Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4-5Culture et tourisme ? Limites et ...

Culture et tourisme ? Limites et potentialités d’un développement touristique durable à Gorée, Sénégal et à Ilha de Moçambique, Mozambique

Elisa Magnani
Traduction de Philippe Bachimon
Cet article est une traduction de :
Cultura e turismo? Limiti e potenzialità dello sviluppo turistico sostenibile a Gorée, Senegal e Ilha de Moçambique, Mozambico [it]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Culture and tourism? Limits and potential of sustainable tourist development in Gorée, Senegal and Ilha de Moçambique, Mozambique [en]

Résumé

L’article présente les cas de Gorée et Ilha de Moçambique, deux îles inscrites au Patrimoine Mondial de l’Humanité (WHS) en raison de leur appartenance à l’histoire de l’architecture coloniale mais aussi parce qu’elles étaient des symboles de la traite négrière. Soit un tout pouvant attirer les touristes amateurs de culture et de mémoire. Cependant, bien que dotées d’un riche patrimoine historique et culturel, et en dépit de sa pertinence pour l’histoire africaine et mondiale, Gorée et Ilha, n’ont pas encore trouvé un moyen efficace de promouvoir ces ressources en vue de réduire leur pauvreté, et ce sont au contraire les conditions de vie miséreuses de leurs habitants qui menacent la survie même de la ressource patrimoniale. L’article présente les résultats de deux missions de terrain menées par l’auteur sur ces îles, qui visent à montrer les forces et les faiblesses de la gestion touristique.

Haut de page

Texte intégral

1Tourisme et culture représentent aujourd’hui un couple à fort potentiel d’aide au développement local, notamment dans les pays les moins avancés, et ce en liaison avec les activités traditionnelles. Mais est-il toujours avéré, que ce binome induise des effets positifs au niveau local à la fois sur le plan économique et socio- culturel ? Les impacts du tourisme peuvent aussi être souvent négatifs et conduire à la détérioration générale des conditions de vie – conséquement à une répartition inéquitable des coûts et avantages – voire aussi conduire à la perte totale de l’héritage symbolique traditionnel.

2Cet article se propose d’analyser les différentes interactions entre les petites îles, le tourisme culturel et les sites du patrimoine mondial à travers une double analyse. C’est tout d’abord le lien entre la mémoire et le tourisme qui seront étudiés, grâce à une focale réalisée sur la mémoire de la traite négrière. Ensuite, le rôle du tourisme dans les petites îles inscrites aux Sites du patrimoine mondial sera examiné, à travers une approche comparative réalisée sur deux études de cas : celui de Gorée, au Sénégal, et celui d’Ilha de Moçambique, au Mozambique.

3Contrairement à d’autres îles, qui dans la même zone géographique offrent le classique 3s – Sea, Sun & Sand – Gorée et Ilha de Moçambique proposent un tourisme patrimonial en lien à leur passé colonial, et en particulier à l’un de ses aspects les plus dramatiques que fut le commerce des esclaves, et à la culture matérielle et immatérielle de leur population, fortement liée à celle de la sous région africaine de l’Ouest pour l’une et à celle de Zanzibar et de l’océan Indien pour l’autre. Les deux îles ont été inscrites aux Patrimoine Mondial de l’Humanité (WHS) en raison de leur appartenance à l’histoire de l’architecture coloniale mais aussi parce qu’elles étaient des symboles de la traite négrière. Soit un tout pouvant attirer les touristes amateurs de culture et de mémoire. Cependant, bien que dotées d’un riche patrimoine historique et culturel, et en dépit de sa pertinence pour l’histoire africaine et mondiale, Gorée et Ilha, n’ont pas encore trouvé un moyen efficace de promouvoir ces ressources en vue de réduire leur pauvreté, et ce sont au contraire les conditions de vie miséreuses de leurs habitants qui menacent la survie même de la ressource patrimoniale.

Méthodologie

4L’étude que nous présentons ici a été entamée il y a de celà plusieurs années. Nous avions à l’origine mis l’accent sur le développement communautaire en lien au tourisme sur l’île de Gorée. Ensuite cette approche fut complétée par l’exploration d’autres questions liées à la précédente et ce toujours à Gorée. Citons à titre d’exemple : le tourisme culturel et de mémoire. Plus tard, ayant déménagé de l’autre côté de l’Afrique vers les rives d’un autre océan, nous avons fait connaisance avec une autre petite île qui partage avec Gorée une histoire parallèle, un patrimoine culturel similaire et des potentialités touristiques comparables : l’ile de Moçambique au Mozambique.

5L’étude du tourisme insulaire, nécessite de prendre en compte plusieurs aspects, qui vont de la morphologie à l’environnement, de la sociologie à l’anthropologie, de l’économie à la politique. Aussi cette étude s’est d’abord focalisée sur l’inventaire bibliographique afin de réunir autant que possible la littérature existante sur les différentes questions liées à notre recherche, afin de produire une analyse territoriale complète. Le second niveau ayant été celui de la collecte in situ de données qualitatives et quantitatives. Dans ce contexte deux missions ont été réalisées à Gorée (en octobre 2003 et entre septembre et décembre 2004) et une à Ilha del Moçambique (en avril 2008) avec pour but une prise de contatct des territoires étudiés, et de leur population, que nous avons enquêtés au moyen de questionnaires, à travers des interviews et en multipliant les rencontres de personnes ressource. Ces entretiens ont été administrés selon la méthodologie ethnographique de l’observation participative, qui a permis de collecter d’une grande quantité d’informations, et ce d’autant que l’utilisation des questionnaires ne s’est pas toujours révélée opportune, en raison des questions trop formelles qu’ils contenaient, auxquelles certains des informateurs, en particulier ceux opérants dans l’informel, avaient quelque réticence à répondre.

Le patrimoine du commerce des esclaves et le tourisme de mémoire

6Le tourisme culturel est l’un des segments en pleine croissance du tourisme international. Il vise à la découverte des monuments et des sites, dans un projet éducatif et culturel, tel que l’a reconnu la Déclaration de Manille sur le tourisme (1980). Il a, cependant, une seconde nature, celle de la découverte des cultures, et tout particulièrement des cultures qui sont très différentes du celle du touriste ou qui sont associées à la mémoire d’un événement passé majeur pour le dit touriste.

7Il est communément admis que la mémoire est une caractéristique essentielle de ce que nous appelons l’identité, à la fois individuelle et collective, et sa recherche est l’un des buts fondamentaux poursuivis par les sociétés modernes (Le Goff, 1982). La mémoire collective est organisée autour de lieux et d’événements du passé : des scènes sur lequelles on représente l’histoire humaine, comme Turri (1998) l’a montré. Ces lieux deviennent des symboles dans lesquels une population ou un groupe peuvent s’identifier. Ils comprennent du patrimoine matériel et immatériel, tels que des drapeaux, des hymnes, des défilés, des devises, des musées folkloriques, des monuments commémoratifs, mais aussi des aspects moins dramatiques, comme des sports nationaux, des paysages, des héros, des contes de fées (Smith, 1991). Tous ces symboles peuvent alimenter la fierté d’appartenir à un groupe ou à une identité nationale spécifique, mais ils sont ouverts aussi à des interprétations différentes, en fonction des antécédents personnels ou familiaux des uns ou des autres (à l’instar par exemple de l’histoire des minorités) (Meethan, 2001).

