Navigation – Plan du site
Musique et Hacking

Élaborer son dispositif d’improvisation : hacking et lutherie dans les pratiques de l’improvisation libre

Building-Up One’s Own Improvisational Device: Hacking and Instrument-Making in Free Improvisation Practices
Clément Canonne
p. 61-79

Résumés

Cet article s’emploie à montrer en quoi les activités de lutherie de musiciens issus du monde de l’improvisation libre rencontrent les principes et valeurs associées aux pratiques de hacking. À partir d’une vingtaine d’entretiens réalisés avec des acteurs importants de la scène française des musiques improvisées, on détaille d’abord les opérations caractéristiques du hacking – l’ouverture, le détournement, le recyclage et le partage – qui se retrouvent au cœur des pratiques de lutherie des improvisateurs, avant de mettre en évidence le rôle essentiel joué par ces mêmes opérations dans les usages que font les musiciens de leur instrument dans le temps de la performance. Au final, ce sont précisément les multiples hacks que les musiciens font à leurs dispositifs qui leur permettent de concilier des exigences de jeu a priori contradictoires, entre réactivité et autonomie, adaptabilité et maniabilité, reproductibilité et imprévisibilité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Hacking et lutherie
Hacking et dimensions de l’instrumentalité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Par définition, l’improvisation musicale est une forme de création instrumentée : l’improvisateur crée de la musique à son instrument, avec son instrument, par son instrument, pour son instrument, parfois même contre son instrument, mais rarement sans son instrument. Comme le rappelle le saxophoniste Steve Lacy : « l’instrument, voilà ce qui compte : c’est le matériau, la préoccupation véritable » (cité dans Bailey, 1999 : 110). À bien des égards, l’exploration de l’instrument constitue donc l’un des centres spécifiques de l’activité créative des improvisateurs, qu’il s’agisse de partir à la recherche d’une sonorité singulière qui soit propre au musicien, d’enrichir la palette timbrale de l’instrument, ou même de s’affranchir des contraintes organologiques dont celui-ci est porteur.

Cette tendance à l’exploration instrumentale est particulièrement manifeste dans le monde de l’improvisation libre. Selon Alain Savouret – qui fut longtemps professeur d’improvisation au Conservatoire Nat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Canonne, « Élaborer son dispositif d’improvisation : hacking et lutherie dans les pratiques de l’improvisation libre », Volume !, 16 : 1 | 2019, 61-79.

Référence électronique

Clément Canonne, « Élaborer son dispositif d’improvisation : hacking et lutherie dans les pratiques de l’improvisation libre », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2023, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7266 ; DOI : 10.4000/volume.7266

Haut de page

Auteur

Clément Canonne

Clément Canonne est chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’équipe Analyse des Pratiques Musicales au sein de l’UMR 9912 « Sciences et Technologies de la Musique et du Son » (IRCAM-CNRS-Sorbonne Université).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page