Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4-5S’ancrer dans le monde « pour une...

Résumé

À partir d’une enquête de terrain réalisée entre 2009 et 2011 à Lalibela, petite ville patrimoniale et touristique du nord de l’Éthiopie, cet article propose une réflexion sur les rencontres entre touristes internationaux et société locale. Au-delà du « paradigme criticiste » qui met en évidence les méfaits du tourisme dans certains espaces sociaux du Sud, nous envisageons de montrer comment la rencontre touristique est un moment d’articulation au Monde d’une société locale par ailleurs peu insérée dans des flux internationaux, c’est-à-dire un moment de l’hybridation des pratiques et représentations culturelles. Nous nous intéressons également aux ressorts sociaux et économiques de ces relations. Celles-ci ne se construisent pas au hasard d’une rencontre mais résultent de stratégies que mettent en œuvre certains groupes, plutôt jeunes et masculins, pour provoquer puis faire durer la relation. Dans ce contexte, les histoires emblématiques de quelques « parrainés » fortunés alimentent les fantasmes de jeunes gens en quête d’ancrage dans le monde et d’une « vie meilleure ».

Haut de page

Texte intégral

1Lalibela est une petite ville du nord de l’Éthiopie qui abrite un complexe d’églises rupestres. En juin 1978, l’Icomos recommanda que ces églises creusées dans la roche soient inscrites sur la liste du patrimoine mondial puisqu’elles satisfaisaient aux critères I, II et III d’identification de la valeur universelle et exceptionnelle d’un bien par l’Unesco. L’Icomos associa en effet le site de Lalibela à une (I) « réalisation artistique unique, tant par l’ampleur du programme que par la variété et l’audace des formes », le reconnut pour (II) son « importance dans la chrétienté éthiopienne » et comme un (III) « témoignage exceptionnel sur la civilisation de l’Éthiopie médiévale et postmédiévale » (Icomos, 1978). En septembre 1978, le Comité intergouvernemental de l’Unesco pour la protection du patrimoine mondial labellisa donc les églises de Lalibela (Unesco, 1978). À l’instar de nombreux sites du patrimoine mondial, Lalibela est aujourd’hui devenu un lieu du tourisme international.

2L’ouverture de l’Éthiopie au tourisme international est récente. Le contexte politique de fermeture, de famines récurrentes et de guerres contraignit l’émergence d’une activité touristique autour des différents sites éthiopiens du patrimoine mondial dans les décennies 1980 et 1990. Bien que le pays ne soit toujours pas aujourd’hui une destination de tourisme de masse, Lalibela s’impose depuis le début des années 2000 comme un de ces sites labellisés par l’Unesco, à la fois fascinants et de plus en plus accessibles pour un public en quête de « hauts lieux » culturels (Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2012). Chaque année, à peu près 40 000 visiteurs internationaux se rendent à Lalibela pour visiter le site et ses environs. Ces dernières années, le développement du tourisme s’est traduit par la multiplication des infrastructures d’accueil et a généré des opérations publiques de rénovation urbaine ayant pour objectif de renforcer l’attractivité du site. Il est souvent envisagé que, si « attirer un grand nombre de touristes peut générer des revenus », cela peut aussi « déstabiliser la population locale et fragiliser l’intégrité de ces sites » (Marcotte, Bourdeau, 2010, p. 271). Les experts de l’Unesco ont ainsi dénoncé, à plusieurs reprises, la multiplication des infrastructures hôtelières à Lalibela (Unesco, 2007), ou encore « l’empiètement urbain » qui affectait le site (Unesco, 2010). Aussi, il apparaît que la « population locale », au moins en partie, subit les effets de certaines politiques de conservation patrimoniale et de valorisation touristique. Dans les Suds et dans un contexte de pauvreté très visible dans l’espace public, c’est en effet « une image parfaitement ‘assainie’ d’eux-mêmes que les pays récepteurs se doivent de présenter, s’il le faut à l’aide de politiques vigoureuses et autoritaires, de règlements draconiens » (Cazes, 1992, p. 112). À Lalibela, un programme de destruction des quartiers et de déplacement des habitants établis au plus près des églises est en cours ; les mendiants ont été rassemblés, il y a quelques années, dans un camp à l’écart des chemins conduisant aux églises et empruntés par les touristes (Bridonneau, 2013). Ainsi, le projet de développement du tourisme durable en Éthiopie que finance la Banque mondiale (2009-2014) comprend le resettlement d’environ 700 ménages déguerpis des alentours des églises de Lalibela (World Bank, 2009).

3Bien qu’ils soient rarement intégrés aux politiques de conservation patrimoniale et souvent considérés par les pouvoirs publics comme nuisibles au renforcement de l’attractivité touristique, les habitants construisent leurs propres relations aux touristes et cherchent à capter, eux-mêmes, une partie des revenus de cette activité à Lalibela. Il s’agit alors de proposer une réflexion dépassant le « paradigme criticiste » (Amirou, 2012) qui analyse le tourisme au Sud à travers le prisme de ses « méfaits » sur des sociétés vulnérables et de ses « nuisances » sur des cultures dites « traditionnelles ». Au contraire, il est ici question d’envisager les rencontres entre touristes et habitants comme un « branchement » (Amselle, 2005), c’est-à-dire comme un lieu de communication interculturelle, ou encore comme un de ces moments au cours desquels se construisent « les vies imaginées » chères à Arjun Appadurai (2005 [1996]). Dans une perspective postcoloniale, l’ancrage des habitants dans le monde via la rencontre avec les touristes donne à voir, nous semble-t-il, « l’hybridation » (Bhabha, 2007 [1994]) des pratiques et représentations culturelles.

