Navigation – Plan du site
Hors dossier
Notes de lecture

Ian Inglis, The Beatles

Laurent Denave
p. 267-269
Référence(s) :

Ian Inglis, The Beatles, Sheffield, Equinox, 2017

Texte intégral

1Dans son ouvrage intitulé The Beatles, Ian Inglis propose une rapide synthèse (176 pages) qui tente de tenir bout à bout : l’analyse objective des productions du groupe anglais, celle des conditions de production (le contexte dans lequel ont travaillé les Beatles) et celle des conditions de réception (leur succès commercial notamment) (1-2). Un tel projet est particulièrement enthousiasmant lorsque l’on sait que journalistes et sociologues de la culture ont tendance aujourd’hui à traiter séparément ces aspects, en privilégiant souvent la réception.

  • 1 On peut ainsi lire que « This Boy » est une « chanson d’amour très originale et émouvante » (58) ; (...)
  • 2 Pour plus de détails sur cette question, voir Sébastien Réhault (2013), La beauté des choses. Esthé (...)

2Le cœur de l’ouvrage est la présentation de l’œuvre des Beatles. Ainsi, Ian Inglis décrit rapidement chaque chanson enregistrée, en évoquant notamment son thème (paroles) et certaines caractéristiques musicales (instrumentation, effets sonores, etc.). Comme indiqué dans l’introduction de son ouvrage, Ian Inglis entend se distinguer des autres publications sur les Beatles en restant « objectif et impartial » (1). Cependant, on ne trouvera que des critiques positives voire élogieuses de la musique du groupe anglais. Critiques sur la musique reposant selon nous sur deux critères principaux : la qualité (ou la richesse de l’écriture, du travail sur le son, des harmonies vocales, etc.) et l’originalité (changements de tempo inédits dans le rock, mélodie atypique, etc.1). Pourtant, Ian Inglis critique l’usage des notions de qualité et d’originalité, affirmant que les jugements reposant sur ces termes sont « presque toujours subjectifs » et se fondent sur le raisonnement circulaire : « Je l’aime parce que c’est bon, et je pense que c’est bon parce que je l’aime. » (167) Il met ainsi en question l’objectivité des jugements esthétiques, y compris donc ceux formulés dans son ouvrage. Pour résoudre cette contradiction, il faudrait distinguer les jugements de goût propres à chaque auditeur et donc entièrement subjectifs (comme lorsque l’on aime une musique qui évoque des souvenirs, une mélodie qu’un parent nous chantait enfant par exemple) des jugements esthétiques objectifs reposant sur les propriétés esthétiques de l’œuvre musicale (on peut donc aimer une chanson tout en reconnaissant qu’elle est objectivement mauvaise2).

  • 3 On sait que la musique électroacoustique a déjà exploré depuis au moins deux décennies (milieu des (...)

3Par ailleurs, si on accepte le principe d’un jugement esthétique possiblement objectif, une évaluation de l’œuvre des Beatles soulève une autre question : à quelles productions musicales doit-elle être comparée ? Doit-on limiter la comparaison à la production populaire occidentale du xxe siècle, comme le fait l’auteur, ou à toute la musique occidentale de la même période ? Pour comprendre ce dont il est question ici, prenons l’exemple de la chanson « Rain » (1966) : Ian Inglis parle de « premier véritable enregistrement révolutionnaire » (94), en évoquant les sons lus à l’envers à la fin de la chanson. Mais cette œuvre musicale, qui peut sans doute être considérée comme novatrice (ou « révolutionnaire ») par rapport à la production populaire de son temps, l’est-elle encore par rapport à l’ensemble de la production musicale contemporaine occidentale, la musique savante (ou « classique ») comprise3 ? Le problème soulevé ici se retrouve dans nombre d’ouvrages portant sur la musique populaire. Le terme « populaire » est relationnel, dans le domaine culturel il est défini par opposition au terme « savant ». Les musiques « populaires » et « savantes » d’une même culture (ou tradition) partagent en effet des caractéristiques musicales communes et peuvent donc en principe être comparées. Il serait légitime de formuler un jugement esthétique comme « révolutionnaire » en tenant compte de la production musicale savante, ce qui relativiserait certainement l’originalité prétendue de nombre de productions populaires.

4Replacer la musique populaire dans le cadre plus large de la musique occidentale du xxe siècle pourrait nous éclairer également sur ses conditions de possibilité. Même si le contexte économique des années 1960 est évoqué (en particulier le déclin économique de Liverpool dont sont originaires les Beatles), rien n’est dit (ou presque) sur la division de la société anglaise en classes sociales. Pourtant l’opposition entre musique « populaire » et musique « savante » ou, pour reprendre d’autres termes en usage, musique « d’en bas » et musique « d’en haut », évoque implicitement la production musicale de deux classes sociales bien distinctes qui ne partagent pas tout à fait les mêmes conditions matérielles d’existence. Ces conditions sont très déterminantes au niveau de la formation et l’exercice des dispositions et compétences des musiciens. Ian Inglis rappelle à ce sujet que pour devenir musicien, il faut suivre un apprentissage, afin d’acquérir notamment des compétences techniques (28). Mais rien n’est dit sur l’éducation spécifique aux musiciens d’origine populaire, en particulier le fait qu’ils n’ont pas accès aux études au conservatoire. On peut supposer que cela a des conséquences sur les compétences acquises et la valeur esthétique des productions musicales.

