Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Jeux Olympiques et Paralympiques ...

Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 et images de Paris

Résultats de deux enquêtes ex-ante auprès des touristes et des Franciliens
Alexia Gignon, Marie Delaplace et Felipe Pimenta De Souza
Traduction(s) :
The Paris 2024 Olympic and Paralympic Games and images of Paris [en]
Jogos Olímpicos e Paraolímpicos de Paris 2024 e imagens de Paris [pt]

Résumé

En 2024, auront lieu à Paris et plus globalement en Ile-de-France, les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP). La préparation de cet événement est un enjeu majeur pour les territoires impliqués. À partir de deux enquêtes par questionnaire menées pour l’une auprès des touristes en 2019 et pour l’autre auprès de la population francilienne en 2020, les images des JOP ainsi que les images que ces deux types de population ont de Paris sont identifiées. Les différentes images de Paris pour les touristes et les Franciliens sont analysées, respectivement à 4 et 3 ans des JOP. La potentielle venue des touristes lors de l’événement en 2024 est également questionnée. Les résultats montrent que les touristes ont une meilleure image de la capitale que les Franciliens. Près de 60 % de ces derniers pensent que c’est plutôt une bonne chose ou tout à fait une bonne chose que Paris accueille les JOP en 2024. Du coté des touristes, ils sont 56 % à savoir que les JOP auront lieu à Paris en 2024.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article évalué par les pairs

Texte intégral

Introduction

  • 1 Si de nombreuses épreuves majeures se dérouleront en Seine-Saint-Denis, cet article se limitera à P (...)

1Paris (1900, 1924 et 2024) avec Londres (1908, 1948 et 2012) et Los Angeles (1932, 1984 et 2028) entre dans le cercle très fermé des villes qui auront l'occasion d'accueillir les Jeux Olympiques d'été à trois reprises1.

2Lors des premières éditions olympiques les Jeux étaient globalement méconnus du grand public et se déroulaient dans le cadre des expositions universelles. Après la Deuxième Guerre mondiale, ils sont devenus des instruments majeurs pour véhiculer des idées politiques (Chappelet, 2016).

  • 2 Tous les référendums (Rome, Hambourg, etc.) portant sur l’accueil des Jeux réalisés au cours des de (...)

3Les Jeux de Montréal en 1976 sont cependant associés à une image négative de l’événement en particulier concernant l’aspect financier et les suspicions de corruption associés aux constructions. Cette image dégradée s’affirme au fil des années. Les équipements construits pour les Jeux ne correspondent pas aux besoins des villes hôtes ; le budget prévisionnel est le plus souvent largement dépassé (Chappelet, 2016). En outre, des scandales au sein du CIO deviennent publics : corruption, dopage, détournements d’argent, manque de vision à long terme (Goetghebuer, 2004) et ternissent l’image du CIO et des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP). Les Jeux Olympiques sont également critiqués pour l’absence de consultation auprès des habitants ou lorsque cette dernière leur laisse peu de marge pour éviter les refus2.

4Le nombre de candidatures à l’obtention des Jeux diminue alors. Pour les JOP de 2004, le CIO a eu un record de onze villes intéressées, tandis que pour ceux de 2024 seules cinq ont concouru. Trois villes (Budapest, Hambourg et Rome) s’étant retirées au cours du processus de candidature, ne sont restées en course que Paris et Los Angeles. Pour les Jeux de 2032, Brisbane (Australie) était la seule ville candidate.

5Conscient que la diminution du nombre de villes candidates met en péril l’existence des JOP, Thomas Bach, président du CIO depuis 2013, a adopté dès 2014 une série d’actions durables (en incitant les villes à proposer des candidatures correspondant aux besoins de planification) rassemblées dans un document intitulé Agenda 2020 (Zimbalist, 2018). En 2016, le CIO opte pour une stratégie en matière de durabilité puis en 2017 pour une approche stratégique en matière d’héritage. Il s’agit de renforcer les retombées à long terme pour améliorer le rapport coût-bénéfice des JOP. L’image des territoires hôtes constitue ainsi un des bénéfices possibles des JOP. Dans leur recension récente des articles relatifs aux Olympiades, Chaboche et Schoeny (2020) montrent que l’image est un des thèmes fréquemment abordé. Toutefois, il existe peu d’études concrètes permettant d’évaluer les éventuels effets d’image pour les habitants et pour les touristes. L’objectif de cet article vise en partie à combler ce manque pour les JOP de Paris 2024, tant pour les franciliens que pour les touristes (internationaux et français), ainsi qu’à évaluer les intentions de visite qui pourraient en résulter.

6Une revue de la littérature relative aux différentes éditions récentes des Jeux Olympiques et Paralympiques permet d’abord d’identifier la façon dont peut évoluer l'image des territoires hôtes de ce méga-événement. Puis, deux enquêtes par questionnaire réalisées respectivement auprès de touristes (2019) et de franciliens (2020) sont présentées. Enfin, les images que les franciliens et les touristes ont de Paris sont identifiées. Les résultats montrent que les images diffèrent en partie pour les deux types de population, de même que les intentions de visites de Paris pendant l’événement.

I. Méga-événement et évolution de l'image des territoires d'accueil

7Pour les territoires, l’organisation d’évènements et de méga-événements constitue un levier en termes de diffusion de son (ou ses) image(s). Si des effets positifs peuvent être attendus de l’organisation des JOP, des effets négatifs peuvent également survenir.

A. Image des événements, image des territoires

8L’image d’un événement pour un individu est constituée d’un ensemble de perceptions et de représentations. Cette image diffère selon les événements, leur taille mais également selon les individus, leur statut socioprofessionnel, leurs expériences passées (Gwinner, 1997). Crompton définit limage dune destination comme « the sum of beliefs, ideas and impressions that a person has of a destination » (Crompton, 1979, p. 18). L’image serait en quelque sorte une simplification de l’ensemble des associations et des informations relatives à un lieu (Day et al., 2002), informations pouvant venir de sources diverses externes à l’individu et délivrées par les médias, (livres, guides, films, ouvrages de promotion de la destination ou des publicités) mais également de son vécu (expériences précédentes de cette destination, recommandations de proches, réseaux sociaux...). L’image de la ville ou d’un territoire est ainsi une représentation pour des individus ou groupe d’individus. Mais comme toute représentation, elle correspond à « une vision partielle, prise sous un certain angle, voire déformée de la réalité en raison soit dune méconnaissance des attributs du territoire, soit de leur insuffisante mise en valeur, soit encore par des mythes auto-entretenus par les acteurs » (Delaplace, 2020a). Cette représentation peut être différente selon la nature des individus. Habitants, travailleurs ou individus de passage, individus primo-visiteurs ou repeaters, n’ont pas nécessairement la même image du territoire. Les caractéristiques intrinsèques des individus (professions et catégories socio-professionnelles, revenus, etc.) affectent aussi l’image qu’ils ont des territoires. « Le paysage touristique met toujours en jeu une part de représentation mentale et de sensibilité. Il est pré-senti avant le départ ; puis, sur place, il est regardé et senti, sous linfluence de conceptions personnelles ou collectives, dorigine culturelle, esthétique, sociale, etc. » (Amirou, 1995). Ainsi, la perception du site dépend des perceptions mentales de chaque individu. Une fois sur place l’image du territoire est modifiée mais toujours en fonction de la vision de chacun.

9Trois types d’images peuvent cependant être distingués : l’image primaire (stéréotype), l’image culturelle (avant le voyage) et l’image concrète qui se forme une fois sur le territoire visité (Dorvillé, Bouhaouala, 2006). Si les effets d’image peuvent avoir un impact fondamental sur la situation touristique d’un territoire, il est cependant nécessaire que l’image primaire et / ou l’image culturelle de ce territoire ne soient pas connotées trop négativement. Si tel est le cas, les visiteurs ne s’y rendront pas.

