Navigation – Plan du site
Dossier

De Trust à Gojira, une brève histoire du metal français au prisme des langues hurlées

From Trust to Gojira, a Short History of French Metal Through the Prism of Growling Languages
Michael Spanu
p. 37-55

Résumés

Le metal français a connu de nombreuses évolutions. Celles-ci sont autant esthétiques, idéologiques, économiques, que linguistiques. Si les premiers groupes de hard rock utilisaient plutôt le français, il semble qu’aujourd’hui l’anglais se soit imposé comme « langue du metal ». S’agit-il d’un simple effet de mimétisme vis-à-vis des courants internationaux, voire d’une volonté de s’exporter ? Nous verrons dans cet article que la pratique d’une langue dans le metal dépend, en fait, autant de spécificités esthétiques et culturelles propres à ce dernier, que de contraintes professionnelles et économiques. Nous proposons ainsi de retracer les différentes tendances du metal français au prisme des langues hurlées et des multiples valeurs qu’elles véhiculent, du hard rock des années 1970 au néo-metal des années 1990-2000, en passant par le thrash/death et le black metal des années 1980-1990.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’irruption du hard : le français, « ça vient, ça meurt »
Death metal en France, « l’enfant sauvage »
« Nouvel ordre obscurantiste » contre nationalisme dans le black metal
« Keçkispasse » : l’ambivalence du français dans le néo-metal
Conclusion : les chanteurs sont-ils stupides ?

Aperçu du début du texte

Le 14 février 1995, sur le plateau de l’émission « Ça se discute », Stéphane Buriez, leader du groupe Loudblast, est invité à répondre aux questions de Jean-Luc Delarue. Ce dernier entre dans le vif du sujet en demandant pourquoi le hard rock et le metal sont si peu reconnus en France, surtout dans les médias :

« – [Stéphane Buriez] Le désavantage de chanter en anglais, en étant français, c’est que ça nous “interdit” des passages radios sur les grandes ondes.
– [Jean-Luc de la Rue] Quel intérêt pour vous de chanter en anglais ?
– [Stéphane Buriez] La culture rock qu’on a, nos bases, c’est pas la chanson française, même si on aime certains artistes français. Nos bases, c’est le rock’n’roll, quoi. Moi j’ai été baigné dans Aerosmith dès que j’étais tout petit et voilà, c’est ça quoi […]. Je chante en anglais parce que c’est mon moyen de m’exprimer depuis le début. J’ai jamais chanté en français. »

Cet échange illustre la manière dont beaucoup de groupes français se représentent la situatio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Spanu, « De Trust à Gojira, une brève histoire du metal français au prisme des langues hurlées », Volume !, 15 : 2 | 2019, 37-55.

Référence électronique

Michael Spanu, « De Trust à Gojira, une brève histoire du metal français au prisme des langues hurlées », Volume ! [En ligne], 15 : 2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/6419 ; DOI : 10.4000/volume.6419

Haut de page

Auteur

Michael Spanu

Michael Spanu est docteur de l’Université de Lorraine. Sa thèse de sociologie porte sur la pratique des langues chantées dans les musiques populaires en France. Il a coordonné le numéro « Avec ma gueule de métèque » de la revue Volume ! et dirige le prix jeune chercheur de la branche francophone de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM). Il travaille également comme chercheur indépendant avec des organismes professionnels comme le Live DMA et la Fédération nationale des cafés cultures (Bar-bars). Ses recherches actuelles portent sur la transition numérique de la musique live et sur le développement de la vie nocturne en milieu urbain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page