Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4-5De l’intégration des projets de d...

Résumé

Cet article s’inscrit dans la lignée des études visant à construire un corpus de connaissances sur les projets intégrant conservation et développement (PICD). En s’appuyant sur le cadre d’analyse proposé par Blom et al. (2010), il s’attache à identifier les raisons de l’échec d’un projet touristique de vision des gorilles implanté dans le site du patrimoine mondial de Lopé-Okanda, au Gabon. Les conclusions de l’étude insistent sur la nécessité d’une compréhension approfondie des dynamiques économiques, socioculturelles et politiques des sites bénéficiaires aux échelons local, régional et national et de leur prise en considération dès la conception du projet.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure adresse toute sa gratitude au CENAREST, à l’ANPN – Parcs Gabon ainsi qu’à l’ensemble des informateurs clés qui ont participé à cette étude.

  • 1 Dénomination anglophone : ‘Payment for environmental services’ ; ‘Reducing Emissions from Deforesta (...)

1En Afrique et ailleurs, les projets intégrant conservation et développement (PICD), qui se sont multipliés durant les trois dernières décennies, ont débouché sur des résultats mitigés voire décevants (Alpert, 1996 ; Barrett & Arcese, 1995 ; Blom, Sunderland & Murdiyarso, 2010 ; Brandon & Wells, 1992 ; Garnett, Sayer & du Toit, 2007 ; Newark & Hough, 2000). Aujourd’hui, les bailleurs de fonds tendent à leur préférer de nouveaux mécanismes de financement pour la conservation, tels le ‘paiement pour services environnementaux’ (PSE) et la ‘réduction des émissions de CO2 issues de la déforestation et de la dégradation des forêts1 » (REDD). Bien que se concentrant sur la conservation, ces nouveaux mécanismes gardent en commun par les PICD leur approche par projets. Ceci suggère que l’expérience acquise avec les PICD peut leur permettre d’éviter les écueils passés (Blom & al., 2010). Il apparaît donc utile de développer une analyse systématique des PICD afin d’édifier un corpus de connaissances apte à aiguiller de manière éclairée la conception et la mise en œuvre de cette nouvelle génération de projets.

2Le présent article propose l’étude du « Centre de conservation de Mikongo » (CCM), un PICD implanté dans l’« Ecosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda » (LP-O), une aire protégée du Gabon, en Afrique centrale. Inspiré par les succès de l’Ouganda et du Rwanda, le CCM avait pour but de développer le tourisme de vision des gorilles (Greer & Cipolletta, 2006 ; Masi, 2010). Malgré sa durée, longue de douze ans, le projet n’a pas pu remplir l’essentiel de ses objectifs. Il s’inscrivait pourtant dans une stratégie plus large de mise en valeur de LP-O, notamment par le classement de l’aire au statut de parc national en 2002 et une reconnaissance comme site du patrimoine mondial en 2007 (www.unesco.org, mai 2013). Aujourd’hui, et à la suite de l’échec du PICD – et d’autres PICD fondés sur l’agriculture -, les populations locales sont laissées avec peu d’opportunités d’emploi ou autres perspectives de développement socioéconomique ; leur accès au parc est limité et leurs moyens pour lutter contre les ravages des éléphants sont insignifiants, l’espèce étant intégralement protégée au Gabon depuis 2011 (communications personnelles, 2011 & 2012). Comprendre les raisons de l’échec du CCM semble dès lors pertinent tant d’un point de vue scientifique que social.

3L’article s’articule en cinq parties. La première reprend brièvement les approches successives de la conservation ; une attention particulière est accordée au paradigme de l’intégration de la conservation et du développement, duquel le CCM est représentatif. La deuxième partie présente la méthodologie utilisée pour l’analyse du CCM ; elle est suivie par une présentation du projet (partie 3) et des résultats de l’étude (partie 4). La dernière partie de l’article propose une discussion des résultats et tire des conclusions concernant tant l’analyse des projets que leur conception et mise en œuvre.

Les Projets Intégrant Conservation et Développement

  • 2 Traduction personnelle de: ‘excluding people who live adjacent to protected areas from use of these (...)

4L’intégration de la conservation et du développement (ICD) résulte d’un changement de paradigme de la conservation de la nature au cours de la période 1950-1980. En effet, l’approche précédente, qui prônait une mise sous cloche et donc l’exclusion de l’homme des aires à protéger (Blaikie & Jeanrenaud, 1997 ; Brandon & Wells, 1992 ; Brown, 2002 ; Newark & Hough, 2000), se voyait de plus en plus contestée, comme l’expriment Brandon et Wells, dans l’extrait suivant : « interdire l’utilisation des ressources aux personnes qui vivent aux abords des aires protégées, sans leur fournir d’alternatives (…) était (…) impossible d’un point de vue politique et injustifiable d’un point de vue éthique2 » (Brandon & Wells, 1992, p. 557).

5Parallèlement, on reconnaissait que la surexploitation des ressources naturelles en zone rurale résultait en partie de la pauvreté qui y régnait (Stallings, 2001, p. 3). Cette prise de conscience croissante, doublée de l’expansion du paradigme de la « durabilité », créa un certain engouement pour l’approche ICD, laquelle met l’accent sur les complémentarités entre conservation et développement et la nécessité de compromis dans les stratégies de conservation (Brown, 2002).

  • 3 Traduction personnelle de ‘the different modes, scale and length of implementation, and the specifi (...)

6Les PICD peuvent être classés en trois catégories selon la logique qui sous-tend leurs objectifs de développement (Abbot & al., 2001, p. 1116). Un projet peut vouloir (1) compenser la perte d’accès aux moyens de subsistance ; (2) développer des alternatives économiques à l’utilisation des ressources protégées ; (3) augmenter la valeur des ressources lorsqu’elles sont préservées de manière à inciter les populations à les protéger (par exemple, en les valorisant touristiquement). Quelle que soit la catégorie des PICD, les résultats obtenus étaient plutôt mitigés. Peu à peu leur efficacité ainsi que la validité du raisonnement qui était à leur fondement furent remises en question (Garnett & al., 2007). Les scientifiques en appelèrent à une évaluation rigoureuse (Hughes & Flintan, 2001) et à la vérification des hypothèses à leur origine (Brooks & al., 2006 ; Ferraro & Pattanayak, 2006 ; Garnett & al., 2007). Toutefois, comme le soulignent Abbot & al. : « Le fait que les PICD présentent chacun des particularités quant à leur mise en œuvre, notamment en ce qui a trait au mode, à l’échelle et à la durée, et quant au contexte géographique, écologique, culturel et socio-économique dans lequel ils sont implantés rend problématique toute tentative de généralisation3 » (Abbot & al., 2001, p. 1116).