10Mais cette (ou ces) images évolue(nt). L’image d’un territoire peut changer suite à un élément exogène positif (implantation d’une entreprise, décor d’un film, d’une série ou d’un jeu télévisé, ouvrage littéraire y faisant référence, nouvelle infrastructure de transport le desservant...) ou négatif (attentat, accident, désastre écologique, surexposition médiatique...). Elle peut également être modifiée en raison de politiques conduites localement visant à développer l’attractivité du territoire (Gallarza et al., 2002 ; Papadimitriou et al., 2018) en accueillant des événements, en demandant une labellisation, etc.

11Selon Vo Thanh et al. (2014), les « marketeurs de la destination considèrent lorganisation de méga-événements sportifs comme une stratégie pour renforcer limage » de la ville. De par leur forte médiatisation, les Jeux Olympiques et plus généralement les méga-événements peuvent être un outil de transformation (positive ou négative) de l'image de la ville hôte et plus largement du pays. Cette médiatisation commence bien en amont de l’événement, dès la phase de candidature. Elle se poursuit lors de la cérémonie de passation entre les précédentes olympiades et les olympiades suivantes. Pendant l’événement, seuls les Jeux Olympiques sont capables de rassembler en un même point du globe autant de journalistes, retransmettant à leur pays les exploits des Jeux et des images de la ville hôte. Par ailleurs, selon Chaix (2018), l’accueil des grands événements sportifs est devenu un instrument de communication politique majeur pour l’image d’un pays, compte tenu de l’intérêt international que ces manifestations suscitent. Cette médiatisation peut être un levier de développement territorial et touristique.

12Toutefois, l’image de la ville alors utilisée comme outil marketing peut avoir aussi bien des effets positifs que négatifs, chaque individu, touriste ayant sa propre image de la destination. Dans le cas de Londres, à partir de 18 entretiens semi-directifs réalisés un mois avant les JOP, Vo Thanh et al. (2014), montrent que les touristes pensent que l’image de la ville ne va pas être modifiée.

13S’il peut y avoir un effet vitrine de la destination qui peut se traduire par une augmentation des visiteurs, dans le cas de Londres 2012, c’est davantage un effet d’éviction qui a été constaté. Ainsi, pendant la période des JOP, le cœur de Londres et les sites touristiques habituels étaient vidés non seulement de leurs visiteurs mais également de leurs habitants, qui, craignant une sur-fréquentation, avaient été incités à s’éloigner de la capitale. La ville a ainsi été qualifiée par de grands journaux britanniques3 de ville fantôme (Delaplace, 2020b).

B. Des possibles effets d’image positifs pendant la préparation des JOP

14Les JOP peuvent avoir une image positive dans la mesure où ils sont associés à certaines valeurs de l’Olympisme. Ainsi le principe 2 de la charte de l’Olympisme vise à « mettre le sport au service du développement harmonieux de lhumanité en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine » (CIO, 2019, p. 11). Ils peuvent en outre être liés à un projet urbain global visant à transformer la ville ou un quartier, comme à Barcelone (Gravari-Barbas et Jacquot, 2007) à Londres (Beucher, 2009, Poynter, 2012) ou à Pékin (Augustin, 2009, Kaplanidou, 2009) et ainsi modifier l’image de la ville hôte et/ou des quartiers.

  • 4 Les aspects négatifs associés aux JOP sont évoqués dans le paragraphe suivant.

15Par exemple, lors des JOP de Londres 2012, le site choisi (le quartier de Stratford, dans la banlieue est de Londres) était composé de friches industrielles et la réalisation du parc s’inscrivait dans un objectif de régénération urbaine. Lors de la préparation de ces JOP, une place importante a été donnée à l’héritage. L’accent a été mis sur les bénéfices pour ce quartier et plus globalement sur la croissance de l’est londonien. Les JOP ont alors généré des effets positifs4 notamment avec la création d’un nouveau quartier de vie, l’apparition d’une nouvelle gare et de nouveaux équipements insérés dans ce quartier. Afin de répondre au mieux aux besoins des habitants dans la période post-événement, les équipements utilisés pour les JOP ont été conçus pour être adaptés. Par exemple des gradins nécessaires pour la durée des Jeux ont ensuite été enlevés pour diminuer la capacité d’accueil du stade. D’autres structures étaient modulables comme la piscine olympique (figure 1). Ce faisant, les pouvoirs publics sont parvenus à modifier l’image de ce quartier défavorisé.

Figure 1 : La piscine olympique du quartier de Stratford insérée dans un nouveau quartier de vie

Figure 1 : La piscine olympique du quartier de Stratford insérée dans un nouveau quartier de vie

Les auteurs, 2018

16De même à Rio, suite aux JOP, l’image de certains quartiers et notamment le quartier portuaire de Porto Maravilha, a été modifiée suite à des opérations de revitalisation urbaine réussies. Ce quartier portuaire et historique, pourtant au centre de la ville, était dégradé et les politiques publiques peu présentes et difficiles à appliquer en raison des trafics. Une vaste opération d’aménagement a été mise en place sur l’ensemble du quartier. Une autoroute surélevée a été détruite, un arrêt de tramway a vu le jour, des allées piétonnes ont été créées ainsi que des logements, bureaux, hôtels et deux musées (le musée d’art de Rio et le musée de Demain). De plus, de nombreux artistes ont créé des œuvres de street-art sur les murs du quartier (figure 2). Une gentrification s’est ensuite produite sur cet espace réaménagé. La modernisation du réseau de transport a également été une réussite pour la ville. La ville de Rio de Janeiro a aussi bénéficié d'effets d’image positifs, même s’ils portent uniquement sur certains quartiers. En 2017, un an après les Jeux de 2016, le site archéologique du Quai de Valongo situé dans la zone portuaire de Rio (quartier entièrement réhabilité dans le cadre des JOP) a été inscrit sur la liste de l’UNESCO. Ce site construit en 1811 fut le point de débarquement le plus utilisé des Amériques, où environ 1,4 million d’esclaves africains ont débarqué (Florentino, 2015). Le site a été mis au jour en 2011, lors des travaux de réhabilitation et de fouilles sur la zone portuaire, deux ans après l'attribution des JOP à la Ville. Selon Fernandes (2017), le Quai de Valongo représente le symbole ultime de la volonté municipale de mettre en valeur la culture dans le projet olympique de Rio ainsi que le renouvellement urbain de la zone portuaire.

Figure 2 : Le quartier portuaire de Porto Maravilha et ses œuvres de street-art

Figure 2 : Le quartier portuaire de Porto Maravilha et ses œuvres de street-art

Les auteurs, 2016

17Ainsi, le ministère du Tourisme dans une enquête menée auprès de 1262 étrangers dans les aéroports et les régions frontalières montre que la ville a renvoyé une image positive pendant l’événement, 83 % des personnes interrogées affirment que la ville leur a plu. De plus, parmi les 56 % d’étrangers visitant le pays pour la première fois, neuf sur dix ont déclaré avoir l’intention de revenir5.

18Pendant l’événement, les bâtiments, lorsqu’ils sont des chefs d’œuvres architecturaux, font aussi la fierté du pays d’accueil. C’est le cas du nid d’oiseau et du cube d’eau à Pékin, qui sont davantage destinés aux touristes qu’aux habitants, en raison de leur capacité d’accueil peu adaptée aux besoins réels de la ville. Toutefois, Pékin a cherché à les rentabiliser davantage. Ainsi, le cube d’eau qui était la piscine olympique pendant les JOP de 2008 et ne servait que lors de grandes compétitions de natation a été transformé pour devenir le cube de glace lors de l’accueil des JOP d’hiver 2022. À l’avenir, l’équipement pourra passer d’une fonction à l’autre en quelques heures et pourra ainsi accueillir diverses manifestations sportives6.