8Garder la mémoire des événements passés est essentiel à l’auto-identification des groupes (c’est le cas pour la diaspora noire), et la commémoration des événements historiques est aussi indispensable à la consolidation de la communauté mnémonique qu’à celle de la mémoire collective (Dunkley, Morgan & Westwood, 2010). En ce sens, la visite des lieux de la mémoire collective joue un rôle éducatif important, en permettant de garder vivante l’identité qu’elle relie à des événements passés (visite des champs de bataille, des musées de l’esclavage, etc.). Ce tourisme peut être perçu comme relevant d’une sorte de “pèlerinage national” et être commercialisé en prennant appui sur les symboles et les stéréotypes d’un groupe/ou d’une nation, sans oublié la part qui prend la nostalgie. À cet égard, Turri (1998) rappelle que la nostalgie est ce sentiment vital que chaque être humain ressent pour les lieux de son enfance, ceux où sa personnalité s’est formée.

9Plusieurs lieux de mémoire sont reliés à des événements dramatiques comme les champs de bataille, les camps de concentration, les lieux de la traite négrière et les lieux de détention, et le type de tourisme qu’ils attirent est souvent de l’ordre du thanatourisme (ou dark tourism) (Dann, Seaton, 2001).
Si l’on se focalise à présent sur la traite des esclaves, dans la mesure où elle a concerné des millions de personnes, on peut dire qu’elle a changé le Monde tant du point de vue démographique que culturel, et que ses impacts socio-économiques et politiques n’ont épargné aucun continent. En particulier, elle a contribué à l’apparition d’une identité Afro-Américaine, mais aussi d’une identité collective des États américains modernes (Curto & Lovejoy, 2004). L’esclavage a également contribué à la création d’un espace culturel transnational, que Gilroy (2003) qualifie d’”Atlantique Noire”, à l’intérieur duquel les lieux de la traite conservent le souvenir de cet épisode de l’histoire universelle. Ces endroits, comme Gorée au Sénégal ou comme Cape Coast au Ghana, attirent à la fois des touristes culturels et des touristes de “racines”, à la recherche de leurs origines africaines perdues, mais aussi en quête d’une auto-identification (Coles & Timothy, 2004). Ce tourisme, que pratique la diaspora noire, est conçu comme une reproduction d’un itinéraire, celui du voyage originel, qui participe à la recherche de ses origines : origines mythiques en fait, si l’on considère que l’Afrique de l’époque de la traite n’existe plus depuis longtemps. Aussi, et à défaut d’être la destination d’un vrai retour aux sources, l’Afrique contemporaine en est plutôt sa métaphore politique, culturelle et spirituelle (Hall, 1990).

10Pour protéger les lieux de la traite négrière, l’Unesco a créé à partir de 1994 un itinéraire touristique inter-continental appelé “Route des esclaves”, dans le but de promouvoir un WHS lié à la traite des esclaves, au travers de son patrimoine architectural et culturel, et ce aussi afin de contribuer au développement des conditions de vie des actuels habitants de ces lieux. Son objectif principal aura été, à partir d’une mémoire collective tragique, d’arriver à une amélioration des conditions de vie des actuels habitants de ces lieux. Pour y parvenir, l’Unesco a choisi de déclarer sites patrimoniaux plusieurs lieux liés à la traite négrière : quelques forts africains (au Ghana, au Sénégal, au Mozambique, au Bénin, à la Réunion, en Tanzanie) mais aussi des lieux de débarquement des esclaves situés de l’autre côté de l’océan Atlantique (en Haïti, au Brésil, en République dominicaine), eux aussi symboles de la traite des esclaves et des routes qu’elle suivait. Leur promotion touristique devait permettre de générer des revenus socio-économiques directs et indirects, mais aussi de préserver le patrimoine culturel et de re-découvrir l’identité des personnes impliquées dans la traite des esclaves (). En outre, en intégrant tous ces lieux à un itinéraire culturel, il s’agissait d’apporter un support à leur meilleure connaissance. L’idée étant que la mémoire est un patrimoine fragile et que les lieux de mémoire liés à la traite des esclaves devaient être de mieux en mieux protégés, et ce afin d’en acquérir une meilleure connaissance.

Gorée et Ilha de Moçambique : bref historique

11Bien que très petite, Gorée a toujours joué un rôle important dans l’histoire africaine. En raison de sa position, sa possession accordait le contrôle des routes commerciales entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Elle offrait en plus, comme son nom l’indique, un site maritime bien abrité. En effet Gorée, vient du néerlandais Reed Goede, qui signifie la bonne baie (Renaudeau, 1985). C’est pour cette raison que, depuis sa découverte en 1444, les Portugais et les troupes néerlandaises en premier, puis les Français et les Anglais ensuite, se sont battus pour s’en emparer.

Document 1 : Dakar et Gorée

Document 1 : Dakar et Gorée

Elisa Magnani

12Au XVIe siècle, l’île était devenue une importante escale et était habitée par une société mixte, composée d’Européens, d’Africains et de métis, descendants d’unions entre Européens et Africaines… qui étaient souvent leurs esclaves. Les enfants de ces unions ont hérité, après la mort ou le retour en Europe de leurs géniteurs, de leurs biens. De sorte que sur l’île s’est constitué un groupe de riches métis qui ont participé à leur tour à la traite des esclaves en même temps qu’à l’échange d’autres marchandises. Parmi eux, restent les célèbres signare, du portugais senhora, qui signifie dame (Unesco, 1985 & Reneaudeau, 1985).

13Après de longs siècles de guerres, à la fin du XVIIIe siècle, la France a finalement obtenu le contrôle de l’île et en a fait le point de départ de son empire d’Afrique de l’Ouest, tout en l’utilisant pour contrôler le commerce triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, commerce reposant principalement sur le trafic d’êtres humains. Grâce à ce commerce, la population de l’ïle a prospéré et a pu construire de somptueuses villas en pierre de taille, celles qui aujourd’hui constituent la principale attraction architecturale de l’île. Ce n’est qu’avec l’abolition du Code Noir en 1848 que l’île perdit son funeste aspect d’entrepôt d’êtres humains, pour devenir la résidence préférée des responsables administratifs de l’AOF (Afrique Occidentale Fançaise) et des négociants qui faisaient fortune dans l’exploitation de ses ressources, comme l’arachide (Unesco, 1985), dont le Sénégal reste l’un des grands producteurs. Cependant, à partir de 1857, afin d’accueillir l’appareil administratif de l’AOF, qui est alors en pleine expansion, une nouvelle capitale va être édifiée, sur la pointe du Continent qui jouxte l’île, à Dakar. Dès lors que Gorée aura perdu sa place prééminente dans l’administration coloniale, elle commencera à décliner, se vidant de sa population et laissant à l’abandon sa riche architecture, et ce jusqu’à nos jours (Unesco, 1985).

14Aujourd’hui, l’île compte 1102 habitants qui sont en majorité très jeunes, En effet, le faible développement économique de l’île conduit de nombreux adultes et jeunes adultes à migrer vers la France, mais aussi vers d’autres pays européens, voire vers les Etats-Unis. Même si plusieurs groupes ethniques habitent l’île, celle-ci est majoritairement musulmane, mais accueille aussi une minorité chrétienne bien intégrée. En raison de la forte densité de population (avec 600 m de long sur 300 m de large, la surface totale de l’île est d’environ 0,18 km², ce qui fait une densité de 6122 hab./km²), les conditions de vie sont très précaires et beaucoup de gens partagent la même maison, dans des conditions d’hygiène très mauvaises, parfois sans eau ni électricité, et beaucoup d’entre eux squattent même des bâtiments historiques appartenant à l’Etat. L’état de conservation du patrimoine bâti est particulièrement médiocre, dans la mesure où très peu de gens possèdent les moyens nécessaires à la restauration de leur maison.

