Navigation – Plan du site
Hors dossier
Notes de lecture

Marc Woodworth and Ally-Jane Grossan (Eds), How To Write About Music, Excerpts from the 33 1/3 series, magazines, books and blogs with advice from industry-leading writers

Maud Berthomier
p. 282-284
Référence(s) :

Marc Woodworth and Ally-Jane Grossan (Eds), How To Write About Music, Excerpts from the 33 1/3 series, magazines, books and blogs with advice from industry-leading writers, New York & Londres, Bloomsbury Academic, 2015

Texte intégral

1Comment écrire un livre sur comment écrire sur la musique ? C’est peut-être la question centrale, complexe et passionnante que pose l’ouvrage édité par Marc Woodworth et Ally-Jane Grossan. Car que doit offrir un tel livre en effet ? Une compilation de textes portant sur le sujet de la musique, production d’écrits que le lecteur serait tenu de lire pour s’initier ? Une collection de témoignages de professionnels, reconnus du milieu, à laquelle le lecteur pourrait s’identifier ? Ou bien un manuel d’enseignement des techniques d’écriture, pour une mise en pratique des grands principes par le lecteur, soucieux d’apprendre le métier ?

2How to Write About Music se propose de réunir toutes ces approches à la fois et il faut reconnaître que le projet est ambitieux. Riche d’exemples concrets et de conseils, le livre a pour vocation de servir de guide à quiconque voudrait écrire sur la musique. À chaque genre, un chapitre : la chronique de disque et de concert, l’interview, l’essai, le portrait, l’approche culturelle, le blog, etc. Chaque chapitre offrant des textes, des extraits d’interviews et des exercices pour se mettre à l’essai. Le livre permet au lecteur, par sa structure claire et répétée, d’aborder ses volumineuses 400 pages facilement, sans aucun doute.

  • 1 D’autant qu’il faut préciser que dans le cas de l’extrait de l’ouvrage The Aesthetics of Rock cité (...)

3Reste que, si le projet est ambitieux (dans la proposition notamment d’une alternance entre théorie et pratique), il se débarrasse un peu trop vite à notre goût du problème ici majeur de savoir comment écrire sur la musique, en refusant de confronter cette question à davantage d’analyse et de mise en perspective historique. Les dates de publication des textes réunis en sont un exemple. Absentes de la table des matières, elles ne font l’objet dans le corps du livre que d’un appel de note en ouverture de chaque texte. Or, juxtaposer un texte contemporain à un texte des années 70 de Lester Bangs ou de Richard Meltzer1 ne va pas de soi. Le contexte d’écriture à chaque fois est différent et l’écriture également. Une mention plus claire de cet écart temporel aurait été un gain à la compréhension par le lecteur du contexte d’écriture.

  • 2 Bangs Lester, « How to Be a Rock Critic : A megatonic Journey with Lester Bangs », Shakin’ Street G (...)

4De même, il semble que les exercices pratiques qui sont proposés ne soient pas doublés de commentaires réflexifs impliquant une distance critique nécessaire sur leur contenu. Prenons l’approche « culturelle » développée en chapitre 12. À l’image des textes de Greil Marcus, il est proposé au lecteur de choisir une chanson et d’enquêter sur l’époque de sa sortie, pour voir si un lien thématique peut être tissé. L’exercice est ludique, mais paraîtra probablement simplificateur aux fans et spécialistes de Greil Marcus. Peut-on réduire le style d’écriture d’un écrivain à une formule sans parler de parodie ? L’idée de pastiche aurait été intéressante et productrice de sens. Dans cette perspective il aurait été même possible de convoquer le méta-texte (plein d’humour) de Lester Bangs sur « Comment devenir un rock critic2. ». Autant de références additionnelles qui viendraient étayer les consignes de l’exercice tout en approfondissant l’analyse offerte.

  • 3 Citons pour la première critique rock quelques grands noms comme Nick Tosches, Peter Guralnick, Dav (...)

