Navigation – Plan du site

Experts, non-experts et construction participative du savoir

Appel à contributions

« Experts, non-experts et construction participative du savoir : le cas de la recherche sur les musiques populaires ».
Appel à contributions pour un numéro de Volume ! dirigé par Christophe Pirenne et Christophe Levaux.

Argumentaire

Après quatre décennies d’institutionnalisation des popular music studies, les objets tout comme les objectifs définis dans quelques textes essentiels publiés à partir de la fin des années 1970 (Frith 1978, Tagg 1982, Wicke 1990, Middleton 1990, Shepherd 1990) semblent avoir été largement rencontrés. Que ce soit en matière de méthodologie, d’interdisciplinarité, de décloisonnement et de décentrement; que ce soit même en matière de reconnaissance institutionnelle et d’intégration dans la vie académique, les acquis ont été considérables au point d’influencer parfois en retour les fondements de disciplines dont les popular music studies se réclamaient initialement.

De nombreuses questions subsistent toutefois. Les popular music studies ont-elles véritablement embrassé toutes les musiques populaires ? Les spécialistes des musiques populaires ont-ils réellement réussi à étudier les répertoires écoutés par tous les groupes sociaux? La lutte initiale des popular music studies contre les diverses formes d’élitisme culturel ne s’est-elle pas transposée au sein même des répertoires populaires ? Peut-on parler de sur- ou de sous-représentation dans le champ de styles, de genres et des communautés qui leurs sont associées ? Un équilibre peut ou doit-il être garanti et comment ? Dans la foulée de Callon, Lascoumes, Barthe (2001), les travaux portant sur la construction participative du savoir offrent-ils de nouvelles perspectives pour l’étude des musiques populaires ? S’agit-il in fine de repenser le rôle des experts et des non-experts dans l’élaboration des récits ayant trait à celles-ci ?

Ce numéro spécial de Volume ! la revue des musiques populaires entend poser une réflexion rétrospective et critique quant à la vocation initiale des popular music studies de mettre en lumière des répertoires peu étudiés et parfois déconsidérés. Il vise par ailleurs à susciter de nouvelles réflexions et pistes de recherche quant à cette vocation initiale en envisageant notamment la collaboration des experts et des non-experts au processus de construction du savoir.

Thèmes

Les propositions d’article peuvent s’inscrire dans l’une des thématiques suivantes, la liste n’étant pas exhaustive :

  • Historiographie et historiographie critique des popular music studies ;

  • Relations entre culture et pouvoirs, cultural studies ;

  • Sciences, techniques et société, théorie de l’acteur-réseau et construction du savoir participatif ;

  • Influence de la sociologie des musiques populaires, de la musicologie des musiques populaires, de l’histoire des musiques populaires, de l’économie des musiques populaires sur leurs disciplines “mères” respectives ;

  • Rôle prescriptif des amateurs et des communautés de fan sur l’étude académique des musiques populaires.

Soumission des contributions

Les propositions d’articles de 6 000 signes environ sont à envoyer à Christophe Pirenne, Christophe Levaux et à l’équipe de Volume ! aux adresses suivantes : christophe.levaux@uliege.be, cpirenne@uliege.be et equipe@seteun.net, avant le 7 janvier 2019.

Elles seront évaluées anonymement, par des experts du champ (cf. le processus éditorial, dans le lien qui suit). Sélectionnés dans le courant du mois de janvier, les articles complets seront à envoyer avant le 3 juin 2019.

Elles devront impérativement suivre les instructions aux auteurs de la revue.