4En identifiant différentes rencontres, c’est-à-dire d’abord la rencontre informelle perçue comme fortuite par le touriste, puis l’échange commerçantet enfin le « parrainage », il s’agira d’éclairer les ressorts culturels, sociaux et économiques de cette façon assez nouvelle qu’ont certains habitants de Lalibela de s’ancrer dans le monde. Cette analyse se fonde sur une enquête de terrain réalisée entre 2009 et 2011, associant entretiens et observation participante.

Recevoir l’autre et imaginer l’ailleurs, un ancrage des habitants de Lalibela dans le Monde

5La présence régulière de touristes internationaux à Lalibela est un facteur d’amarrage de Lalibela au Monde, c’est-à-dire à cet « espace d’échelle mondiale » que la mondialisation rend pertinent (Lévy, 2008, p. 110). En Éthiopie, les circuits touristiques s’organisent de manière privilégiée autour des sites du patrimoine mondial. À une échelle plus large, la caractérisation du pays comme exotique participe à nourrir les flux touristiques vers ce lieu « lointain » (Staszak, 2008), qu’est l’Éthiopie. On a beaucoup critiqué « l’authenticité réinventée ou la tradition rebricolée » (Cazes, Courade, 2004), la « mise en scène de l’Autre » comme réponse à la recherche de « conformité du lieu […] lointain à l’idée qu’on s’en fait » (Staszak, 2008, p. 21). Alors, l’espace touristique se construit et « prend sens par un contact avec un ailleurs idéalisé » (Rémy, 2000, p. 37). Certains habitants de Lalibela s’emparent de cette recherche de « l’altérité régénératrice » (Rémy, 2000, p. 37) par les touristes. Se met en place un jeu de miroirs dans lequel les habitants de Lalibela construisent pratiques et discours pour entrer en contact avec le touriste et son « ailleurs » à lui, c’est-à-dire ce « lieu de l’autre » (Turco, 2003, p. 53). Pour beaucoup, cette rencontre est problématique parce que « le touriste est toujours quelqu’un qui n’a pas de raison fonctionnelle d’être là » (Rémy, 2000, p. 48). En outre, l’asymétrie de cette relation a été mise en évidence : « l’autochtone peut avoir l’avantage, car il vit l’échange touristique de manière répétée, ce qui lui permet de mieux connaître l’autre dans ses inspirations et d’acquérir des routines pour faire tourner l’échange à son avantage » (Rémy, 2000, p. 49). Dès le début des années 1980, T. Hoivik et T. Heiberg (1980) ont insisté sur la rencontre comme un événement inattendu, perçu comme fortuit par le touriste alors qu’elle est recherchée par « l’autochtone », dans l’optique d’en tirer des « avantages ». Comment cela se passe-t-il aujourd’hui à Lalibela ? Les relations sont-elles à ce point codifiées du point de vue des habitants ?

Document n°1 : Lalibela, haut : 2010, bas : 2011

Document n°1 : Lalibela, haut : 2010, bas : 2011

© Marie Bridonneau.

6La première scène représentée sur la photographie ci-dessus s’est déroulée à Lalibela la veille du Noël orthodoxe, au début du mois de janvier 2011 (photographie du haut). Lalibela est un haut-lieu de pèlerinage pour les Chrétiens orthodoxes d’Éthiopie. Chaque année, à Noël, des dizaines de milliers de pèlerins affluent dans la petite ville pour célébrer les naissances du Christ et de Saint-Lalibela, reconnu comme le roi bâtisseur des églises rupestres par les fidèles. Depuis quelques années, de nombreux voyagistes proposent à leurs clients de se rendre à Lalibela pour assister aux célébrations de la Nativité. Le touriste ici photographié est entouré par plusieurs fidèles qui le regardent en souriant ou en riant. Apparemment fatigué, le visiteur a vraisemblablement suscité des réactions amusées par un comportement affable ou peu usuel aux yeux de ces pèlerins et habitants réunis autour des églises pour la messe de Noël. À cette occasion, les touristes internationaux rencontrent à la fois d’autres visiteurs, les pèlerins, venus de toute l’Éthiopie chrétienne, ainsi que des habitants de Lalibela qui ne provoquent jamais de rencontre avec les touristes. Usagers quotidiens des églises dans le cadre d’une pratique cultuelle, ils ne prêtent guère attention aux touristes. Au contraire, une très grande majorité de touristes s’emploie à photographier ces fidèles, jeunes femmes pieuses comme vieillards, vêtus de blanc, qui embrassent les murs des églises et se prosternent des heures durant. Ils sont la dimension vivante du patrimoine, ils sont l’Autre idéalisé, cette « foule qui, à l’heure de la messe, envahit les souterrains reliant les églises aux places du village [et] fait songer à celle qui se pressait dans les catacombes aux premiers siècles du christianisme » (Pavan, 2009, p. 118).

7La seconde scène se déroule pendant la saison des pluies, en août 2010 (photographie du bas). La boue qui envahit les rues et chemins de Lalibela fait les affaires des jeunes cireurs de chaussures. Cette saison n’est en revanche pas privilégiée par les agences de voyages, qui préfèrent organiser des séjours dans le nord de l’Éthiopie le reste de l’année et plus particulièrement au moment des grandes fêtes religieuses du calendrier chrétien orthodoxe. De juin à septembre, on rencontre plutôt des voyageurs isolés, qui se déplacent en utilisant les transports collectifs (avion et bus) ou en louant un véhicule privé avec chauffeur. Dans les rues, ces petits groupes de visiteurs, qui se déplacent souvent à pied, sans guide, sont très sollicités par les enfants et les adolescents, et notamment par les cireurs de chaussures. Sur cette photographie, on remarque la présence, autour des deux cireurs de chaussures accroupis et de leurs clients, de deux autres visiteurs et de quatre jeunes garçons assistant à cette scène. Autour du nettoyage des chaussures, c’est-à-dire de la fourniture d’un service marchand, on remarque que les touristes sont l’objet d’une observation attentive de la part de ces jeunes habitants qui profitent ainsi d’un moment d’interaction dans l’espace public. Ces jeunes garçons ne sont ici ni dans une attente passive, ni dans la seule observation. Ils vont en effet très probablement tenter de prolonger cette rencontre en sollicitant les visiteurs pour obtenir de l’argent, une adresse électronique, etc. De cette rencontre, ils vont à la fois chercher à tirer un bénéfice matériel (Hoivik, Heiberg, 1980) mais aussi à glaner des informations sur le visiteur, son pays d’origine (Cazes, 1992), nourrissant ainsi leur imaginaire du Monde.

