Navigation – Plan du site
Tribunes

Feedback global et mort du son : une anthropologie de la Japanoise

Entretien avec David Novak
Global Feedback and the Death of Sound: an Anthropology of Japanoise.
An Interview with David Novak
David Novak et Edouard Degay Delpeuch
Traduction de Louise Barrière, Edouard Degay Delpeuch et Catherine Guesde
p. 119-133

Notes de la rédaction

Une version anglaise de cet entretien est disponible en avant-première sur le site Books and Ideas.

Notes de l'auteur

David Novak est maître de conférences à la faculté d’ethnomusicologie de Santa Barbara. En partant d’une ethnographie de la scène Japanoise entre Japon et Etats-Unis, il a développé une anthropologie de la circulation mondiale de la musique attentive à la place de la technologie et de la diffusion dans les processus créatifs. Il est l’auteur de Japanoise: Music at the Edge of Circulation (2013) (récompensé par le prix du British Forum for Ethnomusicology Book) et d’articles tels que « Cosmopolitanism, remediation, and the Ghost World of Bollywood » (2010), « The Sublime Frequencies of New Old Media » (2011) et a co-édité l’ouvrage Keywords in Sound avec Matt Sakakeeny (2015). L’entretien a été effectué à l’occasion de sa venue à Paris pour le colloque international « Spectres de l’audible : sound studies, cultures de l’écoute et arts sonores » organisé par la Fabrique des arts sonores (Labex Arts H2H) et la Cité de la musique/Philharmonie de Paris, du 7 au 9 juin 2018.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une ethnographie de l’écoute
La noise comme musique
Mort ou vif : l’écoute de la noise à l’épreuve de l’enregistrement
« Réaliser » le son
L’enregistrement comme son « mort »
Feedback : du contexte sonore à la compréhension de la circulation
La Japanoise et la culture de la cassette
Au-delà de la postmodernité : le feedback comme processus créatif
Comprendre une nouvelle forme de différence technologique

Aperçu du début du texte

Une ethnographie de l’écoute

L’expérience est un objet ardu à étudier du point de vue ethnographique : dans quelle mesure ai-je accès à l’expérience d’écoute des autres ? J’ai dû passer par le niveau du discours, en partant de questions idiotes, telles que : « que ressens-tu ? » ou « quelle est ton expérience quand tu écoutes ceci ? ». Mais le discours n’offre qu’un accès très limité à l’expérience. Une autre manière de procéder consiste à interroger ma propre expérience ou à observer les réactions des autres, par exemple les déplacements des gens dans la salle de concert : décrire ce qui se produit lorsqu’un son très bruyant sort de l’enceinte. Certains s’en écartent, d’autres s’en approchent ; ces mouvements, tout comme le fait de se boucher les oreilles, ou d’avoir l’air choqué, contribuent à étiqueter les membres du public comme appartenant ou non à la « culture noise ». Je précise au passage que cette question du haut volume sonore n’est pas propre à la noise : la plupart des mu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Novak et Edouard Degay Delpeuch, « Feedback global et mort du son : une anthropologie de la Japanoise », Volume !, 15 : 1 | 2018, 119-133.

Référence électronique

David Novak et Edouard Degay Delpeuch, « Feedback global et mort du son : une anthropologie de la Japanoise », Volume ! [En ligne], 15 : 1 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/volume/6330

Haut de page

Auteurs

David Novak

David Novak est maître de conférences à la faculté d’ethnomusicologie de Santa Barbara. Son travail examine les relations transculturelles liées à la circulation médiatique, qu’il explore depuis une recherche ethnographique multi-site. Il travaille en particulier sur le Japon et l’Asie du Sud-Est.

Edouard Degay Delpeuch

Edouard Degay Delpeuch est doctorant en anthropologie de la musique à l’École des hautes études en sciences sociale (EHESS). Dans sa thèse, il fait un cas ethnographique d’un groupe musical de procession du nom de Khun Narin Sin Phin Prayuk, internationalement connu comme le Khun Narin Electric Phin Band. De la Thaïlande au monde, son étude s’intéresse aux processus qui créent la musique à travers la circulation et renégocient les frontières culturelles à travers la musique. Edouard Degay Delpeuch est membre du Centre Georg Simmel et membre associé du Centre Asie du Sud-Est (CASE).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page