Navigation – Plan du site
Recensions

Marie Buscatto, Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalités

Chloé Cailleton et Guillaume Hazebrouck
p. 179-180
Référence(s) :

Marie Buscatto, Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalités, Paris, Biblis/CNRS Édition, 2018 [2007]

Entrées d'index

Genre musical :

jazz
Haut de page

Texte intégral

1Réédition d’un ouvrage paru en 2007, Femmes du jazz s’appuie sur une enquête ethnographique menée par la sociologue Marie Buscatto entre 1998 et 2005. À partir de la matière de deux cents entretiens réalisés auprès de musicien-nes professionnels et amateurs, et de l’observation in situ du milieu du jazz français, Marie Buscatto nous livre un panorama détaillé et critique de la situation des musiciennes de jazz en France.

Posant de manière accessible, pour le lecteur non initié, les enjeux de ce milieu, elle s’attache à décrire chez les acteurs des comportements, regards, gestes a priori anodins, qu’elle décrypte avec justesse en révélant leurs significations implicites. Chanteuse amateure elle-même, elle observe notamment avec acuité comment la pratique des jam-sessions s’accompagne de tout un ensemble de codes régissant tenues vestimentaires, postures, interactions. Autant de normes implicites reconduisant le plus souvent des stéréotypes non-formulés mais pour autant agissant.

2La situation des chanteuses de jazz fait d’ailleurs l’objet d’une attention spécifique. De par la persistance de certains stéréotypes, – la voix comme organe « naturel », le chant comme « expression spontanée », le jazz d’interprétation apanage du « féminin », elles doivent faire face à un dénigrement récurrent de leurs qualités et compétences musicales. Elles doivent également composer avec un impératif de séduction, vis-à-vis du public, voire des programmateurs, qui peut les décrédibiliser aux yeux de leurs collègues instrumentistes.

3Au sein d’un milieu professionnel saturé, hiérarchisé, hautement compétitif, les musiciennes de jazz dans leur ensemble doivent faire preuve d’une grande capacité d’adaptation voire se conformer à des codes « masculins » afin d’intégrer les réseaux de socialisation qui vont leur permettre de développer leur activité. Si dans les premières années cette socialisation peut se faire relativement facilement, passée la trentaine elles sont confrontées à la difficulté à concilier vie personnelle et vie professionnelle, à constituer de manière autonome des réseaux (parfois liés à ceux d’un éventuel conjoint musicien) ou au manque de reconnaissance du milieu. Autant de facteurs qui peuvent les conduire à renoncer ou à se tourner vers d’autres activités. Certaines peuvent également être fatiguées de l’atmosphère « virile » ou compétitive imposée par leurs collègues hommes. Elle se voient d’ailleurs soumises à « d’étranges paradoxes : être incitées à s’exprimer de manière « féminine » et se voir dénigrées professionnellement de ce fait ; se comporter de manière « masculine » et se voir dévalorisées pour leur manque de « féminité ».

4Dans une postface ajoutée à la réédition, Marie Buscatto constate, onze ans après, l’absence de changement, ou presque, de cet état de fait. Sans mettre en cause ce constat, résultat d’une enquête extrêmement fouillée, on voudrait espérer que s'estompe chez les plus jeunes, notamment par le temps commun d’apprentissage dans les écoles (CRR, CMDL, etc.), les représentations genrées opposant, par exemple, jazz d’interprétation (« féminin ») et d’improvisation (« masculin »). Et enfin acter que les musiciennes sont des musiciens comme les autres, et inversement. C’est tout ce que l’on peut aujourd’hui appeler de nos vœux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Cailleton et Guillaume Hazebrouck, « Marie Buscatto, Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalités », Volume !, 15 : 1 | 2018, 179-180.

Référence électronique

Chloé Cailleton et Guillaume Hazebrouck, « Marie Buscatto, Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalités », Volume ! [En ligne], 15 : 1 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/6303

Haut de page

Auteurs

Chloé Cailleton

Chloé Cailleton, chanteuse, et Guillaume Hazebrouck, pianiste, ont créé le concert-conférence « Super Jazz Women » qui valorise l’apport des femmes dans l’histoire du jazz.

Guillaume Hazebrouck

Chloé Cailleton, chanteuse, et Guillaume Hazebrouck, pianiste, ont créé le concert-conférence « Super Jazz Women » qui valorise l’apport des femmes dans l’histoire du jazz.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page