8Dans les écoles primaires de Lalibela, les enfants n’ont cours que le matin ou l’après-midi. Les écoles sont fermées au plus fort de la saison des pluies (mois de juillet et août) mais aussi à l’occasion des jours fériés ou de la césure entre les semestres. Les enfants disposent ainsi de grandes plages de temps libre que certains occupent à jouer dans les rues de leur quartier. Lors de mes premiers séjours de terrain à Lalibela, au cours desquels j’étais la plupart du temps considérée comme une touriste, j’ai expérimenté la manière dont certains enfants initient les rencontres avec les touristes.

  • 1 Le birr est la monnaie éthiopienne. En juin 2013, un euro équivaut à environ 25 birr.

9Les jeunes manient aisément quelques rudiments d’anglais avec lesquels ils interpellent les touristes : « How are you ? », « How is Lalibela ? », « Do you like the church ? », « Where are you come from [sic] ? », etc. Si le touriste répond (et dans bien des cas, même s’il ne répond pas !), il arrive qu’un enfant téméraire et particulièrement loquace emboîte le pas du ou des visiteurs. Il peut alors lui proposer l’achat d’une petite croix en cuir en guise de « souvenir » ou lui demander des pièces de monnaies qu’il « collectionne » mais qu’il ira en fait très vite échanger contre des birr1 auprès d’un autre touriste. Sur le pas de leur porte ou devant leur maison, certains enfants, souvent des petites filles, peuvent également inviter le visiteur à une « coffee ceremony », c’est-à-dire à goûter le café préparé selon un rituel assez précis et décrit comme « traditionnel », à la maison. À travers l’invitation à la cérémonie du café, les enfants contribuent ainsi à mettre en scène Lalibela, à donner une image du lieu « mettant en valeur quelques traits idéalisés » (Rémy, 2000, p. 39) et « stéréotypés » (Staszak, 2008). Présentant l’invitation comme une occasion de partager une tradition locale et d’expérimenter la sacrosainte « hospitalité », l’hôte s’attendra cependant, dans la plupart des cas, à une rétribution en échange, sans forcément en informer l’invité au préalable.

10Le ballon de football est une autre demande récurrente. Les enfants de Lalibela jouent la plupart du temps avec une boule de vieux tissus et il n’est pas rare qu’ils sollicitent un touriste, parfois à l’aide d’une demande écrite assortie d’un argumentaire en anglais pour l’achat d’un ballon en plastique ou en cuir. Pour appuyer leur requête, ils vantent les footballers célèbres des pays dont sont originaires leurs interlocuteurs. Ils mettent ainsi en avant leur lien avec le lieu de l’Autre. Soulignons cependant que la demande d’un bonbon, d’un ballon, d’un t-shirt ou d’argent n’est pas présente dans chacune des interactions générées par l’enfant qui se satisfait souvent d’un simple signe de la main de la part du touriste.

11D’ailleurs, les seuls à scander « money money » dans les rues au passage des touristes sont de très jeunes enfants. D’un autre côté, certains mettent en œuvre des stratégies complexes dans lesquelles ils anticipent une deuxième rencontre, voire la construction d’une relation durable. Ceux-ci montrent leurs bulletins scolaires pour attester de leur sérieux et de leur potentiel, et ainsi laisser entendre le bon sens que représenterait une aide à leur encontre. Quelques-uns s’amusent à réciter les capitales des pays du monde en sachant qu’ils vont susciter des réactions admiratives. Ces contacts approfondis sont souvent le fait d’enfants plus âgés et d’adolescents.

  • 2 Farendj est le terme utilisé en Éthiopie pour désigner l’étranger, le « Blanc ».
  • 3 Woldiya est une ville moyenne qui se situe à environ 5 heures de route de Lalibela.

12Quelques jours après ma première venue à Lalibela, un jeune homme m’interpelle tandis que je longe le quartier de Chifrigoch pour rejoindre le centre-ville : « I love you », me dit-il. Plus tard, il me dira qu’il ambitionne en effet d’avoir une farendj2 pour compagne. Il se fait surnommer « Obama » par ses amis. Âgé d’une vingtaine d’années, Obama loue une petite maison de deux pièces avec sa mère. Ayant un temps vécu dans la région de Woldiya3 , il est arrivé à Lalibela suite au divorce de ses parents. Il y trouve la vie difficile, à cause de l’inflation notamment. Il explique qu’à Lalibela les jeunes hommes tentent de se faire « parrainer » par des touristes, et y parviennent. Il estime que c’est un moyen efficace de profiter du développement du tourisme et d’avoir « une vie meilleure ». Quelques mois après notre première rencontre, nous engageons une nouvelle conversation à propos du tourisme à Lalibela. Obama me livre alors sa stratégie, sous le regard désapprobateur d’un ami à lui. Il m’explique qu’il n’a pas moins de cinq à six « sponsors » ou « parrains » qui lui envoient régulièrement de l’argent via Western Union.

