Navigation – Plan du site
Dossier
Tribune

Quand il ne reste que la guerre pour tuer le silence : Écouter No One Is Innocent après le 13 novembre 2015

When Only War Can Kill the Silence: Listening to No One Is Innocent after 13 November 2015
Luis Velasco-Pufleau
p. 91-99
Traduction(s) :
When Only War Can Kill the Silence: Listening to No One Is Innocent after 13 November 2015

Résumés

Partant d’un entretien avec le chanteur de No One Is Innocent, cet article explore certains des enjeux éthiques et politiques de l’écoute et de la création musicale après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Il croise les témoignages de deux rescapés de l’attentat du Bataclan concernant les rapports entre le rock de No One Is Innocent et leur processus de reconstruction. Dans les jours et les semaines qui ont suivi les attentats du 13 novembre, jouer ou assister à un concert de rock n’est pas un acte anodin. Cet article montre de quelle façon le son et la musique peuvent tisser des réseaux de résistance ; de quelle façon le rituel du concert peut constituer un espace de transformation de l’expérience sensorielle et de la mémoire collective de la violence armée.

Haut de page

Notes de l'auteur

Convaincu que la création artistique est un moyen de production de connaissances complémentaires mais d’une autre nature que la recherche scientifique, j’ai entrepris en 2018 la composition d’une série de miniatures électroacoustiques d’inspiration radiophonique basées sur des récits de rescapé·e·s du Bataclan. La première de ces pièces, intitulée « Le concert d’après », se base sur certains des témoignages présentés dans ce texte. Elle a été finaliste du concours flashstory de l’édition 2019 du festival de création radiophonique sonOhr (Berne, Suisse). « Le concert d’après » est accessible à l’écoute ici : https://soundcloud.com/luisvelasco-pufleau/le-concert-dapres.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

« Silence is getting louder » : Nos sociétés face à leurs propres monstres
« Après le deuil vient la rage » : De Charlie au Bataclan
L’écoute de No One Is Innocent après les attentats
Éthique et politique du rock : prendre soin de soi et des autres

Aperçu du début du texte

Quelques mois après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, j’ai rencontré plusieurs rescapé·e·s du Bataclan. J’avais le sentiment que la musique était plus que jamais centrale dans leurs vies, que le son avait acquis une importance sans précédent. Je n’imaginais pas à quel point c’était vrai. Lors des échanges avec ces femmes et ces hommes qui se reconstruisaient peu à peu après l’attentat, nous avons discuté de leur nouvelle façon d’appréhender les sons et la musique, de la transformation de leurs pratiques d’écoute. Les rescapé·e·s m’ont parlé des sons qui les ramenaient à l’intérieur du Bataclan, de leur addiction ou de leur aversion pour les concerts, de la façon dont l’écoute de certaines chansons leur rappelait leurs vies d’avant le 13 novembre. Leurs témoignages ont été d’une grande valeur pour analyser le rôle des pratiques d’écoute du son et de la musique aussi bien dans le traumatisme provoqué par l’expérience de la violence extrême que dans leurs processus de reconstr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis Velasco-Pufleau, « Quand il ne reste que la guerre pour tuer le silence : Écouter No One Is Innocent après le 13 novembre 2015 », Volume !, 15 : 2 | 2019, 91-99.

Référence électronique

Luis Velasco-Pufleau, « Quand il ne reste que la guerre pour tuer le silence : Écouter No One Is Innocent après le 13 novembre 2015 », Volume ! [En ligne], 15 : 2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/6533

Haut de page

Auteur

Luis Velasco-Pufleau

Luis Velasco-Pufleau est musicologue et artiste sonore. Il est actuellement chercheur post-doctorant à l’université de Fribourg et chercheur associé à la Fondation Maison des sciences de l’homme (ANR Sortir de la Violence et plateforme L’Humanitaire dans la globalisation). Ses recherches portent sur les musiques du xxe et xxie siècles, ainsi que sur les enjeux politiques, historiques et esthétiques du son et de la musique, notamment en situations de conflit et de post-conflit.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page