7Entre-temps, une nouvelle approche de la conservation de la nature s’est imposée à l’échelle internationale. Tandis que l’ICD reposait sur une approche locale et par projets, les nouveaux instruments de financement de la conservation, tels les PES et les REDD, participent d’une approche à l’échelle internationale (Humphreys, 2006 cité dans Blom & al., 2010) et plus institutionnalisée (Batterbury & Fernando, 2006 ; Larson, 2005 cité dans Blom & al. 2010), laquelle implique toutefois la mise en place de projets de conservation localisés (voir Blom & al., 2010 ; Ghazoul, Butler, Mateo-Vega & Koh, 2010 ; Harvey, Dickson & Kormos, 2009 ; Tacconi, Mahanty & Suich, 2010 pour une analyse approfondie des PES et REDD).

Cadre d’analyse et cueillette des données

8Afin de contribuer de manière systématique à l’avancement des connaissances sur les PICD, l’auteur a choisi de mobiliser pour l’étude du CCM un cadre d’analyse existant : les bonnes pratiques identifiées par Blom & al. (2010, pp. 167-170). Comparativement à d’autres listes de bonnes pratiques proposées dans l’abondante littérature sur les PICD (e.g. Brooks & al., 2006 ; Hughes & Flintan, 2001 ; Newmark & Hough, 2000), celle de Blom & al. (2010) offre plusieurs avantages : (1) elle repose sur une recension de la littérature récente qui (2) a pris en compte à la fois les succès et les échecs des PICD ainsi que (3) l’apport que chaque élément de la liste peut avoir pour les projets REDD (Blom & al., 2010, p. 167). La liste comprend quinze principes pouvant être appliqués à l’étude de différents types de PICD. Ces principes sont présentés ci-après (voir Blom & al., 2010, pp. 167-170, pour une discussion plus approfondie de chaque élément). Pour les besoins de cet article, ils sont organisés en trois catégories selon qu’ils portent sur (1) les caractéristiques intrinsèques des projets ; (2) la participation des populations locales, (2) et l’influence de facteurs externes aux projets.

Figure 1 : Les quinze bonnes pratiques pour PICD selon Blom et al. (2010)

Figure 1 : Les quinze bonnes pratiques pour PICD selon Blom et al. (2010)

Bonnes pratiques relatives aux caractéristiques intrinsèques des PICD

9Sept principes portent sur la conception des projets, leur suivi et l’expertise nécessaire à leur mise en œuvre (cf. figure 1). D’abord, (1) la mise en place d’un projet localisé n’a de sens que si elle répond à une menace environnementale qui est elle-même locale (Blom & al., 2010, p. 168). La conception d’un projet ne devrait donc pas sous-estimer l’effet de menaces extérieures ou de plus grande portée sur lesquelles le projet n’aurait aucun effet, par exemple, le développement d’infrastructures nationales, l’afflux de migrants, une exploitation forestière illégale hautement organisée (Hughes & Flintan, 2001). Un projet devrait également : (2) avoir des objectifs mesurables et clairement définis (Blom & al., 2010, p. 167), ce qui implique que les priorités devraient être exposées dès la conception du projet et les objectifs formulés de manière à permettre une évaluation objective ; (3) avoir une durée adaptée à la portée des objectifs du projet ou vice-versa (p. 167), par exemple, un changement de comportement semble incompatible avec les cycles de financements courts auxquels sont soumis les projets ; (4) reconnaître explicitement les compromis consentis entre conservation et développement (p. 168), après en avoir négocié avec chaque partie prenante.

  • 4 Traduction personnelle de ‘ICDPs have gained the reputation for doing many things, none of which th (...)

10En outre, les bonnes pratiques montrent qu’un projet se devrait d’être (5) flexible dans sa conception de manière à parer à toute éventualité malencontreuse (voir Salafsky & Margoluis, 2004 cité dans Blom & al., 2010, p. 168). La mise en place de (6) mécanismes de suivi et d’évaluation permettrait une gestion plus réactive. Enfin, l’équipe du projet devrait (7) s’engager dans des activités dont elle a l’expertise et recourir à d’autres experts pour les activités qu’elle ne maîtrise pas (Blom & al., 2010, p. 169). Afin de multiplier leurs sources de financement, les PICD ont eu tendance à s’engager dans des activités très diverses sans pour autant en avoir une expertise adéquate, ce qui leur a donné « la réputation de faire beaucoup de choses, sans en faire aucune particulièrement bien4 » (Robinson & Redford cités dans Blom & al., 2010, p. 169).

Bonnes pratiques relatives à la participation des populations locales

  • 5 Traduction personnelle de ‘an appropriate balance between non-monetary, visible, community-wide ben (...)

11L’engagement des populations locales dans un projet apparaît crucial pour sa réussite sur le long terme. Ces populations ne constituant pas un groupe homogène – le statut social de chaque individu diffère selon le genre, l’âge et le pouvoir –, il semble important que l’équipe du projet acquière une certaine (8) compréhension de leur organisation, hétérogénéité et complexité (Blom & al., 2010, p. 168). Sans une telle compréhension, un projet s’exposerait à des conflits entre individus ou groupes pour l’accès aux ressources, une redistribution inéquitable des bénéfices du projet, etc. En outre, la viabilité d’un projet semble dépendre de sa capacité à (9) appréhender les besoins fondamentaux des populations bénéficiaires, à les reconnaître et à y répondre (Blom & al., 2010, p. 168 ; Brandon & Wells, 1992, p. 563). Un projet qui, dès le début, ‘profite (10) de manière visible et durable à l’ensemble de la population bénéficiaire’ obtiendrait de meilleurs résultats (Blom & al., 2010, p. 169-170 ; Chan & al., 2007, cités dans Blom & al., 2007, p. 169). Le choix des mesures incitatives se doit d’être adapté et « d’un site à l’autre, l’on devra déterminer un équilibre adéquat entre, d’une part, les avantages non-financiers, visibles et destinés à l’ensemble de la population et, d’autre part, les avantages financiers variant selon les performances5 » (Luttrell & al., 2007 cité dans Blom & al., 2010, p. 170).

12Brandon et Wells (1992, p. 563) soulignent par ailleurs que les activités proposées aux populations locales doivent avoir un lien avec les ressources à protéger, sans quoi les populations locales ne percevraient pas l’intérêt des mesures de conservation.

  • 6 Traduction personnelle de ‘adaptive governance (Brunner et al., 2005), adaptive collaborative manag (...)

13Selon Blom & al. (2010), les populations locales devraient être impliquées à chaque phase du projet. Des modèles conceptuels tels que « la gouvernance adaptable (Brunner & al., 2005), un management collaboratif adaptable (Colfer, 2005) et un management participatif des ressources naturelles (Fisher & al., 2005), […] permettent aux populations de se sentir concernées et de s’engager dans le projet, assurant ainsi leur soutien sur le long terme6 » (Blom & al., 2010, p. 169).