5Cela étant dit, il faut souligner la spécificité des conditions de production d’une partie de la musique « populaire » du xxe siècle, la musique (dite « de masse ») produite par les industries culturelles comme les grandes maisons de disque. Ian Inglis mentionne ainsi les moyens matériels importants mis à la disposition des Beatles, en particulier le studio, qui n’est plus simplement un lieu d’enregistrement mais un outil de création musicale (79). Les Beatles profitent du savoir-faire des ingénieurs du son. Ils bénéficient également de l’aide de leur producteur, George Martin (1926-2016), compositeur et musicien de formation savante, qui met ses compétences au service du groupe, ce qui contribue grandement à la valeur esthétique de leur production. Les conditions sociales de possibilité de la musique de masse sont donc très différentes de celles des musiciens des classes populaires (paysans ou ouvriers) qui jouent leur musique pour eux-mêmes ou leur entourage proche, avec des moyens (matériels) très limités, et sans l’aide de techniciens ou musiciens savants. Mais ces conditions ne se confondent pas non plus avec celles (autrement plus privilégiées) de la musique savante, dont on ne dit rien dans cet ouvrage.

  • 4 Ce que j’ai tenté de faire dans La valeur des Beatles. Voir Laurent Denave (2016).

6Ian Inglis ne parvient pas selon nous à montrer clairement le lien existant entre la valeur de la production musicale et ses conditions de production4. Qu’en est-il en outre du lien entre la production et ses conditions de réception ? L’auteur affirme à plusieurs reprises qu’il y a un rapport entre la musique elle-même et le succès commercial. Par exemple, le succès de l’album Please, Please Me (1963) était garanti selon lui par la variété des chansons contenues dans l’album et la simplicité musicale qui le rend accessible au grand public (54). La simplicité et la variété sont-ils des arguments pertinents pour expliquer un succès de vente ? Plus généralement, le succès commercial d’un disque est-il lié à son contenu ? Certains faits évoqués par l’auteur laissent penser le contraire. Inglis indique ainsi que le succès du disque « She Loves You/I’ll Get You » (1963) a été assuré par la précommande (par les fans) de plus de 500 000 exemplaires (55). C’est un indice du fait que les fans achètent aveuglément les disques et donc que la musique n’est pas toujours à l’origine du succès. Ian Inglis pense cependant que l’on peut trouver d’autres explications à leur succès (en dehors de la musique elle-même), comme l’apparence ou le comportement des Beatles, ce qui nous semble plus convaincant. Il est en effet plus facile d’établir un lien entre les producteurs (le groupe) et leur réception (leur succès), qu’entre la production (les chansons) et sa réception. Finalement, les faits évoqués par l’auteur ne sont pas sans intérêt, mais il manque peut-être un cadre d’analyse qui donnerait une plus grande cohérence à l’ouvrage et éclairerait un peu mieux le lecteur sur les liens entre productions, conditions de production et conditions de réception.

Haut de page

Bibliographie

Denave Laurent (2016), La valeur des Beatles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Pouivet Roger (2006), Le réalisme esthétique, Paris, Presses Universitaires de France.

Réhault Sébastien (2013), La beauté des choses. Esthétique, métaphysique et éthique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Zemach Eddy (2005), La beauté réelle. Une défense du réalisme esthétique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 On peut ainsi lire que « This Boy » est une « chanson d’amour très originale et émouvante » (58) ; « Eight Days a Week » « innove (breaks new ground) en utilisant le fade-in [montée progressive du son au début de la chanson] » (64) ; « The Inner Light » est une « synthèse extraordinaire de traditions distinctes » (107) ; « While My Guitar Gently Weeps » est la chanson de George Harrison la plus « accomplie et puissante (powerful) » à cette date (109).

2 Pour plus de détails sur cette question, voir Sébastien Réhault (2013), La beauté des choses. Esthétique, métaphysique et éthique, Rennes, PUR ; Eddy Zemach (2005), La beauté réelle. Une défense du réalisme esthétique, Rennes, PUR ; Roger Pouivet (2006), Le réalisme esthétique, Paris, PUF.

3 On sait que la musique électroacoustique a déjà exploré depuis au moins deux décennies (milieu des années 1940) les procédés de modification du son d’un enregistrement repris par les Beatles.

4 Ce que j’ai tenté de faire dans La valeur des Beatles. Voir Laurent Denave (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Denave, « Ian Inglis, The Beatles », Volume !, 14 : 2 | 2018, 267-269.

Référence électronique

Laurent Denave, « Ian Inglis, The Beatles », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5646

Haut de page

Auteur

Laurent Denave

Laurent Denave est diplômé de l’Université de Bourgogne et de Paris-Sorbonne (Paris IV). Il prépare actuellement une thèse de Doctorat sur Charles Ives à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page