Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros19 : 2DossierProduction du local et circulatio...Courtiser la tradition : Rodrigo ...

Dossier
Production du local et circulations médiatiques

Courtiser la tradition : Rodrigo Cuevas et le sentiment du local dans l’Espagne contemporaine

Courting Tradition. Rodrigo Cuevas and the Articulation of Music and Place in Contemporary Spain
Silvia Martínez García et Llorián García Flórez
p. 91-101

Résumés

Issu d’une étude de terrain effectuée dans le nord de la péninsule ibérique, cet article propose une synthèse des différents modes avec lesquels les musiques populaires participent à la « production de la localité ». Nous nous appuyons sur les travaux d’Arjun Appadurai (1996), qui définissent la localité comme une « structure du sentiment », ainsi que sur les thèses d’Ana María Ochoa Gautier (2014) quant à la façon dont, sur le plan sonore, l’expression du local ne manque pas de générer des conflits dans l’auralité de la sphère publique contemporaine. Nous interrogeons la construction historique d’une identité locale, et la part active prise par la musique dans cette production. À partir de l’observation ethnographique menée, nous avons identifié trois modes distincts d’élaboration d’un caractère local par la musique, chacun apparu à un moment particulier de l’histoire récente de l’Espagne. La deuxième partie de cet article est consacrée à la démarche artistique de Rodrigo Cuevas. Cet « agitateur folklorique » autoproclamé pioche dans chacun de ces registres musicaux d’ancrage territorial d’une tradition. Nous entendons ainsi mieux comprendre comment des démarches comme celle de Cuevas et d’autres groupes aux conceptions similaires s’approprient le sentiment du local pour le subvertir, dans le cadre des musiques traditionnelles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Brève périodisation de la localité sonore en Espagne
Agitation folklorique
Hidalgo queer en madreñas
Conclusion

Aperçu du texte

La polysémie de l’adjectif « populaire » le rend particulièrement difficile à circonscrire. Dans le langage courant, lorsqu’on l’applique au domaine musical, celui-ci peut renvoyer indistinctement à certaines traditions musicales possédant un fort ancrage local, à des styles musicaux jouissant d’une grande popularité quantifiable, ou encore à des genres associés aux classes populaires, dans à une hiérarchie culturelle élitiste. Au cours de son histoire, l’ethnomusicologie a contribué à ce flou. Dès ses prémices en tant que discipline universitaire, elle a privilégié la première de ces acceptions, en se focalisant sur l’étude de répertoires et de pratiques considérés comme « traditionnels ». Son postulat premier se fondait sur la croyance que l’identité d’une communauté réside dans sa perpétuation de pratiques spécifiques du passé, dont la préservation a renforcé le lien avec une identité culturelle singulière (Pelinski, 2000). En Espagne, comme dans d’autres pays d’Europe, cette con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Martínez García et Llorián García Flórez, « Courtiser la tradition : Rodrigo Cuevas et le sentiment du local dans l’Espagne contemporaine »Volume !, 19 : 2 | 2022, 91-101.

Référence électronique

Silvia Martínez García et Llorián García Flórez, « Courtiser la tradition : Rodrigo Cuevas et le sentiment du local dans l’Espagne contemporaine »Volume ! [En ligne], 19 : 2 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2026, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/10905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.10905

Haut de page

Auteurs

Silvia Martínez García

Sílvia Martínez García est maîtresse de conférences [Senior Lecturer] et chercheuse associée [Fellow] pour le programme Serra Húnter au département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle a été chercheuse à l’institut de recherche sur la Musique populaire de l’université Humboldt de Berlin (Allemagne) et au Conseil supérieur de la recherche scientifique-CSIC (Espagne). Parmi ses publications figurent le volume Made in Spain : Studies in Popular Music (Routledge, 2013), ainsi que des contributions à des ouvrages collectifs tels que The Singer-Songwriter in Europe, dirigé par Isabelle Marc et Stuart Green (Ashgate, 2016), et Mediterranean Mosaic: Popular Music and Global Sounds, dirigé par Goffredo Plastino (Routledge, 2003). En français : « La production de genres : analyses depuis les périphéries du heavy metal », Volume ! La revue des musiques populaires, no 5-2 (2006).

Articles du même auteur

Llorián García Flórez

Llorián García Flórez est doctorant en ethnomusicologie à la Universidad de Oviedo. Intitulée Music, Tradition and Spectral Politics of Aurality in the Postfrancoist Impasse, sa thèse de doctorat se concentre sur la façon dont l’ambiguïté musicale pourrait être utilisée pour concevoir le plurivers. Il a été doctorant invité [Visiting PhD Scholar] à l’université Columbia (2016), et a contribué à l’ouvrage collectif Dance, Ideology and Power in Francoist Spain (1938-1968), édité par Beatriz Martínez del Fresno et Belén Vega Pichaco (Brepols, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search