19Mais force est de constater que l’ampleur des financements qu’ils mobilisent, la construction coûteuse de ce qu’on appelle des éléphants blancs, ensuite laissés à l’abandon, sont aussi partie prenante de l’image négative des JOP (Delaplace, 2020a).

C. … mais également des effets d’image négatifs

20Ces effets négatifs peuvent apparaître avant et après les JOP.

21À Londres, la réhabilitation du quartier de Stratford a laissé des traces et la population pauvre du territoire n’a pas pu rester vivre à cet endroit en raison du processus de gentrification induit par les JOP (Beucher, 2009). Sur la période allant de 2005 à 2016, dans la zone proche des sites olympiques, le prix des logements a augmenté de 112 % (Nappi-Choulet, De Campos Ribeiro, 2018).

22Ainsi les pouvoirs publics ont réussi à changer l’image de ce quartier mais l’accueil des JOP a aussi eu des effets néfastes pour les populations y vivant avant l’attribution des Jeux. Les populations n’ayant plus les moyens de vivre dans ce quartier ont été contraintes de s’installer ailleurs, souvent plus loin en banlieue, les éloignant encore davantage de l’emploi et des transports. La mixité sociale initialement envisagée ne s’est pas développée. En outre, la fréquentation touristique pendant l’événement a été affectée. Londres a ainsi souvent été décrite comme une ville fantôme (Delaplace, 2020b), « le tourisme sportif ayant éjecté le tourisme des visites de musées et des grands sites… » (Perelman, 2018, p. 16). Enfin, les touristes olympiques sont restés proches des sites de compétition et ont été caractérisés par des pratiques différentes de celles des touristes habituels à cette période de l’année (Delaplace et Schaffar, 2022, ce numéro).

23À Rio, la construction des infrastructures dans certains quartiers a parfois nécessité d’expulser leurs habitants. Ainsi le programme fédéral « Minha Casa Minha Vida » à Rio a conduit à l’expulsion de plus de 20 000 familles des favelas où elles vivaient, avec en compensation l’attribution d’un appartement plus éloigné de la métropole ou une aide financière (Magalhães, 2016). Les Jeux Olympiques et leur possible héritage peuvent ainsi être considérés comme « une sorte dancrage moral qui a justifié le réagencement de lespace urbain à Rio de Janeiro » (Magalhães, 2016, p. 82). De plus, dans ce pays impacté par une forte crise économique depuis 2014, de nombreux brésiliens vivant dans les campagnes se sont rendus à Rio afin de travailler sur les chantiers des Jeux mais ont été licenciés une fois les constructions terminées (Fontaine, 2016).

24De même à partir de la sélection en 2001 de Pékin pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2008, plus de 460 ha de vieux quartiers de Pékin ont été détruits en 2002 et 2003 soit presque trois fois plus que sur la période 1993-2001. Ainsi selon le maire de Pékin, environ 18 000 personnes ont été délocalisées pour construire les équipements olympiques (Corhe, 2007).

25En outre, les JOP peuvent avoir un effet d'image négatif en raison des retards de livraison, des dépassements de budget, des grèves, et parfois même des soupçons de corruption, comme à Montréal (Khomsi, 2015).

26Après les Jeux, les équipements abandonnés, inutiles à la population se dégradent et engendrent des coûts supplémentaires pour la ville qui doit les entretenir. Des installations sont alors souvent laissées à l’abandon. Le complexe de Cendrillon (Poncet, 2001) permet d’expliquer ce phénomène : une fois l’événement passé, la ville a du mal à garder toute sa splendeur. Cela a été le cas à Pékin par exemple avec le circuit de kayak ou le stade de beach-volley. De nombreuses constructions entreprises pour les JOP et inadaptées aux besoins de la population sont ensuite restées dans l’oubli. À Rio, très peu d’équipements créés pour cet événement restent utilisés ou ont été réhabilités. L’accès à certains d’entre eux a été interdit en raison du manque de sécurité et des risques d’effondrement. Moins d’un an après les Jeux, des équipements étaient déjà abandonnés. Ces derniers, comme le vélodrome, la piscine olympique sont toujours à l’abandon. Les infrastructures sportives et le village des athlètes devaient permettre à la ville de s’étendre au sud mais l’intégration de ces sites n’a pas été une réussite en raison notamment de la crise économique que traverse le pays.

27Ainsi, si les JOP permettent un renouvellement urbain, ils sont associés à des Jeux organisés pour des privilégiés et permettant aux élus locaux et nationaux de conduire des politiques inenvisageables sans cet événement. C’est « l’Effet Jeux », considéré par Chappelet (2016) comme l’effet de levier à la fois éphémère et catalyseur des changements.

II. JOP de Paris 2024 et méthodologie d’enquête pour appréhender l’image de Paris

28Les Jeux de Paris 2024 se dérouleront en grande partie à Paris mais aussi en Seine-Saint-Denis avec de possibles effets d’image. Afin de saisir les images des Jeux et celles de Paris auprès des Franciliens et des touristes deux enquêtes par questionnaire, à une année d’intervalle, ont été réalisées. Ces deux enquêtes, différentes mais complémentaires, permettent de cerner la vision globale de l’événement pour ces deux catégories de population. Dans cette deuxième partie, le contexte territorial des JOP ainsi que la méthodologie d’enquête sont présentés.

A. Le contexte territorial des JOP de Paris 2024

29La candidature de la Ville de Paris pour les JOP de 2024 a débuté dès 2015. Deux ans plus tard, à Lima en 2017, Paris est choisie comme ville hôte des JOP lors de la double attribution historique avec Los Angeles pour les Jeux de 2028. Cette sélection fait suite à trois échecs de la capitale française pour accueillir l’événement (face à Barcelone en 1992, Pékin en 2008 et Londres en 2012). Même si la France est avec l’Allemagne et l’Espagne un des trois pays européens organisant le plus de grands événements, ces échecs successifs ont terni l’image du pays (OCDE, 2017). Cependant, Paris a su tirer profit de ses précédents échecs lors de la mise en place du dossier pour 2024. Afin d’éviter un des problèmes majeurs mis en avant avec l’organisation des méga-événements (l’inutilité et l’inadaptation des infrastructures construites pour la population après l’événement), la candidature de Paris a d’abord valorisé les équipements sportifs existants, suivant notamment les consignes de l’Agenda 2020 du CIO. Seuls ceux bénéficiant ensuite à la population sont neufs. Les autres sites de compétition sont temporaires, généralement aménagés au sein des lieux touristiques et / ou patrimoniaux majeurs. Paris a indubitablement mis en avant ses atouts afin de pouvoir accueillir cet événement international (figure 3).

Figure 3 : Emplacement des sites olympiques et paralympiques

Figure 3 : Emplacement des sites olympiques et paralympiques

Les auteurs, 2022. Paris 2024

30Si les JOP de Paris se déroulent aussi ailleurs en Ile-de-France, et en particulier en Seine-Saint-Denis, nous nous concentrons ici exclusivement sur Paris (cf.supra).

B. La méthodologie des deux enquêtes et les caractéristiques des populations enquêtées

31Notre analyse prend appui sur deux enquêtes par questionnaire : l’une a été menée durant l’été 2019 à destination des touristes, entre le 15 et 30 juillet, i.e. une période presque semblable à celle des Jeux en 2024. L’autre enquête, à destination des Franciliens a été conduite entre juin 2020 et janvier 2021.

  • 7 5 252 personnes ont refusé de participer à l’enquête en 2019.
  • 8 Soit 10 % de touristes internationaux de plus que dans les données officielles concernant les arriv (...)

