Navigation – Plan du site
Histoire et industries

Le scopitone est-il un ancêtre du clip ?

Are Scopitones the Ancestors of Music Videos?
Audrey Orillard
p. 41-54

Résumés

Peut-on comparer vidéoclips et scopitones, pour en faire les lointains parents d’un même genre audiovisuel ? C’est ce que pensent les producteurs de télévision dès les années 1980, en plaçant les scopitones – ces chansons filmées des années 1960 diffusées sur des juke-box à écran dans les cafés – comme ancêtres du clip, qui déferle alors sur le petit écran. Inscrite dans une perspective d’histoire des techniques, l’étude des conditions de production et de diffusion des scopitones permet de questionner la construction de la généalogie scopitone-clip et notamment de mettre au jour l’évolution significative de la place de la chanson filmée dans les pratiques commerciales de l’industrie musicale. Chemin faisant, l’histoire de la production audiovisuelle musicale permet d’ancrer le clip dans une histoire plus vaste des cultures populaires du xxe siècle, à la croisée du cinéma et de la télévision.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

À l’origine des chansons filmées : les télé-box
Un « juke-box à images »
Chanson filmée et labels, une rencontre manquée
Le scopitone, média yéyé ?
Les scopitones, les « clips » des années 1960 ?

Aperçu du début du texte

Historiens et sociologues des techniques ont bien montré l’aporie que constitue la recherche d’un ancêtre unique à une invention ou une innovation technologique (Flichy, 1991) – et, partant, l’apparente vacuité de la question telle qu’elle est formulée dans le titre de cet article. Balayer cette interrogation – le scopitone est-il un ancêtre du clip ? – d’un revers de la main priverait pourtant l’historien du culturel d’un accès privilégié aux réflexions des acteurs qu’il étudie, car c’est bien sous cette forme que la question a été posée par les contemporains du vidéoclip, depuis l’apparition de ce « nouvel » objet médiatique sur les écrans de télévision. En 2005 et en 2006, encore, deux documentaires tissent la métaphore généalogique pour expliciter les liens, censés être évidents, entre les vidéoclips, tels que nous les connaissons depuis les années 1980, et deux catalogues de chansons filmées tournées dans les années 1960 pour des télé-box, ces juke-box à images installés dans l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Orillard, « Le scopitone est-il un ancêtre du clip ? », Volume !, 14 : 2 | 2018, 41-54.

Référence électronique

Audrey Orillard, « Le scopitone est-il un ancêtre du clip ? », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5544 ; DOI : 10.4000/volume.5544

Haut de page

Auteur

Audrey Orillard

Audrey Orillard est membre associée du Centre d’histoire du xixe siècle/équipe Images, sociétés, représentations (Isor), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2014 une thèse sous la direction de Myriam Tsikounas, Scopitone. Histoire culturelle du télé-box et de la chanson filmée yéyé (1959-2010). Dernière publication : « Les yéyés, une seconde jeunesse : les sixties françaises revues par la télévision », Le Temps des médias, 27, 2016, p. 59-74.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page