Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros19 : 2Hors dossierNotes de lectureGuillaume Heuguet, YouTube et les...

Hors dossier
Notes de lecture

Guillaume Heuguet, YouTube et les métamorphoses de la musique

Vincent Bullich
p. 186-189
Référence(s) :

Guillaume Heuguet, YouTube et les métamorphoses de la musique, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2021

Texte intégral

1Lambition de la recherche doctorale de Guillaume Heuguet qui a donné lieu à cet ouvrage paru aux éditions de lINA est double : il sagit à la fois d’éclairer le rôle moteur de la musique dans limmense succès de la plateforme YouTube et, en retour, de mettre en évidence les adaptations dune industrie phonographique séculaire aux conditions nouvelles de la diffusion. Cest donc un double mouvement de transformation qui est au cœur de linvestigation : les mutations dun « dispositif numérique » audiovisuel qui sajuste progressivement aux exigences de lobjet musical dune part, les stratégies nouvelles dun « monde de la musique » qui comprend rapidement les opportunités quoffre cette plateforme en contexte de « crise du disque » d’autre part.

2Si les « métamorphoses » récentes sont au cœur de l’étude, la perspective ne se borne cependant pas au hic et nunc et aux « innovations » prégnantes ; elle embrasse au contraire une histoire de la diffusion médiatique de la musique sur le temps long. Ce faisant, il sagit non seulement de mettre en relief les ruptures liées à laffirmation progressive de ce qui est devenu le premier média musical, mais également de souligner les continuités en matière dindustrialisation, de médiatisation et de marchandisation du fait musical. Cest en effet l’étude de l’évolution de ces trois processus qui permet de retracer, en filigrane, linscription de la musique dans un « capitalisme médiatique » qui na de cesse d’étendre son domaine.

3La démarche de Guillaume Heuguet construit un objet d’étude présentant trois faces saillantes. La première a trait à l’économie : ce sont ainsi les stratégies industrielles qui sont considérées afin de rendre compte de la trajectoire de YouTube comme nouvel entrant dans le marché de la musique et des déplacements corrélatifs des industries phonographiques. La deuxième se rapporte à la technique et ce sont les dispositifs (interfaces utilisateurs et interfaces de programmation, moteurs de recommandations, etc.) qui se trouvent alors au cœur de lanalyse. La troisième concerne la configuration des objets musicaux (bien quil ne soit ici nullement question dune analyse de contenu musical proprement dite). Celle-ci est autant le fait des acteurs qui sadaptent à ce (alors) nouveau mode de diffusion que produite par le truchement des différentes médiations manifestées par les dispositifs et des discours accompagnant leur mise en place. Cest là un des apports les plus importants et originaux de l’étude : lidentification et la caractérisation des formes de médiation produites par YouTube et lappréciation de leur portée afin de comprendre le devenir du fait musical dans nos sociétés contemporaines. En cela, lapproche fait immanquablement penser aux illustres travaux des précurseurs dune sociologie de la musique, Max Weber et Théodor Adorno en tête, mais présente un caractère singulier qui rend compte du rôle décisif des interventions industrielles a posteriori dans le formatage de lobjet musical.