13La stratégie est complexe. Tout d’abord, comme il est élève au lycée de Lalibela, il montre à son potentiel « parrain » ses excellents résultats scolaires, bulletins à l’appui. Ensuite, il lui présente sa mère qui prépare un « café traditionnel » pour l’occasion. Parfois, il propose au visiteur de le guider jusqu’à l’église d’Asheton, située à quelques kilomètres de la ville, en montagne. Pendant toute cette période, il ne demande rien et refuse toute rétribution pour ses services de « guide ». Seule l’obtention d’une adresse électronique lui importe : c’est en effet après son départ qu’Obama se rappellera au souvenir du visiteur et que ce dernier pourra songer à envoyer de l’argent à ce jeune homme qu’il se représentera comme pauvre, désintéressé, brillant et vivant seul avec sa mère. Cependant, Obama n’est pas encore satisfait. Seul un mariage avec une farendj lui permettra de réaliser son rêve : quitter l’Éthiopie et rejoindre le paradis américain. Il martèle ainsi : « Je préfère être gardien en Amérique que médecin en Éthiopie ».

14Bien sûr, les rencontres que provoque Obama et les relations qu’il construit correspondent à la recherche d’un bénéfice matériel mais aussi au souci de s’ancrer dans le Monde, d’y accéder. À travers le cas d’Obama, il apparaît que les rencontres avec les touristes sont tout autant un moment d’articulation à « l’ailleurs » pour le jeune citadin qui les provoque qu’une cristallisation de la différenciation qui est établie entre soi et le farendj, notamment par rapport à l’argent. La construction de l’imaginaire est également en jeu dans ces moments, en dépit de leur dimension éphémère. La rencontre particulière entre un habitant de Lalibela et un touriste ou un groupe de touristes est généralement brève. En dehors de cas bien précis, et assez rares, de parrainages ou de relations amoureuses, au cours desquels la relation se construit au-delà du séjour du visiteur à Lalibela, le rapport se limite bien souvent au temps d’une visite des églises, d’un cirage de chaussures ou encore d’une petite promenade en ville ou dans la montagne environnante. Cependant, une telle rencontre peut se reproduire avec un autre visiteur le jour suivant et encore un autre la semaine suivante, et ainsi de suite. Ces rencontres sont alors indéniablement des moments de construction de vies « en partie imaginées » (Appadurai, 2005 [1996]) pour l’écolier ou le jeune guide qui y prend part.

15Arjun Appadurai a montré à quel point, dans le contexte actuel de mondialisation, l’imagination participe à la fabrication de la vie sociale d’un nombre croissant d’individus et qu’ainsi « davantage de gens, dans de plus nombreuses parties du monde, peuvent envisager un éventail de vies plus large que jamais » (Appadurai, 2005 [1996], pp. 97-98). Si migrations et médias sont des vecteurs présentant à des individus toujours plus nombreux un « stock […] de vies possibles » (Appadurai, 2005 [1996], p. 98), il ne fait aucun doute que les mobilités touristiques y participent également. Comme la visite d’un émigré originaire de Lalibela, le visionnage d’un film d’actions américain, ou encore le fait d’être « ami » sur les réseaux sociaux numériques avec des représentants de la diaspora installés un peu partout dans le monde, l’interaction avec un touriste est un moment de construction de l’imagination du Monde pour les jeunes gens de Lalibela. Cependant, la majorité des gens de Lalibela, qu’ils soient jeunes ou non, rencontrent rarement, voire ne rencontrent jamais de touristes. Alors, certains individus, particulièrement à même d’entrer en contact prolongé et répété avec les touristes, vont jouer le rôle de» passeur » et construire une image de l’Autre et de l’ailleurs qui sera diffusée dans l’ensemble de la société locale.

Les « passeurs », des traits d’union entre Lalibela et le Monde

16Il existe à Lalibela des « passeurs » entre l’espace social local et le Monde. Quelle que soit l’échelle spatiale considérée, les passeurs sont des individus qui, au sein d’espaces fragmentés ou entre des espaces cloisonnés, « construisent des compétences de traductions […] qui leur permettent de donner à voir dans un monde ce qui se passe dans un autre » (Roulleau-Berger, 2002, p. 235). À Lalibela, le « passeur » dissémine sa connaissance de l’ailleurs et du Monde, connaissance acquise auprès des touristes, mais aussi des migrants (qui jouent eux-mêmes le rôle de passeur) ou encore à travers les médias. Le souci de rencontrer les touristes n’est, encore une fois, pas unanimement partagé parmi la société locale. Au contraire, si l’interaction entre les touristes et les habitants « se répartit de façon égale chez les touristes », « elle se concentre sur quelques individus seulement au niveau de la population locale » (Hoivik, Heiberg, 1980). Les « passeurs » sont en effet plutôt de jeunes hommes, parlant anglais, présents dans les espaces fréquentés par les touristes. Ainsi, comme le précisent Hoivik et Heiberg (1980), la concentration des rencontres engendre la formation d’un groupe local qui se spécialise dans ce genre de contacts et qui assure la jonction entre la société hôte et les touristes, tirant alors profit de ce rôle de trait d’union.

  • 4 L’amharique est à la fois la langue dominante en Éthiopie et la langue parlée par les habitants de (...)
  • 5 L’Éthiopie est, depuis 1995, une République fédérale. Elle est divisée en États régionaux. Lalibela (...)