32Les objectifs de la première enquête étaient de recueillir l’avis de touristes nationaux et internationaux sur l’image concrète de Paris une fois arrivés dans la destination, les sites fréquentés, leur connaissance de l’organisation des JOP sur le territoire parisien et leurs intentions de visite au moment des JOP. Les questionnaires étaient administrés sur place (en anglais ou en français) dans quatre lieux touristiques (la Cathédrale Notre-Dame de Paris, l’Arc de Triomphe, la Tour Eiffel et la Basilique du Sacré-Cœur). L’enquête anonyme était structurée autour des caractéristiques de la personne interviewée, ses raisons de présence à Paris, ses lieux visités et ses transports utilisés ainsi que sur sa connaissance des JOP et son intention d’assister à cet événement à Paris en 2024. Elle comportait 26 questions, 1265 réponses ont été obtenues7 dont 79,4 % de touristes internationaux8.

  • 9 Une partie de l’enquête portait aussi sur l’image de la Seine Saint-Denis. Cette enquête n’a pas ét (...)

33La seconde enquête visait à recueillir les avis de la population francilienne sur les JOP, l’image portée sur cet évènement et l’image concrète de Paris9. L’enquête s’est déroulée pendant une durée d’environ 10 minutes. Le questionnaire comportait 54 questions dont certaines n’étaient pas à destination de tous les répondants et dépendaient de leurs réponses précédentes et de leur lieu de vie. Il était organisé autour des 5 parties suivantes (l’Ile-de-France et vous, les Jeux Olympiques et Paralympiques et vous, la Seine-Saint-Denis et vous, Paris et vous, et des informations générales).

  • 10 Des questionnaires ont été administrés sur divers sites en Seine-Saint-Denis, en Seine-et-Marne et (...)

34Cette enquête a fait l’objet d’une double administration, d’abord en ligne avec la plateforme LimeSurvey puis sur sites pour compléter les données sur certains départements franciliens sous-représentés10. Afin de respecter l’échantillonnage créé en amont à partir des données de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et pour que la répartition des enquêtes soit représentative de chaque département, les populations de départements sous-représentés ont ensuite été ciblées par envois de mails entre les mois de septembre et décembre 2020. Toutefois, certains départements restent sous-représentés par rapport à l’échantillonnage (figure 4). C’est le cas notamment de l’Essonne pour lequel la collecte a été difficile. Ce département n’accueillant aucun site de compétition pour les Jeux, il est possible que les populations se sentent moins concernées.

35Nous avons récolté près de 1442 réponses dont 944 sont exploitables et vont au-delà de la partie Paris et vous du questionnaire. Le taux d'abandon (ou le taux de refus) de l’enquête fut de 25,5 %. Alors que le questionnaire était exclusivement destiné aux habitants de la région d'Ile-de-France, certains répondants non franciliens s’en sont aperçus en cours d’enquête et ont arrêté de renseigner les informations ; d’autres ont abandonné estimant le questionnaire trop long.

Figure 4 : Répartition des enquêtes selon l’échantillonnage et nombre d’enquêtes réalisées sur le terrain lors de l’enquête auprès des Franciliens

Figure 4 : Répartition des enquêtes selon l’échantillonnage et nombre d’enquêtes réalisées sur le terrain lors de l’enquête auprès des Franciliens

Les auteurs, enquête 2020

  • 11 19 % des participants n’ont pas renseigné leur profession au moment de l’enquête en 2019.

36Les participants à l’enquête de 2019 relative aux touristes sont à 53,7 % des femmes et à 46,3 % des hommes. Les classes d’âge les plus représentées sont les 25-39 ans (32 %), puis les 18-24 ans (27,5 %) et les 40-49 (19,9 %). Les catégories professionnelles les plus représentées sont celles des Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures (CPIS) avec 21 %, puis les sans activité professionnelles (19 %), les employés (15 %) et les professions intermédiaires (12 %)11. Dans cette enquête, les 80 % de visiteurs internationaux viennent de 90 pays, par ordre décroissant les États-Unis (10 %), l’Allemagne (7 %), l’Espagne (4 %) et l’Italie (4 %). L’analyse des participants selon leur continent ou région de résidence montre l’importance de l’Europe (56 %) et des Amériques (29 %), l’Afrique et l’Asie (4 % chacun) ainsi que le Proche-Orient, Moyen-Orient et l’Océanie (3 % chacun) étant nettement moins représentés.

37Les Franciliens ayant participé à l’enquête de 2020 sont à 52 % des femmes et à 45 % des hommes. Ils se situent majoritairement dans la classe d’âge des 25 à 39 ans (37 %) puis dans celle des 50 à 65 ans (22 %). 48 % des personnes interrogées sont nées en Ile-de-France (dont 13 % à Paris et 9 % en Seine-Saint-Denis). Les catégories professionnelles les plus représentées sont celles des Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures (CPIS) avec 47 %, puis les étudiants (17 %) et les professions intermédiaires (14 %). Le niveau d’étude le plus représenté est supérieur à Bac +2. Cette stratification sociale de notre échantillon, légèrement différente de celle des départements franciliens, est un des biais possibles de notre enquête. Les résultats indiquent que les notes de 5 et de 4 concernant l’image de Paris sont données davantage par des CPIS. Ils sont 48,3 % à attribuer la note de 5 et 49,5 % à donner la note de 4 (contre respectivement entre 1,1 % et 17,2 % et entre 0,5 % et 19,4 % pour les autres catégories socio-professionnelles).

III. L’image et la connaissance des JOP, l’image de Paris et les intentions de visite

38Les deux enquêtes visent à identifier la connaissance et la perception des JOP de la part des touristes et des habitants. À respectivement cinq et quatre ans des JOP, sont-ils informés de l’organisation de l’édition 2024 par Paris ? Quelle est leur opinion à ce sujet ? Puis nous avons également tenté d’identifier l’image de Paris de ces deux types de populations. S’il est souvent avancé que Paris est une ville culturelle, historique et romantique, qu’en pensent les touristes et les habitants ? Ont-ils la même image de cette ville ? Dans cette troisième partie, l’image et la connaissance des JOP sont d’abord analysées. Ensuite, les résultats concernant l’image de Paris sont détaillés. Enfin, les images et les intentions de visite pour les JOP de 2024 sont étudiées.

A. Image et connaissance des JOP de Paris

39Afin d’identifier la ou les images associées aux JOP pour les Franciliens (enquête 2020), deux types de questions ont été posées. Dans un premier temps, trois mots associés aux Jeux Olympiques et Paralympiques devaient être cités en précisant pour chaque mot, s’il était positif, négatif ou neutre. 2 516 occurrences ont été recensées. Le nuage de mots ci-dessous présente les principales occurrences (figure 5). 368 occurrences (14,6 %) ont été qualifiées comme « négatives » par les enquêtés, 1925 comme « positives » soit (76,5 %) et 223 comme « neutres » (8,9 %).

Figure 5 : Nuage de mots représentant les occurrences associées spontanément aux Jeux Olympiques et Paralympiques pour les Franciliens

Figure 5 : Nuage de mots représentant les occurrences associées spontanément aux Jeux Olympiques et Paralympiques pour les Franciliens

Les auteurs, enquête 2020

40Les JOP bénéficient ainsi d’attributs positifs pour plus des ¾ des personnes enquêtées en Ile-de-France quatre ans avant les Jeux.

41Les différentes occurrences ont ensuite été regroupées en sept classes ainsi qu’en deux catégories, la première intitulée « autres aspects négatifs » et la seconde « autres aspects positifs ». Plusieurs groupes d’expressions ressortent autour, d’une part, des valeurs, du sport, de la compétition, des médailles, et d’autre part, de l’ambiance, de la fête, du rassemblement, et de la rencontre ; la dimension mondiale et internationale ressort également, ainsi que le tourisme.

42Le coût de l’événement, la pollution, les phénomènes de congestion, la corruption et le dopage constituent les principales expressions négatives.

43Ensuite, les enquêtés devaient indiquer s’ils étaient d’accord avec certaines expressions mises en avant dans la candidature de Paris 2024 ou bien associées aux JOP dans la littérature et ce, selon une échelle comprenant cinq modalités (en désaccord ; plutôt en désaccord ; ni d’accord, ni en désaccord ; plutôt d’accord ; d’accord). À 81 %, comme on pouvait le supposer, ils associent le sport aux JOP. Ensuite, le côté spectaculaire est évoqué à 53 %, la fête à 48 %, le tourisme à 46 % et le côté populaire à 41 % (figure 6).

