Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4-5Capter les richesses du patrimoin...

Capter les richesses du patrimoine mondial dans une ville sainte de l’islam : la problématique de la mise en tourisme à Djenné au Mali

Diama Cissouma Togola et Soufian Al Karjousli
Cet article est une traduction de :
Wie sich das kulturelle Welterbe einer heiligen Stadt des Islam in Wert setzen lässt: Das Problem der touristischen Erschließung von Djenné in Mali [de]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Capture the wealth of heritage in a Holy City of Islam : the problem of developing tourism in Djenné in Mali [en]

Résumé

La vieille ville de Djenné a été inscrite au patrimoine mondial de l’humanité en 1988, ce qui a permis un essor touristique. Depuis, les programmes de développement proposés ont essentiellement visé à préserver le patrimoine architectural de la mosquée et des maisons traditionnelles. Or, ce sont les liens au patrimoine immatériel qui font aussi la richesse de Djenné, notamment les relations à l’islam. Les attentes des habitants et le respect des valeurs locales ne sont pas toujours faciles à concilier avec les activités touristiques et de restauration du patrimoine. Seule la prise en compte de toute la diversité patrimoniale, y compris de la dimension immatérielle du patrimoine, accompagnée d’une redistribution plus équitable des richesses créées, pourrait permettre au tourisme de se développer dans le cadre d’un développement durable, donnant aux populations de meilleures conditions de vie et permettant du même coup une marginalisation de l’islam radical.

Haut de page

Texte intégral

1Un des buts de l’inscription au patrimoine de l’humanité est de faire connaître mondialement un héritage afin, notamment, de favoriser l’arrivée de nombreux touristes venus de tous horizons et d’enclencher un développement local (Benhamou, 2010 ; Breton, 2010). A la nécessité de préserver le patrimoine s’ajoute donc celle de valoriser les ressources patrimoniales pour créer des richesses. Ce qui implique de réfléchir à une répartition équitable de ces richesses et de donner un sens à ces actions afin de préserver une concorde locale et de protéger ce qui fait consensus. Ce dernier enseignement apparaît clairement à l’observation de l’expérience de Djenné, ville historique du Mali dont l’ensemble de la vieille ville a été inscrit au patrimoine mondial de l’humanité en 1988 et pour laquelle la rente touristique mériterait d’être certainement mieux exploitée et davantage partagée.

  • 1 novembre 2009, décembre 2010, janvier 2011 et novembre 2011.
  • 2 Office malien du tourisme et de l’hébergement.

2Cette étude s’appuie sur une connaissance de la ville élaborée progressivement, à Djenné même, depuis une dizaine d’années grâce à des observations de terrain répétées d’une année à l’autre. Elle est le fruit d’observations in situ et de recueil de données auprès de différents acteurs de la ville, dont les populations. Aux enquêtes passées auprès des habitants en janvier-février 2006 sur leur vision du patrimoine, des activités touristiques et du développement urbain s’est ajouté un travail fin d’entretiens plus récents menés sur place en 2009, 2010 et 20111, donc avant l’occupation des trois régions nord du Mali par les islamistes. Les entretiens semi-directifs, parfois à passage répété, ont été réalisés auprès de différents acteurs tels que les responsables du patrimoine et du tourisme (Mission culturelle, OMATHO2), les professionnels de l’hébergement et de la restauration, les guides et les commerçants, mais aussi auprès des autorités locales et de notables locaux (chef de village, imam). Des entretiens longs ont aussi été menés auprès de nombreux maîtres coraniques, marabouts, et divers représentants associatifs (association des guides touristiques, association de défense du patrimoine, association des directeurs d’écoles coraniques). Le sentiment des populations a également été recueilli lors d’échanges plus informels avec des habitants de Djenné de diverses appartenances, notamment à propos de la fréquentation touristique, de la gestion de la mosquée, de la place des écoles coraniques et des activités maraboutiques dans la ville.

3Dans cette ville réputée être une ville sainte de l’islam (Holder, 2012 b), il apparaît que programmer un développement soutenable, c’est-à-dire un développement pensé a minima comme équitable et pacifique, oblige à retenir des propositions qui permettent non seulement d’allier islam et tourisme (Bennafla, 2005 ; Cissouma & Ouallet, 2010 ; Al Karjousli, 2011), mais aussi de répartir les fruits des revenus patrimoniaux (Ouallet, 2009) afin que les populations locales adhèrent au projet (Cissouma, Ouallet, 2009).

4La ville de Djenné est inscrite au label de l’UNESCO pour l’ensemble de ses sites anciens. Il s’agit de l’ensemble du paysage urbain pour la partie ancienne habitée, notamment à travers sa qualité architecturale et les savoirs faire des habitants. En revanche, l’exemplarité d’une culture locale fortement liée à l’islam à travers un lien immatériel fort n’est pas prise en compte, or Djenné est, avant tout, une grande ville maraboutique (Mommersteeg, 2009) dans laquelle les populations se définissent comme communauté musulmane (Holder, 2006). Pour elles, penser le développement des activités ne peut se faire qu’en préservant une identité urbaine gardienne des valeurs de la religion musulmane, en lien avec le système d’éducation local et de transmission des connaissances auquel devraient participer par exemple les écoles coraniques. Tous ces éléments font donc la richesse patrimoniale de cette cité (Brunet-Jailly, 2002) et devraient servir à conforter l’image de Djenné comme ville de savoirs.

5Or, la préservation de cette richesse est actuellement bousculée par un certain nombre de mésententes et de blocages, problématiques pour une ville qui a misé sur le tourisme et qui ont abouti à la grave émeute du 20 septembre 2006. Les observations in situ que nous avons réalisées, les échanges avec les populations et les entretiens répétés auprès des principaux représentants des autorités traditionnelles (chef de village, conseillers de quartiers), de la communauté musulmane (imam, marabouts, maîtres coraniques, talibé), du pouvoir moderne (représentants communaux élus, préfet) et des acteurs du développement intéressés par la question patrimoniale (représentants de la Mission culturelle, représentants associatifs) montrent qu’un certain nombre de pistes sont possibles.

Sélections patrimoniales et développement touristique

6Djenné se situe non loin de la confluence entre le Bani et le fleuve Niger dans le centre du Mali, dans une zone aussi appelée Delta intérieur du Niger. Cela lui vaut d’occuper un site remarquable qui est apprécié des touristes, mais la rend difficile à atteindre. En effet, elle est entourée par l’eau et on arrive en ville après avoir circulé sur une digue d’une trentaine de kilomètres, et traversé le Bani sur un bac, puis après avoir enfin franchi un pont en sens unique. On circule aussi autour de Djenné par les pirogues, moyen de transport indispensable aux hautes eaux pour rejoindre les villages aux alentours. Cette possibilité représente un attrait pour les touristes qui peuvent faire le tour de la ville sur l’eau. Une des originalités de la ville ancienne habitée est, par ailleurs, d’être entièrement construite en banco, ce qui participe du caractère remarquable du paysage urbain inscrit par l’UNESCO. Le banco est un matériau de construction local fait d’un mélange de terre argileuse, de paille et de son de riz. Autrefois, on y ajoutait du beurre de karité, devenu trop onéreux maintenant. L’utilisation de cette matière renvoie à des savoir-faire, des activités et à une culture qui intègrent non seulement l’environnement naturel mais aussi toute une organisation sociale ancestrale.

