Navigation – Plan du site
Histoire et industries

L’œuvre débordante de Beyoncé ; ou l’histoire et l’avenir du clip musical

Beyoncé’s Overwhelming Opus; or, the Past and Future of Music Video
Carol Vernallis
Traduction de Dario Rudy
p. 55-82

Résumés

Cet article a pour objectif général de montrer comment analyser des clips musicaux. En m’intéressant à plusieurs vidéos de Beyoncé ainsi qu’à d’autres exemples issus de l’histoire du clip, je montrerai comment Beyoncé en est venue à incarner une figure charnière de cette histoire : celle qui est parvenue à nouer innovation formelle et préservation du passé de cette forme. Je proposerai une définition opératoire de ce genre avant d’évoquer les influences technologiques et socioéconomiques à l’œuvre dans le clip musical. Je mettrai en lumière les spécificités de ce genre ainsi que les évolutions des relations entre image et son. J’interrogerai la manière dont on peut se saisir de la technologie, de la plateforme et du style musical.

Haut de page

Notes de la rédaction

La version originale de cet article a été publiée dans la revue Film Criticism (vol. 41, no 1) en février 2017.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le statut liminaire du clip musical
L’histoire du clip rembobinée et accélérée
Détour : la place du clip dans l’histoire des médias
« Blow » (quatrième morceau)
« Pretty Hurts » (premier morceau)
« Jealous » (septième morceau)
Haunted (troisième morceau)
« Flawless » (treizième morceau)
Subjectivités nouvelles, économies postfordistes et l’album Beyoncé de Beyoncé
Lemonade de Beyoncé

Aperçu du début du texte

Pourquoi devrait-on s’intéresser aux clips musicaux ? J’y vois quatre raisons. La première est la centralité culturelle de cette forme aujourd’hui. Il s’agit de l’une des formes les plus populaires d’images en mouvement. « Gangnam Style » le tube de PSY a engrangé 2 milliards de vues, et « Baby » de Justin Bieber, 1 milliard, chiffres qui confinent au sublime mathématique. Il s’agit également du contenu le plus vu sur YouTube. Des études montrent que les clips sont le mode de consommation le plus répandu des musiques populaires, davantage que les CD, la radio, iTunes ou les blogs (Michaels, 2012). Deuxièmement, l’esthétique des clips s’est répandue à presque toutes les formes audiovisuelles : des films comme Transformers ou Hunger Games jusqu’à Bollywood, et aux séries télévisées comme Games of Thrones. Troisièmement, il s’agit d’un genre qui possède ses propres conventions, ses manières à soi de créer un récit, de provoquer des émotions, de mettre en scène interprètes, décors et ac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carol Vernallis, « L’œuvre débordante de Beyoncé ; ou l’histoire et l’avenir du clip musical », Volume !, 14 : 2 | 2018, 55-82.

Référence électronique

Carol Vernallis, « L’œuvre débordante de Beyoncé ; ou l’histoire et l’avenir du clip musical », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5570 ; DOI : 10.4000/volume.5570

Haut de page

Auteur

Carol Vernallis

Carol Vernallis enseigne à l’université de Stanford. Elle a notamment publié les ouvrages Experiencing Music Video : Aesthetics and Cultural Context (Columbia University Press), Unruly Media: YouTube, Music Video, and the New Digital Cinema (Oxford University Press). Elle a également codirigé pour les presses d’Oxford deux ouvrages d’introduction aux esthétiques audiovisuelles contemporaines. Elle travaille actuellement à une monographie intitulée Musical Spectacles in the Digital Age, ainsi que sur un volume collectif intitulé Transmedia Directors : Sound, Image, and the Digital Swirl.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page