4La question de la médiation est donc cruciale et elle est abordée par une méthode d’étude composite : outre lanalyse des stratégies dacteurs, lattention est portée à la fois au design des interfaces ainsi qu’à larchitecture du site, aux métriques et aux systèmes de prises de mesures, à la recommandation automatisée et aux logiques de « prescription douce », aux discours descorte et à leur performativité, et, finalement, aux « objets circulants » (musiques et vidéos musicales). Sémiologie et socio-économie de la communication se côtoient donc dans linvestigation et des aspects souvent considérés comme secondaires, mineurs, voire tout simplement ignorés sont ici mis en lumière. Par exemple, la « micromatérialisation » de la musique est envisagée dans sa totalité : il ne sagit pas uniquement dinsister sur la mutation des formats techniques de la musique (« la numérimorphose »), mais bel et bien dinsister sur la pluralité des outils impliqués dans la production, la diffusion et la réception de celle-ci et de rendre compte de leur opérativité propre dans les transformations quelle subit. De même, la dimension idéologique concomitante à ces transformations est particulièrement éclairée par l’étude des discours promouvant la notion, galvaudée, de « créativité » et ceux vantant les mérites des algorithmes dans la mise en visibilité des contenus auprès des publics. Cest ainsi une idéologie techniciste qui gouverne la mise en œuvre des dispositifs et qui va de pair avec les mantras, très californiens, prônant la « participation » et le « tous créatifs ». Cet assemblage constitue un ressort idéel majeur des activités des entreprises de la Silicon Valley et YouTube et a assurément été un des initiateurs. Enfin, louvrage de Guillaume Heuguet insiste sur les « verrouillages » techniques auxquels YouTube a procédé en vue dune marchandisation optimale de la musique : automatisation de la surveillance des droits de propriété intellectuelle et de linvisibilisation des vidéos contrevenantes, automatisation de la gestion des contenus et de leur « monétisation », automatisation de lappariement vidéos/contenus publicitaires en fonction des exigences des agences conseils et annonceurs. Au final, les sept chapitres de louvrage mettent en évidence, par le jeu dune anaphore, les corrélations entre lintensification de la médiatisation de la musique et lintensification du contrôle dont elle fait lobjet, entre son industrialisation sous leffet des techniques numériques et les mutations de ses normes formelles, entre son intégration à un processus marchand et « l’évacuation » de l’écoute.

5Lapproche se veut donc critique (et, en cela, entretient, une nouvelle fois, une filiation évidente avec la démarche dun Théodor Adorno). Loin de louer une hypothétique démocratisation de laccès à la musique quaurait favorisée la firme de San Bruno ou alors la possibilité donnée à tous de « se “médiatiser” soi-même » (selon le slogan de la firme), Guillaume Heuguet sattache à montrer comment YouTube a favorisé une concentration inédite de la demande mondiale autour de quelques titres, un affadissement de lauctorialité musicale, une dégradation du rapport esthétique à l’œuvre musicale, etc. Il demeure toutefois un important manque pour parachever lanalyse : l’étude des modalités de réception et des usages de la plateforme. En effet, et bien que déjà très complet, louvrage pâtit dun regard porté exclusivement sur la production et la diffusion de la musique et si lon comprend aisément à sa lecture comment « YouTube fait avec la musique » (et, en corollaire, « comment la musique fait avec YouTube »), il subsiste un point aveugle : « comment les individus font-ils avec la musique présente sur YouTube » ? Convenons, toutefois, que lintégration dune telle question, éminemment vaste, aurait drastiquement accru lampleur de la tâche de lauteur.

6Finalement, louvrage, qui répond aux exigences dune recherche doctorale, est très bien documenté, fourmille d’éléments factuels, de références à des travaux empiriques comme à des propositions théoriques à même dassoir la démonstration. Il reste tout à fait accessible au néophyte en Sciences de linformation et de la communication (la discipline de lauteur) et peut contenter quiconque sintéresse à la « machine musicale » dAlphabet. Mieux, il constitue un jalon notable dans les études concourant à la connaissance des formes contemporaines de médiatisation de la musique. À cet égard, on ne peut quappeler de nos vœux une étude française équivalente portant sur lautre (désormais) « grand média » musical : Spotify.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bullich, « Guillaume Heuguet, YouTube et les métamorphoses de la musique »Volume !, 19 : 2 | 2022, 186-189.

Référence électronique

Vincent Bullich, « Guillaume Heuguet, YouTube et les métamorphoses de la musique »Volume ! [En ligne], 19 : 2 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/11069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.11069

Haut de page

Auteur

Vincent Bullich

Vincent Bullich est maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication et responsable de l’axe « industrialisation de la culture, de l’information et de la communication » au sein du Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (Gresec – Université Grenoble Alpes). Ses recherches portent principalement sur les mutations des industries culturelles et communicationnelles en contexte numérique ainsi que sur l’économie politique de la propriété intellectuelle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search