7L’inscription au patrimoine mondial de l’humanité a donné un nouvel essor à cette ville et a amené un nombre important de touristes à la visiter (40 000 visiteurs par an). L’antenne locale de promotion du tourisme (OMATHO bureau de Djenné) a d’ailleurs été créée dans la foulée du classement. Le caractère resté très traditionnel de Djenné est un de ses atouts certains, même s’il pose par ailleurs de redoutables problèmes (cf. infra).

Trois logiques de patrimonialisations

8Le site urbain de Djenné est très ancien, plus de 2 000 ans, ce qu’ont prouvé les fouilles de chercheurs archéologues américains (McIntosh, 1980). L’histoire urbaine s’inscrit donc dans une longue durée et le tourisme se fait à la fois sur le site archéologique qui se trouve à quelques kilomètres du centre et sur le site de la ville actuelle.

9Ce sont les villes anciennes de Djenné qui ont été inscrites au patrimoine mondial de l’humanité en 1988 suite à la proposition de classement du gouvernement malien. Il faut comprendre que le classement a été réalisé à la fois sur les vestiges archéologiques de Djenné Djéno datant de 250 avant J.C. et sur la ville actuelle de Djenné dans sa partie construite en banco (document 1).

Document n°1 : Les anciennes villes de Djenné inscrites au patrimoine mondial

Document n°1 : Les anciennes villes de Djenné inscrites au patrimoine mondial

Google Earth.

10Cette patrimonialisation institutionnelle, engagée par le gouvernement malien et validée par l’UNESCO, institution internationale, n’est qu’une des dynamiques locales autour du patrimoine. Parallèlement, d’autres logiques de patrimonialisations existent. La logique savante maraboutique menée par le marabout Mamadou Traoré dit « Bia-Bia » magnifie la ville comme « ville bénie » et « ville sainte » de l’islam. Elle a été élaborée à partir de manuscrits, le plus connu étant le Tâ‘rîkh al-Fattâsh (Kati, vers 1665, remanié au XIXe siècle) et de chroniques de grandes familles maraboutiques, notamment celle de ce même marabout Bia-Bia, récemment décédé et considéré comme le plus grand érudit contemporain de Djenné (Holder, 2012b). Elle réfute la Djenné pré-islamique et donc se trouve gênée par les discours accompagnant la mise en valeur des sites archéologiques de la ville et leur visite. Une troisième logique de patrimonialisation est d’essence davantage populaire. C’est cette « patrimonialisation par le bas » (Cissouma & Ouallet, 2007) qui revendique, avant tout, les valeurs sociales, celles de l’islam et de la concorde sociale à l’échelle locale hors touristes. Elle permet au citoyen de participer à la vie de la cité. Elle ne concerne que la partie habitée de la ville et ne porte que très peu d’intérêt à l’embarrassant site archéologique de Djenné Djéno.

11Ce site de Djenné Djéno, inoccupé depuis plusieurs centaines de siècles, est actuellement toujours un champ de recherche pour les archéologues. Des actions de préservation et d’aménagement du site archéologique ont été réalisées de façon à rendre les vestiges plus visibles. Des visites y sont organisées pour les touristes par la Mission culturelle qui est une structure originale au Mali et représente, dans les sites inscrits, tout à la fois le gouvernement malien et l’UNESCO. Cette Mission culturelle s’occupe localement de la gestion du patrimoine.

12L’entretien d’un patrimoine aussi fragile que celui du banco demande une attention particulière à travers des crépissages réguliers annuels. Or, un certain nombre de problèmes, tels que la pauvreté des habitants ou encore des difficultés d’héritage, font que les populations ne peuvent pas toujours réaliser le crépissage (Cissouma & Ouallet, 2007). D’autres habitants préfèrent aussi parfois faire évoluer l’architecture vers quelque chose de plus moderne, par la pose de carreaux par exemple, au grand dam des touristes et des experts du patrimoine (Cissouma & Ouallet, 2009). L’inscription de la ville au label de l’UNESCO la soumet normalement à la charte de Venise, mais cette charte est vécue localement comme beaucoup trop restrictive, à la fois par les habitants et par l’équipe de la Mission culturelle.

13Différents programmes de restauration financés par des bailleurs de fonds extérieurs se sont succédé, avec le plan de réhabilitation et de conservation réalisé par l’ICOMOS (Africa Scientific Journal, 1996). Le principal programme de réhabilitation de l’architecture en terre de Djenné a été lancé en 1996 dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Mali et les Pays-Bas (Bedaux & al., 1996). Cette coopération a duré sept ans. Le programme qui a pris fin en 2003 a permis la restauration de 98 maisons de styles différents et typiques de Djenné (notamment architecture dite « toucouleur » et architecture dite « marocaine ») grâce à la formation des maçons locaux à la technique traditionnelle du banco (Maas & Mommersteeg, 1991). Ces restaurations n’ont pas fait l’unanimité chez les habitants qui pointent d’autres priorités, voudraient accéder à des équipements et un confort que de tels travaux ne permettent pas. Par ailleurs, un certain nombre craignent de se faire déposséder (Cissouma & Ouallet, 2007). Ces restaurations font par contre le bonheur des touristes qui sont à la recherche de tradition et d’authenticité (Lazzarotti, 2003).

14Les inscriptions au patrimoine mondial du site archéologique et de la veille ville en banco ont donc parallèlement contribué à l’essor du tourisme.

Le développement de l’économie touristique

15Le tourisme s’est considérablement développé à Djenné depuis que la ville est inscrite officiellement au niveau international. Djenné a désormais acquis une notoriété mondiale. L’arrivée des touristes a entraîné le développement de différents secteurs, dont ceux de l’hôtellerie, de la restauration, de l’artisanat, du guidage et du commerce.

  • 3 OMATHO, bureau de Djenné, rapport non publié. 1 000 francs CFA équivalent à environ 1 Euro et demi.
  • 4 Office malien du tourisme et de l’hébergement, bureau de Djenné.

16Le développement de l’artisanat a été particulièrement important. Chaque touriste dépense en moyenne 1 000 à 3 000 francs CFA3 par voyage. Si on prend en compte le nombre moyen des entrées estimé par l’OMATHO4 à 8 000, on peut dire que l’artisanat apporte localement une somme non négligeable de 8 000 000 à 24 000 000 de francs CFA par saison touristique. Les projets de développement, en général déclinés sous les termes de développement durable, se font en direction de la population et ciblent notamment le secteur de l’artisanat puisque ce secteur permet de créer des emplois. C’est le cas du projet financé par l’Organisation Nationale du Tourisme à l’intention des femmes artisanes de Djenné.

17La création d’hôtels et de maisons d’hôtes a également accompagné l’essor touristique. La ville de Djenné compte aujourd’hui onze hôtels et chambres d’hôtes dont un seul, Le Campement, date de la période coloniale. Les dix autres ont été construits après le classement au patrimoine et trois d’entre eux par des investisseurs étrangers à la localité. Ils offrent des conditions de confort divers. Les prix aussi varient selon la renommée, la localisation et les prestations offertes. Cela peut aller de 2 500 francs CFA pour une place en terrasse à plus de 36 000 francs CFA pour les chambres climatisées à l’hôtel Djenné Djéno par exemple (document 2).

