Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Guesde & Pauline Nadrigny, The Most beautiful ugly sound in the world. À l'écoute de la noise

Cécile Malaspina
p. 172-174
Référence(s) :

Catherine Guesde & Pauline Nadrigny, The Most beautiful ugly sound in the world. À l'écoute de la noise, Paris, Éditions MF, 2018, collection « Répercussions »

Entrées d'index

Genre musical :

noise / bruitisme
Haut de page

Texte intégral

1Un poète qui, pour gagner sa vie, travaille dans la librairie d'un musée d'art contemporain à Londres, me raconta un jour l’anecdote suivante concernant le rangement des livres sur la noise. Alors qu’il s’apprêtait à insérer une nouvelle parution dans les rayonnages, un de ses collègues lui lança : « surtout pas dans le rayon musique ! » Ajoutant aussitôt : « et encore moins dans celui de l'esthétique ! » Il n’y avait, donc, aucune parenté possible entre, d’une part, la noise et, d’autre part, la musique concrète, la rage sonore du punk ou la frénésie du metal, ni même avec les bruits urbains de Rebel Without a Pause ou la noise-hop, ce récent alliage entre hip-hop, punk, metal, industriel et, pourtant, la scène noise.

2Dans The Most Beautiful Ugly Sound in the World À l'écoute de la noise, Catherine Guesde et Pauline Nadrigny offrent au lecteur les moyens d'apprécier la richesse de cette pratique si difficile à classer. Dépassant rapidement la seule provocation ou le volume assourdissant de la noise, le point de départ des auteures se trouve davantage dans la pluralité des pratiques qui s’agrègent autour de son noyau dur, la scène harsh noise. Ce qui caractérise l'aspect harsh de la noise serait, en premier lieu, le rejet de l'injonction théorique selon laquelle toute chose devrait obéir au principe de l'identité et de la non-contradiction.

Les auteures font alors apparaître dans leur étude une scène dont l'aspect harsh ne se réduit ni au refus de toute norme esthétique ou sociale, ni au simple volume extrême d’un bruit indifférencié. On y trouve, au contraire, une « extrême attention » où le chaos sonore apparent devient le terrain de jeux de fréquences et de variations dans les « densités », peut être ponctué de « décrochages » et d’où émergent « harmoniques » et « rythmes fantômes » (111).

3L’une des premières vertus de ce livre est en ce sens de développer son argumentation en se mettant à l’écoute des amateurs de harsh noise, comme en témoigne la deuxième partie qui réunit un ensemble de questionnaires anonymes et d’entretiens avec des figures de la scène comme GX Jupitter-Larsen, John Wiese, Nina Garcia ou Sister Iodine. L’accès à ce discours endogène se fait toutefois à travers le filtre du cadre conceptuel défini par les questions des auteures et que les personnes interrogées ne manquent pas de pointer. Ainsi l’agacement, « ARrRrRrrr », de certains interlocuteurs face à la nature considérée comme normative des questions. La « QUESTION STUPIDE » concernant le rapport à la douleur et au plaisir, entre autres, semble provoquer la crainte de réduire l'ouverture extrême de l'écoute harsh à un masochisme banal.

Mais ce que retirent, de manière subtile, Guesde et Nadrigny de ces témoignages reste que, toute virulente qu'elle puisse être, la noise extrême se fait et s'écoute avec la précision technique de celui qui, face à l'aléatoire des agrégats sonores, ne laisse presque rien au hasard. Chaque instant semble être évalué selon un trade-off entre une quête maximale d'intensité et un souci des détails les moins apparents, tout en convoquant au besoin le soin pris à se protéger des phénomènes d'acouphènes prolongés.

4En dépit de l'apparence hirsute de la harsh noise, les auteurs se lancent dans une analyse décomplexée de son esprit esthétique, nous rappelant que « l'expérience esthétique n'est pas qu'affaire de beauté formelle, mais qu'elle est avant tout affaire de sensation, sensation qui se réfléchit, se prend elle-même pour objet » (104). Bien que portant sur la subversion la plus radicale de ce que peut être un genre musical, ce livre procure ainsi le plaisir espiègle d'une analyse élégante, construite dans les règles de l'art, qui montre combien, dans la harsh noise, s’opère un perfectionnement, et même assez technique, des sens.