14Toutefois, Arnoldussen & al. (2008) questionnent la pertinence du modèle participatif en Afrique centrale. Selon les résultats d’études empiriques menées dans la région, des barrières politiques et socioculturelles empêcheraient une mise en œuvre efficace de ce modèle de gouvernance et gestion.

Bonnes pratiques relatives à l’influence de facteurs externes aux PICD

15Comme le suggèrent les résultats d’Arnoldussen & al. (2008), des facteurs extérieurs au projet peuvent influer sur son succès. Ainsi, le (12) soutien des politiques nationales apparaît fondamental (Blom & al., 2010, p. 167) puisque des décisions au niveau national peuvent être en contradiction avec les intérêts du projet, par exemple, l’octroi de concessions forestières ou minières, la construction d’un barrage. Un projet de conservation dépend aussi de (13) l’application des lois, que ce soit en matière de lutte contre le braconnage, l’empiètement sur les aires protégées ou la corruption (Wells & al., 1999 cités dans Blom & al., 2010, p. 169).

16Quelle que soit la concurrence entre les responsables de projets ou les parties prenantes, (15) un projet aurait avantage à collaborer avec d’autres (Blom & al., 2010, p. 169) ; il pourrait ainsi bénéficier d’un partage d’expériences et d’une prise de décision intégrée (Colfer, 2005 cité dans Blom & al., 2010, p. 169). Enfin, les projets cherchant à créer des alternatives économiques devraient identifier (14) de réels débouchés (Blom & al., 2010, p. 167) avant de commencer la production.

Cueillette des données

17Les données présentées ci-après résultent d’une analyse de contenu de rapports internes du CCM et de programmes associés (ECOFAC, Espèces Phares) ainsi que de rapports académiques (mémoires). L’analyse était guidée par la liste des bonnes pratiques proposée par Blom & al. (2010). Afin de compléter les données, l’auteur a mené des entretiens en profondeur avec six informateurs clés actifs dans la gestion du projet, la protection de l’environnement ou le développement touristique au Gabon. Ces entrevues, garantissant l’anonymat, se sont déroulées au Gabon, en janvier-février 2011 et en juin-juillet 2012.

Le projet du Centre de Conservation de Mikongo

  • 7 A l’origine une réserve de faune créée en 1946 sous la gouvernance coloniale français (Rousselot, 2 (...)
  • 8 Une liste plus complète des co-sponsors est disponible dans ZSL (2008). Centre de conservation de M (...)

18Initié en 1997, dans le cadre d’un projet plus vaste appelé « projet Vision de la Faune », le CCM avait pour mission de développer un tourisme de vision des gorilles dans l’aire protégée de LP-O. Le site de Mikongo avait été choisi pour sa haute densité en espèces fauniques et les possibilités de promenades qu’il offrait en forêt. De plus, LP-O, l’une des premières aires protégées du Gabon7, comptait parmi les plus accessibles du pays. A ses débuts, le projet avait pour principales sources de financement : ECOFAC (Programme régional de conservation et valorisation des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale), le Département gabonais de la faune et de la chasse et la « US Peace Corps8 » (Zoological Society of London (ZSL), 2008).

19Une partie des recettes générées par les activités touristiques devait être redistribuée aux populations du village voisin et contribuer à la gestion de LP-O (RAPAC, 2005, p. 72). La vision des gorilles devait diversifier l’offre touristique. Une fois lancées, les activités touristiques devaient être cédées à des investisseurs privés. Concrètement, le CCM impliquait l’habituation d’un groupe de gorilles, l’installation d’infrastructures et d’équipements touristiques et de recherche, la formation de pisteurs et guides ainsi que le déploiement d’activités touristiques. Le processus d’habituation commença en 1999, l’accueil des premiers touristes en 2001, avant que l’habituation fût terminée. Les premiers résultats du projet étaient plutôt encourageants : les touristes participaient au pistage et pouvaient voir les gorilles ; le CCM jouissait d’une bonne réputation. Toutefois, aucun repreneur n’avait pu être trouvé (ECOFAC, 2003).

20A plusieurs reprises, le CCM fut reconduit (voir figure 2), entraînant des changements répétés dans son plan de financement et de gestion (ZSL, 2008). Petit à petit, le projet commença à révéler ses faiblesses : l’habituation des gorilles des plaines occidentales s’avéra plus difficile que prévu ; les gorilles se montrant agressifs, l’équipe du CCM dut cesser les activités de vision pour les remplacer par des randonnées en forêt. En 2005, le CCM fut repris par la ZSL et l’autorité ayant pour compétence la gestion des aires protégées. Doutant de la viabilité financière des activités touristiques, la ZSL décida en 2010 d’arrêter le projet (ZSL, 2008). Le projet n’avait alors atteint aucun de ses objectifs, qu’il s’agisse de l’habituation ou du tourisme (communication personnelle, février 2011).

Figure 2 : Les trois étapes du CCM

Figure 2 : Les trois étapes du CCM

Succès et échecs du CCM

21L’analyse montre que le CCM a satisfait à quatre des quinze principes de Blom & al. (2010) ; quatre autres principes ont été partiellement remplis, et six n’ont pas été satisfaits (voir figure 3). Etant donné les réserves émises par Arnoldussen & al. (2008) concernant la pertinence du modèle participatif en Afrique centrale, l’auteur a analysé le principe s’y référant mais ne l’a pas pris en compte dans l’évaluation du projet, souhaitant éviter de cette manière une prise de position politique. L’exposé ci-après reprend les résultats de l’analyse et met en lumière les faiblesses du projet.

Conception et gestion du projet

  • 9 Règlement du concours du PPI3, FFEM en partenariat avec le comité français de l’UICN ; Programme th (...)

22Comparativement aux cas ougandais et rwandais, le CCM n’avait pas pour finalité de protéger les gorilles. Etant donné les dommages potentiels de l’habituation et du tourisme sur les gorilles (Blomley & al., 2010 ; Homsey, 1999 ; Hodgkinson & Cipolletta, 2009), l’ensemble du projet peut être considéré comme un compromis entre conservation et développement. Le but premier du CCM était de valoriser économiquement les ressources de LP-O afin d’appuyer et légitimer la création d’aires protégées auprès des autorités nationales et locales. Les gorilles furent choisis pour leur attractivité auprès des visiteurs internationaux (Gami, 1999). Il n’est pas certain que le projet, s’il avait réussi, aurait bénéficié à la conservation de la biodiversité locale. Plusieurs facteurs externes devraient être pris en considération pour répondre à cette question : l’efficacité de la gestion du parc et du tourisme, le modèle adopté pour la redistribution des bénéfices, les mesures anti-braconnage, la réponse politique aux coûts d’opportunité9, etc.

