Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Denis-Constant Martin, l’in-discipliné

Sciences Po Bordeaux, 20 et 21 novembre 2018
Marwa Ahmed
p. 153-154
Référence(s) :

Denis-Constant Martin, l’in-discipliné, Sciences Po Bordeaux, 20 et 21 novembre 2018

Texte intégral

  • 1 Des objets d’étude que l’on retrouve notamment dans deux ouvrages qu’il a dirigé : voir Martin (200 (...)

1Ce colloque, organisé par le Laboratoire des Afriques dans le Monde (LAM) et le Centre de Recherches Internationales (CERI), est né d’une volonté de rendre hommage au parcours de Denis-Constant Martin. Sous l’impulsion d’Armelle Gaulier (Post-doctorante au LAM) et Cyrielle Maingraud-Martinaud (Doctorante au LAM), deux journées ont été consacrées aux travaux de ce chercheur aux influences variées. Sociologie politique, anthropologie et ethnomusicologie sont autant de champs disciplinaires au sein desquels ce dernier a puisé pour nourrir ses recherches. Qu’ils soient politologues, ethnomusicologues, anthropologues, les intervenants des tables rondes ont tous souligné la pertinence et l’influence des travaux de Denis-Constant Martin dans leurs propres recherches, du fait, notamment, de son approche pluridisciplinaire et de son « in-discipline » qui les a incités à élargir leurs horizons scientifiques. En adaptant une méthodologie en fonction de ses objets (constructions identitaires, fêtes carnavalesques, appropriation musicale, etc.1), Denis-Constant Martin s’est affranchi des codes et contraintes de la science politique pour en proposer une lecture décomplexée.

2Denis-Constant Martin a d’abord introduit le colloque, en revenant sur son parcours de chercheur qu’il a expliqué être « un enchaînement de rencontres, d’expériences et de découvertes » relevant parfois du hasard. Or, de son récit, se dégage une science politique non pas hasardeuse mais exploratrice. L’essentiel de ses travaux porte sur les relations de pouvoir, de son exercice et des représentations de ceux sur lesquels il s’exerce, mais sa curiosité et son refus du cloisonnement disciplinaire lui ont permis d’aborder le politique là où il n’était pas encore étudié. Son étude sur le politique et la manière dont il se manifeste au sein de pratiques culturelles diverses a mené à l’invention de la notion d’Objet Politique Non Identifié (OPNI), aujourd’hui incontournable en science politique pour questionner le politique et ses représentations.

3Le colloque, organisé en quatre tables rondes, s’est focalisé sur les thèmes clés des travaux de Denis-Constant Martin ainsi que sur leur portée aujourd’hui dans le monde de la recherche. En ouverture, les directeurs du LAM (Dominique Darbon) et du CERI (Alain Dieckhoff) sont revenus sur leur expérience de chercheurs aux cotés de Denis-Constant Martin. Tous deux ont souligné sa capacité à faire émerger des intérêts pour des objets politiques non identifiés (OPNI), comme les formes musicales, dans le but d’apporter un regard neuf aux objets d’étude classiques de la science politique tels que l’identité, ou les représentations. C’est autour de ces thématiques que s’est poursuivi le colloque ; les différents intervenants mettant l’accent sur sa capacité à les questionner en utilisant une approche pluridisciplinaire. En relatant leurs expériences respectives de chercheurs, ainsi qu’à travers de nombreuses anecdotes, ils ont chacun montré l’influence de Denis-Constant Martin sur leurs travaux.

4Plus que des résultats de recherche, c’est principalement sa méthodologie de l’enquête et son incitation à sortir des codes disciplinaires, qui ont marqué les différents intervenants — on parlera même dans ce colloque, sous forme de boutade, d’une méthodologie « martienne ». Afin de parvenir à des résultats probants en science politique, Denis-Constant Martin s’est ainsi approprié des outils et méthodes issus d’autres disciplines. D’après lui, la mutualisation des savoirs et la réflexion collective mènent à une congruence, essentielle pour saisir la totalité d’un objet d’étude. Il milite pour davantage de passerelles entre les sciences, qu’elles soient sociales, humaines ou dites dures. Cette interdisciplinarité s’est notamment manifestée à travers les interventions des chercheurs présents, qui, au vu des méthodes de recherche employées par Denis-Constant Martin pour étudier le politique, se sont interrogés sur la nature même de la science politique en tant que discipline : ne serait-elle finalement pas une conjonction de plusieurs disciplines plus qu’une science à part entière ? Même si le débat reste ouvert, tous ont démontré une appétence commune pour le travail collectif et ont mis en exergue l’importance de la pluridisciplinarité dans la recherche en science politique — un héritage de leurs collaborations avec Denis-Constant Martin.

5Denis-Constant Martin, scientifique aventurier, précurseur en son temps, a permis à toute une génération de chercheurs d’ouvrir leurs perspectives de recherche en prenant davantage de libertés quant aux dogmes de celle-ci, notamment en science politique. Sa méthodologie de recherche à travers le terrain et l’observation, les entretiens non-directifs, et le travail collectif ; son interdisciplinarité et sa sensibilité pour les objets a priori non politiques ont finalement fait, de Denis-Constant Martin un auteur classique en science politique, comme l’a précisé le directeur de Sciences Po Bordeaux, Yves Déloye, en conclusion du colloque.

Haut de page

Bibliographie

Martin Denis-Constant (ed.) (2002), Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), Paris, Karthala.

Martin Denis-Constant (ed.) (2010), L'identité en jeux, pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, CERI / Karthala.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Des objets d’étude que l’on retrouve notamment dans deux ouvrages qu’il a dirigé : voir Martin (2002, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marwa Ahmed, « Denis-Constant Martin, l’in-discipliné », Volume !, 15 : 2 | 2019, 153-154.

Référence électronique

Marwa Ahmed, « Denis-Constant Martin, l’in-discipliné », Volume ! [En ligne], 15 : 2 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/6804

Haut de page

Auteur

Marwa Ahmed

Marwa Ahmed est une jeune diplômée du master recherche Politique et Développement en Afrique et dans les pays du Sud de Sciences Po Bordeaux. Elle a réalisé un mémoire de recherche intitulé La place de l’Institut français de Dakar au sein de l’écosystème dakarois : gouvernance et représentations.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page