5Guesde et Nadrigny ne cherchent cependant pas à éviter les tensions, voire les contradictions inhérentes au discours spontané des adeptes de la harsh noise, ni celles que peuvent provoquer leur approche formelle. Au contraire, elles ne cessent de les frotter les unes contre les autres, agençant dans un aller-retour constant le discours émergeant en filigrane des prises de position des praticiens de la noise et le discours séculaire de l'esthétique philosophique. Selon les auteures, en effet, « il s'agissait d'atteindre non pas les écoutes elles-mêmes, mais des discours nous informant à leur sujet ». Leçon foucaldienne s’il en est, ce discours ne se réduit néanmoins pas à ce qui se dit, mais se constitue à partir de l'ensemble des énoncés entrant dans « une certaine systématicité », qui à son tour entraîne « un certain nombre d'effets de pouvoir réguliers ». (17 ; Foucault, 2004 ; Kaltenecker, 2011 : ii).

6Les auteures entendent ainsi prendre part au champ de recherches qu’elles voient actuellement se constituer autour de la noise – des studies dont la fonction serait de la légitimer aux yeux de la culture savante, tout comme les musiques populaires ont pu trouver leur légitimation scientifique et leur valorisation à travers les popular music studies. La philosophie se propose, quant à elle, de contribuer à la confusion réputée « indépassable » de la noise, en l’abordant via le prisme de concepts « vieux de quelques siècles ». En somme, se munir de Descartes pour penser l'écoute d'un auditeur de Merzbow.

7La question du discours soulevée par ce beau volume nous offre alors peut-être un élément de réponse concernant l'anxiété manifeste, même si anecdotique, pouvant ressortir de la difficulté à intégrer les livres sur la noise dans le classement des rayonnages d’une librairie. Si le noiser est celle ou celui qui fait face, comme l'affirment les auteures, à une indétermination essentielle du concret, alors se pose la question du discours adéquat. De quel ethos doit se munir la systématicité du discours, pour que son pouvoir régulateur et son autorité puissent entrer en adéquation avec la problématique de la noise ? Dans un tout autre contexte, Jean Cavaillès disait de l’empirisme qu’il « manifeste son essentielle fragilité dans l'imprévisibilité de ses caractères, dans l'illégal en quelque sorte qu'il comporte en lui » (Cavaillès, 1997 : 19). Se pourrait-il que ce soit de sa dimension empirique, de sa fragilité radicale, que le discours (et avec lui tout le dispositif académique) tire sa raison d’être et même sa légitimité ?

8Un autre enjeu ressortirait alors de cette étude. Il ne s’agirait pas seulement de considérer la place du discours dans la harsh noise, ni même d’évaluer l'apport singulier de la philosophie. La question posée par les discours pluriels qui entourent la harsh noise serait plutôt celle de la possibilité d’être en adéquation – de ses conditions mêmes – pour toute formation discursive s’intéressant à une pratique qui met en cause, de manière fondamentale, les normes établies de l'expérience.

Haut de page

Bibliographie

Deleuze Gilles (1981/2002), Francis Bacon: logique de la sensation, Paris, Seuil.

Foucault Michel (19.09.2004), « L'inquiétude de l'actualité », entretien de juin 1975, Le Monde, dans Kaltenecker Martin, L'Oreille Divisée, Les discours sur l'écoute musicale au XVIIIe et XXe siècles (2011), Editions Musica Falsa, Collection répercussions.

Cavaillès Jean (1997), Sur la logique et la théorie de la science [1946], Paris, Vrin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Malaspina, « Catherine Guesde & Pauline Nadrigny, The Most beautiful ugly sound in the world. À l'écoute de la noise », Volume !, 15 : 1 | 2018, 172-174.

Référence électronique

Cécile Malaspina, « Catherine Guesde & Pauline Nadrigny, The Most beautiful ugly sound in the world. À l'écoute de la noise », Volume ! [En ligne], 15 : 1 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/5846

Haut de page

Auteur

Cécile Malaspina

Philosophe vivant à Londres, Cécile Malaspina est l’auteure de l’ouvrage An Epistemology of Noise, paru chez Bloomsbury, 2018 et traductrice principale, avec la collaboration de John Rogove, de Gilbert Simondon, On the Mode of Existence of Technical Objects, Univocal, MIT Press, 2017.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page