Navigation – Plan du site
Dossier

Né sous une (très) mauvaise étoile : Une étude de cas dans la réception de la New Wave of British Heavy Metal

Born Under A (Very) Unlucky Star: A Case Study in the Reception of New Wave of British Heavy Metal
Christophe Pirenne
p. 15-23

Résumés

Le 25 décembre 1980, plusieurs journalistes d'un hebdomadaire belge ont commencé à publier mot pour mot la même critique pour tous les nouveaux disques de hard rock/heavy metal qui paraissaient. Witchfynde, White Spirit, Fist, Motörhead, Saxon, etc. étaient tous cyniquement acclamés pour leur « solide voix », leurs « guitares ravageuses » et en ce qu'ils proposaient un « nouveau monument » du hard rock. Cette unique critique finissait invariablement sur la phrase : « Sans aucun doute le meilleur album de hard rock de l'année. » Cet article étudie l'évolution historique de cette hostilité affichée par le périodique, et en révèle les raisons en questionnant l'écart générationnel de l'époque. Cette étude de cas documente ainsi un tournant dans l'histoire de la musique metal, au cours duquel, bien que dépourvu d'un soutien journalistique, les musiques hard rock et heavy metal ont commencé à gagner en popularité au-delà du reste de la scène rock et à créer leurs propres réseaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Mai 1979. Tandis que le Parti conservateur anglais s’installe à Downing Street et se lance dans une politique libérale inflexible qui vaudra à la première ministre Margaret Thatcher le surnom d’Iron Maiden, paraît en Angleterre une nouvelle vague de groupes de heavy metal. Leur épiphanie est documentée par le jeune journaliste Geoff Barton qui, après un concert associant Angel Witch, Iron Maiden et Samson au Music Machine, le 8 mai 1979, offre un long compte rendu de cette soirée aux lecteurs de l’hebdomadaire Sounds. Dans son titre, il évoque une New Wave of British Heavy Metal (NWOBHM), et se demande si ces trois jeunes groupes ont le potentiel pour atteindre la notoriété de « Sabbath – Priest – UFO ». Barton ne fait pas preuve d’un enthousiasme démesuré. Son compte rendu, tantôt un peu moqueur, tantôt dubitatif se clôture même par quelques réserves :

« Bien que mes sentiments d’exaltation ne soient pas aussi forts que ceux de Kay [Neil Kay, l’organisateur du concert], et bien que ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pirenne, « Né sous une (très) mauvaise étoile : Une étude de cas dans la réception de la New Wave of British Heavy Metal », Volume !, 15 : 2 | 2019, 15-23.

Référence électronique

Christophe Pirenne, « Né sous une (très) mauvaise étoile : Une étude de cas dans la réception de la New Wave of British Heavy Metal », Volume ! [En ligne], 15 : 2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/6409 ; DOI : 10.4000/volume.6409

Haut de page

Auteur

Christophe Pirenne

Christophe Pirenne enseigne l’histoire de la musique et les politiques culturelles à l’Université de Liège et à l’Université de Louvain-la-Neuve. Il a d’abord travaillé sur le rock dit « progressif » puis a publié une synthèse de l’histoire du rock (Fayard, 2011). Outre ses travaux consacrés au rock, il s’intéresse également à la vie musicale belge des xixe et xxsiècles. Il est l’éditeur de la Revue de la Société liégeoise de Musicologie et administrateur délégué de la firme de disque Musique en Wallonie. Il est membre de la Classe des Arts de l’Académie royale de Belgique.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page