17Dans cette perspective, le guide et l’awwakabi peuvent tous deux être envisagés comme des passeurs. « Awwakabi » est un terme amharique4 qui désigne celui qui harcèle, qui est après quelqu’un. C’est ainsi que sont nommés à Lalibela ceux qui suivent les touristes dans la rue et mettent en œuvre différentes stratégies pour obtenir un « sponsor ». Initiant la relation avec le touriste, ces jeunes gens sont facilement identifiables dans les espaces publics de Lalibela. S’ils n’ont pas encore eu de succès, ils guettent les touristes à la sortie de leur hôtel, les suivent dans la rue. En revanche, s’ils ont réussi dans leur entreprise, ils peuvent posséder un minibus pour assurer le transport des touristes, être propriétaire d’un hôtel, se rendre à Addis Abeba en avion. Il est alors possible de les rencontrer dans la capitale, iPhone à la main. Entre l’awwakabi et le guide, il y a beaucoup de points communs, notamment dans les issues potentielles de leurs interactions avec les touristes. Pourtant, le point de départ de la relation est différent. Les visites guidées sont en effet l’occasion d’une rencontre approfondie avec l’étranger, rencontre se fondant sur un échange marchand, différent par nature de celui que créent les jeunes gens qui interpellent et suivent les touristes dans la rue. Les guides locaux de Lalibela constituent un groupe d’une centaine de personnes : leur nombre évolue en fonction de ceux qui quittent l’activité, pour un temps ou définitivement, et de ceux qui arrivent dans le métier au gré des licences accordées par l’État régional amhara5. Les guides locaux ont donc une licence, obtenue après avoir réussi un examen organisé par le Bureau régional de la Culture et du Tourisme. Seuls les gens originaires de Lalibela (c’est-à-dire de la ville et de ses alentours immédiats) peuvent y prendre part. Les qualifications exigées pour candidater sont de plus en plus élevées : aujourd’hui, la maîtrise d’une langue étrangère en plus de l’anglais ou l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur dans le domaine du tourisme est exigée. Lorsqu’ils travaillent, ils portent un vêtement et un badge qui les identifient.

Document n°2 : Lalibela, 2011

Document n°2 : Lalibela, 2011

© Marie Bridonneau.

18Ces photographies montrent au sein des cercles rouges le travail des guides auprès des visiteurs, au moment de Noël. Tandis que les églises sont emplies par les pèlerins, les guides conduisent leurs clients dans les dédales des tranchées qui relient les églises entre elles. Ils jouent alors le rôle d’intermédiaire entre des visiteurs fascinés et les fidèles. Plus précisément, ils racontent les églises et Lalibela à leurs visiteurs, leur délivrent un discours et donc une certaine représentation des lieux. Les guides proposent généralement une image de Lalibela et de ses églises qui « ressemble à un stéréotype parce qu’elle suppose des repères stables et collectivement partagés » (Rémy, 2000, p. 39). Racontant l’histoire sacrée du creusement des églises, telle qu’elle est d’ailleurs reprise dans les guides de voyages, ils se gardent généralement de raconter la destruction du quartier du Mikael gebbi et laissent leurs clients prendre en photographie les maisons sauvegardées et restaurées lorsqu’ils traversent, après la visite des églises, cet espace reconstruit depuis 2010.

19Les revenus des guides sont très variables et dépendent en grande partie du réseau de relations professionnelles dont ils disposent. Au-delà d’un prix plancher affiché à l’entrée des églises et en régulière augmentation (le tarif de 150 birr fixé en juillet 2009 a doublé en 2012), un guide peut être bien mieux rémunéré s’il est le guide attitré d’un hôtel ou d’une agence de voyages. Les guides augmentent aussi parfois très nettement leurs revenus grâce à un bon pourboire. Le métier de guide est aujourd’hui perçu comme une activité très rentable, comme le confirme ce jeune guide de Lalibela, âgé d’une trentaine d’années :

« J’étais enseignant. Je gagnais 800 birr par mois. Aujourd’hui, en travaillant trois jours par semaine, je peux gagner 1000 birr en une semaine. Merci aux touristes. J’ai vraiment une vie meilleure aujourd’hui. Je suis le guide attitré d’un hôtel. Je réceptionne les clients de l’hôtel à l’aéroport et essaie de convaincre ceux qui n’ont pas de réservation de séjourner dans cet hôtel. Mais il est vrai que l’argent que tu gagnes dépend largement de tes contacts […]. Plus tu es connu, plus tu as des clients. Je négocie les tarifs entre 15 et 25/30 dollars, en fonction des touristes, des groupes. En plus, il arrive que les touristes donnent des pourboires. Être guide me permet de vivre bien mieux que lorsque j’étais enseignant ».

20Certains guides restent en contact avec d’anciens clients qui leur envoient parfois de l’argent ou divers biens (vêtements, chaussures, téléphones portables, ordinateurs, etc.). Il arrive également que des relations sentimentales, plus ou moins durables, se nouent. En tout état de cause, le guide est une des très rares personnes de Lalibela avec laquelle un visiteur est amené à discuter. En tant que « passeur », les guides introduisent Lalibela aux étrangers de passage. Inversement, si on peut les considérer comme des passeurs du Monde, c’est aussi parce qu’ils donnent à voir aux autres habitants de Lalibela « le Monde » qu’ils côtoient auprès du touriste. Au gré de leurs journées de travail et des discussions qu’ils peuvent avoir entre eux, les guides construisent toute une série d’images et de représentations à propos des visiteurs. Ces images se conjuguent à celles des médias et aux récits des migrants pour construire la figure du farendj qui est diffusée dans Lalibela. En outre, certains guides deviennent des acteurs économiques locaux, notamment lorsqu’ils parviennent à s’inscrire dans des « relations de parrainage ».

Les relations de parrainage : une diffusion sociale originale des bénéfices du tourisme ?

21Le tourisme est rarement envisagé comme le moteur d’un développement local juste au Sud. Au contraire, il apparaît que la diffusion sociale des bénéfices du tourisme est extrêmement sélective et que les réussites individuelles sont précaires (Cazes, 1992). La « tertiarisation » que nourrit la fonction touristique au Sud serait « autant motif d’inquiétude que critère de modernité » (Cazes, 1992, p. 91). Parallèlement, les projets de développement du tourisme impulsés par les organisations et bailleurs de fonds internationaux dans les espaces du Sud ambitionnent de favoriser une croissance économique durable qui contribuerait à l’enrichissement des individus pour « réduire la pauvreté ». Dans le cadre d’un projet comme l’Ethiopian Sustainable Tourism Development Project financé par la Banque mondiale, les communautés habitant les espaces touristiques sont envisagées comme les bénéficiaires d’une aide internationale devant leur permettre, à terme, de s’enrichir. Dans ce double contexte, l’expression « relation de parrainage » caractérise des relations construites entre un touriste de passage et un habitant de Lalibela, à qui le premier a décidé de venir en aide. Cette aide peut prendre différentes formes : envoi régulier d’argent via Western Union, paiement des frais de scolarité, dons ponctuels pour la construction d’une maison, d’un hôtel, achat d’une voiture, etc.

