Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros19 : 2DossierDe l’ethnographie dans les études...De l’ethnographie, à l’heure où n...

Dossier
De l’ethnographie dans les études sur la musique

De l’ethnographie, à l’heure où nous sommes « tous (ethno)musicologues »

On Ethnography, When “We Are All (Ethno)Musicologists Now”
Martin Stokes
Traduction de Armelle Chrétien
p. 133-151

Résumés

Cet article aborde la relation entre l’étude des musiques populaires et l’ethnomusicologie depuis un point de vue institutionnel et historique, avec une réflexion spécifique sur le contexte britannique où, depuis une vingtaine d’années, s’est affirmée l’hégémonie de la « nouvelle musicologie ». On évoquera également l’émergence des Sound Studies, qui embrasse des significations et une dynamique particulière au sein de ce contexte. Le statut épistémologique de l’ethnographie continue à faire l’objet de débats, révélant par la même occasion les limites de l’affirmation de Nicholas Cook selon laquelle « nous sommes tous devenus des ethnomusicologues ». Le sujet de l’ethnographie nous offre un point d’accroche intéressant dans la relation en constante évolution entre l’ethnomusicologie et les popular music studies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

2000-2020 : ethnomusicologie, PMS et nouvelle musicologie
Le(s) défi(s) des sound studies

Aperçu du texte

Cela fait longtemps que l’on parle d’abattre les frontières disciplinaires qui nous auraient jusqu’à présent empêchés d’échanger autour de notre objet d’étude commun : la musique. De fait, certains jugent ces frontières dépassées à l’heure où l’idée d’un champ de recherche musicale partagé aurait, au Royaume-Uni du moins, supplanté l’ancien conflit entre les spécialistes de musicologie historique, les ethnomusicologues, les théoriciens de la musique, les spécialistes des musiques populaires et les tenants de la « nouvelle musique ». Nicholas Cook estime ainsi que « nous sommes tous devenus des (ethno)musicologues » (Cook, 2008). Ce rapprochement a pu apparaître évident, naturel et raisonnable aux yeux de certains (dont Cook). D’autres, plus circonspects, ont néanmoins été prêts à accueillir les bénéfices stratégiques qui découlent de la solidarité au sein d’un milieu universitaire en proie aux pressions financières et politiques. Dans les paragraphes qui suivent, j’essaierai de rend...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Stokes, « De l’ethnographie, à l’heure où nous sommes « tous (ethno)musicologues » »Volume !, 19 : 2 | 2022, 133-151.

Référence électronique

Martin Stokes, « De l’ethnographie, à l’heure où nous sommes « tous (ethno)musicologues » »Volume ! [En ligne], 19 : 2 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/10941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.10941

Haut de page

Auteur

Martin Stokes

Martin Stokes est King Edward Professor of Music au King’s College London. Il a également enseigné à la Queen’s University Belfast, Chicago et Oxford. Il est membre de la British Academy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search