Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros19 : 1DossierArticlesQuestions esthétiques et pratique...

Dossier
Articles

Questions esthétiques et pratiques constructives dans la musique de Soft Machine entre les années 1960 et 1970

Aesthetic Issues and Constructive Practices in the Music of Soft Machine (1960s-1970s)
Vincenzo Caporaletti
p. 57-77

Résumés

La musique de Soft Machine, entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, présente des caractéristiques formelles et soulève des questions esthétiques qui dépassent la spécificité artistique du groupe, pour investir la nature de l’esthétique du jazz et du rock et leur relation mutuelle. Ce processus agit sur les deux niveaux distincts de la dialectique du matériau musical et sur celui de l’interaction symbolique et de l’organisation sociale du groupe d’artistes. L’infrastructure conceptuelle de la Théorie des musiques audiotactiles sera utilisée à cet égard pour reformuler certaines questions d’une importance cruciale et, sur la base de transcriptions en notation des morceaux de Soft Machine avec le protocole spécifique créé par l’auteur, une analyse musicale sera conduite avec des partitions intégrales sonorisées, pour relever les aspects de ces problèmes esthétiques inscrits dans la dimension des mêmes matériaux et pratiques performatives implémentées.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Deux schèmes conceptuels
Schèmes conceptuels et stratégies créatives
Poïétiques compositionnelles dans le schème conceptuel rock : (préc)-composition écrite vs. phonographique
Critères musicaux

Aperçu du texte

Notre objectif est d’identifier certains aspects stylistiques et de clarifier des questions ouvertes inhérentes à la musique de Soft Machine à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Ces objectifs seront atteints en utilisant les concepts et les perspectives analytiques de la Théorie de la musique audiotactile, tout d’abord en clarifiant certains nœuds fondamentaux, comme la proposition d’une distinction innovante, au sein de la catégorie de la musique audiotactile, des notions de jazz et de rock sur une base non intuitive ou descriptive, mais en utilisant des catégories formelles de type cognitif. Cette différentiation se fera en fonction des aspects intrinsèques et constants de ces deux traditions musicales ainsi que des stratégies formatives.

Cette première partie de l’essai est conçue comme une contribution générale à l’enquête musicologique, permettant d’identifier avec précision les problèmes esthétiques dans la formativité de Soft Machine. La fiabilité et la fonct...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincenzo Caporaletti, « Questions esthétiques et pratiques constructives dans la musique de Soft Machine entre les années 1960 et 1970 »Volume !, 19 : 1 | 2022, 57-77.

Référence électronique

Vincenzo Caporaletti, « Questions esthétiques et pratiques constructives dans la musique de Soft Machine entre les années 1960 et 1970 »Volume ! [En ligne], 19 : 1 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/10145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.10145

Haut de page

Auteur

Vincenzo Caporaletti

Vincenzo Caporaletti est professeur de Musicologie Générale et de Musicologie Transculturelle à l’Université de Macerata, où il enseigne aussi Histoire et Analyse du Jazz et des Musiques Audiotactiles et Anthropologie de la Performance. Il est co-directeur du Centre de Recherche International sur le Jazz et les Musiques Audiotactiles (IReMus-Sorbonne Université) et directeur des séries éditoriales Grooves-Collana di Studi Musicali Afro-Americani e Popular, Edizioni di Musiche Audiotattili, Musiche da Leggere (Libreria Musicale Italiana-Lucca) et Musicologie e Culture (Aracne-Roma). Il est co-directeur de la Revue d’Études sur le Jazz et Musiques Audiotactiles (Sorbonne Université), et de la revue Acusfere suoni_culture_musicologie (LIM). Parmi ses 23 livres scientifiques : I processi improvvisativi nella musica. Un approccio globale (2005) ; Esperienze di analisi del jazz (2007) ; Jelly Roll Morton, the Old Quadrille and Tiger Rag. A Historiographic Revision (2011) ; Swing e Groove. Sui fondamenti estetici delle musiche audiotattili (2014) ; Improvisation, Culture, Audiotactilité (2016) ; Introduzione alla teoria delle musiche audiotattili. Un paradigme per il mondo contemporaneo (2019) ; « Blue Etude 2 » by Enrico Intra and Enrico Pieranunzi - A Colourful European Musical Poetry (2021). Il est le créateur de la Théorie de la musique audiotactile, un modèle scientifique dont les applications didactiques sont devenues en 2008 la norme fondatrice des cours des conservatoires italiens et des institutions de haute formation musicale, et dont le cadre théorique est désormais adopté par des centaines de chercheurs dans le monde entier. En tant que guitariste et compositeur, il a été un représentant du prog-rock italien au début des années 1970, avec le groupe Pierrot Lunaire ; puis a collaboré avec de nombreux artistes de jazz américains (en particulier pendant de nombreuses années avec le clarinettiste Tony Scott) et européens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search