Document n°2 : Offre en termes d’hôtellerie à Djenné

Date de création

Nom

Nbe chambres

Prix

Caractéristique

Dortoir prix

Terrasse et couchage sur le toit

1999

Hôtel Tapama

8
10000 et 25000


Ventilées

10000

2500

Epoque coloniale
Gestion actuelle 1969

Le campement

48
1000-15000
20000 à 30000
20000 à 50000


Ventilées
Climatisées
Suites

6000

2006

Hôtel Djenné djenno

12
26000-36000


Climatisées

2008

Hôtel Dar Salam

8
4000
35000


Ventilées
Climatisées

4000

2500

2001

Hôtel maafir

17
12000
23000


Ventilées
Climatisées

Hôtel Pondori

8
12000-15000
23000-26000


Ventilées
Climatisées

1990

Campement chez Baba

5
12000-15000
23000-26000


Ventilées
Climatisées

3000-4000

Hôtel Kita Kourou

5
3000

Auberge le fleuve

1500

Le château de Sable

3
6500-10000

3250

Hôtel village des Amis

10
7000

Ventilées

2000

OMATHO (Office malien du tourisme et de l’hébergement), Djenné.

18Malgré la multiplication de l’offre, la médiocrité de la qualité des prestations et le laisser-aller du service font que les touristes restent très peu de temps à Djenné. La plupart s’y arrêtent dans le cadre de visites planifiées par des tours opérateurs qui programment ensuite, ou avant, le pays dogon. Les prix sont eux aussi dissuasifs, surtout quand on les compare à la qualité des infrastructures et des services proposés. Le peu de temps passé à Djenné par les touristes est attesté par le nombre des rentrées et des nuitées qui est très peu différencié (document 3).

Document n°3 : Evolution du nombre de rentrées et de nuitées à Djenné de 2005 à 2011

Document n°3 : Evolution du nombre de rentrées et de nuitées à Djenné de 2005 à 2011

OMATHO, Djenné.

19Ceci est également confirmé par une analyse réalisée par une association locale très active de défense du patrimoine nommée « Djenné Patrimoine ». Selon cette enquête réalisée en 2002 (Djenné Patrimoine, 2002), la durée des séjours des touristes au Mali était fréquemment longue : deux à quatre semaines pour 42 % des répondants et plus de quatre semaines pour 24 % des enquêtés. Par contre, la visite de Djenné était très brève : 11 % des visiteurs n’y passaient même pas une nuit, 53 % y passaient moins de deux jours, et 16 % seulement y restaient plus de trois jours. Il faut préciser que les touristes font souvent confiance à des guides qui organisent le temps du séjour. Le choix et même la durée de séjour à l’hôtel sont souvent faits sur le conseil du guide. D’autre part, la saison touristique est très resserrée dans l’année puisqu’elle se concentre essentiellement sur le cœur de la saison sèche qui correspond à l’hiver européen. Les températures sont à cette époque modérées au Mali et la période coïncide avec un temps traditionnel de vacances. Décembre, janvier et février correspondent donc à la haute saison touristique. Cependant, depuis que l’insécurité a progressé dans le nord du Mali, la fréquentation touristique a fortement chuté. Elle s’est totalement arrêtée depuis l’invasion des deux-tiers nord du pays par les salafistes en avril 2012. Le document 4 qui permet de comparer la saison 2007 avec celle de 2011 dans un des hôtels de Djenné montre très clairement cette chute de fréquentation.

Document n°4 : Recettes et dépenses sur les saisons touristiques 2007 et 2011 (en Francs CFA)

Document n°4 : Recettes et dépenses sur les saisons touristiques 2007 et 2011 (en Francs CFA)

Hôtel Tapama, Djenné.

20Par ailleurs, le développement du tourisme à Djenné a légitimé quelques travaux d’aménagement permettant de commencer à désenclaver la ville. Quelques années après l’inscription au patrimoine mondial, la route-digue qui relie le point de passage du bac de Djenné au « Carrefour de Djenné », c’est-à-dire à l’embranchement avec l’axe Bamako-Mopti, a été goudronnée. Cependant, aucun service de transport efficace n’a été mis en place sur ce court tronçon et atteindre Djenné est resté longtemps un calvaire pour tous ceux qui voulaient s’y rendre. En véhicule personnel, le seul obstacle est d’arriver ou de partir avant la nuit pour prévoir le passage du bac. En effet, celui-ci ne fonctionne pas une fois l’obscurité arrivée et si, par malheur, on arrive un peu tard, il faut passer la nuit au bord du fleuve en attendant la reprise des déplacements prévue pour le lendemain matin à 7 heures. Pour compléter le tout, un service de car a finalement été mis en place en 2005. Il reliait directement Djenné à Bamako, une fois par semaine à ses débuts. La fréquence de ces cars est ensuite montée à trois fois par semaine.

21Le tourisme apporte aussi des ressources certaines à la mairie. Tout touriste doit payer une taxe d’entrée qui est de 1 000 francs CFA par personne. Si l’on table sur une moyenne de 8 000 touristes, la somme que peut récupérer la commune s’élèverait à 8 000 000 de francs CFA. Ces recettes peuvent atteindre certaines années 15 000 000 de francs CFA. Malheureusement, les revenus de cette taxe se volatilisent sans que l’on puisse dire ouvertement au profit de qui, ce qui est une source de mécontentement local.

22Les guides ont aussi beaucoup profité de l’essor du tourisme. Aux 27 guides officiels de Djenné s’ajoute une centaine de guides non officiels. Les prix payés par les touristes sont fonction de l’expérience et de la compétence, mais aussi de l’aptitude du guide à persuader et des capacités financières des touristes. L’ordre de grandeur de dépense des visiteurs est de 5 000 à 10 000 francs CFA par touriste.

23L’apport d’argent est donc incontestable, mais cela ne suffit pas à enclencher un développement durable. Potentialités patrimoniales et touristiques n’ont pas atteint la synergie idéale (Gravari-Barbas, 2012) qui permettrait à la ville de profiter d’une réelle dynamique de développement. L’attente vis-à-vis du tourisme est localement forte, mais l’incapacité à proposer un projet global, à gérer et à redistribuer n’a pas vraiment permis pour l’instant d’enclencher le développement autour du secteur touristique. La plupart des habitants continuent à vivre de maigres ressources locales et d’envois de ceux qui ont quitté la ville. Un certain nombre de facteurs freine l’essor de la ville, limite l’enrichissement local et même crée des frustrations.

Enjeux autour du tourisme à Djenné : potentialités et contestations

24Les potentialités de développement, notamment en termes d’exploitation touristique, sont très importantes, mais les ressources ne sont pas toujours exploitées de façon optimale. Certaines d’entre elles n’ont tout simplement pas fait l’objet d’attention. C’est le cas de tout ce qui touche au patrimoine vivant de Djenné et au patrimoine immatériel (expressions sociales et culturelles, écoles coraniques, savoirs maraboutiques par exemple).

Insuffisance des propositions institutionnelles de restauration du patrimoine

25La valorisation du patrimoine culturel est faite à travers des actions de sensibilisation des populations à la sauvegarde des éléments qui sont considérés institutionnellement comme le patrimoine de la ville de Djenné, à savoir l’architecture en terre et les sites archéologiques. Dans ce cadre, la Mission culturelle de Djenné a entrepris de véhiculer des messages de sensibilisation auprès des populations au sujet de la préservation des sites archéologiques et de la conservation des architectures locales en banco. La Mission culturelle a aussi réussi à établir des partenariats avec différents acteurs du développement local, notamment depuis la multiplication du phénomène associatif liée à la mise en place de la décentralisation, c’est-à-dire depuis le début des années 1990. L’association Djenné Patrimoine, la corporation des maçons, l’association des guides ou encore l’association des ressortissants pour le développement de la ville sont désormais conviées à participer de manière plus ou moins active selon les programmes de développement proposés. Ces groupes, une fois mobilisés autour des objectifs de conservation, sont susceptibles de jouer un rôle essentiel de relais dans la diffusion des messages et le respect des normes établies. Des conférences-débats ont également été initiées. L’association Djenné Patrimoine s’est montrée particulièrement dynamique avec la diffusion d’un bulletin d’information publié en ligne5 et l’animation de conférences.

