Navigation – Plan du site
Musique et Hacking

DIY et hacking dans la musique noise. Une expérimentation bricoleuse du dispositif de jeu

DIY and Hacking in Noise Music : Tampering With Performance Devices
Sarah Benhaïm
p. 17-35

Résumés

Depuis sa genèse à la fin des années 1970, la musique noise se distingue par des pratiques instrumentales étroitement liées à une culture d’expérimentation alternative. Parmi elles, le hacking et le DIY teintent en profondeur les manières de composer le dispositif de jeu en plus de gouverner les rapports d’apprentissage et de transmission qui structurent éthiquement et économiquement le genre. Pour rendre compte de la manière dont intervient le hacking dans la noise, l’article explore successivement les pratiques amateures qui s’apparentent au bricolage, au détournement et à la conception électronique d’instruments. Si ces manières de faire sont empreintes d’autodidaxie et participent à reconfigurer la figure du musicien en déplaçant la compétence instrumentale conventionnelle vers le bricolage et l’ingénierie, elles se transmettent aussi par le biais de ressources mutualisées au sein d’ateliers ou par l’intermédiaire d’une communauté internet associée à l’open source. Dans ces lieux de partages et au cœur des gestes bricoleurs se loge, en correspondance étroite à l’éthique hacker et au précepte DIY qui structure l’éthos de la noise, une approche anti-consumériste de l’instrumentation qui défend également l’autonomie des pratiques, l’accessibilité du savoir et la sérendipité bruitiste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le hacking comme bricolage : recyclage, détournement et circuit-bending
Le circuit court du court-circuit. Le DIY comme apprentissage et partage des ressources
Singularisation et sérendipité du dispositif. De nouveaux horizons de jeu
La fierté et le savoir par le « faire »
Conclusion

Aperçu du début du texte

La musique noise se trouve, depuis ses premières productions et improvisations bruitistes à la fin des années 1970, étroitement associée à un large éventail de gestes caractérisés par l’expérimentation et par l’éthos du Do it Yourself (DIY). Si du point de vue de l’expérimentation instrumentale, une filiation esthétique plus établie peut être esquissée dans le sillage de nombreux artistes d’avant-garde, qu’il s’agisse par exemple de Luigi Russolo, de John Cage, de Harry Partch, de La Monte Young ou de Christian Marclay, les inventions et les mésusages instrumentaux qui caractérisent la nature de son jeu et de son instrumentation s’insèrent aussi dans une tradition du DIY qui associe activité manuelle créative et distanciation éthique à l’égard des performances technologiques.

Dès ses premières occurrences, le DIY s’inscrit en effet dans une généalogie profondément manuelle : selon Steve Waksman (2004), cette expression employée dès 1912 dans des périodiques tels que Suburban Life Mag...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Benhaïm, « DIY et hacking dans la musique noise. Une expérimentation bricoleuse du dispositif de jeu », Volume !, 16 : 1 | 2019, 17-35.

Référence électronique

Sarah Benhaïm, « DIY et hacking dans la musique noise. Une expérimentation bricoleuse du dispositif de jeu », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2023, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7230 ; DOI : 10.4000/volume.7230

Haut de page

Auteur

Sarah Benhaïm

Docteure en musique et sciences sociales au CRAL à l’EHESS, Sarah Benhaïm a consacré sa thèse à l’étude de la musique noise et aux pratiques culturelles qui lui sont associées, par le biais d’une approche interdisciplinaire mêlant musicologie, sociologie et esthétique. Elle s’intéresse en particulier aux leviers pratiques et symboliques que constituent dans la construction du genre le bruit, l’expérimentation et le Do It Yourself (DIY), et leur résonance dans les pratiques contemporaines relevant des arts sonores, du bricolage instrumental et de la culture amateure. Membre du comité de rédaction de la revue Transposition. Musique et sciences sociales, elle a enseigné la théorie de l’art et l’histoire du design graphique. Elle joue dans le trio électronique DMZ et collabore au label Tanzprocesz.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page