Document 2a et b : Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques.

Document 2a et b : Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques.

Photos d’Elisa Magnani

15Ilha de Moçambique, est une petite île de la baie de Mossuril qui se trouve au nord du Mozambique. Pour avoir été au centre des routes commerciales entre le Continent africain et l’océan Indien, son histoire s’est trouvée marquée par un grand mélange de races et de peuples, ce qui explique qu’on lui ait attribué le surnom d’Encruzilhada das Culturas (carrefour des cultures).

Document 3 : Position géographique d’Ilha de Moçambique,

Document 3 : Position géographique d’Ilha de Moçambique,

Elisa Magnani

16Vasco da Gama atteignit l’île en l’an 1498, et la prit aux Arabes, qui l’utilisaient comme port depuis le Xe siècle (Zamponi, 1999). Comme Gorée, Ilha fut l’objet, durant plusieurs siècles, de conflits entre les puissances européennes. Mais c’est le Portugal qui finit par s’y maintenir et Ilha devint le centre de son expansion commerciale et politique dans l’océan Indien. Elle devint très rapidement un centre important du commerce de l’or, de l’ivoire et des esclaves. Cependant, peu après l’arrêt de la traite des esclaves, le canal de Suez fut ouvert (en 1869) et la route de l’Inde passant par le Mozambique fut abandonnée, tandis que la capitale de la colonie fut transférée d’Ilha à Lourenço Marques (aujourd’hui Maputo). Comme cela s’était produit pour Gorée, l’économie de l’île, avec ce départ, subit un coup terrible et, un demi siècle après, la situation empira encore, lorsque la ville de Nacala toute proche ouvrit un port plus grand que celui d’Ilha. Cela se traduisit pour l’île par un déclin de ses emplois portuaires, ce qui en l’absence de tout secteur agricole, ne fit qu’aggraver le chômage.

Document 4a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques et l’érosion côtière.

Document 4a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques et l’érosion côtière.

Photos d’Elisa Magnani

17Aujourd’hui, l’île peine à devenir une destination touristique, et ce malgré ses importantes potentialités culturelles. Le développement du secteur se heurte à de multiples inconvénients, comme le manque constant d’infrastructures et l’absence de planification.

18Le recensement de la population de 1997 dénombrait 14.000 habitants) vivant sur 1,5 km² (soit presque 9.300 habitants/km²). Ce surpeuplement a débuté avec la guerre civile, quand l’île a servi de refuge aux gens venus du continent, où ils étaient plus exposés aux exactions, et a perduré après la guerre, lorsque les réfugiés n’ont pas regagné leurs villages, après avoir pris goût au confort de la vie urbaine. La majorité de la population est aujourd’hui musulmane, mais la relation entre les différentes religions est basée sur la tolérance et le respect : un trait commun est que tous appartiennent au groupe ethnique Macua, partageant une identité ethnique forte, fondée sur un fond culturel la reliant à Zanzibar, à la zone swahili et à l’océan Indien (Zamponi , 1999).

Tourisme et culture à Gorée et à Ilha de Moçambique

19En raison de leur caractéristique principale, l’isolement, qui leur permet de conserver leur environnement naturel et d’avoir une population moins coupée de son passé et plus authentique (King, 1993 & Pitt, 1980), les îles sont considérées par de nombreux touristes comme l’expérience touristique ultime (Baum, 1997). En général, les îles sont associées au stéréotype du tourisme des 3s – sea, sun, sand, auxquels ont ajoute souvent 2 autres “s” le shopping, sex – quoique, comme nous allons le voir dans les deux études de cas présentées ici, où le tourisme s’appuie sur l’utilisation commerciale de plusieurs ressources locales, cela n’a pas grand sens. Sur ces îles la mer apparaît plutôt comme un référent culturel, et ce au travers des danses, de l’hospitalité, de la gastronomie, etc

20Cependant, même si le tourisme est susceptible de diversifier l’économie locale, d’apporter les équipements qui manquent aux populations des zones reculées (et avec elles l’accès aux services sociaux tels que les hôpitaux, les écoles, les marchés, etc ) et de créer des opportunités d’emploi, inversement de par les infrastructures et la pollution culturelle qu’il induit, il peut souvent conduire à une destruction de l’environnement naturel et culturel local. En outre, du fait du tourisme, les communautés locales peuvent perdre le contrôle de leur territoire, de ses ressources et de leur usage… voire même du nombre de touristes qu’ils sont prêts à accueillir (McElroy, de Albuquerque, 2002 ; Lozato-Giotard, 2006). Cette perte du contrôle par la population de sa faculté à choisir la manière dont elle veut utiliser son territoire (Turco, 1988) peut conduire au final à la perte de son identité, si l’on considère que de nos jours la préservation des communautés est étroitement liée à la préservation de leur espace (Lozato-Giotard, 2006). En particulier, la mise en tourisme des ressources culturelles induit un paradoxe qui s’avère difficile à résoudre, et tout particulièrement sur les petites îles : d’un côté elle vise à protéger la culture locale afin de promouvoir un tourisme très authentique, de l’autre côté, la population subit inévitablement des changements une fois qu’elle est au contact des touristes. La marchandisation des usages et des traditions peut causer des dommages irréversibles à la structure et à la cohésion sociale des petites îles, et en retour détruire la principale attraction touristique : leur culture locale authentique.

Gorée

21Située dans la région de la capitale sénégalaise, Gorée est une destination très populaire pour les touristes séjournant sur la Petite Côte, la zone touristique la plus développée à proximité de Dakar, d’où proviennent la plupart des touristes qui visitent l’île.

22Déjà dans les années 50 et 60 Gorée était une destination touristique privilégiée par la riche bourgeoisie française, mais ce n’est que dans les années 80, après son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, que s’est ouverte pour elle la période touristique la plus prospère. Cela a commencé avec une phase de réhabilitation de certains bâtiments historiques, grâce à une campagne de collecte de fonds dans le monde entier, réalisée sous l’égide de l’Unesco et du gouvernement sénégalais. L’île est alors devenue célèbre dans le monde entier comme symbole de la traite négrière, avec sa Maison des Esclaves comportant la fameuse “Porte-du-non-retour”, et elle a été incluse comme étape incontournable de plusieurs voyages forfaitaires proposés par des tour-opérateurs européens.

Document 5 : Gorée, 2004. La Maison des Esclaves, la porte sans retour à l’arrière.

Document 5 : Gorée, 2004. La Maison des Esclaves, la porte sans retour à l’arrière.