26Le programme de restauration des maisons mené principalement dans le cadre de la coopération avec les Pays-Bas a permis, au grand bonheur des touristes et des adeptes de la conservation de l’ancien, de préserver certaines maisons à l’architecture singulière. Ces maisons sont inscrites sur les parcours touristiques que les touristes entreprennent à travers la ville. Elles ont aussi donné du travail aux maçons.

27L’adduction d’eau de la ville a parallèlement été réalisée, sans qu’elle ne s’inscrive dans une vision globale de développement urbain et de préservation du patrimoine. Cette opération d’aménagement urbain a été salutaire car elle a apporté le confort de l’eau courante, mais elle a entraîné de nouveaux problèmes environnementaux, l’évacuation des eaux usées n’étant pas résolue. Djenné est devenue une ville sale où certaines rues sont nauséabondes et impraticables à la saison des pluies.

28La célébrité touristique de Djenné est liée essentiellement à sa mosquée qui est considérée comme un joyau architectural d’architecture en terre. Cette mosquée date initialement du 14ème siècle lorsqu’en 1380 le roi Koi Komboro se convertit à l’islam. Il détruisit son palais et fit construire à la place une grande mosquée (Sa’dî, 1655). En 1819, Djenné est annexée à l’Empire peul du Macina dont le fondateur Sékou Amadou fit détruire cette même mosquée en en bouchant les gouttières sous prétexte que l’islam pratiqué par les Djennekés de l’époque était entaché de pratiques animistes. Il en fit construire une nouvelle à quelques centaines de mètres. Au moment de la colonisation, le gouverneur colonial français William Ponty accepta, à la demande, semble-t-il, du marabout Almamy Sonfo, de reconstruire à l’identique l’ancienne mosquée du roi Koi Komboro. Les travaux, commencés en octobre 1906, sont terminés en octobre 1907. L’actuelle mosquée date donc de cette époque et elle est depuis le plus grand édifice au Monde construit en banco.

29Cette architecture de boue séchée au soleil est une caractéristique attrayante du Sahel mais elle est vulnérable à la pluie et exige un entretien annuel auquel prennent part tous les Djennekés de la ville. Depuis une centaine d’années, un crépissage annuel organisé par la communauté djenneké permet donc l’entretien de la mosquée (document 5).

Document n°5 : Crépissage annuel de la mosquée de Djenné - 23/02/2001

Document n°5 : Crépissage annuel de la mosquée de Djenné - 23/02/2001

© Jean Debrie.

30Mais, le poids des ans associé à la surcharge de terre déposée chaque année lors du crépissage a fragilisé l’édifice. Un programme de restauration a donc été confié en 2006 à la Fondation Aga Khan pour la reprise de l’édifice. Mais, les premières interventions des experts ont donné lieu à une levée de bouclier de la part de la population, celle-ci affirmant alors ne pas avoir été associée. C’est le principe même de l’intervention sur le monument et non celui du choix du type de restauration qui a été contesté. A partir de ce ressentiment de mise à l’écart par les populations locales, le débat s’est resserré sur la légitimité pour les étrangers à pénétrer dans la mosquée. Des arguments, la plupart du temps énoncés au nom du respect de l’islam, ont servi à dénoncer certaines malversations. Cette mobilisation reflète en fait certains mécontentements plus globaux de la population.

Contestations

31Dans une ville où le patrimoine classé est en relation directe avec la religion, la question de l’islam est instrumentalisée aussi bien par ceux qui souhaitent enrayer le mouvement touristique que par ceux qui veulent confisquer une partie des revenus ou ceux qui en attendent une meilleure répartition. L’interdiction de l’entrée aux non-musulmans (document 6) dans la mosquée a soulevé les passions et reposé la question du statut touristique d’un lieu dont la principale attraction reste interdite à la majorité des touristes. Dans ce contexte, l’intervention des experts de la Fondation Aga Khan pour sa restauration a fonctionné comme une goutte d’eau faisant déborder le vase et déclenché en 2006 une grave émeute, car des dissensions existaient au préalable au sein d’une communauté musulmane qui aime à se présenter comme unie autour du malékisme, mais qui présente de nombreuses lignes de fissures.

Document n°6 : Panneau d’interdiction d’entrée aux non-musulmans devant la mosquée de Djenné, patrimoine mondial de l’humanité – 09/01/2005

Document n°6 : Panneau d’interdiction d’entrée aux non-musulmans devant la mosquée de Djenné, patrimoine mondial de l’humanité – 09/01/2005

© Soufian Al Karjousli.

  • 6 Cette émeute a été relatée par la presse malienne : voir par exemple Les Echos, 21 et 25 septembre (...)

32Lors de cette émeute de 2006, la foule s’en est pris aux symboles des pouvoirs en place et a saccagé des équipements de la mosquée financés par des étrangers ; le domicile du maire a été attaqué et les véhicules de la famille de l’imam ont été saccagés. En ville, des bornes-fontaines ont été détruites. Le bilan de l’émeute s’est soldé par un mort et 48 arrestations6.

33Le choc suscité par cette émeute au sein d’une petite ville malienne de renom a eu un double effet : d’une part, de ralentir fortement la fréquentation touristique, d’autre part, de poser des questions fondamentales sur le développement local comme celles du lien entre classement au patrimoine mondial et accès à tous des lieux labellisés, en l’occurrence, également aux non-musulmans.

34La proclamation écrite de l’interdiction a suivi de quelques années l’arrivée plus massive de touristes, directement en lien avec l’inscription de la ville par l’UNESCO (1988). Cependant, il convient de signaler que, dès les années 1970, le débat était déjà lancé, mais il a pris une ampleur jamais atteinte auparavant, avec la confiscation de la rente touristique autour de la visite du monument. Dans les années 1990, s’est progressivement mis en place un système informel de visites profitant uniquement à quelques personnes bien placées qui avaient la possibilité de faire rentrer les touristes moyennant paiement. Sans pouvoir dénoncer publiquement le détournement de telles retombées liées au tourisme et qui ne leur profitaient aucunement, ceux qui en étaient exclus ont préféré utiliser l’argument religieux pour remettre en cause de telles pratiques et se donner une légitimité. Dans les faits, la question soulevée de l’interdiction d’entrée dans la mosquée a été un moyen d’exprimer le mécontentement de ceux qui ne pouvaient pas contrôler l’entrée du monument, c’est-à-dire la quasi-totalité des populations. La contestation de la rente détournée se traduit par une dénonciation de la légitimité d’entrer pour les visiteurs dans l’édifice religieux. La proclamation de l’interdiction faite aux touristes d’entrer dans la mosquée est évidemment une perte sérieuse pour la communauté quand on la compare au nombre de touristes qui visite la ville. Malgré cette interdiction proclamée, les touristes « motivés » arrivent toujours à leurs fins moyennant un paiement discret mais assez élevé au profit de « ceux qui peuvent faire rentrer ». Ces derniers ne sont jamais nommément cités puisque l’argument est devenu d’ordre théologique pour faire accepter culturellement la contestation. L’interdiction est un sujet devenu de plus en plus brûlant. Au-delà d’une unanimité de façade, une toute petite minorité continue à profiter seule de la gestion de l’entrée, mais de manière détournée. La majorité pose cette interdiction comme une condamnation des détournements locaux. Le prêt-à-penser de l’islam mondialisé (Al Karjousli, 2009) vient renforcer cet argument qui tend à s’imposer. Les divergences religieuses existent à Djenné, mais l’argument autour du « respect de l’islam » tel qu’il est brandi par chacun pour clamer la nécessaire interdiction de visite de la mosquée aux non-musulmans, l’est comme gage de respectabilité. Le mouvement général de réislamisation de la nation (Holder, 2009) est souvent accompagné d’une façade dont le discours est fortement imprégné de stéréotypes (Al Karjousli, 2010). A Djenné, les dissensions autour de la mosquée ne se construisent ainsi pas sur les rivalités religieuses entre appartenance confrérique traditionnelle maraboutique, adhésion au réformisme d’Ançar Dine (Holder, 2012 a) ou encore sympathie pour le mouvement de la da’wa proche des hanballites dont le prosélytisme est localement important, mais se fondent sur des rivalités quant à la possibilité ou non d’accéder à cette ressource centrale de la ville qu’est la mosquée classée. Du reste, dans les autres mosquées non classées du Mali, l’accès aux non-musulmans ne pose pas de problème. D’autres études (Greffe, 2000) montrent aussi, sur d’autres terrains que ceux de l’islam, ce type de tensions pour le droit de visite ou non dans les édifices religieux.

