Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros20 : 2Hors-dossierNotes de lectureDan Sicko, Techno Rebels. Les pio...

Hors-dossier
Notes de lecture

Dan Sicko, Techno Rebels. Les pionniers de la techno de Détroit

Frédéric Trottier-Pistien
p. 216-219
Référence(s) :

Dan Sicko, Techno Rebels. Les pionniers de la techno de Détroit, Paris, éditions Allia, 2019. Traduit par Cyrille Rivallan

Texte intégral

  • 1 La copie reçue en 2021 a donc pour sous-titre « Les pionniers de la techno de Détroit », comme sur (...)

1En 1999 est parue aux éditions Bilboard Books (New York), la première édition de ce livre alors intitulé Techno Rebels. The Renegades of Electronic Funk. Contrairement au titre français1, celui-ci insistait alors sur deux aspects de l’histoire de la techno de Détroit : d’un côté « rebels/renegades » marquait l’aspect militant, virulent, anti-conformiste ou encore anti-système des artistes de Détroit. De l’autre « electronic funk » donnait une couleur musicale différente à ce qu’on nomme aujourd’hui génériquement la techno. À la même période, une pléthore d’ouvrages en anglais rédigés par des journalistes-chercheurs majoritairement de Grande-Bretagne, affiliés au courant des popular music studies et des musiques électroniques étaient publiés (Collin, 1998 ; Reynolds, 1998 ; Eshun, 1999). J’ai eu l’occasion de consulter trois boîtes contenant de la documentation de l’auteur Dan Sicko (1969-2011) dans les archives de la Bentley Historical Library à Ann Arbor (États-Unis). On peut y découvrir la manière dont il a dû défendre son travail. En effet, outre des enregistrements audio, des ébauches d’articles et croquis, ainsi que des photocopies d’articles de presse, une correspondance avec son éditeur est conservée. Dans celle-ci, l’éditeur demande à Sicko de justifier la spécificité de son travail, notamment par rapport aux publications d’autres auteurs ayant un sujet connexe et de s’auto-questionner. Le travail de Sicko est d’abord historique, et plus rarement sociologique ou musicologique, inspiré par son travail journalistique à Détroit et plus de 50 entretiens. Il ouvre la voie à une réflexion sur la construction de la techno, par le truchement des artistes et la scène techno de Détroit qui continuent encore aujourd’hui d’alimenter l’imagination, les samples, l’éthique, les soirées de nombreux fans et acteurs des musiques électroniques de danse à travers le monde.

2Aujourd’hui, cette première traduction française de la seconde et dernière version de l’ouvrage paru en 2010 (Wayne State University Press) est probablement étayée par l’intérêt renouvelé et intense de ces dernières années pour les musiques électroniques de danse en France, et en Europe. Mais il s’agit pourtant bien de Détroit ici, et de l’histoire des musiques électroniques de manière moins eurocentrée. L’édition française s’attaque donc à un monument du genre, et il est à signaler quelques erreurs ou manques de rigueur : certaines photographies, reprises dans l’édition états-unienne n’ont pas de crédits, de légendes, de dates. Aussi, à la page 16, il ne s’agit pas de Juan Atkins sur la photographie mais d’Alan Oldham. Tandis que les pionniers âgés de plus de 50 ans – tout comme leurs premiers fans – voyagent encore pour nous faire danser, le dancefloor et le DJ booth ont évolué. En cela, Techno Rebels est bien plus qu’un livre discographique ou sur l’histoire de la techno. Il est une invitation à comprendre la complexité de la circulation locale et globale de la musique, ainsi que l’évolution des attitudes musiciennes et des dispositifs musicaux électroniques de la fin des années 1970 jusqu’en 2010. Enfin, cet ouvrage est tout autant une célébration musicale qu’un hymne à Détroit. Il célèbre ses artistes, mais aussi la culture vive et l’humanité d’une ville qui ont souvent été reléguées au simple cliché de ville fantomatique dangereuse.

3L’ouvrage est composé de sept chapitres qui se suivent dans une logique chronologique. Il est accompagné de l’avant-propos de Bill Brewster, autre auteur britannique spécialiste des musiques électroniques de danse (1999), résumant un enjeu central de ce livre et source de nombreux débats : « Techno Rebels de Dan Sicko a arraché l’histoire de la techno aux Européens qui l’ont pillée afin de la restituer à sa propriétaire légitime : Détroit, la Motor City » (p. 7). Bien que le sujet de l’appropriation culturelle ne soit pas discuté par Dan Sicko, le discours de certains artistes, tout comme l’analyse des relations entre Europe et États-Unis dans les derniers chapitres laissent pointer une réflexion générale encore à mener sur les relations de pouvoir avec l’Europe, aussi bien en ce qui concerne la production, l’écriture de l’histoire que l’économie de la techno.