22La relation de parrainage peut aussi être associée à une relation de couple. Les « relations de parrainage » signifient que certains habitants sont acteurs de leur propre enrichissement, en dehors des structures et des projets de l’aide publique internationale pour le développement. À l’instar des « passeurs » évoqués ci-dessus, les» parrainés » sont le plus souvent des jeunes hommes. Ce sont en effet généralement des guides qui, nous l’avons vu, ont un accès très privilégié aux touristes mais aussi des jeunes gens qui traînent dans la rue, dans les espaces publics à proximité des hôtels. On parlera de « relation de parrainage » lorsque la relation génère une transformation durable de la vie du « parrainé ».

23Les scénarios sont divers. Évoquons le cas d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, originaire d’un village situé à une quarantaine de kilomètres au nord de Lalibela. Lorsqu’il était enfant, blessé, une voiture de tourisme le trouva sur le bord de la route et le conduisit à Lalibela pour qu’il se fasse soigner. Il commença à travailler comme cireur de chaussures dans le principal quartier hôtelier de Lalibela. Toujours un peu boiteux, il attirait la compassion des touristes. Un jour, l’un d’entre eux décida de le parrainer. Il lui acheta un minibus afin qu’il puisse monter une petite affaire de transport de touristes. Il lui donna ensuite l’argent nécessaire pour construire une maison à Lalibela. Achevée en 2011, la maison compte quatre pièces, une salle de bain équipée, une grande télévision, des canapés et fauteuils que le jeune homme a fait venir d’Addis Abeba. En revanche, il n’habite pas la maison et ne sait pas trop quoi en faire. Son parrain et ses amis lui conseillent de la louer. Lui ne se voit pas comme un entrepreneur actif : il passe le plus clair de son temps avec ses amis, et habite avec la partie de sa famille qui est installée à Lalibela. Sur son minibus et sur le mur de sa maison, il a fait inscrire en anglais « Thanks Lalibela », en hommage à Saint-Lalibela à qui il attribue sa réussite.

24Les propriétaires de l’hôtel le plus prisé de Lalibela ont également été parrainés. Il s’agit de deux jeunes hommes d’une trentaine d’années, originaires de Lalibela. Avant leur rencontre, au milieu des années 2000, avec un riche homme d’affaires en visite à Lalibela, l’un exerçait le métier de guide local, l’autre était chauffeur et conduisait les touristes dans la ville, entre l’aéroport, les églises et l’hôtel. Comme dans un conte de fées, ils se firent « offrir » un hôtel par cet homme fortuné et devinrent en quelques années des hommes très riches. Ni l’un ni l’autre n’étaient formés pour gérer une telle affaire. Quelques mois après l’inauguration de l’hôtel, l’un des deux propriétaires partit pour Addis Abeba et y commença des études de commerce dans une institution privée. L’autre resta à Lalibela pour faire fructifier l’affaire. Ce dernier profite désormais de son nouveau niveau de vie pour voyager à travers le monde. L’autre préfère rester à Addis Abeba et revenir régulièrement à Lalibela. Il a pris l’habitude de systématiquement inviter ses amis et de leur prêter de l’argent quand ils le lui demandent. L’histoire de ces deux jeunes hommes nourrit aujourd’hui les fantasmes de nombreux jeunes gens à Lalibela, rêvant de la rencontre qui, un jour, transformera leur vie.

25Au-delà de quelques dizaines de cas emblématiques, il est difficile de quantifier le nombre de personnes « parrainées » tant les histoires sont diverses et les situations toujours en évolution. Le responsable de l’agence de la Commercial Bank de Lalibela déclarait en 2010 qu’ils sont les principaux bénéficiaires des transferts d’argent à destination de Lalibela via Western Union. Un autre indicateur de la prégnance du phénomène pourrait être le surnom qu’ont donné certains habitants à une rangée d’hôtels en construction, avec vue sur la montagne : les « emails hotels ». Certains de ces hôtels auraient ainsi été construits avec l’argent des « relations de parrainage ». L’expression « email hotels » fait ainsi référence aux pratiques des awwakabi qui écrivent aux visiteurs dont ils ont obtenu l’adresse électronique pour leur demander de « l’aide ». Lorsque l’on sollicite l’avis des acteurs du tourisme sur les changements liés à l’activité touristique à Lalibela, ils évoquent très souvent ce phénomène des « relations de parrainage ». L’un d’entre eux est un jeune entrepreneur qui, contrairement à la plupart des acteurs privés du tourisme à Lalibela, n’est pas originaire de la petite ville. Ayant grandi au sein d’une riche famille investie dans le monde des affaires, il a décidé de venir s’établir à Lalibela pour profiter du développement touristique. Il explique à propos de ce phénomène :

« L’argent donné par les touristes ne transite pas par des organisations, des associations, des écoles mais directement par les enfants. Regarde dans les cafés Internet : les enfants envoient des e-mails et mentent. Ils écrivent “mon père est mort, ma mère est malade” et après les touristes envoient de l’argent. Regarde les hôtels du Mountain View, du Tukul Village… tous ont été construits avec l’argent des touristes. Cela est bon, c’est du développement mais du coup cela signifie que tout le monde s’attend à recevoir de l’argent des touristes ».

