Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros20 : 2DossierLa citationalité, la tradition et...

Dossier

La citationalité, la tradition et le problème des origines

Regard sur les veillées publiques et le « tradinationalisme » dans le Québec du début du xxe siècle
Citationality, Tradition, and the Problem of Origins: Parsing Public Veillées and “Tradinationalism” in Early Twentieth-Century Quebec
Laura Risk
Traduction de Nicolas Calvé
p. 83-107

Résumés

Au Québec, le genre « folklore » gagne en popularité au début du vingtième siècle, avec les premières veillées publiques, ou performances publiques, évoquant des rassemblements musicaux communautaires. Les veillées publiques étendent le répertoire du folklore et promeuvent le récit originel d’une musique qui aurait été apportée par les colons en Nouvelle France, où elle serait restée pratiquement intacte tout en absorbant quelqu’essence intangible du territoire. En s’appuyant sur la théorie des genres musicaux, et plus spécifiquement sur les travaux de David Brackett sur la citationalité, cet article pose les années 1919 et 1920 comme un tournant pour le folklore québécois, et les veillées publiques comme catalyseurs de ce changement. En tant que méthodologie décrivant l’émergence des catégories musicales, la citationalité permet d’analyser la tradition comme processus, tout en reconnaissant l’influence démesurée des récits d’origine dans la formation de ce processus. Cet article propose également une critique de la dichotomie entre « tradition inventée » et « tradition authentique » de Hobsbawm. L’article explore deux cadres d’analyse proposés par Mark Salber Philips, ici appelés « tradition-comme-origine » et « tradition-comme-processus ». En somme, cet article fait entrer le Québec dans les conversations académiques sur le mouvement du folklore en Amérique du nord et en Europe, et les veillées publiques dans les recherches sur la mise en scène du folklore au début et au milieu du vingtième siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Inventée ou authentique ?
La citationalité
Les « traditions populaires » et le « folklore » avant 1920
Le spectacle de folklore comme espace de jeu
Conclusion

Aperçu du texte

Le 18 mars 1919, l’élite montréalaise se presse dans la bibliothèque Saint-Sulpice pour une « Soirée des traditions populaires » organisée par la Section de Québec de la Société de folklore d’Amérique et la Société historique de Montréal. Le spectacle met en vedette des chanteurs, des violoneux, un joueur de guimbarde et un danseur traditionnels. Un des organisateurs, l’anthropologue Marius Barbeau, accueille le public en prononçant ces mots :

« Il nous manque, ce soir, trois choses qui pourraient nous rendre parfaitement heureux : une baguette de fée, un baiser d’oubli et un tapis magique. Levant la baguette de fée, nous dirions, en formule cabalistique : “Que l’horloge du temps recule d’un siècle !” et crac ! nous serions en 1819, cent ans en arrière. » (Barbeau & Massicotte, 1920 : 14)

Le « baiser d’oubli » rayerait de la mémoire des spectateurs « les soucis énervants [du] xxe siècle », poursuit Barbeau. Un « tapis merveilleux » les transporterait dans une veillée d’hiver « à la ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Risk, « La citationalité, la tradition et le problème des origines »Volume !, 20 : 2 | 2023, 83-107.

Référence électronique

Laura Risk, « La citationalité, la tradition et le problème des origines »Volume ! [En ligne], 20 : 2 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/11935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.11935

Haut de page

Auteur

Laura Risk

Laura Risk est « associate professor » de musique et de culture au département des arts, de la culture et des médias de l’université de Toronto Scarborough, avec une nomination conjointe à la faculté de musique de l’université de Toronto. Ses recherches constituent de manière proactive des archives publiques afin d’amplifier des voix minorisées. Son travail interroge également d’un point de vue critique la notion de tradition, en mettant l’accent sur l’historiographie de la musique traditionnelle au Québec. Elle est également violoniste.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search