4Le premier chapitre jongle entre des références aux années 1990 sur la création de la catégorie techno et celles du contexte fondateur de la techno de Détroit, entre racines et origines. L’auteur pointe tout d’abord l’influence des médias pour créer des tendances, et notamment la prévalence du terme électro – ou electronica en anglais – par rapport à celui de techno. L’opposition entre rock et techno est discutée, ainsi que le développement de la techno dans des villes ouvrières dites « déchues ». Tout au long de cet ouvrage, les propos sont solides, mais certains arguments manquent de finesse et laissent échapper quelques prénotions méthodologiques. Avec le panache d’une écriture journalistique, Dan Sicko explore – tout autant qu’il façonne – le mythe de la « techno de Détroit ». La fin du premier chapitre en est un exemple. Il fige l’existence originelle de cette techno de Détroit par des références primaires à des artistes tels que Kraftwerk, Afrika Bambaataa, Parliament Funkadelic, ou encore au livre La Troisième Vague (1998), à la manière d’une histoire des circulations, plutôt que de partir de l’analyse de ces références au sein même de l’environnement de cette scène.

5Le deuxième chapitre enquête sur « la préhistoire de la techno de Detroit (1978-1983) ». De jeunes lycéens investissent la ville et dynamisent la vie musicale, culturelle et nocturne. Différents lieux et différentes figures centrales, comme celles des promoteurs de soirées ou encore le DJ radio Electrifying Mojo, sont représentatifs du développement sonore et spatial de la techno. Dan Sicko pointe les enjeux de la vie culturelle et sociale à Detroit au début des années 1980 qui ont modelé la vie des artistes : entre une jeunesse noire de classe moyenne et supérieure des quartiers Nord-Ouest et une jeunesse noire pauvre des quartiers Est, organisant chacune ses soirées dans lesquelles les codes vestimentaires varient. Si des groupes sociaux se mélangent et partagent une énergie – y compris en la présence de quelques blancs ou quelques punks – les violences policières, de gangs par le trafic de drogues, ont parfois été le triste point commun de ces rassemblements.

6Dans ce bouillonnement, certains artistes ont commencé à intervenir en tant que musiciens et DJ, puis à créer leurs propres morceaux, et c’est justement sur ce dernier élément que le troisième chapitre s’attarde. Dan Sicko détaille de manière riche la vie à la fois professionnelle et parfois privée de figures considérées comme majeures : Juan Atkins, Kevin Saunderson et Derrick May, aussi nommés « les Belleville Three ». Cours de musique au lycée, inspirations musicales de leurs parents, de leur église ou de leurs amis, déplacements à Chicago ou à New York dans des sphères artistiques, marquent la construction progressive de morceaux qui vont constituer les fondements de la techno de Détroit. D’autres artistes mais aussi labels sont progressivement ajoutés à cette histoire : Jeff Mills, Transmat, Metroplex, etc. Bien que cette version de l’histoire de la techno fait de ces artistes des figures prépondérantes, tant par leur présence, leur esthétique particulière, ainsi que leurs ventes et leur statut à l’international, la techno de Détroit s’est aussi faite d’autres très nombreuses figures connues ou non.