35A Djenné, les dépenses effectives des touristes ne profitent pas, ou pas assez, en tout cas, à la collectivité. Cet afflux d’argent amène par conséquent de nombreuses frustrations. De nouvelles propositions ont récemment été faites par certains acteurs locaux, dont le chef des guides de Djenné et certains intervenants extérieurs, de façon à mieux gérer ce qui est devenu un problème central. Cela a provoqué parallèlement une prise de conscience de la part d’autres acteurs locaux, tels que certains marabouts et maîtres coraniques, des autres potentialités existantes dans la ville et non exploitées. C’est le cas par exemple du devenir des écoles coraniques et des activités qui y sont directement ou indirectement liées.

36Les questions du développement touristique, du type de prise en charge par les populations des activités touristiques dans le respect de la culture locale et de la façon dont il est possible de faire la promotion de l’image d’une ville sainte de l’islam, sont désormais au cœur de tous les débats.

Pour une intégration du patrimoine vivant comme patrimoine reconnu

  • 7 Enquêtes de janvier-février 2006
  • 8 F. T., enquête du 31/01/2006
  • 9 H. S., enquête du 28/01/2006

37Au-delà du matériel visible, la mémoire collective considère comme patrimoine toute la cohésion sociale qui s’organise autour de la mosquée pendant sa réfection annuelle. De nombreuses rivalités existent, mais la capacité à les faire taire pour cet événement annuel est un test pour la ville (Ouallet, 2012). De nombreux témoignages d’habitants enquêtés expriment cette dimension7 : « le patrimoine, c’est la bonne entente8 », nous a-t-on répondu à la question de savoir ce qu’était le patrimoine à Djenné ou encore : « c’est la bonne entente qui permet l’organisation des cérémonies9 ».

  • 10 L’Islam fait référence ici à la culture et non seulement à la religion (l’islam).

38Le patrimoine, pour la population, c’est bien ce lien fort qui unit les êtres humains à travers le visible et l’invisible. La dimension culturelle est plus importante pour les Djennekés que celle purement matérielle. Pour les habitants de Djenné, le patrimoine est ce lien qui unit le privé et le public à travers les activités communes, qu’il s’agisse de la réfection de la mosquée, de la visite des lieux saints et de toutes les prières qui leur sont associées. L’Islam10 comme patrimoine est perçu ici comme un socle fondateur autour duquel se forme toute la société de Djenné (Holder, 2006).

39Or, sur le plan institutionnel, la mosquée de Djenné, en tant que bâtiment, semble considérée comme le seul patrimoine essentiel de la ville, avec la restauration des anciennes maisons en banco à l’architecture repérée comme exceptionnelle. Ce qui est considéré comme patrimoine institutionnel est un patrimoine matériel auquel les bailleurs de fonds accordent une valeur. C’est, comme l’énonce Rodrégos, un patrimoine positif (Dos Santos J. Rodrégos, 2011), c’est-à-dire qui est susceptible d’avoir des retombées économiques sur le court terme. Ses revenus sont attendus à la suite de la réhabilitation du bâti et de la vision directe que les touristes vont retirer d’une architecture « authentique ». Les questions architecturales ont donc concentré toutes les attentions, mais elles ont, en revanche, fait oublier d’autres patrimoines de la ville qui, du coup, ont été négligés par les intervenants du développement. Ainsi, tout ce qui a trait au patrimoine vivant de la ville et qui, bien sûr est beaucoup plus compliqué à intégrer, a été laissé de côté pour l’instant. C’est un patrimoine repéré par les populations comme faisant partie de l’identité de leur ville, mais il est ignoré des institutions modernes et des programmes de développement. Les actions traditionnelles des populations autour de leurs monuments, les écoles coraniques sont beaucoup plus compliquées à gérer et elles sont plutôt conçues par les développeurs officiels comme une gêne. C’est par le biais d’associations que de nouvelles demandes des acteurs de la société civile peuvent émerger. Une association comme celle des maîtres d’école coranique vise justement à mieux faire ressortir ce patrimoine local non officiellement sélectionné. Le passage par le statut d’association doit permettre de formaliser ce qui a été oublié par les institutions. La transformation en association est une façon de rendre visible la revendication autour de la reconnaissance de ce patrimoine, en bonne partie, immatériel.

40Aucun élément de ce patrimoine immatériel n’a été pris en compte pour l’instant, que ce soit la valorisation de l’idée d’un islam rassembleur et partageur qui regroupe autour d’une seule mosquée tous ses pratiquants et donc qui est censé redistribuer les bénéfices potentiellement créés par le monument ou que ce soit encore la question des écoles coraniques.

41L’importance de la mosquée de Djenné pour une grande majorité des djennekés ne vient pas d’une architecture sélectionnée et repérée par les étrangers. Une des forces de cette mosquée est qu’elle est unique du fait qu’elle symbolise l’unité des tous les croyants et de toute la communauté de Djenné autour de ce monument. Cette concorde sociale s’exprime dans la cérémonie du crépissage qui doit pouvoir marquer la capacité de surpasser les mésententes. Le patrimoine est ici avant tout porté par une symbolique, celle du spirituel et de l’islam, et non par le bâtiment. C’est le fait de se rassembler en un point unique, et non la valeur esthétique ou historique de l’édifice, qui compte. A un moment où partout au Mali se sont multipliées les mosquées du vendredi, même dans des villes bien plus petites que Djenné, la persistance d’une seule mosquée à Djenné est un symbole fort.

42L’entente autour des valeurs culturelles, religieuses et finalement sociales est possible à valoriser à travers l’organisation de la visite de la mosquée pour les touristes, la valorisation des cérémonies traditionnelles ou encore autour d’un projet de sauvetage des manuscrits anciens qui en ferait le symbole d’une riche culture locale à la condition que soit intégré ce patrimoine immatériel. Or, la visite de cette mosquée, comme déjà dit, est devenue un point de désaccord fortement clivant. La mise en valeur des manuscrits anciens est un projet porté par la Mission culturelle, mais qui a du mal, lui aussi, à dépasser le stade des mésententes.

