Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christian Béthune, Blues, féminisme et société : le cas Lucille Bogan

Pauline Cornic
p. 159-162
Référence(s) :

Christian Béthune, Blues féminisme et société : le cas Lucille Bogan, Rosières-en-Haye, Camion Blanc, 2018

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Christian Béthune, philosophe spécialisé dans l’esthétique auteur de nombreux livres sur le jazz et le rap, continue son exploration de la culture afro-américaine en se penchant sur le blues, avec un intérêt nouveau pour la politique du genre. L’œuvre de Lucille Bogan (1897-1948) a jusque-là été peu étudiée. Son analyse, pourtant, montre qu’elle occupe une place spécifique dans le paysage des blues féminins et dans la culture afro-américaine. Mêlant analyse musicale, analyse de texte, histoire culturelle et anthropologie de la culture afro-américaine, ce travail met au jour de nombreux dispositifs subversifs dans les blues de Lucille Bogan, codifiés par la culture vernaculaire afro-américaine et son « double entendre ». En ressort un féminisme où les thématiques du genre et de la sexualité sont intrinsèquement liées à la question raciale et à celle de la domination économique et sociale – la chanteuse se faisant le témoin de l’expérience des femmes noires issues du prolétariat expérimentant différents lieux de discrimination et de domination.

2Il n’existe presque pas de sources sur la vie de Lucille Bogan. L’occasion est ainsi donnée à l’auteur de se positionner sur la question du lien entre les données biographiques et l’analyse de l’œuvre (Introduction, 9-16). Il s’agit d’une part de se positionner méthodologiquement (analyse de l’objet musical pour ses qualités propres), mais également de souligner l’impossibilité de valider les conclusions d’ordre biographique établies à partir de l’analyse des blues, et de remettre cette question méthodologique en perspective dans le contexte de la culture afro-américaine. L’auteur, s’appuyant sur Jean-Paul Levet (2003), rappelle que le « je » des blues n’est pas un « je » individuel mais un « je » communautaire (333). Ainsi Lucille Bogan, qui a écrit et composé la majorité des blues qu’elle interprète, n’a pas besoin d’avoir vécu les événements narrés dans ses blues pour les retranscrire dans le cadre de son art. L’auteur, dans une réflexivité sur les approches analytiques des produits issus de la culture afro-américaine note par ailleurs qu’une telle vision découle potentiellement de conceptions ethnocentriques qui amèneraient à penser les représentations artistiques afro-américaines comme incapables d’une distance empirique avec leur propre sujet, comme nécessairement de l’ordre du vécu et a fortiori du spontané. Or l’auteur rappelle que la culture vernaculaire afro-américaine est tout aussi construite que n’importe quelle autre culture (334).

3L’ouvrage propose en premier lieu une analyse des représentations cristallisées par la construction d’une certaine authenticité du blues (« Le piège de l’authenticité », 19-48) et montre que le blues fut associé à la figure du bluesman, dont le genre, masculin, était l’un des gages de l’authenticité musicale (Giles Oakley, Robert Palmer, Robert Springer). Par ailleurs, il note que le blues était perçu comme plus authentique s’il s’inscrivait dans un cadre rural, terrain propice aux fantasmes sur une authenticité raciale. À l’opposé de cette polarisation géographique et genrée de l’authenticité du « folk blues » ou « country blues » masculin se trouve donc le blues « commercial » urbain féminin (celui des classic blues singers), perçu comme inauthentique. Cette analyse permet de déconstruire un cadre de référence biaisé avant l’analyse du corpus et recontextualise les blues de Lucille Bogan au sein de l’histoire de la culture afro-américaine, sujet sur lequel cet ouvrage apportera précisément des conclusions nouvelles au terme de ses développements.

4Vient ensuite l’analyse du corpus (une soixantaine de blues enregistrés par Lucille Bogan entre 1923 et 1935), exposée en deux temps : un parcours chronologique au sein des enregistrements via des analyses linéaires, puis des analyses thématiques sur les thèmes du contexte ethnographique, de la transgression et de l’addiction, du sexuel et du vénal, de la critique de la politique du genre, du style formulaire de Lucille Bogan, de l’obscène et, enfin, de l’univers du train (utilisé comme opérateur diégétique et stylistique).

