Skip to navigation – Site map
Pas de futur mais un corps

Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016)

The Punk Body, From Transgression to Innovation (1976-2016)
Philippe Liotard
p. 123-139

Abstracts

The emergence of punk music during the 1970s generated a lifestyle and a culture. The issue of this paper is to examine the punk body within its transgressive dimension. In the beginning, the punk body was seen as a self-destructed body, under the influence of drugs or alcohol. Yet the punk body cannot be reduced to the imitation of a stereotypical appearance or to self-destruction. It is also a creative body. This inventiveness has continued moving towards new ways of staging, reinventing tattooing, piercing, and, gradually, other innovative “bodmod” techniques.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Faire une histoire du corps punk
Le moment punk : rupture en forme de transgression
Fuck you style : Innovation vestimentaire et expression réfractaire
La crête : un art de faire
Le corps sali
La diffusion de la culture et figure du punk
Conclusion : vers les bodmods

Text / first lines

« Body! I'm not an animal
Body! I'm not an animal 
»
Sex Pistols, « 
Body »

« Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien »
Noir désir, « Tostaky »

Faire une histoire du corps punk

L’histoire du corps punk reste à faire. La belle synthèse sur l’histoire du corps d’Alain Corbin, Georges Vigarello et Jean-Jacques Courtine se termine par un chapitre intitulé « Le Regard et les spectacles » (Corbin, Courtine, Vigarello : 2006). Or l’histoire du corps punk est à la fois l’histoire du regard qui a été porté sur ce corps qui émerge d’une jeunesse insolente et l’histoire de sa mise en spectacle. Le corps punk vient du spectacle, et notamment du spectacle rock, auquel il fournit une énergie nouvelle. Il est aussi un corps spectaculaire qui a bousculé les codes de l’apparence et ouvert aux possibles du corps modifié selon une logique du bricolage (Liotard, 2001, 2003) et de l’auto-réalisation (le DIY, « Do It Yourself »), un corps exposé et dont l’exposition suscite des réactions de rejet, voire de viole...

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Liotard, « Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016) », Volume !, 13 : 1 | 2016, 123-139.

Electronic reference

Philippe Liotard, « Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016) », Volume ! [Online], 13 : 1 | 2016, Online since 25 November 2019, connection on 18 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5032 ; DOI : 10.4000/volume.5032

Top of page

About the author

Philippe Liotard

Philippe Liotard est anthropologue. Maître de conférences à l’Université Lyon 1, il a soutenu une habilitation à diriger des recherches sur le thème des corps en chantier. Ses travaux portent sur les liens entre corps, culture et éducation. Il participe depuis leur lancement aux séminaires du projet PIND (Punk is Not Dead). Il vient de lancer la revue L’INqualifiable.

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page