Navigation – Plan du site
Epistémologie et esthétique

« L’homme au bouquet de fleurs » de Maxime Le Forestier : le clip comme approfondissement de la chanson

Maxime Le Forestier’s “L’homme au bouquet de fleurs”: the Music Video as an Extension of the Song
Jérôme Rossi
p. 125-136

Résumés

En s’octroyant les services d’un acteur emblématique du cinéma français – Daniel Auteuil –, le chanteur Maxime Le Forestier, filmé par Jean Sacuto, a cherché à mettre en scène dans le clip de sa chanson « L’homme au bouquet de fleurs » le dispositif d’observation – nous parlerions même plus volontiers de filature – auquel se livre l’artiste quand il prend son inspiration dans l’homme de la rue : « Où va donc cet humain qui porte un bouquet d’fleurs ? » Mais au-delà de l’intrigue, ce sont les procédés issus du cinéma comme ceux plus spécifiques au clip qui retiennent ici notre attention : en brouillant les frontières entre la réalité et la fiction, ils proposent un approfondissement de la chanson, qui devient une réflexion sur l’acte créateur lui-même.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Dispositif
Structure poético-musicale
Un « clip d’auteur » ?
Un acteur emblématique
Un lieu : Venise
Montage
Héritages cinématographiques
Regard caméra
Jeu avec les sons in : « effet cinéma »
Une grammaire cinématographique « mise à nu »
Spécificités du clip
Plans penchés
Asynchronies entre le visuel et le texte
Effet de distorsion de type morphing
Jeux autour du lip-sync
Distanciation par jump cuts
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis les années 1980, plusieurs typologies des clips ont été proposées. Le Québécois Yves Picard distinguait trois types de clips (Picard, 1987) :

  1. l’enregistrement, sur scène ou en studio du chanteur ou du groupe ;

  2. l’élaboration d’un récit imagé inspiré, plus ou moins librement, par le texte de la chanson ;

  3. la visualisation du rythme de la chanson, ou la création d’un rythme visuel s'inscrivant en contrepoint par rapport à la musique.

Dans une étude antérieure, Marsha Kinder (Kinder, 1984) avait montré que ces trois éléments – image des interprètes à l’écran, illustration de l’histoire racontée par les paroles de la chanson et visuels entretenant des rapports plus ou moins éloignés avec celle-ci – pouvaient coexister au sein d’un même clip dans le cadre d’une dream-like narrative structure.

Goodwin a caractérisé trois types de rapports – « illustration », « amplification » et « disjonction » (Goodwin, 1993) – pouvant exister entre les images du clip et les composantes de la chanson – ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Rossi, « « L’homme au bouquet de fleurs » de Maxime Le Forestier : le clip comme approfondissement de la chanson », Volume !, 14 : 2 | 2018, 125-136.

Référence électronique

Jérôme Rossi, « « L’homme au bouquet de fleurs » de Maxime Le Forestier : le clip comme approfondissement de la chanson », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5575 ; DOI : 10.4000/volume.5575

Haut de page

Auteur

Jérôme Rossi

Jérôme Rossi est maître de conférences à l’université de Nantes, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles consacrés à la musique post-romantique - analyse musicale et esthétique - et aux musiques de films et de séries télévisées. Son activité de compositeur l’a également amené à écrire de la musique de films : il a signé les partitions de nombreux courts-métrages et d’une trentaine de documentaires pour la plupart des chaînes télévisées françaises.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page