  • 10 Ceci rendit l’habituation plus difficile en comparaison des marécages en forêt humide utilisés dans (...)
  • 11 La réussite de l’habituation à Bai Hokou (République Centrafricaine) et à Mondika (République du Co (...)

23Le CCM comptait parmi les quelques projets pilotes d’habituation de gorilles des plaines occidentales. Il s’engagea donc dans des activités totalement nouvelles. Les connaissances sur cette espèce dans son habitat naturel étaient alors faibles ; il s’avéra que son comportement différait sensiblement de celui des gorilles des montagnes (Bermejo, 2005 ; Doran-Sheehy & al., 2007 ; Graziani, 2005). Bien qu’un groupe de gorilles des plaines occidentales ait été habitué à Lossi, en République du Congo, les conditions d’habituation à Lossi se révélèrent a posteriori particulièrement favorables (Gami, 1999). Selon Bermejo, primatologue, les conditions de pistage à Mikongo étaient particulièrement difficiles (forêt primaire10), comparativement à d’autres sites où l’habituation avait réussi11. Bermejo mit également en cause l’expertise des pisteurs du CCM (Bermejo, 2005). De toute évidence, et selon les experts, le processus d’habituation demeure largement imprévisible ; la seule identification d’un groupe de gorilles potentiel peut prendre des années (Doran-Sheehy & al., 2007).

24Les activités touristiques commencèrent trop tôt au CCM, avant que le processus d’habituation ne fût terminé. Si au premier stade de l’habituation, cela ne causa aucun problème apparent – les gorilles se montrant curieux vis-à-vis de leurs observateurs- les conséquences commencèrent à apparaître peu après : (1) la participation des touristes au pistage se révéla une entrave au processus d’habituation, certains touristes poussant des pisteurs à s’écarter du protocole et à étendre la durée du contact avec les primates (Bermejo, 2005) ; (2) le remplacement des activités de vision des gorilles par des randonnées en forêt suscita l’insatisfaction des visiteurs, qui continuaient à venir au CCM avec l’intention de voir les gorilles. Reposant sur des éléments moins charismatiques, les randonnées demandaient un niveau de compétences plus élevé en médiation touristique de manière à créer une véritable expérience de la forêt primaire. Des sessions de formation furent données par des consultants et professionnels du tourisme en 2001-2002 et 2009, mais elles ne permirent pas aux guides d’atteindre un tel niveau (communication personnelle, février 2011). L’équipe manqua également d’experts pour la gestion des activités touristiques et des relations avec le village voisin. Pour la ZSL, ce manque de spécialistes constitua un handicap majeur à l’amélioration de la qualité et de la gestion des activités touristiques ainsi qu’au développement de relations constructives avec les populations locales (ZSL, 2008 ; communication personnelle, février 2011).

25Les objectifs du CCM étaient clairement identifiés dès le début du projet. Cependant, ils n’étaient pas traduits en des termes mesurables (Rapac, 2005 ; Bermejo, 2005). Cela peut se comprendre en ce qui a trait à l’habituation des gorilles, en l’absence de connaissances en la matière à l’époque. Concernant le tourisme, la définition d’objectifs mesurables ainsi que l’utilisation d’outils de gestion appropriés – par exemple, un plan d’affaires – auraient pu aider les coordinateurs de projet à jauger les résultats à différentes étapes du projet et à déterminer les conditions (nombre de visiteurs, prix, organisation et diversification des visites, etc.) à satisfaire pour assurer une viabilité économique aux activités touristiques.

26Toutefois, l’on peut se demander si la viabilité des activités touristiques faisait partie des objectifs des porteurs de projet. Si l’on considère le rapport ECOFAC de 2003, cette volonté ne transparaît pas clairement. Les auteurs du rapport mentionnent un déficit de 36.500 euros pour les activités touristiques (51.500 USD) (ECOFAC, 2003, p. 68), un résultat jugé encourageant ; l’absence de repreneur est perçue comme surprenante (ECOFAC, 2003, p. 68). Les auteurs expriment néanmoins quelques réserves, notamment quant aux barrières au développement touristique en Afrique centrale. Ils soulèvent une question fondamentale concernant le rôle d’ECOFAC dans la prise de risques financiers associés à un tel projet, se demandant si ECOFAC devait se substituer à l’entrepreneuriat privé ou s’il aurait fallu trouver un repreneur privé avant le lancement du projet (ECOFAC, 2003, p. 41). Bien que soucieuse de la viabilité du CCM (French, 2009 ; ZSL, 2008), la ZSL s’est confrontée au même questionnement. Ses interrogations soulignent des préoccupations d’ordre éthique mais pointent également les difficultés à convaincre à nouveau les bailleurs de fonds : un projet de conservation doit-il pouvoir s’autofinancer, même s’il repose sur le développement d’alternatives économiques ? Et s’il ne le doit pas, qui serait susceptible de le financer, comment, et pourquoi (communication personnelle, février 2011) ?

  • 12 Blom définit la gestion minimale d’un parc comme étant ‘the absolute minimum management option, tha (...)
  • 13 13 La gestion efficace d’un parc est définie par Blom comme étant une gestion qui permet à l’aire p (...)
  • 14 Les coûts supplémentaires couvrent plus précisément les coûts de démarrage, de remplacement et d’as (...)

27Egalement non défini en des termes mesurables, le niveau attendu de la contribution financière du CCM à la gestion du parc. A partir des travaux de Blom (2004), qui a estimé le coût d’une gestion efficace des aires protégées dans la bassin du Congo, French a calculé que la contribution du CCM pouvait atteindre 14 % pour une gestion minimum12 de LP-O (calculé à partir des tarifs, capacité et taux d’occupation maximum de 2008), 7 % pour une gestion efficace13 et 3 % si les coûts additionnels14 étaient inclus dans le calcul (lancement et suivi du projet, coûts d’opportunité) (French, 2009, p. 46). Néanmoins, si l’on se base sur les cas rwandais et ougandais, une certaine garantie de vision des gorilles aurait pu sensiblement augmenter la hauteur de cette contribution (voir Hatfield & Malleret-King, 2007 ; Nielsen & Spenceley, 2010).

28Pour ECOFAC (2003) et la ZSL (communication personnelle, février 2011), les objectifs du CCM étaient trop ambitieux pour une approche par projet, au cycle de financement court. En effet, la durée totale de douze ans traduit mal le temps passé à gérer les reconductions : évaluation, conception d’un nouveau plan d’action, approbation par les bailleurs de fonds, financement (voir figure 2). Par ailleurs, les reconductions impliquèrent également des changements de responsables, et, avec eux, des changements d’approche dans le suivi et l’évaluation (Graziani, 2005 ; Venturoli & al., 2005).