43Quant aux écoles coraniques, elles continuent à Djenné par leur fonctionnement traditionnel à faire perdurer la mémoire associée à la tradition locale et aux savoirs engrangés historiquement par leur place dans les réseaux globaux de l’islam (Al Karjousli, 2008). Ces écoles sont le reflet même de la perpétuation d’un système de fonctionnement de la transmission des savoirs remis en cause par le système formel. Les maîtres coraniques reprochent à l’enseignement officiel de ne pas prendre en compte l’éducation et les valeurs culturelles qui associaient autrefois l’enseignement islamique à l’apprentissage d’un métier. « Djenné, sans ses marabouts et sans les écoles coraniques n’est pas Djenné », a-t-on l’habitude d’entendre localement. Les marabouts (maîtres coraniques et spécialistes magico-religieux) sont actuellement autour d’une centaine à Djenné et les écoles coraniques restent effectivement un élément essentiel de la ville maraboutique continuant à lui apporter vie, ambiance des rues et fond sonore à travers les psalmodies des talibé sous la direction de leur maître (documents 7 et 8). C’est donc un véritable patrimoine vivant. Or, l’ensemble de la vieille ville a été inscrit au patrimoine mondial sans qu’aucun de ces fondements de la société djenneké ne soit intégré dans les programmes de préservation du patrimoine.

Document n°7 : Ecole coranique, Djenné 2010 – 26/12/2010

Document n°7 : Ecole coranique, Djenné 2010 – 26/12/2010

© Soufian Al Karjousli. - OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Document n°8 : Maître coranique, Djenné, 2010 – 26/12/2010

Document n°8 : Maître coranique, Djenné, 2010 – 26/12/2010

© Soufian Al Karjousli.

44A Djenné, le ressentiment des marabouts vis à vis du système moderne est d’autant plus important qu’ils se sentent parmi les oubliés des processus de patrimonialisation officiel. Aucune reconnaissance formelle particulière ne les a distingués. Les savoir-faire traditionnels se seraient donc, selon eux, perdus en même temps que la généralisation du système moderne d’éducation. Ils reconnaissent conjointement que la dégradation des conditions économiques a réduit à la pauvreté la majorité des maîtres coraniques et regrettent d’autant plus de ne pas être pris en compte, car ils ne profitent pas des revenus liés au développement touristique. Ils comprennent avoir raté le virage d’une patrimonialisation qui aurait pu intégrer les savoir-faire autrefois associés à leurs écoles et qui, par un islam combinant enseignement coranique et activités traditionnelles, permettait un apprentissage qui donnait un métier aux talibés. Dans le sillage du développement fulgurant du phénomène associatif suscité par les politiques de décentralisation, plusieurs associations se sont succédé, ces dernières années, pour la défense des écoles coraniques. L’association Tiharou s’est, dans un premier temps, attachée à promouvoir les écoles coraniques traditionnelles, par opposition aux médersas. Depuis janvier 2006, une association des directeurs d’écoles coraniques a été créée. Elle rassemblait en 2011 une soixantaine de directeurs d’écoles coraniques. Elle recherche un projet autour du patrimoine des écoles coraniques qui pourrait mobiliser les bailleurs de fonds. Le classement de la ville dans son entier impose effectivement de réfléchir à leur intégration dans le cadre d’un programme global de développement par la valorisation patrimoniale.

45La non-reconnaissance officielle de ces patrimoines vivants qui sont la base de la culture locale et la raison d’être de Djenné dans le patrimoine traditionnel malien et dans le patrimoine de l’islam font qu’une bonne partie de l’énergie sociale et de la production de savoirs est perdue. La relégation de ces éléments dans une sorte de patrimoine non reconnu institutionnellement attise la rancœur de populations écartées qui, du coup, pointent les failles du système en repérant des effets pervers du tourisme.

Effets ambivalents du tourisme

46Selon la plupart des personnes rencontrées, lors des entretiens et de conversations informelles nombreuses, le rôle du tourisme est très positif à Djenné par les revenus apportés, par le rachat et la réfection de maisons abandonnées à cause du manque de moyens des propriétaires, par le développement d’un tourisme solidaire qui permet à certaines associations de se développer et aussi à travers la prise en charge de jeunes djennekés par des touristes. Certains guides de Djenné ont en effet pu construire leur entreprise grâce à l’appui de touristes avec lesquels ils ont tissé des liens de sympathie particuliers.

47Cependant, il ressort aussi de nos enquêtes que certains habitants se disent choqués par le comportement de certains touristes à travers leur habillement, leur façon d’agir vis-à-vis des lieux sacrés (une rumeur court sur le fait que des touristes se seraient embrassés dans la mosquée), sur la consommation d’alcool et de drogue. Certains déplorent aussi que des touristes utilisent le service des enfants au détriment des guides officiels et ceci à des tarifs réduits. Le pouvoir économique acquis par ces enfants fait qu’ils prennent de nouvelles habitudes condamnées localement : manque de respect aux parents, abandon de leurs études consommation d’alcool et de drogues. Un certain nombre de jeunes guides s’identifient en effet à une catégorie de touristes dans l’objectif de mieux les accrocher en adoptant des attitudes nouvelles répréhensibles par la tradition locale.

48S’ajoute à ces réalités le fonctionnement de tout un business mis en place autour des articles qui peuvent intéresser les étrangers. Tout le secteur de l’artisanat en profite de façon bénéfique, mais tout un marché noir s’est aussi mis en place autour d’objets et d’éléments qui ne se vendent pas officiellement, car ils sont considérés comme des éléments du patrimoine, soit pour le caractère sacré dont ils font l’objet localement, soit parce qu’ils ont une valeur historique ou sont une richesse locale non répertoriée. Ces derniers cas sont illustrés par le trafic des objets archéologiques et le marché noir des manuscrits anciens. Le site de Djenné Djéno est insuffisamment gardé. Le seul gardien existant ne suffit pas à chasser les intrus et des pièces archéologiques disparaissent du site. Du côté des manuscrits anciens, le problème est différent puisque ces manuscrits sont conservés dans les familles. La montée en valeur patrimoniale de ces manuscrits anciens fait qu’ils deviennent de plus en plus recherchés et leur vente au marché noir est devenue un marché prospère. Le retard pris dans leur préservation locale, la pression de la demande exercée par certains intéressés ajoutée au fait que les démarches institutionnelles pour les sauvegarder restent très compliquées et aléatoires font que tout un trafic s’est instauré autour de leur revente. A Djenné, seule la British Library a un projet sérieux à ce sujet. La collecte, la conservation et la numérisation de certains manuscrits a pu commencer grâce à ce programme. Les autres bailleurs de fonds officiels ne se sont pas encore réellement engagés. C’est donc tout un business parallèle qui s’est mis en place. Les manuscrits se retrouvent ainsi entre les mains de revendeurs, de touristes et au mieux d’antiquaires conscients de leur valeur et qui savent les conserver pour les revendre à des prix faramineux. On assiste là, en direct, à la dilapidation d’un patrimoine qui va bien au-delà du seul parchemin éventuellement enluminé, puisque ce sont les contenus de ces manuscrits qui sont les plus importants. Des témoignages entiers de l’histoire locale disparaissent ainsi.

49Le marché noir concerne aussi la vente des walha, ces tablettes coraniques utilisées par les talibé lors de leur apprentissage. Le recopiage de versets coraniques sur ces tablettes leur donne une valeur considérée comme sacrée. C’est à l’aide du calame, tige de roseau taillé trempée dans un mélange de charbon et de gomme arabique que le talibé s’exerce à reproduire les versets du Coran. Les walha ont donc une fonction sacrée donnée non pas par la planchette de bois en elle-même mais par les écritures coraniques qui y ont été tracées. L’eau provenant du lavage de ces écritures coraniques est d’ailleurs récupérée chaque jour par le marabout pour être réutilisée dans des pratiques de soins notamment. Certains touristes sont demandeurs de telles tablettes. Chaque tablette peut rapporter entre 3 000 et 20 000 francs CFA au revendeur. C’est donc devenu une tentation pour certains de s’adonner à leur revente, or c’est un acte très répréhensible localement. L’enfant qui perd sa walha risque gros. Il se fera sanctionner fortement par son maître coranique. Le marché parallèle de vente des walha fait passer ces dernières de leur fonction de support éducatif et spirituel servant au talibé à la fonction d’un objet possédé par le touriste et qui perd alors sa fonction sacrée. Certains objets qui n’avaient pas de valeur marchande sont ainsi rentrés dans le domaine économique.

