Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gina Arnold, Daniel Cookney, Kirsty Fairclough & Michael Goddard (eds.), Music/Video: Histories, Aesthetics, Media

Marie Vicet
p. 231-233
Référence(s) :

Arnold, Daniel Cookney, Kirsty Fairclough & Michael Goddard (eds.), Music/Video: Histories, Aesthetics, Media, New York, Bloomsbury Academic, 2017

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Music/Video : Histories, Aesthetics, Media, réalisé sous la direction des chercheurs Gina Arnold, Daniel Cookney, Kirsty Fairclough et Michael Goddard se présente en quatre grandes sections thématiques et comporte au total dix-sept chapitres. L’ambition clairement énoncée par les éditeurs n’est pas de produire une histoire exhaustive du clip vidéo. Plusieurs histoires du clip ont d’ailleurs déjà été écrites. On pense notamment à l’ouvrage d’Andrew Goodwin, Dancing in the Distraction Factory ou plus récemment à celui de Saul Austerlitz, Money for Nothing : A History of the Music Video, from the Beatles to the White Stripes ou à celui de Craig Marks et Rob Tannenbaum, I Want My MTV  : The Uncensored Story of the Music Video Revolution. Pour ces trois ouvrages, le clip vidéo est indissociable de son premier milieu de production, la télévision musicale et en particulier la chaîne MTV. Au contraire, le parti-pris de Music/Video : Histories, Aesthetics, Media est d’étudier le clip en tant que forme audiovisuelle à part entière et de l’inscrire dans une histoire des médias. Ainsi, à la place de dresser une étude chronologique et continue du clip, les différents essais que comporte l’ouvrage traitent chacun d’une question très spécifique mais s’inscrivant dans une des problématiques actuellement discutées dans le champ d’étude du clip vidéo.

2Si la première partie de l’ouvrage titrée « Music Video Histories in, outside, and beyond MTV » aborde davantage la production d’artistes datant des années 1980 et donc liée à l’histoire de MTV (voir Greg de Cuir Jr. : 53-65 ; Julie Lobalzo Wright : 67-78 ; Andrew Burke : 79-90) que le reste de l’ouvrage, celle-ci veut inscrire le clip au sens élargi dans son histoire culturelle. Ainsi comme le montre le chercheur Sunil Manghani (21-40), le clip est devenu un produit culturel à part entière, que s’est approprié la jeune génération en créant ce qu’il appelle des « Internet videos », des vidéos créées et diffusées sur YouTube pour une communauté.

  • 1 On peut citer Lisa Lewis (1990) qui traite de la représentation faible et sexiste des artistes fémi (...)

3La deuxième section de l’ouvrage intitulée « Gender, Embodiment, and Sexual Representation » regroupe quatre essais discutant des questions et des représentations de genre dans les clips vidéo de différents artistes avec des approches diverses. Si peu d’ouvrages ont été consacrés, à notre connaissance, aux questions de genre ou de représentations dans le clip vidéo1, ces questions demeurent pourtant centrales, tant la représentation du chanteur ou de la chanteuse peut être porteuse de sens dans le champ du clip. Le premier essai de la section (97-108) est le seul portant sur une représentation de la masculinité. L’auteur choisit un angle original en étudiant ce qu’il nomme la « British Yacht Pop » et démontre à travers différents clips de Duran Duran et de George Michael comment le yacht a remplacé la maison de campagne en tant que signifiant culturel et attribut de la rock star masculine britannique au début des années 1980. Les trois essais suivants traitent chacun de la représentation d’une artiste féminine et de la construction de son image, respectivement des chanteuses Björk (109-119), FKA twigs (121-131) et Nicki Minaj (133-139), à travers un ou plusieurs de leurs clips vidéo.

4Les transformations du clip à l’ère digitale sont au cœur des essais de la dernière section de l’ouvrage. Si Gina Arnold évoque le phénomène du clip viral à l’ère de l’Internet haut-débit et du village planétaire de Marshall McLuhan (245-254) et Daniel Cookney traite de la question du statut de la vidéo non-officielle et de l’utilisation de la plateforme vimeo (255-267), il manque à notre sens des études spécifiques portant sur les nouvelles possibilités de création et de diffusion dans le champ du clip grâce au numérique. On peut notamment penser à la multiplication des clips tournés à 360 degrés et visionnables grâce à des casques de réalité virtuelle ou sans casque sur YouTube en naviguant dans l’image.