29L’équipe du CCM démontra sa capacité à adapter son mode opératoire selon les situations, notamment lorsqu’il fut décidé de séparer les activités touristiques des activités d’habituation ou de développer avec les populations locale des activités touristiques de type communautaire (spectacle de danse, dégustations culinaires, artisanat). Cette flexibilité ne semble toutefois pas avoir été planifiée dès le départ ; il n’est en effet mention dans aucun rapport d’une alternative au plan initial. L’on peut par ailleurs déplorer que des contraintes politiques et/ou socioculturelles, qui auraient pu être anticipées, n’aient pas été prises en considération dans la conception du projet. Les mesures prises pour s’assurer de la faisabilité d’une redistribution des recettes aux populations locales étaient insuffisantes, entrainant de fâcheuses conséquences pour le projet et les populations concernées : baisse de motivation des employés locaux, frustrations et animosité envers l’équipe du CCM, agressions (communication personnelle, février 2011).

Figure 3 : Succès et échecs du CCM

Figure 3 : Succès et échecs du CCM

Participation des populations locales

30Les rapports d’archives et les entrevues ne permettent pas d’obtenir de l’information quant à la mise en place d’une éventuelle gouvernance participative. Leur lecture débouche néanmoins sur l’impression que la participation des populations locales fut essentiellement appréhendée sous la forme d’objectifs financiers (emplois, redistribution d’une partie des recettes) (ECOFAC, 2003 ; communication personnelle, février 2011). La pertinence des avantages financiers en Afrique centrale est discutée dans le rapport ECOFAC 2003, d’autres PICD ayant mis en évidence une absence de lien entre l’augmentation du pouvoir d’achat des populations locales et une amélioration de leur qualité de vie : les revenus supplémentaires avaient été consacrés à l’achat de produits de consommation « non essentiels » (ECOFAC, 2003, p. 8). D’un autre côté, le modèle participatif semble peu approprié pour un pays comme le Gabon. Des années auront été nécessaires pour y introduire l’idée d’une décentralisation des pouvoirs et, d’après certains de nos informateurs, l’option choisie par les autorités nationales ne donne toujours aucune base légale à un modèle de gouvernance participative (communication personnelle, janvier 2011). Les populations rurales ne semblent pas non plus prêtes pour un tel modèle ; plusieurs expériences tendent à indiquer qu’elles éprouvent des difficultés à s’approprier les projets, se percevant comme bénéficiaires plutôt que comme acteurs (Prunier, 2006 ; communication personnelle, janvier-février 2011).

31Plusieurs éléments tendent à indiquer que certains aspects socioculturels et sociopolitiques n’étaient pas maîtrisés par le CCM. Le projet semble avoir trop attendu des institutions nationales et de ses partenaires locaux (retard dans l’adoption de lois, promesses de partenaires non tenues, etc.). Les avantages d’ECOFAC en matière de développement rural n’étaient pas clairs pour les populations locales, comparativement à ce qu’elles en attendaient et qui reposait notamment sur ce que l’industrie forestière offrait aux villages voisins pour l’exploitation du bois (par exemple, matériel et centres médicaux et/ou éducatifs) (ECOFAC, 2003 ; communication personnelle, février 2011). Toutefois, l’analyse ne peut négliger les rapports de force entre le projet et les autres parties prenantes. Par exemple, l’on peut affirmer que les responsables du CCM avaient bien identifié les besoins des populations locales mais ne pouvaient – ni ne souhaitaient – y répondre (ECOFAC, 2003). Le CCM était d’abord conçu pour servir une stratégie internationale de conservation (soutenue par ECOFAC) ; la création d’emplois et les recettes du tourisme étaient perçues comme autant d’arguments destinés à susciter l’engagement national et local dans une stratégie de conservation.

  • 15 Un répondant qui était impliqué dans la gouvernance des aires protégées à l’époque du projet a expl (...)

32Le CCM se trouvait donc dans une situation où, d’une part, les aires protégées étaient promues comme une voie vers le développement15, d’autre part, le PICD ne pouvait pleinement répondre aux besoins fondamentaux des populations locales. En outre, la décision de faire découler les avantages aux populations locales des recettes ou profits générés par les activités touristiques impliquait que : (1) ces avantages ne pouvaient être offerts lors des premières phases du projet, les recettes étant trop maigres et les activités déficitaires ; (2) la redistribution des revenus dépendait d’un tiers (pour l’adoption d’une nouvelle législation en la matière), il n’y avait dès lors aucune garantie quant à sa mise en œuvre, (3) le maintien des avantages représentait une véritable prouesse dans un pays où les freins au développement touristique étaient encore légion.

Les influences externes sur le CCM

33Compte tenu de ces freins (absence d’une stratégie nationale de développement touristique, manque d’infrastructures de base et touristiques), s’implanter sur les marchés potentiels constituait un défi, ce malgré le charisme des gorilles. ECOFAC mena donc des actions pour multiplier les opportunités de marchés : des ateliers furent organisés avec les agences de voyages réceptives ainsi qu’avec certains voyagistes et agences de voyages étrangères. Le CCM fut également promu dans les salons professionnels du tourisme (De Mérode, Bermejo & Illera, 2001). Le nombre de visiteurs crût dans les premières années du projet mais ne put être maintenu une fois que les voyagistes et touristes eurent réalisé que les chances de voir les gorilles étaient faibles. Bien qu’une nouvelle campagne de promotion et l’édition d’un guide touristique sur le Gabon en 2008 eurent un effet positif sur le nombre de visiteurs, avec une augmentation de 189 % des voyageurs autonomes, le taux d’occupation du camp du CCM resta bas (21 %) (French, 2009, p. 42) pour des recettes atteignant 54.622.351 XAF (83.000 EUR ou 118.000 USD) et aucun bénéfice (ZSL, 2008, p. 11).

34Un vide juridique ainsi que des difficultés à faire appliquer les lois firent du CCM une véritable gageure (ECOFAC, 2003 ; communication personnelle, février 2011). Par exemple, l’absence d’un modèle de contrat pour les concessions touristiques constituait une entrave à l’investissement privé et l’absence d’un statut juridique pour les guides et les permis parc créait un environnement de travail peu confortable (communications personnelles, février 2011). De plus, la présence d’ONG internationales dans le parc semble avoir conduit les autorités à réduire leur présence dans LP-O : en 2003 seuls six gardes forestiers étaient assignés à LP-O (4.900 km²) alors qu’il y en avait onze au début du projet (ECOFAC, 2003, p. 7). Des raisons plus profondes peuvent également expliquer le manque de main d’œuvre dans les parcs nationaux. En effet, selon Nkoghé (2006), des contraintes anthropologiques, sociologiques et psychologiques conduiraient les citadins du Gabon à délaisser les zones rurales alors que les populations rurales rechigneraient à travailler dans le tourisme, un secteur moins connu et moins attrayant financièrement que les industries minière et forestière. Quoique l’équipe du projet, de par sa simple présence, exerçât un effet de dissuasion aux alentours de Mikongo (Venturoli & al., 2005), la diminution du nombre de gardes forestiers suscitait l’inquiétude quant à la protection qui allait être accordée aux gorilles une fois habitués et le projet terminé (communication personnelle, février 2011).

