Navigation – Plan du site
Hors dossier
Notes de lecture

Fabien Hein & Dom Blake, Écopunk. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale

Jérôme Lamy
p. 261-262
Référence(s) :

Fabien Hein & Dom Blake, Écopunk. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, 2016

Texte intégral

1Le punk a constitué un tournant musical fondamental à la fin des années 1970. Son arrière-plan politique a pu sembler parfois confus ; l’absorption de certains groupes dans le mainstream de l’industrie du disque a rendu le discours contestataire peu audible. Pour autant, la diversité des scènes punks, la vitalité des idées politiques qui ont été brassées ainsi que la régénérescence musicale permanente fournissent le substrat d’une radicalité critique qui trouve à s’exprimer de façon éclatante dans le domaine de l’écologie. L’ouvrage de Fabien Hein et Dom Blake constitue, de ce point de vue, une excellente mise au point en même temps qu’une façon convaincante de rendre compte des évolutions de la mouvance écologique au sein de la scène punk. En retraçant la carrière (parfois chaotique) des groupes engagés, en pointant le rôle clé de certains acteurs (le groupe Crass en particulier), en livrant les couplets et les refrains des chansons, ainsi qu’en plongeant dans l’abondante masse de discours produits dans les fanzines, les deux auteurs parviennent à donner une épaisseur socio-historique à ce qui est bien plus qu’une tendance musicale ou qu’une pose politique.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée aux ferments de l’écologie punk. Quatre axes structurent le rapport entre la musique punk et la nature. La cause animale a polarisé l’attention et a permis à des groupes comme Conflict de pointer le lien de dépendance entre les animaux maltraités et les conditions d’existence des humains (24). Aux États-Unis une « hardline » se dessine : les groupes impliqués revendiquent leur radicalité éthique allant parfois jusqu’à certaines formes de conservatismes politiques (comme ceux condamnant la sexualité non reproductive) et à l’oubli des questions sociales (33). Depuis les années 1990, cependant, « le discours sectaire » (37) est abandonné au profit d’une collaboration avec des organisations plus traditionnelles de la défense animale (comme PETA). La question du régime alimentaire est également centrale dans l’éthique punk. Elle s’enracine dans les précédentes réflexions sur la souffrance animale. Le végétarisme et surtout le véganisme deviennent une revendication forte de nombreuses formations. Crass, dès la fin des années 1970, fait le lien entre la consommation de viande et le mode de vie occidentale. Immanquablement, la question de l’absorption d’une nouvelle mode alimentaire (le véganisme qui devient prégnant dans le mouvement punk au cours des années 2000) par le marché et les circuits commerciaux classiques refait surface : la déconnexion entre un « style de vie » et la radicalité politique que le véganisme est censé porter constitue une problématique aigüe lorsqu’il s’agit de définir une éthique cohérente. La critique de la technologie prend forme autour du nucléaire et de la dépendance aux machines. Certains groupes, comme Earth Crisis, en appelle au sabotage, pour miner les fondements des sociétés technophiles. La proximité avec des « organisations écologiques radicales » (83) comme Earth First !, fournit les éléments d’une convergence forte autour de « la destruction des machines » (85). En contrepoint de cette politique offensive, le punk défend aussi une éthique somatique tranchée : le rapport au corps et à la mobilité a défini les lignes de force d’une critique radicale de l’automobile. Le groupe Oi Polloi réclame une action concrète pour interrompre les flux routiers (99). Au début des années 1990, le mouvement Reclaims the Street rassemble tous ceux qui veulent contrer la puissance aliénante et destructrice des automobiles. La marche, la course à pied et surtout le vélo sont des modes de déplacements doux et alternatifs que les groupes punks mettent en avant notamment dans leurs chansons, mais également dans la gestion de leurs prestations scéniques : les Dead Things ont ainsi réalisé une tournée de 2 000 km à vélo en Caroline du Nord en 2002 (114).

3La seconde partie de l’ouvrage se centre sur les « sources de l’écologie radicales » des écopunks. Ce sont là toutes les contradictions inhérentes à la contestation du système techno-capitaliste qui sont soulevées. Mais dans le même temps, Fabien Hein et Dom Blake cartographient toutes les tentatives punks de construire des alternatives durables et écologiques à cette matrice néolibérale. L’une des tensions les plus persistantes dans l’affirmation d’une radicalité écologique et punk reste celle qui organise le rapport de l’individu au collectif. Entre l’appel prosélyte à un changement de vie et la recherche d’une cohérence collective, la voie est étroite. Certains groupes se sont enfermés dans « une prétention à la pureté » (142). La mouvance anarcho-punk est, incontestablement, celle qui a produit le plus de discours et de pratiques au sein desquels des problématiques environnementales ont été travaillées, discutées et mises en pratique avec le plus d’opiniâtreté. Le rapport à la violence et à la contestation agressive a recomposé les lignes de partage sans jamais vraiment les stabiliser. Contrairement à une idée reçue, certains mouvements punks n’ont pas rejeté en bloc l’héritage hippie. Ils n’ont pas non plus fait de l’urbain le territoire exclusif de leur expression. Les néo-ruraux écopunks (comme Crass installé dans Dial House) ont mis en pratique leur volonté de vivre une relation équilibrée à leur environnement.

4Ouvrage dense, richement documenté et très rythmé, Écopunk offre une vue transversale sur un mouvement politico-musical traversé de tensions et de contradictions, mais toujours puissamment centré sur des problématiques radicales qui finissent, inévitablement, par percoler dans l’ensemble de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Fabien Hein & Dom Blake, Écopunk. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale », Volume !, 14 : 2 | 2018, 261-262.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Fabien Hein & Dom Blake, Écopunk. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5642

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est chargé de recherche CNRS (CERTOP - UMPR 5044 - UT2J), sociologue et historien des sciences, spécialiste des activités spatiales. Il vient de publier Faire de la sociologie historique des sciences et des techniques aux éditions Hermann.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page