50A Djenné, l’assentiment général est par ailleurs que le tourisme a favorisé une inflation économique générale. Ainsi, les produits alimentaires coûtent plus cher à Djenné qu’à Bamako, la capitale. Un système de régulation s’est donc installé et fait que trois types de prix ont cours pour les mêmes produits en fonction de l’origine de l’acheteur. Le prix le plus bas est celui pratiqué pour les « vrais » Djennekés, c’est-à-dire ceux qui parlent les langues du milieu, mais ces derniers n’achètent pas tous les produits. Vient ensuite le prix des non Djennekés qui sont étrangers à Djenné, mais y résident. Enfin, les prix les plus élevées sont ceux qui sont appliqués aux touristes (quelques milliers par an : document 3) et aux services de restauration et d’hébergement (document 2).

51Pour certains produits comme le poisson, les habitants ne peuvent en acheter que très rarement du bon, malgré le fait que la ville soit entourée d’eau. Ils n’ont à leur disposition que le menu fretin, car les gros poissons sont réservés aux restaurants ou sont envoyés par camion frigorifique jusqu’à la capitale distante de plus de 400 kilomètres. Des sommes importantes sont déposées à l’avance par les acheteurs avant la pêche. Ces sommes peuvent atteindre des montants de 500 000 francs CFA. La pression touristique et la pression de la demande urbaine en provenance de la capitale jouent un rôle important sur les prix et la disponibilité de tels produits.

52Un projet durable de développement ne peut pas se faire sur l’appui autour d’un seul secteur économique. Le projet de valorisation du patrimoine peut permettre de développer le tourisme certes, mais de nombreux autres domaines sont interdépendants. Ainsi, pour cette petite ville inscrite au patrimoine mondial, la valorisation du patrimoine et la promotion touristique ne peuvent se faire sans un appui conjoint au développement des activités de production du secteur primaire (agriculture, pêche, élevage) qui occupe la majorité des habitants sans arriver à nourrir correctement la population. La pauvreté reste telle que l’accès aux besoins de base n’est pas réalisé. Les très faibles moyens dont disposent les services ou organismes locaux ne peuvent prétendre résoudre de tels problèmes. C’est finalement dans les fondements de la société que les populations puisent les ressources nécessaires à la survie quotidienne et au bien-être. Ces ressources ont pour nom « entraide », « échange de services » et ne sont accessibles qu’en participant aux réseaux sociaux de la longue durée. Ces derniers sont inscrits dans la mémoire (Cissouma & Ouallet, 2007) et ont, jusque dans les années 1980, été retransmis par l’éducation traditionnelle dont une bonne partie passe localement par des valeurs associées à l’Islam. Cette mémoire véhicule un patrimoine immatériel qui, seul, permet de tisser les liens. Le patrimoine, pour les populations, est donc essentiellement un capital social (Bourdieu, 1980) permettant d’accéder aux autres dimensions du capital (économique, éducationnel, culturel, etc.).

53A Djenné, valoriser le patrimoine implique de concevoir celui-ci comme pluriel et notamment d’inclure les dimensions immatérielles qui sont intrinsèquement liées au patrimoine bâti qui, seul pour l’instant, fait l’objet de valorisations institutionnelles.

Conclusion

54Le tourisme apporte incontestablement des revenus aux populations et à la commune de Djenné, mais les nouvelles richesses sont en partie confisquées et les habitants demandent un nouveau partage du gâteau. Ils demandent à ce que le classement ne les exclue pas de la modernité, mais aussi qu’il leur permette d’établir une meilleure gestion de leur mosquée. Cette demande s’exprime parfois de façon violente (émeute de 2006), mais est aussi visible par une radicalisation de l’expression, notamment à propos des normes prescriptives de l’islam (fermeture de la mosquée aux touristes par exemple). Dans la ville de Djenné, le patrimoine classé est en relation directe avec la religion, or la question de l’islam est de plus en plus instrumentalisée. Certains jouent de cette instrumentalisation pour protéger une image de l’islam à laquelle ils adhèrent réellement, mais la plupart espèrent plutôt en retirer un meilleur contrôle des revenus tandis que d’autres en attendent un partage plus équitable des richesses et une participation effective des habitants au projet de développement afin que le tourisme soit porteur d’un développement durable associant patrimoine et tourisme. En attendant, dans la foulée de l’émeute de 2006, de l’occupation du pays par les islamistes (avril 2012, printemps 2013) avec l’imposition d’une charia radicale dans les régions nord, puis de la libération du territoire lors du printemps 2013 à la suite de l’intervention militaire française, la question de la mise en tourisme et de ses modalités en lien avec le type de patrimonialisation demeure problématique.

Haut de page

Bibliographie

Al Karjousli S., 2008, « Le rapport aux savoirs et aux sens, Les écoles coraniques et l’islam de la mondialisation », in Actes du colloque international « L’école et les savoirs : la question du sens », éd. Sahar et Université de Sousse, Tunisie, pp. 425-439.

Al Karjousli S., 2009, « De l’islam pluriel à l’islam “Mac Donald” », in Kiyindou A., Ekambo J.-C., Miyouna L.-R. (dir.), Communication et dynamiques de globalisation culturelle, Paris, L’Harmattan, pp. 73-86.

Al Karjousli S., 2010, « Les piliers de l’obscurantisme dans la pensée arabo-musulmane », in Sommerer E. & Zaganiaris J. (coord.), L’obscurantisme, formes anciennes et nouvelles d’une notion controversée, L’Harmattan, pp. 53-72.

Al Karjousli S., 2011, « Regards croisés des linguistes sur la polysémie et la langue arabe », Actes du colloque « Représentations du sens linguistique IV », mémoires de la Société néophilologique, tome LXXVIII, Helsinki, 28 au 30 mai 2008, pp. 1-11. Version numérique accessible : http://www.helsinki.fi/jarj/ufy/RSL.htm

Bedaux R.M.A., Diaby B., Keita M.K., Maas P., Sidibe S., 1996, « Plan de projet de réhabilitation et conservation de l’architecture de Djenné (Mali) », ICOMOS in Scientific Journal, 7, pp. 45-76.

Benhamou F., 2010, « L’inscription au patrimoine mondial de l’humanité – la force d’un langage à l’appui d’une promesse de développement », Revue Tiers Monde, n° 202, avril-juin 2010.

Bennafla K., 2005, « L’instrumentalisation du pèlerinage à La Mecque à des fins commerciales : l’exemple du Tchad », in Chiffoleau S. & Madoeuf A., Les Pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient. Espaces publics, espaces du public, Beyrouth, IFPO.

Bourdieu P., 1980, « Le capital social, notes provisoires », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 31, pp. 2-3.

Breton J.-M. (dir.), 2010, Patrimoine, tourisme, environnement et développement durable (Europe – Afrique -Caraïbe – Amériques – Asie – Océanie), Paris, Karthala.

Brunet-Jailly J. (dir.), 2002, Djenné, d’hier à demain, Donniya, Bamako.