35Afin de bénéficier de l’expérience d’autres projets mais aussi en vue de former des groupes de réflexion plus importants, le CCM travailla en synergie avec des partenaires nationaux et internationaux. Si certaines collaborations s’avérèrent constructives – le CCM a pu bénéficier des connaissances acquises par le programme d’habituation de Lossi via le ‘Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale’ (RAPAC) (Bermejo, 2005 ; Mbété et al. 2007) –, d’autres ne purent déboucher sur des résultats tangibles. Ainsi, une initiative associant projets touristiques et parcs du pays dans le but de développer un cadre juridique commun pour les parcs nationaux ne put surmonter les différences d’opinions entre partenaires (communication personnelle, février 2011).

36Le soutien des autorités nationales à la conservation et à l’écotourisme évolua au fil du temps. L’annonce en 2002 de la création de treize parcs nationaux créa la surprise (www.legabon.org, 2011). Comme le soulignent des informateurs de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN – Parcs Gabon), les parcs nationaux représentaient alors des outils totalement nouveaux pour les autorités et les populations. Saisir l’ensemble des implications d’un tel réseau de parcs – en matières de législation, accès, gouvernance, gestion, etc. – demanda du temps (communication personnelle, février 2011). Des enjeux politiques et économiques importants expliquent aussi pourquoi l’acte légal de création des parcs nationaux ne fut adopté qu’en 2007 (communication personnelle, janvier 2011).

Conclusion

37L’analyse du CCM à l’aide des quinze bonnes pratiques relevées par Blom & al. (2010) nous permet d’identifier ses principales faiblesses et ainsi de comprendre pourquoi un PICD qui s’est étendu sur douze ans n’a pas pu atteindre l’essentiel de ses objectifs.

38Premièrement, le cas du CCM met en évidence l’importance fondamentale que revêt la formulation des objectifs. L’accumulation de présuppositions augmente les risques d’échec. Etant donné l’imprévisibilité de l’habituation des gorilles, les freins au développement du tourisme et les obstacles sociopolitiques et socioculturels au développement rural au Gabon, le projet a multiplié les défis. Définir des objectifs réalistes apparaît donc un principe de base lors de la conception de tels projets. Par exemple, la première phase du CCM aurait pu dissocier les objectifs de développement touristique de ceux relatifs à l’habituation des gorilles. Les efforts auraient alors pu se concentrer sur le développement de compétences au niveau local, applicables pour le projet et en-dehors : gestion de petites entreprises, interprétation du patrimoine culturel et naturel, accueil, etc. Deuxièmement, le projet s’est lancé dans activités dont il n’avait pas la maîtrise. Les objectifs étant multidisciplinaires, l’équipe devrait l’être également. L’équipe du CCM comprenait des primatologues et des biologistes de la forêt équatoriale, mais aucun expert en gestion du tourisme, développement rural ou gouvernance participative. Troisièmement, le CCM a souffert de conflits avec les populations avoisinantes, du manque de fiabilité de certains employés et partenaires, de conflits d’intérêts concernant l’adoption de réformes juridiques ou l’application des lois. Les difficultés rencontrées par le CCM dans la gestion de ces tensions soulignent le caractère stratégique que peut prendre l’identification de groupes d’intérêts parmi les parties prenantes et bénéficiaires d’un projet. L’expérience et les outils développés par des organisations travaillant dans le domaine du développement rural en pays en développement peuvent s’avérer utiles pour un repérage rapide de groupes stratégiques (voir de Sardan, 2003 pour un exemple de ces cadres d’analyse appliqués en Afrique).

  • 16 Traduction personnelle de ‘requires a total change in socio-political, legal and economic structure (...)

39Les travaux publiés dans Arnoldussen & al. (2008) ayant pointé les obstacles à l’application du modèle participatif en Afrique centrale, l’auteur a préféré ne pas évaluer sous l’angle sociopolitique le principe de Blom & al. (2004) s’y référant. Arnoldussen & al. (2008) n’est pas le seul ouvrage rappelant les difficultés opérationnelles, structurelles et culturelles que pose l’application du modèle de gouvernance participative. La mise en œuvre d’un projet ne peut se soustraire aux normes du cadre sociopolitique et culturel dans lequel il s’insère, au risque de mettre en péril la viabilité du projet. Tosun souligne les enjeux que soulève ce modèle de gouvernance dans les pays en développement (voir Tosun, 2000, pour une discussion approfondie de ces enjeux). Selon l’auteur, la mise en œuvre d’une approche participative « demande un changement total de la structure sociopolitique, juridique et économique des pays en développement (…) un changement dans les attitudes et comportements des décideurs afin de prendre en compte ceux qui jusque là étaient exclus, ce qui peut conduire à de nouveaux modèles de redistribution du pouvoir et de contrôle sur les ressources16 » (Tosun, 2000, p. 628).

40Aussi ce qui précède renvoie-t-il à une question élémentaire, qui mérite néanmoins d’être posée : est-il éthique d’attendre d’un projet – de conservation ou de développement – qu’il change la société dans laquelle il s’implante ? La conception d’un projet ne devrait-elle pas au contraire s’adapter aux conditions politiques, sociales et économiques des pays bénéficiaires et des populations d’accueil ? Dans le cas du CCM, la participation a essentiellement fait l’objet d’une définition réduisant les populations locales à de seuls bénéficiaires (emplois, partie des revenus). Toutefois, aucun élément empirique ne permet d’établir que cette définition étroite soit la cause de la non-appropriation du projet par les populations locales. En effet, les frustrations des populations semblent résulter du sentiment d’avoir été lésées voire trompées, les promesses de redistribution n’ayant pas été tenues.

41En conclusion, la liste de bonnes pratiques proposées par Blom & al. (2010) s’est avérée utile pour identifier les raisons de l’échec d’un PICD. Une bonne compréhension des dynamiques économiques, sociopolitiques et socioculturelles de la société d’accueil, aux niveaux local et supra-local, apparaît une condition sine qua non à une meilleure adéquation entre les projets de conservation et/ou de développement et leur milieu d’implantation. De ce constat, l’on peut tirer deux implications concernant le cadre d’analyse de Blom & al. (2010) et la gestion de tels projets. Premièrement, la portée du principe n° 8 de Blom & al. (cf. supra) devrait être étendue aux niveaux supra-locaux, et les connaissances sur le milieu d’implantation devraient non seulement guider la mise en œuvre d’un projet mais aussi sa conception. Deuxièmement, ces connaissances devraient également aider à déterminer la pertinence ou non d’une gouvernance participative et les modalités devant présider à la mise en œuvre d’une forme de participation des populations locales. La pertinence du principe de Blom & al. (2010) relatif à l’intégration de ces populations dans le projet devrait donc être soumise aux résultats d’une étude de terrain préparatoire à la conception du projet. Ceci nécessite la mise au point d’instruments capables de recueillir et analyser rapidement les données concernées, pour un coût raisonnable, des outils similaires à la méthode ECRIS (de Sardan, 2003) mais de portée plus large.