Photo d’Elisa Magnani

23Depuis les années 90, elle est aussi devenue une destination du tourisme individuel, principalement des backpackers, ce qui a conduit à l’ouverture de Bed and Breakfast, dénomés localement hébergement chez l’habitant. Malgré ce bon contexte touristique, l’île n’a jamais réussi son développement, parce que le pouvoir local n’a jamais été en mesure de mettre en œuvre sur son territoire une politique intégrée et a tout simplement laissé la population libre de ses initiatives, sans essayer de les coordonner et sans aucune stratégie marketing appropriée. Aussi, Gorée, qui à la fin des années 70 était devenue le symbole mondial de la traite des esclaves, a t-elle été abandonnée aux initiatives de ses habitants, qui en l’absence d’une quelconque qualification, se sont avérés incapables de faire face aux inconvénients nés du développement touristique, tels que la pollution culturelle, la disparition des activités traditionnelles, la croissance d’activités de plus en plus dédiées au tourisme, l’épuisement de l’environnement naturel. Ce n’est que tout récemment que l’administration locale a compris comment cette mauvaise gestion avait pu avoir un impact négatif sur les opportunités de développement que l’inscription du site du patrimoine mondial avait apportées. Aussi, en s’appuyant sur le ministère du Tourisme, s’est-elle essayée à en réparer les dégâts, mais peut-être un peu trop tard, car dans l’intervalle, la crise mondiale de 2009 était survenue, impactant très fortement à la baisse le nombre de visiteurs, tandis que l’argent nécessaire à l’amélioration du système touristique local, à la réhabilitation des bâtiments et à l’intégration des activités, par la mobilisation de tous les acteurs locaux, était de plus en plus difficile à trouver.

24Gorée a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial en 1979, au titre du critère IV, qui protège les lieux représentant un exemple exceptionnel d’une technique de construction ou d’architecture liée à un moment important de l’histoire de l’humanité. Gorée est devenue ainsi la représentation vivante de l’époque de la traite des esclaves, ces mêmes esclaves qui ont construit ses maisons de pierre. Après son inscription, elle a attiré de nombreux touristes, mais depuis lors, la promotion touristique de Gorée a porté presqu’exclusivement sur la Maison des Esclaves, laissant inutilisées les multiples ressources culturelles et naturelles dont île est dotée, comme par exemple les autres musées, la falaise basaltique, les beautés de la mer et le charme des ruelles fleuries. Cette promotion restreinte laisse inexplorées plusieurs ressources potentielles, qui pour une population très pauvre, lui seraient d’un grand bénéfice.

Document 6 : Gorée, 2003. Les charmantes rues étroites de Gorée.

Document 6 : Gorée, 2003. Les charmantes rues étroites de Gorée.

Photo d’Elisa Magnani

25L’ île est visitée chaque année par quelques centaines de milliers de touristes, selon les données recueillies au cours des missions de terrain, qui y accèdent par la liaison Maritime Dakar-Gorée, assurée par un consortium public-privé. Mais ce grand nombre de touristes ne signifie pas que l’île et sa population en tirent une quelconque prospérité.

26Deux raisons principales expliquent la visite Gorée. La première est qu’elle correspond à une destination culturelle importante tandis que la seconde est qu’elle consiste en une sorte de pèlerinage que l’on vient faire à la célèbre Maison des Esclaves. Parmi les pèlerins, un groupe important est constitué par les touristes afro-américains qui cherchent ici le lieu de leur origine africaine perdue, comme nous l’indiquions ci-dessus. Cependant, il y a aussi des touristes qui visitent Gorée, simplement parce que c’est programmé dans le séjour forfaitaire qu’ils ont acheté. La plupart des touristes qui visitent Gorée n’y passent que quelques heures, n’y faisant que peu de dépenses, et donc ne créant que peu de ressources pour le milieu d’acceuil qui reste très précaire et qui ne peut vivre pleinement du tourisme. Finalement, cela empêche les touristes d’avoir une expérience culturelle complète basée, au-delà de la visite des monuments de l’île, sur la rencontre de la culture vivante de ses habitants. Tandis que de l’autre côté, la population locale, incapable de tirer un revenu correct de ses visiteurs, se contente de les exploiter autant que faire ce peut, comme un « porte-monnaie ambulant”, selon la formule employée par un touriste que nous interrogions. Cet aspect est sérieusement négatif si l’on considère que le tourisme culturel doit viser à favoriser le dialogue interculturel, et même si des revenus plus importants découlent des touristes indépendants, soit des personnes qui visitent l’île en dehors d’un voyage forfaitaire, et y séjournent quelques jours au lieu de n’y passer que quelques heures, et qui y font des dépenses plus élevées en achetant sur place l’hébergement, la nourriture et le guidage.

Document 7 : Carte officielle de Gorée, réalisée par la mairie,

Document 7 : Carte officielle de Gorée, réalisée par la mairie,

modifiée par Elisa Magnani

27L’impression générale que les touristes gardent de Gorée s’avère plutôt négative. Certains n’en retiennent que la triste mémoire de la traite négrière, d’autres sont très agacés par ses habitants, en particulier par les guides “informels”, les colporteurs et les mendiants. Mais d’autres sont positivement impressionnés par la beauté de ses maisons et de ses jardins fleuris, et aussi par sa plage et sa gastronomie.

28L’île est facilement accessible, étant reliée à Dakar plusieurs fois par jour par un ferry. Cette facilité permet à de nombreux touristes de la visiter dans la journée, et ce malgré le prix élevé exigé pour la traversée. Mais cela a également un impact négatif, car les touristes ne restent sur l’île que quelques heures.

29Sur l’île même, il n’y a que deux hôtels et une douzaine d’hébergements chez l’habitant. Habitants qui opérent pour la pluspart illégalement, parce que la taxe à verser pour être déclaré est très élevée et peu de propriétaires peuvent se permettre de la payer. Aussi, la plupart des hébergements sont-ils totalement inconnus des touristes, la plupart ne savent même pas qu’il est possible de rester sur l’île pour la nuit. Ils voient Gorée comme un musée à ciel ouvert et ratent complètement la culture toujours bien vivante de ses habitants. Il y a aussi une douzaine de restaurants, dont la principale faiblesse est qu’ils sont tous regroupés sur la place du port, et qu’ils proposent tous le même menu. S’y ajoutent une centaine de marchands de souvenirs, bien trop pour un si petit endroit, surtout si l’on envisage qu’il y a très peu d’artisanat local. Aussi la plupart des souvenirs sont-ils importés, tandis que la concurrence effreinée entre les revendeurs est telle, que leurs micro-profits ne leur permettent pas de vivre de cette activité.

Document 8 : Gorée, 2004. Le Marché Artisanal.

Document 8 : Gorée, 2004. Le Marché Artisanal.

Photo d’Elisa Magnani

30Tous ces micro-entrepreneurs ont créé ces dernières années des associations sectorielles de base qui les représentent auprès de l’administration locale. Ces associations sont aussi des lieux de sociabilité et, à titre d’exemple, certains de leurs membres ont réalisé plusieurs projets à l’aide de micro-crédits en utilisant la formule de la tontine, système ouest-africain traditionnel de financement populaire reposant sur le partage de la responsabilité de la dette. La présence d’activités informelles est l’une des principales faiblesses du milieu touristique île, et tout particulierement pour ce qui concerne les guides. En grand nombre, ils ont tendance à créer une grande confusion et voire même un sentiment d’insécurité parmi les touristes. Leur présence a un double impact négatif sur l’économie de l’île. Car en plus d’extorquer l’hébergeur et le restaurateur d’une commission pour chaque touriste qu’ils leur apportent (ce qui fait qu’ils exercent de facto un monople par lequel ils contrôlent le secteur touristique de l’île), ces personnes livrent une image de l’île non professionnelle, et ce alors même que Gorée est un symbole culturel du monde. La municipalité a mis en place un plan visant à limiter leur présence qui fait qu’apparemment, les choses iraient mieux.