Figure 6 : Expressions associées aux JOP pour les Franciliens

Figure 6 : Expressions associées aux JOP pour les Franciliens

Les auteurs, enquête 2020

44En revanche, alors que le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 tente de promouvoir des Jeux durables, inclusifs et solidaires, ce ne sont pas les représentations les plus probantes des Franciliens. 43 % des participants sont plutôt d’accord pour associer les Jeux à la jeunesse et 38 % pour les associer à la diversité. Ils sont en revanche beaucoup plus partagés concernant la dimension environnementale, qui est pourtant un élément important de la candidature : 27 % des participants sont plutôt en désaccord et de même 27 % ne sont ni d’accord, ni en désaccord. Deux autres mots (inclusion et corruption) sont caractérisés par 37 % de participants qui ne sont ni en accord, ni en désaccord. Il en va de même concernant la solidarité avec 27 %. Toutefois, l’enquête ayant été menée environ 4 ans avant l’événement, cette image peut évoluer.

45L’image des JOP de Paris 2024 pour les touristes n’a pas été questionnée lors de la première enquête menée en 2019, dans la mesure où les résultats auraient été difficiles à interpréter ; les touristes présents à Paris n’étant pas concernés par les JOP. Nous avons toutefois cherché à identifier s’ils savaient que les JOP allaient se tenir à Paris en 2024. 55,9 % des touristes ont répondu par l’affirmative et 43,8 % ont indiqué ne pas être au courant de l’attribution des JOP à la Ville de Paris (figure 8). Les hommes (60 %) sont plus nombreux à avoir connaissance de cette information que les femmes (52,2 %) et la connaissance de l’attribution des JOP à Paris pour 2024 croît avec l’âge des personnes.

Figures 7 et 8 : Connaissance de l’accueil des JOP à Paris et en Ile-de-France en 2024 dans les deux enquêtes

Figures 7 et 8 : Connaissance de l’accueil des JOP à Paris et en Ile-de-France en 2024 dans les deux enquêtes

Les auteurs, enquête 2019 et enquête 2020

46En comparaison, pour les Franciliens, quatre ans avant le début des Jeux, seuls 23 % des participants ne savent pas que des épreuves vont avoir lieu en Ile-de-France (figure 9).

47En outre, une grande majorité des Franciliens considèrent que c’est une très bonne chose que Paris (35,6 %) accueille les JOP ou plutôt une bonne chose (23,7 %). Ils sont seulement 10,6 % à penser que ce n’est pas du tout une bonne chose (figure 9).

Figure 9 : Accueil des JOP sur le territoire

Figure 9 : Accueil des JOP sur le territoire

Les auteurs, enquête 2020

48Ainsi, les habitants (et dans une moindre mesure les touristes) ont connaissance de l’organisation de l’événement sur le territoire parisien et francilien. De plus, les habitants ont une image positive des Jeux. Seuls 17,9 % des répondants considèrent que l’accueil des JOP n’est pas une bonne chose. Si l’organisation des Jeux à Paris n’a pas fait l’objet d’un référendum, l’enquête réalisée en 2020 montre que les avis sont globalement positifs. Toutefois, à Paris et en Seine-Saint-Denis, plusieurs collectifs s’opposant à la tenue des JOP à Paris se sont constitués, tel que le collectif de vigilance des JOP de Saint-Denis ou le collectif Non aux JO 2024 à Paris. Ces initiatives citoyennes montrent que les avis sur les JOP sont divers.

49Par ailleurs, l’enquête menée en 2020 sur les JOP de Paris permet de mettre en évidence que seuls 9,9 % des Parisiens pensent que l’accueil des JOP n’est pas du tout une bonne chose et 9,9 % pensent que ce n’est plutôt pas une bonne chose. À titre comparatif, 10,7 % des habitants de Seine-Saint-Denis pensent que ce n’est pas du tout une bonne chose que Paris accueille les JOP. Les départements de l’Essonne et du Val d’Oise, tous deux situés en grande couronne, sont les plus défavorables aux JOP avec respectivement 13,5 % et 16,4 % des répondants pour qui l’accueil des JOP n’est pas du tout une bonne chose. On peut faire l’hypothèse que cette opposition est due à un manque d’information. En effet, tandis que de nombreuses réunions d’information ou de concertation ont été organisées par les acteurs en Seine-Saint-Denis ou dans les Yvelines, en ce qui concerne les aménagements liés aux JOP (CAO, VOP, Coline d’Élancourt…), le Val d’Oise et l’Essonne non concernés par les sites olympiques informent pour le moment peu sur cet événement.

  • 12 De surcroît, seule l’Arena Porte de la Chapelle sera construite au sein du département de Paris à p (...)

50Toutefois les Parisiens ne sont pas pour autant plus favorables aux JOP : ils ne sont que 29,4 % à être très favorables à l’accueil des JOP, contre en moyenne 37,4 % pour les autres départements franciliens. Ils sont de surcroit les plus nombreux (29 %) à être indifférents face à l’accueil des Jeux (Delaplace, 2022a). A partir d’une enquête réalisée quatre ans avant les JOP, force est de constater que ces derniers semblent moins concerner les Parisiens. A l’échelle de Paris et comparativement aux autres départements franciliens, les JOP susciteraient moins d’intérêt mais également moins de controverses ; le plus faible pourcentage d’infrastructures pérennes construites pour Paris 2024 (5 %12) contre 15 % pour London 2012 pouvant l’expliquer en partie (Delaplace, 2022b).

B. Quelle est l’image de Paris ?

51Dans les deux enquêtes, il a été demandé aux participants de citer trois mots qu’ils associaient à Paris et d’indiquer pour chaque mot s’il était positif, négatif ou neutre.

52L’image de Paris semble plus positive pour les touristes que pour les Franciliens même si dans les deux cas, une grande majorité des expressions citées sont qualifiées de positives (figures 10 et 11).

Figures 10 et 11 : Répartition des expressions positives, négatives et neutres associées à Paris dans l’enquête auprès des touristes et dans l’enquête auprès des Franciliens

Figures 10 et 11 : Répartition des expressions positives, négatives et neutres associées à Paris dans l’enquête auprès des touristes et dans l’enquête auprès des Franciliens

Les auteurs, enquêtes 2019 et 2020

53Pour les Franciliens, les expressions positives associées à Paris renvoient à son statut de capitale, à la culture, à l’architecture, au tourisme et à sa beauté. Les expressions négatives font référence au coût élevé de la vie, à sa forte densité, à la congestion dans les transports et sur les routes, ou encore à la pollution (figure 12).

Figures 12 et 13 : Nuages de mots concernant Paris (graphique du haut pour les franciliens et du bas pour les touristes)

Figures 12 et 13 : Nuages de mots concernant Paris (graphique du haut pour les franciliens et du bas pour les touristes)

Les auteurs, enquêtes 2019 et 2020

54Les touristes perçoivent moins les aspects négatifs de la capitale (seuls 16 % des mots sont négatifs), et ces derniers sont associés aux transports et à la congestion ainsi qu’à la saleté et la cherté. Ils soulignent en revanche sa beauté (16,2 % des 3430 occurrences), son caractère historique (6,3 % des occurrences), le fait qu’elle soit incroyable au sens d’extraordinaire (4,8 %) et ses aménités patrimoniales (culture, architecture, patrimoine, monuments et musées : 8,6 % des occurrences). 

55Ainsi, si la beauté de la ville et son caractère historique sont partagés par les deux populations, d’autres dimensions de l’image diffèrent selon le lieu de résidence de la personne interrogée, montrant combien l’image est relative au statut de la personne enquêtée et varie selon son lieu de résidence (habitant d’Ile-de-France ou touristes).

