Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie Pierre, Jean-Christophe Averty, une biographie

Céline Morin
p. 234-235
Référence(s) :

Sylvie Pierre, Jean-Christophe Averty, une biographie, Paris, INA, coll. « Médias et humanités », 2017

Entrées d'index

Mots clés :

télévision

Keywords :

television
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette biographie de Jean-Christophe Averty, Sylvie Pierre revient avec précision sur les travaux de celui qui a participé à faire passer la télévision d’un « art d’emprunt » (patchwork d’émissions de cirque, de concerts, de reportages, de jeux…) à un média populaire perçu comme haut lieu de création. En filigrane, le lecteur trouve des informations intéressantes sur la place toute particulière, dans l’esthétique télévisuelle d’Averty, des sons et des musiques originales, entendus comme caractéristiques majeures de la création télévisuelle.

2C’est une double histoire qu’a produite ici Sylvie Pierre. Une histoire personnelle tout d’abord : à mi-chemin entre l’autobiographie et la biographie, l’auteure tire profit au maximum des confessions et archives personnelles de Jean-Christophe Averty. Dans ses premiers chapitres, l’ouvrage éclaire d’un jour nouveau les diverses inspirations de ce titan de la télévision, de son enfance dont les valeurs républicaines ambiantes nourriront le didactisme et de son adolescence marquée par l’Occupation, à ses études de cinéma, d’où il tire des techniques de storyboard inspirées de la bande dessinée, jusqu’à l’évocation de ses grandes passions, au premier rang desquelles le surréalisme et le jazz, dont il chérit la liberté de création faite d’improvisations et de savants bricolages. Sylvie Pierre poursuit cette biographie en évoquant les difficultés de reconnaissance de la télévision, ainsi qu’en consacrant un chapitre aux grandes réalisations d’Averty : Les Verts Pâturages, Happy New Yves, Ubu Roi ou encore le show Vartan-Hallyday. L’ouvrage termine sur les dernières évolutions de la télévision déroutantes pour Averty : apparition de la couleur, dont il s’accomodera finalement très bien, dissolution de l’ORTF, avènement de nouveaux programmes.

3C’est également une histoire de la télévision, évidemment : chacun.e profitera de récits de premier plan, plus ou moins conflictuels et plus ou moins cocasses, sur les coulisses d’un média qui, du fait de ses techniques encore embryonnaires, pousse à l’inventivité. In fine, les moyens restreints de cette télévision naissante ont en effet mené à une « politique des réalisateurs » (91) dont Jean-Christophe Averty apparaît comme le fruit. L’ouvrage rappelle à quel point il a su, malgré les obstacles ou difficultés, jouer sur différents niveaux pour suggérer à la télévision une identité forte – « la télévision doit être un lieu où l’on fait communiquer les œuvres, les époques, les pratiques, les registres », dit-il (101). Averty assume ses inspirations bariolées faites de surréalisme, de jazz, de bande dessinée ou de science-fiction. Il explore aussi les techniques balbutiantes et produit des esthétiques bien particulières de prises de vue et de son : il joue sur les contrastes du noir et blanc, expérimente des trucages, repense les profondeurs et les reliefs. Il navigue enfin parmi les réactions souvent houleuses des professionnels de télévision, artistes, journalistes et téléspectateurs. À cet égard, l’ouvrage est émaillé de traces qui témoignent de l’enthousiasme ou du rejet violent que suscitent ses créations : critiques journalistiques qui ne retiennent pas leurs coups ou courriers de téléspectateurs jamais indifférents.

4On retrouve dans l’ouvrage la participation active d’Averty à la rencontre entre télévision et musiques populaires. Il popularise le jazz, tout d’abord, qu’il est le premier à mettre en scène à la télévision (À la recherche du jazz, Jazz memories, Modern Jazz et retransmissions de festivals). En ce sens, le média est pour lui un espace de création originale mais aussi de publicisation de cultures plus confidentielles. Mais il joue aussi, rappelons-le, un grand rôle dans l’histoire des émissions de variétés, de sorte même que « les trois shows qui ont compté dans [sa] carrière sont pour lui le show Line Renaud en 1963, celui d’Yves Montand en 1964 et celui de Sylvie et de Johnny [en 1965] » (208). Enfin, et ce n’est pas là un des moindres apports de l’ouvrage, l’auteure revient régulièrement sur le rapport au son et aux musiques originales de Jean-Christophe Averty, qui refuse de les considérer comme de simples accompagnements et dont il défend plutôt le potentiel signifiant et esthétique. On sait d’ailleurs le rôle historique d’Averty dans l’esthétique des clips français, et en ce sens, l’ouvrage aurait bénéficié d’une recherche plus approfondie de ce pan de carrière.

5Au fil des pages, le manque de reconnaissance de la télévision se révèle être un puissant moteur créatif. Averty apparaît comme obsédé par cette revendication de légitimité, qui tourne au légitimisme par une critique acerbe des « grosses émissions dites populaires » qui « flattent le public » sans le provoquer (126). On aurait souhaité voir cette posture davantage interrogée tant elle renvoie aux luttes culturelles de l’époque, bien évidemment, mais tant elle semble également traduire un respect des hiérarchies bien installées : le public doit rester un public, qui est « là pour payer et regarder » (134) sans intervenir. S’il peut être admis dans le contexte de l’époque, ce problème du « grand public » (qui devient une aversion lorsqu’il s’agit d’évoquer la culture de masse) aurait tout de même bénéficié d’une perspective critique comme avait pu la produire, à la même époque d’ailleurs, Edgar Morin dans le champ scientifique. Par exemple, le tropisme pour les États-Unis de Jean-Christophe Averty, qui prend la forme de collaborations, de voyages ou d’inspirations diverses, est évoqué sans que, malheureusement, le créateur n’ait été interrogé sur le modèle socioéconomique états-unien, indissociable à sa manière de la liberté qui y est pratiquée. Le paroxysme de cette critique est certainement atteint dans le dernier chapitre qui évoque le « désenchantement » ressenti devant la montée de productions hétérogènes englobées sous le seul terme de « télé-réalité », et dont on pourrait pourtant interroger la portée populaire (l’émission Star Academy, par exemple, dans son prime-time hebdomadaire, ne participait-elle pas de l’histoire des spectacles télévisuels de variétés ?).

6Au-delà de ce légitimisme bien connu, réponse d’un artisan pris au piège de hiérarchies solidement établies et qui, à défaut de les déconstruire, devient parfois plus royaliste que le roi, l’ouvrage retrace brillamment les espoirs d’un audacieux créateur pour un média naissant. Quiconque souhaite comprendre les germes de la production et de la création télévisuelle, ainsi que les interactions originelles entre télévision, musiques populaires, idoles des jeunes et usages de sons et musiques originales, bénéficiera assurément de cette histoire approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Morin, « Sylvie Pierre, Jean-Christophe Averty, une biographie », Volume !, 14 : 2 | 2018, 234-235.

Référence électronique

Céline Morin, « Sylvie Pierre, Jean-Christophe Averty, une biographie », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5631

Haut de page

Auteur

Céline Morin

Céline Morin est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Nanterre, membre du laboratoire HAR-Cinéma. Nourris d’une perspective croisant sociosémiotique et analyse de discours, ses travaux portent sur les représentations télévisuelles.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page