31Une analyse complète des acteurs locaux impliqués dans le tourisme ne peut se limiter aux restaurants, aux hébergements et aux guides et à leurs associations, parce que le milieu touristique de l’île est aussi riche d’autres acteurs, tels que la municipalité – la mairie – qui soutient le développement du secteur conformément aux directives du Ministère du Tourisme, directives qui pronent en particulier l’éradication du secteur informel et la création d’une image et d’un service de qualité. L’administration locale se montre très intéressée par l’amélioration de la qualité de l’accueil et tente de faire face à l’aspect le plus critique du secteur touristique de l’île que constituent les guides informels, les colporteurs et le mauvais état de plusieurs hébergements. Mais les problèmes à résoudre sont si nombreux et importants qu’il ne leur a toujours pas été trouvé de solution. De son côté, le Ministère du Tourisme produit et diffuse ses directives nationales, mais apparemment, n’est pas très intéressé par l’île elle-même, préférant se concentrer sur l’amélioration de la promotion du tourisme d’autres régions du pays et miser sur d’autres segments plus lucratifs, comme le tourisme d’affaires.

32Parmi les autres intervenants citons le BAMH (Bureau de l’Architecture et des Monuments Historiques), qui non seulement contrôle l’état des bâtiments historiques, mais aussi participe, en collaboration avec la mairie et le Ministère du Tourisme, à la promotion de l’image de l’île à l’international. Enfin, le Syndicat d’initiative promeut plusieurs activités touristiques sur l’île, comme les festivals et d’autres événements, sachant qu’en raison d’un grave manque de fonds ces activités sont extrêmement peu nombreuses.

33Pour conclure cette analyse, il faudrait insister sur le caractère fortement saisonnier du tourisme à Gorée. La France étant son principal marché d’émission, les touristes ont tendance à se concentrer pendant les vacances scolaires européennes, soit en été et autour de Novembre /Décembre. Tous les autres mois sont caractérisés par une très faible arrivée de touristes, ce qui contribue à identifier le tourisme comme relevant seulement d’une activité complémentaire à d’autres sources de revenus. Les locaux ne peuvent vivre uniquement du tourisme.

34En outre, cette saisonnalité marquée a des conséquences sur l’environnement. La plage et les autres ressources naturelles sont sur-consommées pendant la haute saison, avec des impacts négatifs sur l’ accès à ces ressources pour les habitants. En effet, la population de l’île est très peu impliquée dans la prise de décision concernant l’utilisation des ressources locales et le tourisme est le domaine d’un total laisser-aller politique, avec d’éventuels graves inconvénients pour ce qui concerne le contrôle du territoire et la préservation de la culture locale. À titre d’exemple, de nombreuses bâtisses ont déjà été vendues à des Européens, des militaires ou des hommes d’affaires, avec une incidence forte sur le prix des biens et sur le coût de la vie. La population locale n’est pas en mesure de pouvoir subir une augmentation du coût de la vie et peut donc, dans un avenir proche, se résoudre à devoir quitter l’île pour des lieux meilleur marché, laissant Gorée aux touristes et aux investisseurs étrangers qui la transformeraient en un musée ou une zone résidentielle accueillant des gens fortunés venus des Pays du Nord, un endroit gentrifié par la bourgeoisie européenne, mais ayant perdu sa culture vivante.

35Les entrepreneurs locaux du tourisme, reconnaissent que le problème principal du secteur résulte d’une mauvaise gestion qui favorise les interêts de quelques uns au détriment de ceux de la comunauté, mais en majorité ils pensent que c’est néanmoins une source de revenus positive, et ils sont une infime minorité à conevoir que le tourisme ne puisse apporter de bien-être, s’il reste géré comme il l’est aujourd’hui. Pourtant, Il est clair que le tourisme n’est pas en mesure d’influer positivement sur la réduction de la pauvreté, ni même qu’il puisse contribuer à protéger l’environnement naturel. Il a, par ailleurs, un impact assez négatif sur la préservation des activités et des sociabilités traditionnelles. Car après avoir introduit des pratiques sociales complètement étrangères, comme la prostitution, ou après avoir contribué à l’abandon de la traditionnelle Teranga – l’hospitalité sacrée due aux hôtes – les touristes ne sont pas pour autant traités comme des hôtes, mais sont considérés au mieux que comme de banals clients.

Ilha de Moçambique

36Tout en partageant avec Gorée un passé colonial similaire, Ilha de Moçambique a eu une évolution socio -politique autre après la décolonisation, ce qui a conduit à de profondes différences dans l’actuelle situation des deux îles. Ainsi Ilha se trouve dans une position géographique opposée à celle de Gorée. Alors que cette dernière est très proche de la terre ferme et juste en face de Dakar, à laquelle elle est très bien reliée, Ilha est très loin de Maputo et malgré un pont qui la relie au continent, reste peu accessible et en marge du flux touristique, qui est moins important qu’à Gorée.

37Cependant, les trois “ressources” qui constituent l’attraction de Gorée sont les mêmes que celles sur lesquelles Ilha peut miser, à savoir : le Commerce Triangulaire, la riche société métisse d’antan (et d’aujourd’hui) et son architecture coloniale, plus une quatrième ressource plus affirmée qu’à Gorée, la mer et les îles de la baie de Mossuril, qui offrent des paysages spectaculaires. Le déficit de renommée touristique d’Ilha est fortement imputable à un mauvais marketing territorial qui n’a pu, jusqu’à présent, exploiter et promouvoir au niveau international toute la richesse qu’offre l’île. Pourtant, le tourisme y avait été développé dans les années 1940 (Lobato, 1945), quand un hôtel avec piscine accueillait déjà des touristes, pour l’essentiel des Mozambicains blancs.

38Pour analyser le milieu touristique, il faut commencer par étudier la structure urbaine d’Ilha, qui est clairement coupée en deux. La partie nord – ce que l’on appelle le Bairro Museu, protégé par l’Unesco – est entièrement construite dans le style colonial portugais, qui a donné les fameuses maisons de pierre et de chaux (pedra e maisons cal), habitées par des Européens ou des locaux fortunés, tandis que le côté sud est entièrement occupé par des maisons Macuti (huttes avec des toits de palmes, palme locale qui leur donne leur nom) historiquement habitées par les Noirs et les pauvres.

Document 9a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Macuti ville.

Document 9a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Macuti ville.

Photos d’Elisa Magnani

39De plus, Macuti se trouve en dessous du niveau de la mer, car les Portugais avaient excavé son sol rocheux pour en extraire les pierres nécessaires à la construction de leurs maisons et de la forteresse qui se trouvent au Nord (Forjaz, 1999 & Houdayer, 1999). Pour cette raison, il est impossible d’y construire un système d’égouts. Aussi, aujourd’hui encore, la plupart des habitants de Macuti n’ont pas de toilettes particulières, même s’il y a des toilettes publiques, et par conséquent la population utilise les plages pour y faire ses “besoins”. Inévitablement, cela a un impact négatif sur le secteur du tourisme, sans même évoquer l’hygiène et la morale.

