitzine-Loumpet A., Gorshenina S. & Rapin Cl., 2012, « Archéologie(s) en situation coloniale, 2, Acteurs, institutions, devenirs », Les nouvelles de l’archéologie, Juin, n° 128.

Galla A. (ed.), 2012, World Heritage, Benefits Beyond Borders, Paris/Cambridge, UNESCO Publishing/Cambridge University Press.

Gerosa V., 2003, Tourism : A Viable Option for Pro-Poor Growth in Africa, Economic Commission for Africa Economic Policy Research Center, Expert Group Meeting, Kampala.

Girard M., 2006, « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc », Socio-anthropologie, n° 19, Les mondes du patrimoine.

Godonou A., Mengin C. (dir.), 2013, Porto Novo : patrimoine et développement, Histoire de l’Art n° 19, Paris, Publications de la Sorbonne.

Goodman R., 2002, “Pastoral livelihoods in Tanzania : can the Maasai benefit from conservation ?”, Current issues in Tourism, n° 5, pp. 280-286.

Goody J., 2004, “The transcription of oral heritage”, Museum International, 56, n° 1-2, pp. 91-97.

Goodwin H., 2008, “Pro-poor Tourism : a response”, Third World Quarterly, vol. 29, n° 5, pp. 869-871.

Graburn N., Gravari-Barbas M., 2011a, “Imagined Landscapes of Tourism”, Journal of Tourism and Cultural Change (JTCC), vol. 9, n° 3, September.

Gravari-Barbas M., Graburn N., 2012, Imaginaires touristiques, Via@, Les imaginaires touristiques, n° 1, mis en ligne le 16 mars 2012.
URL : http://www.viatourismreview.net/Editorial1.php

Graham B., Ashworth G.J. & Tunbridge J.E., 2000, A Geography of Heritage : Power, Culture and Economy, London/New York, Arnold/Oxford University Press.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis S., 2003, Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Gravari-Barbas M., 2005, Habiter le Patrimoine : Enjeux, Approches, Vécu, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Géographie Sociale.

Gravari-Barbas M., 2012, « Tourisme et patrimoine, le temps des synergies ? », in Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?, Internationale de l’imaginaire, nouvelle série, n° 27, pp. 375-399.

Gravari-Barbas M., Jacquot S., 2013, « Patrimoine, Tourisme, développement : une triangulation impossible ? », in Gravari-Barbas M., Jacquot S., 2013 (dir.), Patrimoine, Tourisme, développement : une triangulation impossible ? Patrimoine mondial et développement, au défi du tourisme durable (à paraître), Québec, Presses Universitaires de l’Université du Québec.

Hall C.M., Lew A., 1998, Sustainable Tourism : A Geographical Perspective, Upper Saddle River, Prentice Hall.

Hall M., Tucker H. (dir), 2004, Tourism and Postcolonialism : Contested Discourses, Identities and Representations, London/New York, Routledge.

Harrison R., 2013, Heritage, Critical approaches, London/New York, Routledge.

Harrison D., 2008, Pro-poor tourism, a critique, Third World Quaterly, 29, n° 5, pp. 851-868.

Hawkins D.E., Mann Sh., 2007, “The World Bank’s Role in Tourism Development”, Annals of Tourism Research, vol. 34, n° 2, pp. 348-363.

Istasse M., 2011, « Circulation et rencontre du patrimoine et du tourisme dans la médina de Fès : de l’investigation de diverses formes patrimoniales », Téoros, n° 2, pp. 37-46.

Jeudy H.-P., 1990, Patrimoines en folie, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

Khadi el G., Ouallet A., Couret D., 2005, « Le patrimoine moderne dans les villes du Sud, une articulation en cours entre mémoires locales, modernités urbaines et mondialisation », Autrepart, 2005, n° 1, pp. 3-12.

Koutra Ch., Edwards J., 2012, “Capacity-building through socially responsible tourism development : A Ghanaian Case Study”, Journal of Travel Research, 51, n° 6, pp. 779-792.

Lazzarotti O. & Violier Ph., 2007, Tourisme et Patrimoine. Un moment du Monde, Angers, Presses de l’Université d’Angers.

Loulanski T., 2006, “Cultural Heritage in Socio-Economic Development : Local and Global Perspectives”,Environments Journal, vol. 34, n° 2, pp. 51-69.

Maurel Ch., 2012, « L’UNESCO et la promotion des savoirs en Afrique subsaharienne de 1960 à nos jours », in Gary-Tounkara D. & Nativel D. (dir.), L’Afrique des savoirs au sud du Sahara, XVI-XXIe siècle, Acteurs, supports, pratiques, Paris, Editions Karthala.