5Ce constat est d’autant plus étonnant qu’une tradition anglophone (de textes, de débats et de pratiques) existe sur le sujet, et que les éditeurs auraient pu chercher davantage à la faire partager. Le livre par exemple fait mention de la première critique rock américaine, mais en quelques lignes seulement dans l’introduction et l’avant-propos. Plus de noms (d’auteurs, de magazines3), plus de références à d’ouvrages (Gorman, Lindberg, Powers) et à des articles scientifiques (Manicki) auraient aider le lecteur à davantage se situer. Parallèlement, le livre quand il passe aux travaux dirigés aurait pu à cette occasion faire appel aux méthodes de creative writing développées dans les universités anglo-saxonnes sur l’écriture fictionnelle et non-fictionnelle, et par ce biais-là convoquer par exemple des textes aussi variés que ceux de Tom Wolfe (pour le nouveau journalisme), de Mark Twain (pour le journalisme littéraire) et de James Joyce (pour la littérature), afin de montrer leurs influences respectives (stylistiques et thématiques) sur la critique rock. Car comment parler d’écriture sans évoquer, encore une fois, cette dimension historique ?

6Et pourtant, pourtant, malgré ces réserves, on ne peut bouder notre plaisir à lire ce livre, qui attise notre curiosité et éveille la réflexion par son sujet, de fait inépuisable. Car la question reste ouverte. Comment écrire sur la musique ? « [Est-ce] comme danser sur l’architecture » (2) ? Et est-il vrai que « la majeure partie du journalisme rock regroupe des gens qui ne savent pas écrire, qui interviewent des gens qui ne savent pas parler, pour des gens qui ne savent pas lire » (11) ? Rick Moody dans l’avant-propos du livre, nous donne un début de réponse, qui nous satisfait beaucoup plus que ces deux citations éculées, convoquées systématiquement sur le sujet. Il explique qu’il s’agit de désapprendre ce qu’on a appris, autrement dit d’écrire à l’encontre d’une tradition préexistante (13). Nous sommes d’accord avec lui, mais encore faut-il asseoir cette tradition et cet héritage historiques davantage encore, comme nous avons voulu le démontrer, avant de tenter de s’en défaire et pour peut-être même envisager de les dépasser.

Haut de page

Bibliographie

Gorman Paul (2001), In Their Own Write, Londres, Paul Gorman.

Lindberg Ulf et al. (2005), Rock Criticism From the Beginning, New York, Peter Lang.

Manicki Anthony (2007), « Lester Bangs, critique rock », Tracés, no 13.

Powers Devon (2013), Writing the Record, University of Massachusetts Press.

Haut de page

Notes

1 D’autant qu’il faut préciser que dans le cas de l’extrait de l’ouvrage The Aesthetics of Rock cité dans le livre, celui-ci a été en vérité écrit dès 1965 par Richard Meltzer quand il était encore étudiant en philosophie.

2 Bangs Lester, « How to Be a Rock Critic : A megatonic Journey with Lester Bangs », Shakin’ Street Gazette, octobre 1974.

3 Citons pour la première critique rock quelques grands noms comme Nick Tosches, Peter Guralnick, Dave Marsh, Robert Christgau, Jon Landau, Lenny Kaye ; et Rolling Stone, Crawdaddy!, Creem, The Village Voice, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Berthomier, « Marc Woodworth and Ally-Jane Grossan (Eds), How To Write About Music, Excerpts from the 33 1/3 series, magazines, books and blogs with advice from industry-leading writers », Volume !, 14 : 2 | 2018, 282-284.

Référence électronique

Maud Berthomier, « Marc Woodworth and Ally-Jane Grossan (Eds), How To Write About Music, Excerpts from the 33 1/3 series, magazines, books and blogs with advice from industry-leading writers », Volume ! [En ligne], 14 : 2 | 2018, mis en ligne le 26 avril 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5661

Haut de page

Auteur

Maud Berthomier

Docteure ès Lettres et Ph.D. in Humanities (cotutelle entre l’Université de Poitiers et Concordia, Canada), auteure d’une thèse sur la première critique rock américaine, Maud Berthomier a été ATER pendant deux ans en « Anglais appliqué à la culture » à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3,  à l’UFR Arts et Médias, puis post-doctorante à l’Université d’Édimbourg (IASH) en tant qu’EURIAS H2020 Marie Skłodowska-Curie actions Junior Fellow (10 mois). Elle est actuellement responsable du suivi pédagogique pour la direction de 4 Masters PSL à l’ENS, et membre associé à IRMÉCCEN (ex-MCPN-CIM, EA1484).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page