40Ce constat d’ensemble permet de comprendre, que la première impression qu’un touriste se fait d’Ilha est plutôt négative. Il déplore les difficulté d’accès, l’absence de salubrité, le manque d’information touristique et ses carences en matière de gestion. Pour se rendre à Ilha, en partant de Maputo, il lui a fallu effectuer un vol intérieur de 2 heures coûteux (en l’absence de concurrence la compagnie aérienne nationale pratique un tarif élevé) jusqu’à la ville de Nampula. Puis à partir de là un long voyage de 200km dans un bus local (à l’étroit entre voyageurs, animaux et récoltes) qui peut durer de 2 à 4 heures, en fonction du nombre d’arrêts effectués pendant le voyage, arrêts destinés à l’embarquement de nouveaux passagers. A la fin de cette longue route, les touristes seront tout simplement déposés sur la partie méridionale de l’île où ils ne trouveront aucun bureau du tourisme pour les accueillir et les aider. Ils devront se débrouiller seuls pour trouver un moyen de transport et se rendre dans un hébergement réservé ou non. En raison d’une méconnaissance généralisée de la langue anglaise par la population locale, tout cela peut s’avérer très difficile. Même si cela peut être charmant pour ceux qui souhaitent vivre une « aventure africaine », l’arrivée laisse une impression négative sur la plupart de touristes. D’ailleurs, Ilha réfute l’image de destination « d’aventure », dans la mesure où elle cherche plutôt à être perçue comme un lieu culturel. Le problème est qu’elle n’est pas facilement accessible pour sa cible touristique potentielle, même si cela peut être considéré comme une force pour la conservation de son patrimoine, dans la mesure ou par conséquent elle n’est pas exposée aux flux continus du tourisme de masse. Clairement, l’île passe à côté d’une opportunité de développement, en l’absence d’une politique d’auto-promotion.

Document 10 : Carte d’Ilha.

Document 10 : Carte d’Ilha.

modifiée par Elisa Magnani

41Finalement, le total annuel des touristes n’y dépasse pas les quelques milliers de visiteurs. Mais malheureusement aucune donnée officielle n’est disponible, l’administration locale n’ayant pas de système de comptage approprié. La plupart d’entre eux ne restent sur l’île que quelques nuits, en raison d’un manque de diversification dans les activités qui leurs sont offertes une fois sur place. Les flux se concentrent sur quelques semaines, comme à Gorée, en correlation avec les vacances d’été des Européens, et principalement celles des Portugais. Une quantité importante de ces touristes sont également des Sud-Africains, en raison de la proximité géographique des deux pays, alors qu’il y a très peu d’ Afro-Américains, ce qui s’explique sans doute par le fait que l’île n’est pas mondialement connue comme lieu de mémoire de la traite négrière.

42Sur l’île il y a plusieurs hébergements, mais seulement quelques-uns d’entre eux sont commercialisés sur Internet ou par des guides touristiques. Les autres doivent être cherchés sur place. Globalement, il y a 17 hôtels et B & B, 6 restaurants et bars et plusieurs kiosques vendant de la nourriture et des boissons. Enfin il y a un terrain de camping et 3 autres hébergements sur le continent, pour un total de moins de 150 lits .

43En outre, un touriste peut trouver quelques boutiques de souvenirs, en général fabriqués localement, un marché où les locaux vendent des tissus et d’autres biens, et plusieurs colporteurs, qui vendent des missangas, colliers traditionnels fabriqués avec des “perles coloniales”. Cette verroterie a d’ailleurs une histoire intéressante. A l’époque de la traite négrière, les perles de verre ont été importées par les marchands vénitiens pour servir de monnaie en Afrique. Mais, la navigation à voile sur le canal du Mozambique étant assez dangereuse, plusieurs navires ont coulé, répandant leur cargaison sur le fond de l’océan, d’où les courants marins les auraient ramenées vers la côte dans la baie de Mossuril. Là, elles auraient été ramassées par les habitants, pour être utilisées comme monnaie et plus tard être enfilées dans les fameux colliers, ce qui en fait des souvenirs d’une grande valeur. Aujourd’hui, la mer a apparemment fini de rendre ses “perles” et les habitants d’Ilha fillent des “perles” venues de Chine, même s’ils prétendent toujours qu’elles sont d’origine vénitienne.

44Le secteur commercial d’Ilha est à l’opposé à celui de Gorée, où il y a trop de commerçants et de colporteurs ce qui créent une concurrence sauvage qui empêche la majorité d’entre eux de gagner leur vie de cette activité. Ici, au contraire, il n’y a que très peu de possibilités d’acheter des souvenirs et le secteur pourrait être élargi et différencié, et ce au bénéfice de tous.

45Comme à Gorée, la majorité des acteurs touristiques ont d’autres activités, dans la mesure où l’on ne saurait vivre exclusivement des revenus du tourisme, en dépit de plusieurs projets promus par des ONG locales et internationales. Cette situation critique est connue de tous les intervenants que nous avons interrogés lors de notre mission de terrain. Pourtant, et sans doute en raison de graves problèmes sociaux qui affectent la municipalité, ils partagent tous la même attitude fataliste, même si certains d’entre eux continuent à promouvoir la durabilité dans le développement touristique de l’île. Environ, 150 à 200 personnes auraient un emploi dans le secteur touristique à Ilha. Mais ce nombre doit être augmenté de plusieurs emplois indirects (pêcheurs, agriculteurs, porteurs, etc ) ou informels (guides, propriétaires d’hébergements, etc.). La majorité d’entre sont originaires de l’île ou de ses environs, sauf pour le personnel hôtelier, qui ayant reçu une formation, provient principalement d’autres régions du pays. L’administration locale du tourisme est composée du Bureau du Tourisme, du GACIM (Gabinete de Conservação da Ilha de Moçambique) une commission mise en place pour protéger et promouvoir le patrimoine culturel matériel et immatériel de l’île, et d’une association d’opérateurs touristiques locaux nommée APETUR, extrêmement active dans la collecte de fonds pour la promotion des événements touristiques de l’île et la commercialisation de son image au niveau national et international. Cette dernière association ambitionne également de proposer une formation professionnelle pour les opérateurs locaux du tourisme qui ne sont pas qualifiés (c’est-à-dire la majorité d’entre-eux), afin d’améliorer leurs conditions de vie et l’image touristique de l’île.

46En 2008, le GACIM a conduit un plan de promotion touristique du patrimoine culturel, s’appuyant sur le tufo (danse traditionnelle), le musiro, les missangas, la gastronomie locale, les dhow (boutres) et les rickshaws (pousse-pousses). La préservation et la mise en valeur touristique de ces éléments s’est faite au travers de l’organisation d’événements, nationaux et internationaux, tels que des salons du tourisme, et via de nouveaux forfaits touristiques.

Document 11 : Ilha de Moçambique, 2008. Les danses traditionnelles.

Document 11 : Ilha de Moçambique, 2008. Les danses traditionnelles.

Photo d’Elisa Magnani

47Le Bureau du Tourisme de l’île, vise tout particulièrement à mieux impliquer les habitants dans le tourisme. Soit en les aidant à la création d’activités touristiques soit en les conseillant dans leurs demarches. Les activités informelles sont de fait tolérées car pour la majorités de ces opérateurs le tourisme, trop saisonnier, n’est qu’une source de revenus parmi d’autres tout aussi informels. Néanmoins, cette présence importante de guides et d’hébergeurs non déclarés impacte négativement la qualité générale du service touristique, qui, comme on l’a déjà dit, laisse aux visiteurs une mauvaise impression. Par ailleurs, la forte taxe imposée aux opérateurs touristiques locaux fait que ceux-ci cèdent peu à peu leur place à des étrangers, en particulieurs ceux qui dans le passé avaient réussi à acheter et à réhabiliter les maisons en dur, et qui les ont transformées en hébergement touristique, grâce à leur plus grande capacité d’investissement et à leurs compétences touristiques. Cette tendance peut s’avérer très dangereuse. En effet l’arrivée d’étrangers pourrait conduire à une augmentation générale du coût de la vie, ce qui pourrait pousser les habitants actuels à quitter l’île, avec le risque de voir mourrir sa cuture. Car si la population locale n’a plus le droit de rester sur son territoire, sa culture pourrait facilement disparaître menant Ilha à devenir une belle résidence pour une bourgeoisie étrangère fortunée.