McGregor J.A., 2003, “The Victoria Falls 1900-1940 : Landscape, Tourism and the Geographical Imagination”,Journal of Southern African Studies, vol. 29, n° 3, Septembre, pp. 717-737.

Meyer D., 2007, “Pro poor tourism : From leakages to linkages. A conceptual framework for creating linkages between accommodation sector and ‘poor’ neighbouring communities”, Current Issues in Tourism, n° 6, pp. 558–83.

Meyer D., 2010,. “Changing power relations : foreign direct investment in Zanziba”, in Mosedale J. (ed.), Political Economy of Tourism : A critical perspective.Contemporary geographies of leisure, tourism and mobility, London, Routledge.

Mitchell J. & Ashley C., 2006, Can tourism help reduce poverty in Africa ?, London, Overseas Development Institute.

Mitchell J., Ashley C., 2007, Assessing how tourism revenues reach the poor, Briefing Paper 21, Overseas Development Institute, Juin.

Mitchell J., Faal J., 2007, “Holiday package tourism and the poor in the Gambia”, Development Southern Africa, vol. 24, n° 3.

Mitchell J., Faal, J., 2008, “The Gambian tourism value chain and prospects for pro-poor tourism”, ODI, working paper 289.

Mutana S., Zinyemba A. Z., 2013, “Rebranding the Zimbabwe tourism product : a case for innovative packaging”, vol. 2, n° 4, April, pp. 95-105.

Moswete N.N., Darley K.W., 2012, “Tourism survey research in sub-Saharan Africa : problems and challenges”,Current Issues in Tourism, vol. 15, n° 4, pp. 369-383.

Mowforth M. & Munt, I., 2003 Tourism and Sustainability : New Tourism in the Third World, London/New York, Routeledge.

Muller M., 1998, “Cultural Heritage Protection : Legitimacy, Property, and Functionalism”, International Journal of Cultural Property, 7, n° 2, pp. 395-409.

Akyeampong O.A., 2011, “Pro-poor tourism : residents’ expectations, experiences and perceptions in the Kakum National Park Area of Ghana”, Journal of Sustainable Tourism, vol. 19, n° 2, pp. 197-213.

Ouallet, A., 2003, « Perceptions et réutilisations patrimoniales en Afrique. Quelques exemples maliens », in Gravari-Barbas M. & Guichard-Anguis S., Regards croisés sur le patrimoine à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne.

Ouallet A., Tamru B., Couret D., 2005, « Habiter les vieux quartiers d’Addis-Abeba : un patrimoine en risque ? Eléments pour la compréhension des enjeux et des acteurs », in Gravari-Barbas M. (dir.), Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 297-314.

Orbasli A., 2007, “Tourism and the “Islamic” Town : social change, conservation and tourism in traditional settlements” in Travellers, Pilgrims and Traders : Tourism in the Middle East (ed. R. Daher) Channel View, pp. 161-187.

Poulot D., 1997, Musée, Nation, Patrimoine, 1789-1815, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires.

Principaud J.-Ph., 2010, « De la difficulté de développerle tourisme solidaire en Afrique subsaharienne. L’exemple (déjà ancien) du « tourisme rural intégré » en Basse-Casamance, Teoros, vol. 29, n° 1, pp. 90-99.

Prigent L., 2011, « Le patrimoine mondial est-il un mirage économique ?Les enjeux contrastés du développement touristique », Téoros, vol. 30, n° 2, pp. 6-16.

Prud’homme R., Gravari-Barbas M., Jacquot S., Talandier M., Henri-Nicot B., et Odzirlik B., 2008, Les impacts socio-économiques de l’inscription d’un site sur la liste du patrimoine mondial : trois études, Rapport, Paris.

Richards G., 2000, “Satisfying the cultural tourist : challenges for the new millennium”, in Akama J., Sterry P. (ed),2002 Cultural tourism in Africa : strategies for the new millennium. Proceedings of the ATLAS Africa International Conference, December 2000, Mombasa, Kenya, pp. 35-41.

Robert Y., 2012, « Enjeux méthodologiques autour de la triangulation « patrimoine-tourisme développement » en République Démocratique du Congo », communication présentée au colloque Le tourisme, moteur du développement durable des sites du patrimoine mondial ?, 1 au 7 juin, Libreville, Gabon.

Rogerson Ch., 2007, “Reviewing Africa in the global tourism economy”, Development Southern Africa, vol. 24, n° 3, pp. 361-379.

Salazar N., 2009, “A troubled past, a challenging present, and a promising future : Tanzania’s tourism development in perspective”, Tourism Review International, vol. 12, n° 3-4, pp. 259-273.

Salin E., 2002, Les centres historiques du Caire et de Mexico : représentations de l’espace, mutations urbaines et protection du patrimoine, thèse de Doctorat, sous la dir. d’Alain Musset, Université de Nanterre – Paris X.
Thèse consultable sur : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00597908/;
dernière consultation juin 2013.

