Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros19 : 2Hors dossierNotes de lecturePhilippe Poirrier & Lucas Le Texi...

Hors dossier
Notes de lecture

Philippe Poirrier & Lucas Le Texier, Circulations musicales transatlantiques au XXe siècle. Des Beatles au Hardcore Punk

Romain Garbaye
p. 180-183
Référence(s) :

Philippe Poirrier & Lucas Le Texier (eds.), Circulations musicales transatlantiques au XXe siècle. Des Beatles au Hardcore Punk, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2021

Texte intégral

1Cet ouvrage sera à nen pas douter dun grand intérêt pour lhistoire des musiques populaires, tant lespace atlantique a été un creuset fécond de métissages et d’échanges musicaux, fait dinfluences réciproques souvent étroitement enchevêtrées. Les deux co-directeurs, Philippe Poirrier et Lucas Le Texier, inscrivent ainsi leur travail dans « lhistoire comparée, lhistoire des transferts culturels, lhistoire transnationale voire lhistoire mondiale » (p. 6). Il sagit dune belle contribution à lhistoire croisée ainsi qu’à lhistoire de la musique, et qui intéressera donc les musicologues, ethnomusicologues et sociologues de la musique, et, plus largement, les historiens des Amériques et de lEurope.

2Circulations musicales transatlantiques au XXème siècle témoigne d’un exercice d’érudition collective considérable, constitué de pas moins de 18 chapitres précédés dune courte introduction, tous richement documentés et sensibles à lhistoricité de leur objet d’étude tout comme à la problématique des « circulations » qui donne sa cohérence à louvrage. Il serait vain de tenter ici de synthétiser lensemble de ces thèmes, tant ceux-ci sont foisonnants et renvoient à des styles musicaux très diversifiés, allant de la chanson française au harcdore punk en passant par la comédie musicale, les musiques électroniques, le reggae, le jazz, et, en particulier, divers styles de rock, abordés tantôt sous langle des pratiques musicales (comme la contribution de Florence Tamagne sur les festivals rock), du rôle des technologies et de linfluence dautres objets culturels dans la diffusion de la musique (chapitres de François Ribac sur les Beatles et le cinéma, ou de Julien Péquignot sur lhistoire de la musique vidéalisée), des représentations et des réceptions de la musique par des publics situés dans des espaces nationaux et cultures différents (chapitre de Fanny Beure sur An American in Paris, de Renée Dickason sur larrivée de musiques nouvelles sur les ondes de la BBC, chapitre dElizabeth Jacquinot sur ladaptation française dun émission télévisuelle américaine, pour ne citer que quelques exemples).

3La courte introduction des deux codirecteurs donne des clés fort utiles de lecture de lensemble : rôle des médias, caractère souvent indirect des transferts culturels, place centrale des États-Unis et des échanges musicaux anglo-américains. Elle souvre sur une longue citation dAngélique Kidjo, la célèbre chanteuse dorigine béninoise, qui présente bien le propos du livre, en évoquant à la fois linfluence de licône Cubaine de Salsa Célia Cruz lors de son adolescence africaine, mais aussi de chanteuses françaises comme Sylvie Vartan ou Dalida, puis dAretha Franklin, puis le rôle de la Jamaïque et plus tard des États-Unis dans son parcours de musicienne. Il est difficile de ne pas penser au Black Atlantic de Paul Gilroy qu’évoquent à juste titre les deux co-directeurs p. 6, mais le livre réalise une ambition plus large avec juste quatre chapitres sur dix-huit qui touchent à cette thématique (plus précisément, deux sur le jazz, un sur le reggae et un sur la « world music »). Dans son chapitre qui retrace de manière très claire et précise lhistorique complexe des échanges entre musiques antillaises et le bouillonnement (sub-)culturel des scènes rock britanniques dans les années 1960 et 1970, Jérémie Kroubo Dagnini évoque fort à propos le lien entre les notions de circularité et dinterculturalité, ce dernier concept englobant selon lui « les notions de transferts culturels, de circulation des idées, de frottements identitaires et de dialogues entre (sous-) cultures » (p. 142).  