Chiffoleau S., Madoeuf A., 2005, Les Pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient. Espaces publics, espaces du public, Beyrouth, IFPO.

Cissouma D., Ouallet A., 2007, « Conservation du patrimoine et développement urbain à Djenné, Tombouctou et Gao au Mali », in Mémoire de la ville, transmission des connaissances, des savoirs et des cultures, CIDEF/AFI, Paris, pp. 69-84.

Cissouma D., Ouallet A., 2009, Le patrimoine comme vecteur de la globalisation et du développement local : l’exemple d’espaces maliens et éthiopiens patrimonialisés, in Kiyindou Alain, Ekambo Jean-Chrétien, Miyouna Ludovic-Robert (dir.), Communication et dynamiques de globalisation culturelle, Paris, L’Harmattan, pp. 49-64.

Cissouma D., Ouallet A., 2010, « Diversité culturelle et globalisation : enjeux et retombées dans un pays d’Afrique subsaharienne. L’exemple malien », in Kiyindou A., Communication et culture, Paris, L’Harmattan, tome 1, 12 p.

Djenné Patrimoine Information, 2002, n° 12.

Dos Santos Jose Rodregos, 2011, Racine du patrimoine, le double héritage, sacré et profane dans les processus de patrimonialisation.

Gravari-Barbas M., 2012, « Tourisme et patrimoine, le temps des synergies ? », in Khaznadar C. (dir.), Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?, Actes Sud, coll. « Babel », pp. 375-399.

Greffe X., 2000, « Le patrimoine comme ressource pour la ville », Les Annales de la recherche urbaine, n° 86, pp. 29-38.

Holder G., 2006, « Entre cité-Etat et cité musulmane. La commune imaginée à Djenné à l’heure de la décentralisation malienne », in Fay C., Koné Y. F., Quiminal C. (dir.), Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français, Paris, IRD éd., pp. 279-301.

Holder G. (dir.), 2009, L’Islam, nouvel espace public en Afrique, Paris, Karthala.

Holder G., 2012a, « Chérif Ousmane Madani Haïdara et l’association islamique Ançar Dine, Un réformisme malien populaire en quête d’autonomie », Cahiers d’études africaines, n° 206-207, pp. 389-425.

Holder G., 2012b, « Djenné, “la ville aux 313 saints”. Convocation des savoirs, “lutte des classements” et production d’une ville sainte au Mali », Cahiers d’études africaines, n° 208, pp. 741-765.

Kati M., 1910-1911/1913, Ta’rikh al-fattash fi akhbar al-buldan wa-l-djuyush wa-akabir al-Nas, éd. et trad. Houdas O. & Delafosse M., Tarikh El-Fettach, ou chronique du chercheur pour servir à l’histoire des villes, des armées et des principaux personnages du Tekrour, Paris, Ernest Leroux (attribué à Mahmud Kati, rédigé par Ibn Al-Mukhtar à Tombouctou vers 1665 et remanié au XIXème siècle).

Lazzarotti O., 2011, Tourisme et patrimoine, Histoire, lieux, acteurs, enjeux, Paris, Belin.

Maas P., Mommersteeg G., 1991, Djenné, chef d’œuvre architectural, Paris, Karthala.

McIntosh S.K., McIntosh R. J., 1980, “Prehistoric Investigations at Jenne, Mali, Archaeological and Historical Background and the Excavations at Jenne-Jeno”, Part I, Cambridge Monographs in African Archaeology, BAR International Series 89.

Mommersteeg G., 2009, Dans la cité des marabouts, Djenné, éd Grandvaux.

Ouallet A., 2009, « Vulnérabilités et patrimonialisations dans les villes africaines : de la préservation à la marginalisation », Cybergeo : European Journal of Geography, Vulnérabilités urbaines au sud, article 455, mis en ligne le 14 mai 2009, http://www.cybergeo.eu/index22229.html

Ouallet A., 2012, “Les patrimoines : entre pluralité, ressource et lien social, exemples maliens”, in Chérif Khaznadar (dir.), Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?, Actes Sud, coll. « Babel », pp. 441-459.

Sa’Dî, ‘Abd al Rahmân ibn ‘Abd Allâh ibn ‘Imrân ibn ‘Âmir Al-, 1655, Tarikh Es-Soudan : Documents arabes relatifs à l’histoire du Soudan, texte arabe, édité par O. Houdas avec la collaboration de Edm. Benoist, 1898.

Haut de page

Notes

1 novembre 2009, décembre 2010, janvier 2011 et novembre 2011.

2 Office malien du tourisme et de l’hébergement.

3 OMATHO, bureau de Djenné, rapport non publié. 1 000 francs CFA équivalent à environ 1 Euro et demi.

4 Office malien du tourisme et de l’hébergement, bureau de Djenné.

5 Site Internet de l’association Djenné Patrimoine : http://www.djenne-patrimoine.asso.fr/racine/tombeauxplan.html

6 Cette émeute a été relatée par la presse malienne : voir par exemple Les Echos, 21 et 25 septembre 2006 ou encore L’Indépendant, 28 septembre 2006.

7 Enquêtes de janvier-février 2006

8 F. T., enquête du 31/01/2006

9 H. S., enquête du 28/01/2006

10 L’Islam fait référence ici à la culture et non seulement à la religion (l’islam).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n°1 : Les anciennes villes de Djenné inscrites au patrimoine mondial
Crédits Google Earth.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Document n°3 : Evolution du nombre de rentrées et de nuitées à Djenné de 2005 à 2011
Crédits OMATHO, Djenné.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Document n°4 : Recettes et dépenses sur les saisons touristiques 2007 et 2011 (en Francs CFA)
Crédits Hôtel Tapama, Djenné.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Document n°5 : Crépissage annuel de la mosquée de Djenné - 23/02/2001
Crédits © Jean Debrie.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Document n°6 : Panneau d’interdiction d’entrée aux non-musulmans devant la mosquée de Djenné, patrimoine mondial de l’humanité – 09/01/2005
Crédits © Soufian Al Karjousli.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Document n°7 : Ecole coranique, Djenné 2010 – 26/12/2010
Crédits © Soufian Al Karjousli. - OLYMPUS DIGITAL CAMERA
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Document n°8 : Maître coranique, Djenné, 2010 – 26/12/2010
Crédits © Soufian Al Karjousli.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/946/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diama Cissouma Togola et Soufian Al Karjousli, « Capter les richesses du patrimoine mondial dans une ville sainte de l’islam : la problématique de la mise en tourisme à Djenné au Mali », Via [En ligne], 4-5 | 2014, mis en ligne le 26 octobre 2014, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.946

Haut de page

Auteurs

Diama Cissouma Togola

Géographe et professeure à l’Université de Bamako. Elle a aussi été professeure invitée dans des universités françaises (Rouen et Rennes 2). Elle a commencé ses travaux de recherche sur le thème de l’environnement urbain et travaille actuellement sur les thèmes du patrimoine, du tourisme et de l’islam au Mali. Elle mène présentement des recherches dans le cadre du FSP « Mali contemporain » sur les stratégies patrimoniales dans les villes saintes du Mali.
diamatogola[at]yahoo.fr

Soufian Al Karjousli

Linguiste et islamologue. Il enseigne actuellement la civilisation arabo-musulmane et la langue arabe à SUPELEC Rennes. Ses travaux portent sur l’analyse des sociétés musulmanes et leur rapport au patrimoine islamique et à la modernité. Il est actuellement engagé dans un programme de recherche de valorisation des manuscrits anciens subsahariens, notamment au Mali, et sur la question des évolutions de l’islam contemporain au Mali.
soufianalkarjousli[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search