5Néanmoins, par la diversification des points de vue, des sujets et des genres musicaux abordés, l’ouvrage Music/Video : Histories, Aesthetics, Media répond à l’ambition qu’il s’était fixé en démontrant la place importante que joue le clip vidéo dans le champ encore émergent des études audiovisuelles. Il se place dans la lignée des ouvrages collectifs Medium Cool : Music Videos from Soundies to Cellphones et Rewind, Play, Fast Forward : The Past, Present and Future of the Music Video tout en s’en tenant exclusivement au clip vidéo comme objet d’étude. Sa qualité principale est d’exposer des angles d’étude peu documentés (voir entre autres Sarie Mairs Slee : 147-161 ou Jaap Kooijman : 231-243), avec une palette large allant du clip commercial des pop stars d’hier et d’aujourd’hui, de Duran Duran et Bowie à Nicki Minaj (voir Julie Lobalzo Wright : 67-78 ; Benjamin Halligan : 97-108 ; Fabrício Silveira : 133-139), aux productions « d’auteurs » (voir Dean Lockwood : 195-207), aux vidéos plus expérimentales et artistiques (voir Michael Goddard : 163-180), jusqu’aux productions amateurs de fans diffusées sur Internet. Certains auteurs permettent également d’interroger la définition du clip vidéo en l’utilisant dans son acception la plus large (voir Sunil Manghani : 21-40 ; Michael Saffle : 41-52). L’introduction générale inscrit l’ouvrage dans l’histoire du clip vidéo et le replace également par rapport aux différents angles d’analyse adoptés par les chercheurs antérieurement mais également aujourd’hui. Alors que les introductions de chaque section se concentrent sur les différents essais abordés par la suite, les axes du livre font l’objet d’un questionnement plus général, desserrant la focale et prenant en compte l’actualité de la forme. Si l’introduction est très riche et très complète, l’absence de conclusion générale peut être un manque. Mais cette absence est peut-être à voir comme un parti-pris car il est difficile d’imaginer comment cette forme qu’est le clip vidéo, en constante mutation, évoluera à l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Austerlitz Saul (2007), Money for Nothing : A History of the Music Video, from the Beatles to the White Stripes, New York, Londres, Continuum.

Beebe Roger & Middleton Jason (eds.) (2007), Medium Cool: Music Videos from Soundies to Cellphones, Durham, Duke University Press.

Goodwin Andrew (1992), Dancing in the Distraction Factory : Music Television and Popular Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Keazor Henry & Wübbena Thorsten (eds.) (2010), Rewind, Play, Fast Forward : The Past, Present and Future of the Music Video, Bielefeld, transcript Verlag.

Lewis Lisa A. (1990), Gender politics and MTV : Voicing the difference, Philadelphie, Temple University Press.

Marks Craig & Tannenbaum Rob (2011), I Want My MTV : The Uncensored Story of the Music Video Revolution, New York, Dutton.

Railton Diane & Watson Paul (2011), Music Video and the Politics of Representation, Édimbourg, Edinburgh University Press.

Haut de page

Notes

1 On peut citer Lisa Lewis (1990) qui traite de la représentation faible et sexiste des artistes féminines dans les clips vidéo de la première décennie de MTV et plus récemment Diane Railton & Paul Watson (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Vicet, « Gina Arnold, Daniel Cookney, Kirsty Fairclough & Michael Goddard (eds.), Music/Video: Histories, Aesthetics, Media », Volume !, 14 : 2 | 2018, 231-233.

Référence électronique

Marie Vicet, « Gina Arnold, Daniel Cookney, Kirsty Fairclough & Michael Goddard (eds.), Music/Video: Histories, Aesthetics, Media », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5629

Haut de page

Auteur

Marie Vicet

Marie Vicet est docteure en histoire de l’art contemporain. Ses recherches de doctorat portent sur les liens existant entre les artistes plasticiens et le clip vidéo musical depuis le début des années 1980.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page