Un des éléments dégagés par l’auteur à propos des blues de Lucille Bogan est la façon dont les narratrices de ses chansons se positionnent en tant que sujet. Les personnages que la chanteuse incarne sont toujours responsables de leur sort, leurs malheurs ne sont pas imputables à une quelconque fatalité du destin et le récit s’inscrit à ce titre dans un cadre « dramatique » et non pas « tragique » (218) comme c’est souvent le cas dans les blues. Ainsi, dans un contexte où les Afro-Américains se voyaient refuser le statut de sujet, les thèmes de la prostitution ou de l’alcoolisme sont par exemple le lieu d’une réappropriation de ce statut de sujet et d’un refus d’une position victimaire. La prostitution est ainsi décrite comme une voie d’émancipation financière et d’indépendance affective par rapport aux hommes. L’alcoolisme y est décrit non pas comme une réaction à la fatalité mais comme un choix délibéré.

5Le thème du sexe est particulièrement présent chez Lucille Bogan, notamment celui du sexe « tarifé ». Or par une attention portée au contexte économique et aux industries culturelles, l’auteur note que Lucille Bogan établit un parallèle entre la prostituée et la chanteuse de blues (230-231). Par ailleurs, dans le contexte des années 1930, ce thème récurrent de la prostitution est également un pied de nez au féminisme afro-américain institutionnel, représenté par des ligues de vertu issues de la bourgeoisie noire, qui méprisait majoritairement le prolétariat noir et la culture vernaculaire afro-américaine.

6Le discours de Lucille Bogan se montre également contestataire sur d’autres points. Notamment par la célébration de traits féminins noirs comme symboles de beauté et de puissance sexuelle, à l’opposé des canons de beauté dominants (et donc également à l’opposé des idéaux de beauté de cette bourgeoisie noire, qui par souci de correspondre à son idéal social se fait héritière des critères esthétiques blancs). Enfin, elle critique fortement la politique du genre en dépeignant des personnages qui sortent de l’assignation sociale du genre, y compris sur le plan physique, via des figures féminines présentant des caractéristiques culturellement identifiées comme masculines comme la « bad woman », « figure féminine du bully ou du badman, personnages chers à la littérature orale des toasts – et plus tard aux récits des rappeurs […] » (138).

  • 1 Une version de ce chapitre a fait l’objet d’une publication dans Volume ! : voir Béthune (2016).

7Christian Béthune consacre son dernier chapitre à l’étude de deux blues obscènes1 analysés au prisme des notions « d’implicite », « d’explicite » et « d’expression mineure » (267-292). Il montre que derrière ces deux morceaux explicitement obscènes se cache un jeu de masques camouflant un discours implicite plus subversif encore que cette mise en obscénité de la langue dominante. En effet, les narratrices y revendiquent une sexualité féminine active qui vient annuler le schéma discursif masculin sur la sexualité. Or « la question de la sexualité implique celle du genre, derrière laquelle depuis toujours en Amérique celle de la race ne se trouve jamais bien loin » (290).

8Ainsi ce travail très complet sur l’œuvre de Lucille Bogan et sa mise en perspective par une analyse du contexte social et culturel dans lequel elle se déploie amènent l’auteur à deux conclusions principales : d’une part la chanteuse propose un féminisme sans concession, l’amenant à proposer des discours subversifs quant aux catégories de genre, de race et de classe. Par ailleurs, l’analyse de son rapport à l’obscène permet d’identifier Lucille Bogan comme une sorte de « chaînon manquant » entre le blues et le rap, ce qui constitue un apport à l’histoire de la culture vernaculaire afro-américaine.

Haut de page

Bibliographie

Levet Jean-Paul (2003), Talkin’ that talk, Lille, Kargo.

Béthune Christian (2016), « L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan », Volume ! La revue des musiques populaires, vol. 13, n° 2, p. 177-199.

Haut de page

Notes

1 Une version de ce chapitre a fait l’objet d’une publication dans Volume ! : voir Béthune (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Cornic, « Christian Béthune, Blues, féminisme et société : le cas Lucille Bogan », Volume !, 15 : 2 | 2019, 159-162.

Référence électronique

Pauline Cornic, « Christian Béthune, Blues, féminisme et société : le cas Lucille Bogan », Volume ! [En ligne], 15 : 2 | 2019, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/6837

Haut de page

Auteur

Pauline Cornic

Pauline Cornic est actuellement en doctorat de musicologie à l’université Rennes 2 (EA 3208 Arts : pratiques et poétiques). Ses recherches portent sur la vocalité afro-américaine. Elle s’est également intéressée au free jazz, avec un mémoire de master sur l’Art Ensemble of Chicago.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page