48Ces trois structures touristiques – le GACIM, l’APETUR, le Bureau du Tourisme – travaillent avec le musée local pour connecter le patrimoine local et le secteur du tourisme et coopérent pour promouvoir une image de Ilha de Moçambique en tant que lieu important dans l’histoire du pays, du Portugal, mais aussi d’autres lieux de l’océan Indien et de l’océan Atlantique.

Document 12a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le patrimoine bâti, le Forte de São Lourenço avec un boutre traditionnel et la Mosquée Verte.

Document 12a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le patrimoine bâti, le Forte de São Lourenço avec un boutre traditionnel et la Mosquée Verte.

Photos par Elisa Magnani

49Le Bairro Museu a été déclaré site du patrimoine mondial en 1991, selon les critères IV et VI. Tandis que le premier critère protège les exemples remarquables d’une technique de construction ou d’architecture qui caractérise un moment important de l’histoire universelle (comme Gorée ), le second concerne des endroits fortement liés à des événements et traditions, idées ou croyances du passé. Ilha est donc reconnue par l’Unesco comme un symbole exceptionnel de l’histoire de l’humanité, de par son architecture et son urbanisme, mais aussi du fait du moment clé de l’histoire de l’Afrique et du Monde qu’y a représentée la traite négrière.

50Cependant, Ilha de Moçambique exploite très mal sa connexion à cet épisode dramatique. On remarque que sur l’île il y a très peu de mise en valeur de la mémoire de la traite négrière, même si durant les longues décénnies de ce commerce, des milliers d’esclaves sont passé par là. Cet aspect de l’ histoire du Monde et de la mémoire collective ne survit que dans les anecdotes des récits de certains guides touristiques et dans un jardin de la mémoire de l’esclave de facture récente (mais il est déjà négligé et est utilisé comme un parking à motos). Alors qu’au contraire, la réhabilitation de cet élément, pourrait se révéler être un nouveau marché de niche qui répondrait à la demande croissante des touristes culturels, et en particulier celle des Afro -Américains, désireux de retrouver leurs racines africaines perdues, dans ce lieu symbolique.

51Le tourisme et la promotion de la culture à Ilha de Moçambique s’adossent principalement sur le patrimoine local, mais cette promotion ne touche pas tout le potentiel touristique en raison de son manque de visibilité et de sa difficile accessibilité. La principale cause en est certainement la pauvreté généralisée qui touche la population et la constante nécessité de l’intervention de l’administration locale dans les domaines de l’éducation, de l’assainissement et des activités traditionnelles comme la pêche. Il est clair, comme d’ailleurs à Gorée, que le tourisme n’est pas un outil de réduction de la pauvreté : il s’agit tout au plus d’un outil complentaire de soutien à l’économie de certaines familles, mais il n’a aucune incidence sur la communauté dans son ensemble, en raison des problèmes sociaux, démographiques et économiques sévères auxquels l’administration locale doit faire face. En outre, l’administration centrale, de son côté, ne montre pas beaucoup d’intérêt pour ce lieu éloigné, à la fois parce que ses investissements touristiques sont dirigés vers d’autres régions aux potentiels plus importants, et parce qu’Ilha est assez loin des centres d’intérêts culturels de la capitale (Houdayer, 1999). S’y ajoute l’argument selon lequel Ilha est perçue par beaucoup de gens comme un lieu de mémoire lié à l’époque coloniale, époque qu’ils souhaitent oublier. On ne le saisit que rarement comme le lieu d’une tragédie humaine dont la mémoire se devrait d’être préservée.

52Enfin, compte tenu de son éloignement et de sa difficile accessibilité, Ilha est confrontée à des facteurs naturels et infrastructurels limitatifs, qu’elle ne saurait résoudre par elle même, sans l’aide du pays pour pouvoir se développer socialement et touristiquement.

Conclusion

53A Gorée et Ilha de Moçambique le lien entre le tourisme et la culture reste en parti un problème à régler. Essayons d’en résumer les principales caractéristiques.

54L’Histoire a produit plusieurs processus territoriaux sur ces îles qui ont abouti à leur mise en tourisme, en particulier depuis leur inscription sur la liste du Patrimoine de l’Humanite. En dépit de l’opportunité que le tourisme a représenté pour ces îles dans les dernières décennies, celles-ci, n’ont pas été en mesure d’en faire un facteur caractéristique de leur développement. En fait, la principale limite à l’épanouissement d’un secteur touristique intégré découle des problèmes sociaux qui retiennent la plus grande part de l’énergie des administrations locales des deux îles. La pauvreté, le manque d’hygiène, le sous-emploi, la surpopulation, le manque de formation professionnelle, le manque de compétences managériales affectant toujours le secteur touristique des deux îles.

55La principale leçon que nous pourrions tirer de cette étude comparative en vue du développement d’un tourisme intégré serait celle d’encourager la promotion des produits culturels locaux, par la création d’une offre intégrée pouvant être commercialisée au niveau international sous la forme d’un itinéraire culturel (avec peut-être une connexion à la Route de l’esclave). Évidemment, les administrations des deux îles ne peuvent pas tout faire par elles-mêmes, ainsi l’amélioration des infrastructures de transport relève du gouvernement central. Mais peut-être d’ailleurs que les dits gouvernements pourraient lancer une campagne nationale pour promouvoir le développement des deux îles avec l’aide de la coopération internationale. Cette campagne pourrait se concentrer principalement sur la collecte de fonds, la participation et la responsabilisation des communautés locales et leur formation, afin que les insulaires soient dans l’avenir en mesure d’offrir un produit culturel de qualité aux touristes, voire aussi de regagner ou garder le contrôle sur les changements qui se produisent sur leur territoire.

56Comme Lozato-Giotard (2006) le suggère pour l’insularité en général, l’absence de contrôle est susceptible de produire des impacts très négatifs sur les deux îles de Gorée et d’Ilha de Moçambique, dont en particulier le patrimoine culturel n’appartient pas qu’à leurs habitants, mais aussi aux milliers touristes qui le visitent, et qui devrait pour cette raison être autant que possible préservé.

Haut de page

Bibliographie

ANGIUS M., ZAMPONI M., Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino AIEP, 1999.

BARTOLETTI R., « ‘Memory tourism’ and commodification of nostalgia », in BURNS P., PALMER C., LESTER J-A., Tourism and visual culture. Volume 1, CABI International, Wallingford, 2010.

BAUM T., « The fascination of islands : a tourist perspective », in Lockhart D., Drakakis-Smith D., Island tourism. Trends and prospects, Pinter, London and New York, 1997.
BELLAGAMBA A., « Back to the Land of Roots. African American tourism and the cultural heritage of the River Gambia », Cahiers d’études africaines, 1-2, 193-194, 2009, pp. 453-476.

CAMARA A., « Gorée : passé, présent et futur », in Le patrimoine culturel africain, Maisonneuve et Larose, pp. 83-106, 2001.