26Les relations de parrainage contribuent à fixer les représentations locales sur les relations entre habitants et touristes dans une opposition riches/pauvres. Les pratiques de mendicité et d’aumône sont très ancrées dans la société chrétienne éthiopienne. Elles contribuent à structurer les rapports hiérarchiques entre riches et pauvres, le riche devant faire l’aumône au pauvre. Avec le développement du tourisme, il semble que cette dimension des relations sociales se déplace et structure le rapport entre l’habitant de Lalibela – le pauvre – et le touriste étranger – le riche. Les relations de parrainage sont à la fois cause et conséquence de ces représentations qu’elles alimentent. L’enrichissement personnel devient le principal horizon d’attentes de nombreux jeunes de Lalibela. À un fonctionnaire du Bureau de la Culture et du Tourisme de la Lalibela Town Administration qui intervenait dans les établissements scolaires pour sensibiliser les jeunes aux méfaits de l’activité de « suiveur de touriste », un lycéen répondit que ni l’école ni le gouvernement ne lui permettraient un jour d’être propriétaire d’hôtel ou de posséder sa propre voiture.

27Les parrainages contribuent en effet bel et bien à l’enrichissement durable de certains individus. Ceux qui deviennent des entrepreneurs emploient d’autres habitants, dans les hôtels et les restaurants essentiellement. En cela, ils sont perçus et reconnus comme contribuant au développement économique local. En outre, la plupart des parrainés aident leur famille et leurs amis. Cependant, familles et amis s’enrichissent rarement avec eux. Dans la plupart des cas, ceux-ci se voient attribuer une rente plus ou moins importante par le « parrainé » qui dépensera plutôt ses richesses en investissant dans de nouvelles affaires ou à l’occasion d’activités de loisirs et de charité. Ainsi, les individus ayant bénéficié d’un sponsor important puis ayant investi dans le secteur du tourisme participent à la formation d’une nouvelle petite élite sociale et économique locale.

28En effet, avec le développement du tourisme s’est récemment constitué à Lalibela un groupe d’entrepreneurs qui domine la vie économique locale et gagne peu à peu du terrain dans les affaires politiques locales en s’alliant et négociant avec les structures d’encadrement du Parti politique au pouvoir et du gouvernement local. Quelques parrainés, qui ont grandi à la campagne ou dans les rues de Lalibela, accèdent aujourd’hui à ce statut. En novembre 2010, l’un d’eux expliquait :

  • 6 Nous conservons ici le terme de « hassler », néologisme utilisé par les habitants de Lalibela pour (...)
  • 7 Par l’expression « soi-disant guide », le jeune homme signifie qu’il n’avait pas de licence pour ex (...)

« Je me suis lancé dans le tourisme par hasard. […] Au début des années 1990, je suis revenu [à Lalibela] pour rendre visite à ma mère qui travaillait à l’hôtel Seven Olives. […] Je suis devenu un “hassler6”. J’ai commencé à suivre les touristes. J’étais un « soi-disant guide7 ». Ce qui comptait, c’était de suivre les touristes et d’obtenir quelque chose d’eux (un t-shirt…). Mais quand j’ai eu quinze ans, voyant ma mère en difficulté, j’ai décidé de devenir guide pour changer ma vie. En trois ans, j’ai appris l’anglais. […] Je travaillais deux fois par semaine. Je continuais à apprendre et à travailler en même temps, jusqu’à ce que je finisse le lycée […]. J’avais de l’argent. J’ai eu d’assez bons résultats pour intégrer l’école préparant à l’enseignement supérieur […]. Un an avant d’être diplômé, en 2006, j’ai revu à Addis Abeba, un Américain, un touriste rencontré à Lalibela avec qui je m’étais lié d’amitié. Mon ambition était alors […] d’aller dans une Université étrangère (Afrique du Sud, Inde) mais cet ami m’a dit que c’était mieux de me lancer dans les affaires à Lalibela. Deux amis américains m’ont alors prêté de l’argent pour acheter une voiture […]. Ma nouvelle ambition était d’acheter un terrain [pour construire un hôtel]. Je planifie aussi d’ouvrir une petite agence de voyages […]. J’emprunte de l’argent à des amis, des amis américains. »

  • 8 Ces taxes s’élèvent, depuis janvier 2013, à 50 dollars US par individu.

29Lorsqu’il fait référence à des « prêts », cet entrepreneur fait en réalité allusion à des dons par parrainage. Le parcours de ce jeune homme aujourd’hui âgé d’une trentaine d’années est tout à fait exemplaire en termes d’ascension sociale et de construction progressive d’une relation à l’Autre et à l’ailleurs à partir de Lalibela. Aux côtés des parrainés, d’autres acteurs locaux du tourisme ont une trajectoire plus progressive, ayant connu un enrichissement plus lent et plus modeste. D’autres, encore, sont des hommes d’affaires venus d’autres régions. Enfin, l’administration ecclésiastique locale, bénéficiaire exclusif des taxes dont s’acquittent les touristes pour pénétrer dans les églises8, mobilise la rente dont elle dispose pour se constituer en tant qu’entrepreneur, aujourd’hui propriétaire de trois hôtels. Ainsi, à l’instar de l’Église de Lalibela, les parrainés qui ont connu une ascension fulgurante symbolisent la fortune que peut générer l’activité touristique, dans un contexte nord-éthiopien de grande pauvreté. Leurs parcours révèlent que le développement local peut être initié à partir d’une rencontre, marchande ou non, entre habitants et touristes, entre un site du patrimoine mondial et ses visiteurs.

