Navigation – Plan du site
Musique et Hacking

L’art du piratage à l’ère de la playlist

The Art of Piracy in the Age of Playlists
David Christoffel
p. 101-113

Résumés

S’il y a des exemples historiques de radios pirates dont la programmation musicale n’avait rien de transgressive, il peut y avoir beaucoup d’exemples de musiques aux accents subversifs promues sur des radios officielles. Mais si radios pirates et musiques contre-officielles s’interpénètrent de manière irrégulière, qu’en est-il des « playlists » ? En s’appuyant sur des exemples récents où l’imaginaire pirate a été mobilisé au cours d’émissions légales (Radio Campus Clermont-Ferrand/Radio Galère, Radio Klaxon et, plus en détail, les œuvres du collectif PI-node), cette étude cherche à réfléchir à l’éditorialisation spécifique de la musique en playlists en contexte de piraterie radiophonique, à partir d’Un manifeste hacker de McKenzie Wark.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La question du contenu pirate
Le piratage comme détournement poétique
Les webradios « de playlist »
Questions de codes
L’Acousmonium hertzien
Le Scanner Orchestra
Le Multistream
De l’invasion à la micro-FM

Aperçu du début du texte

L’histoire des radios pirates, que les autorités sont venues interdire pour avoir émis sans autorisation, ne doit pas réduire les radios pirates à la seule transgression de la légalité. L’adjectif « pirate » oblige à un ajustement définitionnel d’urgence. Au sens strictement juridique, une radio est définie comme « pirate » quand elle émet sur une longueur d’onde qui ne lui a pas été attribuée (Lesueur, 2011). Mais une autre acception, venue de l’Union internationale des télécommunications, désigne comme « pirate » une « radio-amateur » qui diffuse d’autres éléments que son immatriculation, sa position géographique ou toute information concernant la qualité de la transmission.

D’où la proposition de relever ici, à côté d’une seule question de diffusion, une affaire de contenu. L’une est de toute façon imbriquée dans l’autre, dans la mesure où l’on n’émet pas illégalement pour diffuser des contenus qui pourraient être entendus sur les radios légales. Même si on peut toujours, sans ex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Christoffel, « L’art du piratage à l’ère de la playlist », Volume !, 16 : 1 | 2019, 101-113.

Référence électronique

David Christoffel, « L’art du piratage à l’ère de la playlist », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2023, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7182 ; DOI : 10.4000/volume.7182

Haut de page

Auteur

David Christoffel

David Christoffel est poète et compositeur, homme de radio et docteur en musicologie de l’EHESS. Auteur d’opéras parlés (Échecs opératiques, Opéra de Rouen, 2018), de mélodrames (Tapisseries, Festival d’automne à Paris 2018) et de pièces radiophoniques pour la scène (La Voix de Foucault, ManiFeste, 2014), il mène une réflexion sur les rapports entre poésie et musique en publiant de nombreux articles et en dirigeant le volume Orphée dissipé (RSH, 2018). Ancien chroniqueur pour France Musique, il produit des émissions pour Espace 2 (RTS) et le programme Métaclassique diffusée sur plusieurs dizaines de radios associatives. Il est également l’auteur d’Ouvrez la tête (ma thèse sur Satie) (aux éditions MF, 2017) et de l’essai La musique vous veut du bien (PUF, 2018). Ses travaux sont recensés sur le site http://www.dcdb.fr/

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page