  • 13 En revanche, nous ne disposons d’aucune donnée concernant l’évolution de l’image de Paris avec les (...)
  • 14 Ainsi, l’image de la Seine-Saint-Denis est susceptible d’évoluer plus fortement en raison des JOP ( (...)

56Les Franciliens ayant participé à l’enquête de 2020 ont également été interrogés sur l’évolution possible de leur image de Paris avec la tenue des JOP13. Comme on pouvait le supposer, plus de 55 % des participants pensent que les Jeux ne vont pas modifier l’image qu’ils ont de Paris. À l’inverse, ils sont 5,1 % à considérer que l’image sera dégradée (légèrement et fortement) et 24,9 % qu’elle sera améliorée (légèrement et fortement). Paris étant dotée d’une image très marquée et orientée vers la culture, l’histoire et le patrimoine, les évolutions d’image de Paris semblent ainsi peu marquées (figure 14). Les effets d’image associés aux JOP dépendent ainsi de l’image préalable du territoire hôte14.

Figure 14 : Évolution de l’image sur Paris avec les JOP

Figure 14 : Évolution de l’image sur Paris avec les JOP

Les auteurs, enquête 2020

C. Image et intention de visite de Paris pour les JOP 2024 ?

a) Intention de visite de Paris au moment des JOP

57L’enquête de 2019 auprès des touristes révèlent que 13 % des personnes interrogées ont la volonté de venir à Paris pendant les JOP en 2024, 51 % n’en ont pas l’intention et 36 % ne savent pas encore. Les touristes résidant en France sont légèrement plus nombreux à vouloir se rendre à Paris en 2024 (14,67 %) que les touristes résidant à l’étranger (12,82 %).

Figures 15 et 16 : JOP et venue à Paris en 2024 ?

Figures 15 et 16 : JOP et venue à Paris en 2024 ?

Les auteurs, enquête 2019 et 2020

58Les JOP de Paris 2024 seront ainsi associés à un fort effet d’éviction (Delaplace et Schaffar, 2022, ce numéro).

59Dans la seconde enquête à destination des Franciliens, les JOP 2024 incitent 40 % des personnes interrogées à se rendre à Paris et 38,5 % souhaitent s’y rendre pendant l’événement, ils sont également nombreux à vouloir s’y rendre avant et après les Jeux (respectivement 28,5 % et 29 %) (figure 17). 

Figure 17 : Volonté de visiter Paris avec les JOP de 2024 et à quel moment

Figure 17 : Volonté de visiter Paris avec les JOP de 2024 et à quel moment

Les auteurs, enquête 2020

60Le pourcentage de franciliens qui déclarent vouloir venir à Paris pendant les Jeux est beaucoup plus important que le pourcentage de touristes. Ainsi les JOP semblent avant tout être un méga-événement pour les habitants des territoires hôtes.

b) Image et intention de visite

61La recherche a tout d’abord cherché à identifier si les intentions de venir à Paris en 2024 par les touristes et les franciliens étaient associées au caractère positif, négatif ou neutre des mots que ces deux catégories de population associaient à Paris.

  • 15 S’ils sont positifs, les coefficients de corrélation calculés sont néanmoins très faibles.

62Les résultats montrent que pour les Franciliens comme pour les touristes, les intentions de venir à Paris en 2024 sont davantage associées à des mots positifs et les intentions de ne pas venir à des mots négatifs (figures 18 et 19). De ce point de vue, l’intention de venir en 2024 semble liée aux éléments positifs caractérisant Paris et inversement15.

Figure 18 : Mots associés à Paris et intention des Franciliens d’y venir en 2024

Figure 18 : Mots associés à Paris et intention des Franciliens d’y venir en 2024

Les auteurs, enquête 2020

Figure 19 : Mots associés à Paris et intention des touristes d’y venir en 2024

Figure 19 : Mots associés à Paris et intention des touristes d’y venir en 2024

Les auteurs, enquête 2019

63Pour les franciliens, l’enquête a également permis d’identifier si l’image attribuée à Paris pouvait avoir un impact sur le fait de s’y rendre pour les JOP. Les notes vont de 1 à 5 (1 correspondant à une image dégradée et 5 à une image positive). Les résultats de l’enquête ne sont guère probants. Si une large majorité de ceux ayant une image très négative ou négative de Paris indiquent ne pas s’y rendre pour les JOP, c’est le cas également d’une petite majorité de ceux qui ont une image positive ou très positive (figure 20).

64Il semblerait ainsi que l’image de Paris ne soit pas liée à l’intention de venir ou de ne pas venir en 2024.

Figure 20 : L’image attribuée à la ville a-t-elle une influence sur la volonté de se rendre à Paris avec les JOP ?

Figure 20 : L’image attribuée à la ville a-t-elle une influence sur la volonté de se rendre à Paris avec les JOP ?

Les auteurs, enquête 2020

65Enfin, la question était de savoir si la volonté de se rendre (ou non) à Paris avec l’événement (figure 21) pouvait être associée à une possible évolution de l’image de Paris suite aux JOP ; l’hypothèse étant que les Franciliens souhaitant venir à Paris en 2024 avaient seulement une vision positive de l’évènement mais également de sa capacité à transformer l’image de Paris.

Figure 21 : La volonté de se rendre à Paris a-t-elle une influence sur l’évolution de l’image ?

Figure 21 : La volonté de se rendre à Paris a-t-elle une influence sur l’évolution de l’image ?

Les auteurs, enquête 2020

66Comme nous pouvions le supposer, lorsque les participants à l’enquête estiment que leur image de la capitale sera dégradée par les JOP, ils ne sont pas incités à s’y rendre. En revanche, parmi les 13,5 % d’enquêtés estimant que leur image de Paris va être légèrement améliorée, plus des 2/3 sont incités à se rendre à Paris. De même parmi les 6,4 % des enquêtés considérant que leur image de Paris va être fortement améliorée, plus de 85 % affirment être incités à s’y rendre.

67Ainsi les Franciliens - qui sont de possibles touristes ou excursionnistes de proximité - pour lesquels l’image de Paris sera améliorée par les JOP, indiquent davantage vouloir visiter Paris en 2024, en particulier pendant l’événement.

Conclusion

68La revue de la littérature présentée dans la première partie montre que les JOP peuvent influencer l’image de la ville hôte et cela avant, pendant et après leur déroulement. Ces effets d’image peuvent se produire en particulier en raison du processus de rénovation urbaine. Toutefois, ils semblent varier selon les contextes et de surcroît, des effets d’image négatifs peuvent survenir avant et après le déroulement des JOP.

69À partir de deux enquêtes menées en 2019 et en 2020, respectivement auprès des touristes et des Franciliens, l’image de Paris, ainsi que la visite potentielle de Paris par ces deux types de population pendant les Jeux ont été identifiées. Ces enquêtes montrent que les touristes ont une meilleure image de Paris que les Franciliens. Plusieurs éléments peuvent être évoqués pour expliquer ces différences. Tout d’abord, ces deux types de population ne pratiquent pas le territoire de la même manière, les touristes par définition se rendent dans les lieux qui les attirent, tandis que les Franciliens peuvent pratiquer d’autres lieux, de façon contrainte (travail, études, obtention de services, etc.). En outre, la première enquête a été menée avant l’apparition de la crise sanitaire liée à la covid-19. Tandis que la seconde, menée entre juin 2020 et janvier 2021, s’est déroulée pendant la pandémie. Cela a pu influencer l’image de Paris, notamment pour les Franciliens, en raison de l’inquiétude liée à l’utilisation des transports en commun ou encore en raison de la volonté de s’éloigner d’un mode de vie urbain.