4Le livre devrait aussi être dun intérêt particulier pour les spécialistes de lhistoire et de la civilisation américaine et britannique, parce que le nombre de chapitres consacré à cet aspect du sujet montrent bien à quel point il est difficile de surévaluer à la fois linfluence des styles et des pratiques musicales états-uniennes sur lensemble de lespace atlantique, le rôle-clé joué par un pays européen en particulier, le Royaume-Uni, et la relation entre ces deux pays, qui, dans le domaine des musiques populaires, est authentiquement « spéciale ». Cest ainsi que le rock, sous ses différentes incarnations, genres et sous-genres, fait lobjet dune attention particulière et est en fin de compte le style probablement le plus traité dans le livre, ce qui éclaire le sous-titre « des Beatles au Hardcore Punk », qui aurait pu sembler un peu décalé par rapport aux ambitions beaucoup plus vastes annoncées dans le titre et quon a évoquées plus haut.

5Le rock est aussi au cœur dun aspect particulièrement stimulant de certains chapitres qui offrent des analyses souvent très riches des relations entre musiques et autres modes dexpression artistique. Le texte de François Ribac dévoile et analyse finement la naissance de la « bande son » dans le cinéma hollywoodien dès lentre-deux guerre avec ses parties musicales habilement mêlées à divers types de bruitages (convergeant en cela avec lhistorique des relations entre images et musiques de Julien Péquignot), et son influence sur la pratique denregistrement des albums studios des Beatles à la fin de leur carrière. Les Beatles, comme tant dautres de leur génération, étaient en effet dès leur adolescence de grands amateurs de cinéma, en particulier de films sur le rock, et cest dans leurs derniers albums quils introduisent des instruments supplémentaires, des sonorités issues du monde naturel (chants doiseaux…) et autres effets sonores. Cest là loccasion de voir que la circularité anglo-américaine en matière de rock ne se limite pas à la « British Invasion » de 1964 mais a eu une dimension plus profonde sur lidée même de ce que peut être la musique populaire amplifiée et enregistrée. Le chapitre de Philippe Birgy sur la musique électronique prolonge la réflexion sur la technologie et les échanges circulaires en l’étendant aux années 1980, pour montrer comment, à nouveau dans cette période, les musiques électroniques jouent un rôle moteur dans l’évolution des goûts et des pratiques non seulement en Europe mais aussi aux USA, à tel point que Birgy parle dune seconde « British invasion ».

6Le chapitre de Gérôme Guibert montre bien linfluence qua pu avoir la littérature sur la critique rock, et donc sur les représentations écrites et discursives des styles musicaux qui contribuent puissamment à les façonner, à travers le cas du célèbre critique américain Lester Bangs.Pétri de limaginaire littéraire de William Burroughs ou dAllen Ginsberg, Bangs est fasciné par les scènes rock quil côtoie et invente une écriture sur la musique qui accouchera très précocement, dès le tout début des années 1970, du terme « punk rock ». Guibert révèle aussi le rôle de la presse musicale britannique de « passeur » du terme et de lidée même de « punk rock » vers les journalistes rock français, constituant ainsi un bon exemple de la complexité des relations transatlantiques.

7Pris dans leur ensemble, les chapitres montrent bien les différentes facettes de lincontournable influence états-unienne, que ce soit sur le Royaume-Uni, sur les musiques « noires », sur les pays européens via le Royaume-Uni, ou directement sur les pays européens. Le chapitre sur la diffusion de musiques américaines par la présence militaire américaine à Naples dans les décennies daprès-guerre montre ainsi comment, dans cette période, cette influence a pu résulter directement dune stratégie américaine délibérée qui reflétait des enjeux géopolitiques. Même au début du XXIème siècle, dans un contexte désormais bien différent et où lon peut parler de diffusion musicale « quasi-globale », comme le font Alain Mueller et Marion Schulze, linfluence états-unienne se fait encore subtilement sentir sur le rock en Europe, comme le montre avec finesse Loïc Riom dans son chapitre sur la « diffusion transatlantique de lindie rock » en Suisse.