Sharpley R., 2011, The study of tourism, Past trends and future directions, London/New York, Routledge, Contemporary Geographies of Leisure, Tourism and Mobility.

Schilcher D., 2007, “Growth Versus Equity : The Continuum of Pro-Poor Tourism and Neoliberal Governance”,Current Issues in Tourism, vol. 10, n° 2-3, pp. 166-193.

Schmitt T., 2008, “The UNESCO Concept of Safeguarding Intangible Cultural Heritage : its Backgrounds and Marrakchi Roots”, International Journal of Heritage Studies, vol. 14, n° 2, pp. 95-111.

Sinclair M., 1998,“Tourism and Economic Development : A Survey”, Journal of Development Studies, vol. 34, n° 5, pp. 1–51.

Sindiga I., 1999, Tourism and African Development : Change and challenge of tourism in Kenya, Aldershot, Ashgate.

Sinou A., 2005, « Enjeux culturels et politiques de la mise en patrimoine des espaces coloniaux », Autrepart, 2005, 1, n° 33, pp. 13-31.

Smith L., Akagawa N., 2009, Intangible heritage, London/New York, Routledge.

Spenceley A., 2004, Tourism Certification in Africa : Marketing, incentives and monitoring, Rapport à l’International Ecotourism Society, 29 November.

Spenceley A., 2005, Tourism Certification Initiatives in Africa, rapport à l’International Ecotourism Society.

Spenceley A., Habyalimana S., Tusabe R. & Mariza D., 2010, “Benefits to the poor from gorilla tourism in Rwanda”,Development Southern Africa, vol. 27, n° 5, pp. 647-662.

The State of Tourism in Africa, 2010, vol. 1, n° 1, Publication de la Africa House at New York University (NYU), de la Africa Travel Association (ATA) et de la Banque Mondiale.

Steiner L., Frey B., 2011, “Correcting the imbalance of the Word heritage list : did the UNESCO strategy work ?”,Journal of International Organizations Studies, vol. 3, n° 1, pp. 25-40.

Taylor K., Lennon J., 2010, “Cultural landscapes : a bridge between culture and nature ?”, International Journal of Heritage Studies, vol. 17, n° 6, pp. 537-554.

Teye V. B., Dallen J. T., 2004, “The varied Colors of Slave Heritage in West Africa : White American Stakeholders”,Space and Culture, vol. 7, n° 2, pp. 145-155.

Tunbridge J.E., Ashworth G.J., 1996, Dissonant Heritage, The management of the past as a Resource in Conflict, New York, Wiley.

Urquhart P., s.d., The sustainable development of tourism in Africa, AEREA Studies – Africa, vol. 2, EOLSS (Encyclopedia of Life Support Systems).
Consultable sur : http://www.eolss.net/Sample-Chapters/C16/E1-48-50.pdf;
dernière consultation : juin 2013.

UNESCO, Centre du Patrimoine Mondial, 2011, Rapport final de l’Audit de la Stratégie globale et de l’initiative PACTe, Volume 1, Mise en œuvre de la stratégie globale pour une liste du patrimoine mondial équilibrée, représentative et credible http://whc.unesco.org/archive/2011/whc11-35com-INF9Af.pdf
(dernière consultation : mai 2013)

UNWTO, 2013, Faits saillants du tourisme, édition 2013, Madrid, OMT.

Waterton E., Smith L., 2010, « The recognition and misrecognition of community heritage », International Journal of Heritage Studies, vol. 16, no1-2, pp. 4-15.

Welsh H., 2000, “A critical reflection on cultural tourism in Africa : the power of European imagery”, Cultural tourism in Africa : strategies for the new millennium, Proceedings of the ATLAS Africa International Conference December 2000, Mombasa, Kenya

White L., Vande weghe J. P., Unesco – CAWHFI, 2008, Patrimoine mondial Naturel d’Afrique centrale. Biens existants – Biens potentiels, Rapport de l’atelier de Brazzaville.

World Bank, 2010, Africa Region Tourism Strategy. Transformation Through Tourism : Harnessing Tourism for Growth and Improved livelihoods.