70L’enquête de 2020 montre que les Franciliens représenteraient une part non négligeable de visiteurs potentiels des JOP. En pourcentage, ils sont en effet 40 % à indiquer venir à Paris pour les Jeux. En revanche, l’enquête de 2019 révèle que seuls 13 % des touristes anticipent de venir. Comme à Londres, où 36 % des spectateurs britanniques aux JOP de Londres 2012 étaient Londoniens (ORME, 2020), à Paris en 2024, les Franciliens - excursionnistes de proximité- pourraient ainsi être nombreux à assister aux JOP.

71Cet article propose enfin une analyse de l’image actuelle de Paris à quelques années des JOP et de son évolution avec les JOP. Il souligne l’hétérogénéité des effets d’image associés aux JOP. Il montre que globalement l’image de Paris est plus positive pour les touristes que pour les Franciliens ; les pratiques et les fréquences différenciées des lieux par ces deux types de population l’expliquant sans doute. Il souligne enfin que si les Franciliens ayant une image positive de Paris semblent plus incités à y venir pour les jeux, les effets d’image associés aux JOP semblent peu importants pour Paris alors qu’ils semblent plus importants pour la Seine-Saint-Denis, (Gignon et Delaplace, 2021) confirmant de nouveau le caractère contextualisé des effets d’image. Toutefois, depuis 2020, cette image a pu évoluer et peut encore être amenée à évoluer. Le respect des budgets ainsi que des engagements de Paris 2024 en termes de durabilité et d’inclusion, et ce dans un contexte économique complexe, est de ce point de vue un enjeu crucial.

Haut de page

Bibliographie

Amirou, R. (1995), Imaginaire touristique et sociabilité du voyage, Presse Universitaire de France.

Augustin, J.-P. (2009), « Les Jeux Olympiques, l’événement spatial par excellence », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 86, pp. 303–311.

Beucher, S. (2009), « Londres 2012, événement phare ou projet de ville durable ? ». Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 86, L’événementiel et les villes touristiques, pp. 312-323.

Chaboche, J. et Schoeny, A. (2020), “The territorial and urban dimensions of the Summer Olympics; A review of publications (19842018)” in Hosting the Olympic Games: Uncertainty, debates and controversy, Delaplace, M. and Schut, P.-O. Eds, Routledge

Chaix, P. (2018), « Les Jeux Olympiques modernes, à la croisée des chemins entre un modèle politico-médiatique dépassé et un avenir économique et sportif » à réinventer » in Les Jeux olympiques de 1924 à 2024 : Impact, retombées économiques et héritage, Chaix P. Editions Campus Ouvert.

Chappelet, J.-L. (2016), Jeux Olympiques Raviver la flamme. Presses polytechniques et universitaires romandes.

Crompton, J.-L. (1979), “An assessment of the image of Mexico as a vacation destination influence of geographical location upon that image,” Journal of Travel Research, pp. 18-23. https://doi.org/10.1177%2F004728757901700404

Corhe, (2007), Fair play for housing rights, Mega-Events, Olympic Games and Housing Rights opportunities for the Olympic movement and others, Genève.

Day, J., Skidmore, S. and Koller, T. (2002), “Image selection in destination positioning : A new approach.” Journal of Vacation Marketing vol. 8 n. 2, pp. 177-186

Delaplace, M. (2020a), « L’image des territoires hôtes des Jeux Olympiques et Paralympiques : revue de la littérature et enjeux pour Paris 2024 ». Revue marketing territorial, 4 / hiver 2020, en ligne : http://publis-shs.univ-rouen.fr/rmt/index.php?id=457#tocto2n6

Delaplace, M. (2020b), “The relationship between Olympic Games and tourism: why such heterogeneity? Towards a place-based approach”, in Hosting the Olympic Games: Uncertainty, debates and controversy, Delaplace, M. and Schut, P.-O. Eds, Routledge

Delaplace, M. (2022a), « Jeux Olympiques et paralympiques, tourisme et enjeux d’image en Île-de-France », Revue Espaces, n° 366, pp. 14-19

Delaplace M. (2022b) “The Paris Olympic games 2024 as a transformational agent of the Parisian metropolis”, Summer school “Paris Transformations Architectural, Urban & Metropolitan” 24 – 30 July 2022

Delaplace, M. et Schaffar, A. (2022, à paraître), « Quels touristes et quelles pratiques touristiques pendant les Jeux Olympiques ? Les enseignements pour Paris 2024 tirés d’une enquête ex ante à Paris, Via, ce numéro

Fernandes, A.-M. (2017), « Cultural heritage, tourism and the urban renewal: approximations and dissonances between Barcelona and Rio de Janeiro ».

Florentino, M. (2015), Em costas negras : uma história do tráfico de escravos entre a África e o Rio de Janeiro (séculos XVIII e XIX). São Paulo : Editora Unesp.

Fontaine, J.-J. (2016), 2016, Rio de Janeiro et les jeux olympiques - une cite reinventée, L’Harmattan Horizons Amériques Latine.

Gallarza, M. et al. (2002), “Destination image: Towards a concepyual framework”, Annals of Tourism Research, https://doi.org/10.1016/S0160-7383(01)00031-7.

Gignon, A. et Delaplace, M. (2021), « Préparation de Paris 2024 - Tourisme et image des quartiers populaires en Seine-Saint-Denis », Bulletin de la Société Géographique de Liège [En ligne], 76 (2021/1) - Tourisme et patrimoine dans l'espace urbain : repenser les cohabitations, 103-120. https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php ?id =6305

Gravari-Barbas, M. et Jacquot, S. (2007), « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes ? ». Géocarrefour, vol. 82, n° 3, pp. 153-163.

Goetghebuer, G. (2004), « La Quatrième Révolution ! », Sport et vie, vol. Hors-Série : Les outils de la performance, n. 19, https://www.sport-et-vie.com/numero- 19/outils-performance.1840.php.

Gwinner, K. (1997), “A model of image creation and image transfer in event sponsorship”, School of Business, East Carolina University, Greenville, North Carolina, USA, pp. 145-158.

IFOP. (2021), « Perception sur la cérémonie de passation des Jeux Olympiques entre Tokyo 2020 et Paris 2024 », Sondage IFOP pour le COJO, 8 p.

Kaplanidou, K. (2009), « Relationships among Behavioral Intentions, Cognitive Event and Destination Images among Different Geographic Regions of Olympic Games Spectators », Journal of Sport & Tourism, vol. 14, pp. 249–272. https://doi.org/10.1080/14775080903453815

Khomsi, M.R. (2015), « Le rôle des grands événements dans le développement touristique d'une destination métropolitaine : Cas de la ville de Montréal 1960-1992 », thèse soutenue à l’Université du Québec à Montréal.

Magalhães, A. (2016), « Logique d’intervention et circulations  : éradiquer les favelas pour gérer l’espace urbain dans le Rio olympique », Problèmes dAmérique latine, pp. 79-93.

Nappi-Choulet, I. and De Campos Ribeiro, G. (2018), « L’héritage urbain des Jeux Olympiques et Paralympiques », Alternatives économiques, L’économie politique, 13 p.

OCDE, (2017), « Grands événements : des moteurs du tourisme » (Études de l’OCDE sur le tourisme No. 2017/02), Études de l’OCDE sur le tourisme. https://doi.org/10.1787/0855d510-fr

OTCP, (2019), « Le tourisme à Paris. Chiffres clés », OTCP.

Observatoire pour la Recherche sur les Méga-Evénements – ORME, (2020), « Étude sur les visiteurs des grands événements sportifs internationaux », Rapport pour le COJO de Paris 2024, rédigé par Marie Delaplace, Pierre-Olaf Schut, Antoine Marsac, Benoit Segay, Felipe Pimenta

Papadimitriou, D. Kaplanidou, K. and Apostolopoulou, A. (2018), Destination image components and word-of-mouth intentions in urban tourism: a multi group approach”. Journal of Hospitality Tourism Research.