8La richesse de louvrage est telle quelle donne aussi matière à nuancer la thèse dune toute puissance culturelle américaine, et ce depuis longtemps. Par exemple, le chapitre de Florence Tamagne montre que le festival de Woodstock, qui sest depuis longtemps imposé comme un mythe fondateur de la culture rock, a été au départ éclipsé dans les perceptions européennes par dautres festivals de la même année, par exemple celui dAmougies en Belgique. On voit là que la scène rock européenne sest constituée progressivement certes sous influence américaine, mais aussi de manière relativement autonome. On retrouve aussi le rôle particulièrement riche et complexe du Royaume-Uni, où se déroulent des festivals comme celui de l’île de Wight, dampleur comparable à ceux de Monterrey, Altamont ou Woodstock aux USA. Ces festivals européens sont loccasion de faire émerger une identité rock européenne, comme en témoigne la citation frappante dun journaliste britannique, Richard Gott, assistant en octobre 1969 à un festival de « pop et blues » en Allemagne, qui relate ressentir la « curieuse sensation d’être un Européen », tant le public allemand lui apparaît semblable aux publics britanniques (p. 215). Florence Tamagne montre en même temps que la culture du festival rock a aussi pu se diffuser en continuité avec des pratiques plus anciennes, inscrites dans des historiques nationaux comme cela a été notamment le cas en Allemagne. De la même manière, Johnny Halliday se construit en France « entre Gavroche et James Dean », comme le montre Yves Santamaria, et la langue anglaise ne simpose pas entièrement dans le rock français, et fait lobjet de divers types de jeux de réappropriation disséqués par Michaël Spanu. Le chapitre dOlivier Bourderionnet sur la francophilie dans le jazz montre bien à quel point la relation américano-européenne a pu aussi sinverser, avec lappropriation de compositions françaises dans le jazz américain. Enfin, le chapitre dAlain Mueller et Marion Schulze sur le hardcore punk théorise de manière très aboutie ce quils appellent « la tension instituante » entre « distribution quasi-globale » et « géohistoire localisée et localisante » pour restituer toute la complexité des scènes hardcore actuelles, entre localisme et diffusion mondiale, dans laquelle les origines historiques américaines du genre subsistent dans un processus de « patrimonalisation » tandis que ses incarnations contemporaines se déterritorialisent et se diffusent en réseaux « rhizomiques et pantopiques » (p. 278).

9Tout au plus pourrait-on regretter labsence dune introduction un peu plus développée qui aurait permis de mieux cerner le foisonnement de concepts utilisés et la complexité des relations non seulement de circulation, mais aussi dappropriation, dhybridation et de la dialectique entre le transnational et les scènes locales dans l’évolution des genres musicaux qui se donne à voir dans nombre de chapitres. Peut-être une structuration plus nette, avec des sous parties, aurait-elle aussi pu mieux aider le lecteur à trouver son chemin dans louvrage. Le livre est tout de même organisé de manière plutôt chronologique, les premières contributions portant surtout sur les années 1950 et 1960, et les deux derniers chapitres portant sur des périodes très contemporaines. Notons enfin que la notion de « transatlantique » doit se comprendre surtout comme « nord-atlantique », lAmérique du Sud étant très peu présente dans louvrage (sauf dans le chapitre sur la world music), et que le « XXe siècle » doit se comprendre la plupart du temps comme la période qui souvre après la seconde guerre mondiale. Lessentiel demeure que lon a affaire ici à un très bel ouvrage, dense, riche de la diversité de ses approches, des genres musicaux et des périodes historiques abordées, ainsi que de la finesse de ses analyses. Il réussit fort bien son objectif affiché d’étoffer nos connaissances sur lhistoire des échanges transatlantiques dans le champ des musiques populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Garbaye, « Philippe Poirrier & Lucas Le Texier, Circulations musicales transatlantiques au XXe siècle. Des Beatles au Hardcore Punk »Volume !, 19 : 2 | 2022, 180-183.

Référence électronique

Romain Garbaye, « Philippe Poirrier & Lucas Le Texier, Circulations musicales transatlantiques au XXe siècle. Des Beatles au Hardcore Punk »Volume ! [En ligne], 19 : 2 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/11035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.11035

Haut de page

Auteur

Romain Garbaye

Romain Garbaye est professeur de civilisation britannique à l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris. Ses centres d’intérêt actuels vont des politiques de l’immigration et de la diversité culturelle au Royaume-Uni à l’histoire du rock anglais en passant par l’impact des migrations internationales sur la musique populaire britannique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search