Haut de page

Notes

1 En effet, la distinction souvent opérée entre l’Afrique subsaharienne et les pays du Maghreb et Machrek court également dans le champ patrimonial. Les découpages régionaux opérés par l’UNESCO distinguent « l’Afrique » et les « Pays Arabes », parmi lesquels l’Egypte, le Maroc, la Tunisie, la Lybie et l’Algérie.
Dans le cadre de cette introduction nous raisonnerons toutefois à l’échelle du continent africain. Si ce découpage régional n’est pas toujours adapté à des problématiques patrimoniales, il nous a semblé ici pertinent car les différences en termes de patrimonialisation institutionnelle, qui nous intéresse ici tout particulièrement, sont bien mois lisibles que les différences entre typologies patrimoniales

2 Gaston Zossou, propos recueillis par E. de Roux, Le Monde, 2 mai 2001.

3 L’Afrique centrale est une des zones les plus concernées par l’inscription sur la liste du patrimoine en péril pour des raisons liées à des troubles civils et des conflits armés [6 biens naturels dans du patrimoine mondial situés dans des zones de conflit et de post-conflit dans la région des Grands Lacs (Eloundou & Odiaua, 2012, p. 19)].

4 La Somalie et le Soudan du Sud n’ont pas signé la Convention du patrimoine mondial. Djibouti, la Guinée équatoriale, le Liberia et Sao Tomé-et-Principe ont ratifié la convention, mais n’ont soumis aucun site. L’Angola, le Burundi, les Comores, l’Érythrée, la Guinée-Bissau, le Lesotho, le Rwanda, la Sierra Leone et le Swaziland ont inscrit des sites uniquement sur la liste indicative.

5 Braconnage, déforestation, guerre civile, terrorisme, extraction sauvage de minerais, perte de la biodiversité, démolitions et destructions. Il convient de souligner que le tourisme ne fait pas partie des menaces mentionnées dans les rapports d’inscription.

6 La « Stratégie globale pour une liste du patrimoine équilibrée, représentative et crédible » a été adoptée en 1994, suite aux recommandations de la 16e session du Comité du patrimoine mondial réunie à Santa Fe en 1992, pour le 20e anniversaire de la convention du patrimoine mondial. Elle vise « à la fois à corriger les déséquilibres de la liste entre régions du monde, types de monuments et époques et à « passer d’une vision purement architecturale du patrimoine culturel de l’humanité à une vision beaucoup plus anthropologique, multifonctionnelle et globale ». Elargie aux biens naturels en 1996, elle fixe pour objectif une liste représentative, équilibrée et crédible.

7 Dans l’intention et le mode de fonctionnement, cette liste est très différente de celle du patrimoine mondial, toutefois la Liste devient un objet qui s’autonomise, notamment dans ses effets taxinomiques et classificatoires, alimentant le parallèle entre les deux Listes (Bortolotto, 2011).

8 Session « Villes africaines et patrimoines » organisée dans le cadre du sommet « Africités III » à Yaoundé, Cameroun, décembre 2003.

9 Voir à ce sujet les Baromètres Internationaux publiés par l’OMT.

10 Même si la place du Zimbabwe est à relativiser aujourd’hui du fait de l’effondrement du pays (Mutana, et Zinyemba, 2013).

11 Plusieurs publications institutionnelles articulent le développement touristique à ces objectifs (Rogerson, 2009), voir par exemple les recommandations de l’Oversea Development Institution (Mitchell & Ashley, 2006) qui synthétisent ces recommandations.

12 « Programme sur le Patrimoine mondial et le Tourisme Durable » adopté par le Comité du patrimoine mondial en 2012 ; Initiative Tourisme : « People protecting places » du Centre du patrimoine mondial (2013), etc.

13 L’inscription de la ville de Rabat en 2012 inclut à la fois la ville arabo-musulmanne et la « ville nouvelle », conçue et construite sous le Protectorat français de 1912 aux années 1930.

14 Le volet environnemental est bien mois développé ici du fait de l’orientation des textes réunis.

15 UK Department for International Development

16 Cette démarche repose sur une critique des modes de développement touristique attentifs à la seule croissance (Goodwin, 2008). Elle se distingue également du tourisme durable et du « community tourism ».

17 Voir le numéro d’Alternatives Sud, « Expansion du tourisme : gagnants et perdants, points de vue du sud », 2006.

18 Comme le montrent plusieurs études concernant le tourisme de mémoire, articulé aux touristes Nord-Américains (Deye & Tallen, 2004).

19 Plusieurs travaux (Rogerson, 2007 ; Moswete & Darley, 2011) rappellent le déficit d’études sur le tourisme en Afrique, comparativement à d’autres aires géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « Patrimoine mondial, tourisme et développement durable en Afrique : discours, approches et défis  », Via [En ligne], 4-5 | 2014, mis en ligne le 26 octobre 2014, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.853

Haut de page

Auteurs

Maria Gravari-Barbas

IREST, EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Chaire UNESCO Culture, Tourisme, Développement

Articles du même auteur

Sébastien Jacquot

Maître de conférences en géographie - IREST, EIREST, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo DIALNET
  • Logo L'Agenzia Nazionale di Valutazione del Sistema Universitario e della Ricerca
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search