Haut de page

Bibliographie

Abbot J.O., & al., 2001, “Understanding the links between conservation and development in the Bamenda Highlands, Cameroon”, World Development, vol. 29, n° 7, pp. 1115-1136.

Alpert P., 1996, “Integrated Conservation and Development Projects”, BioScience, vol. 46, n° 11, pp. 845-855.

Arnoldussen D., Binot A., Joiris D.V. & Trefon Th. (dir.), 2008, Gouvernance et

environnement en Afrique centrale : le modèle participatif en question, Bruxelles, Musée Royal de l’Afrique centrale.

Barrett Ch.B. & Arcese P., 1995, “Are integrated Conservation-Development projects (ICDPs) sustainable ? On the conservation of large mammals in sub-saharan Africa”, World Development, vol. 23, n° 7, pp. 1073-1084.

Bermejo, M., 2005, “Evaluation début 2005 des potentialités de Mikongo pour l’habituation et l’écotourisme”, in RAPAC (dir.), Project Espèces Phares, Rapport d’activités Septembre 2004-Août 2005, pp. 97-111, http://www.rapac.org/index.php/biblio/cat_view/14-rapports/23-projet-especes-phares, consulté le 9 mai 2011.

Blaikie P. & Jeanrenaud S., 1997, “Biodiversity and human welfare”, in Ghimire

K. & Pimbert M. P. (eds.), Social change and conservation, London, Routledge, pp. 46-70.

Blom A., 2004, “An estimate of the costs of an effective system of protected areas in the Niger-Delta – Congo Basin Forest Region”, Biodiversity and Conservation, vol. 13, pp. 2661-2678.

Blom B., Sunderland T. & Murdiyarso D., 2010, “Getting REDD to work locally : lessons learned from integrated conservation and development projects”, Environmental Science & Policy, vol. 13, pp. 164-172.

Blomley T. & al., 2010, Development and gorillas ? Assessing fifteen years of integrated conservation and development in south-western Uganda, London, International Institute for Environment and Development.

Brandon K.E. & Wells M., 1992, “Planning for people and Parks : Design Dilemmas”, World Development, vol. 20, n° 4, pp. 557-570.

Brooks J.S. & al., 2006, “Testing hypothesis for the success of different conservation strategies”, Conservation Biology, vol. 20, n° 5, pp. 1528-1538.

Brown K., 2002, “Innovations for conservation and development”, The Geographical Journal, vol. 168, n° 1, pp. 6-17.

De Mérode E., Bermejo M. & Illera G., 2001, “Aire protégée et tourisme”, Canopée, n° 20, pp. 15-16.

de Sardan O., 2003, “L’enquête socio-anthropologique de terrain : synthèse méthodologique et recommandations à usage des étudiants”, Etudes et Travaux, n° 13, Niamey, Laboratoire d’études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL).

Doran-Sheehy D.M., Derby A.M., Greer D. & Mongo P., 2007, “Habituation of western gorillas : The process and factors that influence it”, American Journal of Primatology, vol. 69, n° 12, pp. 1354-1369.

ECOFAC, 2003, Rapport d’activités janvier-juin 2003, non publié.

Ferraro P.J. & Pattanayak S.K., 2006, “Money for Nothing ? A Call for Empirical Evaluation of Biodiversity Conservation Investments”, PLOS Biology, vol. 4, n° 4, pp. 482-488.

French J., 2009, Can western lowland gorilla tourism become a viable tool for conservation in Gabon ?, Mémoire de master, Msc Conservation Science, Imperial College London, www.iccs.org.uk/thesis/consci/msc09-french,joanna.pdf, consulté le 9 mai 2011.

Gami N., 1999, « Les gorilles de plaines pourquoi pas eux ? », Canopée, n° 13, pp. 15-17.

Garnett S.T., Sayer J. & Du Toit J., 2007, “Improving the effectiveness of interventions to balance conservation and development : a conceptual framework”, Ecology and Society, vol. 12, n° 1, p. 2.

Ghazoul J., Buther R.A., Mateo-Verga J. & Koh L.P., 2010, “REDD : a reckoning of environment and development implications”, Trends in Ecology and Evolution, vol. 25, n° 7, pp. 396-402.

Graziani G., 2005, “Habituation des gorilles et écotourisme à Mikongo, de juillet 2003 à

décembre 2004″, in RAPAC (dir.), Project Espèces Phares, Rapport d’activités Septembre 2004-Août 2005, pp. 112-124, http://www.rapac.org/index.php/biblio/

cat_view/14-rapports/23-projet-especes-phares, consulté le 9 mai 2011.

Greer D. & Cipolletta Ch., 2006, “Western gorilla tourism : Lessons learned from Dzanga-Sangha”, Gorilla Journal, n° 33, http://www.berggorilla.org/english/gjournal/texte/33dzanga.html, consulté le 11 mai 2011.

Harvey C.A., Dickson B. & Kormos C., 2009, “Opportunities for achieving biodiversity conservation through REDD”, Conservation Letters, vol. 3, n° 1, pp. 53-61.

Hatfield R. & Malleret-King D., 2007, “The economic value of the mountain gorilla protected forests”, International Gorilla Conservation Programme, Nairobi, Kenya.

Hodgkinson Ch. & Cipolletta Ch., 2009, “Western lowland gorilla tourism : Impact on gorilla behavior”, Gorilla Journal, vol. 38, pp. 29-31.

Homsy J., 1999, “Ape tourism and human diseases : How close should we get ?”, International Gorilla Conservation Programme, Kampala, Uganda.

Hughes R. & Flintan F., 2001, “Integrating conservation and development experience : a review and bibliography of the ICDP literature”, Biodiversity and Livelihoods Issues, n° 3, pp. 1-21.

Masi S., 2010, “Western gorilla conservation and research in Bai Hokou”, Gorilla Journal, n° 40, http://www.berggorilla.org/fileadmin/gorilla-journal/gorilla-journal-40- english.pdf, consulté le 12 mai 2011.

Mbété R.A., & al., 2007, “Gestion participative du sanctuaire de gorilles de plaine de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla) de Lossi en République du Congo-Brazzaville : première analyse des résultats et des contraintes”, Tropicultura, vol. 25, n° 1, pp. 44-50.

Newmark W.D. & Hough J.L., 2000, “Conserving wildlife in Africa : Integrated Conservation and Development Projects and Beyond”, BioScience, vol. 50, n° 7, pp. 585-591.

