Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Musique en Suisse sous le regard des sciences sociales »

Colloque à l’université de Lausanne, le 17 juin 2016
“Music in Switzerland & Social Sciences” Conference
Nuné Nikoghosyan
p. 194-196

Texte intégral

1La Suisse témoigne d’une richesse musicale exceptionnelle, mais aussi d’une lacune de travaux en sciences sociales qui en rendent compte. Voici le point de départ de cette journée, organisée par Marc Perrenoud (université de Lausanne) et Loïc Riom (université de Genève), qui rassemblait des spécialistes des sciences sociales dont le travail tourne autour de la musique en Suisse. Les communications traitaient de divers styles musicaux et mobilisaient de nombreuses perspectives théoriques et méthodologiques, comme nous le verrons ci-dessous.

2Christian Steulet de la Haute école des arts de Berne a lancé la journée avec une intervention sur les trois étapes de développement en matière musicale durant la période 1950-1970 en Suisse. Les Nuits de Jazz voient le jour durant les années 1950 à l’initiative des cercles privés, plutôt élitistes. Vient ensuite le programme nommé « Superpop » à Montreux (1969-1974), avec lequel se développent les mouvements beat et free jazz qui, à leur tour, mènent à l’éventuelle reconnaissance de l’adolescence et de la musique pop.

3La perspective historique a été prolongée par le travail de Pierre Raboud de l’Université de Lausanne sur l’avènement des musiques jeunes en Suisse (1960-1980). Dans le contexte politique conservateur de l’après-guerre, les jeunes de plus en plus indépendants et possédant un pouvoir d’achat croissant peinent à trouver des endroits où pratiquer des musiques naissantes comme le rock. Des initiatives musicales autogérées apparaissent graduellement – dont certaines développeront une grande notoriété, comme le festival Paléo – jusqu’à ce que les autorités reconnaissent, aux alentours de 1980, la musique pop comme étant de la « culture ».

4Les deux interventions suivantes s’inscrivaient davantage dans une perspective de sociologie du travail musical. Nuné Nikoghosyan de l’Université de Genève a présenté son travail sur le phénomène contemporain des tribute bands en Suisse, avec un accent mis sur les ambivalences de ce monde de l’art. D’un côté, toutes les parties (musiciens des tribute bands, programmateurs, publics et artistes originaux repris) peuvent en tirer des avantages. De l’autre, ce phénomène reste secondaire par rapport à la création d’œuvres propres, selon les acteurs de ce milieu, ce qui donne lieu à des réticences et ambivalences dans les pratiques.

5Pierre Bataille et Marc Perrenoud de l’Université de Lausanne ont ensuite exposé l’enquête Musicians LIVES qui se base sur la méthode du calendrier de vie, à partir d’un échantillonnage par réseau, pour étudier les musiciens ordinaires en Suisse romande. Les résultats dressent un portrait polyvalent quant au genre musical pratiqué, mais soulignent également un milieu très masculin (à 80 %) où le métier se stabilise après l’âge de 25 ans. Nous y trouvons trois types de pratique du métier : le musicien-créateur (dont le revenu principal vient de ses compositions), le musicien-artisan (pour qui les cachets de concerts forment la base du revenu) et le musicien-enseignant (qui s’appuie financièrement sur ses cours donnés).

6Par la suite, Sandro Cattacin et Irene Pellegrini de l’Université de Genève ont proposé une analyse de la musique italienne en Suisse dans une perspective de la sociologie des migrations. Si l’opéra et la musique classique s’associent très étroitement avec la culture italienne, la musique de ce pays s’est aussi beaucoup exportée récemment sous forme de rock et de pop. En Suisse, les immigrés italiens accentuaient, dans les chansons, la thématique du mal du pays et ont mis en place en 1957 le Festival di Zurigo de la chanson italienne. À présent, la migration figure moins dans les chansons qui mixent des genres et sont moins localisées.

7Luca Preite de l’Université de Bâle a, lui, continué sur ces traces en présentant le cas de l’artiste de hip-hop Baba Uslender en Suisse alémanique. Avec un jeu de mots dans son nom (« Auslender » signifiant « étranger » en allemand), il s’agit d’un artiste immigré de 2e génération qui s’adresse à un public large et connaît un succès important, surtout considérant la dimension indépendante de sa production. En effet, son œuvre est ambivalente et se situe entre l’ethno-comédie et le gangsta rap – un humour ambigu que craignent les producteurs musicaux.

8Enfin, Miriam Odoni et Loïc Riom de l’Université de Genève ont clôturé la journée avec une étude de cas des pratiques culturelles des publics de la salle de concert Victoria Hall à Genève, dont la programmation s’oriente vers un style plutôt classique. Leur enquête par questionnaire s’est intéressée, entre autres, à la fréquentation d’autres institutions culturelles de ces publics. Une analyse de réseaux permet de distinguer trois factions de publics entre deux pôles : d’une part, un public avec une orientation artistique « classique » et, d’autre part, un public avec un goût éclectique où le classique côtoie beaucoup d’autres genres.

9En fin de compte, cette journée stimulante a donné lieu à des débats critiques et enrichissants, tout en confirmant son point de départ sur le besoin d’études et de rencontres scientifiques sur les musiques en Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nuné Nikoghosyan, « « Musique en Suisse sous le regard des sciences sociales » », Volume !, 14 : 1 | 2017, 194-196.

Référence électronique

Nuné Nikoghosyan, « « Musique en Suisse sous le regard des sciences sociales » », Volume ! [En ligne], 14 : 1 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5486

Haut de page

Auteur

Nuné Nikoghosyan

Nuné Nikoghosyan est doctorante à l’Institut de recherches sociologiques (université de Genève) et membre associé au Laboratoire capitalisme, culture et sociétés (université de Lausanne). Ses intérêts de recherche s’inscrivent prin- cipalement dans le domaine de la sociologie des arts et de la culture. Sa thèse porte sur le monde de l’art des tribute bands sur la scène musicale contemporaine. Elle est également rédactrice-en-chef du carnet scientifique musicalist.hypotheses.org.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page