CAPELA, J. « O trafico de escravos na Ilha de Moçambique », in ANGIUS M, ZAMPONI M. (Eds.), Ilha de Moçambique. Convergência de povos e culturas, San Marino, Aiep Edtore, pp. 54-69, 1999.

CHHABRA D., Sustainable marketing of cultural and heritage tourism, London and New York, Routledge, 2010.

COLES T., TIMOTHY D.J. (Eds.), Tourism, diasporas and space, London and New York : Routledge, 2004.

CURTO J. C., LOVEJOY P.E. (Eds.), Enslaving connections. Changing cultures of Africa and Brazil during the era of slavery, New York, Humanity Books, 2004.

DANN G., SEATON A. « Slavery, contested heritage and thanatourism », in DANN G., SEATON A. (Eds.), Slavery, contested heritage and thanatourism (1-29). New York and London, Haworth, 2001.

DAVIDSON B., The African slave trade. Oxford, James Currey 2004.

DIENE D., From chains to bonds. The slave trade revisited, New York and Oxford, Berghahn Books & UNESCO Publishing, 2001.

DUNKLEY R., MORGAN N., WESTWOOD S., « Visiting the trenches : exploring meaning and motivations in battlefield tourism », in Tourism Management, XXX 2010, pp. 1-9.

FORJAZ J., « Ilha de Moçambique : arte e arquitectura », in ANGIUS M., ZAMPONI M., Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino AIEP, 1999.

GILROY P., The Black Atlantic, Roma, Meltemi, 2003.

HALL S., « Cultural identity and diaspora », in RUTHEFORD J., (Eds.), Identity, community, culture, difference, Lawrence & Wishart, London, 1990.

HOUDAYER Y., « Ilha de Moçambique : utópica Muipiti ? », In ANGIUS M., ZAMPONI M., Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino AIEP, 1999.

KING R., « The geographical fascination of islands », in LOCKHART D. DRAKAKIS-SMITH D., SCHEMBI J., The development process in small islands states, London and New York, Routledge, 1993.

KOUDESSA LOKOSSOU C., « The slave trade and cultural tourism ». In DIENE D. (Eds), From chains to bonds. The slave trade revisited, New York and Oxford, Berghahn Books & UNESCO Publishing, 2001.

LANDO F., « Turisticità : ipotesi per un’interpretazione », in SALA A. M., GRANDI S., DALLARI F., Turismo e turismi tra politica e innovazione, Patron, Bologna, 2008.

LE GOFF J., Memoria, Torino, Einaudi, 1982

LOBATO A., A Ilha de Moçambique, Imprensa Nacional de Moçambique, Lourenço Marquez, 1945.

LOFORTE A.M., MATE A., « Sociedades costeiras do Norte de Moçambique : gestão e maneio dos recursos. O caso da Ilha de Moçambique », in ANGIUS M., ZAMPONI M., Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino AIEP, 1999.

LOZATO-GIOTART J.P., « Finalità turistica e finalità territoriale o la difficile coesistenza della tradizione e della modernità », in CUSIMANO G. (Eds.), Luoghi e turismo culturale, Bologna, Pàtron, 2006.

MAGNANI E., Turismo, memoria e tratta degli schiavi. L’heritage come strumento di sviluppo locale in Africa, Franco Angeli, Milano, 2013.

MCELROY J., DE ALBUQUERQUE K., « Problems for managing sustainable tourism in small islands », in APOSTOLOPOULOS Y., GAYLE D.J., Island tourism and sustainable development. Caribbean, Pacific and Mediterranean experiences, Westport, Praegel, 2002.

MEETAN K., « ‘To stand in the shoes of my ancestors’. Tourism and genealogy », in DANN G., SEATON A. (Eds), Slavery, contested heritage and thanatourism, Haworth, New York e London, 2001, pp. 139-150.

NEWLAND K., TAYLOR C., Heritage tourism and nostalgia trade : a diaspora niche in the development landscape, USAID, MPI, 2010.

PARK H.Y., « Heritage tourism. Emotional Journeys into Nationhood », in Annals of Tourism Research, 37, n° 1, 2010, pp. 116–135.

PITT D., « Sociology, islands and boundaries », World Development, vol. 8, pp. 1051-1059, 1980.

RENEAUDEAU M., Gorée, Paris, Richer-Hoa-Qui, 1985.

RUSSEL D. W., « Nostalgic Tourism », in Journal of Travel & Tourism Marketing, 25, 2, 2008, pp. 103-116.

SMITH A. D., National identity, Penguin, London, 1991.

TIMOTHY D., Heritage and tourism. An introduction, Bristol Channel View Publications, 2011.

TIMOTHY D.J., BOYDS.W., Heritage tourism, Harlow, Prentice Hall, 2003.

TURCO A., Geografie della complessità in Africa : interpretando il Senegal, Milano, UNICOPLI, 1986.

TURRI E., Il paesaggio come teatro. Dal territorio vissuto al territorio rappresentato, Venezia, Marsilio, 1998.

UNESCO, Gorée. Island of memories, Paris, UNESCO, 1985.

WILSON J.Z., Prison. Cultural memory and dark tourism, New York, Peter Lang Publishing, 2008.

ZAMPONI M., « Encruzilhada de povos e culturas no Oceano Indico », in ANGIUS M., ZAMPONI M., Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino AIEP, 1999.
www.unesco.org/culture/slaveroute

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Dakar et Gorée
Crédits Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Document 2a et b : Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques.
Crédits Photos d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Document 3 : Position géographique d’Ilha de Moçambique,
Crédits Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Document 4a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le mauvais état de conservation de certains bâtiments historiques et l’érosion côtière.
Crédits Photos d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Document 5 : Gorée, 2004. La Maison des Esclaves, la porte sans retour à l’arrière.
Crédits Photo d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Document 6 : Gorée, 2003. Les charmantes rues étroites de Gorée.
Crédits Photo d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Document 7 : Carte officielle de Gorée, réalisée par la mairie,
Crédits modifiée par Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Document 8 : Gorée, 2004. Le Marché Artisanal.
Crédits Photo d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Document 9a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Macuti ville.
Crédits Photos d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Document 10 : Carte d’Ilha.
Crédits modifiée par Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Document 11 : Ilha de Moçambique, 2008. Les danses traditionnelles.
Crédits Photo d’Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Document 12a et b : Ilha de Moçambique, 2008. Le patrimoine bâti, le Forte de São Lourenço avec un boutre traditionnel et la Mosquée Verte.
Crédits Photos par Elisa Magnani
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/981/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Magnani, « Culture et tourisme ? Limites et potentialités d’un développement touristique durable à Gorée, Sénégal et à Ilha de Moçambique, Mozambique », Via [En ligne], 4-5 | 2014, mis en ligne le 26 octobre 2014, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.981

Haut de page

Auteur

Elisa Magnani

Maître de conférences en géographie à l’École des langues et littératures, traductions et interprétations de l’Université de Bologne, ses principaux centres d’intérêt en matière de recherche sont le tourisme culturel et la mémoire, en lien avec le patrimoine de la traite des esclaves ; le développement local basé sur le tourisme communautaire et le pro-poor tourism en Afrique, la protection de l’environnement et les stratégies de conservation de la communauté en Afrique sub-saharienne. Elle a effectué plusieurs missions de terrain au Sénégal et au Mozambique.
En outre, elle étudie les thèmes de meilleures pratiques pour l’intégration sociale et le dialogue interculturel, et de la didactique de la géographie liés à l’utilisation des technologies de l’information.

Haut de page

Traducteur

Philippe Bachimon

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search