Navigation – Plan du site
Hors dossier
Notes de lecture

Brad Osborn, Everything in Its Right Place. Analysing Radiohead

Emmanuel Parent
p. 272-274
Référence(s) :

Osborn, Everything in Its Right Place. Analysing Radiohead, Oxford University Press, 2017

Texte intégral

  • 1 « OK Computer, vingt ans après : l’héritage musical, culturel et politique de Radiohead », journée (...)
  • 2 Mentionnons l’ouvrage collectif édité par Greg Tate (2005) dans lequel on trouve un article importa (...)

1Les 20 ans de l’album OK Computer ont été l’occasion de plusieurs remémorations commerciales et journalistiques, à la hauteur de l’impact de la sortie du LP du groupe de pop britannique Radiohead. La célébration de l’anniversaire de cet opus emblématique des années 1990, qui a représenté une rupture avec le mouvement britpop et le phénomène de la Cool Britannia ayant accompagné l’accession au pouvoir du New Labour de Tony Blair, a également occupé le monde académique, comme en témoignent plusieurs journées d’études organisées sur Radiohead durant l’année 2017 en Angleterre, aux USA, en Allemagne ou en France1. C’est dans ce contexte favorable que s’inscrit la publication de l’ouvrage de Brad Osborn. Par son important corpus allant de OK Computer (1997) jusqu’à King of Limbs (2011), le livre vient en outre combler un vide bibliographique relativement important2 eut égard à la notoriété du groupe. Comme l’affirme avec enthousiasme le musicologue Mark Butler dans le blurb de couverture : « This is the Radiohead study we’ve been waiting for ».

  • 3 Pour les amateurs de popular musicology, l’ouvrage achève de convaincre de la vitalité de ce champ (...)

2S’inscrivant dans une démarche résolument musicologique et analytique3, la première qualité de ce livre est sa clarté, dans le style comme dans la structure qui déroule une logique démonstrative implacable dans laquelle tous les éléments saillants de la musique de Radiohead se retrouvent exposés méthodiquement : everything in its the right place. La thèse de Brad Osborn part du constat du succès non démenti du groupe après le tournant que constitue OK Computer. Si les deux premiers albums du groupe, Pablo Honey et The Bends, se situent dans une veine oscillant entre deux courants majeurs du début des années 1990, la britpop et le grunge, avec d’imparables tubes comme le single « Creep », on sait que Radiohead choisit à partir de 1997 une voie beaucoup plus expérimentale qui aurait pu lui aliéner sa communauté de fans. S’il n’en est rien, c’est que, selon l’auteur, le groupe a réussi à trouver un équilibre entre les conventions attendues du rock (et bientôt de l’électro) et la transgression formelle de ces mêmes attendus, quelque part entre « le “Oops I Did It Again” de Britney Spears (2000) et Kontakte (1966), la pièce électroacoustique abstraite et agressive de Stockhausen » (11). Comme dans la musique du dernier Beethoven (Hatten, 1994), l’équilibre entre le familier et le déroutant confère à Radiohead une capacité à se distinguer (markedness) et donc à interpeller l’auditeur. Osborn emprunte aux neurosciences et à l’écologie sonore le concept de « salience » pour cerner les contours de cette qualité de la musique de Radiohead. Ce concept se trouve dès lors décliné dans les paramètres de la forme, du rythme, du timbre et de l’harmonie, qui font l’objet d’autant de chapitres avant qu’une dernière analyse consacrée à « Pyramid Song », morceau emblématique pour les fans, ne vienne récapituler et synthétiser les acquis de ces différentes analyses paramétriques.

  • 4 Comme nous le montre par exemple l’analyse de « National Anthem » où les réflexions passionnantes s (...)
  • 5 Voir par exemple les analyses de « Faust Harp » (68-71) ou de « Idiotheque » (85-86).

3L’intérêt de cette approche est qu’elle se base sur l’individu et sa perception musicale (notamment lors d’une première écoute fictive) plutôt que sur le niveau neutre que serait la partition ou toute autre formalisation graphique des enregistrements. Ce parti pris permet ainsi à l’auteur d’éviter une approche légitimiste sur la valeur, qui reconduirait sur une musique jugée savante au milieu d’un océan de simplicité pop l’échelle axiomatique de la musicologie classique qui s’est historiquement construite comme célébration/justification du canon de la musique savante européenne : « What I explicitly do not want to recapitulate is anything close to the well-worn axe ”experimental music is good, conventional music is bad” » (11). Malgré tout, la complexité de la musique de Radiohead est parfois l’objet de spéculations musicologiques sur les effets cachés de la structure au niveau neutre4. Mais ces détours analytiques, outre le fait qu’ils pourront satisfaire la curiosité intellectuelle des fans de Radiohead, sont aussi enracinés dans la propension du compositeur Thom Yorke à jouer du « text painting », soit l’encodage dans les textes de ses chansons de clés analytiques sur la structure de sa musique, à la façon des compositeurs de la tradition savante occidentale comme Guillaume de Machaut ou J. S. Bach5.