Perelman, M. (2018), « Victoire sportive ou défaite urbaine ? », Presses Universitaires de France ; Tous Urbains.

Poncet, P. (2001), « Sydney et les JO ou le complexe de Cendrillon », Pouvoirs Locaux.

Poynter, G. (2012), “The Olympics: East London’s renewal and legacy”, In: Lenskyj H.J., Wagg S. (eds) The Palgrave Handbook of Olympic Studies, Palgrave Macmillan, London. https://doi.org/10.1057/9780230367463_32

Preuss, H. (2019), “Event legacy framework and measurement. International”, Journal of Sport Policy and Politics 11, 103–118. https://doi.org/10.1080/19406940.2018.1490336

Scheu, A. et al. (2019), “The Legacy of the Olympic Games: A Review”, Journal of Global Sport Management, pp. 212-233.

Thanh, T V. Kirova, V. et Daréous, R. (2014), « L’organisation d’un méga-événement sportif et l’image touristique de la ville hôte ». Téoros, en ligne: https://journals.openedition.org/teoros/2597.

Zimbalist, A. (2018), “Whither the Olympics? Why Agenda 2020 is insufficient and what to do about it ?” in Les jeux olympiques de 1924 à 2024 : Impact, retombées économiques et héritage, Chaix, P. Editions Campus Ouvert.

Haut de page

Notes

1 Si de nombreuses épreuves majeures se dérouleront en Seine-Saint-Denis, cet article se limitera à Paris, ce qui nous permettra de mettre en évidence les différences d’image de la part des résidents et des touristes. Nous n’avons en effet pas d’informations concernant les touristes en Seine Saint-Denis Il faudra(it) expliquer concisément pourquoi.

2 Tous les référendums (Rome, Hambourg, etc.) portant sur l’accueil des Jeux réalisés au cours des dernières années ont échoué en raison d'un manque de soutien public (Preuss, 2019).

3 https://www.francetvinfo.fr/sports/jo/les-jeux-un-cadeau-empoisonne-pour-le-tourisme_125433.html

4 Les aspects négatifs associés aux JOP sont évoqués dans le paragraphe suivant.

5 https://www1.folha.uol.com.br/esporte/olimpiada-no-rio/2016/08/1804394-pesquisa-indica-que-9-em-10-estrangeiros-pretendem-voltar-ao-brasil-apos-rio-2016.shtml

6 https://sportetsociete.org/2020/12/08/pekin-2022-le-cube-deau-de-2008-fin-pret-pour-etre-le-cube-de-glace-de-2022/

7 5 252 personnes ont refusé de participer à l’enquête en 2019.

8 Soit 10 % de touristes internationaux de plus que dans les données officielles concernant les arrivées hôtelières en juillet 2019, données de l’OTCP.

9 Une partie de l’enquête portait aussi sur l’image de la Seine Saint-Denis. Cette enquête n’a pas été exploitée dans le cadre de cet article car nous n’avions aucune donnée concernant les touristes en Seine Saint-Denis.

10 Des questionnaires ont été administrés sur divers sites en Seine-Saint-Denis, en Seine-et-Marne et en Essonne. En raison de la situation sanitaire à cette période, les réponses en face-à-face ont été difficiles à recueillir.

11 19 % des participants n’ont pas renseigné leur profession au moment de l’enquête en 2019.

12 De surcroît, seule l’Arena Porte de la Chapelle sera construite au sein du département de Paris à proximité du périphérique.

13 En revanche, nous ne disposons d’aucune donnée concernant l’évolution de l’image de Paris avec les JOP pour les touristes puisque nous ne les avons pas interrogés spécifiquement sur les JOP.

14 Ainsi, l’image de la Seine-Saint-Denis est susceptible d’évoluer plus fortement en raison des JOP (cf. Gignon et Delaplace, 2021)

15 S’ils sont positifs, les coefficients de corrélation calculés sont néanmoins très faibles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La piscine olympique du quartier de Stratford insérée dans un nouveau quartier de vie
Crédits Les auteurs, 2018
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 2 : Le quartier portuaire de Porto Maravilha et ses œuvres de street-art
Crédits Les auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 : Emplacement des sites olympiques et paralympiques
Crédits Les auteurs, 2022. Paris 2024
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-3.png
Fichier image/png, 943k
Titre Figure 4 : Répartition des enquêtes selon l’échantillonnage et nombre d’enquêtes réalisées sur le terrain lors de l’enquête auprès des Franciliens
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-4.png
Fichier image/png, 122k
Titre Figure 5 : Nuage de mots représentant les occurrences associées spontanément aux Jeux Olympiques et Paralympiques pour les Franciliens
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 6 : Expressions associées aux JOP pour les Franciliens
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-6.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figures 7 et 8 : Connaissance de l’accueil des JOP à Paris et en Ile-de-France en 2024 dans les deux enquêtes
Crédits Les auteurs, enquête 2019 et enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 9 : Accueil des JOP sur le territoire
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-8.png
Fichier image/png, 204k
Titre Figures 10 et 11 : Répartition des expressions positives, négatives et neutres associées à Paris dans l’enquête auprès des touristes et dans l’enquête auprès des Franciliens
Crédits Les auteurs, enquêtes 2019 et 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figures 12 et 13 : Nuages de mots concernant Paris (graphique du haut pour les franciliens et du bas pour les touristes)
Crédits Les auteurs, enquêtes 2019 et 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Figure 14 : Évolution de l’image sur Paris avec les JOP
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-11.png
Fichier image/png, 329k
Titre Figures 15 et 16 : JOP et venue à Paris en 2024 ?
Crédits Les auteurs, enquête 2019 et 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 17 : Volonté de visiter Paris avec les JOP de 2024 et à quel moment
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-13.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 18 : Mots associés à Paris et intention des Franciliens d’y venir en 2024
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-14.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure 19 : Mots associés à Paris et intention des touristes d’y venir en 2024
Crédits Les auteurs, enquête 2019
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-15.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 20 : L’image attribuée à la ville a-t-elle une influence sur la volonté de se rendre à Paris avec les JOP ?
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-16.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 21 : La volonté de se rendre à Paris a-t-elle une influence sur l’évolution de l’image ?
Crédits Les auteurs, enquête 2020
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/8982/img-17.png
Fichier image/png, 407k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Gignon, Marie Delaplace et Felipe Pimenta De Souza, « Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 et images de Paris  », Via [En ligne], 22 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/8982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.8982

Haut de page

Auteurs

Alexia Gignon

Doctorante en contrat CIFRE au Lab’Urba de l’Université Gustave Eiffel et à la mission Partenariats et Tourisme de la Ville de Paris, sa thèse porte sur la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques et le rôle des acteurs dans la structuration touristique du nord-est parisien. alexia.gignon@paris.fr

Marie Delaplace

Economiste de formation, Marie Delaplace est professeure d’Aménagement-Urbanisme à l’Université Gustave Eiffel (chercheure au Lab’urba et enseignante à l’Ecole d’Urbanisme de Paris-). Ses recherches portent sur certains vecteurs possibles du développement territorial et en particulier, le tourisme, l’évènementiel et les infrastructures de transport. Elle investit en particulier la dimension conflictuelle qui leur est associée. Elle représente la présidence de l’Université Gustave Eiffel dans l’Association Tourisme Recherche Enseignement Supérieur (ASTRES) et a co-fondé l'Observatoire de Recherche sur les Méga-évènements (ORME). marie.delaplace@univ-eiffel.fr

Articles du même auteur

Felipe Pimenta De Souza

Diplômé en relations publiques et en commerce international. En 2018, il a été sélectionné pour le master Erasmus Mundus en développement durable. Felipe mène des recherches académiques sur les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP), les innovations qu’ils véhiculent, leurs impacts, et leurs liens avec le développement local. felipe.pimenta@outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo DIALNET
  • Logo L'Agenzia Nazionale di Valutazione del Sistema Universitario e della Ricerca
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search