Nielsen H. & Spenceley A., 2010, The success of tourism in Rwanda – Gorillas and more, World Bank and SNV.

Nkoghé S., 2006, “Lecture anthropologique du paradoxe ressources humaines à Libreville – potentiels touristiques en province”, in Minko Mvé B. & Nkoghé S. (dir.), Tourisme au Gabon, Paris, L’Harmattan, pp. 47-66.

Prunier M., 2006, “Tourisme en province : richesse des sites mais pauvreté des ressources nécessaires à leur valorisation”, in Minko Mvé B. & Nkoghé S. (dir.), Tourisme au Gabon, Paris, L’Harmattan, pp. 23-46.

RAPAC (dir.), 2005, Project Espèces Phares, Rapport d’activités Septembre 2004-Août 2005, pp. 112-124, http://www.rapac.org/index.php/biblio/cat_view/14-rapports/23-projet-especes-phares, consulté le 9 mai 2011.

Rousselot P., 2010, “La patrimonialisation de l’Unesco ? Un atout de développement économique à valoriser : la Lopé-Okanda », in Bourdeau L. & Chasse S. (dir.), World Heritage and Tourism : Managing the Global and the Local, Conference proceedings, Quebec city.

Stallings J., 2001, “An ICDP implementation paradigm of crossed lines : South-South and

South-North”, in Rhoades R. E. & Stallings J. (eds.), Integrated conservation and development in Tropical America : Experiences and Lessons in linking communities and policies, Athens, SANREM CRP & CARE-SUBIR, pp. 3-12.

Tacconi L., Mahanty S. & Suich H. (eds.), 2010, Payments for environmental services, forest conservation and climate change. Livelihoods in the REDD ?, Chelterham, UK, Edward Elgar Publishing Ltd.

Tosun C., 2000, “Limits to community participation in the tourism development process in developing countries”, Tourism management, vol. 21, n° 6, pp. 613-633.

Venturoli C., Sciatella G. & Soumouna A., 2005, “Nouvelle équipe ZSL à Mikongo début 2005, Nouveaux résultats”, in RAPAC (dir.), Project Espèces Phares, Rapport d’activités Septembre 2004-Août 2005, pp. 112-124,

http://www.rapac.org/index.php/biblio/cat_view/14-rapports/23-projet-especesphares, consulté le 9 mai 2011.

Zoological Society of London (ZSL), 2008, Centre de Conservation de Mikongo. Bilan financier 2005-2008, rapport interne, non publié.

www.unesco.org

www.legabon.org

Haut de page

Notes

1 Dénomination anglophone : ‘Payment for environmental services’ ; ‘Reducing Emissions from Deforestation and forest Degradation’.

2 Traduction personnelle de: ‘excluding people who live adjacent to protected areas from use of these resources, without providing them with alternatives (…) was (…) politically infeasible and ethically unjustifiable’ (Brandon & Wells, 1992, p. 557).

3 Traduction personnelle de ‘the different modes, scale and length of implementation, and the specific geographical, ecological, cultural and socioeconomic contexts in which they are implemented, make generalizations about ICDPs problematic’ (Abbot et al., 2001, p. 1116).

4 Traduction personnelle de ‘ICDPs have gained the reputation for doing many things, none of which they do particularly well’ (Robinson & Redford as cited in Blom et al., 2010, p. 169).

5 Traduction personnelle de ‘an appropriate balance between non-monetary, visible, community-wide benefits and monetary, performance-based benefits may need to be determined on a site by site basis’ (Blom et al., 2010, p. 170).

6 Traduction personnelle de ‘adaptive governance (Brunner et al., 2005), adaptive collaborative management (Colfer, 2005) and community-based natural resource management (Fisher et al., 2005), […] allow communities to become invested and engaged in projects, which created long-term project support within the community’ (Blom et al., 2010, p. 169).

7 A l’origine une réserve de faune créée en 1946 sous la gouvernance coloniale français (Rousselot, 2010, p. 1015).

8 Une liste plus complète des co-sponsors est disponible dans ZSL (2008). Centre de conservation de Mikongo, Bilan financier 2005-2008, non publié, pp. 3-5.

9 Règlement du concours du PPI3, FFEM en partenariat avec le comité français de l’UICN ; Programme thématique pour les acteurs non étatiques et les autorités locales dans le développement au Gabon, Délégation de l’Union Européenne en République Gabonaise, EROPAID/132592/L/ACT/GA ; Programme de micro subventions des projets CARPE/UICN du 13 janvier 2012.

10 Ceci rendit l’habituation plus difficile en comparaison des marécages en forêt humide utilisés dans le protocole du Centre de recherche de Mondika (Doran-Sheehy et al., 2007).

11 La réussite de l’habituation à Bai Hokou (République Centrafricaine) et à Mondika (République du Congo) est attribuée à l’expertise des pisteurs (souvent Ba’Aka) et un protocole de pistage adéquat (Doran-Sheehy et al., 2007; Masi, 2010).

12 Blom définit la gestion minimale d’un parc comme étant ‘the absolute minimum management option, that would allow for a permanent presence and possibly protection of core areas’ (Blom, 2004, p. 2667).

13 13 La gestion efficace d’un parc est définie par Blom comme étant une gestion qui permet à l’aire protégée d’au moins maintenir ‘its species assemblages and at such densities as to allow them to fulfill their ecological function, except for natural fluctuations, extinctions or additions’ (Blom, 2004, p. 2664).

14 Les coûts supplémentaires couvrent plus précisément les coûts de démarrage, de remplacement et d’assistance technique, les frais généraux des institutions nationales, les coûts de recherche, de suivi et d’évaluation et les coûts d’opportunité (Blom, 2004, p. 2669-2673).

15 Un répondant qui était impliqué dans la gouvernance des aires protégées à l’époque du projet a expliqué que les parcs nationaux étaient présents dans certaines régions comme d’importants instruments de développement, capable d’inverser l’exode rural (communication personnelle, janvier 2011).

16 Traduction personnelle de ‘requires a total change in socio-political, legal and economic structure of developing countries (…) a change in attitudes and behavior of decision-makers to deal with hitherto excluded, which may lead to new patterns of distributing power and controlling resources’ (Tosun, 2000, p. 628).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les quinze bonnes pratiques pour PICD selon Blom et al. (2010)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2 : Les trois étapes du CCM
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 3 : Succès et échecs du CCM
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Cloquet, « De l’intégration des projets de développement touristique dans les sites naturels protégés du Gabon : quelles leçons pouvons-nous tirer des échecs du passé », Via [En ligne], 4-5 | 2014, mis en ligne le 26 octobre 2014, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.874

Haut de page

Auteur

Isabelle Cloquet

Chercheure et doctorante au Laboratoire Interdisciplinaire Tourisme, Territoires et Sociétés, IGEAT, Université Libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search