4Si les chapitres « Forme » et « Harmonie » (2 et 5) mobilisent des catégories habituelles en analyse musicale, les développements consacrés au rythme/mètre et au timbre (3 et 4) sont tout à fait stimulants. S’inscrivant dans la lignée des travaux d’Harald Krebs (1999) ou de Mark Butler (2006) sur l’ambiguïté métrique, Brad Osborn nous fait pénétrer dans le chapitre 3 au cœur de l’expérience sensible du rock et de l’électro, dans laquelle l’auditeur est amené à opérer des choix analytiques sur le déroulement du mètre et des événements rythmiques – choix qui pourront éventuellement se traduire dans la kinesthésie de ses mouvements dansés. On pourra malgré tout déplorer certains points aveugles, notamment du point de vue d’une musicologie génétique : d’où viennent les structures métriques atypiques, les innovations de timbres, les références à des progressions harmoniques spécifiques à tel ou tel compositeur de la période classique ? On aimerait ainsi que les questions posées par les différentes analyses puissent être mise en perspective dans une réflexion plus large faisant intervenir des données historiques et esthétiques. Mais ce n’est probablement pas l’ambition de l’ouvrage qui se conclue de façon assez abrupte, sans conclusion aucune, après que la dernière note de musique ait été analysée, trahissant par-là même le positivisme musicologique assumé d’un livre qui se donne comme unique horizon l’expérience approfondie de l’écoute.

Haut de page

Bibliographie

Butler Mark J. (2006), Unlocking the Groove : Rhythm, Meter, and Musical Design in Electronic Dance Music, Bloomington, Indiana University Press.

Hatten Robert (1994), Musical Meaning in Beethoven : Markedness, Correlation, and Interpretation, Bloomington, Indiana University Press.

Griffiths Dai (2004), OK Computer, 33 ⅓ series, Londres, Bloomsbury.

Krebs Harald (1999), Fantasy Pieces: Metrical Dissonance in the Music of Robert Schumann, Oxford University Press.

Tate Greg (2005), The Music and Art of Radiohead, Aldershot, Ashgate.

Haut de page

Notes

1 « OK Computer, vingt ans après : l’héritage musical, culturel et politique de Radiohead », journée d’études du 18 mai 2017 à l’université Rennes 2 organisée par les anglicistes Guillaume Clément et David Haigron (actes en cours de publication).

2 Mentionnons l’ouvrage collectif édité par Greg Tate (2005) dans lequel on trouve un article important de Allan Moore, ainsi que la monographie de Dai Griffiths (2004).

3 Pour les amateurs de popular musicology, l’ouvrage achève de convaincre de la vitalité de ce champ d’étude, à rebours des plaintes récurrentes, notamment en France, sur la domination du paradigme des sciences sociales dans les Popular music studies (la bibliographie puisant abondamment dans des revues comme Gamut, Music Theory Spectrum, Music Theory online, Music Perception).

4 Comme nous le montre par exemple l’analyse de « National Anthem » où les réflexions passionnantes sur le rythme asymétrique du morceau donnent lieu à une interprétation assez audacieuse sur la transposition de cette qualité du rythme vers la structure scalaire diatonique de la mélodie jouée aux ondes Martenot (62-63) – une transposition proprement inaudible.

5 Voir par exemple les analyses de « Faust Harp » (68-71) ou de « Idiotheque » (85-86).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Parent, « Brad Osborn, Everything in Its Right Place. Analysing Radiohead », Volume !, 14 : 2 | 2018, 272-274.

Référence électronique

Emmanuel Parent, « Brad Osborn, Everything in Its Right Place. Analysing Radiohead », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5651

Haut de page

Auteur

Emmanuel Parent

Emmanuel Parent est maître de conférences au département de musique de l’Université de Rennes 2. Il est aussi l’auteur de Jazz Power.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page