Conclusion

30Le label « patrimoine mondial » attribué par l’Unesco projette un espace local dans le Monde et l’y amarre (Ouallet, 2009). Le cas de Lalibela met en évidence la manière dont les habitants peuvent être, individuellement, des acteurs de cet ancrage dans le Monde. Certains d’entre eux, les « passeurs », sont à même de tirer profit des flux du tourisme international pour s’enrichir et, peut-être, contribuer au développement économique local d’un site du patrimoine mondial. Ils sont surtout des moteurs de la transformation des pratiques et représentations culturelles, de leur hybridation, entre le local et le global. C’est ainsi au cours des processus de réception, de déformation et d’appropriation de références et modèles globalisés par les sociétés locales qu’il peut y avoir production d’une localité originale et hybride. En contribuant à (re)définir le rapport des habitants de Lalibela au monde, le tourisme participe ainsi à la production d’un espace social original dans lequel l’étranger est envisagé comme la promesse « d’une vie meilleure », ou plus largement comme une fenêtre vers un ensemble de vies imaginées, qui pourraient être meilleures et ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Amirou R., 2012, L’imaginaire touristique, Paris, CNRS Éditions.

Amselle J.-L., 2001, Branchements – Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Appadurai A., 2005 [1996], Après le colonialisme – Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

Bhabha H. K., 2007 [1994], Les lieux de la culture – Une théorie postcoloniale, Paris, Payot.

Bourdeau L., Gravari-Barbas, M., Robinson, M., 2012, Tourisme et patrimoine mondial, Québec, Presses de l’Université Laval.

Bridonneau M., 2013, Lalibela, une petite ville d’Éthiopie amarrée au monde – Analyse des recompositions spatiales, sociales et politiques dans une petite ville patrimoniale, sacrée et touristique, Thèse de doctorat, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Cazes G., 1992, Tourisme et Tiers-monde – Un bilan controversé, Les nouvelles colonies de vacances, Tome 2, Paris, L’Harmattan.

Cazes G., Courade G., 2004, “Les masques du tourisme”, Tiers Monde, vol. 45, n° 178, pp. 247-268.

Hoivik T., Heiberg T., 1980, “Tourisme entre le centre et la périphérie et autodépendance”, Revue internationale des sciences sociales, vol. 32, n° 1, pp. 74-108.

ICOMOS, 1978, Évaluation des organisations consultatives, Paris.

Levy J., 2008, “Introduction”, in Lévy J. (dir.), L’invention du monde – Une géographie de la mondialisation, Paris, Sciences Po – Les Presses, pp. 11-36.

Marcotte P., Bourdeau L., 2010, “La promotion des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO : compatible avec le développement durable ?”, Management & Avenir, n° 34, pp. 270-288.

Ouallet A., 2009, “Vulnérabilités et patrimonialisations dans les villes africaines : de la préservation à la marginalisation”, Cybergeo : European Journal of Geography, document 455.

Pavan A., 2009, “Les prières de Lalibela”, in Savin T. (dir.), Le goût de l’Abyssinie, Paris, Mercure de France, pp. 115-118.

Rémy J., 2000, “L’implication paradoxale dans l’expérience touristique”, in Amirou R., Bachimon P., Le tourisme local – une culture de l’exotisme, Paris, L’Harmattan, pp. 29-50.

Roulleau-Berger L., 2002, “Fragmentation spatiale et « petite » production économique et sociale dans les villes françaises”, in Navez-Bouchanine F. (dir.), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan, pp. 231-240.

Staszak J.-F., 2008, “Qu’est-ce que l’exotisme ?”, Le Globe – Revue genevoise de géographie, Tome 148, pp. 7-30.

Turco A., 2003, “Ailleurs”, in Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 53.

UNESCO, 1978, Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, Paris.

UNESCO, 2007, Trentième et unième session, 23 juin – 2 juillet 2007 – Christchurch, Nouvelle-Zélande, Point 7 de l’Ordre du jour provisoire : État de conservation de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et/ou sur la Liste du patrimoine mondial en péril, Rapport de mission, Églises creusées dans le roc de Lalibela (Éthiopie) (C 18), 7-12 mars 2007, Paris.

UNESCO, 2010, Décision – 34COM 7B.44 – Églises creusées dans le roc de Lalibela (Éthiopie) (C18).

WORLD BANK, 2009, Project Appraisal Document on a Proposed Credit in the Amount of SDR 23.6 Million (US$ 35.00 Million Equivalent) to the Federal Democratic Republic of Ethiopia for an Ethiopia Sustainable Tourism Development Project.

Haut de page

Notes

1 Le birr est la monnaie éthiopienne. En juin 2013, un euro équivaut à environ 25 birr.

2 Farendj est le terme utilisé en Éthiopie pour désigner l’étranger, le « Blanc ».

3 Woldiya est une ville moyenne qui se situe à environ 5 heures de route de Lalibela.

4 L’amharique est à la fois la langue dominante en Éthiopie et la langue parlée par les habitants de Lalibela.

5 L’Éthiopie est, depuis 1995, une République fédérale. Elle est divisée en États régionaux. Lalibela appartient à l’État régional amhara.

6 Nous conservons ici le terme de « hassler », néologisme utilisé par les habitants de Lalibela pour désigner celui qui « hassle », c’est-à-dire celui qui embête, enquiquine. C’est le terme utilisé pour traduire en anglais « awwakabi ». Cet entretien a eu lieu en anglais.

7 Par l’expression « soi-disant guide », le jeune homme signifie qu’il n’avait pas de licence pour exercer officiellement les fonctions de guide.

8 Ces taxes s’élèvent, depuis janvier 2013, à 50 dollars US par individu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n°1 : Lalibela, haut : 2010, bas : 2011
Crédits © Marie Bridonneau.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Document n°2 : Lalibela, 2011
Crédits © Marie Bridonneau.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bridonneau, « S’ancrer dans le monde « pour une vie meilleure ». Les rencontres entre habitants et touristes à Lalibela (Éthiopie), petite ville du patrimoine mondial », Via [En ligne], 4-5 | 2014, mis en ligne le 26 octobre 2014, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/912 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.912

Haut de page

Auteur

Marie Bridonneau

Docteure en géographie
UMR LAVUE – Équipe MOSAÏQUES, Université Paris Ouest Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search