Navigation – Plan du site
Imaginaires culturels et politiques

Les clips de musique régionale indienne, dreamcatchers d’une économie de l’attention

Indian Regional Music Videos as Dreamcatchers in the Attention Economy
Florence Nowak
p. 161-173

Résumés

L’industrie musicale du Garhwal (Inde du Nord) produit des clips de variété en dialecte régional qui circulent en partie sur Internet. Ces vidéos apparaissent comme le support d’une écoute engagée : elles fédèrent les auditeurs de différents milieux géographiques et socioprofessionnels, dont les échanges autour de la musique nourrissent des liens interpersonnels et des débats esthétiques ou éthiques. Les clips sont diffusés sur des sites de streaming comme YouTube, mais aussi sur des sites informatifs dédiés au Garhwal et enfin sur des pages personnelles et des blogs, où l’on remarque que les auditeurs expatriés sont particulièrement attachés à l’évaluation culturelle et politique des clips régionaux. Cette écoute chargée émotionnellement et idéologiquement porte différents enjeux pour les distributeurs et les créateurs : si tous les acteurs trouvent une gratification dans la capacité des clips à concentrer l’attention, leurs moyens (notamment légaux) de valorisation de cette attention sont très inégaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Dans le clip, une jeune fille est filmée dans les alpages de l’Himalaya central. Bijou au nez, chapeau de laine posé sur une perruque tressée, maquillée et habillée d’une jupe à volants, elle esquisse un pas sur deux dans le style chorégraphique de Bollywood et danse la ronde (jhumeilo) avec des villageois. Elle entraîne ensuite la caméra dans une forêt de cèdres, où un jeune homme en jean surgit d’un bosquet pour lui jurer un amour éternel dans le dialecte local avec une voix traitée au vocoder. Le clip est sur YouTube depuis trois ans, et ses vues n’ont pas cessé d’augmenter. Doucement mais sûrement, cette chanson a creusé sa place dans la liste des résultats pour la recherche des mots-clés « Garhwali music » et « gaḍhvālī gīt » – littéralement la musique du Garhwal, une région du nord de l’Inde qui fait partie de l’état d’Uttarakhand. Impossible de mesurer, en revanche, l’audience de sa version audio mp3 sur les sites de téléchargement, où elle figure en partie sous un titre anon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Nowak, « Les clips de musique régionale indienne, dreamcatchers d’une économie de l’attention », Volume !, 14 : 2 | 2018, 161-173.

Référence électronique

Florence Nowak, « Les clips de musique régionale indienne, dreamcatchers d’une économie de l’attention », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5578 ; DOI : 10.4000/volume.5578

Haut de page

Auteur

Florence Nowak

Florence Nowak est actuellement musicienne et chargée d’actions culturelles au Festival d’Aix. Elle a écrit une thèse à l’EHESS intitulée « Regional Music Goes Digital : the Challenges of the Garhwali Music Industry (North India) » sous la direction de Catherine Servan-Schreiber. L’objet de la thèse était de considérer l’industrie musicale garhwalie comme un terrain anthropologique, et d’évaluer les dynamiques de cette production locale de niche depuis la numérisation et la mise en ligne massives du répertoire dans les années 2000. Cette analyse a permis de mettre en question le fossé entre « folk » et « popular music », ainsi que l’idée d’une tradition artisanale qui serait menacée par une modernité mondialisée incarnée par les nouvelles technologies. Une partie de cette étude est publiée dans les revues First Monday et DESI.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page