7Les chapitres 4 et 5 embrayent alors sur la fin des années 1980 et la décennie 1990. L’année 1989 marque un tournant, car la sortie de la compilation Techno ! A New Dance Sound From Detroit va à la fois entériner le terme techno, consacrer des artistes de Detroit comme pionniers, mais aussi créer des tensions : artistes mal payés, échanges musclés et difficiles avec le label, désaccords sur les artistes à figurer sur la compilation. Produite par Neil Rushton pour le label londonien 10Records appartenant à Virgin, cette compilation va à la fois avoir pour conséquence de diffuser largement leur musique en tant que scène/ville, et va conduire la plupart des artistes à développer leur indépendance. En effet, si l’histoire n’est pas totalement transparente et complète, il faut retenir que les artistes couperont définitivement les ponts avec l’industrie musicale sous sa forme « major ». La transition vers la décennie 1990 est aussi décrite, et marque notamment la découverte par les artistes de Detroit du mouvement rave. Dan Sicko explique alors comment la scène artistique techno et ses variations en Europe, et plus particulièrement en Angleterre, va se reconfigurer : nouveaux artistes, rencontres, échanges et tensions. L’auteur analyse aussi la manière dont les styles de musiques électroniques de danse et les productions vont se diversifier, tout autant que se mélanger. Détroit et ses artistes vivent de plein fouet ces interactions et chamboulements. Richie Hawtin, jeune DJ et producteur d’origine anglaise et canadienne, va par exemple développer le label Plus 8 largement critiqué par des DJ de Détroit, tandis que le label et collectif Underground Resistance (Jeff Mills et Mike Banks notamment) définit une éthique et une esthétique militante et underground, ce dans une certaine confrontation avec l’internationalisation de la techno. Cette période voit aussi l’essor international de membres de cette scène à Détroits.

8Le sixième chapitre revient sur ce qui est nommé la « Detroit-Berlin connexion », le tourisme techno, mais aussi le développement à partir de 2000 du premier festival de musiques électroniques de danse à Detroit, nommé actuellement Movement. Le chapitre suivant définit pour sa part le futur de la techno. Un futur imaginé en 2010. Dan Sicko, qui décédera en 2011 à l’âge de 42 ans des suites d’un mélanome de l’œil, termine son ouvrage en détissant de nombreuses mailles d’une culture musicale moderne et de nouvelles ramifications sonores plus ou moins liées à la techno de Détroit. Si cette ville reste un point commun, le panel d’artistes représente une multitude d’orientations musiciennes et musicales vacillant entre vocation entrepreneuriale et ethos underground, fascination technologique et rapprochement avec l’instrumentation acoustique ou l’orchestration symphonique, ou bien encore accointance forte avec le jazz.

9Encore très peu connu du public européen, le livre de Dan Sicko est sans nul doute une référence-clef de l’histoire des musiques électroniques. À ceci près, qu’on puisse s’étonner que certains enjeux abordés – l’Amérique racialisée (Détroit, ville noire et ses banlieues blanches et riches), la place des Africains-Américains dans la création musicale, l’hégémonie européenne, la configuration locale de la scène dans les années 1990-2010 – ne soient pas plus creusés. Sans oublier : où sont les femmes-artistes de Détroit et d’Europe qui forment elles aussi la communauté techno ?

Haut de page

Bibliographie

Brewster Bill & Broughton Franck (2017), Last Night a DJ Saved My Life. Un siècle de musique aux platines, Paris, Castor Music.

Collin Matthew (1998), Altered States: The Story of Exctasy Culture and Acid House, Londres, Serpent’s tail.

Eshun Kodwo (1999), More Brilliant than the Sun: Adventures in Sonic Fiction, Londres, Quartet Books.

Reynolds Simon (1998), Generation Ecstasy: Into the World of Techno and Rave Culture, Boston, Little Brown.

Toffler Alvin (1998), La 3ème Vague, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 La copie reçue en 2021 a donc pour sous-titre « Les pionniers de la techno de Détroit », comme sur le site d’Allia consulté en juillet 2023, mais certains sites de vente affichent une image de la première de couverture avec le sous-titre « Les renégats de la funk électronique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Trottier-Pistien, « Dan Sicko, Techno Rebels. Les pionniers de la techno de Détroit »Volume !, 20 : 2 | 2023, 216-219.

Référence électronique

Frédéric Trottier-Pistien, « Dan Sicko, Techno Rebels. Les pionniers de la techno de Détroit »Volume ! [En ligne], 20 : 2 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/12040 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.12040

Haut de page

Auteur

Frédéric Trottier-Pistien

Frédéric Trottier-Pistien est docteur de l’EHESS en histoire, musiques et sociétés. Son travail de thèse a porté sur une étude de la techno à Détroit, via une ethnographie des clubs et de festivals et une enquête auprès de divers jeunes membres de la scène techno qui l’ont amené à analyser la vie à Detroit, le travail artistique, le rapport Ville/Musique, et le réseau professionnel de divers musicien·ne·s et membres des mondes de la techno. Il a rédigé plusieurs articles à ce sujet : Ethnomusicology Review, 2017 ; Terrains Ethnographiques Nord-Américains, 2022. Il est actuellement postdoctorant pour le projet ANR MusiCovid (CNRS – Cerlis).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search